Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
[EVENT - 3] Les grilles.
#   Lun 5 Fév 2018 - 19:51
Messages : 138
Date d'inscription : 22/07/2014

Liste des participants : Allen, Misao, Charlie-Ange, Huo, Rin, Pandora, Nathanaël, Renji, Roxanne

Cela faisait un moment que Maomi Ikeda n'avait pas eu de scoop bien juteux à se mettre sous la dent. Pendant longtemps, elle avait espéré pouvoir atteindre une autre sphère que celle de la rubrique faits-divers du journal dans lequel elle était publiée ; la plupart du temps, c'était à elle de s'occuper d'histoires toutes plus sordides ou stupides les unes que les autres. Et pendant ce temps, la belle gosse du journal, là, Mayumi-sâââân, pouvait aller couvrir les conférences de presse des politiques, voyager aux US, et elle, elle restait là, dans son bureau, à trier la boîte mail commune du journal, avachie sur sa chaise.

Jusqu'à ce qu'elle voit quelque chose de croustillant.

De très croustillant.

Un appel à l'aide, provenant de cette école de barges à Tokyo-même. Elle lut le mail rapidement, une fois, deux fois puis trois ; et au fur et à mesure, son sourire s'élargissait. Elle frappa plusieurs fois dans ses mains d'un air satisfait. Ohlala, elle allait bien rire.

Le scoop du siècle.

Elle prit immédiatement son clavier et écrivit un article qui lui promettait certainement la Une du lendemain. Autant commencer fort et en profiter pour se faire un petit coup de pub ; au moins, personne ne pourrait lui couper l'herbe sous le pied. La journaliste allait dénoncer cet abominable complot, cette institution qui disait aider des jeunes en difficulté mais qui en réalité les gardait prisonniers, jouait avec leur structure génique, les utilisait. Elle n'avait pas vraiment d'avis sur la question, mais se plaçait avec plaisir du côté de ceux qui lui avaient envoyé ce mail béni du ciel. Et, dès le lendemain, son article parut—à la Une, bien évidemment. Elle allait avoir une promotion, c'était certain. Mais il fallait quelque de plus... Il fallait attiser les braises qu'elle venait d'allumer, tout naturellement.

Elle attrapa son téléphone pour passer quelques appels ; les associations, les chaînes télévisées. Bien entendu, elle gardait pour elles le mail et toutes les photos et vidéos qui lui avaient été envoyées—et elle comptait bien les monnayer ! Toujours est-il que, le jour-même, un appel à la population avait été fait. Le sujet était sur toutes les lèvres, et les tokyoïtes souhaitaient voir s'arrêter cette barbarie ! Il fallait libérer les élèves là-bas, détruire cette institution ! Ils avaient été tolérants, ils avaient tenté de les accepter, ces personnes étranges avec des pouvoirs… Mais maintenant, dans leur ville, sous leurs yeux, ce n’était plus possible. Allaient-ils faire du mal à leur famille, leurs enfants ? S’ils avaient réussi à oublier, ce nouveau scandale leur prouvait une fois de plus que Terrae ne faisait parler d’elle que dans les pires moments…

Une manifestation s'organisa spontanément le soir-même—et Maomi allait pouvoir couvrir l'événement pour son journal ! Enfin ! Enfin on lui donnait ce qu'elle méritait ! Même les forces de l'ordre ne savaient si elles devaient protéger les lieux ou, au contraire, en forcer l'accès pour libérer les otages ; mais elles se tenaient là, juste devant les grilles, prête à attendre leurs ordres.

Devant les larges grilles du portail de Terrae, une foule compacte commence à se rassembler aux dernières lueurs du couchant. Les caméras des chaînes télé, les quelques personnes déjà présentes qui hurlent au scandale et brandissent des pancartes, sur lesquelles est écrit : "Libérez les Terraens !", "Ouvrez les grilles !", "Non à l'esclavagisme moderne !" ou bien encore "Les pouvoirs, on n'en veut pas !". La foule, bien vite, commença à scander leurs slogans. S'il n'y avait pas eu la police, ils auraient sans doute forcé l'accès. Et Maomi, accompagnée de son fidèle magnétophone, tentait d'interpeller des gens à travers les barreaux—les barreaux d'une prison.

