Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
[EVENT - 3] L'institut.
#   Lun 5 Fév 2018 - 19:52
Messages : 142
Date d'inscription : 22/07/2014

Liste des participants : Mitsuki, Aaron, Afya, Théo, Jeremy, Selvi, Nils, Elwynn, Akira, Akihiko



À l'heure du repas, les couloirs étaient toujours déserts ces temps-ci. Comme le jour de l'annonce de Ryu, la plupart des élèves se rejoignaient à la cafétéria pour manger et discuter, mais surtout rester ensemble ; au moins, pendant ces temps-là, ils étaient au calme. Les Masters restaient souvent pour faire la surveillance, comme de vieux pions dans un lycée, et, surtout, commençaient à quitter l'institut pour retourner chez eux ou commencer leurs rondes de nuit.

Le moment du dîner était donc parfait ; juste avant le couvre-feu, lorsque tous les élèves étaient encore suffisamment agités pour ne pas avoir envie d'aller se coucher, mais trop fatigués pour résister. Et il en était de même pour les Masters.

Ce soir, c'était nouilles sautées ; et franchement, ils commençaient à en avoir marre de manger tout le temps la même chose. Terrae était mal approvisionnée depuis plusieurs jours déjà, un détail qui s'additionnait à tous les autres depuis le début de cette foutue alerte qui leur pourrissait la vie. Bientôt, ils allaient finir par crever de faim.

Alors ce soir, ils avaient décidé de frapper. Et ils frapperaient fort.

D'un coup de pied rageur, un titan défonça la porte de la cafétéria, la faisant voler sur plusieurs mètres dans un bruit étourdissant ; plusieurs cannettes de soda utilisée comme bombes fumigène roulèrent à sa suite jusqu'au milieu de la cafétéria, diffusant une fumée blanche et opaque dans toute la salle. Un cri de stupeur saisit l'assemblée, et quelques personnes se redressèrent immédiatement, comme pour tenter de se battre ; mais derrière le terre, d'autres élèves surgirent. Une dizaine d'étoiles et d'initiés s'avancèrent dans la salle à ses côtés, poussés par l’assurance qu’ils ressentent d’être en groupe, tandis que d'autres restaient dans les couloirs derrière eux en renfort. Les marionnettistes empêchèrent les récalcitrants de bouger, les sonores ordonnèrent de ne pas faire vague ; les autres, menaçants, observèrent avec colère la foule amassée dans la cafétéria en usant de leurs éléments pour les tenir en respect. Des langues de flammes furent tirées, des éclairs vinrent briser les ampoules au-dessus d'eux ; quelques cris d'élèves terrifiés résonnèrent entre deux quintes de toux.

Quelques étages au-dessus de leur tête, ils savaient leurs camarades en train de semer la terreur dans les dortoirs. Ils ne faisaient pas cela par pure malveillance, bien sûr, mais il fallait que les choses cesse. Et s'ils devaient aller aussi loin pour qu’enfin ils portent attention à leurs plaintes, alors ils le feraient. Cette fois, ils allaient les entendre.

—Plus personne ne bouge ! siffla un Sonore, usant de son pouvoir pour que sa voix résonne partout dans la salle.

Personne ne sortirait de cette salle sans qu'ils ne les aient autorisé à le faire.
Qu'ils viennent donc, ces petits Masters. Qu'ils viennent donc, et ils le regretteront.



_____________________________________
A votre disposition, la shoutbot afin de réserver un post dès que le topic aura un peu démarré. Vous avez un délai de 24h après un message, mais n’en abusez pas. Privilégiez d’abord les réservations à court terme afin de ne pas bloquer le jeu.
N’oubliez pas de consulter la shoutbox avant de commencer un post, pour vous assurer que personne n’a réservé la prochaine intervention.


#   Lun 5 Fév 2018 - 23:09

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 327
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

J'étais dans ma chambre. J'me changeais, tranquillou. Ca fait quelques jours que j'ai cassé la gueule à ce pauvre type de mes deux. Je sais pas si ça va recommencer ou pas. J'me méfie toujours. Ca retombe toujours une fois que ça a commencé. Voir Misao m'a fait du bien. Et puis discuter de la Cool Patrol avec Nicolas c'était cool. Ca m'a un peu rassurée. Et puis, une fois changée, j'ai entendu.

Les cris. Les courses dehors. Les explosions d'ampoules. La violence. Dehors, ça grouille. Je pense directement à Asbjorn, qui ne supporte pas ça. Mon regard ce durcit. Alors c'est ça, c'est maintenant. Je serre les dents. J'étais pas venue ici pour me battre, j'étais pas venue ici pour retomber dans la violence. Mais j'ai trouvé une famille. Et personne touche à ma famille. Je m'approche de mon p'tit coté cuisine, attrape un petit couteau fin, que je glisse dans ma poche. Ouais. Je sais pas jusqu'où ils peuvent aller. Moi, j'irai jusqu'où il faudra.

