Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Tant qu'il y a pas de Tian je devrais survivre ;w; Feat Abe caillou
##   Ven 30 Mar 2018 - 23:36

Personnage ~
► Âge : 22 bougies,
► Doubles-comptes ? : /Søren Westson
► Rencontres ♫♪ :
Abe Doe
Abe Doe
Air au pouvoir lunaire
Messages : 340
Date d'inscription : 22/03/2018
Emploi/loisirs : Projectionniste/ écriture
Humeur : Nope.

Il me pose la question de la destination, mais sans me laisser laisser le loisir de dire qu'un endroit ou y a pas trop de monde me plairait d'avantage. Je suis enfin lassé d'être le centre d'attention et vu ce que l'on projette c'est quand même mieux de pas faire ça dans les rues de Terrae. Je hausse les épaules quand il choisit la prairie.

" Juste, je préférerai qu'on soit tranquille, entre aujourd'hui et hier, j'ai l'impression d'avoir vu beaucoup trop de nouveau visages, et en vrai j'ai pas été au calme depuis un peu longtemps à mon goût. "

Il va caresser un peu Tifa, réfléchissant un instant, il me donnes finalement le trajet et se propose de mettre un peu de musique. Voilà encore une bonne idée, Tu gères mon petit Erik.

"Carrément un peu de son, quand j'étais plus jeune, j'avais un faible pour Billie Joe. Demande pas pourquoi. Quand j'ai vu son âge j'ai déchanté."

Le trajet se passe tranquillement, même si je dois avouer avoir évité le regard d'Erik. J'aurai vraiment dû me changer, entre mes chaussures qui sont belles mais m'handicapent pour marcher et cette robe qui me gonfle, je me tâterai presque à demander le jogging. On arrive à un espace de verdure, assez ouvert mais bon les gens sont loin, au pire on passera pour un couple en train de papoter. haha ha ha... Tant pis. Je m'installe donc face à Erik, les jambes pliées sur le coté pour éviter une crise d’exhibitionnisme involontaire . Je m'appelle pas Erik moi.

" Je sais que j'en ai pas l'air, mais je suis plus un enfant Erik. Je pense même que j'ai assez de bagages pour te traiter de petit joueur. Et tu sais quoi avec le recule je me dis qu'il y a pas de quoi s'en vanter. Mais je me suis bien amusé."

Il profite de ma réponse pour commencer à préparer son forfait, notre forfait puisque qu'une fois achevé, il me tend son œuvre et un briquet après s'être excusé de sa crise de larme. Je reçois le colis et l'allume, prenant une grande bouffée de fumée très parfumée droit dans mes poumons avant d'expirer et de lui répondre.

"T'inquiète pas de c'était ma faute. J'ai pas été cool et ej t'ai pas respecté. Normal que je t'extirpe de la merde dans laquelle je t'ai foutu. C'est le minimum que je pouvais faire."

je reprends un longue bouffée et me laisse tomber sur le dos, la tête dans l'herbe et le regard perdu dans les nuages. Ça fait longtemps que j'ai pas fait ça, m'allonger et regarder le ciel. Je reprends deux bouffées avant de tendre le joint à Erik en expirant.

" Je reviens vers dans quelques minutes et je te dirai ce que ça vaut. J'étais chômeur et sans abri à New York et encore avant ça, serveur dans un bar. Disons que ma vie s'est un peu emballée et les choses se sont pas trop alignées en ma faveur."

Ouais, mais bon ça me parait si loin comme ça. Mais c'était y a deux putain de jour. C'est quoi cette endroit qui fait passer la vie pour une rom com fantastique? Au bout de quelques secondes, je tourne la tête vers Erik alors qu'une question apparait dans mon cerveau.

"Mais du coup, comment tu faisais pour servir tes clientes? Perso, un barman à chaque fois qu'il voit un femme, il bluescreen je l'embauche pas."
##   Sam 31 Mar 2018 - 2:02

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
Erik Akimaru
Erik Akimaru
Eau au pouvoir lunaire
Messages : 320
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 23
Emploi/loisirs : Servir des verres, les boire, et recommencer
Humeur : Je te déconseille de me faire chier aujourd'hui

J’écoute sa réponse en saisissant le joint, tranquillement. J’inhale la fumée, je la sens qui s’engouffre dans mes poumons, avant de ressortir sous forme de petits ronds. J’ai toujours aimé faire ça, ça me détends autant que le produit en lui même.

‘’Ah ouais, ça devait pas être simple, j’imagine. Après pouvoir se faire passer pour un garçon devait être utile, dans la rue, faut voir le positif. Tu avais de la famille là bas ? Perso à part Tifa et mes deux chats qui se baladent dans Tokyo à l’heure qu’il est j’ai personne.’’

Je retire un peu, alors qu’elle me pose un autre question. Je m’y attendais pas, mais effectivement la réponse faut le détour. J’arrête d’observer le ciel nuageux l’espace d’un instant, prenant appuis sur mon coude pour me tourner un peu vers elle.

‘’Ya certains coins, certains quartiers à Tokyo où il y a très peu de femmes, si tu vois ce que je veux dire.’’ J’enchaîne en riant. ‘’Et puis bon, la plupart des quelques femmes qui passaient étaient des habituées, alors j’avais même pas à demander ce qu’elles voulaient, elles mettaient d’elles même les thunes et le pourboire sur le comptoir, et je savais quoi leur préparer. Dans le pire des cas, elles approchaient du bar en passant leur commande, je m’exécutais et elles payaient, j’étais plus là pour être efficace que pour discuter.’’

Je lui tends le joint, et retourne à l’observation des nuages. Ils sont beaux, là haut. Blancs, avec cet air si doux, et pourtant parfois si menaçant.  J’essaye de choisir mes mots avec soin pour la prochaine question, y allant à tâtons.

‘’Et toi, pourquoi tu t’habilles comme un mec ? Une habitude, une envie d’en être un ? Ou juste par pure commodité ? En tout cas ça te va bien, et je te jure que quand t’es pas prévenu que ton vrai prénom c’est Abigail t’y vois que du feu. Enfin, la robe te va bien aussi, me fait pas dire ce que je n’ai pas dit.’’

Elle me tend la fin du joint mais je lui fait signe de le garder, et j’entreprends d’en rouler un autre, écoutant sa réponse avec intérêt. Le calme ambiant et le reste sont apaisants. La tête chaude de Tifa sur ma cuisse me rappelle sa présence, et l’espace d’un instant, j’ai l’impression d’oublier mes soucis. Je n’ai aucun problème à discuter avec Abe, il faut juste que comme dans une interaction sociale "normale" je fasse attention à mes propos, à parfois ne rien dire plutôt qu’une connerie. Elle semble être une bonne personne, elle aussi. Aussi perdue que moi par moment, et sûrement plus "originale", mais nous sommes sur la même longueur d’onde sur pas mal de choses. Ce moment pourrait durer une éternité que je crois que je ne m’ennuierais pas, avec un tel phénomène. Questions et réponses fusent, les joints circulent de mains en mains, c’est agréable. Je n’avais pas autant fumé depuis longtemps, mais ça se consume et se consomme plus vite et plus facilement  avec quelqu’un que seul.

‘’Ça te gêne tant que ça Aby comme surnom ? En Japonais ça s’écrit avec le même kanji que soleil, je trouvais que ça t’allait bien, surtout avec la couleur de tes yeux. C’est aussi le premier kanji de Japon, c’était une façon de te souhaiter la bienvenue. N’y voit pas d’allusion ou quoi que ce soit, après tout c’est pas un date, on était d’accord.’’
##   Sam 31 Mar 2018 - 3:18

Personnage ~
► Âge : 22 bougies,
► Doubles-comptes ? : /Søren Westson
► Rencontres ♫♪ :
Abe Doe
Abe Doe
Air au pouvoir lunaire
Messages : 340
Date d'inscription : 22/03/2018
Emploi/loisirs : Projectionniste/ écriture
Humeur : Nope.

Je regarde les ronds de fumée qui montent vers les cieux. C'est un peu l'impression que j'ai eu ces derniers jours. Je suis mort d'un coma éthylique dans un bar du Bronx et en fait je suis dans un monde meilleur ou une sorte de purgatoire. Putain avec la venu de master et le blackout, jeme croirai dans un épisode du prisonnier. Ou alors la fumée tape dure parce qu'au final bah j'ai rien mangé et je suis déjà fracasse.j'en profite donc pour me redresser et me défaire de mes chaussures, j'ai l'impression qu'elles pèsent un âne mort. Je me concentre de nouveau sur la conversation quand Erik me parle de famille. Et la sensation de l'herbe sous mes pieds est pas désagréable en plus.

" J'ai été abandonné à la naissance. J'ai grandi avec 3 garçons, mes "frangins".
" Bon j'ai pas trop envie que la conversation dure sur ce sujet, je décide donc de lui d'assouvir suffisamment la curiosité du monsieur. " On a fuit l'orphelinat vers nos 13 ans, nos chances d'être adoptés dans ces eaux là étant quasi nulle et les familles d’accueillie, ça nous faisait honnêtement peur. Du coup on a vécu de vol, de récup et de squattes. Ils s’appelaient Danny, Paul et Ajay . JE vivais avec Ajay juste avant de venir ici, je suis parti pour qu'il puisse vivre tranquille avec sa meuf. On a perdu Danny et Paul de vue au fil des ans. Trucs classiques dans ce genre de situations je suppose." Et toi, tu fais comme si tu étais étrangère à ça.

En écoutant son histoire de quartier gay,et entre deux rire, une question étrange mais brûlante m'attrape et m'échappe:

"Mais du coup si tu as toujours eu du mal avec les femmes, tu n'as jamais envisagé les hommes? Genre la solution de facilité quelque bar, surtout là où tu bossais. Ne serait-ce même que par curiosité?"


j’intercepte de nouveau le bâton flamboyant du bonheur et tire un autre longue taffe. Avec laquelle je m'étouffes en écoutant la question, plutôt complexe, que me pose Erik. Je me vois mal résumer mon cheminement de pensée si élevé à de simples mots, parce que cela dépasserait l'entendement humain.... Mais mon cerveau n'a que peut de prise sur ma langue depuis quelques instants.

" On m'a toujours filé des vêtements de garçons à l'orphelinat. Je jouais, mangeais et dormais avec eux , j'allais à l'école avec eux aussi. Bref, j'ai tout d'un garçon sauf le prénom et le...matos! J'ai plus ou moins appris à être une fille pour des raisons pratiques, mais je me sens plus en sécurité, pour une raison ou une autre, quand je suis dans ma tenue habituelle, comme hier. C'est plus moi. Et merci...."

Je lâche ces derniers mots en rougissant. J'ai globalement un peu chaud, à cause de la fume, du coup mes joues me font l'insupportable sensation d'avoir des toasters collés dessus.Du coup je retourne regarder le ciel. Et je passe les prochaines minutes à regarder le même nuage bouger au même endroit... ouais je vous assure au même endroit, c'est pareil autour de moi, c'est le monde qui est pas très droit. Heureusement, y a la conversation avec Erik qui se suit et me permet de rester connecter mentalement. Sauf qu'en fait nom. Il se décide à être complétement de putain d'adorable avec ce surnom de merde. Putain de toasters, dégagez de mes joues.

Je finis par concéder, sans le regarder, je lui lâche :

"T'as gagné avec ce surnom pourri. Tu lui as trouvé un jolie sens, l'attention est touchante et en vrai ça me déplait pas."


Je me tais un instant, goutant à mon abandon. Puis rajoute .

"Mais que quand on est entre nous... "

Non, je sais pas pourquoi, ne demandez pas. Ça m'embête c'est tout.
##   Sam 31 Mar 2018 - 12:11

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
Erik Akimaru
Erik Akimaru
Eau au pouvoir lunaire
Messages : 320
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 23
Emploi/loisirs : Servir des verres, les boire, et recommencer
Humeur : Je te déconseille de me faire chier aujourd'hui

Sa réponse à ma question sur sa famille me fend le cœur. Autant l’orphelinat c’est ‘pas de chance’, autant le reste n’est pas mieux.

‘’Oh, désolé d’avoir posé la question. Et si tu veux mon avis, laisser tomber sa sœur pour une fille faut vraiment être un sac à merde. Ya rien de plus important que la famille, quand on a la chance d’en avoir une, même si les liens du sangs n’existent pas.’’

J’espère ne pas y être allé trop fort, c’est sûrement un sujet sensible. Heureusement qu’elle enchaîne sur une question un peu plus légère sur mon orientation sexuelle. Sauf qu’en y réfléchissant bien, la réponse n’est pas vraiment très joyeuse non plus, pas autant que je le voudrais.

‘’Ma mère est morte il y a deux ans. Elle est tombée du balcon alors qu’elle était en train de me frapper, quand la maman de Tifa lui a sauté dessus. Elles sont mortes de la chute toute les deux. Mais du coup, de son vivant, ma mère abusait de moi. Donc, homme comme femme, j’ai jamais vraiment voulu avoir un rapport ou même une relation, j’avais l’impression d’être sa chose à elle, et de ne pas avoir le droit de ne serait-ce que de penser à quelqu’un d’autre. Même maintenant, j’ai encore du mal à m’imaginer en couple ou dans une relation. La gueule de l’ambiance que je fous moi, désolé.’’

La fumette avait délié ma langue, et mon cerveau est en pilote auto. C’est sortit un peu tout seul, mais ça fait du bien de mettre des mots sur ça, chose que j’ai jamais eu l’occasion de faire. Je ne peux pas m’empêcher de rire, surtout en sortant la dernière phrase. Je parle sans aucun filtre. De la même manière que je fume sans filtre, actuellement. Je n’ai plus honte de rien. Plus peur de rien. Tout ce que je veux c’est pouvoir dire ce que je me suis toujours refusé d’admettre. Écouter tout ce qu’elle pourrait vouloir me dire, qui lui pèse ou pas. Je lui pose la question sur le surnom que jlui ai trouvé, qui m’a déjà valu de bouffer du tian, et ça réponse me surprend un peu. Mais pas trop, surtout quand elle se reprend en ajoutant de garder ce surnom juste entre nous. Je m’apprêtait à lancer une nouvelle petite pique juste pour le plaisir, alors je me tourne vers elle. Puis elle rajoute ces quelques mots, et vire au rouge vif en les prononçant. Alors je me tais, et je l’observe en coin, profitant de ce petit moment où elle essaye de m’ignorer et de faire semblant d’être concentrée sur ce putain de nuage qui reste immobile depuis maintenant dix minutes. Elle est vraiment mignonne quand elle rougit, j’ai pas rêvé en pensant ça tout à l’heure. Puis j’éclate de rire, et je reprends.

‘’Promis. J’ai déjà dû bouffer de cet immonde truc en jurant de pas l’utiliser, on va juste rajouter une ligne avec "en public" dessus.’’

Par contre, je commence à avoir sacrément faim, même juste à parler de tian, et c’est pas bon signe. Surtout qu’elle a pas mangé beaucoup elle non plus, et qu’on a quitté la cafet’ en plein milieu du service, sans finir nos assiettes. Et ce nuage, immobile depuis tout à l’heure, commence à prendre une couleur grise un peu inquiétante. Alors je me lève tant bien que mal, et je tends la main à Abe, pour l’aider à se relever.

‘’Jcommence à avoir faim, j’imagine que toi aussi. Allons au village se trouver un truc à grignoter, c’est moi qui offre. Après tout si on a pas fini notre assiette tout à l’heure c’est un peu de ma faute. En plus il va pleuvoir, vu la couleur que prend le ciel. T’es sûre tu veux pas du jogging ? Promis il est propre.’’
##   Dim 1 Avr 2018 - 18:12

Personnage ~
► Âge : 22 bougies,
► Doubles-comptes ? : /Søren Westson
► Rencontres ♫♪ :
Abe Doe
Abe Doe
Air au pouvoir lunaire
Messages : 340
Date d'inscription : 22/03/2018
Emploi/loisirs : Projectionniste/ écriture
Humeur : Nope.

Je lui lance un petit sourire quand il casse du sucre sue lods de Ajay. Je peux pas reprocher à Erik de le faire:

"Je pense juste qu'il voulait commencer sa vie de "famille", lui et sa meuf parlaient d'avoir un enfant ou un animal de compagnie, je sais plus trop.. DE toutes façons, si c'était pas lui, c'est l'autre tarée qui aurait jeté mes affaires par la fenêtre don bon... Y pas vraiment de mal au final." On se demande vraiment qui tu essayes de persuader là.

Ma question, pourtant innocente, trouve en réponse une histoire affreuse. Erik doit pouvoir lire l'effroi sur mon vissage. Quand je dis que j'ai rien à foutre ici et que mes problèmes ne sont pas de vrais problèmes! Bon du coup, faut être au taquet sur la réponse, un changement de sujet doux tout en présentant ses respects aux défunts.

"C'est horrible ce qui vous est arrivé à Tifa et toi. T'excuse pas de foutre un sale ambiance, avec une histoire comme ça, c'est les gens qui devraient s'excuser d'être tous des cons. Et ils le sont! cons..."

Quel talent, Abe , tu as pour remonter le moral aux gens. On est dans un niveau international d'inutilité public. Ce qui n'a jamais vraiment changé .Au moins, il arrive à rire et sourire de lui même ce qui est déjà un début. Il me promet que le surnom du mal ne sera utilisé qu'en privé, j'articule un petit "merci" étouffé par le fait que je n'assume que très mal de trouver ce surnom mignon maintenant. Erik, se redresse et se penche vers moi pour me tendre une main et m'aider à me relever, me proposant l'aller manger un morceau en ville et de se mettre à l'abri du gros temps qui arrive. En signe d'accord , je lui tends la main et me redresse avec son aide. Un léger vertige me frappe, mon le sang, chargé de toxines, commence à circuler à travers mon corps et spécialement mon cerveau, aussi je m'accroche un peu au bras d'Erik pour na pas trébucher stupidement. Après un excuse rapide et timide, je lui demande un instant, le temps de me rechausser, je me penche en avant et me débats quelques instants avec mes pompes, penchées vers l'avant, rageant après un peu après la petite lanière noir que j'avais de mal à chopper et à foutre dans son fermoir. Un fois ma victoire acquise, je me redresse et me retourne vers Erik. avec un sourire heureux :

" On va manger quoi du coup ?"

J'ai faim....
##   Dim 1 Avr 2018 - 23:14

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
Erik Akimaru
Erik Akimaru
Eau au pouvoir lunaire
Messages : 320
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 23
Emploi/loisirs : Servir des verres, les boire, et recommencer
Humeur : Je te déconseille de me faire chier aujourd'hui

Elle saisit ma main, alors je la tire doucement vers moi pour l’aider. Pas assez doucement, visiblement, parce qu’elle est prise d’une sorte de vertige l’espace d’une seconde. Elle s’accroche de toute ses forces à mon bras, pendant que je m’apprête à la saisir entre mes bras pour lui éviter une chute. Sauf qu’elle se ressaisi presque immédiatement, mais heureusement pour la couleur pas trop rouge de mes joues, j’ai le temps d’interrompre mon action. Elle ne semble pas l’avoir remarqué, tant mieux. Elle s’excuse promptement, et je ne peux m’empêcher de me moquer gentiment.

‘’C’est qui le petit joueur, maintenant? M’oblige pas à te porter, ça manquerait de classe puis on risquerait de voir sous cette robe.’’

J’évite le coup de coude maladroit qu’elle destinait à mes côtes et j’explose de rire.

Ça fait maintenant deux bonnes minutes que je la regarde en train d’essayer de remettre ses chaussures, et quelques secondes de moins que je l’écoute rager et pester sur elles pendant que je caresse Tifa pour passer le temps. Elle me fait un grand sourire, à la fois de soulagement et de joie, me demandant où nous pourrions trouver de quoi nous remplir l’estomac.

‘’De mémoire ya un vendeur de hot-dog dans le village mais je suis pas sûr que ça soit la même qualité qu’à N.Y., du coup tu voudrais pas essayer de manger un peu local ?’’

Dans tous les cas, il va falloir se diriger vers le village, alors je prends cette direction, surveillant Abe du coin de l’œil pour qu’elle ne retombe pas. Mes yeux doivent être rouges, avec la quantité d’herbe ingérée, mais je suis encore maître de mes gestes, et je peux jouer avec Tifa, ce qui fait que le trajet passe plutôt rapidement. Je m’arrête à un petit distributeur de boisson pour nous acheter de l’eau, et je vide ma propre bouteille d’un litre en une seule fois. On approche d’un petit restaurant typique, qui vend toute sorte de snacks, des karaage au melonpan en passant par les takoyaki. Je prends pour moi les délicieuses bouchées de poulpe frit, et je commande pour Abe un énorme onigiri au thon. Ca me semblait le choix le plus pratique, parce que je ne sais pas si elle sait manier les baguettes. Je prends un takoyaki dans ma bouche avec l’aide des fines baguettes. Délicieux. La bouche pleine et peinant à articuler, j’essaie de relancer la conversation qui s’était un peu éteinte quand nous avons quitté la prairie.

‘’Ya plein de saveurs que tu dois découvrir, et qui sont bien meilleures que ce fichu tian. Tu veux goûter ?’’
##   Lun 2 Avr 2018 - 1:31

Personnage ~
► Âge : 22 bougies,
► Doubles-comptes ? : /Søren Westson
► Rencontres ♫♪ :
Abe Doe
Abe Doe
Air au pouvoir lunaire
Messages : 340
Date d'inscription : 22/03/2018
Emploi/loisirs : Projectionniste/ écriture
Humeur : Nope.

Un coup de coude dans le vent et voilà ma crédibilité morte à mes pieds, je ne peux en faire que me deuil. Taaaant pis. Au moins l se marre et moi je fais semblant de bouder de la manière la plus ridicule possible? Quand il me traite de petit joueur je ne peux m'empêcher de lui lancer un grand sourire, avec mes pupilles sans doute complètement éclaté et mes yeux vermillons/dorés .

"Je sais que tu adorerais en connaitre la couleur. Mais le petit joueur c'est encore celui qui invite . Mais c'est à charge de revanche ce coup ci, la prochaine bouffe sera à mes frais. "

Quand il me propose les hots dogs, je me dis qu'avec Erik, j'ai ma dose de saucisses, du coup je hausse les épaules pour montrer mon  manque d’intérêt. Je suis pas spécialement fan de ça perso. Mais le cliché me fait sourire.

"Nourriture local, okay, perso ça me chauffe. J'aime bien les expériences, c'est toujours riche en émotions. Parce que si la bouffe Jap' que j'ai mangé à la maison est représentative, les mecs faut rectifier le palais de tout un pays."

J'espère que ma taquinerie mesquine ne le braquera pas, même si ça à pas l'air d'être le genre du monsieur. Parce contre faut que j'arrête d'appeler le Bronx ma maison. C'est plus le cas maintenant....

Sur la route, Erik joue avec Tifa, nous paye de l'eau que je démonte comme un alcoolique après une semaine d'abstinence. On parle pas des masses sur le trajet, faut dire, dans mon état actuel, je  me perds facilement dans mes pensées. Puis Erik occupe mes pensées. Faut dire le mec se faisait abuser par sa mère, ça veut dire quoi abuser dans ce cas là exactement. Je préfère abandonner cette réflexion ici....

Dans le village, les gens s'activent, font du shopping et je suis toujours abasourdie par la jeunesse des gens de Terrae. Faudra quand même que je perce ce mystère, en plus on prêtant que la population japonaise est vieillissante... Bon pour la défense de Terrae, il finalement pas tant de nippons que ça, il y en a plus que d'autres nationalités mais moins que ce que j'aurai cru.

Le restaurant, lui constitue une découverte. Perso on me dit restaurant japonais, je pense faux bois laqué sur les mur, statues chinoises ou bouddhistes et surtout un grand panneau de verre en dessous duquel les aliments mijotent tranquillement dans la température ambiante. Non là sous mes yeux,, et dans mon nez, c'est un buffet hors de prix où des plats dont je ne conçois même les ingrédients qui parfumes l'air, les épices qui viennent enflammer légèrement les parois nasales. Quoi qu'il se passe ici, on y sers de la bonne bouffe. Erik choisit pour moi, je hausse un sourcil et décide de me fier à lui. Au pire, il invite donc je suppose qu'il s'assure d'avoir les moyens de payer. Stratégie de séduction risquée si il e est mais, quand le plat est au goût de la demoiselle, le succès et d'autant plus grand. Et le succès fut grand.

Alors que le plat m'est servi, je regarde cette boule de riz comme si elle me tendait un piège. Je lance un regard interrogatif à Erik qui lui déguste ses Tako.. yatrucs... nan trop de syllabes. Visiblement prévu pour être mangé à la main, je me saisi donc du fameux onigiri , lançant un bon apprétit, et donne un bon coup de crocs dedans. La farce, du thon est scandaleusement bonne, c'est doucement salé, ça fond sur la langue, ça goûte presque la mer. alors que Erik me propose de goûter sa brochett, je me retourne vers lui, les yeux rayonnants de bonheurs.

"Chaque saveurs en son temps, pour le moment je défracte le thon, je gouterai le calamar à une autre occasion.


C'est ce que j'ai pensé dire en tout cas mais la bouche pleine à du compliquer la réception du message, aussi j'avale ce qui m'empêche de m'exprimer et reprends.

"C'est beaucoup trop bon. Rien à voir avec le japonais qu'on trouve à New York. Putain je me suis fait escroquer pendant des années en fait. Tu cuisines toi?"

Une fois l'onigiri engouffré, c'est le terme que je me dois d'utiliser par pur déontologie, je me sens mieux. Je m'étire longuement. Digestion, ma partie favorite de la journée.

"Merci Erik. Merci pour le rencard, je passe un bon moment."

Ouais parce que désolé gros, mais l'invitation au resto te renvoit direct à la case rencard et pour un deuxième rencard c'est carrément cool, de la fume et de la bonne bouffe. Retour du toaster sur les joues, mais là pas le choix, je ne peux pas ne pas le remercier.
##   Lun 2 Avr 2018 - 4:36

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
Erik Akimaru
Erik Akimaru
Eau au pouvoir lunaire
Messages : 320
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 23
Emploi/loisirs : Servir des verres, les boire, et recommencer
Humeur : Je te déconseille de me faire chier aujourd'hui

Elle essaye de me répondre la bouche pleine, mais c’est plus ou moins incompréhensible. J’éclate de rire. Elle a l’air de se régaler, et une fois la bouche vide, elle reprend. Ouais tu t’es fait arnaquer toute ta vie, comme moi la fois où j’ai voulu bouffer mexicain, j’imagine. Quand à sa question…

‘’Malheureusement, je sais juste faire des cocktails et du café. Et quelques pâtisseries. Mais bon, ya des konbini partout, et la bouffe est pas vraiment chère, alors paf, tu sors du taf, c’est ouvert 24/7, tu te prends ton plat à emporter, et t’es bon pour la soirée. Ma cuisine me servait uniquement à tester des recettes de boissons. Je l’appelais ma "pièce réfrigérateur", parce que ça servait plus ou prou qu’à ça. Stocker de la bouffe, des boissons et faire des glaçons.’’

Si son onigiri était aussi bon que mes takoyaki, j’imagine bien qu’elle s’est régalée. Je la regarde alors qu’elle est en train de manger. Elle fait clairement pas dans la dentelle, elle croque à pleine dents dans le riz légèrement brillant, laissant couler un mince filet de sauce sur son menton. Mais elle ne semble pas le remarquer, ou alors elle s’en moque juste. Ses yeux sont un petit peu rouges, mais le doré de ses iris n’en ressort que plus. Le gloss, éliminé par le temps et le riz, est remplacé au fur et à mesure par la sauce brune et brillante. C’est la première fois depuis le début de la journée que je peux l’observer des pieds à la tête. Elle est menue, mais la robe mets magnifiquement en valeur ses formes presque hésitantes, mais pourtant présentes. Impossible de choisir un adjectif pour la qualifier. Je n’arrive pas départager mignonne et jolie. Je sens Tifa qui tire sur la jambe dans mon pantalon pour avoir mon attention, mais je n’arrive pas à la quitter des yeux. Je croise son regard une fraction de seconde, et je me sens rougir. Encore plus que d’habitude. Sûrement juste la fumette. J’ai détourné mon regard immédiatement, mais mon cœur bat la chamade pendant que je mets ce qu’ils méritent à mes takoyaki, noyant mon incertitude et essayant de refouler ces sentiments inconnus au fond de mon estomac. Quand mon repas est terminé, je remarque qu’elle a fini elle aussi. Elle a toujours la trace de sauce sur le menton.

‘’Merci Erik. Merci pour le rencard, je passe un bon moment.’’

Elle me sort ça au moment où je saisis son menton de ma main droite, alors qu’elle détourne le regard. Je la voix rougir, et au moment du contact, elle a un sursaut. J’ai sûrement rougis encore plus qu’elle. Je la fait lever la tête, et j’essuie de mon pouce la sauce qui perlait.

‘’On avait dit que c’était pas un date, Aby. Et fait gaffe un peu, tu allais tacher ta robe. Puis faut pas gaspiller.’’

Sur ces mots, je retire ma main et je lèche mon pouce plein de sauce, en la regardant dans les yeux. Ou plutôt en perdant mon regard dans le sien. Je ne sais pas ce qu’il m’arrive, je ne sais même pas pourquoi j’agis de la sorte. Alors je rougis encore plus, et je regarde mes pieds, faisant un pas en arrière.
##   Lun 2 Avr 2018 - 5:19

Personnage ~
► Âge : 22 bougies,
► Doubles-comptes ? : /Søren Westson
► Rencontres ♫♪ :
Abe Doe
Abe Doe
Air au pouvoir lunaire
Messages : 340
Date d'inscription : 22/03/2018
Emploi/loisirs : Projectionniste/ écriture
Humeur : Nope.

J'aime bien, c'est détendu, ça change de la cafét où on se regardait comme des compétiteurs et en plus la bouffe est tellement meilleur. Genre pourquoi on vire pas les cuistots de la cantine pour prendre le mec qui cuisine ce qu'on vient de manger? Ouais y a pleins de bonnes raisons à ça, je sais bien. Mais j'ai le droit de rêver merde! Je prends donc note, l'habitude alimentaire d'un jeune japonais semble donc pas si éloignée de la mienne, on mange juste pas les même trucs... Ça fait sens.

"Perso, mon frigo il me servait à garder des restes de pizzas et de chinois, les sodas et la bière n'arrivant jamais jusqu'au lieu de stockage. Une véritable zone de guerre mon ancien salon."

Qu’est-ce que..... Quoi ? Pardon? Pourquoi il me saisi le menton l'autre, c'est quoi ce regard cette attitude? Puis y a un truc qu'est pas pareil dans son regard. Merde alerte toasters de lvl 1000 déclenchez le protocole fuite du regard pour trouver une éventuelle échappatoire. Je suis quelque peu crispée et ça doit se sentir, mais le bonhomme n'en démord pas, ça fait combien de temps 2 sec 3 minutes, je ne sais pas AAAARRRG! Mon cerveau il souffre là. Puis, surprise, je sens un de ses doigts, vraisemblablement un pouce, passer sur mon menton, là je ne bouge plus, ne respire plus et ne comprends plus ce qu'il se passe mais mon attention est de nouveau potée sur Erik .

Je sais pas pourquoi, le ton de sa voix, le "Aby" qu'il prononce me mettent encore plus au bord du burn out mental. Et le sort fait à la sauce sur son doigt me laisse songeuse. Mais le truc c'est que je peux pas réfléchir alors songer....

Je pensais, il y a pas que le repas était détendu... Au bout d'un IDI (instant à durée indéterminée) Les yeux d'Erik quittent les miens pour regarder le sol alors qu'il s'éloigne un peu. Je bafouille un merci et... je sais pas trop quoi faire. Normalement, j'agis à l'instinct, mais là mon instinct il me propose rien. Normal ma survie est pas engagée, que ça soit socialement ou vitalement. Pourtant, j'ai une boule dans la gorge et l'estomac, mais pas la nausée alors c'est pas le repas. J'ai pas envie de me barrer en courant ( si un peu mais juste parce que je sais pas comment réagir) et honnêtement je passe un bon moment. Alors pourquoi j'ai la sensation qu'il y a un problème ? Je jette un œil à Tifa, qui semble vouloir attirer l'attention d'Erik, qui lui ne lui prête pour le moment aucun regard. Il est trop occupé à gérer le feu de ses joues et la complexité du motif au sol visiblement. Pourquoi il ne s'occupe pas d'elle,  c'est plus ou moins son bébé  vu l'attention qu'il lui porte d'habitude. Bon autant pas faire dans la subtilité et aller direct dans le mur ou dans la source du problème. Je reprends le pas qu'Erik avait volé auparavant et lui tire la manche pour capter son attention et son regard. D'une voix bien moins assurée et un poil inquiète que tout ce qu'il a pu entendre sortir de ma bouche jusque là franchit mes  lèvres :

"Erik, y a un problème?  Les deux femmes qui t'accompagnent ont l'air d'accord pour se dire que tu as pas l'air dans ton état normal." Dis-je en désignant Tifa de la main. " Tu te sens pas bien, tu veux rentrer?"

De toutes façons, je lâche pas sa manche temps qu'il ne m'a pas donné une réponse satisfaisante.

"Ou alors ma compagnie est si mauvaise que tu veux fuir?"
Conclus-je en tirant la langue et en risquant un petit clin d’œil mal assuré.
##   Lun 2 Avr 2018 - 19:37

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
Erik Akimaru
Erik Akimaru
Eau au pouvoir lunaire
Messages : 320
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 23
Emploi/loisirs : Servir des verres, les boire, et recommencer
Humeur : Je te déconseille de me faire chier aujourd'hui

Mon cœur bas la chamade. Pourquoi je fais ça ? Pourquoi est ce que tout ce que je fais dois être tendancieux ? C’est elle qui a encore parlé de rencard. Si elle n’avait pas prononcé ce mot j’aurais pas été autant gêné. Mon cerveau réfléchit à toute allure. Enfin aussi vite que la drogue me le permet. L’impression d’avoir deux énormes pierres chaudes sur les joues, la gorge sèche. Ce ne sont pas exactement les mêmes symptômes que d’habitude. Serais-ce de l’amour ? Ou quelque chose qui s’en rapproche ? Mon cœur s’emballe. Je n’ai jamais ressenti ça avant. Je sens Tifa qui tire sur la jambe de mon pantalon, une fois de plus. Elle ne tire pas avec insistance, il n’y a aucun danger. Elle veut juste attirer mon attention, savoir si je vais bien. Et voilà Abe qui s’y met elle aussi… Je vois ses pieds qui avancent, et je sens une pression sur mon bras. Okay, elle tire ma manche. Je ne peux pas m’empêcher de sourire à cette similitude entre elles. Pourquoi ces deux là ont décidé de s’entendre à ce point, merde. Pourquoi est ce que vous vous inquiétez à ce point ? Un jeune homme n’a pas le droit de stresser à l’idée qu’une quasi inconnue l’attire de la même manière que la lumière  attire le moustique. Pire comparaison ever. Mais la chaleur de mes joues m’empêchait de trouver autre chose. Oh si, yavait Icare et le Soleil aussi. Mais arrêtez de vous inquiéter pour moi tout le temps.

‘’Je vais très bien, ne t’inquiète pas. Et je préférerais rester discuter avec toi plutôt que rentrer. En plus il commence à pleuvoir, Aby. On dirait qu’on est coincés là, alors même si je voulais fuir, je pourrais pas.’’

Avec ma main, je prends la sienne pour l’obliger à lâcher ma manche, et je relève la tête, pour croiser son regard une nouvelle fois. Je garde sa main dans la mienne quelques secondes. Et je pose maladroitement un baiser sur son front.
##   Lun 2 Avr 2018 - 21:12

Personnage ~
► Âge : 22 bougies,
► Doubles-comptes ? : /Søren Westson
► Rencontres ♫♪ :
Abe Doe
Abe Doe
Air au pouvoir lunaire
Messages : 340
Date d'inscription : 22/03/2018
Emploi/loisirs : Projectionniste/ écriture
Humeur : Nope.

Il tourne vers Tifa et moi une mine amusée, comme quoi il a la côte au près de la gente féminine, même si celle concernée est à moitié canine, c'est un point de départ bien meilleur que d'autres je suppose. Il est toujours écarlate mais au moins il montre un peu d'expressivité.

Je lui lance un sourire un peu rougissant alors qu'il confie préféré rester discuter avec moi, même si le grand temps entrée en jeu.

" Je dois avouer que ça me soulage un peu, je passe un moment spécial dans tout les ens du terme et même temps, c'est quand même plutôt marrant parce qu'on a dû avoir l'air de deux grands tarés toute la journée et franchement, c'est rafraichissant."

C'est agréable de partager un moment comme ça, tu as l'impression d'exister pour de vrai. C'est con, mais c'est un peu comme ça que je le ressens. Je laisse couler le Aby ce coup ci, non pas que je m'y habitue mais juste je pourrais pas être plus rouge...

Ah bah si, comme quoi je devrai fermer ma gueule de temps, quand Erik se saisit de main, mon premier réflexe est d'essayer d'esquiver, sans succès, la sienne. J'ai jamais aimé être pris la main dans le sac. Ou alors ma tension est plus haute que je ne le pensais. Au bout e quelques instants, je voit son visage s'approcher du mien, et ses lèvres, douces et chaudes se posent sur mon front, à cette instant ma main libre s'est mise à jouer nerveusement avec l'extrémité de mon atebas.

Okay soyons logique un instant. C'est un signe d'affection rien de plus, ok rien de moins, mais rien de plus. C'est peut-être ce dont il a besoin un peu d'affection et de l'attention. Il a l'air d'avoir tellement l'habitude de donner sans recevoir, quelqu'un doit bien briser le cycles un jour, autre que Tifa. Rien contre toi ma belle, mais tu sais plus on est proche d'une personne, plus parfois elle passe à coté de celle qui l'aime le plus, et à ton regard, je dirai que personne ne pourra rivaliser avec toi niveau amour porté à Erik.

Je lâche mon atebas , passe mon bras libre dans le dos d'Erik, je m'empêche mentalement de piquer son portefeuille au passage pardon c'est la panique) et franchis finalement la distance qui nous sépare pour lui faire un câlin, calant ma tête contre son épaule.

"Tu as l'air troublé et tu parles peu. Tu sais, si t'as envie de parler tu peux y aller librement. Tu sais bien que je suis pas de ceux qui jugent, ou pas en mal... pas Trop ... Bon okay si complètement je sais ce que tu vas dire, mais bon tu vois où je veux en venir, si il y a un problème tu peux compter sur moi."

Je sais pas si c'est d'être blotti contre lui, mais la chaleur est agréable. Mais putain je fais quoi là, j'ai craqué?
##   Lun 2 Avr 2018 - 23:21

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
Erik Akimaru
Erik Akimaru
Eau au pouvoir lunaire
Messages : 320
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 23
Emploi/loisirs : Servir des verres, les boire, et recommencer
Humeur : Je te déconseille de me faire chier aujourd'hui

De sa main libre, elle m’enlace. J’ai faillit faire un nouveau pas en arrière. Mais son étreinte est douce, et ses paroles essayent de me rassurer. Sa tête semble peser une tonne, sur mon épaule, alors qu’elle se laisse aller contre moi. Elle est un peu rigide, mais au bout de quelques instants, je la sens se détendre. Je lâche enfin sa main, et je passe mes deux bras dans son dos, au niveau de sa taille. Et je me détends moi aussi. Je suis bien, là. Cet instant pourrait durer l’éternité que ça ne me dérangerait pas. Une douce chaleur envahit tout mon corps, progressivement. Tout mon corps se réchauffe, sauf mes joues qui refroidissent un peu. Tifa me lâche enfin, et je la vois allez s’asseoir un peu plus loin, me laissant profiter de cet instant d’intimité. Après quelques instant immobile, j’approche mon visage de son oreille pour y glisser quelques mots. Elle sent bon, malgré le mélange d’odeurs d’épices qui flottent dans l’air.

‘’Merci Abe, j’espère que tu sais que c’est réciproque, et que tu peux venir me voir à tout moment s’il y a un soucis…’’

Doucement, je fais glisser mes mains jusqu’à ses hanches, et je la fais tourner de quelques degrés, pour la cacher des yeux du vendeur. Je cherche son regard, et je le croise enfin. Elle me regarde dans les yeux, la tête droite. Avec cet aire timide et un peu moqueur, les yeux un peu levés vers le ciel. Sauf qu’entre le ciel et ses yeux, il y a moi, qui la domine d’une tête. Elle me regarde dans les yeux, l’air un peu perdue. Mon cœur loupe un battement. Elle est rouge pivoine, et se tient droite. Je la tient toujours par les hanches. Puis je me penche doucement, fermant les yeux. Mes lèvres rencontrent les siennes. Elles sont aussi douces que je me l’imaginais. Encore plus, même. J’y dépose un baiser le plus doux possible. Qu’elle ne me rend pas vraiment, alors qu’elle se raidit une fois de plus. Mais elle ne me repousse pas, alors j’en dépose un second, encore plus tendre, encore plus long. Je me laisse complètement aller, alors que nos corps se touchent. J’oublie tout. Ce qui est autour de moi. Ce qui me ronge à l’intérieur. Même ce vide, pourtant toujours présent. L’espace d’un instant, je n’entends que les gouttes qui tombent sur le toit du restaurant, l’huile de friture qui grésille, et son souffle.
##   Mar 3 Avr 2018 - 0:20

Personnage ~
► Âge : 22 bougies,
► Doubles-comptes ? : /Søren Westson
► Rencontres ♫♪ :
Abe Doe
Abe Doe
Air au pouvoir lunaire
Messages : 340
Date d'inscription : 22/03/2018
Emploi/loisirs : Projectionniste/ écriture
Humeur : Nope.

Mon étreinte semble le gèner un instant mais il se laisse finalement faire. On  a le comportement d'animaux maltraités, en d'autre circonstances, je m'en serai amusé. Là, je sais pas trop où j'en suis et très honnêtement, j'ai ni le temps ni l'envie de m'en soucier. Il fini par m'attraper par la taille. Ça y est, tout mes chemins de fuites sont bloqués mais ça ne m'alarme pas. Quelque part en fait je me sens à l'abri, ça me rappelle un peu l'impression que j'avais quand j'étais avec Danny. Il me murmure à l'oreille et à mon grand désarroi  je suis un peu déçue qu'il n'ait pas dit Aby ce coup-ci. Je sais plus ce que je veux putain.

Il déplace ses mains vers mes hanches et me fait pivoter quelque peu, alors que je cherche à capter son regard pour comprendre ce qu'il entreprend, je hausse un sourcil et souris un peu, mordillant ma lèvres parce que je suis pas 100% à mon aise.Il me surplomb complètement et là où j'aurai dû rencontrer le gris des cieux chargés de pluie, je vois le bleu saisissant de ceux d'Erik qui me captivent l'espace d'un instant, celui là même où il se penche en avant, fermant les fenêtres vers les mondes azurés infinis de ses yeux pour sentir ses lèvres, douce et chaude se presser contre les miennes.

Je crois qu'au baseball, on dirait qu'il vient de voler la première base. Quant à moi, je suis pantoise. Je ne trouve même pas le bon sens de réagir sauf mon corps qui à eu la bonne de se préparer par un bonne petite tension tout le long du corps. Bon réflexe de survie ça! Au second contact, je m'aperçois que ma main s'est accroché à son haut pour m'aider à lui rendre le baiser. Je suis pourtant sûre qu'aucun ordre de ce genre n'est partie du cerveau. En même temps depuis quelques instants le cerveau a cessé d’émettre.  Je ne sens plus mes joues, mais je ne me sens pas bien non plus, je crois que le mot qui convient est la confusion, je suis confuse. Merde, est-ce que c'est ça que je voulais? Il me semble pas.

Qu'est-ce que je veux en fait... je voulais juste que Erik ait l'air... plus serein...  Le silence devient un peu long à mon goût depuis le second baiser. Je me mords la lèvre un instant sous l'hésitation. Autant un fois de plus jouer franc jeu je suppose... de toutes façons ...

"Pour info, c'était mon premier baiser. Voilà Erik, je te connais depuis hier et tu as déjà laissé une trace impérissable dans ma vie, Tu as du talent tu sais? "

Non je ne le regarde pas dans les yeux. Oui je suis toujours accrochée à lui... Bon on va commencer par ça, je lâche donc son vêtement. Puis finalement j'ose trouver son regard. Parce qu'il va falloir qu'on prenne le temps de discuter pour de vrai là je crois.

"Dans notre situation, perso je connais deux écoles. Soit  on discute de ce que "ça" représentait pour chacun de nous ou on fait comme si de rien été..." Cette dernière option, c'est ta spécialité Abigail. " Mais pour être franche, je suis un peu... je sais pas..."

Je panique un poil là dans ma tête et me cache le visage contre Erik, Rien à battre du vendeur qui doit nous regarder en ce disant "Oh qu'ils sont mignons" Mais va te faire gars! Voyeur... J'explique. C'est mon deuxième jour ici, c'est la première fois que j'embrasse quelqu'un ,c'est la première fois que quelqu'un vient vers moi avec ce genre d'intentions, c'est mon premier ami ici, je suis perdue, loin de tout ce que je connais et... Je suis en colère, triste, heureuse, troublée... Je crois que j'ai commencé à pleurer sur Erik. J'ai commencé à pleurer? Dès que je fais se constat, je lâche Erik et tente de me détacher de lui.  Mais qu'est-ce qui va pas chez moi?

"Désolée, Je... je... ça fait aucun sens dans ma tête. Pas le baiser hein? Juste ma vie en ce moment, je comprends rien, j'aime pas ça, ça me fait peur... Je dois faire quoi Erik....?"


Ma voix, troublé par les quelques larmes qui parvienne à passer les barrières de mon mental, s'éteint dans un murmure emporté par la pluie et le bruit e cuisson.


Dernière édition par Abe Doe le Mar 3 Avr 2018 - 3:28, édité 1 fois
##   Mar 3 Avr 2018 - 1:35

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
Erik Akimaru
Erik Akimaru
Eau au pouvoir lunaire
Messages : 320
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 23
Emploi/loisirs : Servir des verres, les boire, et recommencer
Humeur : Je te déconseille de me faire chier aujourd'hui

Je la sens qui tire un peu sur ma veste pour me rapprocher d’elle, pendant qu’elle se met sur la pointe des pieds. Et alors qu’elle me rend ce deuxième baiser, je perds tout attachement avec le temps. Je ne sais plus combien de temps cela fait que je l’enlace, que nos lèvres se touchent. Puis cet instant prend fin. Un peu soudainement, sans prévenir. Mais doucement. Une sorte d’accord tacite. Elle reste accrochée à moi, alors je continue de la serrer dans mes bras. Elle fuit mon regard, mais je ne cherche pas spécialement à croiser le sien non plus, alors ça me va. Pour un premier baiser, ce n’était pas si mal. Elle est la première à briser le silence, et je l’écoute sans un mot.

‘’C’était mon premier aussi. Une fois de plus on est quitte, Aby.’’

Elle lâche mon hoody, et elle lève la tête vers moi. Son air est un peu plus grave que d’habitude, lorsqu’elle reprend la parole. Je l’écoute sans rien dire, parce que je ne sais pas quoi répondre. J’essaye de m’accrocher à son regard, pour lui faire comprendre que je sais ce qu’elle ressent, avant   de lui répondre.

‘’Moi non plus, je ne sais pas vraiment. J’admets avoir agît à l’instinct, sur ce coup. Mais j’en avais envie. Toi aus…’’

Je m’interromps alors que  ses épaules se mettent à trembler. Quelques sanglots étouffés par mon torse. Elle essaye de de dégager, en essuyant timidement ses yeux d’un revers de sa chemise à carreau, et je la laisse faire. L’espace d’un instant. Puis je me rapproche à nouveau, et je place sa joue contre mon cœur qui bat à un rythme endiablé, la prenant ensuite par les épaules, laissant couler le flot de larmes sur mon sweat. Elle m’agrippe une fois de plus par les vêtements. J’essaye de prendre une voix douce et apaisante.

‘’Aby, écoute moi. Tu n’es plus toute seule. Même si les gens ici à Terrae sont un peu chelou, ils ont tous un bon fond. Personne ne te fera de mal, je te le promets. Tu n’es plus toute seule. Plus jamais. Et puis il y a moi. Et Tifa… Alors pour l’instant, laisse toi aller. Pleurer n’a jamais tué personne. Fais juste gaffe à pas foutre du mascara partout sur mes fringues s’il te plaît.’’

On a bien passé quelques minutes comme ça. Je la laisse pleurer tout son saoul. Puis elle arrête, mais elle reste blottie contre moi. Je la repousse en poussant ses épaules, et je fléchis légèrement les genoux pour me mettre à son niveau et plonger mes yeux dans les siens. Une fois de plus, je pose un baiser sur ses lèvres. Un rapide. Fugace. De ceux qui te font sursauter. De ceux auxquels tu n’as pas le temps de répondre.

‘’La pluie s’est arrêté de tomber au moments où tu as séché tes larmes. Je crois que ça veut dire qu’il est temps de rentrer. Te reposer te ferais du bien. Une petite dose de nicotine avant ça ?’’
##   Mar 3 Avr 2018 - 4:47

Personnage ~
► Âge : 22 bougies,
► Doubles-comptes ? : /Søren Westson
► Rencontres ♫♪ :
Abe Doe
Abe Doe
Air au pouvoir lunaire
Messages : 340
Date d'inscription : 22/03/2018
Emploi/loisirs : Projectionniste/ écriture
Humeur : Nope.

Il allait dire que moi aussi j'en avais envie. Je veux pas jouer les rabats joie mais je sais pas de quoi j'ai envie maintenant. J'étais bien dans ses bras, j'en suis sortie à cause de ma panique mais au final...j'en sais rien, je suis plus bonne à rien dans cet état. Erik a dû parvenir à la même conclusion puisqu'il me tire contre lui de nouveau. Okay, stratégie du koala de la détresse, je me retrouve de nouveau serrée contre lui, l'oreille sur son cœur.

Il cherche à me rassurer, il me dit que les gens ici sont bien etc...  

"Moi les gens bien qui m'entoure ont la sale tendance à disparaitre de ma vie... Je pensais qu'avec mes frangins, ça serait pour la vie... Faut que j'arrête de penser comme un enfant"

Il va sûrement avoir envie de me poser pleins de questions sur le sujet... Mes yeux me piquent, je les frottes et me rappelle d'une triste réalité, celle dont parlait Erik. Le maquillage, ça peut couler, je dois ressembler à une caricature d'emo là. Je dois pas être jolie à regarder maintenant et pendant quelques instants cette idées me refait pleurer...Putain cerveau, relance toi pitié... j'avais pas pleuré depuis mes 13 ans, merde 8 ans de travail sur soi pour en arriver là franchement c'est pas terrible.

Mes larmes finissent par se tarir, mais mon esprit lui est toujours en proie à l'incertitude. Je devrai être entièrement en train de penser à Erik là, mais non... De suite je l’utilise, ou du moins c'est l'impression que je me laisse et ça ne plait pas. Une petite pensée pour Lys, la reine amnésique. Si je suis dans cet état là pour des conneries, j'aurai certainement pas eu la pugnacité de survivre à mon amnésie... Je me sens faible et ça me frustre. Je me sens stupide et ça me donne envie de hurler. Je.... suis sauvagement agresser par les lèvres d'Erik, qui me tire de mes pensées. Y a des gens qui ont besoin de réfléchir ici.... Merde....

Mais sa voix et son ton, bizarrement me tirent un sourire, certes léger, mais un sourire tout de même. J'acquiesce de la tête, remercie le patron des lieux pour la qualité du repas. Puis une fois Erik prêt, on entame notre retour vers l'institut, au pas sénatorial. Je m'allume une cigarette et tire longuement dessus, expirant la fumée d'un soupir. J'ai embrassé un mec... Dans les filmes, les livres et tout ça, c'est montré comme un beau moment, celui où le cœur et le corps s'emballent de concerts... C'était pas quelconque, c'était même plutôt objectivement agréable mais, si la démarche d'Erik ne m'a pas déplu, je  pense pas que j'aurai fait ça de moi-même. Ça commence à faire un moment qu'aucun mot n'a franchi mes lèvres, je crois même que j'ai oublié d'écouter Erik, j'ai peur qu'il m'ait parlé et de lui avoir mis un vent, mais honte à moi je n'avais pas une once d'attention pour la personne qui n'a pas cesser de prendre soin de moi depuis que je le connais, hier. Je suis méprisable. Je me rends compte que ma cigarette s'est quasi complétement consumée d'elle même, avec un petit juron bien senti, je la jette dans la première poubelle que je croise et m'en rallume une.

"Franchement les cigarettes qui se fument toutes seules c'est un putain de comble."

je me retourne vers Erik, à qui je n'avais pas vraiment prêté un regard depuis qu'on s'était mis en route.

"Merci de prendre soin de moi comme ça. T'es vraiment un gars en or..."


c'est pas vraiment ce que je voulais lui dire, mais c'est une préambule correcte.

"Dis, j'ai une question qui va te paraître débile mais... Comment on sait qu'on est attiré par quelqu'un? On est censé éprouver un truc en particulier? Avant je réfléchissais plutôt en termes de besoin, la bouffe l'argent tout ça, alors je me suis jamais vraiment demandé... J'ai globalement des goût d'hommes mais vu que j'étais une demoiselle mes frangins m'ont plus ou moins tenue à l'écart de leurs discussions sur ce genre de sujet. Tout ça pour dire qu'à part les réactions physiologiques du désir propre à chaque genre je sais pas trop comment ça marche... Je me suis jamais demandé quel genre de vie sentimentale je voulais tout ça... je me trouve même pas prête à me poser la question pour être parfaitement honnête. J'ai l'impression d’avoir un sévère handicap social présenté comme ça..."

Je sais pas du tout où je vis en livrant mes réflexions comme ça à Erik, mais jusque là, il a été de bon conseil, il saura peut-être m'aider, même si il est pas beaucoup plus avancé que moi sur le sujet à ce qu'il en dit. Mais mes lèvres se rappellent qu'il est plein de surprise.
##   
Contenu sponsorisé

 

Tant qu'il y a pas de Tian je devrais survivre ;w; Feat Abe caillou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cafétéria.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant