Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
The Death of the Bachelor [avec Elwynn]
##   Mer 18 Avr 2018 - 0:14

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 479
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Je sens qu’il me regarde. En fait, je m’en rends compte en y repensant, aux quelques moments où j’ai osé poser mes yeux dans les siens. Je ne sais pas ce que ça fait. J’imagine qu’il me regarde, moi, toute pas élégante que je suis. J’fais semblant, enfin, non. Disons que j’ai appris à faire comme si, et que c’est naturel. Disons que je sais qu’avant j’en faisait trop lorsque j’étais habillée comme ça. Mais maintenant, je garde mon attitude habituelle, alors je dois vraiment avoir l’air ridicule. Mais il ne me dit rien, il ne se moque pas. Et… Ca me fait plaisir. Peut être que ça veut dire qu’il ne me trouve pas trop ridicule.

Il rougit, je ne relève pas. C’est vraiment étrange. J’ai du mal à croire que c’est la première fois que Jérémy reçoit des compliments. Et pourtant, en y réfléchissant un peu mais pas trop, c’est pas si illogique. Il serait moins brutal peut être, avec plus de tact. CA VEUT PAS DIRE QUE JE VAIS BOSSER MA MANIERE D’ETRE.

Alors que je descends mon verre d’une seule traite et que je sens la chaleur monter très vite dans mon corps, sans pour autant sentir autre chose, je tourne la tête vers lui, et hausse un sourcil. Très haut le sourcil. What mec on passait un bon moment et toi tu pars sur un bon gros truc de mort ? Je ne relève pas, mon regard suffit à parler pour moi. J’attrape mon autre verre et bois à peine.

Et puis du coup j’lui souris, parce que, allez, deuxième chance ? Il a été cool ce soir, alors pourquoi pas. Il me dit qu’il va essayer. C’est cool. Je porte mon verre à mes lèvres, et puis je m’arrête. Bloquée. Ok j’arrête immédiatement de regarder ses lèvres quand il fait ce mouvement ça crée beaucoup trop de trucs chelous dans mon corps j’vais BOIRE. Je bois donc un peu plus activement, et puis il parle. Brutalement, je tourne la tête vers lui, plongeant mes yeux dans ses iris dorées. Putain il est mignon quand mê-. AH. Il assène ce qu’il voulait dire. Il devient transparent. Il maitrise pas. Je maitrise pas tout à fait bien mon Morphisme non plus. C’est. AH. J’ai mon cœur qui se serre et je sais pas pourquoi, je peux pas contrôler alors que normalement je ravale toutes mes émotions. Mais… Pour une fois, encore, j’ai pas envie.

Je ne le quitte pas des yeux lorsque je parle.

C’est… très cool que tu le dises.

Je bois une nouvelle fois, et puis, je baisse les yeux…

C’est vrai que tu parles mal et que t’es con. Mais tu vois, là, t’es bien. Je trouve. Moi j’aime bien…

Et je finis par porter mes couilles et je repose mes yeux dans les siens, tout en lui donnant de nouveau un coup à l’épaule du poing. Je suis probablement aussi rose qu’il est transparent.

Je suis contente que tu sois venu, Jérémy.

Et retiens bien ça parce que j’crois que je le dirai pas deux fois malgré la situation très étrange qui s’est installée. PARCE QUE OUI maintenant du-con t’as mis les mots dessus, y a bien quelque chose qui se passe et j’ai pas non plus envie de le casser. J’ai même pas envie de l’insulter, j’ai presque plus envie de me moquer… Je… Beh là j’suis bien. Avec lui. Avec lui... Pour... Une fois. Une fois très cool avec Jérémy-du-con-peut-être-pas-si-con.




##   Dim 22 Avr 2018 - 22:21

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 25
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

Elle le regarde... Il le sent du coin de son oeil qu'elle le regarde... Mais il veut pas tourner la tête noooooooooon JAMAIS. Plus jamais. Voilà. Il a le cou tellement musclé et large qu'il peut pas pivoter m'voyez ? Oui. OUI prenez-moi pour un con, pour une fois, j'en ai PLUS RIEN à foutre ! AH ! Non mais quelle idée de balancer tout ça d'un coup, qu'est-ce qui t'es passé par la tête Jérémy ? HM ? Je sais pas, je sais pas... Eh ben moi non plus je sais pas Jérémy. On n'a jamais fait ça Jérémy. Tu commences à casser les couilles avec tes révolutions perpétuelles Jérémy ! D'abord Asbjorn, ensuite Nico et après hm ? Eh ben Elwynn. C'est en cours non ? Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? Parce que t'as le coeur qui palpite ? Parce que tu te rends compte que t'es transparent à cause de tes pouvoirs en ayant eu un aperçu de tes propres mains ? ...Parce qu'elle te dit que c'est cool que tu parles enfin ?

Jérémy lève les deux sourcils, mais il ne sait pas quoi répondre. Il l'observe boire une gorgée du breuvage alcoolisé puis reprendre. Il s'apprête à dire quelque chose quand elle le traîte de con. Il se retrouve à nouveau bouche bée quand elle ajoute qu'elle aime bien... quand il est bien... Il lève son index. Le rabaisse. Reste immobile un instant avant de replacer ses bracelets-éponge machinalement. Il retrouve sa position initiale, mains sur le verre, tourné de profil par rapport à elle. Okay, non. Il n'avait rien à dire. Il n'avait rien à dire parce qu'il pensait pareil. Sauf qu'apparemment, elle était bien moins conne que lui...

Il reçoit un coup à l'épaule et se surprend à ne même pas tressaillir. Son regard se pose sur elle, surpris encore par cette... marque... d'affection ? Il suppose. Et elle lui dit qu'elle est contente... pas d'être venue... Elle est contente que Jérémy, lui, soit venu. Eeet là. Là, il est totalement invisible. Il le sait car quand il a voulu porter sa main à ses lèvres pour cacher son sourire, il a pu appercevoir sa manche vide. Pourtant il se cache quand même, incapable de se retenir, et aussi un peu inquiet de la réaction qu'elle pourrait avoir en le voyant comme ça. Elle aurait peur sans doute ; il pria un instant que ses pouvoirs soient assez dociles pour attendre qu'il retire ce maudit sourire de son visage avant de le rendre de nouveau visible...

