Partagez
[EVENT - 1] Peur du noir • Huo ♥
##   Lun 6 Nov 2017 - 16:54

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Messages : 1298
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Mes yeux se fermaient tous seuls, tout à l'heure ; pourtant, maintenant que je suis couchée, je n'arrive pas à trouver le sommeil et ils sont grands ouverts sur le plafond. J'ai encore le coeur qui cogne ; j'essaie de m'endormir, j'essaie au moins de rester calme et de penser à autre chose ; mais je n'y arrive pas. C'est trop difficile. Je me sens mal. Je ne panique pas vraiment, mais tout ce qu'il s'est passé aujourd'hui… Je n'arrive pas à y trouver de sens ; tous ces gens qui perdent l'esprit, Ryu qui a complètement pété les plombs, Hideko qui n'est pas là... J'ai peur pour les gens que j'aime tout comme j'ai peur pour Terrae.

Huo a été désigné comme patrouilleur en début de nuit et ça m'angoisse de ne pas être avec. Le lit est vide à côté de moi, et je n'arrive pas à me calmer. C'est impossible. Je sais qu'il faut que je sois opérationnelle demain matin pour l'hôpital, mais comment je fais si je ne dors pas ? Et s'il se passe quelque chose cette nuit ? Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux être dehors en train de faire des rondes aussi ...?

D'un bond, je saute presque hors du lit. J'ai des sueurs froide, il faut que je boive quelque chose ; je fais quelques pas à tâtons dans le noir. Mes pouvoirs ne sont pas encore réellement revenus ; je sens qu'ils sont là, mais je suis trop paniquée pour qu'ils m'obéissent vraiment. De toute manière, ce n'est pas comme ça que j'arriverai à ressentir les énergies autour de moi, ou bien le découpage des meubles ou des murs. Je me sens comme privée de ma vision. J'ose à peine imaginer ce que ce doit être pour Matheo... Mais Misao est avec lui, apparemment, peut-être Ryu aussi, alors ça devrait aller.

Je souffle bruyamment en entrant dans la cuisine, me sert un verre d'eau à la lumière fantomatique du clair de lune, puis retourne lentement dans la chambre avec lui. C'est en entendant la porte d'entrée s'ouvrir que je sursaute brusquement et laisse tomber le verre, qui se fracasse par-terre violemment. Je pousse un petit cri de surprise en reculant, les sens en alerte à cause du bruit que je viens de causer. Mais je vois le découpage de la silhouette d'Huo dans l'encadrement de la porte, à la lumière du couloir, et me laisse tomber sur le premier fauteuil qui vient de soulagement. Lentement, je me passe une main sur le visage.

—Bon sang, tu m'as fait peur...

Mes yeux se relèvent vers lui et je fais la moue. J'ai du lui faire faire une crise cardiaque…

—Désolée, je souffle. Rien à signaler pendant ta ronde ?

C'est aussi une manière pour lui demander comment il va, mais j'ai un peu du mal à calmer les battements de mon cœur et mon coup de chaud.



Je vole en #F54759
##   Lun 6 Nov 2017 - 18:11

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Messages : 1260
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

La fin de journée a été vraiment mouvementée. J'ai réussi à calmer Misao finalement et je suis repassé à la maison. J'avais besoin de me rassurer un peu, de voir Aoi. J'ai vu que Ryu m'avait collé à la patrouille en début de nuit. J'avoue que j'ai hésité à faire la désobéissance civile et l'envoyer se faire foutre. C'est vraiment parce que j'ai pas envie d'avoir un débordement sur la conscience que je le fais. Aoi était pas super à l'aise et même si j'aurais préféré passer la soirée avec elle, faut qu'elle dorme.

La ronde est tranquille de mon côté et je salue vaguement Keitaro qui me remplace avant de rentrer. Mes pouvoirs ne sont pas encore revenus et je préfère honnêtement ne pas les utiliser tellement la sensation est hasardeuse. J'ai froid. J'ai l'impression que ça m'étis pas arrivé depuis… Trop longtemps. Mon passage à Etoile peut-être ? Un peu plus tard ? Je sais plus. Le stress et l'angoisse ambiants me mettent aussi sur les nerfs.

La lumière est éteinte dans la maison et je soupire doucement. Je suis en même temps content de voir qu'elle ne m'a pas attendu mais d'un autre côté j'aurais bien besoin d'un câl- Le bruit. J'allume le couloir. Je vois vaguement Aoi. Elle m'a fait peur, putain. Quelle idée d'aller se prendre une verre d'eau en plein nuit sans allumer la lumière.

Je m'affale à côté d'elle sur le fauteuil pour la prendre dans mes bras et enfouir mon visage dans ses cheveux. Elle sent encore le sommeil, l'odeur qu'on a quand on dort et celle de notre lit.

— Hn, je grogne. C'tait calme.

Ca va. Je me suis inquiété. Plus on avance, plus je me rends compte qu'avec elle, pas besoin d'expliciter. On se comprend beaucoup trop. Parfois ça me fait un peu peur. Parfois ça me fait du bien, comme là.

— Tu m'as fait peur aussi. T'arrivais pas à dormir ?


##   Mer 8 Nov 2017 - 14:59

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Messages : 1298
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Mon coeur manque de s'arracher de ma cage thoracique quand je laisse tomber le verre. J'essaie de me calmer en m'asseyant, de reprendre mon souffle, le visage entre les mains. Respire Aoi, respire. Ce n'est pas parce que ton pouvoir de guérisseur ne fonctionne plus correctement que tu vas mourir à la moindre tachychardie. C'est juste l'effet du stress, calme-toi.

Huo me prend dans ses bras, et doucement, je vais mieux. Je m'y blottis en enroulant mes bras autour de sa taille, le visage contre sa poitrine. Il est là, ça va. La patrouille s'est bien passée, nous n'avons pas été attaqués. Peut-être qu'on ne le sera pas tant que nous n'aurons pas nos pouvoirs ? On va essayer d'y croire, et ne pas trop s'inquiéter. Je frissonne un peu, il est gelé.

—Pardon, je souffle encore une fois. Je crois que je suis trop stressée. Je pense à la journée de demain, je me demande si on est vraiment en sécurité, et tout n'arrête pas de tourner…

Je frotte doucement mon nez contre sa poitrine, vais chercher ses mains pour les frotter doucement, puis les porter à mes lèvres pour souffler de l'air chaud dessus. Nous restons un moment comme ça.

—Je suis épuisée...

Mes yeux se lèvent à la recherche des siens dans la pénombre. Il va bien, alors ça ira… Je suppose ? J'ai l'impression de bloquer sans cesse sur les mêmes pensées, incapable d'avancer.

—Est-ce que tu veux que je fasse du thé ? Tu es congelé.

Puis un silence alors que je me détache lentement de lui. Un regard vers l'endroit où j'ai lâché le verre. Il doit y avoir des morceaux éparpillés partout. Il faut que je nettoie ça rapidement, on risquerait de se couper si on marche pieds nus… J'esquisse un geste pour me relever et chercher l'interrupteur de la petite lampe du salon, histoire de ne pas nous éblouir avec le plafonnier. Vivre sans pouvoir, c'est vraiment angoissant.



Je vole en #F54759
##   Mer 8 Nov 2017 - 23:00

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Messages : 1260
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

C'est bon, elle est dans mes bras, je suis à la maison. Je sens son coeur qui bat encore un peu trop vite sous ma paume. Elle est chaude, pour une fois que ce n'est pas moi qui la réchauffe mais l'inverse… Je passe doucement une main dans son dos.

Elle a l'air tellement mal. Je ne sais pas bien comment la rassurer. Je me réchauffe lentement pendant que mes yeux s'habituent à la pénombre. Je crois que je pourrais presque m'endormir comme ça, à moitié emmêlé contre elle sur le fauteuil alors qu'elle tient mes mains dans les siennes.

— Je veux bien une infusion, ça t'aidera peut-être à dormir.

Je la sens qui se penche, pour allumer la lumière peut-être, mais je la coupe dans son geste pour la serrer un peu contre moi.

— Attend, je vais le faire.

Je frotte doucement mes mains l'une contre l'autre et fait apparaitre une flamme. Vacillante mais quand même chaude, qui produit une lumière douce. Je suis encore trop faible pour la faire flotter autre part qu'au dessus de ma main. J'ai l'impression d'avoir régressé au stade d'initié.

— Je vais faire chauffer la bouilloire.

Je ne veux pas la laisser toute seule. Là j'ai juste envie de rester blotti avec elle sous la couette. Je fais un aller retour rapide à la cuisine pour remplir et allumer la bouilloire et préparer la théière avec une infusion aux fruits. J'ai un peu moins froid. Aoi a allumé la petite lampe du salon et j'éteint ma flamme. Rien que ça me demande déjà beaucoup trop d'énergie par rapport à ce que je suis habitué. C'est très frustrant. Je retourne dans le salon, m'arrête dans l'encadrement de la porte et la regarde avec un sourire doux.

— Ca va aller Princesse ?

Elle m'inquiète, je l'ai jamais vue aussi stressée.


##   Mar 5 Déc 2017 - 16:42

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Messages : 1298
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

C'est étrange de sentir la peau froide d'Huo contre la mienne. Habituellement, elle irradie d'une chaleur si douce que je parviens à m'endormir presque immédiatement dans ses bras. Maintenant... Maintenant lui aussi a froid à nouveau ; c'est comme retrouver des émotions anciennes, négatives, les déterrer et les mettre pile à notre vue. Je sais bien que nous, en tant que Masters, n'avons pas besoin de nos pouvoirs pour être quelqu'un ; pourtant, nous sommes comme dépourvus d'un membre en plus, un sens supplémentaire. Ne pas sentir les autres autour de nous. Retrouver notre banalité triste à pleurer, nos défauts stupides et dégoûtants. J'essaie de reprendre mon souffle et de lui renvoyer un sourire doux, autant que faire se peut. Je ne veux pas qu'il s'inquiète pour moi mais, parallèlement, je n'arrive pas à faire semblant. Il y a trop de choses qui m'angoissent, il y a toute cette histoire avec les psychologues qui tourne encore dans ma tête... La hargne des initiés et des étoiles... Nos pouvoirs qui reviennent beaucoup trop lentement... Trop de choses à supporter en même temps.

Comment fait-on pour ne pas s'effondrer ?

Huo me serre contre lui et je me blottis dans ses bras froids, essayant de lui transmettre un peu de ma chaleur corporelle. Pardon de ne pouvoir faire plus, de ne jamais réussir à t'épauler ; c'est dans des moments comme ceux-ci que je suis heureuse de t'avoir à mes côtés, mais que je regrette que tu aies à me supporter.

La flamme qu'il fait apparaître nous réchauffe tous les deux ; j'ai un sourire doux, tendre ; mes mains viennent se rapprocher des siennes pour les entourer, au risque de me brûler. Le feu manque de me lécher la peau, mais peu importe. Je suis prudente, j'ai juste besoin de sentir quelque chose de familier. De voir quelque chose de familier. Cette lumière qui danse dans ses yeux et qui me fait doucement chavirer.

Nous nous levons tous les deux ; pendant qu'il s'occupe de la bouilloire, je vais chercher la petite pelle et la balayette qui traînent dans un placard pour commencer à ramasser les débris de verre au sol. Je manque de me couper avec l'un d'entre eux lorsque la voix d'Huo reparaît.

—Oui, ça ira.

En réalité, je ne sais pas. Ma voix se bloque dans ma gorge sur le dernier mot. Je détourne les yeux, puis tente de lui renvoyer un sourire fort. Essayer de tenir. Je sais qu'avec lui je peux me permettre de dire ce qui m'inquiète.

—J'ai vraiment peur qu'on se fasse attaquer et que ce soit la fin, je lâche finalement, mon sourire vacillant à la lumière orangée de la lampe.

Une inspiration, je me lève pour passer près de lui et poser mon front contre son épaule, la balayette encore en main.

—Pardon, je sais que tu es fatigué aussi… C'est juste- Ryu est quelqu'un d'intelligent. Il n'aurait pas fait ça pour nous faire du mal, mais pour nous protéger. Alors peut-être qu'il y a vraiment des traîtres parmi nous… Et en même temps, ce qu'il a fait n'est pas juste... Tu aurais dû voir la tête de Nicolas, d'Ariana, d'Alice...

Je me mords la lèvre. Repense à Hideko. À ce que m'a dit Huo sur Misao. À la réaction de tout le monde, le visage abattu des Masters.

—Tu crois qu'ils ont raison ? Tu crois qu'on ne peut pas les protéger ?

Mes larmes manquent de couler sans que je n'arrive à les retenir.



Je vole en #F54759
##   Jeu 7 Déc 2017 - 20:33

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Messages : 1260
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Ca me fait du bien de sentir que je ne suis pas seul. Demain matin au plus tard, on aura retrouvé nos pleins pouvoirs mais ça m'angoisse quand même. J'ai comme de vieilles angoisses qui remontent et ça me met pas très bien. J'ai besoin de pouvoir la protéger, elle et tous les autres. Me sentir incapable de le faire est très frustrant et en même temps angoissant. Je sais pas ce que Ryu voulait faire avec ça mais c'est pas pour me rassurer.

Elle a peur. Je le vois, elle me le dit même. Je ne sais pas trop comment la rassurer. J'entends la bouilloire qui chauffe dans la cuisine. Je me rapproche et caresse sa nuque doucement.

— Ca va aller, Princesse.

Je t'aime. Ca ira. Je te protègerai toujours. Je me mords la lèvre. Je sais que Ryu a surement ses raisons mais décider de ça unilatéralement sans consulter personne était une mauvaise idée. J'ai confiance en nous. Personne à Terrae peut avoir fait ça. Si on commence à se méfier les uns des autres, on ne survivra pas.

— J'ai pas envie de penser qu'il y ait des traîtres. On a tellement renforcé la sécurité depuis qu'on a intégré les psy. Même sans ça… Si on se met à se soupçonner entre nous, on est foutus.

Je l'enlace doucement, caresse sa nuque. Moi aussi j'ai tellement peur de ne pas y arriver. Mais je dois y croire. Je dois croire en nous.

— Je sais qu'on s'en sortira. On s'en sort toujours.

Mon pouce caresse sa joue doucement et je souris un peu. Je t'aime, je t'aime, je t'aime. Si fort. Ne pleure pas.

— Je suis prêt à utiliser ma greffe sur tout l'institut si c'est nécessaire. Mais on en arrivera pas là.

Fais nous confiance. Je l'embrasse légèrement sur le front.

— On demandera des précisions à Ryu quand il sera en état. Ca sert à rien de s'angoisser en attendant. On est en alerte, il se passera rien cette nuit.


##   Mar 26 Déc 2017 - 18:25

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Messages : 1298
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

HRP : .... J'ai pas mis 20 jours à écrire ce post, c'est faux. :srs:


Dans ce genre de moment, on ne sait jamais à quel point on a besoin d'entendre ces mots, à quel point on a besoin que quelqu'un nous les affirme, à quel point on a besoin de ne pas être seul. Sa main sur ma nuque me calme seulement à demi ; mes doigts viennent chercher les siens, je me laisse enlacer sans rien dire, me contentant d'expulser ma tristesse et ma peur hors de mon corps. Comme une enfant qu'on rassure quand elle fait des cauchemars — sauf que le cauchemar, c'est ce qu'on vit.

Depuis cette après-midi, je n'arrive pas à m'empêcher de penser aux "et si" ; et si on n'avait pas fait les choses correctement, et si c'était de notre faute pour avoir laissé entrer les psychologues, et si on avait loupé un élément important… Au final, on n'en sait rien ? C'est une question qu'il faut qu'on se pose, malgré tout ; pourquoi Ryu nous aurait retiré nos pouvoirs autrement, au risque de se mettre en danger ? Il est loin d'être stupide et irréfléchi… Ou peut-être qu'il avait simplement peur des débordements ? Quand on voit tout ce qui s'est dit à la cafétéria, quand on voit toute l'animosité à notre égard, ça m'effraie. J'ai peur qu'ils ne nous fassent plus confiance après ça, qu'ils refusent de nous écouter ; ils veulent tout faire par eux-mêmes, se sentent exclus alors qu'ils n'ont jamais souhaité s'investir davantage auparavant. Ce n'est pas dans les moments de crise qu'il faut se réveiller et se dire "on veut participer", non ? C'est normal qu'on s'organise entre nous, puisqu'on sait qui est à quel poste et qui doit faire quoi… Je ne sais juste pas comment le leur faire comprendre ?

—Pourtant, les élèves ne nous font pas confiance, eux, je lâche finalement. Ils n'acceptent pas qu'on leur demande de rester sagement à l'institut en attendant que l'on s'organise. Ils ont été agressifs, à la cafétéria, je soupire encore. Ys a essayé de temporiser, peut-être pas de la bonne manière, mais eux ont directement mal réagi... Qu'est-ce qu'on aurait pu leur dire d'autre, de toute manière ?

Mes yeux noisette rencontrent les siens, qui luisent d'une couleur étrange à la lumière du salon. Sa main vient essuyer mes larmes ; je le laisse faire sans rien ajouter pour l'instant. Sa greffe... Un instant, mon coeur se serre dans ma poitrine.

—Ne dis pas ça comme si c'était si simple.

Nous connaissons les conséquences, lorsque nous allons trop loin dans l'utilisation de nos pouvoirs. Les maux de tête, notre espérance de vie qui diminue, notre résistance qui s'essouffle, notre pouvoir qui s'estompe… Tout dépend de la greffe, bien sûr ; mais je ne doute pas que le sien ressemble à celle de Mitsuki, ou même la mienne. Je ne l'ai que peu utilisée, et jamais sur un espace trop important. Alors la taille de l'institut... Je n'ose même pas imaginer. Un frisson remonte le long de ma colonne. Pourtant, il n'a pas tort. Il ne se passera sûrement rien. D'autant que ce n'est pas directement Terrae qui a été visée ; on ne sait encore rien de la menace.

Je me mords la lèvre en m'appuyant sur lui, l'enlace à nouveau. Respire. Respire Aoi.

—Je dois être opérationnelle à l'hôpital, demain, je souffle. Je ne sais pas comment je vais réussir à dormir.

Un nouveau silence. J'ai une pensée pour Ryu, encore. Puis pour mes pouvoirs envolés. Peut-être que je bloque encore trop psychologiquement pour me rendre compte que je peux à nouveau les utiliser a minima ?

—Peut-être qu'ils ont raison. Peut-être qu'on n'est rien sans nos pouvoirs…

Mais alors à quoi rime tout ça ?



Je vole en #F54759
##   Lun 1 Jan 2018 - 13:13

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Messages : 1260
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Je ne veux pas qu'on spirale dans des idées noires. Je la tiens contre moi en attendant qu'elle se calme un peu. Je sais que c'est compliqué de rester calme. La journée a été compliquée et puis nos pouvoirs… Ca reste un contre coup quand même. Et toutes les implications derrière le geste de Ryu sont aussi effrayante mais je crois qu'on devrait pas céder à la panique. Même si c'est tentant. On peut pas se permettre ça. C'est à nous de le gérer. Tant qu'on est à la maison… Je peux la réconforter.

— Ca ne l'est jamais. Tu sais bien que ça ne l'est jamais.

Je caresse sa joue doucement, essuie une trace de larme sur sa joue. Ma greffe… Je sais que si j'essayais de l'utiliser sur quelqu'un d'autre que moi, je devrais en payer le prix. Comme elle. Comme Mitsu. C'est comme ça que ça fonctionne souvent.

Je lui rend son étreinte avec un sourire doux. Je ne sais pas comment la rassurer cette fois là. C'est émotionnel et à part lui faire un câlin et rester avec elle, je peux pas faire grand chose de plus.

— Je suis là, Princesse. Ca va aller.

Je me mords la lèvre. Je ne veux pas croire à ça. Nos pouvoirs nous définissent pas. On a vécu sans eux avant, on sait faire des choses sans eux.

— On est jamais rien, Aoi. Même sans tes pouvoirs, tu restes une personne exceptionnelle. L'important c'est dans le coeur. Et puis, tu peux toujours soigner même sans tes mains magiques, je ris doucement.

Ne pense jamais que tu n'es rien, même sans tes pouvoirs. Sinon, moi je ne suis plus qu'un moins que rien. Je sais rien faire non plus à part me battre. Je soupire doucement, glisse une mèche derrière son oreille avant de presser ses mains dans les miennes.

— Il faut que je me douche. Tu veux m'attendre dans le lit ? J'en ai pour cinq minutes.


##   Dim 4 Fév 2018 - 12:38

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Messages : 1298
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Rien n'est simple. Si ça l'était, nous ne serions sans doute pas là aujourd'hui ; soit on aurait réussi à s'en sortir par nous-mêmes, soit Terrae n'aurait simplement pas existé et nous aurions dû rester dans notre merde. Terrae est une chance que beaucoup n'auront jamais, et dont beaucoup rêvent sans doute ; mais c'est aussi en ne le désirant pas, ou plus, qu'on parvient à être appelé. Si c'était simple… sans doute que nous ne serions pas non plus dans cette situation. Perdus, à attendre. À angoisser, à espérer. Qu'est-ce qu'on peut faire d'autre, au final ? Si Hideko ne revient pas...

Mes yeux se ferment, je reste appuyé tout contre Huo sans rien dire. De toute manière, ça ne servirait à rien ; qu'est-ce que je peux dire d'autre à part me plaindre davantage ou lui répondre sans y croire "oui, c'est vrai, je suis quelqu'un d'exceptionnel" ? Un demi sourire se glisse néanmoins sur mes lèvres ; faible, ténu, mais il tient bon. Je ne suis pas encore médecin, comment veux-tu que je soigne sans mes pouvoirs, crétin…

Lentement, je m'écarte ; il est toujours doux. Sa main qui glisse sur ma joue pour écarter une mèche de cheveux bouclée, puis qui serre précautionneusement mes doigts entre les siens. J'acquiesce, me penche vers lui pour lui voler un baiser.

—Je t'attends.

Je le laisse disparaître dans la douche et m'occupe de mettre l'eau dans la théière, presque machinalement ; deux tasses dans une main, la théière dans l'autre, et j'emmène le tout dans la chambre. Ca fait longtemps qu'on ne s'est pas fait de petit déjeuner au lit... Bon, ce n'est pas comme si on allait en avoir le temps demain.

J'essaie de m'occuper les mains en attendant qu'il revienne ; ranger un peu ce qui traîne, ouvrir la fenêtre pour aérer une minute, la refermer ; me servir une tasse de tisane, que je tourne et retourne dans mes mains nerveusement. Ce n'est même pas tellement pour se réchauffer ou boire quelque chose que pour le réconfort que ça nous procure... Maintenant, il faut que je me reprenne. Demain, je serai opérationnelle. Il y aura besoin de moi, à l'hôpital. Il faudra gérer les psychologues, les élèves sans leurs pouvoirs. Et demain, peut-être qu'ils seront complètement revenus...

D'un geste des doigts, je fais naviguer un courant d'air chaud dans la pièce, et mon coeur affolé se calme un peu. C'est vrai. Ils vont revenir.

Mes yeux se relèvent vers Huo, et je lui tends une tasse pleine lorsqu'il s'est installé, avant de m'appuyer contre son bras, tête sur son épaule.

—Tu n'auras pas trop froid cette nuit ? chuchoté-je. J'essaierai de ne pas trop te piquer la couette.



Je vole en #F54759
##   Sam 17 Fév 2018 - 15:33

Personnage ~
► Âge : 27
► Doubles-comptes ? : Sarika Kapoor
► Rencontres ♫♪ :
Huo Zhang
Messages : 1260
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 28
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Parfois j'ai aussi du mal à comprendre Aoi. Même si on est en phase et que je la connais très bien, que je sais à quoi elle pense, je ne sais pas bien comment la rassurer. On ne fonctionne pas de la même façon. Son manque de confiance en elle… Disons que c'est pas facile de me mettre à sa place ? J'ai confiance en moi, sur la plupart des choses du moins. Elle… Je ne sais pas. Il y a des choses qu'elle sait faire et elle se rabaisse moins qu'avant mais c'est dans des moments comme ça que je réalise que les vieilles habitudes ont la vie dure.

Je prends une douche rapidement, me laisse bercer par le bruit de l'eau sur le carrelage. Peut-être que je passe quelques minutes de plus que d'habitude sous l'eau brulante pour me réchauffer mais ça me fait du bien. Demain matin ce sera revenu j'espère.

Je retourne vers la chambre sans prendre la peine de vraiment me rhabiller et je frissonne. La pièce est quand même bien plus agréable que le couloir. Je me glisse sous les draps et accepte la tasse de tisane qu'elle me tend.

— Ca ira, je réponds en souriant. On fera les pingouins au pire.

Dormir serré contre elle pour se tenir chaud. Elle a toujours froid de toute façon. C'est pour ça qu'elle me pique la couette. Je sirote mon infusion doucement, passe mon bras libre sur ses épaules.

— Ca va bien se passer, promis.

Je veux y croire. Je termine la tisane et me glisse sous les couvertures tout contre elle. Finalement, c'est pas si mal de profiter de sa chaleur comme ça. Quand tout ça se sera tassé… Ouais peut-être que je devrais apprendre à pas me reposer autant sur mes pouvoirs de radiateur.

— Bonne nuit Princesse.


##   
Contenu sponsorisé

 

[EVENT - 1] Peur du noir • Huo ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Logements Masters. :: Maisonnette d'Aoi et Huo.