Ma porte s'ouvre à la volée. Le mode réflexe revient à moi. J'envoie un violent coup dans la porte qui s'éclate sur le corps du jeune garçon qui vient d'entrer. Toi chaton, tu vas pas aller plus loin. Je me jette sur lui, et l'assomme, d'un coup puissant sur la tempe. Il s'écroule. Je le vire de ma chambre, et referme la porte. Je m'approche un peu de la porte d'Ariana, ouverte. Personne dedans. Ariana. Asbjorn. Alice. Adé. Adé. Trouver Adé à l'étage des Feux, juste à coté de mon dortoir. Je cours, bouscule des gens sans vergogne, jusqu'à arriver à sa chambre. Une fille est en train de se transformer pour défoncer la porte. Je plaque une femme-ours sans ménagement, et l'étale au sol. Je frappe son ventre, jusqu'à ce qu'elle redevienne humaine, jusqu'à ce qu'elle ne bouge plus, inconsciente. Blessée ? Je m'en fous. Non. Tu ne touches pas à ma soeur. Connasse. J'ouvre la porte d'Adé. Personne. Mon sang ne fait qu'un tour. C'est l'heure de bouffer, ils sont peut être en bas. Je me précipite dans les escaliers. Tout éclate, les bruits sont forts, partout. Les gens pleurent, se cachent. Moi je cours, je bouscule, je blesse. J'ai déjà vécu des situations de crises comme ça. Des attaques. Je n'ai jamais eu autant d'inquiétude pour des gens.

Sur un palier, une fille me menace de ne pas descendre, un autre garçon interdit à un autre de monter. La fille fait naître des éclairs. Si t'as cru que des étincelles allaient me faire peur p'tit ange, tu t'trompes. Je sautes toutes les marches. D'un bond. Et j'atterris sur elle, et ses yeux ébaillis. Le choc l'assomme, mais je crois que je n'ai rien cassé. Le garçon d'à coté à droit à un renard en colère, tout hérissé, près à bondir. Non. Personne ne fera du mal à ma famille. Je ne veux plus tuer. Mais personne. Personne. Ne touchera. A ma famille.



Merci chaton.


#   Lun 5 Fév 2018 - 23:52

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 24
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

Jérémy est un connard égoïste et narcissique. Mais vous savez ce qu'il a découvert récemment et qu'il aime pas du tout ? Les autres connards égoïstes et narcissiques. Alors quand il est sorti de la salle de classe dans laquelle il avait récupéré des affaires oubliées, et qu'il s'apprêtait à rejoindre Aaron à la cafét', qu'il a surpris des bruits venant des étages inférieurs et que c'était pas des bruits rassurants. Il a tout de suite su, quelque part, que les abrutis de la petite réunions pom'pote "omg on est trop des rebêêêlles" avaient finalement décidé du pire. Parce que c'est sûr qu'il n'y a rien de mieux que de foutre le bordel, quand on dit ne pas être écouter parce qu'il y a du bordel. C'est le serpent qui se mord la queue. Et Jérémy aime pas les serpents.

Mais de toutes les choses qui pouvaient lui passer par la tête à ce moment-là, la plus importante s'ancra en lui et transforma sa pupille en un petit point noir dans ses iris d'or ; retrouver Charlotte. Il abandonna donc son sac dans le couloir et partit déterminé jusqu'aux escaliers. Là, il croisa un jeune homme qui s'apprêtait à lui balancer une boule de feu... Mais son crâne percuta le mur d'un geste du bras de Jérémy. Celui-ci s'en voulut instantanément... Je ne peux plus l'interroger maintenant. Zut. Et une autre chose le gêna. Les pouvoirs. Les siens étaient encore faibles, et il avait compris qu'il pouvait pas faire face à tout le monde qu'avec de la force brute -surtout des Marionnettistes par exemple, gnh. Son instinct de protection envers sa petite sœur faillit dévaster ses efforts de réflexion. Mais il tint bon.

Une attaque organisée, ils ont forcément bloqué l'ascenseur, tout le monde va vouloir prendre les escaliers, le meilleur endroit pour cloîtrer les gens à cette heure étant la cafét'... Il courut dans les escaliers. Il ne s'arrêta que deux fois ; se plaquer contre un mur et espérer que ses pouvoirs Invisibles s'activent... Ce qui ne fonctionna qu'une fois. La deuxième ses vêtements avaient refusé de suivre le mouvement et il dut couper la respiration d'un Sonore pour lui éviter de lui donner des ordres... et qu'il se relève pour le décoiffer d'une bourrasque. C'est en descendant qu'il croise la rouquine-assassine. Décidément. Toujours au bon endroit au bon moment, tss. Elle sonne une Tonnerre et se tourne vers un garçon sous forme de renard... Un renard. Elle pouvait pas prendre un truc plus imposant nan ?

Bref, elle a pas le temps de sauter à la gorge du malheureux puisque c'est lui qui le choppe, le balance en arrière pour lui donner un coup de coude dans les côtes, suivi d'un coup de poing pour être sûr de le sonner correctement. Si voir Elwynn ne lui fait pas plaisir, ça a au moins le mérite de faire resurgir de vieux réflexes tout en l'aidant à se concentrer sur son seul objectif, Charlotte. Il demande, comme une évidence, sachant qu'elle saura de quoi il parle, tandis qu'ils continuent de descendre les escaliers. :

-Situation ?





Cadeau:
 
#   Mar 6 Fév 2018 - 14:08

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2775
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

On surveillait tranquillement la cafétéria, avec Mitsuki. On s'était proposés (ou on avait été désignés d'office, je sais plus bien—de toute manière, je crois qu'on peut dire que ça revient un peu au même, hein) pour le repas, tranquillement, sans pression, en se disant qu'au pire, tout ce qu'il pourrait arriver de pire c'est de bouffer en compagnie d'un Jérém de mauvais poil. Nicolas profite apparemment de la soirée pour faire une sortie en ville, donc je suppose qu'ils seront pas à la maison avant le couvre-feu.

En attendant, on est allés se chercher un plateau repas et on s'est posés sur les bancs de la cafète ; j'ai Lottie sur les genoux, son mei-tai posé à côté de moi et le sac à langer par-terre à mes pieds. Elle boit goulûment à son biberon, maintenant qu'elle a terminé sa soupe. Jérémy est parti récupérer des affaires qu'il a oublié dans sa salle de cours et, en face, je discute avec Mitsuki en profitant de l'ambiance calme. Sauf que visiblement, c'est impossible. Je pensais pas que ce soir spécifiquement ça allait nous tomber sur la gueule ; la porte de la cafète vole, des fumigènes sont lancées, et en quelques secondes l'apocalypse.

Mon réflexe premier est de serrer Charlotte contre moi en me réfugiant derrière le banc sur lequel je suis assis, abandonnant son biberon sur la table ; je l'entends crier, pleurer, et je chuchote doucement pour la rassurer, le coeur battant, mais ça ne sert à rien. C'est quoi tout ce bordel ? C'est quoi tout ce bordel putain ?! Je cherche Mitsuki des yeux, mais je la vois pas avec toute cette fumée. Je tousse un peu, la petite aussi ; si elle est blessée... Putain, faut que je la mette à l'abri, faut absolument que-

Je me redresse pour essayer de voir où sont nos adversaires ; je peux pas risquer d'envoyer un jet électrique dans leur direction, s'ils contre-attaquent immédiatement je veux pas risquer que Charlotte se fasse toucher. Est-ce que quelqu'un s'est pris la porte ? Ou bien des gens ont réussi à l'arrêter ? Je sais pas, putain, je- Respire. Réfléchis. Les enfants de Terrae sont avec Tomoe, elle est remontée y a pas trop longtemps. Elle les défendra bec et ongles, ça je le sais ; il faut qu'on gère ici, mais j'peux rien faire tant que- Putain, mais où j'peux la laisser ?!

—Mitsu ! je l'appelle alors que la petite pleure et crie, terrorisée. Mitsu, envoie-moi un cristal de téléporteur ! Faut que je mette Charlotte à l'abri !

Au bord de la nausée à cause de la soudaine panique ambiante, je ne peux qu'attendre. Et je ne vais sûrement pas aller me planquer dans ma Greffe en attendant que les choses passent…



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
#   Mar 6 Fév 2018 - 14:59

Personnage ~
► Âge : 27 ans
► Doubles-comptes ? : Bito Daisukenojo
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 237
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 27
Emploi/loisirs : Flâner
Humeur : Arrogant

Fffplsshinn !

C'est le bruit que fit une bouteille de saké qui vint se fracasser contre le crâne du sonore qui cassait les oreilles à tout le monde. Cette bouteille avait été lancée depuis le couloir par Akira qui, malheureusement, venait de boire la moitié de son contenu.
Plutôt bien visé pour un gars en état d'ébriété.

- On s'entend plus picoler ici ! Gueula-t-il tandis qu'il s'appuyait sur la tête d'un gamin pour ne pas perdre l'équilibre.

Ivre, Akira commença à se demander si ce qu'il disait avait un sens, mais l'enfant qui l'accompagnait l'extirpa de sa réflexion éthylique en l'appelant.

- Monsieur... fit le gamin en tirant sur sa veste pour attirer son attention.

- Qu'est c'qui y'a Billy ?

- J'mappelle Mickey... et ...

- Ouais c'est ça. Le coupa-t-il. Bref, c'est quoi c'bord...

- Monsieur..! insista le petit.

- Mais qu'est tu m'veux toi ?!

Le gosse qui avait déjà pris plusieurs mètres de distance entre le blond et lui, pointa une autre personne du doigt. Cette personne qu'il désignait avait préparé une sublime boule de feu et l'avait déjà lancé en direction d'Akira.
Akira eut à peine le temps se tourner et de dire "Hein ?" qu'il se prit le projectile de plein fouet. L'explosion l'éjecta directement de la cafétéria et, après quelques rebonds sur le sol, il se retrouva les bras et les jambes écartées, le corps fumant, aux pieds de la rousse et du blond coiffé comme un plouc. (@Elwynn Evrard et @Jérémy Bonnet)

La situation ?
- C'est la merde... Lâcha-t-il entre deux rires qui ressemblaient à des toussotement.
#   Mar 6 Fév 2018 - 17:57

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Rin Hakari
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 21/05/2017
Age : 19
Emploi/loisirs : Le pati... non rien
Humeur : Mon corps est détruit...

Nils était arrivé il y a quelques mois. Il ne savait même plus quand d'ailleurs, le temps s'écoulait rapidement, mais en toute quiétude. Seuls les derniers événements chamboulaient ça nouvelle vie... Nils ne pressentait rien de bon avec tout ça. Il était plutôt pacifique lui, et il pensait d'abord un peu plus à la douleur des autres que à lui-même. Malgré les manifestations qui s'étaient levé le jeune homme n'avait pas bougé le petit doigt. Pouvoir ou non, cet endroit lui avait offert une vraie vie et il ne voyait pas en quoi cela servait de se rebeller ça ne servait à rien. Mais temps que leur enfantillage n'impactait pas sur ça vie et celle des autres qui restait calme, tout allait bien.

Cependant, tout changea, se déchaîna d'un seul coup. Nils était à la cafétéria pour manger le repas du soir, qui n'était pas très copieux mais suffisant. Il s'installa à une table, seul en espérant trouver de la compagnie. En face de lui un homme avec un enfant, un des master surveillant. Au moins il y avait encore une forme de paie ici.

Puis un bruit sourd, son coeur et son corps sursaute, souffle court. Une épaisse brume s'installe dans la salle. Surpris, pris sûr le fait, mais il avait eu le temps de voir se dérober la porte et les rebelles... Des rebelles sans coeur, orgueilleux et stupide. "Plus personne ne bouge" cette phrase sifflait dans ces oreilles tel un vicieux serpent démunie de tout sentiment mise à part une colère ardente. Nils s'était figée apeuré, mais une force, plus puissante, le souleva et le fit exploser. D'une voix aussi sifflante que les autres sonores, il s'exprima, ne bougeant malgré tout pas un seul petit doigt, ne voulant pas aggraver la situation.

-Que croyez-vous faire? Créé un sentiment d'insécurité, de peur et de chaos?! Ne croyez-vous pas que nous en avons déjà suffisamment ? Et pourquoi soulever votre colère sur nous autres, nous qui avons décidé de nous taire en essayant de garder le plus grand calme ?


Nils's theme song:
 

2ème compte: Rin Hakari
#   Mar 6 Fév 2018 - 20:09

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 327
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Je vais pour sauter à la gorge du type. Mais il se fait coller au mur, et sonner par Jérémy. Je redeviens humaine. C'est compliqué de contrôler une rage sourde comme ça. J'suis presque soulagée de le voir. Ouais alors non, j'suis pas heureuse non plus parce qu'on se mette bien au clair, je l'aime vraiment pas. Mais il se révèle pas trop con en ce moment, et avoir un appui quand faut aider les autres c'est toujours cool. Puis on a déjà calmé deux abrutis de service, ça va, j'lui fais assez confiance pour ça. M'enfin, j'aurai préféré tomber sur n'importe quel autre membre de la Cool Patrol.

On dévale les escaliers, Jérémy-du-con me demande la situation. J'commence à ouvrir la bouche, quand je recule brutalement, me cognant contre son bras. Un mec qui servait apparemment de punching-ball au fond atterri devant nous. Il ouvre la bouche, il pue l'alcool. Génial. Je soupire et l'enjambe tout en répondant à Jérémy. Pas l'temps de m'occuper d'Akira ivre mort, j'm'en bats clairement les couilles. La cafétéria semble être prise d'assaut, faut qu'on arrive à y rentrer.

Ni Aria et Adé en haut. Pas eu le temps de chercher Asb et Alice en haut. Ils doivent manger. Toi ?

Nicolas ? Lottie ? Aaron ? Il doit savoir pour ceux avec qui il vit non ? Je ne ralentit pas alors que je lui parle. Bientôt, on arrive à la lisière de jeunes qui se battent avec ou sans pouvoirs, contre d'autres qui tentent de sortir. Certains se cachent dans des coins en pleurant. A part traumatiser des innocents, ils font pas grand chose de constructif. Bande d'abrutis. Mon regard a rarement été aussi dur lorsqu'il se pose vers un Feu qui nous menace de sa boule de feu. Je lance, froide.

Allez vas-y, défoule toi, balance tout connard.

Il a un air rageur qui m'insupporte, et balance approximativement sa boule de feu. Je fais un mouvement croisé avec mes bras en m'écartant sur le coté, de l'eau jailli de mes mains et bloque une partie du feu. J'crois que ça touche un peu mon bras gauche, mais j'ai pas le temps de réfléchir. Je redeviens renard, cours au sol, lâche ma concentration, redevient humaine tout prêt de lui. Du plat de la main, je frappe son oreille. Je sais que je risque de le tuer en faisant ça, mais il tombe directement, inconscient. Je ne sens pas mon bras rougir après la brûlure. Et même si je la sentais, je l'ignorerai. Et j'avoue que plus ça va. Plus je m'énerve. J'attends que Jérémy me rejoigne pour avancer. Je l'aime pas. Mais on a le même but. Autant s'aider face à autant d'abrutis.



Merci chaton.


#   Mer 7 Fév 2018 - 15:50

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2125
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

Spoiler:
 

Bref. Comme je le disais, tout allait bien. Jusqu'à ce que des... Non, Mitsu, soit pas vulgaire. Mais ces enfoirés ont NIQUE MA SOIREE.

