Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Au moins, ici il fait chaud et ya des distributeurs de boissons. Feat Selvi :D
#   Sam 24 Mar 2018 - 17:00

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 133
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

Malgré la présence des autres dans le dortoirs, ça semble vide autour de moi. Après deux jours ici, je sais ce qu’il me manque, j’ai identifié le problème. Ça manque clairement de mangas ici. J’ai pas pu prendre les miens, mais en même temps j’aurais pas eu la place pour les stocker, je crois. Déjà que les autres râlent à chaque fois que mon bébé vient me voir, ou que la musique dans mon casque est trop forte, je vais même pas essayer d’installer une étagère pour quelques mangas. Les livres ça m’apaise, mangas ou pas. Dans ma chambre, c’était comme un coffre fort. Sauf que les parois protectrices étaient aussi les objets précieux à protéger. Il y en avait partout, bien alignés, triés par séries, par auteurs, même par couleurs pour certains. Ils couvraient chaque murs de la pièce, formant une sorte de cocon, une chrysalide, me laissant sortir aussi guilleret qu’un papillon dès que je quittais la pièce, complètement revigoré de passer du temps pour moi, au calme. Il me faut ma dose de cette odeur de livres neufs. De vieux livres. Ce mélange d’encres et de couleurs, le contact du papier glacé des couvertures, le léger bruissement des pages que l’on tourne.
Ouais. Il me faut clairement ma dose. Mais j’ai pas trop le droit de quitter Terrae, pour l’instant. Alors que je suis à moitié vautré sur le ventre dans mon lit, je me contorsionne pour sortir de la poche de mon jean un papier tout froissé. C’est le règlement qu’on m’a filé à mon entrée ici. Au dos, une jolie petite carte dessinée à la main représentant le complexe. Mmmmmmmh. Alors la piscine faudra que j’y fasse un tour un matin, la sensation de liberté que l’eau me procure, les déplacements en 3 dimensions, ça me manque aussi. Mais là c’est pas la priorité. Ya une librairie, c’est déjà un bon point. Oh, et une bibliothèque. C’est bien mieux, pour l’instant. Après tout, à quoi bon aller dans une librairie pour ne pas acheter de livre ? C’est décidé, direction la bibliothèque !

Comme il fait pas chaud, en plus de mon paquet de clopes j’attrape un bonnet, et je sors du dortoir. Tifa me saute dessus. Deux-trois grattouilles et autant de pat-pat plus tard, nous sortons de l’institut au petit trot, histoire de sentir le vent frais dans nos cheveux et notre fourrure respectives. Ça me fait plaisir de la voir s’habituer aussi vite à cet endroit, parce qu’on risque de rester un moment. Elle me tourne autour en lançant des petits aboiements joyeux. J’ai compris le message, ma grande. Je me mets à courir le plus vite possible, en essayant de garder en tête la direction de la bibliothèque, et elle s’élance à ma poursuite. Au bout de deux petites minutes, le souffle court, je m’arrête, et j’allume une cigarette. Alors ouais, certains dirons que fumer c’est mal, mais c’est plus ou moins ce qui m’a sauvé la vie, en même temps de la rendre beaucoup plus complexe. Paradoxal, je sais. Mais que voulez-vous, c’est comme ça. Après deux autres minutes de marches, j’arrive devant le bâtiment contenant le St Graal. Du moins j’espère ne pas être déçu. Le temps de finir ma cigarette et de jeter le mégot dans le cendrier prévu à cet effet, un petit panneau noir et blanc avec un contour rouge accroche mon regard.

‘’Désolé sœurette, mais tu vas devoir m’attendre ici, jcrois que toi et tes congénères sont pas les bienvenus ici. Jte récompenserais comme il se doit, alors sois sage, okay ? ‘’

Câlin, pat-pat et grattouilles habituelles effectuées, histoire d’être sûr d’avoir été bien compris, je pousse la (ma fois, lourde), porte. Premier bon point, il fait chaud. Second bon point, il y a des distributeurs de boissons. Oh. Premier mauvais point. Assise entre la chaise et le bureau de l’accueil, c’est une ‘’autre’’. Et jcrois qu’elle me regarde. Oh ouais merde. Elle me regarde carrément, c’est sûr. Et voilà qu’elle m’interpelle. Super.
#   Sam 24 Mar 2018 - 23:00

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 26

Je consulte le registre, avant de scanner le code du livre que je tiens dans la main, ainsi que la carte de l'étudiant en face de moi, puis je lui rends le tout et lui souhaite une bonne journée avec un sourire. Aujourd'hui, je suis à l'accueil, réception et sortie de livres. Ce n'est pas le post que je préfère, vu mon caractère, mais avec le temps, j'ai appris et je me débrouille assez bien, je crois. C'est vrai que parler à des inconnus m'effraie toujours un peu, ou disons plutôt que j'ai une certaine appréhension, mais comme c'est pour le travail, je gère. La plupart du temps, tout se passe bien. J'ai parfois un peu de peine face à certaine personne, mais c'est de plus en plus rare. Je suis assez fière de moi, je dois dire.

Et puis, je vais mieux. Cela fait quelques mois que les attaques ont eues lieu et si je me sentais vraiment mal durant les premières semaines post-chaos, le choc est progressivement passé. J'ai aussi appris à me pardonner le mal que j'ai pu faire. Je continue à donner un coup de main à l'hôpital de temps en temps, mais je prends beaucoup plus soin de moi. Il faut dire que j'ai complètement craqué lorsque je suis allée en salle des Masters. Après ça, j'ai dû dormir quinze heures d'affilée je pense. J'étais exténuée et c'est un euphémisme. Maintenant je dors bien, mange comme il faut et je continue à voir mes amis. Avec Elio, tout se passe bien aussi. Je remonte la pente, comme on dit. Oui, je me sens mieux. Je suis aussi allée voir un psychologue pour une séance. J'avais besoin de sortir tout ça, tout ce qui s'était passé. Ça m'a aussi aidé, bien entendu, mais c'est surtout de passer des moments avec les gens que j'aime qui m'a fait le plus de bien.

Une de mes collègues vient chercher un chariot plein de livres rendus. Je lui souris. Il y a déjà eu beaucoup de monde aujourd'hui, je suis étonnée. D'habitude c'est quand même plus calme, mais tant mieux, le temps passe plus vite ainsi. Une fille s'approche du comptoir avec plusieurs livres et je m'occupe d'elle. Puis je reporte mon attention sur l'ordinateur à côté de moi. J'aime regarder quels ouvrages sont à la mode, lesquels sont le plus loués en ce moment. Il s'agit souvent de livres de cours particuliers que tout le monde s'arrache ou alors un roman facile d'accès. Les histoires policières ont d'ailleurs la cote.

Soudain, mon attention est attirée par la porte qui s'ouvre. Un jeune homme entre. J'aperçois un chien en arrière-plan, mais ce dernier reste bien sagement assis à l'extérieur. Je souris. En voilà un qui est bien éduqué. Je n'ai encore jamais dû me battre contre une personne qui ne voulait pas laisser son animal de compagnie à l'extérieur, mais j'ai entendu certaines histoires racontées par mes collègues. Je ne pense pas que j'aurais eu le cran de tenir tête à quelqu'un, mais comme j'ai eu de la chance jusqu'à présent...

L'inconnu semble avoir de la peine à pousser la lourde porte, puis il se fige en me voyant. Il doit avoir un peu près mon âge. Je ne sais pas. J'ai toujours eu de la peine à définir l'âge des gens. La forme de ses yeux me laisse penser qu'il a des origines asiatiques, mais d'ici, je ne peux pas voir leur couleur et puis, il a des lunettes et je n'ai pas envie de le fixer trop longuement non plus, ça ne se fait pas ! Ce qui me frappe surtout, c'est sa grandeur, sa carrure. J'ai l'air d'une fourmi à côté. Il doit bien faire deux mètres, non ? Pour le moment, il est encore assez loin de moi, il ne bouge toujours pas d'ailleurs, mais quand il s'approchera, je vais avoir de la peine à le regarder dans les yeux. Je le sens déjà. Bon, il est peut-être nouveau ? Ou perdu ? Ou les deux ? Allez, je suis au travail, je suis une bibliothécaire compétente et je suis à l'accueil. Il faut que je fasse un petit effort. Tout va bien se passer.

- Bonjour, est-ce que je peux vous aider ?

Oui, j'ai encore de la peine à tutoyer les gens que je ne connais pas, même s'ils semblent avoir mon âge. Ça doit être inscrit dans mes gènes ou quelque chose comme ça. Je me demande d'où il vient. Il ne me semble pas avoir le teint d'un japonais, mais bon, pour l'expérience que j'en ai, avoir ce genre de déduction est un peu boiteux...



merci Haley
#   Dim 25 Mar 2018 - 0:29

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 133
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

‘’Eeeeeeuuuh, c’est à moi que vous parlez ?’’

Je regarde tout autour de moi, histoire de vraiment être sûr. Je ne sais même pas si elle m’a entendu, pour le coup. Je suis même pas sûr qu’un seul son soit sorti de ma bouche. J’avance timidement, en essayant d’éviter son regard à tout prix. C’est le moment, Erik. Ton baptême du feu. Alors je sais que t’as pas envie de le faire, que tu veux juste tourner les talons et te réfugier dans la fourrure de Tifa. Mais NON. Cette fois tu te comporte comme le grand gaillard que tu es. Une grande inspiration, et go !

‘’Eh-excusez moi, vous m’avez dit quelque cho...’’

Ma voix se brise sur le dernier mot. Normalement, lors d’une question, le ton de la voix est supposé monter, on est d’accord ? C’est un échec. Je sens que ma lèvre inférieure commence à trembler, alors je la mordille pour essayer de calmer ces mouvements incontrôlés. J’essaye de relever la tête, et je cherche son regard. Pourquoi ? J’en sais rien. Mais peut-être qu’elle a compris ce que je voulais dire, alors j’espère un signe d’approbation, de compréhension. N’importe quoi plutôt que de me répéter, s’il-vous-plaît. Je crois que ses lèvres ont bougé, mais ma vue est un peu floue, comme embuée. Cette sensation d’avoir un fer à repasser sur chaque joue, je pense qu’on l’a tous connu. Sauf que là, j’ai l’impression qu’elles sont en train de fondre. Ou alors je suis en train de pleurer. Et le liquide que je sens sur mes joues c’est juste des larmes. Ça expliquerai beaucoup de choses. Ce n’est pas tant la présence de l’ ‘’autre’’ qui me mets dans un tel état, c’est un ensemble de peur, d’appréhension et de frustration. C’est au moment de cette prise de conscience que je croise enfin le regard de la femme. Ses yeux d’un brun pâle, avec quelques reflets dorés, sont sublimes, toute la mauvaise fois du monde ne suffirait pas à le nier. Et le reste de son visage l’est sûrement aussi. Normalement. Quand elle n’a pas l’air paniquée. Parce que oui, je crois bien qu’elle l’est. Et presque autant que moi.

La vue d’une personne ayant l’air simplement adorable et gentille mise dans un état pareil à cause de moi je me fais de la peine. Comme un réflexe, je mords ma lèvre un peu plus fort. Un peu trop fort, un goût légèrement métallique envahissant ma bouche, et tout ce que je souhaite c’est simplement disparaître, de honte. Sauf que je suis là. Devant elle. Avec mes 187cm et mes 90kg. Alors je serre les dents, littéralement, et le goût métallique se fait encore un peu plus présent. Je relève la tête, les yeux fermés. Et j’ouvre la bouche. Et tant pis si elle voit que je saigne.

