Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Toi au moins, t'es pas un oublié! ... Sinon t'es qui?
#   Mer 21 Fév 2018 - 0:24

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 560
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Avez vous déjà eu une impression de déjà vu? Oui? C'est ce que j'ai vécu au quotidien après mon réveil à l'hôpital. Cette impression que vous êtes déjà passé près de ce bâtiment. L'impression que vous avez déjà vu cette personne sans savoir ni où ni quand. Toute ma vie était une sorte de déjà vu. Tout autour de moi me semblait à la fois étranger et familier.

C'est pour ça que j'avais pris l'habitude, quand cela devenait difficilement supportable, de monter sur le toit pour retrouver le confort de la solitude. C'était deux jours après ma sortie de l'hôpital. On m'avait conduite à ma chambre, seule chose dont j'avais encore des souvenirs étrangement. J'y avais retrouvé ma guitare, un micro, des paroles et mes affaires. J'y avais vu des objets étrangers à ma connaissance que j'avais compris être des cadeaux.
Ce jour-là, j'avais recroisé des collègues qui avaient semblé me connaitre dans les couloirs. Il avait été difficile et douloureux de regarder chaque personne m'ayant rendu visite tout en lui affirmant ne pas savoir qui elle était.
Je ne savais même plus qui j'étais. En dix jours, j'avais retrouvé ma faculté de feu, ,me souvenant de tout ce que j'avais appris, sans savoir grâce à qui je connaissais tout ça. J'avais aussi retrouvé une partie de ma capacité à réfléchir comme une jeune femme et non plus comme une enfant de 15 ans. En dehors de ces éléments, les seuls souvenirs que j'avais en ma possession étaient ceux que l'on m'expliquait. Ceux des autres et non pas les miens.

C'était une situation insupportable, d'autant plus que tous autour de mois me prenait pour une pauvre petite chose fragile. Je ne l'étais pas. Ne l'était plus. Visiblement, jusqu'à preuve du contraire, j'étais guérie. Cependant, pour plus de sûreté, on me demandait de poursuivre mes entraînements en vu de devenir master sans m'épuiser. La vie reprenait son court.

Ce soir-là, vers les coups de 17h, alors que le jour baissait, je sortie sur le toit avec ma guitare, habillée chaudement d'un jean, d'un pull en laine blanc et d'une couverture pour me couvrir. J'avais aussi mis un bonnet et une écharpe et j'avais attrapé mon thermos de café. J'étais parée à passer un moment en tête à tête avec moi-même.
Je passais plus d'une heure, seule, à réfléchir tout en jouant quelques accords sur ma gratte, écrivant et composant sur mon état et sur ce que je pouvais ressentir. Prisonnière de mon amnésie, il n'y avait qu'ainsi que je me sentais libre. C'est peut-être pour ça que, prise à mon instant de paix, je ne compris pas immédiatement que je n'étais plus seule sur le toit.



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Hier à 0:13
Messages : 5
Date d'inscription : 04/02/2018
Age : 20
Humeur : Détendu

Bon, il était temps de se bouger un peu. Je venais à peine d'arriver à Terrae, à peine le temps de déposer mes affaires que j'étais impatient de visiter tous les nouveaux endroits qui s'offraient à moi. A vrai dire, tout cela m'intriguait, mon côté un peu chiant cherchait le pourquoi du comment je n'avais encore jamais entendu parler de cet endroit. La taille du complexe rendait le tout vraiment étrange et absurde pour moi qui me sentait vraiment tout petit.
L'atmosphère au contraire était très posée et surprenamment agréable. Il est vrai que j'avais fait confiance à cet homme un peu par hasard mais cela faisait un moment que je ne m'étais pas senti aussi libre. Evidemment le fait d'être là m'empêchait de voir Cal pour un temps et cela me peinait, je ne pourrais pas remplir mon rôle pour un temps.

Mais cessant toute mauvaise pensée et repensant aux paroles et à la promesse de l'homme je me dirigeais, un petit sourire en coin, à l'intérieur de l'institut, tout paraissait si grand et il fallait que je me fasse une idée de l'organisation de l'endroit et de comment m'y retrouver lors des prochains jours...

Après avoir visité une bonne partie de l'institut je dois bien avouer que je manquais d'air. Il me fallait un peu d'espace pour respirer et reprendre un peu de soleil. Etant situé aux étages supérieurs de l'endroit je décidais donc, plutôt que de descendre les escaliers et sortir, de me diriger vers le toit afin de me rapprocher un peu plus de la douce lueur du Soleil qui se couchait. Me rapprochant un peu plus du toit je me rendais compte que j'entendais une mélodie s'échappant de la porte de sortie. Les notes fusaient puis s'arrêtaient, c'était le son d'une guitare. Un son plutôt mélancolique à n'en pas douter. J'hésitais un peu à rentrer sur le toit étant donné la séance musicale qui s'y orchestrait. J'avais peur de déranger tout simplement mais je me rappelais soudain que j'étais bien seul dans cet institut et qu'il fallait bien que je fasse des rencontres à un moment ou un autre.

Je me décidais donc à rentrer sur le toit et je voyais une jeune femme, la guitare à la main, une couverture sur le dos en train de jouer et d'écrire sur un petit carnet, sans aucun doute de a composition. Je restais un peu en retrait attendant sans doute qu'elle me remarque ou bien juste ayant envie d'attendre ce que pouvait bien donner cette compo' terminée. Mais malheureusement, elle n'eut pas le temps de terminer ce qu'elle avait commencé qu'elle leva la tête, s'étant rendue compte de ma présence. Ne sachant plus où me mettre je m'asseyais non loin de l'entrée dans son dos afin de ne pas déranger plus que cela le spectacle...
#   Hier à 0:27

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 560
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

J'ai souvent entendu dire  par les ignorants que pour un musicien, il est difficile de communiquer et que nous le faisons donc par la musique. Rien n'est à la fois plus vrai et plus faux. Nous ne sommes pas tous des antisociaux avide de solitude, mais pour ma part, je ne sais me dévoiler autrement que dans les notes. C'est idiot, je sais, mais la vie m'a apprit à ne compter que sur moi même car même vos proches peuvent vous décevoir. C'est peut-être pour cela que je ne sais me confier aux autres.

Quand j'ai compris avoir oublié une partie de ma vie, beaucoup de ceux m'ayant veillé à la suite de mon réveil m'ont dit qu'au besoin, ils étaient là pour m'écouter. Mais comme pouvais-je leur expliquer qu'ils n'étaient pour moi que des inconnus, et qu'une fois de plus, je me retrouvais seule face au monde qui m'entourait? La musique restait donc, là encore, ma meilleure alliée.

Il me fallut un moment pour apaiser mon trouble avant de retrouver le calme que me prête ma passion. Cependant, une fois celui-ci retrouvé, je pu sans peine coucher sur papier chaque pensée qui me tracassait en ces jours troublants.
J'avais peur de ne pas retrouver la mémoire, je l'avoue. J'avais craint de décevoir ceux qui semblaient être devenus comme une seconde famille pour moi et j'avais peur d'en perdre quelqu'uns à force de ne pas savoir quel nom allait à quel visage.

Cependant, le bruit de la porte du toit me sorti de ma torpeur et je relevai la tête avant d'adosser ma guitare à l'une des barrière du lieu. Me retournant, je découvris un jeune homme assez.... Comment dire... Discret. Au lieu de me héler, il s'était contenté de s'asseoir pour écouter. Le connaissais-je?
Me levant, je l'observai de loin pendant quelques instants, tentant de trouver en ma mémoire la moindre bribe de souvenir. Rien.

- Salut. On se connait?

Ben ouais. Vous vouliez que je dise quoi en même temps?



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   Aujourd'hui à 0:21
Messages : 5
Date d'inscription : 04/02/2018
Age : 20
Humeur : Détendu

Je n'arrêtais pas de penser à Cal et au fait que je l'avais laissé, je me disais que cela était pour mon bien et que je pourrais m'occuper encore mieux de lui après mais je ne pouvais pas m'enlever de la tête que cela aurait pu être une erreur.
Heureusement, et je ne sais comment, cette musique sur le toit parvenant à mes oreilles était très délicate et mélancolique elle m'avait tout simplement fait réussir à oublier toutes mes pensées l'espace d'un instant. Je ressentais beaucoup de liberté dans ce son et, la musique m'aidant à m'échapper, cela aidait beaucoup. Ceci dit je pouvais bien sentir que cette jeune femme avait quelque chose sur le coeur, un problème qui semblait beaucoup la perturber. Comment je pouvais bien le savoir ? Un musicien ne peut avoir tant d'inspiration sans avoir quelque chose en tête...

M'étant donc assis afin de profiter du moment, il ne fallut pas longtemps à la musicienne pour arrêter de jouer, poser sa guitare et se retourner afin de sans doute comprendre ce que je pouvais bien faire. Il est vrai que cela pouvait être un peu malpoli de s'asseoir dans le dos de quelqu'un sans se présenter mais que voulez-vous ? J'aime la musique alors ça prend le pas sur mes bonnes manières. Je me levais donc et m'approchais un peu d'elle histoire de ne pas trop brusquer la première impression tout de même. Elle semblait m'observer et chercher dans sa mémoire quelque chose..

- Salut. On se connait ?

C'était direct comme question mais au moins ça avait le mérite d'être clair. Pourtant je voyais bien qu'elle essayait de se souvenir si elle m'avait vu ou non, je devais au moins faire en sorte qu'elle ne cherche pas pour rien, ce serait très malvenu comme début de conversation..

- Bonjour. Et non, on ne se connait pas je viens juste d'arriver. Mon nom est Galaad Evans mais appelle moi Galaad bien sûr.

La conversation lancée, on allait pouvoir discuter un peu je l'espérais bien. Si j'avais bien une peur en arrivant c'était que je ne trouve personne avec qui discuter voire même traîner dans le meilleur des cas. Même si étant jeune ça ne m'aurait pas dérangé il fallait bien avouer que le contact humain m'était important désormais.
J'inspirai un grand coup et m'asseyais donc un peu plus près de la femme et la regarda de nouveau dans le but toujours d'alimenter notre discussion...

- Oh, et toi qui es-tu ?

Bonne initiative Galaad ! Je cherchais dans ma tête un nom qui pourrait lui convenir mais rien ne me venait à l'esprit pour le coup. Elle paraissait si mystérieuse et pourtant un peu perdue à la fois. Décidément, cette musicienne m'intriguait de plus en plus..
#   Aujourd'hui à 0:40

Personnage ~
► Âge : 18 maintenant!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 560
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Le jeune homme semblait être assez perdue dans les convenances sociales puisqu'il n'avait pas daigner s'annoncer avant de s'asseoir négligemment dans mon dos. Cependant, étant musicienne, je sais qu'en tant que passionnée, il est en général plus agréable d'écouter avant de parler. Je ne lui en tiens pas rigueur, on en apprend beaucoup sur une personne à sa façon de composer.

Pour autant, une fois repéré, pouvait-il vraiment espéré ne pas me parler? J'ai pris le temps de l'observer, de juger qui j'avais en face. Dangereux psychopathe ou futur ami? Il avait une belle cicatrice dans le cou. Suffisamment vieille pour ne plus jamais disparaître, bien trop jeune pour ne pas se souvenir d'où elle provenait. Qui était cet homme qui me paraissait à peine plus vieux que moi et pourtant tout aussi perdu?

Il finit par me dévoiler son nom avant d'admettre que l'on ne se connaissait pas. J'admets avoir ressenti un immense soulagement à cet instant. Pour une fois, je n'aurais pas à me souvenir de ce que j'avais perdu dans le combat.
Il vint s'asseoir à mes côtés et je poussais mon carnet, fermé, pour lui faire une place. La vue était bien plus belle là où je me trouvais. Il finit par me demander mon identité et cela me fit un bien fou que d'avoir une conversation normal avec quelqu'un.

- Je m'appelle Joyce. Joyce Noran.

Je lui ai accordé un sourire franc, parce qu'aussi inconnu soit-il, je l'étais également pour lui et cela suffisait à mon bonheur. Je sais, je suis bizarre, mais oubliez votre vie et on en reparle après!

- Désolée pour le côté bourru de mon salut mais je suis amnésique depuis peu et je tente encore de retrouver mes marques. Tu dis que tu viens d'arriver? Bienvenu dans ce cas.

J'ai pris un temps pour observer le soleil se coucher sur l'horizon. C'était un spectacle divin, pour les yeux comme pour l'âme.  Je pris une gorgée de mon café avant de lui tendre mon thermos, dans une question muette. Une fois cela fait, la curiosité l'emporta et, lui jetant un regard mutin, je demandai:

- Alors? Musicien ou simple amateur?



Merci Ys pour le kit!
Paws up!
#   
Contenu sponsorisé

 

Toi au moins, t'es pas un oublié! ... Sinon t'es qui?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Toit de l'institut