—Pourquoi n'ouvrez-vous jamais les portes ? Est-ce que vous avez peur que l'on se rende compte que ce que vous y faites est contraire aux Droits de l'Homme ? J'aimerais parler à un responsable !

D'un coup, elle poussa un cri et se baissa ; elle faillit recevoir une tomate en plein visage. En se retournant, elle constata avec effarement qu'une pluie de fruits rouges se mit voler de la foule jusque sur, et au travers des grilles.

—Bon, Jin-san, tu prends les photos ? Je veux pas louper ça.

_____________________________________
A votre disposition, la shoutbot afin de réserver un post dès que le topic aura un peu démarré. Vous avez un délai de 24h après un message, mais n’en abusez pas. Privilégiez d’abord les réservations à court terme afin de ne pas bloquer le jeu.
N’oubliez pas de consulter la shoutbox avant de commencer un post, pour vous assurer que personne n’a réservé la prochaine intervention.


#   Lun 5 Fév 2018 - 21:24

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1067
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Autant le dire, c'est très tendu en ce moment. Il y a des élèves qui foutent le bordel autant qu'ils peuvent, tout le monde s'inquiète pour Hideko dont on a toujours pas de nouvelles… Autant le dire de base, c'est la merde.

Sauf que ce serait trop facile si on en restait là. Bah ouais. Vous avez cru quoi ? Qu'on avait du bol ? Déconnez pas, c'est de Terrae qu'on parle. La concentration mondiale la plus élevée de mauvais karmas. J'suis sur que si un médium passait par l'institut on pourrait faire exploser son cerveau.

Bref.

J'ai pas trop eu le temps de surveiller les journaux ces derniers jours. Avec les rondes et le bordel intérieur, j'avais autre chose en tête. C'est là que je suis content d'avoir des contacts et des gens sympas qui me tiennent au courant.

Autant vous le dire, cette manif à moitié improvisée me fait pas plaisir. Pas du tout. Surtout que la Une du journal qui a déclenchée tout ça pue l'intox ou le mauvais indic. Ca sent clairement le scoop pas sourcé et moi j'aime pas les journalistes qui remplacent leur conscience professionnelle par leur cupidité.

Devant les grilles, ça hue, ça hurle, ça scande. Il y a une excitée qui essaye d'interpeller des élèves qui passent pas loin. Putain comment je vais les calmer… J'ai pas pensé à laisser un mot en salle des Master avant de venir parce que je voulais voir à quoi on avait affaire. Pourquoi c'est à moi de gérer...

J'esquive une tomate, lance un regard blasé aux gens derrière les grilles. Je m'avance un peu en espérant que voir quelqu'un va les calmer.

— Du calme ! Je hurle pour me faire entendre en esquivant un autre projectile. J'peux pas répondre à vos questions si vous me canardez, putain !


#   Mar 6 Fév 2018 - 8:38
Messages : 372
Date d'inscription : 08/11/2015

Il fallait s'en douter, depuis trop longtemps la règle "ce qu'il se passe à Terrae reste à Terrae" avait ete respectée. Comme dans chaque dictature seul certains avaient le droit de communiquer des informations officielles à l'extérieur. Il vous en avez fallu du temps pour vous rendre compte qu'il n'était pas si dur d'y remédier... Le mail avait été envoyé, narrant vos convictions et votre vécu des dernières semaines. Tu ne savais pas il est vrai les mots exacts qui avaient été utilisés... Mais tu étais bien d'accord avec le fond : vous vouliez vous barrer.

C'est pour ça que ce matin vous êtes là, en écho à la manifestation de dehors vous avez vos propres bannières. "Laissez nous rentrer chez nous", "STOP AU SILENCE" et autres petits slogans écrits sur des cartons des draps ou des tee-shirts se sont répandus.

"NE VOUS LAISSEZ PAS BERNER PAR UN MASTER. IL FAIT PARTIE DE NOS GEOLIERS."


T'as gueulé quand t'as vu qui parlait. C'est un des nouveaux masters, nouveaux dans le sens où tout ce qui est roux se fait masteriser depuis ton arrivé. Tu t'avances vers lui, comme d'autres.

"Tu vas encore faire de la propagande ? Dégage on n'veut pas de tes mensonges. On veut rentrer chez nous !!"


Ou au moins se casser d'ici. Tu ne te sens plus chez toi ici depuis trop longtemps. Ces 3 dernières n'ont fait que le confirmer. Tu ne veux pas être un sujet mais un citoyen.

"LIBEREZ NOUS!"


#   Mar 6 Fév 2018 - 18:26

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Nils Hirano
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 767
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : - / la caligraphie et la sculture d'eau
Humeur : Détruit

Rin effectuait sa ronde. Terrae devenait de plus en plus invivable à cause de certaines personnes. Immature probablement. Dans la vie, il fallait savoir garder son calme, dans toute circonstance, et il l'avait appris de ses expériences. Il avait été stupide et jeune à l'époque. Peut-être que si ces évènements s'étaient produits bien plus tôt qu'il aurait réagi différemment. Quoi qu'il en soit, après s'être redressait, il avait longuement médité sur lui-même, les autres, les choses (peut-être que la longueur de ses cheveux, qui avaient doublait, montrait qu'il était quelqu'un de nouveau). La seule trace qui restait de son ancien lui était véritablement la longue cicatrice qui lui léchait la moiter de son visage.

En se rapprochant de la sortie, il put distinguer le son d'une émeute non-lointaine : devant les grilles. Il se passait quelque chose.... Quelque chose de désolant. Rin s'avança alors, se rapprocha d'un master, Huo sauf erreur. Côte à côte, il observa la folle rassemblait, et une pointe de colère piqua en lui en voyant les slogans. C'était une insulte envers eux... Eux qui étaient rejetés, on les avait accueillit à bras ouvert. Ce lieu était un havre de paie pour leur âme, leur corps. Il se tourna finalement plus vers Huo, et l'interpella d'une voie inaudible pour les manifestants. Dans ses paroles, Rin le désignant comme chef dans ce conflit ou du moins lui prêta main forte.

-Que faisons nous ? Je t'apporterais mon aide quoi qu'il advienne. Je ne supporte pas ces dires... C'est comme nous insulter.


2ème compte: Nils Hirano
#   Mar 6 Fév 2018 - 21:58

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 204
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Terrae et ses problèmes. Quelques mois auparavant, le jeune homme ne se serait pas senti préoccupé. Voire même indifférent. Mais depuis quelque temps, il avait appris à changer, ou du moins, donner de l'importance à ce qui l'entourer. 
Et ce jour là, ce jour allait lui rappeler la raison pour laquelle sa présence était indispensable. 
Tout paraissait calme malgré les temps inquiétants. Durant ses rondes, le brun avait appris à s'inquiéter pour les autres mais aussi être responsable d'un endroit qu'il n'avait pas jugé familier. 

Hors ce soir, après ses entrainements habituels, ce fut sur la route du retour qu'il fut contraint à donner plus de sa personne. 

Ca fait un moment maintenant, mais il n'avait pas bougé d'un poils. Il se tenait là, à quelques mètres du Master et d'un autre inconnu, accroupi, un  bō-jutsu contre l'épaule, attendant et écoutant patiemment. Jusque là rien de grave, juste une petite manifestation qui déraille. Bien qu'il semblerait que cette histoire ait plus d'ampleur étant donné que des personnes de l'extérieur se mêlent de leurs problèmes. 
Mais le brun reste calme, attentif au moindre dérapage.


#   Mar 6 Fév 2018 - 22:18

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1038
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Mon livre vola devant moi. Trop c'est trop. Nan mais si. Trop c'est trop putain.

POURQUOI ?! POURQUOI LE SORT S'ACHARNE SUR MOI ?!

Depuis le début de cette apocalypse, je fais absolument TOUT pour éviter les problèmes. Je prends grave mes précautions, hein, entre les malades mentaux, les fouteurs de merde et les Masters relous. Nan, mais vraiment, j'fais tout pour rien avoir à voir avec ça. TOUT. Mais NAN faut TOUJOURS que ça me tombe dessus PUTAIN.

Je peux pas lire tranquillement sur mon banc sans me faire emmerder par tous ces abrutis. Quelqu'un m'explique POURQUOI UNE MANIFESTATION ?! NAN MAIS DEJA LE CHAOS DANS L'INSTITUT C'ETAIT PAS ASSEZ A GERER, IL FAUT EN PLUS QUE DES GENS DE L'EXTERIEUR VIENNENT NOUS FAIRE CHIER ?!

La vie se fout de ma gueule. Et clairement, comptez pas sur moi pour participer à ça, mais c'est TELLEMENT MORT LES GARS.

J'vais tous vous laisser piétiner dans votre merde, j'vais même pas vous regarder. Genre faites comme si j'étais pas là, hein, j'vais juste lancer Candy Crush sur mon téléphone et tout va bien se passer.

Par contre, mon p'tit con, LA TOMATE SUR L'ECRAN C'ETAIT PAS OBLIGE.

J'vais craquer et leur péter la gueule je crois.

HRP : #miskine sorry Allen me fatigue JPP :')




Merci Aa-chan ♥️
#   Mar 6 Fév 2018 - 22:47

Personnage ~
► Âge : 32. Vos gueules.
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Aoi, Ariana
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 413
Date d'inscription : 15/06/2013
Emploi/loisirs : Chercheur.
Humeur : Joker ?

Déjà de base, c'est assez compliqué pour Misao d'être d'excellente humeur. C'est sans doute encore plus compliqué depuis qu'Hideko est partie sans la moindre explication—hé, elle est p'tetre morte, après tout. Et encore plus difficile quand le monde entier se fout de sa gueule comme ça.

Il ne s'est pas occupé de faire des patrouilles ; déjà, il n'était pas certain que les Masters le laissent faire—c'est bon, il a merdé, c'est pas une raison pour le traiter comme un traître non plus. Ensuite, il n'avait aucune envie de gérer les hormones de tout le monde. S'ils sont pas capables de se gérer, c'est leur problème.

Là où ça devient son problème, c'est quand il sort pour prendre l'air et qu'il voit une foule avec des pancartes à l'extérieur de Terrae... et des mecs avec des pancartes qui gueulent des conneries à l'intérieur aussi. Sourcils froncés, il s'avance. C'est bon, c'est quoi l'irrespect, là ?

—OH, y a pas bientôt fini de gueuler ici ? gueule Misao, avant de fixer les manifestants terraens les dents serrés. Sérieux vous avez pas mieux à foutre que de mettre le bordel ? Ils vont bien finir par rouvrir les portes à un moment donné, soyez pas complètement cons non plus.

Oh ça, il espère qu'ils seront les premiers à virer quand Hideko rev- Est-ce qu'elle va revenir, en fait ? Ok. Nan mais ils vont bien ouvrir les portes. C'est sûr. Aha.

Le feu lève les yeux et croise... le regard de Rin. Il reste figé un instant. Un éclat de rage eclipse la colère dans ses yeux. Nan, c'est bon, reste calme, il est pas du mauvais côté de la force, tu vois ? C'est bien. C'est. Bien. Misao se rapproche d'Huo et du morphe, croise les bras. Urg. Urg mais qu'il l'aime pas..…

—On s'demande qui fait de la propagande ici, siffle-t-il encore à l'attention des mecs à la pancarte.

Et il esquive une tomate, levant les yeux vers la foule de gens. 'Tain...

—Huo, on fait quoi là ?

Je peux les brûler ? On a dit non.



PLS en #b7273d.
#   Mer 7 Fév 2018 - 0:21

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Théo
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 13/05/2017
Age : 26
Emploi/loisirs : Music is the answer.
Humeur : Calme, la plupart du temps.

J'étais tranquillement en train de m'entraîner un peu dans la cour, profitant de l'air extérieur avant l'heure du couvre-feu, quand je les ai vu passer. Une troupe de terraens en colère munis de pancarte, qui scandaient des slogans haineux et ridicules de libération. Quelle ingratitude, après tout ce que Terrae a fait pour eux ! Le moindre petit coup de mou et hop, on retourne sa veste... C'est écœurant ! J'aurais pu tourner les talons et rentrer dans ma chambre, mais non. Je les ai suivis, jusqu'aux grilles de l'institut.

Et je regrette presque tout de suite ma décision, parce que là tout de suite, ça m'a l'air d'être le bordel. Non seulement il y a l'attroupement des manifestants de l'institut, mais en plus il semblerait qu'une foule se soit amassée de l'autre côté de la grille. Militaires, journalistes et simples citoyens. Je reste un moment immobile à me demander ce que je fais là, puis je vois un grand brun gueuler sur les manifestants internes en leur disant de la fermer. Il a raison. Je me poste près de lui en soutien et renchérit après lui.

"C'est quoi votre but là, au juste ? Que les forces de l'ordre défoncent les grilles pour venir matraquer les étudiants ? Fermez-là et remballez vos pancartes ! On doit se serrer les coudes putain !"

Ca ne me ressemble pas de m'énerver et d'être vulgaire. Mais là, j'ai peur. Parce que sérieusement, une troupe armée face à des pauvres gosses apeurés qui ne maîtrisent pas leur pouvoir... Ca peut vite déraper. Et dans le pire des scénarios, finir en bain de sang...

Je vois du coin de l'oeil Allen, qui a l'air super énervé. Et puis aussi et surtout, je vois Renji, accroupi un peu en retrait. Sans vraiment réfléchir, je vais le rejoindre et le prends par la main pour l'entraîner avec moi vers les trois garçons qui font face aux grilles. Je crois que ma main tremble un peu. Mais s'il y a bien un moment où il faut montrer qu'on est ensemble et solidaire, c'est maintenant.

"On peut aider pour quelque chose ?"


#   Mer 7 Fév 2018 - 19:58

Personnage ~
► Âge : 26
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1067
Date d'inscription : 17/10/2012
Age : 26
Emploi/loisirs : Photographe, fouineur, emmerdeur
Humeur : Ca va, ça vient... Et quand ça vient, ça va très bien~

Et sérieux mais c'est quoi le problème de ces élèves ? Ils veulent se barrer ? Tain c'est bien des gammins pourris gatés ces mômes. Les mecs sont logés nourris blanchis et on leur offre un environnement sain pour qu'ils puissent grandir et évoluer après une expérience traumatisante et eux ils veulent partir dès qu'il se passe un truc ?

Putain je vais péter un cable et tous leur foutre un pied au cul s'ils continuent. Il y a un balafré avec des cheveux longs qui s'approche pour me demander s'il peut aider et Misao ensuite.

On fait quoi ? J'en sais rien. J'en sais vraiment rien. Je soupire lourdement, lance un regard à Misao et au mec que je connais pas. J'suis censé être Master et responsable mais comment je suis supposé gérer ça ? Ces gens ne sont pas là pour écouter ils ont juste envie de foutre le plus de bordel possible.

— Déjà si on pouvait éviter de blesser des gens ce serait bien.

Même si c'est pas l'envie qui me manque de les encastrer dans le béton. Une autre fille arrive en trainant un mec derrière elle. Très bien. Je fais quoi… J'vais pas les punir et les faire rentrer ça fera qu'empirer les choses. Je soupire, tend la main paume ouvert sur le côté en utilisant mon pouvoir de marionnettiste pour qu'un des branleurs me passe son mégaphone.

— Maintenant vous allez tous la fermer, je balance aux élèves. Si vous voulez sortir, très bien j'vais ouvrir les grilles. Mais vous avez pas l'air d'avoir réfléchi à ce que ça implique.

Je me mords la lèvre, j'hésite à poursuivre et baisse le mégaphone.

— J'suis là pour vous protéger, je souffle, putain ! M'obligez pas à vous faire mal.


#   Mer 7 Fév 2018 - 20:44
Messages : 372
Date d'inscription : 08/11/2015

Evidemment tous les petits chiens des masters se joignent à Huo. Ils vous jugent, mais n’essaient nullement de vous comprendre, eux se sentent chez eux ici… Comment pourraient-ils appréhender l’idée que leur paradis n’est pas le vôtre. Et si être des parasites nourris et logé était votre enfer ? Et si vous n’aspiriez qu’à être libres de vos choix ? Et si Terrae n’était plus le lieu fait pour vous… Vous écouterait-on ? Non, bien sûr que non. On ne vous écoute pas.


« On peut attendre longtemps comme ça. »
lui rétorque un des manifestants terraéen...  attendre que potentiellement, si les masters en ont envie un jour, peut-être ? No way.

Et l’autre elle croit qu’elle est tout à fait crédible. D’où les forces de l’ordre viendraient pour matraquer les étudiants alors que leur but c’est de les défendre et de les libérer ?

« Se serrer les coudes ? On n'est pas comme vous ! »

Tu soupires. Le master reprend la parole.

« CA IMPLIQUE LA LIBERTE. crient certains.
- J’pense qu’il parlait du gite et du couvert en moins… tu suggères.
- LA LIBERTE ! réclame le groupe. »

D’ailleurs si c’est proposé gentiment, tu ne vas pas dire merde, qu’il ouvre les porte et on n’en parle plus. Après tout vous êtes là pour qu’on vous laisse sortir. Du moins c’est pour ça que tu es là toi. Tu étouffes, tu as besoin de changement, et le changement apporté par Terrae n’a été que désastreux. N’importe où plutôt qu’ici, ici où l’on t’infantilise et te dit d’aller dans ta chambre à la moindre bévue.

« T’as qu’à nous laisser sortir, t’auras pas à nous faire de mal. C’est quand même con de protéger les gens de leur liberté… »
Spoiler:
 


#   Mer 7 Fév 2018 - 21:14

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1038
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Donc si j'ai bien compris, l'autre abruti qu'est fiancé à Aoi veut...

Heu pardon mais quoi ? Ouvrir les grilles ? OUVRIR LES GRILLES ?! ET QUOI, ON VA LAISSER ENTRER TOUT LE MONDE ?! MAIS NON. MAIS IL REFLECHIT QUAND IL PARLE LUI DES FOIS ?!

Putain mais c'est sérieux ou quoi cette histoire ?! Ca va être n'importe quoi, mais pourquoi, POURQUOI JE ME SUIS RETROUVE LA A CE MOMENT LA ?!

Et pourquoi je reste là vous me direz, hein.

Nan mais en vrai, c'était une vraie proposition ? Et pourquoi les autres ils continuent d'agiter leurs panneaux, ils sentent pas qu'ils sont juste honteux là ? Enfin, tout le monde l'est au final, surtout l'autre journaliste qui est tellement affamée qu'elle est prête à se mettre n'importe quoi sous la dent pour faire la Une. Il suffit de la voir agiter son micro vers les grilles, à essayer d'enregistrer tout ce que tout le monde dit...

En fait, y'a deux secondes, j'étais presque tellement saoulé de la situation que j'étais à deux doigts de me lever et d'essayer de reprendre la situation en main. Puis j'me suis rappelé que j'étais moi, et que moi, ben j'suis ni un orateur, ni un mec doué pour gérer les conflits. Du coup, j'me suis contentée de prendre mon téléphone et de chercher les streaming des chaines d'info locale et nationale. Nan mais on sait jamais, j'me renseigne, si ça se trouve je suis en train de passer à la télé en direct alors qu'on ne m'a pas demandé si j'acceptais de montrer mon visage. Hé, tant qu'on est dans les réclamations à la con, autant y aller jusqu'au bout, nan ?!




Merci Aa-chan ♥️
#   Mer 7 Fév 2018 - 22:10
Messages : 138
Date d'inscription : 22/07/2014

Les manifestants tokyoïtes commençaient à perdre patience. Ils virent les jeunes se rassembler et scandèrent d'autant plus fort en apercevant les pancartes de ces pauvres terraens pris en otage. D'autres commencèrent à huer—ils voyaient pour la première fois ces étranges énergumènes venus de Terrae et, même s'ils n'avaient pas l'air très différents d'eux, ils l'étaient forcément. Ils avaient des pouvoirs. Qui leur disait qu'ils n'étaient pas dangereux ? Mais, comme protégés derrière les grilles sécuritaires d'un zoo, ils se sentaient tout puissants, rassemblés parmi une masse d'autres inconnus en colère. Les émotions sont communicatives ; la fièvre vindicative d'autant plus.

Et puis, celui qui a l'air d'être le chef de l'un des deux groupes, un rouquin, prit la parole dans le mégaphone. Ces mots galvanisèrent la foule. Elle s'agita d'autant plus ; certains étaient en colère, d'autres souhaitaient ouvrir ces grilles une bonne fois pour toute pour laisser sortir les otages ou bien mettre à sac ce lieu qui ne leur apportait que du malheur.

Les policiers, eux, commençaient à être dangereusement poussés vers la grille.

Il ne fallut qu'une impulsion de la part d'un petit groupe pour déclencher la ruée d'une partie de la foule de manifestants. Bientôt, le portail fut pris d'assaut, secoué, poussé, tiré dans tous les sens dans l'espoir de l'ouvrir ; la foule hurlait à la liberté ou à la mort des Terraens, sans cesser de lancer des projectiles. D'autres commencèrent à s'époumoner contre ceux qui voulaient ouvrir les grilles, terrorisés par les mages ou simplement par l'idée de voir les choses s'envenimer. Les forces de l'ordre, elles, tenaient les attaquants à distance comme elles le pouvaient ; mais pour combien de temps encore ?

Les seuls à se régaler, certainement, étaient les journalistes qui prenaient un malin plaisir à filmer et commenter la scène en direct.
#   Mer 7 Fév 2018 - 22:24

Personnage ~
► Âge : 21
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 204
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Jusque là, il s'agissait d'une simple manifestation. De son côté, Renji restait aux aguets, calme dans son coin. S'il devait entrer en action, il le ferait. Surement. Pour l'instant, il se contente d'observer la scène. C'est fou comme les médias peuvent aggraver les choses. 
Le Master garde sa position également, il cherche surement une solution mais ne semble pas pour autant maitre de la situation. Très vite il sera rejoint par du renfort. Et parmi ces silhouettes, l'une d'elles lui est familière. Pandora. Aussitôt, le brun se relève. C'est pas bon, elle ne devrait pas rester là. 
D'accord, elle est une femme forte mais parfois ça ne suffit pas. Et quoi sait jusqu'où ça pourrait dégénérer. 
Cette dernière remarque sa présence et sans un mot, elle saisit sa main. Le brun n'a pas le cœur de la repousser et suit cette dernière. Peut être pour rester auprès d'elle s'il devait arriver quelque chose de grave. Ou peut être parce que sa main tremble dans la sienne.

Le Master prend alors les choses en main et se saisissant d'un mégaphone, il réclame le calme et un moyen d'opérer. Seulement certains résidants réclament leurs libérations. Tandis que les étrangers réclament leurs fins. C'est tendu, très tendu. Si bien que les grilles pourraient céder sous la pression. Et les projectiles volent de plus belle. Faisant tournoyer son bâton, Renji protégea ainsi Pandora et lui même.