Les fumigènes, c'était vraiment obligé ?!

Par réflexe, j'ai sauté de ma chaise et j'ai poussé la table pour la coucher devant nous histoire de nous créer une protection, au cas où. Bon, je voyais plus Aaron, j'voyais plus Charlotte non plus, mais je l'entendais, c'est qu'elle était encore en vie, nan ?

Le sang commença à battre contre mes tempes. Je suis à bout de nerf en ce moment, et franchement, c'était juste pas la soirée, POURQUOI IL FAUT QU'ILS FASSENT CA A QUELQUES JOURS DE MON ANNIVERSAIRE, HEIN ?!

Mes yeux changèrent de couleur presque instantanément. J'suis énervée en ce moment, je l'ai dit.

Dans la fumée, j'entendis l'agitation. Je fermai les yeux l'espace de quelques secondes pour sentir les énergies et essayer de situer les gens autour de moi. Ok. Bon. Alors je pète la gueule à qui en premier ?

La voix d'Aaron parvint à mes oreilles et je grinçai des dents. Les yeux toujours fermés, je me concentrai sur son énergie. Le cristal se créa rapidement dans ma main ; trois téléportations, c'était largement suffisant. Lorsque je rouvris les yeux, je me téléportai à côté de lui, me repérant à l'aide de son empreinte électrique, et lui glissai la pierre dans la main avant de déposer un baiser sur le front de la petite. T'as rien à faire ici bébé, va loin.

Mes mains s'électrifièrent et je disparus pour me retrouver à côté de l'un d'entre eux. Je le plaquai sur le sol après lui avoir lancé un coup de pied dans le dos, et m'accroupis sur lui.

- Bon. Qui c'est qui est à l'origine de tout ça ? Et tu te dépêches de me répondre.


Sentant venir la menace, parce qu'on sait jamais, je créais un bouclier électrique autour de moi.
#   Mer 7 Fév 2018 - 17:09

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 158
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 24
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

Elwynn répond, juste après être passée au-dessus d'un mec complètement déchiré. Jérémy a bien envie de lui foutre un pain au passage, à celui-là. Il le reconnaît pour l'avoir vu à la réunion rebelle, il avait pas vraiment envie qu'il cause un peu plus de grabuge qu'il y en a déjà... Mais il n'avait pas le temps. Il imita la rouquine, la suivit. :

-Nico est avec Adé et Aria. Il les a appelé après les cours pour qu'ils se retrouvent. Asbjorn et Alice, je ne sais pas. ...Lottie est avec Williams dans la cafét'.

Ses traits se tirent. Juste un instant. Il savait que Williams pouvait se battre, il l'avait vu... mais il savait aussi que ça lui plaisait vraiment pas de le faire. Charlotte dans ses bras, face à des élèves de l'Institut, même rebelles... Il va avoir un cas de conscience, c'est bien son genre.

Et du coup, devant la cafét', y'a une petite troupe qui s'est sans doute donné pour mission de laisser personne entrer... ou sortir. Elwynn se fait attaquer en même temps que lui. Un Titan, les bras et les jambes couvertes de terre... Jérémy n'a pas le temps d'analyser un peu plus la situation qu'il se jette en arrière pour atténuer le coup. Ça marche à peine, mais vaut mieux ça que le prendre de plein fouet. Il s'abaisse et comme un buffle, fonce sur son adversaire. Il est si énervé qu'il arrive à le décoller du sol, le traîne sur plusieurs mètres et lui fait rencontrer le mur le plus proche violemment. Un Tonnerre l'électrifie à ce moment. Jérémy se tourne vers lui, une gerbe de feu s'échappe de ses lèvres entrouvertes. C'est tout ? Il doit être initié celui-là, il l'a à peine chatouillé... Mais puisqu'il veut être pris au sérieux. Jérémy le choppe au col et au niveau du futal, il fait un tour sur lui-même et le balance en direction de deux gusses qui s'apprêtaient à se jeter de concert sur Elwynn.

Il profite d'un instant d'accalmie pour se diriger vers l'endroit où aurait du se trouver la porte de la cafét'. A l'intérieur, il voit à peine ce qu'il se passe, l'air est empli de fumée. Il est tellement sous pression qu'il se rend à peine compte qu'il appelle le père adoptif de sa petite sœur par son prénom.  :

-AARON T'AS INTÉRÊT A ME DIRE QUE CHARLOTTE EST EN SÉCURITÉ PARCE QUE SIN-

Une douleur lui vrille la joue. Comme un couteau affûté. Sauf qu'il n'y a aucune trace de couteau. Jérémy porte la main à son visage, il y a un peu de sang. Et derrière lui, un Air qui le vise. ...Oh putain toi tu vas prendre pour tous les autres 'spèce de chi-





Cadeau:
 
#   Mer 7 Fév 2018 - 19:52

Personnage ~
► Âge : 12 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 389
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 26
Emploi/loisirs : Un petit carillon musicale accompagné d'un parfum de fleur sauvage.
Humeur : Dans la joie et la bonne humeur!

