Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
[EVENT-1] City of light {PV Renji}
#   Mar 28 Nov 2017 - 11:46

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 27
Humeur : ....


Pensez à vous ménager et faire attention qu'ils disaient ? Mais est-ce que Leya a déjà écouté les conseils des médecins ? Non pas vraiment. A peine remise de son état de léthargie visuelle, la voilà comme un bout en train à vouloir absolument sortir. En même temps quand on passe un mois de sa vie aveugle à porter un bandeau et à rester enfermée, comment peut on en vouloir à cette personne n'est-ce pas ? Enfin la petite albinos, bien qu'elle fut très embêtée de la situation, ne devrait pas s'en plaindre puisque cette dernière lui aura permis de se rapprocher de Renji, un garçon dont elle était devenue proche à travers la littérature et d'autres aspects un peu plus négatif de la vie. Ainsi que d'Akito, un blondinet adorable qui avait pris soin d'elle pendant tout ce temps donné. Finalement ce master avait raison.

Terrae sera un nouveau monde pour toi

Au début à subir toutes les brimades, les moqueries, cela n'avait rien changé de ce qu'elle avait connu et de son quotidien habituel, ça en était devenu morne et ennuyeux à force, mais ce qui avait évolué ? C'était elle et son sens du relationnel. Puis qu’auparavant tel un animal sauvage, la demoiselle n'aurait permis à personne de s'approcher, voyant constamment le mal autour de sa personne. Regardant autour d'elle, dans sa chambre, ses yeux ayant encore du mal à s’accoutumer aux intensités de lumière diffuses, et aux couleurs présentes dans la pièce. Le médecin avait été formel que sa vision allait encore un peu lui faire défaut et qu'il valait mieux pour elle se repose encore un peu, mais non ça suffit hein ! Stop rester enfermée, là tout ce qu'elle rêvait c'était de prendre un énorme bol d'air ! Et comme la météo neigeuse d'un mois de novembre le lui permettait, alors pourquoi s'en priver ? Et puis aujourd'hui n'était pas vraiment n'importe quel jour, puisque cela faisait un moment qu'elle en parlait au brun...Sans vraiment se rendre compte que sa proposition ressemblait presque à un rendez vous galant...La demoiselle secoua la tête, les joues rouges rien que de s'en rappeler ! Pour elle c'était une sortie entre amis tout ce qu'il y a de plus banal...enfin "amis" oui bon c'est compliqué...

Bref, elle avait entendu parler d'une exposition sur William Turner, un peintre précurseur de l’impressionnisme anglais qu'elle affectionnait particulièrement. Et puisque Renji avait été le premier à lui faire découvrir de nouveaux poètes pourquoi ne pas lui rendre la pareille en lui faisant découvrir un peu de son univers à elle ? Ce qu'il y a de magnifique dans sa peinture, c'est le talent avec lequel il présente son art, ses paysages ! Il y a quelque chose d'apaisant dans ses tableaux que Leya souhaite vraiment communiquer au jeune homme. Habillée d'une robe en pull de couleur bordeaux avec une capuche et de bottes en daim marrons, un manteau d'hiver kaki avec une fausse fourrure sur la capuche. Ce serait mentir de dire qu'elle avait choisie cette tenue au hasard parmi ses affaires...mais bon sans se prendre réellement la tête, pour que ça ne paraisse pas suspect...Disons que c'est la première fois que ce genre de sortie lui arrive, donc elle ne savait encore une fois pas comment s'adapter et se comporter. Il y avait un livre ouvert sur son bureau à ce sujet d'ailleurs "Bien préparer son premier rendez vous". Oui bon il y a de bon conseils pratiques là dedans pour organiser la journée, sans tomber dans du romantisme mal placé. Le stress reste à son comble

Le ciel couvert d'une épaisse masse de nuages, rejetant sa pluie argentée de flocons étincelants donnait presque à Terrae un air de fête. D'ailleurs il y avait beaucoup d'animation, on préparait les illuminations de noël, les vitrines des magasins commençaient même à s'adapter chacune à l'arrivée du mois de décembre. Jetant un coup d’œil à la pendule du centre ville, sa capuche sur la tête, elle s'assit sur le rebord d'une fontaine posée en attendant l'heure. Renji devait bientôt avoir fini le travail, elle n'avait pas osé aller le chercher là bas, de peur que ses collègues lui fassent des remarques exagérées du genre "Ho c'est ta petite amie ?" ! Ouais mais non en faites, c'est que ça l'aurait mis mal à l'aise et elle aussi d'ailleurs.

Bon il ne reste plus qu'à attendre qu'une certaine tête brune fasse une soudaine apparition.







#   Mar 28 Nov 2017 - 22:56

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Renji regarda le combiné longuement. Il pouvait encore entendre les Bip Bip du téléphone. D'accord. 
Plutôt dans la journée, sur son lieu de travail, alors qu'il archivé de nouveaux livres, le téléphone du magasin, à défaut de ne pas avoir de propre téléphone portable, le brun reçut un appel des plus inatendus: Leya.
Cette dernière était heureuse de lui apprendre qu'elle pouvait à nouveau "voir". Finis les journées dans le noir constamment aidée par une tierce personne. Elle avait retrouvé sa liberté. Et tout simplement, elle lui avait proposé une sortie entre amis. Abasourdis et prit au dépourvus, Renji n'eut le temps de répondre que la demoiselle avait raccroché. 
Zut. Il ne peut pas la rappeler, il ne connaît pas son numéro de téléphone. Et non, ce n'est pas avec celui de la librairie qu'il allait pouvoir le retrouver puisque ce dernier n'enregistre rien au vue de sa date d'achat. Ouais, il est vieux ce téléphone. Renji devrait sérieusement songer à en acheter un des plus récents.

Bref, de bout en train, voilà comment on en vient. Tant puis, il n'avait pas d'autre choix que de s'y rendre. Mais qu'avait elle en tête sérieusement?! 
Et c'est ainsi que japonais terminait sa journée comme tant d'autres. Un dernier tour dans la serrure, et le brun repositionna son écharpe devant son visage. Decidément, même avec un épais manteau, il faisait toujours autant froid. Ils étaient rentrés en période d'hiver et les temps froids et glaciales n'allaient pas tarder à pointer le bout du nez. 
Le village, en dépit des mauvaises nouvelles à Terrae, faisait preuve de courage et de volonté en animant les rues de lumières festives. 
On pouvait même entendre des chants de Noel. Noel, voilà une fête dont le garçon s'en soucie guère. A ses yeux, c'est un jour comme un autre.

Bref, il harpa les rues jusqu'au lieu de rendez vous. Il y avait tout de même du monde, bien qu'il ne fasse pas si tard que ça. Oui, il ne faut pas oublier le couvre feu. 
La nuit tombe vite durant les jours d'hiver, mais cela signifie en rien qu'il soit tard, au contraire.
Cherchant du regard à travers cette foule, ses prunelles bleues s'arrêtent enfin sur la petite albinos. Restant éloigné, il l'observe un instant. Elle semble bien pensif à cette heure. Et n'a-t'elle pas froid en robe? Pour sûr, elle allait tomber malade, obligé! C'est du moins ce  que pensait le garçon. 
Un soupir et ce dernier se décide enfin de se présenter à elle. 