Du coup, c'est pire qu'avant. Il ose plus rien dire, il ose plus rien faire. Il passe sa langue sur ses lèvres, il a l'impression d'être asséché de l'intérieur... Il fait disparaître son sourire niais, prend une lente inspiration, et le temps qu'il redevienne visible, boit une gorgée. :

-Pardon. Je contrôle pas mon côté Invisible. Ca m'arrive souvent... Pour rien.

Oui. Il insiste sur le "pour rien". Stp pose pas de question. Il observe leur verre presque terminé, déjà, se rend compte qu'une autre musique va bientôt reprendre. Il achève sa boisson, se lève sans prendre la peine d'être élégant. Il secoue brièvement la tête, comme pour se remettre d'aplomb, et tend de nouveau sa main vers Elwynn. :

-Deuxième round ?... Euh, j'veux dire. Danse ?

Et merde. Il a fourché.





Cadeau:
 
##   Jeu 26 Avr 2018 - 10:17

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 479
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Je parle, et il ne dit rien. J’ai l’air de le secouer un peu. Il veut parler à certains moments, mais rien ne sort de lui. Il lève sa main, mais ne dit toujours rien. Il semble ne rien avoir à répliquer. Je suis contente qu’il accepte que je le trouve bien. Non parce que j’ai aussi du mal à parler ok. C’est pas facile. Et lorsque je tape mon poing contre lui, il ne bouge pas. Il semble s’habituer, parce que je ne veux pas le blesser. Alors quand j’décide d’être honnête, d’être courageuse, Jérémy devient invisible. Complètement. Je regarde le vide, je perds mon expression à peu près heureuse, devient complètement inquiète d’un coup. Qu’est-ce que j’ai dit ? Est-ce que j’ai tout cassé ? Non ! Je voulais pas, pardon… Je voulais pas tout casser, j’ai juste voulu… Etre sympa… Pourquoi il est devenu tout invisible ? J'dois pas savoir être sympa.

Il redevient visible. Il est redevenu tout sérieux, ses sourcils sont froncés de nouveau. Il attrape son verre, avant de me dire qu’il ne maitrise pas son pouvoir. Que… Je n’ai rien fait. Je n’ai rien fait, ouf, je… Non… Eh Elwynn arrête d’être con deux secondes non ? T’es quand même en train de parler de Jérémy Bonnet. Et là… Non, j’ai pas rien fait. Je sais ce que j’ai fait. Mais j’ai… bouger quelque chose. Je suis pas certaine de l’avoir voulu, mais il semble pas trop m’en tenir rigueur. Alors je fais pareil, je ne dis rien, j’attrape mon verre et le termine d’un trait. Plus envie de réfléchir c’est bon. Et puis Jérémy se lève. Il semble de nouveau décidé. Je regarde sa main, puis son visage. Et j’fais pas exprès, mais mes lèvres se soulèvent, et je souris, un peu plus en vrai, à lui. J’attrape sa main et regarde la piste tout en lui répondant qu’on est parti.

***

J’voulais pas venir. J’étais énervée. J’aurai tué Asb en voyant Jérémy à l’entrée. J’ai passé ma soirée à tourbillonner avec lui, à sourire de plus en plus et à boire de plus en plus pour pas trop m’en rendre compte. Je crois que j’ai bu plus que Jérémy. Mais ça va. J’rigole juste maintenant. Parce que c’est marrant. Parce que Jérémy sent bon. Parce qu’il me marche sur les pieds des fois, alors je les lui écrase aussi pour me venger. Parce que danser défoule, parce que je bouge de plus en plus tout mon corps plus la musique avance. Je souris à Jérémy lorsqu’il dit quelque chose de gentil. Je me moque de lui quand il rougit mais je lui dis que j’apprécie. J’aime bien quand il réagit comme ça, avec ses cheveux fous. Ses mains sont devenues toutes douces avec moi. Je n’ai plus peur de leur force ou leur revers. Il n’a plus peur d’enfermer mon corps près du sien, là où je pourrais le blesser.

J’ai arrêté de compter à partir de 7 verres, j’ai arrêté de trop réfléchir à ce moment-là aussi. Je tiens l’alcool. Mais faut pas abuser non plus. Une énième musique s’arrête, je suis un peu fatiguée, alors je l’entraine par la main sur le coté, mais pas vers le bar. Je me retourne vers lui, souriante.

Ouaah j’en peux plus ! On va faire un tour dehors ?

Je lui souris, l’air enivrée. Je suis enivrée. J’crois qu’il l’est aussi… J’aime bien que son regard se balade sur moi, parce que contrairement au Jérémy con et méchant du jour, ce Jérémy de la nuit est plus gentil, plus drôle. Je n’ai jamais eu peur de lui mais là j’ai envie d’être avec lui, et c’est bien la première fois. Je réfléchis pas non plus, je le matte carrément depuis quelques danses. Je m’approche de lui et desserre un peu sa cravate, puis la pointe du doigt.

Hmmm mieux !

Je lève les yeux vers lui, sourit, et puis je me dirige vers la porte pour sortir. Ce qu’il fait chaaaaaaaaaaaaaud !




##   Jeu 26 Avr 2018 - 13:33

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 25
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

Ne plus trop réfléchir à ce qu'il se passe. Juste passer du bon temps, en évitant les bourdes de préférence. Il ne sait pas si c'est parce qu'elle se montre patiente ou parce qu'elle note qu'il fait des efforts qu'elle se montre sympa... Enfin, des efforts... Pas tant que ça au final. Il se laisse aller disons, ouais, il se laisse porter par le courant... ...C'est drôle parce qu'elle est Eau. Mais oui, Jérémy. On voit que l'alcool te monte à la tête hein. Tu bafouilles un peu plus, tu lui marches dessus sans le faire exprès... Oh elle te le rend bien, mais elle est mignonne quand elle le fait. Parce qu'elle est putain de classe dans sa robe mais elle est bien plus elle que lorsqu'il l'a vue apparaître au bout de la rue. ...C'est ça qu'est mignon. N'allez pas vous imaginer des trucs hein ! Elle bouge plus aussi, elle bouge plus libre. Et il trouve ça encore plus beau. Tant qu'elle sourit, ça veut dire qu'il fait les choses bien. Tant qu'elle sourit, il peut s'amuser. Quand ils titubent, il l'attrape dans ses bras. A un moment, il l'a même collée contre lui sans vraiment faire gaffe. C'est à ce moment qu'il se rend compte, qu'à force de bouger et de boire, surtout boire en fait, il fait chaud ici DAMN.