Je cours aussi vite que mes jambes maladroites me le permettent. La soirée semblait pourtant tranquille, jusqu'à ce que le vertige coutumier d'une vision vienne tout perturber. Une demi-seconde plus tard, j'étais déjà en route, fonçant vers l'institut. J'avais capté des foyers de rébellion un peu partout dans Terrae, mais j'étais plus proche de l'institut et, pour une raison quelconque, mes visions voulaient m'y envoyer. Le spectacle me laisse sans voix.

Les dégâts étaient impressionnants, ils n'avaient vraiment pas fait les choses à moitié. Tout le monde se battait, courrait, criait, appeler au combat, menaçait... Je fronce les sourcils, serre les poings. Alors c'est à ça qu'on en est réduit ? C'est comme ça que les choses vont se passer ? Je baisse la tête un instant, immobile au milieu de la cohue. Je n'avais pas été capable de retrouver Hideko, j'avais essayé, je m'y étais acharné... je n'avais pu trouver. Ma frustration ne pouvait même pas s'expliquer tant elle était forte. Je relève la tête, le regard embrasé par un feu de détermination. Pas question que je laisse Terrae sombrer. Sans plus de réflexions, je m'élance.

Grâce à mes visions, je parviens à éviter les chemins les plus dangereux, me contentant des voies les plus discrète,s les moins sujettes (ou pas encore atteintes) par la casse et ces imbéciles. Je rejoins assez vite la cafétéria... du moins, ce qu'il en reste à en juger par la porte et la fumée. Des idiots font le pied de grue devant. Du moins faisait. A peine arrivés, deux individus se jettent sur eux, bien déterminés à entrer. Je les reconnais, j'ai vu leurs dossiers me passer entre les mains lorsque je triais *soupir* et leurs actions semblent montrer qu'ils ne sont pas du côté des rebelles. Ok, on tente la confiance.

-Contre le mur! Criais-je au grand décoloré qui venait de se faire blesser.

Sans attendre, je fouette le vide de mon bras et envoie une mini-vague percuter l'air qui fait du zèle sur sa trajectoire. elle perd l'équilibre et tombe au sol, auquel elle reste cloué par une couche de glace qui l'emprisonne comme une gangue sur la partie du corps en contact avec le sol. Je me rapproche un peu, prêt à entrer dans la bataille.

-Faîtes gaffe vous deux, ya deux étoiles dans le lot...

Je ferme les yeux.

-Quoique je dise, faîtes-le! Sans poser de question.

J'aurai pu dire, je suis voyant, je peux prédire les événements donc tous en ligne derrière moi. Pas là. Le master a pris le pas. L'efficacité avant tout.


#   Mer 7 Fév 2018 - 21:26

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Pandora
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 01/07/2016
Emploi/loisirs : M'occuper d'elle comme il se doit, pardi !
Humeur : Cela dépend de la demoiselle...

Assis à la cafétéria, je mange tranquillement mon repas du soir en regardant mes congénères. L'ambiance est plutôt calme ce soir, on pourrait presque croire que l'état d'alerte est derrière nous. Mais non, bien sûr, ce n'était que le calme avant la tempête... Et juste quand je me dis que tout va pour le mieux, la porte vole dans un fracas assourdissant et des gens commencent à balancer des fumigènes en gueulant dans tous les coins. Par réflexe, je me plaque au mur derrière une table, et tente d'analyser la situation. Je suis content d'être sobre, pour une fois !

Je ne vois pas grand chose à cause de toute cette fumée, mais j'entends des gens geindre et pleurer un peu partout dans la salle. Dont des pleurs de bébé, pas très loin de moi. Ca doit être la petite fille des deux Masters surveillants, je les ai vu manger tout à l'heure. La pauvre, elle se trouve être avec les deux cibles principales de cette troupe d'attardés... D'ailleurs je ne suis pas le seul à y avoir pensé apparemment, je distingue une silhouette qui se dirige vers eux en se repérant aux pleurs de la gamine.

"Attention !"

Mon corps réagit plus vite que mon cerveau, je sors de ma planque et fonce sur le gars - vu ses poings enflammés, je dirais qu'on a la même affinité, ahah. Je le plaque au sol et lui envoie un coup de poing dans la joue. Ce bâtard aurait été capable d'attaquer un homme avec un bébé, tout ça pour obtenir des réponses que probablement personne n'a ? Mais wtf, tout le monde a perdu la boule ou quoi ?! Pas très loin de moi, un Sonore incite les gens au calme. Toi mon grand, t'arrives un peu comme un cheveux sur la soupe...

"Je crois qu'ils s'en foutent de ton sermon, mec ! Par contre, tu saurais créer un courant d'air pour dégager toute cette fumée d'ici ?!"

Ce serait déjà beaucoup plus utile ! Je m'assure que le Feu que je viens de neutraliser est bien sonné avant de me relever et de foncer dans le tas. Il faut qu'on arrive à créer une ouverture, si on se fait acculer dans la cafétéria, vu le nombre de personnes terrorisées et en train de pleurer, ça va virer au drama. Putain, on se croirait presque dans un film de guerre, c'est n'importe quoi !


#   Mer 7 Fév 2018 - 22:18

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : Rin Hakari
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 21/05/2017
Age : 19
Emploi/loisirs : Le pati... non rien
Humeur : Mon corps est détruit...

C'est l'apocalypse, on se croirait en plein dans le tournage d'un film d'action. Sauf que c'est la réalité et c'est beaucoup plus flippant de voir ça en vrai... Jamais rien ne lui avait fait autant peur, sauf son père... Il serra les poings. Ils n'étaient pas enclins à la négociation. T'en pis, il aura essayé.

Il reste à couvert malgré tout cherchant quoi faire. Et c'est là qu'un homme, sûrement plus âgé que lui, lui demande d'utiliser ses pouvoirs d'air. Il acquiesce, respire un bon coup. Il n'a pas une grande maîtrise de ses pouvoirs, mais s'il se concentre, il peut en être capable, pour le bien de tout le monde.

Alors, il se redresse, visualise le flux de courant d'air, respire, inspire, bouge ses mains, respire inspire dans le rythme du vent. Il dégage la fumée nauséabonde, l'écarte, la pousse... c'est un exercice perieux pour lui qui n'a que très peu d'expérience mais il peut le faire. Il pousse la fumée vers l'entrée, vers la porte qui a été défoncé, là ou se trouve les rebelles. De se fait, ils ne se mettent pas tout à fait à découvert et empêche à leur ennemi de voir. Il a détourné l'avantage que les rebelles avaient pour le retourner contre eux. Une fois fait, Nils inspire longuement, légèrement suant par son effort. Il manque de vaciller, il se ratrappe de justesse à une chaise.

L'homme qui lui a demandé d'utiliser ses pouvoirs fonce droit dans le tas... On n'est pas dans un film là mec! Il faut faire attention mon dieu. Alors il respire, se reprend un peu avant de suivre l'homme dans ça charge, restant en arrière. A son attention, Nils lui lance.

- Je te couvre mais ne fait pas trop de folie surtout!


Nils's theme song:
 

2ème compte: Rin Hakari
#   Mer 7 Fév 2018 - 23:41

Personnage ~
► Âge : .............. vos gueules (29)
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2775
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Autour, c'est l'apocalypse. Je serre Charlotte contre moi comme si ma vie en dépendait, attentif aux moindres déplacements d'énergie autour de nous pour repérer des personnes potentiellement agressives. C'est un fouillis de sensations désagréables et d'émotions négatives qui me percutent de plein fouet.

À ma gauche, je sens quelqu'un d'hostile s'approcher ; mais heureusement, quelqu'un l'arrête ; je ne vois pas bien, mais je retiens l'énergie des feux—celui qui nous a sauvé la mise, et celui qui a voulu s'en prendre à nous. J'm'occuperai du deuxième plus tard.

Mitsuki arrive avec son cristal ; elle embrasse Charlotte, me glisse le cristal dans la main et je suis tellement reconnaissant envers elle que je crois que je pourrais l'embrasser. D'un geste, je tâtonne à côté de moi jusqu'à sentir la texture rassurante de mon sac et, sans attendre, le coeur battant, je me téléporte. S'il est presque l'heure du couvre-feu ici, il doit être vraiment très tôt à Boston... Tant pis ; je vois pas où la déposer d'autre. Y a personne d'autre en qui j'arrive à penser ; et il faut que je l'éloigne, il faut que j'éloigne Charlotte de Terrae. C'est dangereux. C'est-

luv:
 
Lorsque je reviens, la fumée s'est un peu dissipée dans la pièce ; elle est toujours présente, mais on arrive au moins à y voir. C'est le bordel partout. Je glisse la pierre dans ma poche, saute par dessus la table retournée et lance un éclair vers un morphe-chien, qui tente juste de sauter sur le feu qui m'a aidé. Maintenant, je le vois. Je pose une main ferme sur son épaule, sans effusion de sentiments.

—Merci pour tout à l'heure.

C'est tout. Je ne m'attarde pas. Maintenant que je suis ici, je commence à bouillonner moi aussi. Je prends seulement conscience qu'on a essayé de s'en prendre à mon bébé. Mes yeux, qui luisent de la couleur caractéristique des tonnerres, cherchent au sol pour repérer à qui appartient l'énergie du feu fautif.... Tsssk... Il a de la chance d'être déjà inconscient ce putain d'enculé.

Concentré, l'esprit tendu vers le groupe de rebelles que je tente de repérer à l'animosité la plus forte—c'est hardcore quand c'est que des étoiles et des initiés qui se tapent sur la gueule, ok—j'use de mes pouvoirs de sensitif pour tenter de leur faire retrouver un semblant de calme. D'abord, on instille le doute. Ensuite, la confusion. Puis on baisse leur motivation. C'est comme avec Ys. Sauf qu'ils sont approximativement quinze fois plus nombreux.



Je vis en #FEA347.


Un peu d'amour ♥:
 
#   Jeu 8 Fév 2018 - 12:20

Personnage ~
► Âge : 27 ans
► Doubles-comptes ? : Bito Daisukenojo
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 237
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 27
Emploi/loisirs : Flâner
Humeur : Arrogant

On ne pense pas comme les autres:
 

Le temps lui semblait court, trop court pour qu'il puisse profiter entièrement de ce spectacle. Akira se devait de contempler la beauté de ce drame. Mais se lever fut l'effort de trop avant que cette sensation de tournis dû à l'alcool n'ait raison de lui. Il devait d'abord prendre un petit bol d'air frais avant de... Trop tard. Il se précipita vers la fenêtre la plus proche pour se laisser aller...
[...]
Une fois la purge terminée, le blond se sentit beaucoup mieux. Il laissa la fenêtre libre d'accès à la personne qui voulait en balancer un autre dehors.

Bref, le jeune homme avançait, contemplait, un peu comme s'il était invisible aux yeux de tous. Il se dirigeait vers la cafétéria pour y voir les dégâts, jusqu'à ce que 2 élèves lui barre le passage.
Akira n'allait pas se battre, il prit un air innocent et leva les mains avant de pointer le "trio badass". Il y avait parmi eux ce gamin aux cheveux verts, qu'il surnomma "Problème".

- C'est surtout lui vot' problème. Regardez-le.

Evidemment ce gosse n'était pas n'importe qui, il était le plus jeune master de Terrae. Et entre lui et Akira, le plus apte à foutre en l'air ce guet-appens... c'était bien lui.
Ce fut donc avec une impressionnante simplicité que ces deux gars changèrent de cible. Le trio se retrouva alors encerclé et Akira profita de ce moment d'imprudence de la part des deux camps pour longer le mur et s'infiltrer gentiment dans la cafétéria.

La cafétéria ♥️
Le chaos y régnait. Les coups s'échangeaient, le sang ne coulait pas, mais ça ne serait tarder... Ou peut-être pas.
L'attention d'Akira se porta sur Aaron. Celui-ci usait de son pouvoir pour amoindrir la rage qui alimentait les fauteurs de troubles. La mollesse se fit vite ressentir dans leurs coups...
Le spectateur devint donc acteur, Akira s'approcha discrètement du Master sensitif et le prit d'assaut avec un coup de poing en plein visage.
Une attaque surprise qui fût beaucoup plus simple à mener lorsqu'on a aucun pouvoir.

- Williams, tu ne voudrais pas gâcher ce beau spectacle quand même ?

[Sorry c'est long]
#   Jeu 8 Fév 2018 - 17:12

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 327
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

On n'sait pas où sont les autres. J'aime pas ça du tout. Et puis on sait seulement que Lottie, un bébé, un putain de bébé, est dans la cafétéria, au milieu de plein d'enculés de mes morts qui se disent que pour régler des problèmes on va agresser des gens. MDR. C'EST SUPER INTELLIGENT VRAIMENT.

Je me rends compte que mon bras est bien brûlé, mais j'avoue que pour l'instant j'm'en fou. Une fois l'autre abruti à terre, je me retourne, et voit un type voler et atterrir sur deux autres rebelles de mort qui allaient vers moi. Mes yeux se posent sur le Feu qui se ruent vers l'entrée de la cafet. Ok lui il veut sauver sa soeur, pour une fois on est d'accord sur l'objectif à atteindre. Super. SUPER.

Un air se met à l'attaquer. Présentement, c'est la seule personne qui me vient en aide, la seule personne que je connaisse suffisamment pour lui faire confiance, ET CA FAIT MAL DE LE DIRE CROYEZ MOI. Alors très clairement j'ai envie d'exploser sa sale face, mais il se fait emporter par une vague. Je tourne la tête, un type, assez puissant pour avoir généré la vague, descend vers nous, l'air un peu blasé. Super t'es avec nous ou pas ?

Des Etoiles dans le lot mais qu'est-ce que j'en ai à foutre des Etoiles, Initiés, garçons filles noirblancjaune OSEF DE CA PUTAIN ILS SONT EN TRAIN DE NIQUER MA MAISON ET POTENTIELLEMENT ILS ONT DEJA BLESSES DES GENS DE MA FAMILLE BORDEL.

Je ne suis pas calme. Je ne suis pas calme du tout. Le mec nous dit de faire ce qu'il, et j'm'en bats la race, mais vraiment. Donne des informations utiles, économise ta salive, si j'dois faire un truc dis-le moi, me préviens pas que je devrai le faire. Putain j'm'énerve même contre ceux qui m'aident.

Un type court vers nous, avec des gerbes électriques autour des poings. Je m'avance rapidement vers lui, jusqu'à ce qu'il soit presque sur moi. Je tourne sur moi-même très rapidement. Mon pied fait craquer ses cotes, l'envoi violemment sur le coté, au sol. Inconscient, il se tient le ventre. Connard. Mes yeux ne voit plus que des cibles, des ouvertures, des endroits où frapper. Je bataille pour rentrer dans cette putain de cafétéria, peut être qu'Asbjorn est dedans. Peut être qu'il est blessé. J'vais tous les buter putain.

Je frappe des genoux, des oreilles, contorsionne des poignets, tire des cheveux. Pour finalement avoir une ouverture sur la cafet. Je vois, au milieu de gens inconnus, Aaron, sans Lottie. Ok. Lottie est en sécurité ? Si oui ça fait un allié de plus. Je déteste vraiment tous les rebelles.



Merci chaton.


#   
Contenu sponsorisé

 

[EVENT - 3] L'institut.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cafétéria.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant