Partagez | 
Que...qu'est-ce que...? [ Aucune réponse n'est attendue!! Topic unique!! ]
##   Mar 19 Juil 2011 - 10:35
avatar
Invité

C'était la première nuit que je passais à Terrae. La toute première. Il faisait déjà sombre dans le dortoir, et la plupart des autres garçons dormaient déjà. Moi, je n'y arrivais pas. Du moins pas encore. J'étais tellement curieux et aussi tellement...perturbé. Ce que j'avais fait...ce qui c'était passé ce matin était encore dans ma tête, dans ma mémoire. Je revois sans cesse le moment où je me suis rapproché de lui pour l'embrasser, le moment où j'ai posé mes lèvres sur les siennes. Son visage, ses yeux alors que je me détachais lentement. J'ai vu, j'ai su plutôt qu'il avait tenté de me retenir. Je m'étais enfui sans me retourner. Je ne voulais pas me retourner. Je m'étais caché de tout ça...j'avais pourtant réussi à le dissimuler au plus profond de moi, pour que personne ne s'en rende compte! Pour ne pas me faire chasser de mon village! Pour ne pas...me faire rejetter. Et voilà que maintenant je cède face au premier venu? C'était si injuste, tellement injuste!!

Mais je secoua la tête. Ce n'était pas le premier venu. Il n'était pas n'importe qui. C'était lui qui m'avait sauvé, c'était lui qui m'avait aidé. Il m'avait soutenu, regardé, apprécié, parlé...Il m'avait donné un cadeau plus beau encore que je n'avais reçu de quiconque. J'avais enfin l'impression de ne pas être quelque chose d'horrible, une abomination...mais vraiment quelqu'un. C'était la première fois que je m'étais senti à l'aise avec quelqu'un. Et voilà comment cela devait se terminer. En complet carnage...Tout ce bonheur que je pensais mériter devait-il nécessaire m'éclater à la figure? Non... je dramatisais. Il ne m'en voulait surement pas, pourquoi aurait-il cherché à me retenir sinon.

Toutes ces pensées s'embrouillaient dans ma tête. Sans que je parvienne à faire le tri. En relevant la tête, je constata que la nuit avait bien avancée et qu'on pouvait apercevoir la lune maintenant, dans toute sa splendeur. Les yeux perdus dans le vague, je refusa de rester assis sur mon lit à ne rien faire. Je ne voulais pas rester à la merci de toutes ces atrocités contre lesquelles je ne pouvais lutter...
Je pris quelques affaires de rechange, une serviette, et parti en direction des douches pour garçons. Elles n'étaient pas très loin et quelques pas me suffirent à les rejoindre. D'ailleurs tout était calme et désert, en même temps, il était plus de minuit. Donc il n'y avait forcément pas beaucoup de monde pour se promener à cette heure-ci. Mais au moins...je serai tranquille, sans ces autres garçons, incapables d'alligner trois mots intelligents.

Je m'installa dans une cabine libre et alluma l'eau. Bon, elle était tiède mais c'était agréable, je n'aimais pas l'eau chaude avant de dormir. Je me déshabilla entièrement puis me placa sous le jet d'eau. Je savoura la sensation de l'eau coulant sur mon corps et les chatouilles agréables que cela provoquait. Je soupira d'aise, tout en prenant mon temps, savourant ma tranquillité et ma solitude. Cela dura quelques minutes quand j'entendis un bruit. De surprise, je me retourna et éteignit l'eau pour mieux entendre. Je sortit légèrement, tentant d'apercevoir quelqu'un. Mais il n'y avait personne...Du moins, de là où j'étais il n'y avait personne. Je secoua la tête et me frappa le front, me traitant mentalement d'idiot. Peut-être que l'école était vieille et donc qu'elle grinçait la nuit. Ma maison le faisait bien elle. Me maudissant une nouvelle fois, je ralluma l'eau. Personne ne pouvait se promener à cette heure-ci, c'était impossible. Tout le monde dormait! Un petit sourire aux lèvres, amusé de ma propre bêtise, je me remit sous le jet d'eau. Cherchant le savon pour commencer à me laver, je poussa soudain un puissant cri de douleur, qui résonna surement entre les murs de la pièce.
L'eau était devenue brûlante. Mais vraiment brûlante! Me reculant précipitement, je constata que le pommeau de douche était tourné au maximum de côté chaud. Surpris, je me demanda comment c'était possible. Repprenant peu à peu mon souffle, je me dis que j'avais sans doute fait une erreur, un manque d'attention et que j'avais tourné le pommeau sans m'en rendre compte. Me raprochant prudemment, je me jeta sur le pommeau pour éteindre le flot d'eau bouillante. Toutefois, en passant de nouveau dessous, je remarqua qu'elle était de nouveau à températude normale. Baissant les yeux sur le pommeau, il était de nouveau lui aussi à sa place de tout à l'heure.