A la fin d'une énième chanson, d'une énième danse bien plus chaotique que la première, elle attrape sa main et se dirige dehors, sourire enivré éclairant son visage. Il hoche simplement la tête quand elle lui demande s'ils peuvent prendre l'air. Elwynn déserra alors sa cravate déjà pas bien serrée. Il baissa la tête pour la voir faire. :

-Autant l'enlever à ce point-là.

Seul un coin de ses lèvres se souleva alors qu'il enleva le bout de tissu, déboutonna d'un cran sa chemise et remonta son col. Ah. Rien que ça, ça fait un peu de bien... Il lève la tête vers le ciel une fois à l'extérieur. Pas un nuage pour voiler la voie lactée. Il avait beau adorer la chaleur du soleil, la fraîcheur de la nuit était la bienvenue là. Il mit sa cravate dans la poche de sa veste et entra en contact avec son paquet de cigarettes. Il se servit puis tandis le paquet à Elwynn. :

-Tu en veux une ?

D'habitude, il aurait pas proposé, mais il l'avait vue tirer une latte tout à l'heure, peut-être que ça lui ferait du bien de fumer.





Cadeau:
 
##   Dim 29 Avr 2018 - 20:13

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 479
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

J’étais bien, je suis bien, j’ai l’impression de flotter un peu. Ca m’rappelle mes autres cuites mais c’était plus pour noyer un mal être qu’autre chose. BON LA AUSSI Maaais ça va en fait, parce que Jérémy est cool ce soir, que je m’amuse bien. Il me suit, il a l’air de vouloir sortir aussi. Non mais c’est vrai qu’il est chau- qu’il FAIT chaud. Dehors, l’air fait du bien. Il ne fait pas froid, en tout cas je ne m’en rends pas trop compte si c’est le cas.

Il retire sa cravate alors que je me retourne vers lui. Il a un semblant de sourire. Ca me perturbe. Ca me perturbe vraiment. Mais c’est… Cool, alors, je souris aussi. Il termine de s’arranger. Ca lui va bien comme ça aussi. En fait, beaucoup de choses lui vont bien, même s’il semble ne pas s’apprécier comme ça. Il sait pas c’qu’il rate ehe. Je suis son regard. Le ciel est clair. Je m’éloigne un peu du club, du bruit et de la lumière. Je m’arrête à la lisière de l’aura de lumière, juste avant l’ombre.

Il me demande si j’en veux une… Une quoi ? J’ai besoin de me tourner de nouveau vers lui pour comprendre. Ouf, c’est compliqué. Hmm j’suis pas censée fumer. J’ai arrêté ok. J’ai fait ça pour la mémoire du Maître. MAIS BON. Là on est en soirée non ? Et puis il se passe des trucs chelous non ? Siiii allez. J’accepte et prends celle qu’il me tend. D’habitude je refuserai. Mais ce soir, on est pas d’habitude. On est. Euuuuuh ouais. Par curiosité, j’attrape son paquet et regarde la marque, japonaise. Je réfléchis un peu, et je me rappelle que Jérémy ne lit pas, ou très mal, le japonais. Alors je lis les caractères avec facilité.

Eeeeheeee j’ai une idéééée ! Comme je tiens toujours son paquet de clope, je me retourne, je me mets à marcher. Et quand j’ai chopé l’équilibre, je me mets à courir. Je sais que j’ai pas besoin de lui crier que je lui ai piqué son paquet, ni qu’il pourra pas m’rattraper pour le provoquer. Le truc c’est que ma robe me ralentit un peu. Bon ça va elle est fendue alors je m’en sors. Je ris quand je l’entends me suivre, je cours un petit moment, m’éloignant des rues occupées. Et d’un coup j’ai un éclair de génie : j’ai pas de feu, j’peux pas allumer ma clope.

Et du coup comme c’est très logique, je m’arrête pour lui demander de me l’allumer. Sauf que, beh oui Elwynn, quand tu t’arrêtes et que t’es poursuivie, en général le poursuivant s’arrête pas. Et la masse qu’est Jérémy ne s’arrête PAS. Je me prends son arrivée de plein fouet. Malgré mon cerveau ramolli, j’ai des réflexes, et je me raccroche à lui, trouve l’équilibre de mes jambes. Putain, c’est dur… et pas sa bite, non, son torse. Toujours son torse. Putain sa mère c’était super violent. Je lui écrase son paquet sur la poitrine, sans abîmer ses clopes non plus hee, et je relâche mon autre main enroulée autour de son bras pour ne pas tomber.

Est-ce que tu peux l’allumer s’il te plaît ?

Je regarde sa tête, je me rends compte qu’on est tous les deux essoufflés, et qu’on doit avoir des têtes toute nulle, on est bourrés, on est cons. Mais Jérémy a des cheveux fous et il sent bon, alors j’éclate de rire, parce que cette situation n’est pas comprise par mon cerveau. C’est la première fois que je ris autant devant Jérémy, sans me moquer. Bon j’suis bourrée donc j’ai pas un rire tout à fait normal, mais j’suis heureuse c’est indéniable. Je ris, ma clope à la main, les yeux rivés sur le ciel, puis sur Jérémy, qui au final est presque aussi grand que le ciel quand je suis aussi proche de lui.




##   Dim 29 Avr 2018 - 21:00

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 25
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

Elle prend son paquet après s'être servie pour l'inspecter attentivement. Peut-être qu'elle lit la marque... Jérémy connaît bien peu de cigarettes japonaises... En fait, il a essayé quelques marques avant de s'arrêter à celle-là parce qu'elles lui rappelaient celles qu'il fumait en France. Rien de plus, rien de moins... Il tend sa main pour récupérer le paquet pile au moment où elle se retourne. Il hausse un sourcil alors qu'elle commence à marche. :

-Eh.

Mais elle ne revient pas... Pire. Elle se met à courir. Eh mais... EEEH ! Il mit la cigarette qu'il avait entres ses lèvres dans une de ses mains et courut à son tour. C'était... carrément stupide. Elle pouvait pas aller bien loin avec sa robe, et puis elle devait pas avoir de briquet sur elle, et puis c'est pas comme si elle avait décidé de s'enfuir maintenant... Si ? Il sait pas. Dans tous les cas, il se sentait de courir lui aussi. Voilà, c'est tout, il avait juste envie de lui courir après. Gamin. :

-EH TU REVIENS !

Il ne prend pas de grandes enjambées, il est pas vraiment à fond de toute façon, l'alcool n'aide pas. Juste... Il la suit, il la poursuit, il pourrait faire ça éternellement... pour récupérer son paquet évidement. :

-JE REPRÉSENTE LA LOI !

...Pas vraiment non. Mais il le savait, elle le savait. C'était... une blague ? Une blague pas drôle peut-être. Mais elle s'arrête d'un coup, il ne pensait pas qu'elle le ferait maintenant. Ne s'y attendant pas du tout, il la percute. Elle se raccroche par réflexe, il la rattrape par réflexe. C'est là que tu sais que tu as bu ? Parce que tu as eu le réflexe de la rattraper ? Non, parce que j'ai pas eu le réflexe de m'arrêter pour qu'elle évite de m'attraper. Ouais... C'est lui qui lui courrait après, mais c'est elle qui l'a eu. Ca a du lui faire mal l'air de rien... Il sent sa main serrée contre lui, main qui tient son paquet. Il pose sa main abîmée sur la sienne, s'excusant dans un mumure essoufflé... et il reprend son paquet. :

-Qu'as-tu à dire pour ta défense ?... Non tu sais quoi, j't'entends même pas.

Il souffle en fermant les yeux, comme si la situation l'avait exécédé... Alors pourquoi il sourit ? Ca n'a aucun sens... Cette soirée n'a aucun sens. Elle lui demande s'il peut allumer sa cigarette. C'est donc pour ça qu'elle s'est arrêtée ah, la maligne. :

-Si tu veux que je t'allume faut arrêter de gigoter comme ça.

Elle rit aux éclats, il a envie de lui poker le nez. Alors il le fait, incapable de cacher son sourire amusé. Trop bu, sa résistance est trop affectée. Il claque des doigts, fait naître une flamme à son pouce et se penche légérement en avant... Techniquement, il a pas besoin de faire ça pour qu'elle allume sa clope... Elle poserait ses mains autour des siennes pour se stabiliser peut-être. Oui voilà, il avait peur qu'elle lui touche les poignets. Mais du coup il a ses yeux d'or dans les siens, verts scintillants à cause de la lumière de sa flamèche. Et d'un coup, il a l'impression que ses entrailles fondent. La lumière lui va si bien. C'est une Eau qui brûle à l'intérieur.





Cadeau:
 
##   Dim 29 Avr 2018 - 22:52

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 479
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Il me crie des choses ridicules quand je cours, mais je ris, je ris parce qu’il me fait rire, je ne me moque même pas, je suis simplement vraiment amusée. Je sais qu’il court vite, je sais que je cours plus vite et plus longtemps que lui. Mais l’alcool aide pas, qu’on se le dise. Et alors que je me retourne, il y va pas de main morte.

Il me rattrape pourtant, alors que je m’accroche à lui moi aussi. Je m’en rends pas compte directement, c’est seulement quand sa main touche la mienne, pour je sais plus combien de fois ce soir, qu’un vieux réflexe monte en moi. C’est pas normal qu’il puisse entrer en contact avec moi. Mais j’enlève pas ma main. Pourquoi ? Parce que j’aime bien… Il me fait un semblant de vanne que je n’aurai pas trouvé drôle, je crois, si j’avais pas autant bu. Pourtant je ris, je laisse ce sentiment de joie envahir mon corps sans trop y réfléchir.

Il me répond en me raillant, et pourtant ça me fait rire, je ne le frappe même pas, j’ai pas envie. C’est drôle. C’est pas méchant. Il ne veut pas me blesser. Moi non plus. Et alors que je ris, son doigts rencontre mon nez. Je m’exclame en couvrant mon nez, et je pose mon regard sur son visage… J’ai l’air un peu surprise. Jérémy sourit. C’est la première fois que je le vois comme ça. C’est un sourire enivré certes, mais c’est aussi la première fois que je ris devant lui. Et… Il est… Magnifique, on dirait un petit ange. Je me remets à rire, mon sourire doit avoir l’air plus sincère et moins amusé d’un coup. Il fait apparaitre une flammèche entre ses doigts, alors je glisse ma cigarette entre mes lèvres, frôle à peine sa main pour me stabiliser et l’allume. Et alors que j’aspire la fumée qui emplit mes poumons, chose que je n’ai plus fait depuis longtemps, je sens son regard sur moi.

Je glisse mon regard dans le sien. Ses yeux dorés dansent aussi joliment que sa flammèche. Or liquide. Je n’en avais jamais vu comme ça en dehors des siens. J’ai rarement surpris ce genre de regard sur moi. Non. J’ai rarement eu autant de réactions contraires en moi devant ce genre de regard. Je souffle par ma bouche entre-ouverte. Ses cheveux sont fous après avoir couru. Il est beau. Putain. La flamme s’éteint, je baisse les yeux, je rougis. Je le sens. Mais je souris toujours. Parce que c’était pas désagréable.

Merci Jérém’.

Jérém’. J’espère que ça va pas le déranger. Fumer me détend. Je combats contre mon ventre. Et alors que mon cerveau réfléchit à toute vitesse, je finis simplement par dire.

Et en plus pas du tout tu représentes pas la loi.

C’est absurde c’que je viens de dire. Gamine. Je ris de nouveau. Je bouge un peu, m’éloignant à peine pour ne pas tout lui souffler au visage. Et puis là je sens ma ballerine me rentrer dans le talon. SUPER ELWYNN. Courir avec des chaussures de merde c’est vraiment la meilleure idée de ta vie. Je ronchonne en baissant la tête, et je baisse pour retirer mes chaussures. Tout est parfaitement logique dans ma tête. Il fait nuit, seulement la lumière des étoiles et d’un lointain réverbère sur… Jérémy et moi, et moi, j’enlève mes chaussures BEH OUI. Je me redresse, mes cheveux partout autour de ma tête, je ne me suis même pas recoiffée après avoir couru. Ca ne me ressemble pas.




##   Dim 29 Avr 2018 - 23:10

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 25
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

Ils se regardent et il a l'impression que le temps s'arrête soudain. Dans ses yeux verts étincellants, à cause de la lumière, de son état d'ébriété, de sa course et de sa joie aussi, peut-être, il a la sensation de voir vibrer une envie, un besoin,... de la vie. Sa flamme s'éteint d'un coup, sans qu'il ne le veuille, et elle se recule rougissante, en baissant ses yeux qu'il ne reverra peut-être plus jamais. Il est déçu, d'un coup, de ne pas avoir réussi à maîtriser son Feu plus longtemps. Il mordille sa lèvre avant de lui répondre, tout aussi soufflé par ce qu'il vient de voir que sa flamme. :

-De rien El'.

Petit sourire. Ouais. Il est content qu'elle l'appelle comme ça. Parce qu'il se sent moins seul d'un coup... Il amène sa propre cigarette, celle qu'il avait gardé dans sa main, jusqu'à sa bouche. Il claque brièvement des doigts et une nouvelle flamme naît. Il inspire au moment où elle lui dit qu'il ne représente pas du tout la loi. Il reste un instant stupéfait avant de pouffer. L'éclat de rire illumine ses yeux, son sourire... Et pour une fois, ce n'est pas parce que Lottie l'appelle "Mymy" en tapant des mains, ce n'est pas parce qu'il se moque de Nicolas qu'est pas foutu de manger proprement,... Un véritable rayon de bonheur solaire le fait briller tout entier. :

-Effectivement ! Mais j'allais pas rester sans rien faire alors qu'une petite voleuse s'emparait de mon bien !

Gamin qui joue au policier et à la voleuse. Il rit avec elle un instant, retrouve son souffle pour tirer sur sa cigarette... Il en profite pour remarquer qu'ils sont dans une ruelle un peu sombre, éloignée de l'axe principal menant à l'Institut. Il l'entend légèrement gronder alors il baisse la tête. Un peu trop vivement. Ca tangue un peu eh. Ne pas boire ET courir les enfants.

Elle retire une chaussure, la première chose qu'il se dit c'est qu'elle a du se faire mal en courant. Truc de fille ça... Mais cette pensée est vite écartée par le fait qu'elle risque de se salir en posant son pied nu au sol. Les. Priorités. GARS ! Sa main bouge toute seule. Quand elle se redresse il tend sa main et maintient son bras pour ne pas qu'elle tombe. Elle a les cheveux en bataille, la robe un peu défaite et le pied blessé. :

-C'est le signe comme quoi c'est la fin des danses pour nous ! ...Hm. Attends.

Il met sa cigarette entre ses lèvres pour libérer son autre main ne la tenant pas pour remettre ses cheveux. C'était sur le côté gauche qu'elle le faisait non ?... Oui, pense-t-il. En tout cas ça lui va bien mieux comme ça. Il songe à la meilleure façon qu'elle ait de rentrer dans cet état puis un éclat amusé traverse son regard. :

-Eeeeet je te raccompagne !

Il la porte. Comme ça. D'un coup. Facilement. Elle est musclée comme nana, mais elle est bien plus légère qu'il n'y paraît. Il s'attend à ce qu'elle se débatte alors il ne commence pas tout de suite à marcher. Il penche légèrement la tête vers la sienne. :

-Objection petite voleuse ? Ou je dois citer vos droits ?

Si oui, c'est cool. Mais elle allait devoir lui donner un coup de main avec sa cigarette si elle voulait pas de cendres sur sa robe pourpre. ...Il avait les mains prises.





Cadeau:
 
##   Lun 30 Avr 2018 - 11:54

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 479
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Il m’appelle El’. Comme ceux qui me connaissent bien. Comme ceux que j’aime. C’est étrange. Mais j’aime bien. J’aime bien qu’on installe ça, ici, maintenant. Il sourit de nouveau. Bordel. Comment c’est possible d’être autant de visages à la fois. J’revois Jérémy qui me hurle dessus, qui explose de rage, je revois son regard malsain posé sur moi toute entière, la façon qu’il a de me jauger pour savoir comment je vais le frapper. Je revois son air blasé et rageur quand je l’emmerde. Son air calme avec ses sourcils froncés, l’air toujours de mauvaise humeur. Même son visage surpris lorsque je lui ai dit que j’aimais bien ses cheveux tout à l’heure. Il a tous ces visages. Que je déteste comme ceux qui me font rire. Mais son sourire… C’est autre chose. On dirait un autre Jérémy. Un Jérémy que j’aime bien, avec qui je passe une bonne soirée. Jérém’.

Il rit, et je ris. C’est un vrai rire. Des vrais rires. J’ai l’impression de redécouvrir un truc de la vie, genre sortir avec des gens que t’aiment bien. Sortir avec Boubou c’est super cool, mais faut pas l’perdre de vue ce sale gosse. Avec Ariana c'est épuisant, mais au final j'en sors toujours heureuse. Il réplique qu’il devait bien m’arrêter. Je ris. J’devrai pas, normalement les blagues sur le vol me font pas rire du tout. Mais là, je ris.

Je mets du temps à comprendre ce qu’est la sensation sur mon bras. Il me tient pour pas que je tombe. Hm. Je serai tombée s’il m’avait pas maintenue ? Je sais pas. Oui j’pense. Je tiens bien l’alcool en fait alors peut être que non. Mais c’est gentil. Je veux le remercier une fois que ma tête se calme quand je me suis redressée, chaussures à la main. Je tire sur ma clope, et puis quand je veux parler, il tend ses mains vers mon visage. J’ai pas le réflexe de reculer. Il m’a eu. Qu’est-ce qu’il… Oh… Eh. Il. Ouais. Toucher mes cheveux ouais. OUAIS. Je dois rougir comme pas possible d’un coup, je ne le lâche pas des yeux. Et je ne souris même plus tellement je dois avoir l’air ahurie. J’ai trop bu putain. Il tend de nouveau ses mains vers moi, et j’ai juste le temps de poser ma main sur son épaule, de perdre ma clope dans le mouvement, que je me retrouve dans les airs. Me… Raccompagner. Je me remets à rire. Joyeuse. Nerveuse. Seulement un instant. J’ai trop bu pour l’être vraiment.

On m’a jamais raccompagnée avant que je le demande !

Au lieu de me débattre, de m’énerver, de râler ou quoique ce soit, j’enroule mon bras autour de son épaule, pose ma chaussure sur mon ventre pour libérer ma main, et vole sa cigarette pour prendre une taffe à mon tour, sans lâcher ses yeux du regard. Voleuse il a dit, je joue mon rôle. J'sais bien faire ça. C’est la première fois qu’on me porte comme ça je crois. Enfin… Ouais, comme… Lui.

