Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Aller, plus que le comptoir à nettoyer, et dodo ! Feat Ipiu
##   Sam 31 Mar 2018 - 13:51

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 242
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

Cela fait maintenant trois jours que j’ai repris du service derrière un comptoir. Je me sens dans mon élément, avec le tablier et les verres de différentes formes et tailles, les alcools de différentes teintes et de différents goûts. Il m’a fallut ces quelques jours pour me faire un peu la main sur la carte, mais dans l’ensemble les cocktails sont plutôt simples. Mais la chose la plus agréable, c’est que même si maintenant je sers autant d’hommes que de femmes, j’arrive plus ou moins à proposer la même qualité de service à tous. Je ne suis certainement pas le barman le plus loquace du Japon, mais qui sait, ça viendra peut-être. En plus l’équipe avec qui je travaille est plutôt cool, et c’est un point non négligeable, quand tu travailles avec des gens. Aujourd’hui c’est vendredi, alors il devrait y avoir un peu plus de monde, de ce que le patron m’a dit. Je pointe à 18h, une heure plus tard que d’habitude, mais je risque de finir tard dans la nuit. Ou tôt, ça dépend des points de vues.

Effectivement, il y a beaucoup plus de gens que d’habitude, ce soir. Beaucoup moins de couples, aussi. C’est surtout des étudiants qui fêtent la fin de leur première semaine de cours, et qui veulent déjà célébrer ça. Le début de soirée se passe bien, malgré le rush. Un original qui voulait un mojito sans glace et sans menthe, mais je m’exécute sans poser de question, même si je trouve que c’est un peu du gâchis. Ça se complique quand un groupe de quatre filles d’une vingtaine d’année arrive et se pose le long du comptoir. L’une d’elle, rousse, pointe du doigt le fait que je sois nouveau à ce post. Une habituée, du coup, j’imagine. Et, sans m’en dire plus, elle me demande sa boisson préférée. Je la regarde d’un air un peu ahuri, et ses trois compères pouffent de rire. Je commence à paniquer, ne sachant quoi faire. Alors j’examine un peu la cliente, espérant trouver un indice sur sa tenue, dans ses gestes. Mais rien. Je tourne le dos, et je commence à préparer un cocktail. Celui qui m’a le plus été demandé en 2 ans. Celui que je maîtrise le mieux. Un mojito. Une fois qu’il est dans le shaker, je pose un verre devant la demoiselle avec un grand sourire.

‘’Tenez. Comme je savais pas trop quoi vous servir, je vous ai préparé votre nouveau cocktail préféré. Et pour vous mesdemoiselles ?’’

Ya pas à dire, mes dernières rencontres à Terrae m’ont appris à ne plus avoir peur des filles en général. Je suis toujours pas assez à l’aise pour avoir une discussion privée ou personnelle, mais quand ça reste dans le cadre du travail je m’en sors pas trop mal. Puis j’ai l’habitude de gérer ce genre de clients un peu lourd et chiant. Visiblement j’ai visé juste avec le mojito, et c’est de la rousse que les autres filles rigolent maintenant. Un peu de tequila sur votre sel, madame ? Fier de moi, j’exécute la commande des autres filles, puis je surveille un petit peu la salle. Le bar n’est pas immense, en soit, et la commande s’effectue au comptoir, même si il y a une serveuse qui prends celles de la terrasse. Les pressions furent les stars incontestée de la soirée, et tout se passa bien, dans son ensemble. Les heures défilent tranquillement, au fur et à mesure que les verres se vident. Je me fais un petit café, histoire de rester éveillé. Puis je fais de nouveau face aux vagues de commandes qui s’enchaînent sans fin.

Les derniers clients se préparent à partir, certains tenant à peine debout. J’aide un mec un peu maigrichon à soulever son pote et à le sortir, avant qu’il vomisse sur la banquette. Puis je prépare mon sceau, un balais, une serpillière, et je commencer à nettoyer le sol. Puis je change l’eau et je prends une éponge pour nettoyer les tables. Dernière étape avant de pouvoir rentrer, le comptoir.
##   Sam 31 Mar 2018 - 19:34

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2290
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

La cloche sonne et le fauteuil roulant s’engouffre rapidement dans le bar. Elle claque la porte, dissimulant son fauteuil derrière. Ses joues sont rosies par course qu’elle vient de faire. Elle reprend doucement son souffle se retourne et tout doucement rouvre la porte. Les boucles blondes retombent à peine alors que la jeune femme glisse un regard au travers de la fine embrasure pour regarder ce qu’il se passe dans la rue.

« Faites comme si je n’étais pas là. »
lance-t-elle au serveur, barman, commis, elle n’en sait rien et ne prend même pasla peine de se retourner pour demander trop absorbée par la scène extérieure.

Sa soirée avait pourtant plutôt bien commencé, elle s’était installée à la terrasse d’un café avec un bouquin parlant de cuisine mérovingienne des plus passionnants. Elle se passionnait il est vrai de tout et le sujet était plutôt pointu, mais comme l’ouvrage était réellement bien documenté et cela avait été un plaisir de le parcourir.
Comme souvent elle n’avait pas eu à repousser les lourdes avances des mecs bourrés malgré une tenue échancrée, son fauteuil roulant l’avait fait pour elle. Les roulettes c’est tellement chouette !
Par contre elle avait attiré un autre type de mecs : les désespérés. Vous savez ceux qui il faut l’avouer pourraient être des mecs biens s’ils s’en convainquaient. Ceux qui faisaient les bons amis mais n’avaient pas assez confiance en eux pour sauter le pas. Malheureusement c’étaient aussi ceux qui ne tentaient leur chance avec elle que parce qu’ils pensaient qu’elle, elle ne pourrait pas dire non. Le pire dans cette histoire ? C’est qu’elle aurait pu les apprécier s’ils l’avaient abordée avec d’autre intentions que la peloter.

Elle n’était pas désespérée mais agacée par leur comportement. Deux hommes avaient tenté de l’aborder ce soir-là, deux hommes avaient compris que son livre était à ses yeux bien plus attirant qu’eux. Elle s’était dépêché de leur faire comprendre tout en essayant de ne pas démolir leur estime d’eux qu’elle sentait bien basse. Elle n’était pas certaine de s’y être bien prise, mais elle n’avait pas la prétention d’être parfaite.
Malgré ces interruptions la petite blonde aux yeux violets continuait à trainer dans des bars. Leur animation revigorante ne l’empêchait nullement de lire. Elle aimait cette vie et ce bruit qui loin de la déranger la faisait se sentir à l’aise. Cette ambiance lui avait manquée, elle avait pris plaisir à la redécouvrir quand elle avait à nouveau eu le courage de sortir dans ce genre d’endroits seule. L’ouvrage dévoré en compagnie de plusieurs cocktails fruités elle avait décidé de quitter l’établissement avant le dernier bus.


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Dim 1 Avr 2018 - 3:28

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 242
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

Alors que je plonge mon éponge dans le baquet pour nettoyer le comptoir, j’entends la cloche sonner. Puis la porte qui claque. Je me décale de quelques pas pour voir ce qu’il se passe. Une fille plus âgée que moi d’une demie douzaine d’année, à vue de nez. C’est compliqué à dire, parce qu’elle est en fauteuil roulant et qu’elle me tourne le dos. Je me penche par dessus le bar en lançant d’une voix la plus ferme possible un magistral :

‘’Excusez moi madame, mais nous sommes fermés.’’

Elle m’interrompt d’une voix légèrement essoufflée, me disant de faire comme si de rien n’était. Si elle m’avait fait face elle aurait remarqué le haussement de mon sourcil droit. Celui qui se soulève quand je suis surpris. Elle a entrebâillé la porte pour regarder à l’extérieur, m’ignorant totalement.

‘’Il y a un problème ? Je peux vous aider ?’’

Ma voix n’a sûrement pas atteint ses oreilles, simplement parce que je ne pense pas qu’elle ai quitté ma gorge. La panique s’est emparée de moi, parce que je suis seul dans le bar, mon chef m’a demandé de fermer la boutique seul pour la première fois. Avec la serveuse ils ont rangé la terrasse puis m’ont laissé m’occuper du reste. Je n’ai pas été préparé pour ça, et je ne sais pas du tout quoi faire. Enfin j’imagine qu’il n’y a pas de procédure typique, et que je vais devoir suivre mon instinct plus qu’autre chose. À contrecœur, je sors de derrière le comptoir pour m’approcher d’elle. Toute son attention est portée vers l’extérieur, elle ne me remarque même pas alors que je suis à moins d’un mètre derrière elle. Alors je pose une main que je ne veux ni trop ferme ni trop molle sur son épaule.

‘’Il y a un problème ? Je peux vous aider ?Vous êtes suivie ou quelque chose comme ça ? Sinon je vais devoir vous demander de sortir, nous fermons’’
##   Dim 1 Avr 2018 - 19:30

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2290
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Elle sait très bien qu'ils sont fermés, elle l’a lu sur la pancarte à l’entrée. Même si d'après elle il aurait été judicieux de rajouter au panneau indiquant la fermeture un tour de clef à la serrure. Elle ne va pas se plaindre qu’il ne l'ait pas fait, elle n’aurait pas pu rentrer dans le bar sans cela. Un débutant sans doute, elle lui accorde un regard qui confirme sa théorie.

La main du jeune homme se pose sur l'épaule de la blonde. Elle ne sursaute pas, elle n'a pas eu besoin de se retourner pour l'entendre se rapprocher.

Elle aurait préféré ne pas avoir à se justifier et qu’il se contente de la laisser observer sans lui poser de questions… Après tout elle ne faisait rien de réellement dérangeant, non ? Elle ne l'empêchait même pas de terminer de nettoyer son bar, ou plutôt le bar de son patron. Il était trop jeune arrivé pour avoir eu le temps de monter ce commerce.
Bien qu'elle ne sorte plus autant qu'avant l'accident elle avait toujours une aussi bonne mémoire visuelle. Ce bref regard lui avait permis de savoir qu'elle n'avait jamais rencontré ou du moins croisé le jeune homme à Terrae, et pourtant elle en avait croisé des élèves entre les couloirs des dortoirs, la salle commune, les assemblées, la bibliothèque et la cantine. Il n’y avait guère que les non initiés qui avaient une chance de lui avoir échappé. Il devait donc s'agir d'un nouvel arrivant à Terrae.

Elle entrouvre un peu plus la porte pour qu’il puisse lui aussi voir ce qu’il se passe.

" Vous voyez cet homme avec une casquette ? C'est le nouveau copain de ma meilleure amie. Vous voyez la blonde à son bras, ce n'est pas mon amie. J'espère me tromper mais j'ai besoin de savoir s'il la trompe ou pas. C'est une fille géniale mais trop gentille et trop crédule… Je ne peux pas le laisser abuser d'elle. Je ne vous dérangerais pas mais laissez-moi observer d'ici s'il vous plaît."

C'est peu orthodoxe que de demander cela, elle en a bien conscience. Puis elle a dit « s’il vous plait » et toute personne éduquée sait que quand on ajoute un s’il vous plait on a bien plus de chances que sa demande soit acceptée. De l'autre côté de la rue le jeune homme à la casquette a passé son bras les épaules de la blonde. Ipiu affiche un air dégoûté. Pourtant rien dans la situation ne laisse encore réellement présumer qu'il s'agisse d'autre chose que d'une étreinte amicale. Elle a besoin de plus de preuves…


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Lun 2 Avr 2018 - 2:19

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 242
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

[HRP: Jsuis un peu limité par le huit clos (à une embrasure de porte près) actuel et l'incapacité pour Erik d"être trop casse couille et d'outrepasser les règles x'D ]

J’écoute ce qu’elle a à me dire. Ça pique ma curiosité, mais sûrement pas assez pour me faire baisser les bras. Surtout qu’elle est devant la fente, et je ne me vois pas me pencher au dessus d’elle pour regarder de qui elle me parle. Après, si ce qu’elle dit est vrai elle devrait quitter les lieux dans au plus deux minutes, le temps que l’homme à la casquette et son amie blonde ai quitté son champ de vision.

‘’Soit. J’espère juste pour moi et pour votre amie qu’il ne vont pas s’installer devant la porte du bar pour faire des cochonneries.’’

Ma vie à Terrae m’a donné le goût aux potins en tout genre, alors une petite partie de moi a envie d’en savoir plus. Mais je me vois pas suivre deux inconnus dans la rue juste pour nourrir ma curiosité. Du coup je retourne à mon comptoir pour finir la dernière partie de mon ménage. Je range le matériel de nettoyage et mon tablier, puis je mets mon blouson, dans lequel sont les clés du bar. Ça m’a bien pris trois bonnes minutes, mais je m’aperçois que la femme en fauteuil est toujours là, à regarder entre la porte et le mur. Ma curiosité est définitivement piquée au vif.

‘’Du nouveau ? Parce que j’ai terminé là, j’aimerais pouvoir fermer une bonne fois pour toute.’’

Je sais pas vraiment quoi faire. J’hésite. Puis je rajoute :

‘’Au pire je peux peut-être vous aider. J’imagine qu’ils me connaissent pas, je peux aller leur demander. Ou même m’approcher un peu plus près, et plus discrètement.’’
##   Lun 2 Avr 2018 - 13:25

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2290
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

"S'il le fait je serai fixée."

En vérité cela lui faciliterait bien la vie s'il se passait quelque chose devant ce bar... Quoique cela impliquerait sans doute des conséquences qu'elle ne peut imaginer.

" Mais ce n'est pas mon ami."


De toute manière est-ce que le petit ami de votre meilleure amie peut-il être votre ami ? Est-ce que la personne qui peut le plus blesser l'une de vos personnes préférée au monde peut-être votre ami ? On ne se pause jamais la question avant d'être devant le fait accompli. On le devrait pourtant, car en couple n'est pas fait pour durer au contraire d'une amitié. Il faut savoir choisir son camp.

Il s'éloigne, range deux trois bricoles et revient près de la jeune femme qui observe toujours la rue.

"Rien il partage une cigarette avec cette meuf. Rien de super concluant. Je préférerais nettement me planter."


Dans ce genre de situation, qui ne souhaiterais pas se tromper ? Avec un peu de chance on est trop méfiant et la personne que l'on aime n'aura pas le cœur brisé.

" Leur demander ça serait un petit peu flag non? Vous ne voulez pas les observer avec moi ? En fait c'est même une super idée ! Si je les suis seule je vais me faire griller alors que si vous m'accompagnez il pensera que je sors avec un inconnu. Merci de vous être proposé !"


C'est pas tout à fait ce qu'il a proposé, mais bon, c'est ce qu'elle a voulu entendre. C'est parfois bien plus facile d'obtenir ce que l'on veut quand d'idée ne vient pas de vous. Et puis ça tombe à pic cette proposition car le couple de l'autre côté de la rue se met en mouvement.

" Dépêchons nous ils bougent !"


De l'art d'embarquer des inconnus dans ses conneries. Elle pourrait vraiment écrire ce manifeste. Le couple quitte le banc sur lequel il était installé ils n'ont que le temps de fermer le bar avant de les voir tourner au coin de la rue.

"Sinon moi c'est Ipiu, enchantée."

C'est quand même un petit peu plus classe de se présenter quand on entraîne des inconnus dans nos histoires... De classe elle ne manque que lorsqu'elle le désire. Ce qui est il faut l'avouer malheureusement trop fréquent. Elle n'en a plus rien à faire de ce que les autres peuvent penser d'elle. Elle a pris tellement cher cet hiver qu'elle a décidé de vivre comme elle l'entendait... Et pour l'instant elle compte bien suivre en toute indiscrétion le couple devant eux.

HRP : ce RP a été dicté il reste sans doute quelques coquilles. J'espère que tu as plus de matière sinon n'hésite pas à me faire rallonger mon poste ou le modifier.


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Lun 2 Avr 2018 - 22:27

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 242
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

‘’Qu’….’’

D’une main vigoureuse, elle me traîne dehors à sa suite. Je ferme la porte précipitamment, en espérant avoir tout bien rangé et nettoyé comme il faut. Un tour, puis un second, et je retire la clé de la serrure avant de la ranger dans ma poche. J’essaye de faire vite, parce que je pense que si la blonde avait eu un klaxonne sur son fauteuil pour me dire d’accélérer, tous les voisins auraient été réveillés. Elle a l’air remontée, et à la fois excitée par la filature que nous venons d’engager. Je la suivais depuis quelques mètres déjà quand elle se présente enfin.

‘’Erik, enchanté. Dites, c’est plus crédible si je pousse le fauteuil ou si je marche à côté ? J’ai aussi des cigarettes dans ma poche si jamais on doit s’arrêter à un moment.’’

Joignant le geste à la parole, je me sors une cigarette. Je l’ai bien mérité, après le long service sans pause de la soirée. Dire que je devrais juste être en route pour les dortoirs, avec pourquoi pas un petit bédo sur le chemin, avant de faire un câlin à Tifa puis de dormir. Et il a fallut que je me décide à suivre une inconnue suivant elle même deux inconnus. Quelque chose ne tourne plus très rond dans mon esprit, j’ai l’impression. Mais bizarrement, l’apparente vulnérabilité de la femme en fauteuil fait que je n’ai pas peur d’elle, parce que j’ai l’impression qu’à tout moment je peux me sortir de potentielles griffes. Mais elle a l’air plutôt sympa. Après tout, elle se préoccupe de son amie, et c’est quelque chose que je respecte. Puis j’imagine que mon idée d’aller leur demander directement aurait effectivement un peu étrange. Mais une nouvelle idée germe dans mon esprit. Complètement stupide, comme idée. Je me surprends moi même, à inventer des trucs comme ça.

‘’Sinon si à un moment on les rattrape je peux toujours me faire passer pour un bénévole qui vous accompagne et essayer de draguer l’autre dame, et savoir ainsi s’ils sont en couple. Vous en pensez quoi, m’dame Ipui ? Parce qu’à un moment s’ils rentrent dans une maison on ne pourra plus rien faire. Enfin je crois…’’

Il ne nous on toujours pas remarqué, alors que nous n’essayons pas vraiment d’être discrets. J’imagine que c’est un bon point. Il fait sombre, mais la route que nous empruntons actuellement est bordée des deux côtés par des lampadaires, donc pas d’inquiétude à avoir pour le moment. Puis je remarque un changement de comportement, alors qu’ils tournaient après une haie. Comme je ne suis pas sûr que du haut de son siège Ipiu puisse tout voir, je lui décris la scène.

‘’L’homme à la casquette vient de décrocher son téléphone, et ils se mettent à accélérer d’un coup, on continue de les suivre ?’’
##   Mar 3 Avr 2018 - 20:45

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2290
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

C'est tellement facile pour toi d'embarquer des inconnus dans tes d'aventures. Il suffit de les speeder un petit peu, quand ils n'ont pas le temps de réfléchir les gens la suivent.

" Ça ne serait pas du tout crédible. J'ai d'habitude de me débrouiller toute seule, marche plutôt à côté."


Plutôt creuver que d'être une assistée dans les gestes que tu pouvais envore faire tour seule. Dans ton idée mois l'on cherche à être discret moins l'on parait de suspect... Ça a toujours été comme ça pour toi. Espionner était facile tant que l'on ne se cachait pas.

"Par contre les cigarettes c'est pas une mauvaise idée. Enfin moi j'ai arrêté donc j'éviterai de replonger mais ça donne une contenance."


Genre le sevrage violent. Le mois dans le coma ça ne pardonne pas. Au moins tu as pu arrêter sans te prendre la tête, tu ne t'en plains pas. Vous continuez à marcher suivant le couple.
Tu es naturellement passée au tutoiement. Tu ne vas pas vouvoyer un camarade d'aventure. Déjà que de vouvoyer les gens ça te fait chier d'une manière générale. Il a eu de la chance que tu sois dans un bon jour, ou du moins pas sûre qu'il te laisse rester dans son bar si tu avais été impolie.

Tu manques de t'étouffer de rire. Un bénévole qui t'accompagne ? Rien ne serait moins crédible. Il en a d'autres comme ça. C'est juste inimaginable, même si tu acceptes de l'aide pour certaines tâches, te promener dans la rue à des heures incongrues n'en fais pas partie. Tu reprends ton calme assez rapidement.

"Et si on disait seulement qu'on venait de se rencontrer dans un bar qui a fermé avant que nous ayons fini notre discussion ? À partir de là ton plan est tout à fait intéressant, si ce n'est qu'elle ne te repoussera que s'ils sont en couple... Je ne suis pas sûre que ce soit le cas... Et si ce n'était qu'un coup d'un soir ? Ni lui ni elle ne seraient offusqués que tu la drague... "

Si c'était vraiment un coup d'un soir serait-ce pire que si il la trompait avec une seule personne ? La frivolité et la luxure sont-elles plus pardonnables que le mensonge ? Tu es bien la dernière un pouvoir en juger. C'est l'hôpital qui se fout de la charité.

"Toutes les maisons ont des fenêtres, il n'est pas rare que dans l'action les volets restent ouverts..."

S'il se doutait du grand nombre 2 personnes que tu avais fait chanter dans ta jeunesse grâce à une photo au travers de volets entrouverts... Les hommes politiques pensent prendre leurs précautions mais trop souvent ils oublient les volets... Dans le passé tu étais plus ou moins une experte de la filature.

" Si on accélère le pas ils vont se douter qu'on les suit. On garde notre rythme le plus longtemps possible."

En vrai tu hésites grave à utiliser ton portable pour les tracer... Mais ce serait peut-être un peu abusif en plus d'être intrusif non ? Même toi tu as tes limites.

" Comme ils sont tous deux élèves soit ils vont tourner à gauche en direction de l'hôtel, soit ils rentrent au dortoir et ils vont continuer tout droit..."

Tu te rends compte que tu es juste flippante ? Le couple prend la rue de gauche.

" Et merde..."
tu jures.

Tu t'en serais bien passé. Entre supposer quelque chose et le voir ce n'était pas pareil.

" Non mais peut-être que ils ont juste le dernier bus ? Il faut qu'on continue à les suivre..."

Il te faut quoi de plus ? L'avoir à califourchon sur lui ? Ma grande ils vont baiser sinon ils seraient déjà rentrés. Pourtant tu refuses encore d'y croire. Sérieusement, on t'a jamais dit que tu étais bornée ?


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Mer 4 Avr 2018 - 21:55

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 242
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

Je l’écoute démonter mes idées unes à unes. J’aurais essayé, remarque. Je connais pas ce genre de choses. Moi je me contente juste de ma petite vie, et même si j’aime beaucoup les rumeurs, je n’ai jamais pris personne en filature. En ce qui concerne Ipiu, impossible de la cerner pour le moment. Elle a un objectif en tête et elle ne fera rien qui puisse aller à l’encontre de ça. J’ai l’impression d’être avec une ancienne agent secret qui a été obligée de prendre sa retraite suite à un accident, d’où le fauteuil, et qui pour se remémorer le bon vieux temps s’amuse à suivre des couples dans la rue. Elle a vraiment l’air de savoir ce qu’elle fait. Ne pas aller trop vite, analyser les destinations possibles. Alors quand je lui dis qu’ils se mettent à accélérer soudainement, elle semble surprise un instant avant de jurer. Puis de trouver une raison plausible à ce changement de comportement.

‘’J’en sais trop rien, je me déplace à pieds tout le temps, alors je sais pas où sont les arrêts de bus. Puis s’ils se mettent à courir pour avoir le bus c’est qu’ils ont peur de le louper, alors je doute qu’on puisse les rattraper avant qu’il quitte l’arrêt. Dans tous les cas on va devoir accélérer, si vous comptez vraiment les suivre.’’

Je sais toujours pas ce que je fais avec elle. L’appel de l’aventure ? L’envie d’un peu d’action ? De briser la routine ? Je me vois mal faire demi-tour maintenant, alors autant continuer. J’essaye de ne pas perdre nos proies du regard, alors j’accélère à leur suite. Au bout de quelques mètres, la femme se retourne. Elle me voit, et tire sur la mange de l’homme, toujours au téléphone, qui se retourne à son tour. Ils échangent un mot, et s’arrêtent, me regardant. Merde. Ipiu est pas loin derrière, mais je vais sûrement me faire engueuler pour avoir ruiner "son" plan. Il faut que je gagne du temps avant qu’elle arrive. Je ralentis ma course, continuant de marcher vite, en leur faisant de grands gestes de la main. L’homme raccroche, et quand je ne suis plus qu’à quelques mètres, m’interpelle.

‘’Ya un soucis ?’’

Je fouille à dans mes poches, marmonnant un petit ‘’Merde, où est-ce que je l’ai mis.’’ et je tombe sur mon paquet de cigarettes. Sauvé.

‘’On marchait derrière vous avec mon amie, et j’ai trouvé ce paquet de cigarettes par terre. Comme je vous ai vu fumer, j’ai pensé que c’était peut-être le votre. Désolé si je vous ai fait peur. Du coup, c’est à vous ?’’

Son regard se pose sur moi, puis sur le paquet de cigarettes, alors qu’il vérifie ses poches. Et que forcement, il trouve son propre paquet, qu’il me montre, me disant que j’ai dû me tromper. J’entends Ipiu qui arrive derrière moi.

‘’Encore désolé pour le malentendu, alors. Vous allez à l’arrêt de bus vous aussi ? Je vous avoue que je suis un peu perdu.’’

Comme ça, ça ne sera pas suspect si on les suis et que c’est bel et bien leur destination. Tant pis pour la filature, on enchaîne avec le bluff et le mensonge. Je me retourne vers Ipiu, cherchant son accord d’un regard. Je suis prêt à essayer de draguer la fille, mais je préfère laisser la femme la plus concernée continuer. Surtout que de ce qu’elle me dit elle connaît l’homme.
##   Lun 9 Avr 2018 - 21:45

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2290
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

En fait c’est pas logique qu’ils aient pris cette direction pour prendre le bus, elle le sait parfaitement. L’arrêt le plus proche se trouve de l’autre côté, mais peut-être l’ont-ils simplement oublié ? C’est vrai que malgré la petite taille de la ville, il est parfois difficile d’en connaitre tous les méandres. La seule explication logique serait qu’ils se dirigent vers un hôtel, ou à la limite un particulier ? Après tout parfois certains masters font des afters chez eux… Elle réfléchit, c’est vrai qu’elle a l’habitude des filatures, bien qu’elle n’en ait plus fait de compliquées depuis longtemps… Elle aurait pu préciser qu’elle n’était pas bizarre, juste journaliste pour Terrae, mais elle devait se moquer totalement de ce qu’il pensait d’elle.

Du moment qu’il l’aid… ET MERDE ! Pense-t-elle quand elle le voit piquer un sprint. Elle lève les yeux au ciel et accélére à son tour. Elle pourrait essayer de le rattraper, mais en vrai, à quoi bon ? S’il les grillait elle n’hésiterait pas à le traiter de voleur en le rattrapant, juste histoire de se venger un peu. La jeune femme étant un tantinet rancunière. Et bien entendu il se fait griller en un demi tour de roue… Mais elle l’entend qui récupère tellement bien la situation, en vrai on en fera p’t’être quelque-chose de bien de ce petit.
Elle le rejoint pas essoufflée le moins du monde. Non, elle ne s’est réellement pas pressée.

« Euh, l’arrêt de bus le plus proche est derrière toi. »
dit la fille quand elle arrive.

Ah. Finalement non on en fera rien de ce type. Maintenant s’ils continuent à les suivre ils seront absolument grillés. Ne rien dire Ipiu, maitrise tes nerfs. Ne lui roule pas sur les pieds. Heureusement le type ne la replace pas, faut dire qu’ils n’ont pas été présentés. Elle sait toujours plus que ce qu’elle doit savoir faut croire.

« Ah ? Il y a une After ce soir ? »
elle tente, ça ne coute rien et ça peut rapporter gros.

La fille la regarde de bas en haut de haut en bas avec curiosité, est-ce qu’une handicapée peut réellement sortir dans ce genre de soirées… Le garçon lui la regarde de haut en…haut. Son regard s’arrête sur son décolleté qui s’est entrouvert de quelques boutons laissant entrevoir la courbe d’un sein. Même s’il ne trompe pas sa copine, cela ne l’empêche pas de regarder ce qu’il y a au menu, voilà une info intéressante.

« Non pas d’after, vous devriez vous dépêcher vous allez louper le dernier bus. »

Elle leur sourit, les remercie et fait demi-tour s’éloignant d’eux, répondant ainsi à la question silencieuse d’Erik. Quand ils se sont assez éloignés pour que leur conversation ne les atteigne pas.

« C’était pas mal le coup des cigarettes, bien improvisé. »

Elle arrête son fauteuil, il n’a pas le moins du monde envie de rentrer chez elle. Pas sans plus d’informations. Elle soupire.

« Je vais y retourner, j’ai besoin de preuves, j’ai peur que sinon mon amie se voile la face et refuse de me croire…. Si j’me fais griller je dirais que j’ai pas réussi à avoir le bus. Je suis quelqu’un de bizarre, je ne le nierais pas, je suis une des reporters du journal de Terrae, donc je sais faire une filature. Si ça t’intéresse j’peux te former sur le feu… »


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Mer 11 Avr 2018 - 4:45

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 242
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

Bon. Bah c’est un échec hein. Un de plus. Je sens le regard de reproche d’Ipiu peser sur mes épaules. Ils allaient pas au bus. Je sais même pas pourquoi j’ai sortit ça. Encore si j’avais été sûr que l’arrêt était par là ça aurait PEUT-ÊTRE pu passer. Mais j’en savais rien. Et je viens de tout ruiner là. Elle tente de rattraper ma boulette. Mais c’est un échec. Je vois le mec observer Ipiu avec insistance. Enfin quand je dis observer, je pense mater. Non parce que clairement là il regarde juste son décolleté. J’essaye de me mettre entre eux. Assez pour ne pas qu’il la reconnaisse, et surtout pour que son regard se fixe sur autre chose. Le respect mec. Tu l’as mangé. Bon. Au moins s’il a reconnu Ipiu il ne le montre aucunement, c’est toujours ça. En même temps si le gars il reconnaît les gens juste à une mensuration je crois qu’on peut pas lutter.

La fille nous indique la direction de l’arrêt de bus du doigt, alors je la remercie chaleureusement, en essayant de figer son image dans ma tête. Histoire de pouvoir la reconnaître malgré l’obscurité, si Ipiu décide de pas lâcher l’affaire. Ce qui semble être le cas, au discours qu’elle tient. Je m’allume une cigarette et je lui en propose d’un signe de tête, même si je m’attends à un refus, profitant de ma "chance" pour l’avoir trouvé par terre * tousse *. Son compliment sur mon improvisation avec les clopes ne la rend que plus savoureuse. Mais comme je pensais, elle est pas du genre à abandonner, la blonde. En même temps, quand t’es dans un fauteuil et que tu fais preuve d’autant de hargne et d’indépendance, t’es clairement pas du genre à abandonner. Sinon ça part sur un suicide, la perte de l’envie de tout. De vivre. C’est plutôt commun, au Japon. La fierté avant tout. Être dépendant d’une autre personne n’est pas dans les mœurs, ici. Elle m’explique aussi qu’elle est reporter pour le journal de Terrae. Ça explique son expérience de la filature et ce qu’elle disait tout à l’heure à propos des volets entrouverts. C’est presque aussi cool qu’agent secret, le permis de tuer en moins. En plus, elle me propose une petite formation accélérée et gratuite. J’ai pas vraiment de raison de refuser. Puis ça a l’air marrant.

‘’Merci pour le compliment, et désolé pour le bus, j’ai pas réussi à garder mon calme, j’avais peur qu’il te reconnaisse et que ça soit gênant pour la suite. Sinon, si la formation est gratuite j’suis partant. Puis ça reste plus logique qu’on soit deux à avoir loupé le bus, au pire on dira que tu m’as proposé de m’héberger pour la nuit. Boss.’’

J’ai prononcé le dernier mot en signe de soumission. Enfin. Pour signifier que je suis prêt à faire ce qu’elle me dit. C’est elle la pro, pas moi. On attend quelques instants, histoire qu’ils prennent un peu d’avance. Puis on se remet en marche. Le bus passe devant nous, mais on l’ignore. Il avait l’air bondé, de toute façon. Puis je suis même pas sûr de sa destination, alors je prendrais pas le risque de monter dedans. On reste à distance respectable, et j’essaye de briser un peu la glace, comme ya pas grand-chose de plus à faire.

‘’Du coup, vous êtes juste reporter ? Ou vous faites autre chose ? Puis vous êtes à Terrae depuis combien de temps ? Vous avez des pouvoirs ?’’

Je m’attends pas forcément à une réponse, mais on sait jamais. Après tout, si je dois la suivre toute la nuit, autant la connaître un peu mieux.
##   Mer 11 Avr 2018 - 20:34

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2290
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Elle en fera peut-être un reporter en fin de compte ? Ou peut-être pas, en tous les cas il n’a pas la réaction censée et mature de la traiter de folle et de courir prévenir les deux autres qu’ils ont une psychopathe au cul. Il n’a même pas la présence d’esprit de décliner l’offre. Décidément Ipiu attire les cassos… Aaron… Bito… Akira… Ys… Ils rentrent tous dans ses combines, faut vraiment croire qu’ils ont un grain… ou alors elle a un super pouvoir ? Qu’importe, Erik vient de se joindre à la bande des débiles qui suivent les plans foireux de Piu. Ce petit va mal finir, c’est moi qui vous l’dit.

Il semble agréablement surpris de sa remarque et lui explique ce qui lui a fait perdre ses moyens. Elle sourit, évidemment il ne savait pas qu’elle trouverait un moyen de retomber sur ses pates.

« Il ne me connait pas, mon amie m’a juste montrer des photos de lui et dans le doute où elle ait fait pareil avec lui j’ai détourné son attention… D’ailleurs, j’peux me défendre seule. »

Genre elle avait pas beaucoup apprécié le côté paternaliste du je m’interpose au cas où, bien qu’elle ait maintenant saisi qu’il cherchait plus à la dissimuler qu’autre chose… Mais sur le moment elle avait eu cette désagréable sensation d’être considérée comme une faible chose à défendre et ça lui avait un peu filé la nausée (et une grosse envie de lui rouler sur les pieds). Le fait qu’il la nomme maintenant boss n’excusait qu’en partie ses actes.

« Et je suis pas master, ça j’pense que c’est trop gros pour être crédible si on doit dire quoi que ce soit on dit qu’on cherche un bar où attendre le lever du jour… Ca ou un love hôtel… Première leçon, si tu ne connais pas ton terrain ne prétend pas le contraire. Allez suis-moi ! »

Je sais pas si vous avez essayé de baiser dans les dortoirs des novices, mais fallait bien que Terrae ait un love hôtel sinon certains auraient souffert de manque… Enfin là n’est pas la question.

« Si tu veux j’dois avoir un CV en ligne, il répondra à ton interrogatoire policier… »
le charrie-t-elle alors qu’elle lui fait faire un détour pour retrouver la route du couple.

« Et toi Erik tu n’es qu'un barman ? »

Comme si une personne pouvait se résumer à son travail. Elle était bibliothécaire, reporter, journaliste, rédactrice, sœur, amie, ennemie, voisine, pied à selfie, non-fumeuse, paraplégique, complexe s’il en est, et elle avait la flemme de présenter correctement. Ipiu, reporter. C’était bien assez.

Elle s’arrête avant de sortir d’une petite rue, elle se penche en avant et recule ensuite.

« Ils sont là, à vingt mètre, juste en face de l’entrée du love hôtel… »

Sérieusement les japonais ont des idées géniales. Qui aurait pensé à créer un hôtel pour baiser. Qui d’autre ?


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Jeu 12 Avr 2018 - 1:37

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 242
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

Apparemment, elle a pas apprécié mon geste soit disant inutile pour la couvrir du regard du type à la casquette.

‘’C’était pas vous que j’essayais de protéger, mais votre amie. Si le mec est bien en train de la tromper et qu’il vous avait reconnu vous n’auriez eu aucune preuve. Alors je la connais pas, mais personne ne mérite ce traitement.’’

La dernière phrase je la prononce avec un petit sourire triste sur les lèvres. Papa est mort en allant voir sa maîtresse. Et depuis ce jour là maman n’a plus jamais été la même. Elle enchaîne sur mon idée d’excuse. Et elle a raison, ne pas parler de ce que l’on ne sait pas. Le bluff, c’est censé être une ultime porte de sortie.

‘’Effectivement, c’est logique. Par contre, les bars doivent tous être fermés, j’ai étudié un peu la concurrence donc je peux l’affirmer. Mais merci du conseil, j’imagine que ça s’applique dans d’autres domaines que celui ci.’’

Par contre, elle a l’air carrément pas décidée à me filer des infos sur elle. Je sais pas si c’est un truc lié à son métier, le secret, tout ça, mais sa blague a le mérite de me faire rire. Puis moi, barman ? C’est un peu réducteur, madame.

‘’Je suis barista, je fais aussi un excellent café Puis je passe le plus clair de mon temps à jouer avec ma chienne ou à lire.’’

Elle a pas l’air décidée à parler du tout, alors autant combler le silence un petit peu. Puis si elle voulait que je me taise elle n’a qu’à le dire. Pile au moment où je pense ça, elle me fait signe de m’arrêter. Les lumières roses criardes confirment ce qu’elle dit. On approche d’un love hôtel. Et apparemment eux aussi. Je me penche en avant, juste à temps pour les observer entrer à l’intérieur du bâtiment. Je regarde Ipiu, et je me dirige à mon tour vers l’hôtel. Par la fenêtre devant laquelle je passe, je les vois à peine s’arrêter devant la réceptionniste, récupérant juste une clef en la saluant.

‘’Mauvaise nouvelle. Ils ont déjà la clé, ça va être compliqué de savoir dans quelle chambre ils sont. Et vu le temps qu’ils ont mis, soit c’est des habitués, soit le coup de fil de tout à l’heure cachait autre chose et y a une secte sataniste à Terrae qui se regroupe dans cet hôtel. Ça ferait un bon scoop nan ?’’

Puis je me dirige vers la porte, la tenant pour la blonde et la laissant passer devant, en espérant qu’elle s’occupe de la parlote cette fois ci.

‘’Montrez moi comment on fait, je vous avoue que là je suis en terre inconnue.’’
##   Lun 16 Avr 2018 - 22:38

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2290
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Peut-être qu’on n’a pas la même définition d’un bar : pour moi tout ce qui sert de l’alcool à un comptoir est un bar, donc par extension les boites de nuit restent des bars. Franchement, j’ai pas envie de me lancer dans ce genre de débats philosophiques à cette heure. Surtout que j’me fous de la conclusion, ici on peut passer la nuit même en ayant loupé le dernier bus… Même si en vrai on en a pour une petite vingtaine de minutes à rentrer à pied. Peut-être plus quand on se presse pas, mais osef. Ce sont juste des excuses lambdas. J’peux en sortir beaucoup en un laps de temps très court. Le but d’une excuse lambda : c’est que ce ne soit pas un mensonge. On doit s’y tenir si besoin.

« Oh toi on va s’entendre. »

Le café c’est la vie les amis. A certaines périodes j’en bois environ trois litres par jour. Très mauvaise habitude je le conçois… Par contre quand il parle de sa chienne, il parle bien d’un animal ? Quoi que, il parlerait de sa gonze que ça me choquerait pas plus. Si c’est ok entre eux, qu’est-ce que j’y peux ? Bon, j’vote pour l’animal, les poils sur le bas de son pantalon ça trompe pas.

« Si tu me donnes ta date de naissance, j’pourrais te faire une carte de bibliothèque temporaire, t’auras qu’à la prendre en passant… Hum tu parles quoi comme langue ? »

Je retire la puce traductrice pour l’entendre me répondre. Japonais. Facile.

« T’as de la chance, on a pas mal de bouquins dans ta langue. »

Ouai, parce qu’on va pas se mentir, quand tu parles tamoul c’est un peu plus hard ici… Enfin, j’ai p’t’être deux exemplaires de contes mais c’tout quoi.

« J’suis bibliothécaire à mes heures perdues. Hésites pas à passer un jour, et si tu restes assez longtemps quand tu auras ton affinité j’te ferais une carte définitive, au début tu ne pourras pas emprunter les livres plus de 3 jours. »

Non parce que les livres qui reviennent pas quand les gens se cassent c’est chiant. Voilà.

« La seule secte sataniste à ma connaissance ici c’est les adorateurs de Blobby, mais ils se réunissent plus souvent chez les masters que dans des hôtels. »

En souvenir du bon vieux temps où je faisais croire à tous les noobs que c’était Blobby la source de leur pouvoir et non Hideko. C’était drôle quand même. Jusqu’à ce que la directrice me tombe dessus… Et si on revenait à nos moutons ? Facile quand on voit les deux autres rentrer dans le love hôtel. J'sors mon portable, je zoome, l'image est plutôt floue mais si on se rapproche on se fera griller.

« Toutes les chambres ont une fenêtre sur cette rue, observes-juste. »

De l’autre côté du bâtiment ce sont des commerces. C’est une petite ville Terrae.

« Là ! »
je lui indique une lumière qui vient de s’allumer au troisième étage.

Ce n’est pas la première qui s’allume depuis que le couple est entré, mais c’est la seule qui correspond au temps qu’il leur fallait pour l’atteindre. Oui je connais de mémoire le temps qu’il faut pour rejoindre chaque étage de cet hôtel. Fut un temps où j’étais cliente régulière, et j’l’assume plutôt bien.

« Allez viens j’t’invite ! »

Franchement, niveau subtilité j’sais mieux faire. On entre dans le love hôtel, on se dirige vers une borne électronique pour choisir notre chambre. LOL. Si on m’avait dit… Donc troisième étage, sur la gauche quatrième fenêtre… Non, j’arrive plus à me souvenir, j’pense pas y être allée… Ou alors j’étais trop défoncée. Ceci expliquant cela. Je choisi la suite « 7e ciel, en route pour les étoiles » qui semble se situer au troisième étage elle aussi.

« Let’s go ! »


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Mar 17 Avr 2018 - 16:29

Personnage ~
► Âge : 22
► Doubles-comptes ? : Elana Robin
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 242
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 22
Emploi/loisirs : Barman/Sortir Tifa/Fumer à l'occasion
Humeur : :D ♥

Parler de café a réveillé une lueur singulière dans ses yeux. Et délié sa langue. Je ne peux pas m’empêcher de sourire.

‘’J’y suis déjà passé, à la bibliothèque. Comme j’ai pas de chambre à moi je peux pas stocker mes livres, alors je me contente de ça. Et j’ai déjà une carte, c’est Selvi-Senpai qui me l’a faite. Elle m’a pas parlé de carte temporaire par contre. Et de un mois d’emprunt. Mais elle était très gentille. Oh, et je suis Japonais. Mais je parle aussi anglais.’’

Par contre, alors que je me dirige vers la porte et que je l’ouvre, elle me fait signe de reculer. Je la rejoins alors qu’elle sort son téléphone.

‘’Blobby ? Qu’est ce que c’…’’

Je n’ai pas le temps de finir ma question qu’elle pointe une fenêtre de l’hôtel du doigt. Effectivement, la lumière est allumée. Et elle s’est allumée tout récemment à en croire sa réaction. Elle les tient. Et elle m’entraîne à sa suite dans l’hôtel. Je m’y étais préparé, mais les mots qu’elle emploie me font rougir malgré moi. 3e étage. "7e ciel, en route pour les étoiles". Ça sera notre chambre. NOTRE. Chambre. Dans un love hôtel. Mon cerveau sait pas du tout ce que je fais là. Je sais pas du tout ce que je fais là. J’ai jamais mis les pieds dans un endroit comme ça. Heureusement que c’est elle qui s’occupe de tout. Let’s go, comme tu dis. Je me dirige donc vers les escaliers. Sans doute parce que je suis pas fan des ascenseurs. Et je me fige d’un coup. Le con. Je me retourne vers la femme en fauteuil. Ipiu. Faut que j’arrête de l’appeler comme ça, même dans ma tête. Bref. Je me retourne vers Ipiu, un sourire d’excuse sur les lèvres, et elle appuie sur le bouton. Quelques secondes plus tard, les portes s’ouvrent et on pénètre à l’intérieur. On va arrêter d’utiliser ce verbe aussi, hein. Non parce que sinon je vais vraiment être gêné. J’appuie sur le bouton pour le 3e étage. Et je profite du fait que personne ne puisse nous entendre ici pour poser une question. LA question.

‘’On fait quoi maintenant ? On va dans notre chambre ? On va frapper à leur porte ? On attend un peu pour les prendre en plein acte ?’’

J’ai laissé traîner mon pied. Et quand la porte s’ouvre, elle roule dessus. Je retiens un juron. Plusieurs même. Heureusement qu’elle est pas très lourde. Je peux pas m’empêcher de faire une blague un peu déplacée. Juste pour faire passer la pilule.

‘’Plutôt étrange ça, comme foreplay. Le BDSM c’est pas vraiment mon kiff’’

Et je sors à sa suite.
##   
Contenu sponsorisé

 

Aller, plus que le comptoir à nettoyer, et dodo ! Feat Ipiu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bar.
Aller à la page : 1, 2  Suivant