‘’Excusez moi madame. Je ne voulais pas vous…’’ Ma voix se brise de nouveau, l’espace d’une seconde. ‘’Vous ennuyer. Vous pouvez m’indiquer les mangas, s’il vous plaît ?’’
#   Dim 25 Mar 2018 - 21:54

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 26

Je continue de fixer l'inconnu, mais sans paraître trop insistante, juste pour lui montrer que j'attends une réponse de sa part, que je suis à son écoute. Je crois d'ailleurs qu'il vient de bouger les lèvres, mais je n'ai rien entendu. Je le vois regarder autour de lui, comme s'il pensait que ma question ne lui était pas adressée. Je suis perplexe. Le jeune homme s'avance finalement et je réalise alors qu'il n'est pas si grand que ça, enfin, il ne fait pas deux mètres, quoi. Il est un peu plus grand qu'Elio... je crois que c'est surtout sa carrure qui m'a impressionnée... enfin qui m'impressionne. Son regard, pourtant, est fuyant. Ses lèvres se remettent en mouvement et je devine plus que je n'entends ce qu'il me dit avant que sa voix ne se brise. Est-ce que c'est vraiment possible ?! Je viens de rencontrer quelqu'un d'encore plus timide que moi ?! J'ai de la peine à y croire... Je chasse rapidement l'expression de surprise affichée sur mon visage pour y placer un sourire que je veux rassurant.

- Oui, je voulais savoir si vous aviez besoin d'aide pour quelque chose.

Ma voix est douce, calme. J'ai pris soin de ne pas parler trop fort. Je ne sais pas si c'est de le voir aussi mal face à moi, mais je me sens soudainement beaucoup moins mal à l'aise, moins empruntée. Cependant, mon sourire disparaît lorsque je le vois pleurer. Ok, je ne dois pas paniquer, surtout ne pas paniquer. Nos regards se croisent enfin. J'inspire un grand coup. Il faut que je fasse quelque chose. Je ne peux pas le laisser comme ça. Holala, ça me fait bizarre d'être de l'autre côté du miroir pour une fois. C'est à moi d'agir, de le rassurer. Je prends la boîte de mouchoirs qui se trouvent sur le comptoir à côté de moi et la lui tend, faisant réapparaître mon sourire. Ça va aller. Il faut juste que j'essaie de calmer ses craintes... à moins qu'il pleure pour une autre raison ? Est-ce que c'est un nouveau ? Peut-être que son vide est encore très présent ou que sa famille lui manque ? Je ne sais pas et je ne peux pas décemment lui poser la question. On ne se connaît pas, ça ne se fait pas.

Soudain, il ouvre la bouche pour me parler et je vois le sang perler sur sa lèvre. Bon sang, mais il s'est mordu au sang ! Sa deuxième tentative est un nouvel échec, mais il réessaie et parvient à terminer sa phrase. Ok, je garde mon sourire, même si je suis un peu inquiète. Je m'apprête à lui répondre lorsqu'une de mes collègues apparaît dans mon dos.

Bien sûr qu'elle peut vous indiquer où se trouvent les mangas. Allez Selvi, va lui montrer ! Je garde l'accueil pour toi.

Je la regarde, interdite, tandis qu'elle me fait un clin d'oeil. UN CLIN D'OEIL !? Mais elle croit quoi ? C'est quoi ce comportement ? J'ai un copain d'abord, elle le sait ça, hein elle le sait ? Ok, je ne parle pas beaucoup de moi et elle ne peut pas le deviner, mais quand même ! À moins... à moins que ça soit simplement dans le but de me faire rencontrer des gens. Elle a bien vu que je suis timide. Peut-être qu'elle se dit qu'un autre timide peut m'aider à m'exprimer, m'ouvrir aux gens... genre... bon, je ne peux pas reculer de toute manière. Je ne vais pas faire ça à cet inconnu. Il a déjà l'air de se sentir assez mal pour ne pas que je l'enfonce davantage en lui faisant croire que ça m'embête de lui montrer la section des mangas.

- Oui... oui, bien sûr.

Aaah, je crois que je rougis. C'est qu'elle m'a encore légèrement poussée du coude.

- Suivez-moi.

Je cesse de regarder ma collègue et fais un signe au jeune homme avant de quitter mon post. Bon, je garde mon sourire et tout va bien se passer. Soudain, j'ai une idée... même deux en fait.

- Est-ce que votre lèvre vous fait mal ? Je peux vous soigner si vous le voulez, parce que ça ne doit pas être très agréable... C'est très rapide et ça ne me gêne pas.

Je lui lance un regard bref, après avoir rajouté la fin un peu précipitamment, puis me reconcentre sur le chemin. Je ne pense pas qu'il va accepter, mais c'est l'intention qui compte.



merci Haley
#   Dim 25 Mar 2018 - 23:47

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 133
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

De l’air. J’ai arrêté de respirer, pendant que je parlais. Heureusement que c’était une phrase simple. D’un revers de la main, j’essaye d’essuyer mes larmes. Je ne sais pas ce qui est le plus humide, entre ma main moite de stress ou ma joue. J’essaye d’esquisser un sourire timide, tant bien que mal, quand une autre ‘’autre’’ incite la jolie brune à se lever pour m’aider. Je crois même qu’elle lui fait un clin d’œil, et que les joues de cette dernière rosissent l’espace de deux secondes. Elle semble hésiter, pendant que je fais tout mon possible pour faire le vide dans mon esprit. D’une voix claire mais qui laisse percevoir une petite pointe de timidité, elle me demande de la suivre. Un geste du doigt, une direction, un numéro d’allée aurait suffit. Mais c’est le moment de faire preuve de courage, de vaincre cette crainte qui me ronge, crainte ma foi justifiée mais complètement exagérée et frisant le ridicule. Alors je lui emboîte le pas. Après quelques secondes de silence, pas gênantes mais plutôt bienvenues, elle me pose une question. Une très bonne question, en plus. Est ce que ma lèvre me fait mal ? Je crois pas. À vrai dire, je n’en sais rien. Alors je passe ma langue dessus. Le goût métallique est toujours présent. C’est alors que me vient une idée. On est d’accord que pour soigner ça elle va devoir me toucher ? Rien de pervers hein. Mais si je survis à ce contact ça sera le signe que je peux arriver à vaincre ma peur. Puis si je meurs, que mon cœur s’arrête, c’est que je n’aurais jamais réussit, jamais, à parler à aucune fille, et je ne veux pas d’une vie comme ça. Alors, en souriant, je lui réponds.

‘’Je veux bien, si ça ne vous dérange vraiment pas.’’

Ma réponse a l’air de la surprendre. Ou alors c’est mon ton sérieux, presque grave. Comme ça on est deux, à être surpris. On dirait un condamné à mort résigné à son sort. Son regard croise le mien, puis se pose sur mes lèvres. Et elle rougit, un peu gênée. Il n’y avait aucun sous entendu dans ma phrase. Du moins dans ma tête il n’y en avait pas. J’espère qu’elle parlait pas de ‘’bisou magique’’ ou autre truc chelou quand elle parlait de me soigner. Parce que si c’est ça, je meurs pour de vrai, moi. Je rougis à mon tour. Jpense qu’il faut mieux clarifier les choses maintenant, avant que ça devienne encore plus gênant.

‘’J’espère que vous ne pensez pas que j’essaye de vous draguer depuis tout à l’heure, m’dame. Ça serait beaucoup trop gênant…’’

Ma voix il y a dix secondes assurée a perdu toute sa vigueur alors que j’essaye de ne pas parler trop fort. Cette phrase aurait été beaucoup plus crédible si je n’avais pas rougis encore plus en le disant. Alors je m’empresse d’essayer de changer de sujet. En baissant les yeux au sol.

‘’Je m’excuse pour mon comportement qui a eu l’air de vous inquiéter, vous n’y êtes pour rien, désolé.’’

Elle essaye de me rassurer, de me dire que ça va aller et que c’était pas grave, et je fais tout pour ne pas croiser son regard, alors je ne peux pas voir ses expressions ou ses réactions. Je l’entends juste me demander de me pencher un peu, alors je m’exécute sans trop réfléchir.
#   Jeu 29 Mar 2018 - 20:54

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 26

Je manque de trébucher lorsque le jeune homme accepte ma proposition de le soigner. Oui, je ne m'y attendais vraiment pas. Je pensais plutôt qu'il allait refuser poliment, prétextant que ce n'est pas grave ou quelque chose dans le genre, mais non. Nos regards se croisent et je me sens rougir encore. Il faut que j'arrête de le fixer la bouche ouverte, parce qu'il va mal le prendre, c'est certain. Je me secoue intérieurement et affiche un nouveau sourire. Finalement, je suis plutôt contente de sa réponse. Je vais pouvoir l'aider et peut-être que ça va le rassurer, le rendre moins timide avec moi ? Je ne sais pas, je ne peux qu'espérer.

Sa réflexion suivante, dite d'une voix encore plus mal assurée que tout à l'heure, si c'est possible, me fait perdre mon sourire et installe un vent de panique. Je rougis violemment, mais détourne le regard pour que mon interlocuteur ne le remarque pas. Je tâche de respirer calmement pour retrouver un semblant de contenance. Je sais que je devrais lui répondre quelque chose, mais je n'y arrive pas... enfin, c'est surtout que je ne fais pas confiance à ma voix. Heureusement, le grand timide enchaîne en s'excusant. Je ne peux pas laisser passer ça, même si, pour le coup, il m'a mis le doute. Est-ce que c'est une manière de tâter le terrain ? Est-ce que je dois lui dire que j'ai un copain et que, de toute manière, il n'a aucune chance s'il essayait effectivement de me draguer. Non, il semble trop timide pour ça. Je n'en sais rien... Je frotte machinalement la paume de ma main droite avec mon pouce gauche. J'ai les mains moites, il va falloir que j'y remédie, parce que je vais devoir le toucher pour le guérir...

- Ne vous excusez pas. Il n'y a pas de mal. Vous n'avez pas eu un comportement déplacé ou quoi que ce soit. Je suis juste inquiète pour votre lèvre, parce que vous devez souffrir et que j'aimerais vous aider si je le peux.

Je marque une courte pause.

- C'est moi qui m'excuse. Je ne suis pas douée pour mettre les gens à l'aise...

Je ne suis pas certaine que ce que je viens de dire soi vrai, mais je sais que j'ai ma part de responsabilité dans la situation actuellement. Si le jeune homme est si timide, c'est que je n'ai pas réussi à le mettre à l'aise. Est-ce que ça veut dire que, lorsque je suis timide et mal à l'aise, c'est parce que les autres font quelque chose de faux ? Râaa, mais non, ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Donc... peut-être que je n'y suis pour rien ? Ça me fait tellement bizarre d'être en face de quelqu'un de plus timide que moi. Je ne pensais vraiment pas ça possible. Je suis toute perturbée. Bon, concentrons-nous sur la tâche ! Oui, j'ai proposé de le soigner. Je m'arrête donc et me tourne complètement vers mon interlocuteur. Deux choix s'offrent à moi : soit je pose ma main sur la sienne ou sur son bras, c'est plus long, mais peut-être moins gênant, ou alors je pose mes doigts directement sur son visage, sa joue, son menton ou peut-être carrément sur sa lèvre ? Non, pas sa lèvre, je pourrais lui faire encore plus mal qu'il ne l'a déjà et ce n'est clairement pas mon but. Bon, on va choisir l'option rapide, histoire que le malaise dure le moins longtemps possible.

- Est-ce que... est-ce que vous seriez d'accord de vous pencher un peu vers moi ?

Je ne peux m'empêcher de rougir légèrement en lui demandant ça. Je ne sais pas pourquoi, mais bon, je vais arrêter de me poser la question. Il s'exécute. J'essuie ma main contre mon pantalon pour y enlever la sueur, puis la lève et l'arrête à mi-chemin.

- Je ne sais pas si on vous a déjà soigné, mais vous allez sentir de la chaleur se répandre à l'endroit de votre blessure. Ne soyez pas surpris, d'accord ?

Je lui souris, timidement, puis pose délicatement le bout de mes doigts sur son menton, juste sous sa blessure. Je me concentre et rapidement la chaleur dont j'ai parlé se répand de ma main à sa lèvre. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, toute trace de coupure a disparu. C'était facile. Je retire ma main vivement.

- Voilà, c'est mieux comme ça.

Je lui souris encore, mais avec plus d'entrain et de confiance que tout à l'heure. Ça me fait du bien d'aider les gens, alors je me sens mieux.



merci Haley
#   Ven 30 Mar 2018 - 0:34

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 133
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

Moi qui m’attendait à un peu de pommade, je suis surpris quand ses doigts délicats et froids touchent mon menton. Instinctivement, je ferme les yeux, et je sens mes muscles se raidir. Comment ça, ça va chauffer ? Tout ce qui chauffe actuellement c’est mes joues rougissantes. Mais apparemment, c’était le bon mot, chauffer. Mais c’est pas une chaleur chaude. C’est extrêmement doux, mais aussi un peu piquant. Presque comme quand on passe de l’eau froide sur une brûlure, quand tu ressens encore la chaleur mais qu’elle s’endort, apaisée par le flot continu. Puis d’un coup, la chaleur s’empare de tout mon corps. Une chaleur intense mais bienveillante (ouais, c’est vraiment étrange), et la douleur émanant de ma lèvre disparaît.

‘’C’-c’était quoi ça ? Je sais que vous m’avez prévenu, mais quand même. On m’a parlé de "gens spéciaux" à mon entrée ici et qu’il ne fallait pas que je m’étonne, mais c’est fou! C’est de la magie ?’’

La surprise m’a pendant un instant fait oublier ma timidité, mais elle revient très très vite. Un peu trop vite à mon goût. Toutes les "autres" ont des pouvoirs ? Ou c’est juste ici ? En tout cas, le goût métallique a disparu, et il semble que c’est grâce à elle. J’essaye de faire un sourire, le plus sincère possible sans paraître trop crispé.

‘’Merci, merci beaucoup, je me sens déjà mieux. Moi aussi j’aurais des pouvoirs comme ça, vous croyez ?’’

Elle a l’air heureuse de m’avoir aidé, et comme je pensais, ce n’est pas une mauvaise personne. Je la suis en buvant ses paroles sur les pouvoirs, sur Terrae, sur l’initiation. J’en ai presque oublié ma peur, et la raison pour laquelle je suis ici.
#   Ven 30 Mar 2018 - 11:25

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 26

Ok... ne surtout pas paniquer, ok ? BON SANG ! Comment je peux être aussi stupide ?! Le pire, c'est que j'ai pensé à l'éventualité qu'il soit nouveau ! Mais non, je fais ma grande et je lui balance les pouvoirs à la figure sans penser qu'il n'est pas encore au courant. Respire... oui, c'est mieux. Bon, on se calme et on réfléchit. Le jeune homme sait qu'il y a des gens spéciaux à Terrae. C'est un bon début. Je l'observe toujours sans rien dire, l'écoutant continuer. Si sa timidité a semblé disparaître pendant un instant, elle est revenue assez vite. Ce n'est pas grave, parce que ça aussi, c'est un bon début. Ok, donc ma bêtise n'est peut-être pas si terrible que ce que je croyais. Il ne semble pas terrifié. Ça va être plus simple de tout lui expliquer. Je lui fais signe de me suivre. Je préfère parler en marchant. Ça me met moins mal à l'aise.

- Je suis vraiment désolée. J'aurais dû m'assurer que vous connaissiez l'existence des pouvoirs avant de vous proposer de vous soigner.

Je marque une courte pause, le temps de rassembler mon courage pour un long monologue. Heureusement, ce n'est pas la première fois que j'explique la particularité de Terrae à un nouvel arrivant. Je souris.

- Je pense qu'on peut effectivement appeler ça de la magie... on ne comprend pas très bien pourquoi et comment ça se passe, mais c'est bien réel. Chaque personne qui vit à Terrae a connu ce qu'on appelle le Vide et ça semble être ce qui nous permet ensuite d'avoir des pouvoirs. Et oui, vous en aurez aussi, si vous le souhaitez. Chacun ici à le choix de rester et recevoir ses pouvoirs pendant ce qu'on appelle l'Initiation, ou partir et ne plus jamais en entendre parler. Il y a plusieurs types de pouvoirs. Chaque personne se voit attribuer un élément et un pouvoir secondaire. Par exemple, moi, je suis Air Guérisseuse. Je peux contrôler l'air et, comme vous l'avez déjà expérimenté, je peux soigner les gens. On ne choisit pas ce qu'on reçoit. Il paraît que c'est lié à notre caractère...

Je m'arrête de parler. Je crois que j'ai dit l'essentiel, non ? On ne va pas déjà lui faire peur avec les risques liés à l'Étoilisation. Ça ne serait pas très gentil et puis, je pense qu'il lui faut déjà digérer tout ce que je viens de lui dire... Je lui jette un coup d’œil un peu anxieux. Par contre, s'il veut en savoir plus, je peux lui dire où aller chercher.

- Il y a une section avec des livres sur Terrae. Si ça vous intéresse, je peux vous montrer où c'est.

Je lui souris à nouveau, timidement, espérant qu'il ne m'a pas prise pour une folle, et continue de me faufiler entre les rangées de livres. Maintenant, on se trouve un peu à l'écart, dans une partie moins fréquentée de la bibliothèque. On traverse encore la poésie latine en version originale et je m'arrête. Là, dans un coin, je montre à mon interlocuteur deux  poufs gris près d'une petite table en bois. J'adore cet endroit, parce qu'il n'y a jamais personne et que je suis sûre d'y être tranquille. En plus, ce sont de ces poufs qui prennent la forme du corps quand on s'y assoit, donc c'est super confortable. Je crois qu'ils sont remplis de petites billes ou quelque chose du genre.

- Je ne sais pas qui a aménagé cet endroit, mais j'en ai un peu fait mon jardin secret, ici à la bibliothèque. Je vous le prête, si vous voulez, quand vous venez lire vos mangas. C'est parfois difficile de trouver un endroit où on se sent vraiment à l'aise. Il y a du monde partout, des raclements de gorges et des gens qui pouffent de rire en se croyant discrets. Enfin, voilà...

Je souris à nouveau timidement. Je ne sais pas comment mon interlocuteur va le prendre, mais j'espère qu'il va apprécier le geste. En vrai, cet endroit n'est pas "à moi", puisqu'on est dans un lieu public, mais je pense qu'il a compris ce que j'ai voulu dire. La plupart des gens ignore ce petit coin de paradis caché entre la poésie latine et les traités de philosophie en grec ancien... Je me demande d'ailleurs qui lit ça... honnêtement... et justement, je pense que j'ai la réponse, personne. Ceci explique cela. Il faut dire que Terrae est tellement cosmopolite qu'on peut bien avoir des spécificités littéraires à la bibliothèque. Je ne vais pas m'en plaindre, en tout cas.

- Je vais vous montrer la section des mangas, maintenant. J'espère que vous ne m'en voulez pas pour le détour...



merci Haley
#   Ven 30 Mar 2018 - 22:46

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 133
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

Je vais avoir des pouvoirs. C’est trop bien. Surtout quand t’es un fan de comics et de ce genre de trucs. Bon, je pourrais pas choisir quel pouvoir, mais les supers héros non plus n’ont pas choisit, alors je devrais m’y faire sans trop de soucis. Pour la première fois depuis mon arrivée à Terrae, je suis sûr d’avoir fait le bon choit, en suivant le master. On déambule entre les rayons, qui passent de la poésie au grec ancien en passant par la philosophie. Ou un truc dans ce genre. L’aile dans laquelle on est est quasiment vide, sans doute dû aux ouvrages très spécifiques qui se trouvent ici. Ce qui m’étonne, parce que je ne pense pas que les mangas soient dans un endroit aussi isolé. Même si ce n’est pas de la ‘‘grande littérature’’ pour certains, c’est un genre populaire, surtout parmi les étrangers, et il y a un paquet d’étrangers à Terrae, de ce que je peux observer au quotidien. Je ne sais pas où elle m’emmène, mais je lui fais confiance. Après tout, elle vient d’embellir ma journée avec ses histoires, puis elle a l’air très gentille. On arrive dans un petit coin qui a l’air plutôt confortable, d’où l’on ne perçoit aucun bruit venant du reste du bâtiment. Elle se tourne vers moi pour m’expliquer ce qu’est cet endroit, et je reste bouche-bée, avec le rouge qui me monte légèrement aux joues.

Elle est en train de me confier, de partager avec moi, un inconnu, son petit coin de paradis. Cet endroit quasi sacré pour chaque amoureux des livres, l’endroit où tu sais que personne ne te dérangeras. Être convié ici, c’est un grand honneur, et je m’en montrerais digne !

‘’Cet endroit me rappelle un petit peu ma chambre, où je pouvais être tranquille pour lire tout mon saoul. J’apprécie votre prévenance, et la confiance dont vous faites preuve envers moi pour m’avoir guidé jusque ici. J’en prendrais grand soin quand je viendrais. J’aime déjà le calme qui émane de ce lieu.’’

Je lui retourne son sourire, même si je ne peux m’empêcher de rougir un peu plus. J’aime déjà cet endroit, alors je vais m’efforcer de retenir le chemin. Histoire de ne pas avoir à l’embêter de nouveau quand… Ah mais oui, je venais pour des mangas, à l’origine. Je crois que j’aime bien cette bibliothécaire, et que je reviendrais régulièrement. Elle semble passionnée parce qu’elle fait, et malgré sa timidité qui a l’air presque aussi grande que la mienne, elle prend la peine de partager sa passion et de donner de son temps pour aider ceux qui, comme elle, aiment les livres.

‘’Je continue de vous suivre alors. Évitez d’aller trop vite, que je mémorise le chemin, pour ne pas vous embêter plus longtemps après ça. Mais merci beaucoup, je vais vite me sentir comme chez moi, ici.’’

Et à nouveau, je me retrouve derrière la jolie petite brune qui fait quelques commentaires de ci et de là sur tel ou tel ouvrage, pendant que je l’écoute d’une oreille distraite en essayant de retenir l’emplacement du petit endroit magique.
#   Sam 31 Mar 2018 - 18:57

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 26

Je suis rassurée. Le nouveau n'est pas du tout terrifié par cette histoire de pouvoirs et de magie. Je... je crois même qu'il trouve ça cool. Je souris. J'ai eu de la chance jusque-là, j'ai toujours rencontré des nouveaux qui ont bien pris tout ça, tout ce que Terrae a à offrir.

Finalement, on arrive là où je voulais emmener mon interlocuteur, dans « mon » jardin secret, un lieu paisible et à l'écart de la foule. J'ai un peu d'appréhension quand je le lui présente, mais sa réaction est au-delà de mes espérances. Il a bien commencé par rougir et j'ai pensé que je l'avais mis encore plus mal à l'aise qu'il ne l'était déjà, mais non, il s'est ensuite complètement ouvert. J'en suis presque aussi étonné que lui l'est de mon « cadeau ». Le jeune homme me parle alors et sa voix est claire, sûre. Je souris. J'ai réussi... j'ai réussi ! Il me sourit à son tour et je me contente de hocher la tête. Oui, je lui fais confiance. J'ai tendance à faire confiance à tout le monde, je crois, malgré mon passé, c'est un peu bizarre, mais Terrae m'a montré que le monde était plein de gens géniaux... et lui, j'avais spécialement envie de l'aide, un grand timide comme moi.

Je propose à mon interlocuteur de reprendre notre chemin, cette fois bel et bien en direction des mangas. J'acquiesce à sa demande de ne pas marcher trop vite pour qu'il puisse repérer les lieux et retrouver l'endroit.

- Je suis contente que ça vous plaise... et en cas de problème, n'hésitez pas à venir à l'accueil poser des questions. On est là pour ça, alors ça ne nous gêne pas.

Je lui souris à nouveau et on se met en route. En chemin, je commente le nom de la rangée ou de la section pour l'orienter. Parfois, je lui cite un ouvrage avec le titre et le nom de l'auteur, en me disant que s'il se perd, peut-être qu'il pourra se rappeler un des noms que je cite et s'y retrouver, mais j'ai conscience du risque de l'ensevelir sous un trop plein d'information. Peu à peu, nous nous rapprochons du cœur de la bibliothèque, là où tout le monde vient, va, reste. Soudain, je m'arrête.

- Voilà, c'est ici. Sur la droite, vous avez les mangas en anglais et sur la gauche, ceux en japonais.

Ses yeux en amande m'indiquent des origines asiatiques, mais ça ne suffit pas pour savoir s'il lit le japonais ou pas. J'espère qu'il lit l'anglais au moins...

- Est-ce que je peux faire autre chose pour vous ?

Je lui offre un nouveau sourire, prête à l'aide en cas de besoin. Sinon, je retournerai à l'accueil. J'aimerais éviter de m'absenter trop longtemps... je n'ose pas imaginer ce que ma collègue est en train d'imaginer...



merci Haley
#   Dim 1 Avr 2018 - 3:03

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 133
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

Après quelques minutes, je perçois de nouveau le bruit propre à une bibliothèque, et nous croisons de nouveau du monde. Quelques chuchotements par ci par là, mais dans l’ensemble, les gens ont l’air d’être silencieux. Un dernier virage à droite, et nous voilà devant ma destination première : les rayons mangas. En anglais et en japonais.

‘’Le catalogue est le même dans les deux langues ? Ou bien j’imagine qu’il y a plus de choix en japonais ? Oh laissez tomber, je vais me débrouiller. Je risque de repasser vous voir dans une dizaine de minutes, pour emprunter quelques ouvrages, mais je verrais si ces poufs sont aussi confortables qu’ils en avaient l’air une prochaine fois, ma chienne attends dehors. Je vous remercie pour votre prévenance, mais je ne vais pas vous monopoliser plus longtemps, à tout à l’heure. Et merci pour ça.’’

J’ai dit "ça" en pointant ma lèvre du doigt, et je la remercie comme un vrai japonais le ferait, en m’inclinant devant elle, bras le long du corps. En me redressant, je vois que ses joues et ses oreilles ont légèrement rosies, puis de mon plus grand sourire je commence à parcourir les rayons, en espérant trouver ce que j’y cherche. Je l’entends qui s’éloigne, mais mon attention est déjà retenue par les couvertures colorées. Je sélectionne les trois premiers mangas d’une série qui m’est inconnue, mais dont le pitch de départ et le style graphique me parlent. Puis, en cherchant un peu plus longtemps, je trouve le même manga en anglais et en japonais. J’aime bien faire ça, de temps en temps. La langue peut parfois changer radicalement une histoire, et l’humour n’est pas non plus toujours retransmit de la même façon. Et puis vérifier les traductions me permet de travailler mon anglais, que je peine à pratiquer depuis un moment, faute de temps. Au bout d’un quart d’heure, j’ai fait mon choix. Mais je traîne encore dans les rayonnages, essayant de repérer des livres intéressants pour la prochaine fois, et pas forcement que des mangas. Le rayon des thrillers policiers semble bien fournit, et il y a même un livre de recettes de cocktails dans le rayon cuisine. Enfin, Tifa m’attend dehors, alors je commence à accélérer un peu. La femme qui m’a aidé est de nouveau à son poste, à l’accueil. Elle m’aperçoit et me fait un petit signe de la tête. Je m’approche d’elle, mais je sens la timidité me rattraper. Tant pis, c’est sûrement dû à sa collègue qui me regarde un peu avec insistance, comme si elle essayait de me jauger. Je prends la parole, un peu hésitant.

‘’Selvi-senpai, c’est bien ça ? Merci encore pour tout à l’heure ! J’aimerais emprunter ces livres, il n’y a pas de limite de nombre ? Et pour la durée, je peux les garder combien de temps ? Enfin j’imagine que je les aurait fini bien avant la date limite.’’ Cette phrase est ponctuée d’un petit rire timide. ‘’Oh et il y a le même en anglais et en japonais, c’est normal. J’aime bien comparer les traductions officielles avec les miennes.’’

Je l’écoute m’expliquer un peu les modalités d’emprunts, en me balançant d’un pied sur l’autre pendant qu’elle me fait une carte, comme c’est ma première fois et que je n’ai pas de compte. Comme je pouvais m’en douter, elle me demande mon nom.

‘’Akimaru Erik. 21 ans.’’

Elle ne m’avait pas demandé mon âge, mais par automatisme j’ai précisé.

‘’Je risque de passer ici régulièrement tant que je vis dans les dortoirs, c’est impossible de se concentrer avec tous ces enfants qui crient et se disputent à longueur de journée, alors j’espère que vous prendrez soin de moi, Selvi-senpai.’’

En prononçant ces mots, je m’incline encore une fois à la japonaise. Sauf que quand je me redresse,  je vois que comme la première fois elle rougit, bien plus encore que précédement, et j’entends sa collègue pouffer derrière elle. Je me rends alors compte du quiproquo. Cette formulation est typiquement japonaise, et les étrangers l’interprètent souvent d’une manière plus… tendancieuse. Je m’empresse alors de le préciser, rouge comme une pivoine.

‘’C-c’est la manière japonaise de dire que je suis ravi de vous avoir rencontré, et que j’espère pouvoir compter sur votre aide si j’ai un soucis ici. Je n’insinuais rien d’autre.’’

Puis je me renferme dans un mutisme semi-volontaire, incapable de rajouter un mot, et ne souhaitant pas mettre la jeune bibliothécaire encore plus dans l’embarras. J’attends patiemment qu’elle me tende les mangas, et je les glisse dans mon sac, puis dans un dernier "merci" et après une dernière courbette, je file sans demander mon reste, prenant soin de féliciter Tifa pour son bon comportement. Je m’allume une cigarette et je prends la direction d’un petit konbini que j’ai repéré en arrivant.

‘’Ça te dit de piquer une petite tête dans le lac après manger, ma belle ?’’
#   Lun 2 Avr 2018 - 1:36

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 425
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 26

Après lui avoir posé ma question, à laquelle je m'attendais honnêtement à un « non, c'est bon » comme réponse, voilà que le grand timide commence à m'ensevelir sous un tsunami de mots. Je me retiens de justesse d'ouvrir la bouche de surprise. Il commence par me poser deux questions auxquelles il ne veut finalement pas de réponses, puis il me parle des poufs et de son chien et finit par me remercier pour la « visite » et le soin. Je suis toute essoufflée pour lui, mais me contente de sourire, tâchant de masquer ma surprise, mais je sens que je rougis. Pourquoi est-ce qu'il faut toujours que je rougisse, hein ? Franchement, c'est le pire truc que le corps humain ait pu inventer ! C'est juste illogique, contre-productif et complètement inadapté... non, mais c'est vrai ! Pourquoi est-ce qu'on rougit, hein ? On rougit parce qu'on est mal à l'aise... mais si on est mal à l'aise et qu'en plus on rougit, on montre au monde entier qu'on est mal à l'aise... et du coup, on est encore plus mal à l'aise. Non, mais c'est logique, non ? Oui, eh bien, je trouve qu'on est mal fichu... le corps humain est mal fichu... je l'ai dit... je me sens mieux.

Bref... Je continue de lui sourire et lui lâche un timide « avec plaisir, à toute à l'heure », avant de retourner à l'accueil. Une fois à mon poste, je remercie ma collègue de m'avoir remplacée, mais elle me fait part de son intention de rester. Elle me sourit, mais je sais qu'en fait, elle est juste curieuse de savoir comment « la visite » s'est passée. Sauf que je ne lui dirai rien... si ça avait été Ipiu, ça aurait été différent. On se connaît un peu et je l'aime bien... oh, j'aime bien aussi cette collègue-ci, mais je trouve qu'elle se permet un peu trop de trucs, genre les clins d’œil et les coups de coude, je n'aime pas trop. C'est des trucs à former des quiproquos et je déteste ça.

J'essaie d'oublier la présence de ma collègue derrière moi, tandis que je travaille. Il y a des retours de livres, des sortis et le temps passe vite, presque trop vite. En tournant la tête, je vois le grand timide venir vers moi avec plusieurs mangas. Je lui fais un petit signe de tête et un sourire. J'espère que sa timidité ne va pas reprendre le dessus après tout le chemin qu'on a déjà parcouru. Ça serait dommage. Je cligne des yeux lorsqu'il m'appelle « Selvi-senpai ». Eh bien, ça, c'est une première. Je sens que je rougis à nouveau, mais je hoche la tête. Je ne suis pas certaine de ce que ça veut dire, mais il me semble que c'est bien... trop bien même, enfin, trop poli... il faudra que je me renseigne. Il me pose des questions et me tend les mangas qu'il a choisis. Je le regarde, un peu empruntée face à son ton timide, mais enjoué.

- Oui, il y a une limite. On ne peut pas emprunter plus de six livres à la fois... et... normalement...

J'hésite, ça me fait mal au cœur de devoir lui dire ça.

- Erhm, normalement, on ne peut pas prendre plus de trois mangas à la fois...

Je lui souris, gênée.

- Allez Selvi, laisse-lui prendre ses mangas. Je te couvre si la cheffe dit quelque chose.

Je me tourne vers ma collègue qui me fait un grand sourire et pose sa main sur mon épaule. Je suis plutôt du genre à suivre les règles, alors j'hésite, mais elle insiste. Bon... on va faire ça pour cette fois. J'espère que je ne vais pas avoir d'ennuis...

- Bon, alors comme c'est votre première fois à la bibliothèque, je vous laisse dépasser la limite, mais faites attention pour la prochaine fois, d'accord ?

Je me suis retournée vers le jeune homme.

- Et le prêt se reconduit automatiquement de semaine en semaine jusqu'à une durée maximale d'un mois pour la majorité des ouvrages. Certains livres spéciaux ne peuvent être empruntés que pour quelques jours. Je vais vous faire une carte et vous pourrez accéder à votre compte en ligne sur le site internet de la bibliothèque. Sur votre compte, vous pourrez voir jusqu'à quand vous pouvez garder les livres que vous avez loués si vous avez un doute.

Je me tourne vers l'ordinateur et commence la procédure pour créer une nouvelle carte d'adhérent.

- Il me faudrait votre nom et votre prénom s'il vous plaît.

Erik, puisque le grand timide s'appelle ainsi, me communique aussi son âge et je lui souris. Il a semblé s'exprimer par automatisme. Je manque de cliquer sur un bouton qu'il ne faut pas en écoutant la fin de ses propos. Ma collègue pouffe derrière moi et je rougis, encore... Je tâche de fixer l'écran devant moi et de me concentrer. Ce n'est pas la première fois que j'entends une formulation bizarre sortir de la bouche d'un Japonais. Je pense que c'est lié à leur langue et à une traduction approximative de la puce. La première fois, ça m'a vraiment surprise et gênée, mais on m'a expliqué et, avec le temps, j'ai commencé à m'habituer... sauf que là... là... eh bien là, il y a ma collègue qui rit juste à côté de moi et elle n'est pas discrète pour un sou ! Le jeune homme semble avoir compris la méprise, car il se dépêche de clarifier ses propos. Je détache mes yeux de l'écran et lui souris, malgré mes joues toujours en feu.

- Ne vous en faites pas, ce n'est pas la première fois que je suis confrontée à ce genre de particularités linguistiques. Il n'y a pas de mal, d'accord ?

Je termine de lui préparer sa carte, puis je scanne les mangas qu'Erik a choisis.

- Voilà M. Akimaru. Voici votre carte et les mangas que vous pouvez garder pendant maximum un mois. Bonne lecture.

Je lui souris une dernière fois, essayant de détendre l'atmosphère. Je crois... je crois qu'il s'est refermé comme une huître. Une fois le grand timide parti, ma collègue s'approche de moi.

- Eh bien, tu vois. Ce n'est pas si difficile de rencontrer des gens, de se faire des amis.

Je ne dis rien, me contente de la regarder, puis de me reconcentrer sur mon travail. Une chose est sûre... ce n'est pas elle qui m'a aidée aujourd'hui...



merci Haley
#   
Contenu sponsorisé

 

Au moins, ici il fait chaud et ya des distributeurs de boissons. Feat Selvi :D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bibliothèque.