"Ils ne désirent pas négocier. Ils veulent détruire Terrae."

Glisse-t'il à l'attention du seul chef ici présent.
Arrêtant de faire tourner son bô-jutsu pour le planter dans le sol. Delà de fines lianes vinrent s'agripper autour des grilles, histoire que ces dernières ne craquent pas sous la pression. Bien que Renji le sache, il ne saurait tenir suffisamment.


#   Mer 7 Fév 2018 - 23:29

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Théo
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 179
Date d'inscription : 13/05/2017
Age : 26
Emploi/loisirs : Music is the answer.
Humeur : Calme, la plupart du temps.

Le Master a l'air aussi désemparé que nous, en fait. On est 5 devant cette grille, plus Allen qui est toujours en retrait, avec un groupe de gens pas contents derrière nous, un autre devant. Qu'est ce qu'on est sensé faire, au juste ? Il prend un mégaphone et appelle au silence, avant de proposer d'ouvrir la grille pour laisser sortir la bande de cons révolutionnaires.

Cette simple annonce crée un mouvement de foule de l'autre côté de la grille. Une minorité seulement semble vouloir qu'on les "libère" ; la plupart des manifestants veulent voir la grille s'ouvrir simplement pour détruire Terrae. D'autres encore crèvent de peur nous voir sortir de notre enceinte... C'est bien, même entre eux ils ne sont pas d'accords ! Les projectiles ne cessent de tomber alors que la grille est prise d'assaut. Je recule d'un pas, resserrant mon emprise sur la main de Renji, tout en acquiesçant à ses propos.

"Je... Je ne suis vraiment pas sûre que ce soit une très bonne idée d'ouvrir cette grille..."

Je tourne la tête vers les manifestants internes. Est-ce que ces crétins ont conscience de ce qu'ils ont déclenché ? Je me demande s'ils sont encore assez cons pour vouloir sortir, malgré toute l'hostilité qu'il y a envers nous au-dehors de ces murs. Je m'adresse à l'un d'eux, qui semble être leur porte-parole. Du moins, il parle plus que les autres.

"Si tu as tellement envie de te jeter de ton plein gré dans la cage aux lions, je peux toujours te faire voler par-dessus le portail."

Je ne sais même pas si je suis cynique ou non. Après tout, s'il a envie de faire un essai terraen vs. terrien en pleine révolte, c'est son problème.


#   Jeu 8 Fév 2018 - 9:18

Personnage ~
► Âge : 28 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 291
Date d'inscription : 20/10/2012
Age : 22
Emploi/loisirs : Bavarder ♥
Humeur : Explosive ~

Elle était sortie ce matin, sans vraiment savoir où elle irait à la base. Mais vu le boucan qui venait des grilles, et sa curiosité grandissante, elle s'était finalement approchée. Okay, c'était un peu le bordel, un peu la panique et l'angoisse. Elle tenta de jeter un oeil aux autres mais fut vivement coupée de sa vue par une tomate qui lui écrasa la moitié du visage.

Ah ouais. On en était là, sérieux ? Elle se rapprocha et aperçu Huo et Misao, qui avaient l'air un peu à cran pour le coup, mais qui ne le serait pas. Elle commençait d'ailleurs à la ressentir, toute cette tension, avec le coup de la tomate dont elle devait avoir encore quelques restes sur le visage.

_ Quand tu dis que tu vas ouvrir les portes... On risque quoi nous ?

Ouais, elle était tendue, clairement. Et les derniers mouvements de la foule ne l'aidaient pas. Elle recula d'un pas, plus un réflexe qu'une réelle envie, parce qu'elle ne pourrait pas aider à faire tenir la grille, et qu'une fois que celle-ci aurait flanchée, plus rien ne la protègerait de la foule.

_ Si ils entrent tous ici... Les plus petits vont en pâtir...

Au secours ?



Vit en #ff9966
#   
Contenu sponsorisé

 

[EVENT - 3] Les grilles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Entrée.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant