Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Mad world. (Pv : Selvi ♥)
##   Dim 25 Mar 2018 - 13:50

Personnage ~
► Âge : 25 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
Mitsuki Hojitake
Messages : 2816
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

J'essuyai machinalement les larmes qui roulaient sur mes joues, fixant les étoiles qui scintillaient dans le ciel. La réunion s'était terminée il y a quinze minutes tout au plus et j'avais foncé me réfugier sur le toit pour ne pas croiser Ys en sortant de la salle. Je n'avais même pas pris la parole une seule fois, me murant dans le silence quand bien même je n'étais pas d'accord avec ce qu'il se disait. J'avais plus franchement l'impression d'être à ma place, et j'avais l'impression d'être jugée à chaque fois que j'avais le malheur de croiser le regard de quelqu'un, alors bon, autant fermer sa gueule.

Ca devait faire une semaine qu'Ys était parti. Et comme par hasard, il n'y avait aucune mission qui s'était débloquée depuis... Je serrai les dents en sentant une nouvelle crise de sanglot me prendre et j'enfouis mon visage entre mes mains, essayant de respirer le plus calmement possible pour me reprendre vite.

Je parvins à me calmer, lentement, plus ou moins sûrement ; il fallait bien que j'évacue, j'imagine. Je sentis mes mains commencer à trembler et je les glissais dans mes poches avant de souffler un bon coup. Elles grésillèrent un peu et je serrai les poings pour empêcher l'électricité de s'en échapper.

Je reportai mon attention sur les lumières qui émanaient du village. Je me demandais bien ce que j'allais encore pouvoir faire ce soir... Encore regarder un film, seule, avec Balto qui pleure à côté de moi parce qu'Ys lui manque et qu'il en a marre de me voir aussi... éteinte. Génial. Une grosse soirée en perspective.

J'entendis du bruit provenir des escaliers qui menaient au toit et je sursautai, sortant les mains de mes poches pour essuyer mes yeux, libérant par inadvertance un éclair qui partit s'exploser sur le mur en brique qui entourait les marches. Je portai mes mains à ma bouche.

-Pardooon, pardon pardon pardon, je suis désolée, je ne voulais vraiment pas faire ça !
lançai-je à l'attention de la personne qui arrivait et que je ne reconnaissais pas dans la pénombre.


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Mitsu-signa
Ronron jtm ♥️

Et merci à Elfie pour l'avatar OMG CE KDO JPP
##   Dim 25 Mar 2018 - 21:11

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Selvi Sayanel
Messages : 465
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 22

Il est tard... enfin tard, tout est relatif. Disons plutôt qu'il fait déjà nuit. Oui, c'est mieux. Je suis allongée sur mon lit, encore toute habillée, mon lapin en train de dormir, posé sur ma poitrine qui se soulève au rythme de mes respirations. Il adore se mettre le plus haut possible. Il escalade tout ce qu'il trouve à sa portée : mes pieds, un livre posé par terre, un sac, ... tout. Une fois, j'ai même entassé des piles de livres près de mon lit et l'y ai retrouvé, en train de m'observer m'agiter près de ma bibliothèque. Depuis, je lui ai fabriqué un petit escalier avec une barrière pour ne pas qu'il tombe par mégarde et, de temps en temps, il vient me rejoindre pour une sieste.  Je ne sais pas si tous les lapins sont comme ça. Ça me paraît un peu étrange comme comportement, mais comme c'est la première fois que j'ai un animal de compagnie, si on met de côté Edelweiss... J'adore cette petite boule de poil et j'ai de la chance, parce qu'il est propre. Il va toujours faire ses besoins dans la cage que j'ai placée près de mon bureau.

Soudain, je tousse et il sursaute. Zut, je l'ai réveillé. Il quitte alors son perchoir et retourne dans sa cage. Je le regarde se déplacer par petits bonds. Il est trop chou. Mon regard rejoint finalement la fenêtre et j'y aperçois le ciel étoilé. Combien de temps ça fait que je ne suis pas retournée sur le toit pour l'observer ? Aucune idée... longtemps. Sans plus attendre, je me lève et enfile un gros pull, puis quitte ma chambre après un dernier regard vers la cage. Je ne m'absente pas longtemps de toute manière.

Je monte lentement les marches me séparant du toit. Ce n'est vraiment pas loin, mais je prends mon temps. Je me demande s'il y aura du monde. Une petite appréhension pointe le bout de son nez, mais je la chasse. Je ne vais pas là-bas pour rencontrer des gens. Je n'aurai qu'à me mettre dans un coin, tranquille, et personne ne viendra me déranger. Oui, je me rassure comme je peux. Pourtant, lorsque j'ouvre la porte menant au toit, une explosion d'électricité m'accueille. Je me fige, mon cœur s'emballe, tout comme ma respiration. Non non non, il ne faut pas que je panique, pas maintenant. Ça ne peut pas recommencer, pas vrai ? Les choses se sont bien calmées depuis les attaques, les gens qui voulaient partir l'ont fait, alors il n'y a pas de raison que ça recommence. S'il vous plaît.

Une voix s'élève, une voix que je reconnais, mais qui est différente de d'habitude. La jeune femme, elle, ne me reconnaît pas. C'est vrai que dans la pénombre, elle ne peut pas deviner qui je suis... quoi que, je croyais que les Masters sentaient les auras... bon, il y a plein d'Air Solaire à Terrae et je ne suis pas certaine qu'on ait chacun quelque chose de particuliers. Mitsuki est la meilleure amie d'Aoi, donc on se voit de temps en temps et, même si je la considère comme mon amie, je ne pense pas que ça soit réciproque... je n'en sais rien, je ne devrais probablement pas avoir ce genre de présupposé. J'entends un reniflement et je comprends, enfin... peut-être qu'elle est simplement un peu malade ? Non, ça ne correspond pas à ses intonations de voix.

Je m'approche alors, toute panique chassée par ses excuses. C'était un accident et ça aussi, c'est un signe... un signe que la rumeur que j'ai entendue est vraie, un signe que la Tonnerre ne va pas bien. Je lui souris et même si elle ne peut pas le voir, ça s'entend dans ma voix.

- Bonsoir Mitsuki, c'est Selvi. Ne t'excuse pas, il n'y a pas de mal.

Je referme la porte doucement, craignant que l'explosion n'ait endommagé le mur, mais rien ne bouge. Je m'approche alors de mon amie.

- Ça fait longtemps que je ne suis pas venue observer les étoiles. J'espère que ça ne te dérange pas si je reste ?

Je préfère demander, on ne sait jamais. Elle était là en premier et puis, je ne voudrais pas m'imposer, surtout si elle ne se sent pas bien. Si elle est venue ici, c'était probablement pour être seule ou prendre l'air. En m'aidant de mon pouvoir, puisque mes yeux ne sont pas encore habitués à l'obscurité, je constate rapidement que personne d'autre n'est présent sur le toit. J'aimerais bien rester. J'aimerais... j'aimerais l'aider ? Lui remonter le moral ou peut-être lui faire oublier un instant que ça ne va pas. Oui, j'aimerais faire quelque chose pour elle.


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Signat10
merci Haley
Mad world. (Pv : Selvi ♥) Teammi10
##   Lun 26 Mar 2018 - 20:26

Personnage ~
► Âge : 25 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
Mitsuki Hojitake
Messages : 2816
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

HRP : Ohlàlà mais Selvi est tellement mignonne TwT

C'est la voix de Selvi qui s'éleva dans la pénombre. Je me contentai de hocher maladroitement la tête alors qu'elle s'annonçait et me pardonnait tout aussi rapidement. Une boule se forma dans mon estomac et cette affreuse petite voix recommença à siffler à mes oreilles que je n'étais vraiment pas capable d'agir autrement que mal. Je serrai mes poings et décidai de croiser mes bras pour m'appuyer contre la rambarde qui encadrait le toit. Je fixai l'horizon, essayant de me libérer l'esprit pour me protéger de cette voix repoussante. Je sentis que Selvi s'approchait de moi et je pris sur moi pour ne pas m'éloigner rapidement d'elle, affolée à l'idée de faire une nouvelle gaffe et de manquer de la blesser.

Observer les étoiles... Les larmes me montèrent aux yeux alors que je revoyais Ys et repensais à toutes ces fois où nous étions restés allongés tous les deux à fixer le ciel étoilé, et je dus me faire violence pour laisser cette image s'éteindre. Je me tournai brutalement vers Selvi, agitant mes mains devant moi.

-Me déranger ? Mais pourquoi est-ce que ça me dérangerait ?! Ce- C'est pas mon toit. Tu as autant le droit que moi d'être ici, je ne vais pas t'en interdire l'accès, je n'oserais quand même pas- Je n'oserais-

Mes mots se bloquèrent dans ma gorge. Depuis quand est-ce que je m'emportais comme ça ? C'était insupportable. J'avais l'impression de ne plus rien diriger, comme si mon esprit s'était mis en veille, que mon corps agissait, et que le peu de conscience qu'il me restait ne servait qu'à combattre cette voix nausillarde qui ne cessait de me répéter que je n'étais qu'un monstre qui n'avait rien à faire ici. Un "monstre". L'un de ces termes qu'avait souvent employé Allen lorsqu'il parlait de moi. Des Masters. D'Aoi. D'Aoi surtout.

Peut-être qu'il avait eu raison ? Après tout, peut-être que nous étions des monstres. Peut-être que nous n'avions rien à faire ici. Peut-être que nous n'avions pas notre place sur Terre. Ou au moins moi. Au moins moi. Qu'est-ce que j'avais apporté à l'Institut ? Les autres apportaient beaucoup. Oui, les autres avaient leur place ici. Mais moi, moi, je n'apportais rien. Et la seule chose de laquelle j'étais sensée m'occuper était défaillante alors moi, moi je n'avais rien à faire ici...

-Excuse-moi... Excuse-moi Selvi. Je comprends pas ce qu'il m'arrive, c'est juste que... C'est juste que je suis dans une passe difficile. Que j'arrive plus à gérer mes émotions, ni mes gestes. Que je suis bloquée dans ma tête, les idées tournent et tournent et tournent... Et voilà.

Et pourquoi je lui en parle ? J'ai l'impression de devenir folle ce soir. Rien ne va. Rien ne va et je commence à perdre pied.

-Tu vas bien toi ? Ca fait longtemps que je ne t'ai pas vue... Ca me fait plaisir de te croiser ce soir. Qu'est-ce que tu deviens ? Tu t'entraînes encore avec Aoi ? Je ne lui ai jamais demandé... Mais ça doit être compliqué avec ses cours et son travail à l'hôpital. Tu fais quoi de tes journées ?

Ce besoin obsessionnel de parler, de combler le vide. De se répéter, de me répéter, de parler encore et encore pour que le silence ne s'installe pas. Parce que le silence c'est ce que j'ai à la maison, et le silence est douloureux, parce que plus il s'installe, plus les voix parlent dans ma tête, et plus c'est dur de les faire taire...

HRP : OK. OKKK. Alors, désolée, mais là, là, j'ai pas contrôlé et Mitsu perd littéralement pied, ça m'a fait TROP PEUR quand j'ai écrit omg.


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Mitsu-signa
Ronron jtm ♥️

Et merci à Elfie pour l'avatar OMG CE KDO JPP
##   Jeu 29 Mar 2018 - 22:51

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Selvi Sayanel
Messages : 465
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 22

[hrp : Oooooh, Mitsu ! Ça va allez. Courage T.T]

Je sursaute face à la réaction plutôt violente de Mitsuki. Je ne m'attendais pas à une telle explosion de sa part. Alors, c'est bien vrai... elle ne va vraiment pas bien. Sa voix se bloque, elle ne termine pas sa phrase. Mon cœur se serre un peu plus.

- Non, ce n'est pas... c'est juste que... enfin, tu vois... je ne voulais pas...

Mouai... je peux mieux faire, non ? Je prends une grande inspiration.

- Parfois je viens ici pour être seule, donc je sais à quel point ça peut être frustrant quand quelqu'un débarque et chamboule les plans qu'on s'est fait. C'est tout. Je ne voulais rien sous-entendre d'autre. Excuse-moi.

Je me rends compte que je n'arrange en rien la situation. Je l'empire, en fait. Je baisse les yeux devant moi et commence à me sentir mal. Je voulais l'aider, pas l'enfoncer. Après un silence pesant, la Tonnerre reprend la parole pour s'excuser. Je reporte mon regard sur elle et lui souris timidement. Je la laisse continuer avec ses questions. Elle ne s'arrête plus, comme si le silence la tuait à petit feu, comme si le son de sa voix agissait comme une bouée de sauvetage. Je crois que je comprends. Désolée, Mitsuki, mais je ne suis pas aussi vive que toi. Je vais laisser quelques silences, le temps de mettre en place mes idées pour te répondre, continuer à te parler, mais je te promets de tout faire pour ne pas être trop lente. Je vais imposer mon rythme, parce que je n'arrive pas à suivre le tien, mais je ne laisserai pas le silence s'installer, je te le promets. Je ferai l'effort de relancer la conversation si tu ne trouves plus rien à me dire. Je ferai un effort, pour toi, ce soir.

- Je vais bien... enfin je vais mieux. C'est vrai que ça fait un moment et je suis aussi heureuse de te revoir. Je ne deviens pas grand-chose... enfin, je veux dire qu'il n'y a pas grand-chose de nouveau dans ma vie. Je travaille toujours à la bibliothèque et je fais un peu de travail comme volontaire à l'hôpital. C'est devenu une nécessite pour moi. Je ne m'entraîne plus avec Aoi, parce qu'elle est effectivement très occupée et que je ne veux pas lui imposer ça en plus, mais on se voit de temps en temps. Ça me suffit. Je sais que j'ai beaucoup de chance de l'avoir comme amie. Et pour répondre à ta dernière question, je lis et écris toujours pendant mon temps libre. Je m'occupe de mon lapin, passe un peu de temps avec mes amis. J'essaie de faire un peu de sport aussi. J'ai besoin de stabilité ces temps, donc je n'essaie rien de nouveau.

J'ai essayé d'être méthodique, répondre à tout. Je ne suis pas certaine de n'avoir rien oublié, mais je ne pense pas qu'elle m'en tiendra rigueur. J'ai aussi essayé de rester sincère, même si j'ai évité de parler explicitement des attaques et des raisons pour lesquelles j'ai besoin de travailler à l'hôpital ou pourquoi j'ai besoin de stabilité. Je pense qu'on a tous souffert de cette période et, même si elle est Master, je pense que mon amie aussi... peut-être même plus ? Parce qu'au final, ces attaques sont un peu comme un échec du système, un échec du fonctionnement de Terrae. Ça doit être vraiment dur pour les Masters...

Un bref silence s'est installé entre nous, le temps que je vienne poser ma main sur celle de la Téléporteuse, mon regard cherchant le sien dans l'obscurité.

- Mitsuki, tu n'as pas à t'excuser d'aller mal. C'est normal d'avoir des moments où ça va moins bien, tu sais ? Est-ce que tu as essayé d'exprimer ce qui te tourne dans la tête ? Parfois, dire les choses à voix haute ou les écrire permet de les traiter, les intégrer, les analyser, s'en débarrasser, au final. Je...

Je détourne le regard avant d'enchaîner.

- Je pense bien ne pas être la personne adaptée, mais si tu as besoin ou envie de parler, je suis là pour toi, ok ? Et puis, on n'est pas obligé de parler de choses importantes si ça fait trop mal, on peut parler de tout et de rien...

Je me tais un bref instant. J'ai tellement envie de bien faire, mais j'ai tellement peur de faire plus de mal qu'autre chose. Je me crispe un peu.

- Bien sûr, je ne vais pas te force à dire ou faire quoi que ce soit. Je te laisse choisir ce que tu préfères... je...

Je me tais. En écho à mes paroles, je libère sa main que j'ai commencée à serrer un peu trop fort. La mienne est devenue un peu moite. J'espère que ça ne l'a pas dérangée. Bon sang, mais qu'est-ce que je fais ? Je suis de nouveau en train de tout gâcher, pas vrai ? Non, attends... c'est toujours ce que je me dis, mais au final, je ne gâche rien... je n'en sais rien. Je ne sais jamais...


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Signat10
merci Haley
Mad world. (Pv : Selvi ♥) Teammi10
##   Lun 9 Avr 2018 - 20:46

Personnage ~
► Âge : 25 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
Mitsuki Hojitake
Messages : 2816
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

Mes yeux se perdirent sur l'océan Terrae. Un silence s'installa, un silence trop long, beaucoup trop long. Pourquoi est-ce qu'il s'éternise, pourquoi est-ce que Selvi ne parle toujours pas ?

Les mots finirent enfin par franchir la barrière de ses lèvres et mon diaphragme se décontracta instantanément. Je préfère. Je préfère quand il y a du bruit, quand il y a des mots - pourquoi est-ce que je suis venue m'isoler ici ? C'était l'idée la plus stupide du siècle. Heureusement que Selvi est arrivée, heureusement, sinon je ne sais pas dans quel état j'aurais fini.

Mes yeux me piquèrent un instant et je pris une grosse bouffée d'air pour me remettre d'aplomb. Elle va bien. Elle va bien, et tant mieux. Elle voit encore Aoi, elle s'occupe ; elle a l'air de faire beaucoup de choses. C'est tant mieux, c'est bien de faire plein de choses, on se sent mieux, on se sent plus productif. Si elle travaille à la bibliothèque, à l'hôpital, si elle lit et qu'elle écrit... Et si elle voit Elio. Elle est bien en couple avec Elio, non ? C'était lui qui m'en avait parlé la dernière fois que je l'ai croisé. Je les imaginais bien ensemble, ils doivent être super. J'étais contente quand il m'a dit ça. Mais j'espère qu'ils sont encore ensemble ? Hein, Selvi, vous êtes encore ensemble ? S'il te plaît, s'il te plaît, dit oui, c'est trop triste des personnes qui se séparent, c'est trop triste quand des personnes qui s'aiment se séparent, c'est-

Les mots de Selvi parvinrent à mes oreilles et je relevai le regard vers elle, sentant sa main sur la mienne. Je sentis mes yeux qui me piquaient. J'allais pas bien, nan. Nan. Mais je dois m'excuser. Je n'ai pas le droit d'aller mal ; je suis responsable de mon état. Je suis clairement responsable : j'ai perdu Allen et Joyce parce que je n'ai pas vu que ça n'allait pas, j'ai failli perdre Aoi parce que je me suis encore laissé emporter, j'ai perdu Terrae parce que j'ai laissé Hideko partir alors que je suis sensée m'occuper du système de Terrae, j'ai perdu Ys parce que je n'ai pas su voir ce que j'avais, je-

-Je- Je sais plus quoi faire, Selvi... J'ai tout fait. J'ai tout essayé. Mais j'ai tellement, tellement l'habitude d'exploser quand ça ne va pas ! Sauf que je ne peux plus. Je ne peux plus parce que j'ai trop parler maintenant. J'ai trop parlé, et j'ai pas assez emmagasiné, j'ai trop parlé et je sais que j'ai promis à plusieurs personnes de faire attention. De ne plus tout laisser sortir d'un coup. Je-

Je m'arrêtai de parler, inspirai, expirai. Je ne voulais pas pleurer, pas encore, pas là, pas maintenant - pas encore.

-Je suis perdue. J'ai tout essayé. J'ai tout essayé mais c'est juste trop... Dur, en fait. C'est tellement plus facile d'exploser, de tout laisser s'échapper, de perdre le contrôle et de laisser la vie faire. Comment font les gens quand ça ne va pas ? Comment ils font pour sourire, pour garder la tête haute ? Pour ne pas se sentir minable voire même inutile ? Comment ils font sérieux ?


J'essuyai une larme qui avait coulé sur le coin de mon oeil.

-C'est juste insurmontable. En ce moment, j'ai juste l'impression de couler. Je fais rien de mes journées, et je n'ai absolument aucune force. Me lever de mon lit est la première étape qui est déjà presque impossible à surmonter. Et puis après il faut vivre. Vivre. C'est tellement dur, de vivre. Garder une certaine hygiène corporelle, s'alimenter. Faire des courses, travailler.

Je m'accroupis sur le sol, encerclant mes jambes de mes bras.

-C'est trop dur. C'est trop dur. Et puis je n'arrive même pas à trouver le moindre intérêt à quoi que ce soit, puisque tout ce que j'entreprends je le rate. J'échoue dans tout ce que je fais. Tout. Et regarde, même encore là ! On ne s'est pas vues depuis longtemps et je fais quoi ? Je fais quoi ? Je parle de moi. Je te détruis ta soirée. Je te vole ta bonne humeur pour ne même pas en faire quoi que ce soir.


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Mitsu-signa
Ronron jtm ♥️

Et merci à Elfie pour l'avatar OMG CE KDO JPP
##   Mar 10 Avr 2018 - 22:32

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Selvi Sayanel
Messages : 465
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 22

Avant que la Master ne reprenne la parole, le doute me prend. Je repense à Oksa, sa réaction quand j'ai essayé d'aller vers elle, de lui parler. Je sais que j'ai fait n'importe quoi, que j'ai eu la pire réaction possible, parce que je ne savais pas trop quoi faire. Je pensais bien faire, mais j'ai été égoïste. Je n'ai pas réfléchi à ce dont elle avait besoin. Est-ce que je fais pareil ce soir ? Est-ce que je veux rester et essayer d'aider mon amie, non pas parce qu'elle en a besoin, mais parce que j'en ai besoin ? Je ne sais pas... si elle n'était pas là, à cet instant, je crois que je me mettrais en boule. On a l'air maligne, les deux, à ressasser nos démons.

Les mots de Mitsuki me brisent le cœur, mais ils ont l'avantage de capter mon attention. Elle a l'air d'aller si mal. Je ne suis pas certaine de comprendre tout ce qu'elle me dit. Elle me dit qu'elle a déjà parlé, trop même, selon elle, mais ça ne semble pas suffire. Elle n'a pas réussi à évacuer comme ça. Je sens qu'elle lutte pour ne pas craquer, pour ne pas pleurer. Je l'écoute cependant, sans l'interrompre, la laisse continuer. Je me sens tellement démunie face à ses questions. Je ne suis clairement pas la bonne personne pour y répondre.

La suite est encore pire. Comment a-t-elle pu accumuler tant de mal-être ? Je retiens un rire amer. C'est vraiment moi qui ose me poser cette question ? Mais je me force à chasser cette idée. Ce soir, on ne parle pas de moi, on parle d'elle. Je dois être forte et je dois trouver les mots... non... je souhaite trouver les mots qui vont l'aider à aller mieux. Son estime de soi semble être au plus bas et je ne comprends que trop bien. Combien de fois j'ai pensé la même chose de moi-même... et ce n'est pas si différent que ça encore aujourd'hui. Je ne sais pas.

Je me mets à genoux tout près de la Tonnerre. Ma gorge se serre, mais je garde mon calme. Je sais que ma voix sera douce, peut-être pas assez forte et bruyante pour la jeune femme, mais je ne peux pas faire plus. J'en suis sincèrement désolée.

- Mitsu... ne dis pas ça. Tu ne détruis rien, tu ne me voles rien.

Je ne le remarque pas encore, mais c'est la première fois que je ne prononce pas son prénom complètement. Je ne sais pas ce que ça veut dire, ce que ça représente, mais pour le moment, il y a plus important.

- Mitsu, je te le répète. Tu as le droit de ne pas aller bien et tu as le droit de pleurer. Ne te retiens pas. Laisse sortir. Je... je ne sais pas vraiment ce que ça fait d'exploser, mais je sais ce que ça fait de tout retenir avant d'imploser et, si on réagit différemment au final, le chemin qu'on parcourt est similaire. On se rend malade.

Je chuchote presque, mais je sais que je parle assez fort pour qu'elle m'entende. Je suis si proche d'elle. Sans réfléchir, je la prends délicatement dans mes bras et la serre un peu. Mon étreinte se veut chaleureuse, mais elle est sans doute un peu maladroite. J'ai peur... j'ai encore peur...

- Mitsu, on a tous des moments difficiles, c'est humain. Il y a des moments où on se sent particulièrement démuni, pas à la hauteur et c'est normal. Ça fait partie de la vie. Ce n'est pas parce que les gens sourient qu'ils sont heureux. On est beaucoup à être fort pour cacher aux autres ce qu'on ressent vraiment, on met des masques plus ou moins épais, plus ou moins bien réussis. Et... je crois qu'on devrait juste accepter ce qu'on ressent. Accepter d'être en colère quand on est en colère, accepter d'être triste quand on est triste, accepter d'avoir besoin d'aide quand ça ne va pas bien. Si en ce moment, c'est trop dur de se lever chaque matin et bien fais une pause, laisse-toi un peu de répits. Concentre-toi sur des choses que tu aimes particulièrement faire, peut-être. Et puis, je suis sûre que ce n'est pas vrai ce que tu dis. Tu ne rates pas tout, tu ne fais pas qu'échouer.

Je marque une courte pause, raffermissant mon étreinte. Il ne faut pas que je tremble.

- D'ailleurs, la notion d'échec est souvent biaisée... J'ai lu une citation de Mandela l'autre jour que j'ai trouvé génial. Il a dit « Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends. ». Les échecs, c'est essentiel dans la vie. C'est ce qui nous fait grandir, c'est ce qui nous apprend des choses. On n'apprend rien quand on réussit et on n'échoue jamais si on ne fait rien. J'aime aussi beaucoup ce qu'on attribue à Edison. Si je me souviens bien, c'est quelque chose du style : « Je n'ai pas échoué, j'ai simplement trouvé dix mille manières de ne pas créer une ampoule. ».

Je m'arrête à nouveau une demi-seconde, le temps de prendre mon souffle tant mon coeur bat la chamade.

- Désolée si je t'embête avec mes citations et mon discours niais, mais j'y crois. J'y crois vraiment, je suis sincère. Je pense... je pense qu'essayer d'être positif peut vraiment nous aider dans la vie, voir les choses d'un autre angle de vue. Je sais que ce n'est pas facile. Je trébuche tous les jours...

Ma voix a vibré d'une manière un peu bizarre et ma gorge se serre à nouveau. Plus je parle, plus je me sens mal. Je ne sais plus si je parle à Mitsuki ou à moi-même. Je ne sais plus où j'en suis. Et j'ai peur, j'ai toujours peur de sa réaction. Pour le moment, elle n'a pas réagi ou très peu, mais je suis morte de trouille. Qu'est-ce que je fais si elle explose contre moi ? Qu'est-ce que je fais si elle me rejette ? Je déglutis.

- Mitsu...

Ma voix se brise.

- Mitsu, tu n'es pas toute seule, d'accord ?

Ma voix a repris contenance, mais je suis à deux doigts de craquer. La voir dans cet état, ça me fait me poser une myriade de questions sur moi-même, des questions que je me suis pour la plupart déjà posée, mais qui font toujours aussi mal. Et si je commençais par écouter mes propres conseils et les mettre en application ? Ça serait pas mal, non ?

Le pire dans tout ça, c'est que je lui parle sans vraiment savoir ce qui ne va pas. J'ai entendu des rumeurs et je vois qu'elle va mal, mais je n'en sais rien en fait... et puis, j'essaie de me mettre à sa place. Qui je suis pour faire ça ? J'en sais rien de ce qu'elle ressent. Je lui parle comme si elle ressentait la même chose que moi, mais on est si différente. Mon amie n'est pas comme moi, elle est cent fois mieux que moi. Je suis en train de refaire les mêmes bêtises qu'avec Oksa.

Non, ne pas trembler, respirer, inspirer, expirer, comme lorsque je suis allée en salle des Masters. Je revoie le visage de M. Williams devant moi. Oui, inspirer, expirer. Ça va aller, pas vrai ? Et moi qui parlait d'accepter... là, je suis plus en rejet... mais c'est différent. Ce soir, ce soir je dois être forte pour Mitsuki. Ce soir, on ne parle pas de moi, ou très peu. Ce soir, tout est pour elle.


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Signat10
merci Haley
Mad world. (Pv : Selvi ♥) Teammi10
##   Lun 23 Avr 2018 - 11:44

Personnage ~
► Âge : 25 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
Mitsuki Hojitake
Messages : 2816
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

HRP : Selvi a brisé mon petit coeur, j'en veux encore plus à Mitsu d'être aussi minable maintenant omg

Selvi est une fille tellement gentille. C'est une fille qui est tellement à l'écoute, qui est tellement généreuse, si intelligente, si douce, si parfaite, si... forte. Comment est-ce qu'elle fait ? Elle ne s'en rend même pas compte, en plus, qu'elle est si forte.

Je vois bien qu'elle ne considère pas que continuer à sourire quand ça ne va pas ce n'est pas être fort. Que la véritable force, c'est d'accepter qu'on ne va pas bien, de vivre avec, de le prendre et d'en faire quelque chose. De s'en servir pour rebondir, comme elle me l'affirme en citant quelqu'un que je ne connais pas. Ah, si, Edison, je connais. L'électricité, tout ça. Mais je ne peux pas être d'accord avec elle. Parce que là, maintenant, ce n'est pas ce que je suis en train de faire. Je n'accepte pas. Je n'accepte certainement pas. Je subis. Et subir et accepter, c'est complètement différent. Il y a des choses qu'on accepte, qui nous mettent mal, mais qu'on accepte, et c'est là qu'on peut effectivement rebondir. Mais elle fait un amalgame. Ce n'est pas ce que je suis en train de faire. Moi, je suis simplement en train de subir, de sombrer, même. Parce que je ne fais absolument rien pour rebondir. Je ne cherche pas à aller mieux. Je me contente d'un "t'as tout foiré, t'es minable, tu sers à rien".

Alors quand on subit, quand on n'est juste plus capable de rien, on n'est pas courageux. Il n'y a aucune force dans l'inclinaison face au mal-être. Continuer à sourire, c'est beaucoup plus courageux, quand on n'est pas encore capable d'accepter. Mais quand on continue à sourire, quand on continue à faire croire que tout va bien, alors on commence à emprunter le chemin de l'acceptation.

C'est ça, la clé, en fait. L'acceptation. Une fois qu'on a accepté, même si on n'est pas d'accord, même si on en souffre encore ! Une fois qu'on a accepté, on peut commencer à rebondir. On peut commencer à guérir.

Je relevai mon regard baigné de larmes vers Selvi. Je ne suis pas toute seule... Je ne suis pas toute seule... Peut-être. C'est vrai, après tout, elle est là. Elle est là, Aaron est là, Aoi est finalement revenue. Nicolas est sans doute là. Ariana est là. Asbjorn serait là si il le fallait. Plein de personnes seraient là. Alors pourquoi ? Pourquoi je n'arrive pas à surmonter ça ? Pourquoi je continue à me sentir si seule ? Pourquoi est-ce que je me sens si abandonnée ?

Mes yeux croisèrent les siens et un frisson me parcourut l'échine.

- Tu vas pas bien non plus, hein ?


Rageusement, j'essuyai les larmes qui avaient roulé sur mes joues et je replongeai ma tête entre mes bras.

- Pourquoi est-ce qu'on est obligés d'aller si mal ? Terrae, c'était pas sensé tout arrangé ? On a beau être là, on a beau avoir "rempli" ce vide qui nous habitait, j'ai l'impression que ça ne sert à rien ! Parce que tôt ou tard, un nouveau vide se crée. Tôt ou tard, on finit par replonger. Autrement, différemment. Et il n'y a pas de "Terrae plus plus", on peut pas tout recommencer à chaque fois. Il faut toujours que de nouveaux démons reviennent nous habiter, il faut qu'on sombre à nouveau, parce que quoi, parce que c'est ça la vie ?!
finis-je par m'exclamer dans un excès de colère.

Mes yeux me piquaient et je cessai de serrer mes jambes entre mes bras, frappant le sol d'un coup de poing douloureux.

- Pourquoi est-ce qu'on ne peut jamais aller bien à 100% ? Pourquoi est-ce qu'on ne peut pas se stabiliser, réussir à aller bien pour toujours ?!


Un rictus m'échappa. C'est bien ironique, pour une immortelle. Heureusement que mon immortalité ne m'empêche pas de vieillir. Parce que vivre éternellement entre le tourment et le bonheur, ce n'est pas une vie. C'est un enfer.

- C'est vraiment de la merde la vie.


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Mitsu-signa
Ronron jtm ♥️

Et merci à Elfie pour l'avatar OMG CE KDO JPP
##   Mar 1 Mai 2018 - 22:22

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Selvi Sayanel
Messages : 465
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 22

[hrp : mais noooon, faut pas. Tu verras, ça va aller <3]

La question de Mitsuki me prend de court. Je frisonne, me met à trembler légèrement avant de me reprendre. Non, je vais bien, j'ai dit que ce soir j'irais bien pour elle. Pourquoi je n'y arrive pas ? Pourquoi c'est si dur ? Je la regarde essuyer ses larmes d'un geste rageur. Je ne dis rien, parce que je ne fais pas confiance à ma voix. Elle cache à nouveau son visage dans ses bras. Mon cœur se brise un peu plus face à cette vision déchirante.

- Mitsuki...

J'ai à peine soufflé son prénom. Je l'écoute et ça fait mal. Oui, on est déjà à Terrae, mais ce n'est pas un remède miracle. La vie, c'est compliqué. La Master est en colère... en colère contre la vie justement, contre la vie et ses tourments. Je me pince les lèvres, frotte son dos avec ma main. Elle ne m'a pas rejetée... pas encore... je commence à espérer que je ne raconte pas trop de bêtises et qu'elle m'accepte. Je ne sais pas trop quoi lui dire pour la réconforter. Je ne sais pas si je dois lui dire quelque chose, mais je me sens un peu moins mal. C'est bizarre... en fait non... elle ne m'a pas criée dessus, elle ne m'a pas demandé de partir. L'ombre d'Oksa s'éloigne un peu. Je ne suis toujours pas bien, j'ai toujours mes doutes, mes faiblesses, mais j'ai moins peur.

Mitsuki frappe le sol de son poing et sans que je ne le réalise tout de suite, je guéris instantanément les petites écorchures et les hématomes qu'elle s'est potentiellement faits. Je rougis, espérant qu'elle ne va pas se fâcher de sentir cette chaleur se répandre dans son bras jusqu'à sa main. Pour éviter sa colère, je parle. Ma voix est d'abord mal assurée.

- Je ne pense pas que c'est possible, d'être toujours heureux... et je ne pense pas que ça soit bien, parce qu'on n'arriverait pas à apprécier les moments de joie, justement. S'il la nuit n'existait pas, on n'apprécierait pas autant le jour...

Je me tais, me mords la lèvre inférieure. Pourquoi j'ai dit ça ? Je ne sais pas, c'est sorti tout seul. C'est la seule chose qui m'est venue à l'esprit... Il faut que je me contrôle un peu. D'habitude je réfléchis avant de parler. Pourquoi ce soir je n'y arrive pas. Ça va me retomber dessus, c'est obligé, non ?

- Tu sais... Terrae, c'est bien, mais ce n'est pas censé tout arranger je pense... je pense que c'est censé nous aider à avancer, nous aider à tout arranger. Tu... tu comprends la nuance ? Ce n'est pas facile et ça prend du temps. Je crois... je ne sais pas... personnellement, même si ça ne va pas, c'est supportable, parce que je suis ici, parce que j'ai rencontré des gens qui me soutiennent... et j'ai l'espoir que ça aille mieux. Alors oui, la vie c'est parfois moche, mais c'est aussi super. Il y a tellement de choses cool que j'ai vécu ici. Ce n'est pas ton cas ?

Je lui demande ça, un peu inquiète. Est-ce que la Mitsuki survoltée n'était qu'un masque ? N'a-t-elle jamais été heureuse ?

- Tu n'as pas de bons souvenirs à me raconter ? Tu te souviens quand on est parti en Australie ? C'était chouette, non ?

J'essaie... mais pourquoi je tente la chance ? J'ai vraiment envie de me prendre un mur ? N'empêche que... penser à de bons souvenirs... c'est une bonne idée je trouve. Je devrais le faire plus souvent. Je crois... je crois que je vais écrire les bons souvenirs dont je me souviens. Je vais me faire un carnet et comme ça, à chaque fois que ça ne va pas, je n'aurai qu'à l'ouvrir et le lire.

Peut-être que ça va m'aider...


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Signat10
merci Haley
Mad world. (Pv : Selvi ♥) Teammi10
##   Mer 2 Mai 2018 - 14:40

Personnage ~
► Âge : 25 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
Mitsuki Hojitake
Messages : 2816
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

HRP : BB Selvi :( Je me sens un peu bipolaire ce matin, j'arrête pas de passer de Mitsu déprimée à Mitsu droguée à la joie de vivre, c'est difficile mentalement XD

Selvi ne me répondit pas. Elle n'était pas bien, mais elle ne le disait pas. Elle continuait à rester forte, à rester courageuse ; qu'est-ce que je l'enviais. Qu'est-ce que j'aurais aimé avoir ce courage. Me relever, remonter mes manches, et reprendre ma vie comme si rien de tout ça n'était arrivé. Comme si je ne ressentais pas cette déchirure brûlante, comme si rien ne s'était jamais passé, comme si tout allait bien, "comme si".

Je sentis ma main se réchauffer après que je l'ai cogné brutalement sur le sol. Je tournai un regard vers Selvi. Comment pouvait-elle être si bienveillante ? Alors que j'étais tout sauf accueillante.

La théorie du Yin et du Yang, hein. Un rictus m'échappa malgré moi. Ouais. Ouais, c'est vrai. Si on n'est pas malheureux, on ne peut pas ressentir qu'on est heureux. Si on ne voit pas la nuit, on ne peut pas apprécier le jour. S'il ne pleut pas, on ne peut pas apprécier le soleil.

Je basculai ma tête en arrière, me mordis la lèvre inférieure. Ce qu'il faut, ce n'est pas tout arrangé. Ce n'est pas possible de tout arranger, hein ? Ce qu'il faut, c'est apprendre à faire avec. Apprendre à vivre avec nos problèmes, trouver un moyen de les encaisser pour ne pas qu'ils nous détruisent trop. Je ne sais pas... Je ne sais pas si je comprends bien tout ce que me dit Selvi. Tout est confus dans ma tête, tout tourne à l'envers. Je n'arrive pas à percevoir la nuance dont elle me parle. Je ne la perçois pas.

Elle me demanda finalement si je n'avais pas vécu de belles choses ici. Mon estomac se noua et je sentis les larmes remonter à mes yeux. Si je n'ai pas vécu de belles choses, hein ? Si. J'ai été amoureuse. Deux fois même. Le premier, après avoir fait une tentative de suicide, a décidé de disparaître. Matthew. Le deuxième m'a abandonné. Ys. J'ai été proche et attirée par plein de monde, et ils ont disparu aussi. Ils sont partis, ou m'ont rejeté. Michigan, Charlie-Ange, Allen, Joyce, Misao. D'autres, d'autres encore, mais je n'essaie pas de m'en souvenir, c'est trop douloureux. Je prends juste ce qui passe.

J'ai plein d'amis, mais est-ce que c'est des vrais amis ? J'ai toujours peur de les déranger. Je sais que ma présence peut être épuisante, que mon contact n'est pas toujours aisé. Alors je n'ose pas demander à les revoir. Et j'attends. J'attends. Et je n'ai pas plus de nouvelles que ça. Nicolas, Asbjorn, Isis. Aoi, Aaron, qui ont tellement d'autres choses à faire maintenant que m'écouter. Selvi, aussi. Selvi, je l'aime beaucoup. Mais est-ce qu'on est amies ? Est-ce qu'on est si proches que ça ? Est-ce qu'elle aime me voir, est-ce qu'elle aime passer du temps avec moi ? Elio. Akihiko, Matheo. Ariana. Akito. Ipiu.

Je connais beaucoup de monde. Je le sais. Et je les aime tous. Mais est-ce qu'eux m'apprécient ? Est-ce qu'eux sont vraiment heureux de passer du temps avec moi ? Est-ce qu'on est vraiment amis, ou est-ce qu'on est juste des connaissances qui m'ont souri et ont accepté de faire des choses avec moi parce qu'ils ne voulaient pas me vexer ? Parce qu'ils éprouvaient de la compassion ? Pire, de la pitié ? Pourquoi est-ce que dans le fond, je ne pourrais pas me rendre compte que je suis seule, désespérément seule, et que cette solitude, je ne la dois qu'à moi ?

L'Australie. Un sourire étira maladroitement le coin de ma lèvre. Oui. Oui, c'était vraiment chouette. Les larmes me montent aux yeux. Là, ce que je vois, c'est juste le regard las d'Huo qui n'arrive pas à me suivre. Qui est fatigué de m'entendre parler sans arrêt, qui voudrait que je me taise pour réussir à en placer une. Parce que quand je suis là, personne ne peut plus vivre comme il l'entend, parce que je chamboule tout, je m'impose trop.

-Et si j'avais finalement toujours été seule ? Et si j'étais toujours seule ? Et si personne ne m'appréciait vraiment, et si les gens se contentaient de me supporter le temps de quelques heures pour être finalement tranquille après ?


Les larmes roulaient sur mes joues alors que ma conscience se trouvait retournée.

-Même toi. Regarde, là on se voit, mais est-ce que tu te sens pas obligée de m'aider ? Est-ce que tu fais pas ça par pitié, parce que ta conscience t'interdit juste de me laisser là à me morfondre ? Moi je te considère comme mon amie, mais, j'sais pas, on se parle jamais, on se voit quasiment jamais ! Comment j'peux savoir que tu penses la même chose de moi ; après tout, ce serait normal que tu penses pas la même chose... Qu'est-ce qu'on a en commun ? Une amie en commun ? Est-ce que ça fait forcément de nous deux des amies ? C'est vrai quoi, ce serait pas un peu forcer les choses que de dire ça ?


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Mitsu-signa
Ronron jtm ♥️

Et merci à Elfie pour l'avatar OMG CE KDO JPP
##   Sam 5 Mai 2018 - 21:30

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Selvi Sayanel
Messages : 465
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 22

Mitsuki ne me répond pas. Je la vois, ou plutôt, je la devine partir loin, dans ses souvenirs je pense. Je crois... je crois que j'ai fait une énorme bêtise en lui posant cette question, mais je n'arrive pas... non, je ne peux pas concevoir qu'elle n'ait pas vécu de bons moments auxquels elle pourrait s'accrocher. C'est juste impossible, pas vrai ? J'essaie de la relancer, je lui parle de l'Australie. J'en garde un merveilleux souvenir et j'espère que c'est son cas aussi. Peut-être que la Master est simplement trop malheureuse actuellement pour voir les bonnes choses qui lui sont arrivées ? Je m'avance probablement un peu trop, je ne sais pas.

La Tonnerre ne répond pas à ma question. Elle semble suivre le fil de ses pensées et mon cœur se serre encore un peu. Il va finir par disparaître, à force de se comprimer de la sorte et devenir de plus en plus petit... et le pire... le pire... c'est que ce qu'elle me dit résonne en moi comme à l'unisson. Comment elle peut exprimer avec ses mots ce que je ressens, mes craintes et mes doutes. Comment elle peut penser ça d'elle surtout ! Comment...

Elle me considère comme son amie ? Alors... je ne suis pas bête de penser la même chose ? La fin de son discours me trouble. Elle me considère comme son amie, mais trouve que ce n'est pas réaliste ou... je ne sais pas comment exprimer ça. Je suis choquée, là, en fait. Le silence s'installe, parce que je ne trouve pas les mots, je ne sais pas quoi dire, comment le dire. C'est le chaos dans ma tête. Mitsuki... Mitsuki... comment tu peux dire ça de toi. Tu es si... tu es géniale ! Comment tu peux avoir les mêmes doutes que moi ? Comment ?

Ma main tremblante vient prendre la sienne et je la sers assez fort. J'ai besoin de ce contact, j'aurais besoin qu'elle me gifle, je crois, pour me remettre les idées en place. Je la regarde dans la pénombre, le visage humide. Ah ? Je ne m'en étais pas rendu compte. Je renifle. Ses mots m'ont complètement perturbée. Si elle pense ça d'elle et que ce n'est pas vrai... est-ce que la pareille vaut pour moi ? Je ne sais pas... je ne sais rien... enfin non, ce n'est pas vrai.

- Je ne peux parler que pour moi, mais... je te considère comme une amie. Je... je...

Ma voix est tremblante elle aussi, elle vacille et ça m'embête, mais je ne veux pas m'arrêter. Je veux lui dire... je dois lui dire.

- Ce que tu viens de dire... c'est... c'est si... Mitsuki, comment tu peux penser ça ? Que moi je pense ça, c'est normal, mais toi ? Tu es géniale, tu es pleine de vie, pleine d'énergie, tu arrives à parler avec tout le monde, tu n'as aucun problème à te faire des amis, tu es drôle, bienveillante, intelligente et si belle... comment tu peux croire qu'on est avec toi par pitié, alors que tu es une super amie ? J'ai tellement de chance de te connaître et... et quand tu dis que tu me considères comme une amie, c'est... je ne sais pas... ça me fait chaud au cœur... je ne pensais pas... je ne... Mitsu...

Il y a tant de choses que j'aimerais lui dire encore, mais que je n'arrive pas à exprimer. Les mots se bloquent dans ma gorge, ma voix manque de force et de stabilité. Je lutte, c'est difficile, mais il y a aussi des choses qui sont plus faciles à dire.

- Tu es lumineuse, tu es un soleil, une des étoiles du ciel.

Je me pince les lèvres et passe ma manche sur mon visage humide. Seule cette dernière réplique a été exprimé d'une voix calme et douce. Le reste était un peu chaotique, parfois entrecoupé par ma respiration haletante, mes hésitations, ma peur que mon amie prenne mal mes propos. J'ai osé... j'ai osé lui dire tout ça et maintenant j'ai peur.


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Signat10
merci Haley
Mad world. (Pv : Selvi ♥) Teammi10
##   Mar 8 Mai 2018 - 14:14

Personnage ~
► Âge : 25 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
Mitsuki Hojitake
Messages : 2816
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

Et voilà. T'as tout gagné Mitsuki. T'as réussi à la faire tomber au moins aussi bas que toi. Elle pleure. Tu l'as détruite, elle aussi ? C'est peut-être ça ton destin en fait. Détruire les gens, les uns après les autres. Tout le monde reconnaîtra que mes entraînements avec Aaron, jusqu'à ce que je passe Master, lui ont fait du mal. Je ne parlerais pas d'Allen ou de Joyce que j'ai littéralement détruits : le premier a fini en cure de désintoxication et l'autre dans le coma. Combien de fois Aoi a-t-elle souffert par ma faute ? Oh, et puis Matthew a tenté de se suicider, hein. C'est dingue le nombre de personne qui tombe autour de moi. Charlie-Ange, Michigan. J'rajoute Selvi à la liste maintenant. C'est formidable. Je ne fais que détruire tout ce qui m'entoure.

Ys ne m'a pas abandonnée en fait. Il a compris qu'il devait se protéger de moi.

Les mots de Selvi me percutèrent brutalement. Mes yeux se levèrent maladroitement sur son visage humide. Ses traits tirés me tordirent l'estomac. Je restais là à la fixer, tremblante, m'accrochant à sa main. Qu'est-ce que j'étais en train de faire ? Qu'est-ce que je venais de faire ? Pourquoi fallait-il que je détruise toujours tout ?

De nouveaux sanglots animèrent mon corps alors qu'elle cessait de parler. Je ne suis rien de tout ça, Selvi. Je pense que je ne suis rien de tout ça. Réellement. Je ne suis pas la lueur d'espoir qui anime les regards. Je suis la lumière qu'il ne faut pas suivre lorsque la vie commence à quitter ton corps.

Toi, tu es tout ça. Mais je n'aurais pas ton courage. Je n'aurais pas ta force pour réussir à te le dire. Je suis pour le moment bien trop bouleversée pour réussir à me détacher de moi. Egoïste.

-Ce n'est pas vrai.


Mais ce n'est pas grave. Je levais mon bras pour essuyer mes larmes avec la manche de mon haut. Ce n'est pas vrai, mais ce n'est pas grave. La voir dans cet état m'avait fait réaliser que je n'étais qu'un poids pour les autres. Avant ce soir, avant que l'on se croise, Selvi allait bien. Et je l'avais fait pleurer. Il fallait que cette conversation s'arrête. Il fallait que je parte. Que je la laisse tranquille. Je ne pouvais pas continuer à faire subir mon désespoir aux autres.

Mes pensées me ramenèrent à quelques semaines plus tôt, lorsque je m'étais rendue chez Aaron. Mon attention se bloqua sur le cristal de sensitif qu'il m'avait confié. "Si on l'utilise juste un peu, pour s'aider à se relever, ce n'est pas grave, tant qu'on n'en abuse pas."

-Tu es le soleil de bien plus de personnes que tu ne le penses, Selvi. Il faut juste que tu ouvres les yeux. Tu es pas du genre à aller vers les autres. Tu parles à peine, tu n'engages que très rarement les conversations. T'imagine à quel point c'est facile de t'ignorer et de passer son chemin en faisant comme si tu n'existais pas ?


Un rire étrange m'échappa. C'était pas les bons mots. C'était pas les bonnes tournures. Je n'étais vraiment faite que pour détruire tout le monde.

-Pourtant y'a des gens qui viennent vers toi. Qui sont heureux de t'accueillir dans leur équipe et de travailler avec toi. Y'a des personnes qui apprécient ta compagnie, et c'est en restant auprès de toi et en continuant à discuter avec toi qu'ils te le prouvent. Tu t'en rends juste pas compte, parce que tu ne veux pas admettre que tu es une personne intéressante. Sauf que dans l'histoire, la seule personne qui ne t'aime pas, c'est toi.


C'est cru. C'est déplacé. C'est mal venu.
Mon cristal m'attendait à la maison, dans le tiroir de ma table de chevet. Un peu de courage, un peu de chaleur. C'est tout ce que je demandais pour ce soir.

Ce n'est pas grave si, moi, je suis seule. Ce qu'il faut, c'est que j'arrête de faire du mal autour de moi, hein ?

-Tu t'en rendras compte, un jour. Tu le comprendras.


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Mitsu-signa
Ronron jtm ♥️

Et merci à Elfie pour l'avatar OMG CE KDO JPP
##   Lun 14 Mai 2018 - 22:27

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Selvi Sayanel
Messages : 465
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 22

La Master pleure avec moi. On doit avoir l'air bien maligne, comme ça, en train de pleurer les deux, mais je m'en fiche. On se sert la main avec force, comme si ce lien tangible nous unissait, nous rappelait que tout ceci est bien réel ou peut-être pour éviter que l'une de nous sombre. Ses premiers mots me frappent de plein fouet. Elle... elle ne me croit pas ? Je sers encore un peu plus sa main. Pourquoi tu ne me crois pas, Mitsuki ? Est-ce que ce que je te dis te paraît si irréaliste ? As-tu vraiment si peu d'estime de toi ? Je me pose un instant, réfléchis. Est-ce que j'aurais accepté les mêmes mots ? Sans doute pas dans son état... je ne sais pas, je n'en sais rien.

Je la vois essuyer son visage de sa manche. Pourquoi est-ce qu'elle me paraît plus distante soudain ? Est-ce que j'ai vraiment fait une bêtise en lui disant tout ça ? C'était pourtant si sincère et si vrai ! Pourqu...

Je regarde mon amie me dire que je suis, moi aussi un soleil. Mon cœur rate un battement. Elle pense vraiment ça ? Elle continue, décrit mon comportement. Je baisse les yeux, honteuse. Oui, je sais, je sais que je suis discrète et timide, que j'ai de la peine à aller vers les gens. Parfois, je me dis que c'est mieux si on ne me voit pas, mais ça ne semble pas être son avis.

Elle rit bizarrement. Je ne sais pas trop comment prendre ses mots, ni sa réaction. Je la regarde à nouveau.

Ses mots sont d'abord plutôt doux à entendre, puis ils me coupent le souffle. Elle est juste en train  de me faire des reproches et je ne comprends pas, pas tout de suite. Je ne lâche pas sa main, mais je me mets à trembler et ma vision se brouille. Est-ce qu'elle pense vraiment tout ce qu'elle a dit ? Parce que si la formulation était un peu sèche ou maladroite parfois, le sens des mots est beau. Enfin... oui, quoi ! Elle vient de me dire qu'on m'apprécie pour ce que je suis, que je ne suis pas la fille fragile qu'on fréquente juste pour ne pas la blesser, parce qu'on a peur de la briser, que je ne suis pas ce parasite que j'ai pensé être parfois, que je ne suis pas un boulet qu'on traîne derrière soi...

Alors oui, j'ai à la fois envie de pleurer de joie d'entendre ces mots de sa bouche et en même temps, de m'effondrer par culpabilité de n'avoir pas assez confiance en mes amis, de ne pas me rendre compte de la chance que j'ai, de ne pas assez croire en moi.

Tout se bouscule dans ma tête et j'ai de la peine à faire le tri. Je ne sais pas comment réagir à ses propos, je suis un peu déboussolée.

- Pourquoi est-ce que je te croirais, si toi tu ne me crois pas ?

Euuuh, ok. Je n'aurais probablement pas dû dire ça, pas vrai ?

- Mais tu as raison, je n'ai pas du tout confiance en moi et, je suppose que j'ai aussi peu d'estime de moi. J'ai continuellement besoin d'être rassurée et j'en ai conscience et je m'en veux pour ça... de ne pas être plus forte, de ne pas être à la hauteur de la confiance de mes amis... d'avoir toujours peur qu'on m'abandonne, qu'on réalise que je ne suis juste qu'un poids qu'il faut traîner derrière soi... alors je compense comme je peux. J'aide les gens dès que je le peux, en espérant m'attirer leur affection, mais aussi parce que ça me fait du bien... alors quand tu me dis des choses gentilles, même si c'est un peu comme des reproches, eh bien ça me fait du bien et j'ai envie d'y croire. J'ai besoin d'y croire, même si au fond de moi, je pense parfois qu'on me dit ces choses pour me réconforter, me rassurer, pour ne pas me briser, parce que je suis juste qu'une fille fragile et vulnérable...

Je devrais m'arrêter, alors pourquoi je n'y arrive pas ?

- Et d'après ce que tu viens de me dire, toi aussi tu n'as pas confiance en toi, toi aussi tu doutes, tu t'auto-flagelles... tu crois qu'on reste auprès de toi par pitié... ça me choque... mais tu es comme moi, Mitsuki... à l'intérieur... tout au fond...

Je presse sa main doucement.

- Alors, parce que je suis sincère quand je te dis que tu es un soleil, une amie formidable, je peux croire que tu es sincère aussi quand tu me dis que les gens m'apprécient pour ce que je suis. Si tu peux te tromper autant à ton sujet... alors je veux bien croire que, moi aussi, je sois dans l'erreur à mon sujet.

Je bous, à l'intérieur, mais c'est doux, c'est chaud et ça fait du bien. Je ne comprends pas trop ce qui m'arrive, je ne comprends pas trop ce qui se passe, ici, sur ce toit, ce soir.

- C'est sans doute déplacé de te dire ça maintenant, comme ça... et je ne pense pas que tu t'en rendes compte...

Je reprends mon souffle.

- ... mais tu viens de me faire un cadeau magnifique. Merci.

Je lâche sa main pour la prends dans mes bras. Je ne pleure pas, je ne pleure plus. Je suis soulagée, je crois.


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Signat10
merci Haley
Mad world. (Pv : Selvi ♥) Teammi10
##   Mar 29 Mai 2018 - 20:54

Personnage ~
► Âge : 25 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
Mitsuki Hojitake
Messages : 2816
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

Les pensées se bousculèrent dans mon esprit et je perdis toute notion de réalité. Comment m'étais-je retrouvée dans ses bras ? J'ai essayé de l'écouter - non, je l'ai écoutée. J'ai fait attention à ce qu'elle me disait, je me suis raccrochée à sa main qui serrait la mienne. J'ai arrêté de pleurer et je me suis noyée dans ses yeux à l'expression si tendre. J'ai oublié que j'allais mal pour me perdre dans ses belles paroles. Et j'ai décidé d'y croire, j'ai simplement décidé d'y croire, parce que c'est beaucoup plus facile de se raccrocher à ça que de rester dans le noir. J'avais besoin de combler ce vide, un peu, et elle m'a aidée à le faire.

Mais j'ai oublié ça aussi. Parce que je me suis retrouvée dans ses bras, et je n'ai pas compris. En fait, à cet instant précis, j'ai réalisé qu'elle aurait dû me gifler et partir. Elle n'aurait pas dû accepter mes mots. J'ai été beaucoup trop maladroite pour qu'elle les accepte. Elle aurait dû partir, et m'abandonner, me laisser ici.

Et elle n'est pas partie. Je lui ai dit des mots durs, et elle est restée. Et elle m'a écoutée. Et elle a surenchéri. Et elle m'a dit ce que je voulais entendre. Ce que j'avais besoin d'entendre. Différemment peut-être. Sans doute parce que cette fois, je lui ai parlé sans attendre de retour de sa part. Sans doute parce que d'une certaine façon, un peu maladroitement, j'ai voulu la rejeter en lui disant aussi de rester. Et elle est restée.

Mon esprit continua de s'embrouiller pendant un long moment encore. Selvi s'éloigna de moi et je ne sus que faire. Alors je lui souris. Et je me suis relevée, et je lui ai tendu la main. Sans parler. Parce que les mots s'étaient perdus dans ma gorge.

Elle m'avait calmée. Aussi étrangement que ça.

J'ai continué à lui sourire, et une fois qu'elle fût relevée, je me suis tournée vers la barrière pour m'appuyer dessus et regarder à l'horizon. La nuit me paraissait plus belle qu'avant. Les lumières dansaient au lieu de s'éteindre. Le village vivait au lieu de mourir.

-Merci
, soufflai-je enfin.

Je me surpris à chercher le contact de sa main pour la serrer dans la mienne, quelques secondes.

-Ca ira, hein ? Ca finira par aller ? Même si ça va pas aujourd'hui. Même si ça ne va pas demain. Même si ça ne va pas après-demain, ni la semaine prochaine. Dans quelques mois, ça ira ? Ca finira toujours par aller, un jour ou l'autre.


Je lâchai sa main, et croisai mes bras sur la barrière pour me pencher et appuyer mon menton dessus.

-Qu'est-ce que tu étais venue faire ici, toi, ce soir ?


Ca finira par aller. Il le faut bien, de toute façon.


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Mitsu-signa
Ronron jtm ♥️

Et merci à Elfie pour l'avatar OMG CE KDO JPP
##   Dim 3 Juin 2018 - 19:36

Personnage ~
► Âge : 21 ans
► Doubles-comptes ? : Nathanaël Lancer et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Selvi Sayanel
Messages : 465
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 22

Je reste un moment immobile, serrant Mitsuki dans mes bras. Le temps passe en silence, sans que je ne puisse en déterminer la durée. Je suis juste bien, là, auprès de mon amie et pour la première fois, je n'ai pas peur. J'ai confiance en elle et en moi. Je sais qu'elle ne va pas me rejeter. C'est tout simplement impossible. Pourtant, au bout d'un moment, je finis par m'éloigner et cherche son regard. Elle m'offre un sourire que je lui retourne avec sincérité. La Master ne dit rien, alors je ne sais pas ce qui se passe dans sa tête. Je ne sais pas quel effet a eu mes propos, mais je n'ai pas peur, parce qu'elle me sourit et que c'est doux, de la voir sourire à nouveau. Je sais bien que tout n'est pas réglé, mais j'ai l'impression d'avoir fait quelque chose de bien. Je crois qu'elle va un peu mieux, peut-être ? Moi, je vais mieux en tout cas et c'est grâce à elle.

La Tonnerre me tend la main et je m'en aide pour me relever à mon tour et viens me placer à côté d'elle, appuyée sur la barrière. Elle observe l'horizon, je regarde les étoiles. C'est beau, c'est apaisant. Je ne sais pas trop ce qui se passe entre nous, mais il y a quelque chose, quelque chose que je ne souhaite pas briser. La jeune femme me souffle un merci et je me contente de sourire, mais elle vient chercher ma main, la serre dans la sienne, alors je lui rends ce contact avec plaisir, bienveillance et douceur.

- Oui, ça ira. Ça prendra le temps nécessaire, mais ça ira.

Je n'ai fait que souffler ces mots et elle a fini par lâcher ma main pour venir s'appuyer contre la barrière. Je ne peux rien lui promettre, parce que je n'ai aucun contrôle sur sa vie, sur ce qu'elle ressent. Je ne peux être que présente pour elle si elle en a besoin, si ça peut l'aider, mais je ne peux pas changer les choses d'un coup de baguette magique, même si j'aimerais bien. Oh oui, qu'est-ce que j'aimerais que les gens que j'apprécie soient tous heureux, qu'il n'y ait plus de violence dans le monde, plus de souffrance, même si ça veut dire qu'on n'apprécierait plus autant les moments de bonheurs et de douceurs... et puis, ces mots sont aussi pour moi, pour me rassurer et me convaincre que oui, ça ira mieux aussi pour moi.

Qu'est-ce que j'étais venue faire ? C'est une très bonne question. Je ne sais plus très bien pourquoi je suis là. Je laisse mon regard errer dans le vague devant nous. Je réfléchis. J'essaie de me souvenir de ce qui m'a poussée à venir sur le toit, mais mon esprit reste vide.

- Je... je ne sais plus... sans aucune raison particulière je crois. J'avais probablement envie de prendre l'air et... oui, j'avais envie d'observer les étoiles un moment. Ça fait un bout de temps que je ne suis pas revenue ici. Je crois que ça m'a manqué.

Je laisse un temps. Je me souviens.

- Quand mon lapin s'est réveillé, j'ai regardé par la fenêtre et ça m'a donné envie de venir ici.

J'hésite. Je ne sais pas si sa réaction violente de tout à l'heure était due au fait que j'ai parlé de regarder les étoiles ou si c'était juste parce que je lui demandais si je ne la dérangeais pas... tant pis et au pire, elle me dit qu'elle préfère ne pas aborder le sujet ou alors peut-être que ça lui fera du bien d'en parler, si c'est bel et bien le cas...

- C'est quelque chose que tu aimes faire aussi ?


Mad world. (Pv : Selvi ♥) Signat10
merci Haley
Mad world. (Pv : Selvi ♥) Teammi10
##   Dim 10 Juin 2018 - 16:12

Personnage ~
► Âge : 25 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
Mitsuki Hojitake
Messages : 2816
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

Le temps défilait sans que je ne puisse avoir la moindre emprise sur lui. Tout s'embrouillait dans mon esprit, jusqu'à ce qu'il se vide complètement.

Vide. Plus de tristesse. Plus de colère. Plus rien. Juste moi, et Selvi. Juste nous, et cette étonnante amitié. Juste nous deux, et toute cette belle vérité.

Terrae nous entourait et nous surplombait. La voix de Selvi parvenait à mes oreilles comme un écho dans la montagne. J'étais ailleurs, perdue dans mon univers. Les mots s'échappaient de ma bouche mais je n'en retenais qu'à peine la moitié.

Ca finirait par aller. C'était ça le plus important. Enfin, je crois ?

Mes yeux se posèrent sur les étoiles qui brillaient dans le ciel.

-J'aime beaucoup regarder les étoiles aussi, oui.


Mon esprit s'éloigna dans le passé. Je fixais le ciel, perdue dans les bras de Yureka...

-Mes parents étaient très amis avec les parents d'Allen. Nous habitions en face, on était tout le temps fourrés les uns chez les autres. Les parents d'Allen et les miens venaient tous de Terrae. L'Ancienne Terrae... Celle que nous ne connaîtrons jamais. Quand j'étais gamine, ils me racontaient leur vie là-bas. Ils m'ont décrit leurs rencontres, les bêtises qu'ils ont pu faire ensemble, tout ce qui a fait partie de leur histoire.


Je m'appuyai sur mes mains, contre le rebord du toit, lâchant Selvi.

-La maman d'Allen, Yureka, était comme une deuxième mère pour moi. On se voyait tout le temps... Le lien était assez facile à mettre en place. Elle m'a appris à regarder les étoiles. A les voir comme il fallait les voir. Elle avait perdu sa mère quand elle était plus jeune, alors, pour ne pas se laisser la possibilité de sombrer, elle avait imaginé que l'une des étoiles qui brillait au-dessus de nos têtes correspondait à sa mère. Le ciel n'était plus simplement ce qu'il devait être, scientifiquement parlant ; il était devenu ce que je voulais qu'il soit.


Un fin sourire s'étira sur mes lèvres alors que j'entendais encore les paroles de Yureka parvenir à mes oreilles.

-Mitsuki... Mitsuki, ça veut dire "jolie lune" en japonais.


Je tournai la tête vers Selvi, le visage littéralement transformé comparé aux minutes qui avaient précédées.

-Je suis une fille de la nuit. Je ne peux que l'aimer.



Mad world. (Pv : Selvi ♥) Mitsu-signa
Ronron jtm ♥️

Et merci à Elfie pour l'avatar OMG CE KDO JPP
##   
Contenu sponsorisé

 

Mad world. (Pv : Selvi ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Toit de l'institut
Aller à la page : 1, 2  Suivant