"Bonsoir Leya. J'espère que tu ne m'a pas attendu longtemps."

Oui, pourvu qu'elle ne soit pas resté là pendant de longues minutes. Bien que ce ne fut pas dans ses projets de ce soir, il ne désire pas pour autant être négligeant et manquer d'arriver en retard. Aussi, jugeant de la fraîcheur il se reprit aussitôt:

"Tu désire qu'on se rende autre part? A l'abri du temps?"


#   Mer 29 Nov 2017 - 17:57

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 27
Humeur : ....


Toutes les couleurs des illuminations réchauffait le coeur de la petite albinos, qui resta plongée dans ses pensées, surtout en voyant une fille et sa mère. Un pincement au coeur plus tard, lui rappela qu'elle serait certainement seule pour fêter ce jour spécial qu'on aime avoir en famille. Une moue sur le visage un peu triste, elle se tapota les joues quelques secondes plus tard en essayant de se ressaisir ! Non ce n'est pas le moment de se déprimer et broyer du noir, en comptant qu'elle allait passer d'agréables moments en compagnie du brun ! Au moins ça lui permet de ne pas se concentrer sur les choses négatives. Renji fit soudainement son apparition, ne s'étant même pas douté qu'il l'observait depuis quelques secondes déjà. Oui son esprit avait été bien trop ailleurs pour se rendre compte de la présence du jeune homme. Un petit battement dans son coeur, et voilà qu'elle dissimulait à nouveau les choses.

En même temps, elle était très forte pour cela

▬ Bonsoir Renji ! Non ne t'en fait pas, je suis arrivée il y a cinq minutes. Ta journée de travail s'est bien passée ?

Leya restait un mystère mais il n'était pas difficile de voir que quelque chose s'était passé, quand on voit comment soudainement elle devient un peu plus bavarde. Enfin bon, il ne lui en voudrait pas qu'elle s'intéresse un peu à lui et à sa vie non ? Écoutant les chants en fond qui l'entourait, elle fourra ses mains dans les poches de son manteau, essayant de fuir le plus possible les yeux du jeune homme pour qu'il ne se rende pas compte du malaise qu'elle avait eu précédemment. Reprenant teneur, la voilà à nouveau un sourire perché sur ses lèvres.

▬ Le médecin m'a dit que j'allais encore devoir m'accoutumer un peu pour mes yeux, mais que ça allait passer au fil des jours ! Je suis contente de voir à nouveau...

Ouais enfin vite fait, parce qu'au moins aveuglée, elle ne voyait pas la laideur du monde, même si Terrae en était un à part, tout n'est pas rose ou bleu. Enfin pour le moments ses mirettes étaient éblouies par les touches colorées qu'apportait les néons et les illuminations féerique du futur mois de décembre. C'est impressionnant de voir comment le village arrive à se sortir de la peur malgré l'état d'urgence et l'alerte qui a été donnée...d'ailleurs il ne valait mieux pas traîner, puisque sinon ils n'auraient jamais le temps d'aller voir cette exposition temporaire. Jetant un bref coup d'oeil sur la montre, elle reporta son attention sur le brun qui semblait comme à son habitude toujours très calme.

▬ Désolée pour mon appel précipité de toute à l'heure, je voulais vraiment te voir...

Les joues un peu rouge, encore une fois ne se rendant absolument pas compte du degrès de ses paroles, elle l'écouta lui demander s'il voulait qu'ils aillent quelque part

▬ Justement, en ce moment il y a une exposition sur un artiste que j'aime beaucoup et comme tu m'as fait découvrir plein de poètes, je voulais te rendre la pareille en te faisant découvrir un peu de mon univers ! Je sais pas si tu aimes l'art, mais il y a un artiste anglais dont ses paysages m'inspire beaucoup d'émotions, et on pourrait facilement lire une poésie, regarder le tableau et s'y laisser transporter.

Autant l'albinos est un peu timide, autant depuis qu'ils s'étaient un peu rapprochés et que leur relation avait évoluée dans le bon sens, elle se sentait moins timide, puis passionnée généralement c'était un vrai bout en train que personne n'arrête. Il parait que la passion change une personnalité ! Cela devait surement être le cas avec la petite demoiselle. En temps normal, Leya n'est pas du genre quelqu'un qui s'intéresse à tout et n'importe quoi ! L'art, la littérature, la musique sont les seuls domaines qui ont réussi à chambouler son petit coeur de glace de l'époque. Elle s'en souvenait comme si c'était hier, dans cette pièce blanche entourée de médecins qui tentait de chercher ce qui la passionnait, les jouets qui lui avaient été offerts enfant ne l'amusait même pas, au contraire, elle s'amusait même à les cacher dans un coin pour ne jamais les revoir, comme si leur simple vue était repoussante. Et puis un livre dans les mains, quand elle a eut les capacités de pouvoir lire d'elle même, sa passion commença à grandir ! L'intimant du coup à la suivre, elle regarda sur son papier, qu'elle avait sortie de sa poche, l'adresse de la fameuse salle d'exposition. Le problème c'est que pas douée du sens de l'orientation, et ne connaissant pas encore assez bien la ville, elle n'avait aucune idée de où ça pouvait bien se trouver...

Cette sortie commence bien...







#   Jeu 30 Nov 2017 - 21:41

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Leya semble bien se porter. Il avait pu suivre un peu sa convalescence. De ce fait, il constata que cette dernière vivait sa sortie avec enthousiasme. 
D'un hochement de tête, il répondit d'un geste positif à sa question concernant le déroulement de sa journée. Un jour de travail sans grande envergure, une journée plate en elle même. Une journée normale quoi.
Et avant même qu'il ne la questionne sur sa santé et son état d'esprit, la petite albinos prit les devants et l'informa de son état. Oui, elle semble aller mieux. Il suffit de voir comment celle ci prit la parole aussi rapidement. Il semblerait qu'elle soit d'humeur bavarde ce soir.
Remontant son écharpe, afin de ne plus sentir cette désagréable sensation de froideur dans la nuque, le jeune homme reprit d'un ton naturellement tranquille:

"Tant mieux dans ce cas. C'est bien que tu sois guérie."

Il ne parait pas enjoué et pourtant ses paroles sont sincères. Il se doute bien que d'être enfermé dans le noir pour sa propre sécurité est au delà de l'inimaginable. Certes il est d'un naturel patient, mais il aurait peut être pas su aussi bien supporter que la petite albinos cette prison.
Et voilà que cette dernière s'emporte de nouveau laissant échapper des paroles assez... assez gênantes en soit. Il faut croire qu'elle ne pèse pas ses paroles avant de les prononcer. Renji relève de grands yeux sur cette dernière avant de chasser cette gêne. Après tout, il devait le savoir, il est habitué, c'est un boulet. 
Bref, il ne préféra rien relever et laissa la demoiselle terminer. Une exposition de peinture? Pourquoi pas après tout, cela pourrait être intéressant.
Et peu à peu, le brun réalise que Leya désire lui faire découvrir son monde, sa vison des choses. Il ne saurait dire pourquoi ou comment, mais il a accepté. Il se contentera de mettre cela sur le compte de la curiosité. 

"Pourquoi pas. Allons y dans ce cas."

Oui enfin, c'était sans compter sur le sens de l'orientation de la petite albinos. Est ce donc du à son aveuglement durant un mois? Il aurait pu se moquer d'elle et ne pas hésiter à en faire la réflexion, mais il n'y a rien de drôle dans cela.
Aussi, alors qu'il donna du temps pour trouver son chemin, un rictus lui échappe et finalement, il lui tendit la main.

"Puis je?"

Demanda-t'il avant de recevoir le plan. Au moins, quand on est deux, il y a toujours une solution. Et pour le coup, Renji connaissait les rues du village. Jetant un coup d'œil au plan, il put visualiser et deviner la route à prendre. D'un geste de la tête, il fit signe à la demoiselle de le suivre. C'est alors qu'ils prirent la direction qui mène à cette exposition. 
Sur la route, ils croisèrent de nombreuses brasseries, de restaurants, de chants et de lumières. Il faut croire qu'en dépit de cette alerte maintenue à Terrae, les gens ici désirent tout de même profiter de Noel pour se vider la tête. N'est ce pas là humain après tout? Qui pourrait les blâmer?
Jetant un regard sur chaque trottoir bandé de monde, le brun reprit d'une voix tranquille tout en fourrant ses mains dans ses poches:

"Je ne pensais pas que tu étais callée sur la peinture. Est ce que là aussi, tu as découvert ça toute seule?"


#   Ven 1 Déc 2017 - 5:07

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 27
Humeur : ....


Tant mieux ? Rien que ses paroles commencèrent à chambouler son petit coeur ! Bon allez on se reprend, on se détend, et on souuuuufle ! En faites, la raison du pourquoi et du comment est très simple, cela ne fait que peu de temps qu'ils sont finalement plus proches et que Renji réagissait un peu moins abruptement envers elle, donc comme ce n'est pas encore une habitude, pas étonnant que ça la surprenne. Cherchant comme à perdre son regard dans le paysage coloré pour ne pas montrer les émotions naissantes. Bah quoi elles sont jolies ces illuminations ! Même si cet air de fête, alourdissait un peu le coeur de l'albinos qui ne sera pas sans se rappeler, que c'est ce 24 décembre qu'elle aura été trouvée devant la porte de l'orphelinat Perkins, et donc considéré comme celui de sa misérable existence. Perdue pendant plusieurs minutes dans ses pensées, une moue un peu attristée, son regard s'était attardé par la présence d'une petite fille blonde comme les blés, presque aussi belle qu'une princesse, qui venait de faire tomber son ours en peluche aux pieds de la jeune femme. L'albinos se baissa pour ramasser ce dernier et le tendit à l'enfant qui la remercia chaleureusement

▬ Arigato nee-sama !

La mère qui avait perdue sa présence de quelques secondes, apeurée était soulagée de la voir, mais lança un regard noir à Leya.

▬ Ne parle pas aux inconnus, et encore moins à cette fille...Allez rentrons Yuna !

L'albinos soupira. Cette réaction n'avait pas changée ! Elle ne comprenait pas pourquoi est-ce que le genre humain se braquait à chaque fois comme si elle était une créature démoniaque alors qu'elle est aussi pure et douce que la neige qui s'échappe du ciel. Ne se laissant tout de même pas abattre par cette petite mésaventure, elle retourna son attention vers le brun, un doux sourire aux lèvres, comme si rien n'avait réussie à l'atteindre alors qu'au fond d'elle, elle était mortifiée. Se relevant et sortant donc le plan de sa poche, très vite elle se rendit compte qu'elle était plus perdue qu'autre chose....Renji se rendit compte alors de sa détresse puisqu'il tendit sa main, en lui demandant ce dernier pour regarder l'adresse. Puis il l'intima à ce qu'elle le suive, ce qu'elle fit sans plus tarder, toujours dans le silence.

Sur le chemin, les yeux de l'albinos s'émerveillaient comme si elle découvrait le village pour la première fois. Il est vrai qu'Akito l'y avait emmené...mais c'était de nuit et ce n'était pas vraiment la même ambiance, puisqu'il était encore tôt, même si on pourrait penser le contraire. Le solstice d'hiver rend les jours de moins en moins longs. En tout cas le blondinet avait raison, Terrae était un village somptueux, et les gens faisaient de cet endroit, un agréable havre de paix ! On ne croirait même pas qu'une menace pèse ici pas vrai ? Mais reportons nous à la question que Renji venait de poser...et elle fit une petite expression de réflexion

▬ Quand j'étais une enfant, comme je ne savais pas lire, on m'avait donné des livres avec des images, mais pas ceux que l'on offre aux enfants de bas âge, non ils s'agissaient de livres sur l'art : Picasso, Van Gogh, De Vinci, ! En faites j'ai appris leur noms à force de les entendre, et plus tard quand j'ai eu l'âge de comprendre, on m'emmenait dans des musées pour voir des tableaux...Il y a quelque chose dans l'art qui me fascine...principalement chez l'artiste où nous allons voir l'exposition.

D'ailleurs leur pas finirent par les mener à leur destination, L'enceinte n'était pas bien grande, mais pas petite pour autant, de quoi contenir une véritable salle rétrospective. L'albinos voyait qu'il y avait déjà quelques personnes qui faisaient la queue pour donner leur billets à l'entrée ! Et bien évidemment Leya avait déjà tout prévu puisqu'elle les avait achetés il y a trois jours. Ce qui est curieux c'est qu'elle n'aurait jamais pensé que le brun viendrait vraiment. L'albinos avait pris deux tickets comme si elle avait espérée qu'il vienne, sans avoir eu sa réponse avant...Leya ou comment faire les choses spontanément sans organisation !








#   Dim 3 Déc 2017 - 21:15

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Tandis que le brun tentait de visualiser le chemin à prendre pour découvrir cette fameuse exposition, il fut interrompu quand il se rendit compte de l'absence de Leya. Cette dernière était venue en aide à une petite fille. D'où il se tenait, pour Renji, tout cela n'avait rien d'anodin. Du moins, jusqu'à que la mère de la gosse n'intervienne et ne tire son enfant vers elle, fuyant le monstre que représentait Leya. Quelle triste vue. 
Renji resta de marbre, se contentant de garder sa place initiale. Il ne pouvait pas toujours intervenir et encore moins pour des broutilles.
De plus lorsque la petite albinos revint vers lui, ce fut avec le sourire. Quelle bonne comédienne.
Être traité de démon pourrait paraître futile et indiffèrent, pourtant, chaque personne le ressent et le vit mal. Evidemment plus que d'autres, mais cette façon d'être traité ne reste pas aussi indiffèrent que l'on aimerait le laisser paraître. Renji le premier.

Reprenant leur route comme si de rien n'était, le garçon tenta une diversion en s'intéressant à sa voisine. Cette dernière lui répondit sans la moindre hésitation. Son histoire est d'autant plus semblable que celle pour sa découverte de la poésie. Il faut croire qu'elle avait vraiment finis par apprendre par elle même et rien d'autre. Et sa manière de définir le peintre de ce soir pousse à la curiosité.
Reportant son attention sur le chemin qui se dresse devant eux, le jeune homme laisse un brin d'hésitation et de silence avant de relancer, sorti de nul part:

"Tu n'es pas en colère ou triste... pour ce qu'il s'est passé?"

Bien sûr le brun faisait référence à l'intercalation avec la femme. Dans sa manière, il cherchait à savoir si Leya se sentait bien. Il manquerait plus que cette dernière ne soit triste et que cela gâche la soirée. Après tout, selon lui, elle n'aura pas du ramasser cette peluche. Après tout, à chacun son problème!
Et tandis qu'il s'inquiétait de son état, parce que oui son sourire était faux, ils arrivèrent au même moment devant un établissement où se tenait une foule. 
Une foule... Ok la soirée s'annonçait compliquée. Voilà un détail dont Renji avait oublié. Bon, il allait devoir prendre sur elle. Il le faut. Quel idiot, pourquoi n'y avait il pas pensé plutôt? Depuis quand baissait-il sa garde?

"Je suppose que nous sommes arrivés."


#   Dim 3 Déc 2017 - 23:34

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 27
Humeur : ....

En colère ? Triste ? Leya était étonnée de sa question, déjà parce qu'il avait sentit qu'elle avait soudainement faiblie, mais également parce qu'il semblait se soucier de ce qu'elle peut ressentir. Tentant de garder son calme, la jeune fille continuait de le suivre, alors qu'ils se dirigeaient tout deux vers la salle d'exposition. L'albinos jeta un regard furtif en coin à Renji, et ne put s'empêcher d'esquisser un petit sourire triste avant de lui répondre le plus simplement du monde.

▬ Non je n'ai pas à être en colère, c'est quelque chose de maladroit, ça fait partie de la nature humaine, et puis ce n'est pas la première fois que quelqu'un me traite de la sorte, alors je suis habituée ! A force je ne ressens plus grand chose face à tant de rejet.

Quand elle était petite, à l'orphelinat, beaucoup de personnes la mettait à part à cause de sa couleur de cheveux et ses iris, on la prenait pour un enfant de démon, alors quelle différence avec aujourd'hui ? C'est vrai que ça pince le coeur sur l'instantané, mais ça ne dure jamais longtemps. Leya avant d'arriver ici n'a connu qu’amertume et solitude, sa seule compagnie ne dépendait que des livres qu'elle lisait, et quand elle sortait dehors, tout le monde la regardait comme si elle était un animal rare. Au Japon c'était pire encore, la normalité physique n'est pas en adéquation avec les personnes souffrantes d'albinisme, comme ci ces derniers étaient des étrangers. Ce qui en soit, est un peu vrai du point de vu de la demoiselle qui vient d'Angleterre. Et puis, elle n'est pas sans se rappeler ses premiers contacts avec le genre humain, qui a bien failli mal se finir. Leya ne comprenait d'ailleurs toujours pas pourquoi Renji ne la fuyait pas comme cette mère qui ne veut que protéger son enfant.

Ce serait tellement plus simple.

Les voilà finalement arrivés sur les lieux, et l'albinos se sentit soudainement devenir blême en voyant un peu la foule, sauf que l'entrée était tellement bien organisée qu'au final la file n'était pas bien grande, c'était plutôt à l'intérieur que c'était compliqué, tout se passait en vérité dans l'enceinte. Leya toute excitée presque comme une enfant, attrapa la main du brun sans vraiment se rendre compte de son geste, et l'emmena avec elle, au moins ils avaient pu éviter la nouvelle vague qui allait arriver ! En même temps il fallait s'y attendre, au début de l'exposition qu'il y ait autant de férus d'arts, néanmoins l'albinos n'aurait jamais cru en voir autant à Terrae, elle qui pensait que les être humains ne s'intéressaient plus à rien à part l'argent. Forte heureusement pour Renji, elle relâcha sa main, afin de montrer les deux billets d'entrée pour qu'ils puissent passer. Et comme elle s'y attendait effectivement, il y avait un peu plus de monde à l'intérieur.

Leya fut soudainement subjuguée par la simple petite musique au piano qui était jouée par l'une des personnes. Il semblerait que tout avait été agencé exprès pour créer une ambiance. Cela lui rappelait un peu ces partis-pris de personnes qui avaient mis des piano en gare pour laisser la musique faire vibrer les cœurs. Le piano a lui seul devenait une sorte d'attraction, un élément amuseur. Un coup d’œil plus tard lui fit comprendre que l'instrument avait été placé là bien en évidence pour un but précis, à savoir dégorger les files d'attente pour entrer plus facilement. C'était une méthode de plus en plus utilisée dans les salles d'exposition et dans les musées. Comme absorbée dans un autre espace, la foule présente ne l'inquiétait pas, mais pour s'en départager un peu, elle alla s’asseoir, une fois ce dernier libéré de son précédent musicien, sur le tabouret du piano pour à son tour présenter des touches colorées à l'ambiance déjà présente et se mettre à jouer un morceau.


La Fantaisie impromptue de Frédéric Chopin était un des morceaux préférés de l'albinos, emprunt d'une force dépassant la normale, son rythme presto faisait d’elle une des compositions les plus difficiles à jouer à cause de la vitesse des notes. Elle exprimait beaucoup de choses, la peur, la colère, l'envie mais aussi la joie par sa deuxième strophe. Les yeux fermés, Leya la jouait comme elle l'entendait à l'identique dans son esprit, sans une seule fausse note. Comme bercée par un monde où elle s'était échappée quelques minutes. Lorsqu'elle appuya sur la dernière note, ses iris s'aperçurent du peuple qui s'était rassemblé autour d'elle ce qui la fit un peu paniquer. Empourprée car elle détestait se donner en spectacle, elle quitta rapidement l'instrument pour revenir vers le brun, voyant que la file était à présent plus mince.





#   Lun 4 Déc 2017 - 21:45

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Un dernier regard et Renji reporte son attention sur la foule. Leya paraissait sereine, même dans ses explications. Oui, la nature humaine, voilà là une belle excuse pour ne pas les réprimander à chaque écart de conduite.
Malgré tout, le brun n'irait pas l'encontre de la jeune femme, bien que son point de vue, il soit tout autre. Evidemment être traité de monstre, lui même en connaissance de cause, il comprenait ce sentiment d'indifférence, d'incompréhension. Avec le temps, lui même, il ne prêtait plus attention aux chuchotements. Ceci dit, il n'allait pas non plus à l'encontre de la race humaine tout comme Leya venait encore de le prouver ce soir en ramassant une pauvre peluche. A chacun ses problèmes, c'est ainsi qu'il résonne le mieux. 

Se contentant tout argument, le jeune homme se concentra sur cette foule. Il y a bien trop de monde ici, il n'allait pas tarder à regretter sa bravoure. Mais il se doit d'aller jusqu'au bout, au moins, il était homme de parole, un principe et une valeur auxquelles il y met un point d'honneur.
Pourtant, il appréhende très mal cette exposition. Pourvu qu'ils ne soient pas autant dans la salle...
C'est du moins ce qu'espérait le garçon quand soudainement son attention fut attirée par autre chose. Bien qu'il n'apprécie pas la compagnie d'autrui, il pouvait néanmoins ressentir une présence proche ou non. Et pour le coup, ce fut celle de Leya qui sonna absente. La cherchant du regard ses prunelles bleues s'attardèrent rapidement sur un instrument de musique d'où émanait un morceau mouvementé et captivant.
S'étant approché, il reconnut bien là la silhouette de la petite albinos. Tout en silence, il resta de marbre à l'observer elle et sa capacité à jouer sur les touches blanches. D'ailleurs, il ne fut pas le seul intéressé, très rapidement, une foule s'approcha du piano, impressionnés par la performance de la miss. 

Une fois le morceau terminé, Renji ne réagit pas. Il lui laisse son moment de gloire, une gloire dont elle semble avoir du mal à apprécier. Leya lui prit sa main, par mégarde, et le tira loin, les ramenant dans la queue. Certes, Renji en eut le poils hérissé suite à ce contact soudain, mais rapidement il retrouva sa liberté. 
Calmement, ils purent à leur tour entrer dans la grande salle. Après un instant, le temps d'être ensemble, un peu éloigné de la foule, le jeune homme posa son regard sur la jeune femme.

"Je ne suis pas un expert, mais au vue de ce qu'il s'est passé, tu peux toujours trouver un moyen de te faire accepter comme telle."

Lui lance-t'il avant de détacher son regard d'elle.
A défaut de paraître différente au point d'être qualifiée de monstre, elle pourrait toujours attendri l'espèce humaine au travers de son talent pour le piano. Une perfection sur les touches et voilà qu'ils ne voient plus rien de monstrueux et d'horrible. Ce que l'être humain peut être pathétique et prévisible.
Mais passons. Ce dont Renji en retient le plus, ce fut son interprétation sans la moindre fausse note.
Leya est un grand mystère. La littérature, la peinture et maintenant la musique. Et dire qu'elle avait été un sujet d'étude... Difficile à croire qu'ils n'aient pas détecté là un potentiel. 
Portant son attention au premier tableau qui se dresse devant lui, le brun reprit d'une voix calme et posée:

"En soit, tu es une artiste accomplie."


#   Lun 4 Déc 2017 - 23:52

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 27
Humeur : ....


Se laissant transporter, submerger dans cette euphorie musicale, plus rien n'existait autour d'elle si ce n'est les notes qui se figeaient dans l'air du temps. Chaque frappe faites sur une gamme donnait l'impression que le son s'envolait pour encore plus s'amplifier dans l'enceinte, comme si les murs retenaient secrets la musique jalousement. Puis quand la beauté de l'instant s'évanouit, Leya reprit ses esprits, jetant son regard autour d'elle. Une perle de sueur tomba sur sa tempe, alors que sa vision se troublait. En même temps quelle idée de jouer ainsi ! Tu savais parfaitement que ça allait arriver et que les personnes s’agglutineraient autour de toi comme des abeilles sur du miel ! Parce qu'ils trouveraient ce fébrile moment délectable et les sortirait de leur peine quotidienne. Après tout la musique n'est-elle pas faites pour cela ? Leya avait très vite quitter le piano, tentant d'esquiver tout les regards tourner vers elle, comme si elle était une bête de foire. Et avait saisi la main de Renji, l'emmenant avec elle dans la file pour entrer sur le lieu d'exposition. L'albinos savait qu'il n'avait pas apprécié ce contact, mais pour elle, cela l'avait rassuré, l'avait empêché de trembler et de paniquer. Lui rendant vite sa liberté car elle ne voulait pas le gêner, et encore moins l'énerver, silencieusement, elle avançait au fur et à mesure que la file se restreignait.

Et puis assez rapidement, ils arrivèrent finalement à l'intérieur. Leya regarda le brun, se remémorant ses paroles alors qu'elle avait été ailleurs, emporté dans son esprit comme toujours. "Se faire accepter..." relevait de l'impossible, surtout quand on s'appelle Leya Stones. Déjà que son albinisme ne l'aidait pas, qui voudrait d'une fille aux multiples phobies, au point de la rendre complètement hystérique ? Personne. Ce n'est pas simple, et pourtant il devrait le savoir...non en faites il ne sait rien et il ne peut pas la comprendre. Détournant le regard, son timbre de voix changea, et devint plus sec sans le vouloir. Elle n'était pas agacée, disons qu'elle était juste perdue comme toujours.

▬ Si seulement encore c'était possible...Tu ne sais rien de moi malheureusement...

Puis finalement les voilà devant le premier tableau, l'albinos le connaissait très bien puisqu'il s'agissait d'une oeuvre des plus charismatiques de cet artiste. Pourtant la scène en elle même n'était pas jolie, puisqu'elle représentait une scène de bateaux en feux, une guerre entre marins, se déchirant les uns des autres. Mais la peinture par ses couleurs fades, par ses touches floues, avaient presque quelque chose de poétique. Comme si elle écrasait la cruauté de l'homme. L'albinos esquissa un sourire, plongeant dans les méandres qui définissaient son existence.

▬ Pas tout à fait ! En faites, à la différence des autres, je trouve mon plaisir et ma joie dans les choses artistiques. Quand les médecins qui se sont occupés de moi se sont rendus compte que j'étais ouverte à la musique, ils m'ont vivement encouragée à en faire, et donc depuis toute petite je joue du piano. Il me permet tout comme les livres de m'évader dans un monde qui n'appartient qu'à moi...

Se rendant compte qu'elle avait été un peu distante, elle décida de s'ouvrir un peu plus. Après tout si elle voulait lui faire partager son univers, il valait mieux qu'elle lui en parle. Tout comme ils avaient discutés de littérature quand elle était aveugle.

▬ Tu vois en faites, William Turner est un peintre anglais précurseur de l'impressionnisme qui a su se démarquer par ses aquarelles, on dit de lui qu'il est le peintre de la lumière puisqu'il apporte ce côté romantique et cache la laideur de l'homme dans sa poésie. Il a perdu sa famille très jeune, sa mère s'est enfoncée dans la folie et même sa jeune soeur...Quand je regarde ses tableaux, je ressens sa peine et ce qu'il souhaite véhiculer. Il tente d'amener un peu de joie, dans ce qui est infiniment triste.

Elle ne savait pas si son explication était claire, mais elle essayait du mieux qu'elle pouvait vu qu'elle était déjà un peu réticente à partager les choses. Est-ce que Renji se rendait compte des efforts qu'elle faisait ?







#   Mar 5 Déc 2017 - 20:52

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Le regard du brun vient instantanément se poser sur la petite albinos. La jeune fille semble se refermer sur elle même lorsque Renji émet l'hypothèse de se faire apprécier par ses talents de pianiste. 
Il ne relève rien, mais n'en pense pas moins. 
Il garde son regard glaciale avant de le poser sur ces tableaux exposés. Ne rien connaître d'elle? Justement, il en connaît assez pour comprendre désormais. Mais préférant passer au dessus de cela, le brun garde son attention pour la peinture. Des peintures qui ne font pas l'unanimité chez le solitaire. Peut être qu'il n'est pas assez sensible pour y dissocier une quelconque sensation.
Pourtant, il s'y applique, mais rien, pas aucune vibration.

Il entend alors les explications que la jeune femme lui donne. Elle semble apprécier, voire vénérer, cet artiste. Une bien sombre histoire aussi. Pourtant, Renji ne voit là que de simples représentations de guerre et de combat.
Un soupir lui échappe, alors qu'il passe à un autre tableau.

"Je pense que je n'ai pas cette corde sensible. Du moins, pas assez pour lire ce que tu vois."

Evidemment il ne critique pas là le travail du peintre. Bien au contraire, il y avait du talent et du travail. Les couleurs, les mouvements, son style a du être une révolution à son époque. Il avait énormément de talent et ce serait mentir que de ne pas l'admettre. Pourtant, tout ce dont le garçon comprend c'est que ce William Turner aimait les bateaux. 
Fourrant ses mains dans ses poches, l'attention du garçon, quelque peu difficile à obtenir, fut distraite par un groupe de personnes non loin d'eux. 
Des gentlemans accompagnés de jolies femmes s'exclamaient sur ses peintures et leurs impressions. Ils se donnaient un style "bon chic bon genre". Tout un costume, un rôle même jusque dans leurs mouvements. 

Le genre de personne qu'insupporte le garçon. Et tandis qu'il désapprouve leur présence, son regard glisse sur le reste de la foule qui peuple cette salle. Tous les mêmes. Il finit par regretter d'être venu. Ce dont qui le tire de ses songes, ce fut la présence de Leya. Reportant son attention sur cette dernière, il tenta de retrouver ses esprits et surtout sa position de force.

"Tu apprécies la mer? Les navires?"


#   Mer 6 Déc 2017 - 11:39

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 27
Humeur : ....


Leya ne voyait pas où Renji voulait en venir, bien que le mot corde sensible la fit tiquer un peu. C'est vrai qu'elle n'avait pas imaginé l'espace de quelques secondes que l'art ne pouvait ne pas l'intéresser. Après tout même quand on l'aime pas, on est très souvent impressionné par la technique et au final se créé une fascination peu commune. Voilà encore un mystère qu'elle ne saurait résoudre chez lui, se demandant vraiment ce qu'il aimait hormis la littérature. Cette phrase avait jeté comme un sort qui ne rendait que plus curieuse la petit albinos. Elle aimerait apprendre à le connaître, partager les choses qu'ils aiment, et de ce qu'elle connait de lui pour le moment tout reste flou. Il maîtrise les arts martiaux, principal de contact et de défense, il aime se plonger dans les livres et puis ? En vrai c'est un peu la seule chose qu'elle éludait chez lui.

Son regard s'attarda un peu plus sur lui plutôt que le tableau, comme si à l'instant précis c'est lui qui était devenue une oeuvre d'art. Fascination quand tu nous tiens. Le suivant de près, admirant chaque cartels et noms d’œuvres comme si elles racontaient une histoire.

▬ Il faut voir au delà que l'image. Un peu comme un livre, l'oeuvre nous raconte une histoire, une légende, une aventure. Après peut être que c'est parce que j'ai passé ma vie dans les livres que je suis plus sensible....je l'ignore.

Passés sur un autre tableau, elle se rendit compte que fugacement son attention avait été portée ailleurs et surtout sur les personnes qui décrivaient le tableau. Des gens de la haute, bien habillés, c'est vrai que les salles d'expositions voient souvent leur lot de beau gratin comme le dit la société. Arquant un léger sourcil, attentive à la discussion entre ces personnes, puisque chaque conversations étaient souvent analysées par la petite albinos, elle soupira très légèrement. William Turner était un peintre qui avait beaucoup axé son sujet principal sur l'océan, et le thème de la mer, et ses touches floues étaient très appréciées chez la "haute gamme". Finalement, elle reporta son attention sur le brun qui avait changé d'expression précédemment. Voilà qu'à nouveau il semblait plus froid, plus distant. Mince elle qui pensait que cette sortie lui ferait plaisir, voilà qu'elle avait encore empirée la situation.

▬ Oui, je l'apprécie, même si je ne l'ai jamais vue...c'est étrange d'être fascinée par quelque chose qu'on ne peut voir pas vrai ?

La jeune fille esquisse un sourire. L'océan est depuis qu'elle les voyait dans ses livres d'études, quelque chose qui l'impressionnait. Une telle force de la nature capable de se soulever, de faire des ravages par ses vagues, ses raz de marées, et qui peut à la fois être calme, posé presque imperturbable.

▬ Désolée, j'ai agi sur un coup de tête, je voulais te permettre de sortir un peu la tête de l'eau avec tout le travail que tu as en te proposant cette sortie aujourd'hui pour te détendre, mais j'aurais surement dû t'en parler avant d'agir spontanément...Si tu veux qu'on rentre n'hésite pas à me le dire, je comprendrais...

C'est vrai qu'elle avait pensé à lui avant de penser à elle avant tout. Renji avec les fêtes, devait tellement être surchargé au travail, qu'elle avait du coup voulu l'aider à sa manière en lui proposant, enfin l'obligeant presque à venir avec elle. Sauf qu'au final il ne semblait pas passer un agréable moment, et ça l'inquiétait un peu. Avait-elle vraiment bien fait ? Pourtant le livre qu'elle avait lu était de bons conseils, et même si elle avait du mal avec le relationnel, ça ne l'avait pas fait tilt sur quelque chose de mauvais ou non...et pourtant il y avait un malaise qui était présent et que le brun façonnait avec tant de facilité. Continuant son épopée vers les tableaux qui retraçait l'âge d'or de William Turner silencieusement, elle attendait une quelconque réaction de la part du jeune homme à savoir s'ils devaient se diriger vers la sortie ou non.







#   Mer 6 Déc 2017 - 21:26

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Leya tente de lui répondre du mieux qu'elle ne le peut. Ils n'ont pas la même vision optique de l'art. Et surement parce que Renji n'a pas cette corde sensible, qu'il ne pourra jamais comprendre ses ressentis. Néanmoins, tandis qu'il reporte son regard sur ce tableau, il tente en vain d'appliquer ses dires. 
Mais le tableau ne lui répond pas et le laisse indifférent. Après tout, on ne peut pas  exceller dans tous les domaines, ils sont humains. Et ça, Renji l'accepte. Faisant tout de même un effort de comprendre Leya telle qu'elle est, voilà que le rire du groupe ne vienne perturber de nouveau. 
Posant son regard noir sur ces derniers, Renji entend qu'à moitié sa voisine. 
Comprenant que cette dernière le questionne, il détourne son regard vers elle, interloqué.

"Comment? Oh, pardon. Oui, c'est fascinant. Surement parce qu'on idéalise souvent l'imaginable, l'intouchable."

Le désir humain et ses fantasmes. Être aveuglé par une chimère, n'est ce pas là le défaut propre de chaque mortel peuple cette terre? En y repensant, Renji se perd dans ses pensées. Et lui? Qu'est ce qui le fascine? Non, pas fascine. Mais qu'il désire plutôt. Peut être ces hommes qui rient fort sur sa droite. être une personne, différente que celle que nous sommes. Obtenir ce droit de tout récrire. Se donner une nouvelle chance
C'est peut être aussi pour cette raison qu'il avait décidé de rester à Terrae. Là où l'on vous offre une seconde chance. Joli coup de pub. Vérifiant maintenant si c'est véridique.
Mais ses pensées sont trahis, Leya ressurgit et le sort de sa mélancolie. Pendant un instant, alors qu'il la détaille de ses yeux bleux, silencieux, le garçon reste de marbre.
Finalement, d'un hochement de tête, il accepte sa proposition et prennent alors le chemin de la sortie.
Une fois à l'air libre, le japonais ferma les yeux, son visage fouette par cette brise. Une brise fraîche, une brise de liberté.

"Je suis désolé."

Ce n'est pas grand chose mais il le doit. Réouvant les paupières, il se tourna face à la miss pour porter son attention sur elle. Il se doit d'être sincère, du moins, ne serait ce que pour l'avoir obligé à sortir et quitter cette exposition.

"Je supporte très mal la foule, surtout dans un endroit clos comme celui ci. Je m'excuse d'vaoir perdu mes moyens."

Il pourrait très bien lui donner les véritables raisons de cette fuite. Mais en avait elle réellement besoin? Les excuses sont faites pour s'en servir. Mais c'est aussi une forme de lâcheté et ça, il n'en avait pas besoin.
Réavançant vers elle, une fois à sa hauteur, il reprit plus calmement et serein:

"Si cela peut te consoler, c'est la première fois que je suis un cavalier." 


#   Mer 6 Déc 2017 - 23:22

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 27
Humeur : ....


La mer...Si seulement un jour, elle pouvait la voir, contempler son étendue qui va jusqu'à l'horizon, pouvoir sentir le sable sous ses pieds chauds. Ce sont des sensations, qu'elle voudrait connaître mais qu'elle n'aura jamais comme la plupart des choses qui définissent sa vie. Comme elle s'y attendait, il était perdu, ailleurs, concentré sur quelque chose qui le mettait profondément mal à l'aise et de voir qu'il avait finalement accepté qu'ils sortent ne la fit que culpabiliser davantage. C'est vrai qu'elle même n'était pas à l'aise dans les endroits peuplés, mais malgré tout elle avait essayé de faire des efforts pour ne pas se laisser prendre par la panique, elle qui n'aimait pas les endroits peuplés. Et c'est même en sentant toute cette vague de personnes qui avaient déferlées sur elle au piano, qu'elle s'était remémorée la dure réalité.

Une fois dehors, et donc un peu moins étouffé, il s'excusa auprès d'elle comme s'il se sentait coupable, alors que c'était plutôt elle qui lui devait des excuses. Ne répondant rien, elle s'approcha de lui, et lui fit une petite pichenette sur le front, pas méchante, juste de quoi lui faire comprendre que c'était un Baka. Ha c'est bien de la traiter de cette façon, mais en attendant il n'est pas mieux hein ?

▬ Tu n'as pas à t'en vouloir. Si tu ne te sentais pas à l'aise, tu es en droit de donner ton avis tu sais ...je ne suis pas une tortionnaire ! Enfin je crois ?

Bon et maintenant qu'il était dehors, elle ne savait pas vraiment quoi faire ! Regardant à nouveau le village, et les première neiges qui tombaient du ciel, son coeur s'alourdit un peu plus davantage. Leya ne lui en voulait pas après tout, c'est elle qui l'avait un peu forcée la main, donc s'il voulait rentrer après une journée si épuisante, c'était normal après tout. Cela dit c'est dommage au final que ça se termine ainsi...elle qui avait espérée que leur "premier et dernier rendez vous" se passerait un peu plus joyeusement. Décidément cette vie est vraiment une plaie.

▬ Tu sais je....

C'était peut être le moment de lui dire non ? Après tout quand elle ne serait plus là, il serait bien trop tard. Pourtant les paroles se bloquaient dans son coeur, comme si elle n'y avait juste pas le droit. L'albinos commença à marcher un petit peu, se retrouvant donc dos à lui. C'est pourtant facile de dire au revoir ? Bien plus simple que de tenir une conversation non ? Encore une fois, comme pour l'aider et lui donner du courage, les lumières de la ville, de ce petit village perdu au milieu de nulle part mais chargé d'histoires, de souvenirs qu'elle aurait certainement du mal à oublier, et puis toutes ses couleurs, donnaient presque l'impression d'un rêve...Un rêve dont elle devait définitivement se réveiller.

▬ Je pense qu'on ne devrait pas se revoir....je ne sais pas trop comment on dit adieu...mais cela fait maintenant quelques temps que je me dis que je ne changerais jamais...et que ma place n'est pas ici, ni auprès de toi, ni auprès d'Akito, ni même des autres...Même si au fond de moi je suis devenue plus forte grâce à toi, grâce a nos entraînements. Je sais que je ne relâcherais pas, car je ne veux plus être faible...alors de ce côté tu n'a pas à te faire de soucis. Du moins tu n'as plus à t'en faire...ni à t'occuper de moi.

Un léger sourire bien que triste orna ses lèvres

▬ La chenille est devenue un papillon....

Et enfin sa décision était prise, même si elle sonnait lourdement et peut être inattendue.

▬ Je vais quitter Terrae...

Rejoindre son ancienne vie avant que ce master ne la trouve ne l'enchantait pas, mais c'était mieux ainsi...et au moins elle aurait eut la chance inestimable de rencontrer des personnes formidables.

▬ C'est pour cela que je voulais qu'on se voie....une dernière fois....

Leya n'osait pas se retourner, appréhendant sa réaction, même si elle savait parfaitement que ça lui ferait ni chaud, ni froid, connaissait son côté amorphe et très peu emprunt de sentiments.







#   Jeu 7 Déc 2017 - 22:16

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 157
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Être enfermé avec autant de monde restait encore une épreuve. Mais il finirait par s'y habitué, à accepter leur comédie, leur hypocrisie pour qu'un jour il soit meilleur acteur qu'ils ne le sont.
Mais pas pour ce soir.
Leya ne lui reproche en rien ce qu'il venait de se passer. Il faut croire qu'elle était plus courageuse que lui sur certains points. 
Ou même sur tout en vérité. Parfois, quand il la découvrait faible, apeurée ou triste, il méprisait sa faiblesse. Tout simplement parce qu'elle reflétait ce qu'il tentait en vain d'étouffer intérieurement. Elle était juste le reflet de lui même, de sa propre faiblesse.

Et tandis qu'il la remercie d'un hochement de tête, ce qu'il se passe par la suite le laisse sans voix. Se redressant, son regard ne la lâche pas. Leya s'avance seule, restant de dos. Il a du mal à croire ce qu'il entend et tout finit par se bousculer. Il comprend rapidement que cette soirée, sa demande, son invitation, tout cela n'était autre qu'un adieu. 
Le japonais reste de marbre, incapable de l'interrompre. Il aurait été plus simple de ne jamais lui tendre ce parapluie, de la laisser seule. Il aurait été plus simple de se moquer de cette nouvelle, de l'écouter tel un bruit de fond. Mais il n'en est rien. Malgré tout, ses pensées lui content l'inverse. Il ne saurait dire comment ni pourquoi, mais elle ne doit pas partir. 
Elle assure que la chenille est devenue papillon. C'est faux.

"Et donc, tu vas retourner auprès de ces médecins? Redevenir leur sujet d'expérience?"

Sa voix est froide mais calme. Il a du mal à comprendre pourquoi cette dernière désire quitter Terrae. Pas à sa place... Voilà une raison très familière. Il y a peu de temps, il avait été dans sa position, les mêmes doutes, les mêmes raisons, les mêmes solutions. 
Et qu'est ce qui l'avait retenu? Ca, il le sait désormais. Mais Leya ne s'est pas encore donné assez de temps. Et mine de rien, il est tout de même peiné qu'elle pense ne pas y avoir sa place. 

"Je ne suis peut être pas la bonne personne pour te retenir. Après tout, je peux comprendre ton ressenti."

Marquant une pause laissant un lourd silence s'installer, Renji fixe sa silhouette avant de venir toucher le sol. Il n'est pas le mieux en matière de relation humaine et encore moins pour consoler les autres. Car autrefois , le chagrin des autres lui importait peu, mais aujourd'hui et surtout ce soir, il se devait d'être cette personne ayant de la compassion. 
Non pour jouer la comédie, non pour le bien de Leya, mais parce qu'il en ressentait le besoin. 
Faisant quelques pas vers elle, poussé par son instinct, il posa alors délicatement sa main sur sa tête. 
Proche d'elle, il put lui murmurer des paroles qui autrefois lui auraient semblé vides de sens.

"Mais je suis convaincu aussi que tu n'as pas encore trouvé ce qui pourrait te faire vibrer. Tu devrais te donner encore un peu de temps avant de sombrer dans cette ancienne vie."

Prenant un instant, le garçon reprit cette fois d'une voix plus claire et encourageante:

"Sais tu que de vibrer? C'est un sentiment qui part des tripes, et qui te donne des frissons partout dans le corps. Que ce soit une activité, un endroit ou une personne... Tout le monde en a besoin, même toi."

Si seulement ces mots pouvaient la sauver tout comme ils l'avaient sauvé.


#   Ven 8 Déc 2017 - 19:34

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 22/09/2017
Age : 27
Humeur : ....


Elle s'était attendue à ce qu'il ne réagisse pas, à ce que ça le laisse indifférent, comme la plupart des choses depuis qu'ils se connaissaient. Même s'il avait fait beaucoup d'efforts à ce sujet sans s'en rendre compte. Alors oui, elle pouvait le dire, ce qui venait de se passer elle ne s'y attendait vraiment pas. Outrepassant l'indifférence, Renji se mit en colère, laissant pantoise la petite albinos, qui ne répondait plus, et qui serrait son poing, ainsi que les dents. Alors c'est comme ça que ça devait se passer leur adieux ? Finalement c'était peut être mieux ainsi. Et qu'est-ce qu'il racontait ! Pour la première fois depuis qu'ils se connaissaient, Leya s'énerva, une colère visible dans une voix étouffée par la douleur, et elle haussa le ton se moquant éperdument de ce qu'il en penserait.

▬ BIEN SUR QUE NON ! Je n'en ai pas envie....mais....je...je

La colère laissa place à la peine, alors qu'elle se souvenait des dernières paroles du docteur Akemi. Un jour oui, elle devrait y revenir avant que sa déchéance ne soit totale et elle le savait mieux que quiconque. Et il valait mieux couper toute ses attaches maintenant avant qu'il ne soit trop tard. Finalement Sibylle avait raison. Leya était malade. Entourée de chaines qu'elle n'arrivait à briser et qui contrôlait son être sans lui laisser d'échappatoire. L'albinos ne lui avait pas avouée toute la vérité, parce qu'elle même ne l'acceptait pas, mais la vie est cruelle, et le dénouement proche. Comme si elle n'avait jamais oublié ses mots, son coeur les fit résonner davantage, alors que des larmes menaçaient de se déverser sur ses joues.

Musique d'ambiance

"Leya, écoute-moi, je sais que ce que je vais te dire, va être très dur pour toi...mais c'est important et on ne peut pas te le cacher. Tu es atteinte de quelque chose d'incurable que rien ne peut guérir..."

Soudain une main se posa sur le haut de sa tête, elle était chaude, agréable, sonnait comme un réconfort.

Pourquoi ?...

"On appelle ça "une maladie dégénérative"

Pourquoi ?...

"Elle va attaquer progressivement ton corps, tes os...au point où tu vas en perdre tes fonctionnalités motrices..."

Pour...quoi ?...Qu'est-ce qu'elle a fait de si mal pour que la vie lui en veuille de cette façon ?

"Puis elle va t'affaiblir lentement, te faire déclencher des crises d'hystérie...jusqu'à...te...faire mourir..."
"Je....vais...mourir ?"


Regardant au loin, ces lumières colorées de la ville comme l'une des sept merveilles du monde, elle se laissa prendre par la tristesse et déversa tout son chagrin. Renji n'y comprendrait surement rien, il allait surement croire qu'elle était devenue faible, mais n'y avait-elle pas un peu le droit pour une fois ? Elle qui retenait ce mal qui la ronge depuis trop longtemps ? Leya voulait croire en ses paroles, elle voulait vraiment ! Et jamais elle n'aurait pensé à partir si elle y avait cru, mais la cruelle fatalité la rattrape comme l'aiguille du cadran du temps qui lui reste. C'est frustrant car elle ne sait pas combien, et quand tout ceci viendrait. Et après on se demande pourquoi elle n'a plus le gout à la vie ? Elle plussoie encore quand elle disait que "Renji ne pourrait jamais la comprendre" mais il n'en saurait jamais rien...

Toutes les pièces du puzzle étaient imbriquées. Rien n'avait aucun sens.

▬ Pardon....Pardon...je suis touchée...par tes paroles Renji...vraiment, mais je ne peux pas y croire...Parce que je n'y ai tout...simplement pas le droit. Je ne peux pas "vibrer"

Ces paroles étaient sorties durement, les sanglots les ayant étouffées. A force de cumuler et vouloir ne pas sombrer, on finit par craquer un jour ou l'autre. Comme cette soirée d'hiver où quelques flocons brillants accompagnaient sa douleur.








#   
Contenu sponsorisé

 

[EVENT-1] City of light {PV Renji}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Loisirs.
Aller à la page : 1, 2  Suivant