Ma respiration s'acceléra quelque peu. Me reculant lentement, je frotta me syeux avec virulence, attrpa une serviette que j'attacha en pagne autour de ma taille, et sortit de la cabine, encore chamboulé par ce qui c'était passé. Je pris les vêtements que j'avais déposé non loin et me dirigea vers le lavabo, pour m'asperger légèrement le visage d'eau froide, tentant de reprendre mes esprits. Je me regarda dans le miroir qu'il y avait au-dessus. J'avais une tête à faire peur. J'étais très pâle, alors que mon teint halé ne laissait jamais voir ce genre de chose. Ma respiration toujours bruyante et rapide, je replongea la tête dans le lavabo pour me raffraîchir encore les idées. A ce moment précis, j'entendis un rire derrière moi. Pas un rire enfantin et gentil...non, un rire mauvais, mesquin, cruel. Un rire qui me glaça le sang. Je me retourna d'un seul bloc mais ne put apercevoir qui que ce soit.

Je sentais que je commencai à paniquer. Oui, je ne vous le cache pas j'avais très peur. Je me demandais qui pouvait bien me jouer ce genre de farce. M'avançant dans la direction du rire, je regarda, avec hésitation, dans toute les directions, m'attendant à voir quelqu'un sortir à tout moment.

-Il...y a quelqu'un?, criais-je avec une voix où se reflétait ma panique. Ce n'est pas drôle, montrez-vous!

Mais personne ne se montra, et personne de répondit également. Alors que j'allais reculer, le rire résonna d enouveau, mais cette fois de là où j'étais quelque sminutes plus tôt, en face du lavabo. Je tourna la tête, ne comprenant plus ce qui se passait. Je m'approcha lentement, très lentement du lavabo, m'attendant à tout moment à tomber sur quelque chose d'horrible. Je ne savais pas bien ce qui se passait, si quelqu'un me faisait une blague...peut-être un invisible? Oui un invisible!!! C'était la solution, il devait me faire une farce!!!
Me détendant imperceptiblement, je retourna avec plus d'assurance vers le lavabo et essuya le miroir, recouvert de buée. Ne voulant pas laisser cet invisible me faire peur, je décida de me conduire comme d'habitude, avec une assurance déconcertante.

Je regarda mon reflet dans le miroir. Un reflet parfait, reflétant bien la terreur passagère que j'avais eu. Je le retiens Aaron et cette école de la nouvelle vie. Si c'est comme ça qu'ils accueillent leur nouveau élèves, je ne sais pas si je vais y rester très longtemps. Entrepenant de me recoiffer, je loucha d enouveau le reflet dans le miroir mais je constata quelque chose d'étrange alors. Le reflet souriait. Oui il souriait. Portant mes doigts à mes lèvres, je remarqua que moi, je ne souriait pas...et encore moins comme ça. D'un sourire si... mauvais, si mesquin...un sourire s'accordant parfaitement avec le rire de tout à l'heure.

Je recula avec force, me projetant loin du lavabo. Le reflet ne bougea pas, il continuait de me regarder en souriant. Il pencha la tête sur le côté, me regardant avec des yeux torves et absents, comme si il ne voyait pas que moi, qu'il voyait jusqu'au tréfond de mon être. En proie à une solide terreur, je me retourna et courru en direction de la porte. J'essaya de l'ouvrir mais elle était fermée, ou du moins ne voulait pas s'ouvrir. Je m'archanna pourtant, refusant de rester ici plus longtemps, ne voulant pas voir tout ça encore une fois...
Le rire résonna de nouveau. De partout cette fois, il était partout!! Tout les pomeau de douche s'allumèrent et des jets d'eau brûlante en sortirent, plongeau la pièce dans un brouillard chaud et oppressant. Des larmes de panqiue coulaient le long de mon visage tandis que je criais pour qu'on vienne me chercher, pour qu'on vienne m'aider. Le reflet continuais à rire, sans s'arrêter.

-Tu ne peux pas fuir...tu ne peux pas...tu ne pourras jamais...jamais...JAMAIS!!!

Il hurla lors de son dernier mot, écho à mon propre cri . Sans m'en rendre compte, la chaleur me fit perdre conscience et je sombra dans le néant.
Ce furant des coups tambourinnant contre la porte qui me réveillèrent aussitôt. Tout tremblant, je fit jouer la poignée et ouvrit doucement, laissant la porte que légèrement entrouverte. C'était un des garçons du dortoir, qui avait l'air très en colère d'avoir était réveillé en pleine nuit.

-Eh dis! T'as un problème ou quoi? Tu vas la fermer oui? Il y en a qui essaye de dormir ici.

Il retourna jusqu'à son lit, tout en râlant après moi, menaçant de me foutre son poing dans la figure la prochaine fois. Je m'excusa autant que faire ce peut et referma la porte. Je constata alors qu'il n'y avait plus rien, plus de fumée, plus d'eau, plus de rire...Je me tourna lentement vers le miroir, craignant pour ce que j'allais voir. Il n'y avait rien, absolumment rien...

Si ce n'est le reflet d'un jeune garçon complètement terrifié!


 

Que...qu'est-ce que...? [ Aucune réponse n'est attendue!! Topic unique!! ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Dortoirs Novices. :: Salles de bain des garçons.