Mettez-y du nerf monsieur l’agent.

Je fais tomber la cendre sur le coté, elle brille un peu avant de mourir au sol, et vient recaler la cigarette entre les lèvres de Jérémy. Je ris alors qu’il se met à marcher, j’ai peur d’être trop lourde mais je m’en préoccupe qu’à moitié, parce que je suis beaucoup trop proche de lui, hors combat, pour me poser d’autres questions que putain comment ça s’fait que personne m’ait prévenue qu’il soit aussi séduisant quand il se mord la lèvre ??




##   Mer 2 Mai 2018 - 16:30

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 25
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

Elle rougit fort, ça atténue ses tâches de rousseur. C'est dommage... Il a envie de les toucher du bout des doigts. Bon là c'est pas trop possible donc on va se contenir hein. Ses cheveux étaient doux et ils sentaient bons... Il ne sait pas pourquoi il s'attendait, quelque part au fond de lui, à ce qu'ils soient rèches, avec une odeur de brûlé désagréable, ou bien trop parfumés. Mais non, pas du tout. Il l'attrape dans ses bras et elle a l'instinct de mettre sa main sur son épaule. Frisson qu'il tente de contenir. Il préfère se perdre dans le nouvel éclat de rire qui la secoue avant d'être étonné par ce qu'elle déclare. Comment ça on ne lui a jamais demandé de la raccompagner ? Enfin. Elle était... Belle. Il supposait qu'elle sortait quoi. Elle a du en séduire. Des gars. Qui ne la raccompagnait pas ?... C'était elle qui demandait ?! Genre... C'est possible ?

El' lui prend la cigarette de ses lèvres, puisqu'elle a perdu la sienne, et il encore un peu trop surpris pour répliquer. Surtout qu'elle inspire une bouffée de fumée, plantant ses yeux brillants dans les siens. Euké. Alors. Les frissons ça suffit hein ! Et pis... Monsieur l'agent... Gnh. Ne pas rougir nom d'une couille. Ca fait deux fois qu'elle lui retire sa cigarette ce soir... Mais cette fois, il avait ses lèvres là où les siennes s'étaient posées il y a un instant. ........OKAY SECOUE-TOI ! Il a un sourire gêné avant de partir... :

-Très bien. Vous l'aurez voulu !

Il ne court pas, parce qu'il ne veut pas trop la secouer et que ce serait con de refaire un remake de Cendrillon en perdant sa godasse qu'elle a posé sur son ventre, mais, il y va d'un bon pas. Il rejoint la rue principale et commence à suivre la route qu'il connaît bien maintenant. Les lampadaires le guident sur le chemin, tirant sur sa cigarette occasionnellement. Mais on a beau être un beau jeune homme musclé et fort, une princesse-voleuse dans les bras au bout d'un moment ça pèse son poids. Il avise un banc au loin et s'y arrête. Il s'assoit mais il la garde près de lui. :

-Ah... Je fais une pause c'est tout. Hein... On repart bientôt.





Cadeau:
 
##   Jeu 3 Mai 2018 - 0:14

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 479
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Jérémy a un air un peu surpris lorsque je lui envoie ma remarque. Hm. Il ne sait pas. Je n’ai pas envie qu’il sache. La majorité de ceux qui m’ont raccompagnée sont morts de mes mains. La minorité, je m’en souviens à peine tellement j’étais saoule. C’est la première fois que, quand même assez consciente, et parce qu’il en a réellement envie, parce que j’en ai réellement envie, qu’on me propose de raccompagner. Mais je ne dis rien, oublie vite, et continue de rire.

Le corps de Jérémy est fort, massif. Il ne bouge pas, ne tremble pas alors qu’il me porte. Il est bourré, et il me porte sans aucun souci. Il fait chaud contre lui, et ça sent bon. Il marche bien et vite. Ma chaussure reste en équilibre. Je reste accrochée à lui. Je souris, vraiment, et laisse aller ma tête contre son épaule. C’est bizarre. J’me sens pas en danger. Pourtant, il a essayé de me frapper, de me faire du mal plusieurs fois. Il aurait voulu me détruire si on avait pas été à Terrae. Mais on est à Terrae. Et au lieu de me serrer contre lui pour m’empêcher de bouger parce qu’il ne pouvait pas faire plus en me combattant, Jérémy me porte contre lui pour ne pas que j’ai mal. Si celui qui voulait me faire du mal me protège, alors je n’ai plus à le faire moi, pour un instant en tout cas. C'est bon comme sensation. Puis j'suis pas certaine de pouvoir vraiment y réfléchir maintenant.

Il ne fait que sourire. Je sens qu’au bout d’un moment il fatigue. Il regarde un banc, et puis il s’y dirige. Je commence à ricaner. Il s’y assoit. Mais. Il me garde contre lui. J’éclate de rire lorsqu’il me parle d’une pause. Je le comprends. Pourtant, en quelques mouvements, je me dégage de sa prise, sans lui faire le moindre mal. Je me retrouve debout, avec une chaussure sur deux. Je n’ai pas l’air de m’en soucier plus que cela. Après tout je suis une voleuse.

Allez viens on continue comme ça.

Je ne lui demande pas son avis, je marcherai comme ça, on est pas très loin de l’Institut, je m’en fiche de marcher pied-nu. Mais il n’a pas l’air de cet avis. Alors j’avance à reculons, le suivant des yeux, repoussant ses mains gentiment en riant.

Tu m’auras pas chaton blond !

Je ris, retrouvant quelques réflexes de combat, le repoussant sans lui faire mal mais de façon efficace… Ouaaais efficace parce qu’il est aussi bourré que moi ahaha, j’vise pas hyper bien non plus…




##   Mar 8 Mai 2018 - 21:06

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 25
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

Souffle. Non elle n'est pas lourde. Non il n'est pas faible. Juste... Il l'a porte depuis un moment euké. C'est pas comme lorsqu'on soulève des altères et il y a un mouvement nan là faut gainer et tout. Et c'est dur. Elle rit encore mais c'est pas de la moquerie, en tout cas, il a pas l'impression. Avec des gestes doux mais efficace, elle le repousse. Se rendant compte de ce qu'elle compte faire, il tente de l'attraper, mais elle glisse entre ses mains comme de l'eau. :

-Non mais tu fais pas ça tu vas- oooh...

Salir ses pieds... Enfin son pied. Comprennez-le bien, il se fout de se salir... mais il aime être propre. Et même s'ils n'étaient plus si loin de l'institut, y'avait une trotte. Marcher pied nu sur de la terre passe encore mais du goudron ? Tss. Mauvais souvenir. Il se lève avec elle, tente de l'attraper encore une fois. :

-Nooon mais reste là !

Sans brusquerie, il tente d'éviter ses mains, ses gestes... On dirait un combat de chats bourrés... D'ailleurs elle l'appelle cha-. T-. CHATON ? Il s'arrête d'un coup de bouger, statufié. Avant de se dire que, bon, il aime les chats donc pourquoi pas ?... Il reprend la bataille faussement autoritaire. :

-Non mais c'est parce que j'ai des courbatures ! Et pis on a une déposition à finir !

C'était ridicule mais il s'amusait. Il sentait le sourire niais qu'il avait sur son foutu visage, il parait par réflexe et contre-attaquait sans violence. Jérémy n'avait aucune idée de ce qu'il foutait, mais ça lui faisait du bien, ça leur faisait du bien apparemment... Alors il continuait... Mais hors de question qu'il perde. Ahah ! Après une énième parade, il s'avança d'un pas, le seul qui les séparait en fait... Il posa doucement ses mains immenses sur ses joues, planta ses yeux dans les siens... Il était grand, en fait. Mais son corps n'avait rien de menaçant. Il souffle encore une fois. :

-Pourquoi tu me fais mal comme ça ?





Cadeau:
 
##   Mar 8 Mai 2018 - 23:44

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 479
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Jérémy a beau tenter de m’attraper, je glisse. C’est comme que j’m’en sortais moi eh ! J’ai jamais été violée, pas que parce que je suis une grosse bourrine OK ? OK ? Bien. Ouuh faut que je me calme, je me suis levée vite et j’pars en couille. Il essaie de me retenir, me criant de rester là. Ca me fait encore plus rire. Et plus il insiste, plus je ris, sans m’arrêter de reculer. Il commence lui aussi à parer. On joue. On a jamais joué. C’est bien mieux que se battre en vrai. C’est bien mieux que ce qu’il me reproche d’habitude. C’est bien mieux que l’adaptation que j’imaginais pour lui.

Une… Déposition ? Mais c’est qu’il s’y croit en plus, et ça me fait rire, oubliant de parer un instant. Je m’exclame dès qu’il parvient à me toucher, et lui rend son coup aussi rapide qu’une vipère. Ewhé. Des courbatures ouais bien sûr le type m’a porté 20m c’est bon il est fatigué. Mais il sourit. Il rit. On se bat, parce qu’on se parle comme ça normalement. Mais c’est pas pareil.

Est-ce que c’est parce que j’suis bourrée ? Parce qu’on est bourré ? Pourquoi il a l’air d’aller aussi bien alors que je suis là ? Pourquoi JE vais aussi bien alors qu’il est là ? On se déteste. Non. J’le déteste plus tant que ça. J’le comprends juste pas toujours. Lui, il me déteste ? Je sais pas. Mais putain ce sourire angélique. Bordel de mes deux. Et je continue à le frapper en plus, j’suis une grosse déb-…

Il se rapproche d’un coup. Ses mains sont grandes. Je le savais. J’ai dansé en les tenant. Mais il ne m’a pas touché au visage. Jamais. C’est doux. Il a les mains tièdes. Fortes à force de combats. Mais douces. Il sent bon quand il est aussi proche. Son souffle sent l’alcool et la clope. Mais lui, il sent Jérém. Jérém’ est immense, Jérém’ est un monstre de muscle, mais il ne me fait pas peur, il ne m’a jamais fait peur, et là, avec ses yeux dorés plantés dans les miens, il fait s’envoler mon estomac, courir un marathon à mon pauvre cœur, essouffle mes poumons enfumés.

Jérémy Bonnet est beau. Il est beaucoup trop proche de moi. Il me demande pourquoi je lui fais du mal. Il doit rire. Pourquoi je ne ris pas ? Je ne ris pas. Je ne veux pas lui faire de mal. Je ne veux plus lui faire de mal. J’ai pas envie qu’il soit blessé ce soir. Il a été bien. Il a été génial. Il a été drôle. J’ai pas envie… De lui faire du mal. J’ai plus envie de faire du mal. A personne.

Un battement de paupières. J’ai mes mains sur ses joues à mon tour. Il a engloutit le pas, l’univers qui nous séparait, j’ai engloutit le vide qu’il restait. Mes lèvres sont collées aux siennes, cherchent désespérément la douceur de sa bouche, la chaleur de sa peau. J’ai pas compris comment c’est arrivé. J’ai juste…

Je veux pas te faire du mal Jérém’.

J’ai à peine soufflé. Une main s’agrippe à sa nuque, l’autre à sa chemise. T’en vas pas Jérémy, me laisse pas toute seule, me fais pas de mal.




##   Mer 9 Mai 2018 - 0:55

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Nicolas Lefebvre - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 178
Date d'inscription : 26/08/2017
Age : 25
Humeur : Qu'est-ce que ça peut te foutre ?

On ne doit pas s'approcher d'un assassin aussi près vous savez ? Jérémy lui, il le savait. Il avait l'instinct pour ça, il ne savait pas fuir, il ne savait qu'être menaçant et bondir sur ses proies. Comme un Chasseur, un félin sauvage qui guette dans la nuit. Mais là c'est un tout autre instinct qui répond, un instinct animal aussi... Elle ne rit plus. Il se dit un moment qu'il a peut-être fait une bêtise mais il est incapable de bouger... Ces yeux... Des yeux d'un vert aussi intense, qu'elle soit en colère, qu'elle soit en train de rire... ou bien maintenant... Il tuerait pour eux. Il pourrait bondir sur d'autres proies, il pourrait être menaçant pour eux... il pourrait fuir pour eux. Et il ne bouge plus, paralysé par son souffle, ses gestes, tout son être qui l'attire soudain comme un aimant. Pourquoi ?! Parce que c'est une femme à consommer. Mais elle n'apporterait rien à notre situation. Parce que la chaleur nous manque. Mais il n'y a rien de plus froid qu'un baiser. Trop de voix contradictoires... Elle pose ses mains sur ses joues et s'avance. Il n'a pas bougé, tendu, en pleine réflexion. Elle est venue jusqu'à ses lèvres... C'est la première fois qu'il reçoit un baiser.

Il est mort. Il a été tué pour l'espace d'une seconde où elle semblait chercher son souffle dans le sien, elle semblait chercher une envie, une émotion, quelque chose sur ses lèvres fines. Assassiné sur place. Pourtant elle ne veut pas lui faire mal. Il sent avec une précision étonnante la fille... la femme... l'être entier qui lui fait face. Il sent sa force quand elle s'agrippe à sa chemise, il sent ses ongles quand elle passe ses doigts dans sa nuque, frôlant ses épaules. La vision de Jérémy est floue puis de nouveau claire, nette. Il bouge enfin, son pouce seulement, passant sur les lèvres qui viennent de lui donner un baiser. C'est chaud. Brûlant mais, le doux brûlant. Des flammes éternelles qu'on veut vivre et revivre à l'infini. :

-Moi non  plus.

Plus jamais. Mais encore. Encore une fois. Il voulait mourir encore une fois. Mourir et revivre ça à chaque fois. Il se pencha et déposa délicatement sa bouche sur la sienne à son tour. C'était bouillant, infernal. Ses doigts glissent sur les cheveux roux, il sent les tresses du bout de ses doigts fébriles. Il entrouvrit ses lèvres, chatouilla de sa langue celles d'Elwynn. Encore. C'était doux, ça paraissait terriblement pur. Une damnation trop pure pour être réelle. Il sentit la chaleur s'emparer de tout son corps, sans doute pas aidé par ses pouvoirs. Il voulait fondre, il voulait bouillir... Encore. Il en voulait encore plus.

Mais il ne voulait pas lui faire mal.

Il s'arrêta mais resta si proche de son visage qu'il ne voyait plus que ses yeux et ses tâches de rousseur. ...Et il ne sut plus quoi faire. Enfant perdu et d'un coup effrayé parce qu'il ne savait pas ce qu'il venait de faire ; une bêtise ? Et ensuite ? Que se passait-il après le encore ?

Le sexe est un outil.
J'ai mal quand je suis seul.
La drague, une mascarade trompeuse à éviter.
Je n'ai plus besoin de mentir.
Le viol, un moyen de pression comme un autre.
Je n'ai plus à me battre.

Que restait-il alors ?... Il n'avait pas envie de lui faire mal. Voilà.





Cadeau:
 
##   Mer 9 Mai 2018 - 1:30

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Alice Borges
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 479
Date d'inscription : 09/10/2016
Age : 21
Emploi/loisirs : Maitre d'arts martiaux.
Humeur : Parle-moins fort pour voir ? Ah ouais c'est mieux.

Jérémy ne réagit pas, il semble statufié. Je m’écarte à peine pour regarder son visage, chercher une sensation dans ses yeux. J’ai peur d’avoir raté quelque chose. J’ai peur. Je n’ai jamais peur normalement. Ses yeux retrouvent un mouvement, voguent entre ma bouche et mes yeux. Son pouce effleure mes lèvres. Déclenche beaucoup trop de choses. J’ai l’impression que le temps ralentit alors que mon sang accélère, tout est brûlant lorsque c’est lui, rien d’autre ne compte.

Il ne veut pas me faire de mal non plus. Pourquoi le fait que lui me le dise me rend aussi heureuse. Parce qu’il a voulu, avant, me faire du mal. Parce qu’on aurait dû s’entre-tuer. Parce qu’on se détestait. Parce que loin d’ici, jamais on aurait dansé ensemble. Loin d'ici, l'un d'entre nous serait probablement mort de la main de l'autre, et ça nous paraîtrait normal. Et pourtant là, ici, on a le droit de ne plus se faire de mal. J’crois qu’on vient de grandir. Mais j’oublie très vite tout ça.

Il se penche vers moi, je tends mon visage vers lui. Il réclame encore, je veux donner encore. Sa main glisse dans mes cheveux, j’ai l’impression que tout boue. Mes mains finissent par s’accrocher plus fort à lui. J’en veux plus aussi, en fait je ne veux même plus qu’on s’arrête. C’est doux et violent, c’est brûlant. Ma langue vient rencontrer la sienne, et c’est bon, et j’en veux encore. Ca réagit en lui, ça réagit en moi. C’est la première fois que je suis assez consciente pour me rendre compte de ce que je fais vraiment, mais j’ai trop bu pour m’en rendre compte en vrai.

Ce que je sais, c’est que mes jambes sont frêles d’un coup, que tout devient plus léger. Il s’écarte à peine, il a l’air de ne plus savoir quoi faire. Jérémy, c’est pareil pour toi, c’est la première fois que tu fais tout ça un peu consciemment ? Je ne sais pas, je le saurais peut être plus tard. Je m’en fiche. Ses yeux m’enveloppent toute entière, encore plus fort que ses mains autour de mon visage. Il est beau putain. Ses lèvres fines ne savent plus quoi faire, les miennes sont toujours entrouvertes.

Encore.

Ma main glisse de sa nuque à sa main sur mon visage. Vraiment immenses. Brûlantes. Mais toujours douces. J’ai trop envie de ses lèvres pour y résister. Je l’embrasse de nouveau, tout doucement, puis je recule de nouveau. Je prends sa main, l’attire vers moi et me mets à avancer à reculons de nouveau.

Viens.

J’avance vers l’Institut, je me retourne sans cesse pour le regarder. J’ai peur qu’il ne me suive pas. J’ai peur qu’il ne veuille pas. Il a le droit de ne pas vouloir. Je suis perdue, je suis juste ce que me dit mon corps. Sur les marches de l’Institut, je trébuche parce que je ne regarde pas devant moi, parce que j'suis complètement ivre et que tenir debout c'est pas facile, parce que j'me concentre trop fort sur lui. C’est à lui que je me raccroche. Je souris. J’ai eu l’air débile, mais je m’en fiche. Je veux recommencer, vite. J’en veux encore, j’en veux plus. Je veux lui tout entier. Je veux Jérémy.





##   
Contenu sponsorisé

 

The Death of the Bachelor [avec Elwynn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bar.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant