Partagez
Héros malgré elle <3
##   Mar 1 Mai 2018 - 21:26

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Messages : 2654
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Si se retrouver au centre de l'arène ne fut pas le moment dont rêver Ys, malheureusement pour lui, cette histoire de Mastérisation ne s'arrêta pas là. Etant donné qu'il avait été choisis par Ipiu, il se devait maintenant de la guider jusqu'au bout. Quel cadeau! Et allez, on retourne sous les projecteurs!! 
Bon, il exagère peut être un peu. Cependant cette expérience lui aura permis de découvrir une facette d'Ipiu que jusqu'ici lui avait été inconnu. Et ce ne fut pas déplaisant. Et dire qu'il pensait n'avoir aucun point commun avec cette fille. C'est incroyable comme il suffit de bousculer les choses pour les découvrir. Et même si elle ne l'accepte pas, ou du moins toujours difficilement, Ipiu mérite largement sa place parmi les Masters. Elle a tout ce dont Terrae a besoin. 
Et elle fera une parfaite gardienne. 

Au départ l'idée d'Aaron et d'Hideko fut complètement folle. Mais en fin de compte, comme tous les autres Masters, Ys approuva cette Mastérisation. Après quelques temps, histoire de se remettre de ses émotions, l'heure était venue pour elle de franchir un cap et d'affronter ce qui autrefois l'avait amené jusqu'à Terrae: le Vide. 
Passant le seuil de la porte, le premier arrivé, et bientôt suivis des autres Masters, Ys se tenait au centre de la pièce de la salle des Masters. Plutôt dans la journée, Hideko lui avait part du roulement en lui offrant une petite fiole. Il l'a reconnut d'ailleurs très vite. Dégeu en bouche!
Mais il devait encore appeler la future Master jusqu'à eux. Pourvu que cette fois, elle ne vienne pas costumée. 

Dans un silence de concentration, le Master ferma les yeux. Ce fut comme traverser les murs épais. Glisser sur l'air. Traverser les temps. Et avec légèreté et clairvoyance, sa voix parvint jusqu'à Ipiu. Depuis leur combat, cette dernière s'était liée à lui par son affinité. Tout ce dont il avait ressenti, c'était comme si elle ne l'avait jamais quitté. Et retrouver un chemin jusqu'à elle fut relativement plus simple. Maintenant qu'elle avait reçu l'Appel, ils leurs restaient plus qu'à attendre sa venue. 
Allez viens Ipiu. Maintenant tu ne peux plus fuir.


Héros malgré elle <3 Fc156311
Merci à Elfie:
 
A toi aussi PiuPiu :p:
 
Thanks Nico!!:
 
##   Mer 2 Mai 2018 - 22:29

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Messages : 2953
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Quand j’suis rentrée de l’hôpital j’étais genre une loque. Mais genre bien comme il faut. Certes j’respirais plus librement après l’intervention d’Aoï, j’le nierais pas. Elle a réussi à faire partir la douleur dans mon thorax en un coup de baguette magique… Et j’parle pas de mon muscle, elle a été fabulous. Jusqu’à ce qu’elle suggère l’idée que je puisse rester passer la nuit à l’hôpital juste au cas où… Là c’était pas possible. J’voulais mon lit. Ma couette. Ma tranquillité. J’suis rentrée dans ma chambre, j’ai vu que Nath m’avait envoyé un message où il me félicitait, il me disait de bien me reposer et de l’appeler si j’avais besoin d’aide. J’ai souris, c’est l’seul à qui j’ai répondu merci ce soir-là. J’me suis couchée et j’me suis réveillée un jour plus tard. Littéralement. C’est l’moment où j’me suis dis que je puais et que j’devrais peut-être prendre une douche, ce que j’ai fait, mais après j’étais tellement out que j’suis retourner dormir. A mon deuxième réveil j’ai mangé. Puis j’ai dormi encore. Pendant genre trois jours ? Après ça allait un peu mieux, mais j’ai décidé de continuer à faire la morte dans ma chambre, juste parce que merde j’supporte pas qu’on me regarde comme ça dans les couloirs. Genre « oh elle va nous quitter. » MAIS VOS GUEULES JE SUIS ENCORE ICI. VOUS AUREZ JAMAIS MA CHAMBRE. JAMAIS. Samer. Puis j’suis encore fatiguée alors même si j’me réveille plus j’continue à faire de longues siestes.
‘fin ça c’est jusqu’au moment où Ys apparait dans un de mes rêves et m’demande de venir au tableau. C’est genre super dérangeant vous voyez ? J’vérifie quand même par acquis de conscience que j’porte des vêtements et qu’il y a personne dans la classe qui se fout de ma gueule. Aoi est au premier rang à côté d’Ashton, par contre Mitsu et Aaron sont au dernier en train de foutre la merde… Huo il a trop la bonne place contre la fenêtre, genre il regarde dehors et il se fait pas capter par Ys. Ys qui m’engueule parce que j’viens pas assez vite au tableau. Ce rêve est vraiment chelou, genre beaucoup. Ys prof. Lol.
J’me réveille en sursaut, genre la grosse trouille et tout. Il gueulait de plus en plus fort, à tâtons j’allume la lumière, le rêve de guedin ! Ah ? Mais pourquoi Ys il gueule encore dans ma tête ? Mais samer ! J’ai rien bu en plus, c’est quoi l’délire. Ça fait mal en plus. Vraiment. J’suis trop au radar, j’mets un moment à sortir de mon lit et à me mettre sur mon fauteuil. Un moment aussi à comprendre ce que je suis en train de faire. J’suis juste en train de sortir de ma chambre en chemise de nuit comme ça pépouze. Non pas que ça me gêne mais j’ai déjà vu trois personnes esquisser un sourire en voyant les licornes sur fond rose de ma tenue du soir. Jugez tant que vous voulez, elle est super confortable et trop classieuse.
A moins que ce soit mes cheveux pas coiffés qui les fasse rire. Bah quoi ? T’as quelque-chose contre ma bouffa ? Mais merde quoi, ouai j’ai des boucles, et ouai j’ai pas mis d’après shampoing quand j’les ai lavés parce que j’étais trop claquée pour ne serait-ce que l’envisager ? Ahahah. Putain les nœuds que j’vais avoir. Le dégout. J’comprends enfin quand j’arrive devant la salle des master. Ah. Ok. D’accord. Je dois toquer ? Bah j’suppose. On m’ouvre.

« Salut, j’suis à l’heure ce coup-ci ? »



Héros malgré elle <3 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Mer 2 Mai 2018 - 22:55

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Messages : 2654
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

On est toujours en train de l'attendre cette nana. On n'a jamais vu une fille se faire autant désirer. Et après elle se permet de demander à ne pas être comparé à une sorte d'héros? MAIS BORDEL! Elle est le personnage principale de cette histoire alors si, elle se la raconte. 
Ys est tendu. Master récemment, il lui revenait de devoir à son tour passer le flambeau et sérieux... CETTE PRESSION!! 
En plus Ipiu est toujours en retard. Il aurait du peut être insister plus lourdement sur cet Appel. Genre s'il sort son téléphone là pour l'appeler, ça passe mal? Non y a trop de regards échangés, il se fera prendre la main dans le sac. 

Finalement ce fut après plusieurs minutes (pas des heures? C'est sûr?) qu'une tête blonde entra enfin. Du moins, quelqu'un lui ouvra. Si Ys était inquiet de la voir débarquer avec une tenue de SuperGirl, sa déception fut d'autant plus grande lorsqu'il découvrit celle ci dans une tenue... Bah en pyjama quoi! Et on en parle de la coiffure? 
Exaspéré, Ys se passe une main sur le visage. Non mais c'est pas possible, elle le fait exprès!! Va garder ton sérieux après ça. Bon ok, prends une bouffée d'air tout ira bien. S'approchant de la jeune femme, Ys lui adressa un large sourire.

"Bonjour ma chère. J'espère que tu t'es reposée car vois tu, ce n'est pas finis pour toi."

Tu vas payer! Ouais c'est bien ce qu'il aurait aimé lui faire savoir. Petite vengeance pour cette galère et parce qu'une fois Master, tu pourras plus faire autant de conneries. Enfin du moins, pas publiquement. 
D'un raclement de la gorge, Ys reprit cette fois plus sérieusement. Il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'une Mastérisation. Un peu de tenue. 

"Ipiu, si tu es ici aujourd'hui, c'est que tu as remporté ton défis et que tu as prouvé ton véritable potentiel. Ceci dit, il te reste encore une dernière étape que seul toi peut réussir. Et seule."

Sortant de sa poche la fiole... euh... Elle est où?? Ah si, c'est bon, c'était l'autre poche. Lolol! Moment gênant. Bref, on reprend malgré le teint légèrement rouge de honte. 
Dévoilant au creux de sa main cette petite fiole en question, il reprit:

"Ton arrivée à Terrae fut provoquée par l'apparition d'un Vide. Désormais, tu vas devoir combattre ce Vide. Tu seras plongé dans un profond sommeil et nous ne pourrons intervenir pour t'aider. Tu seras seule face à ton passé, qui tu es, tes peurs comme tes joies."

Ouais et pour sûr, tu vas en baver. Ys pouvait encore se souvenir de cette épreuve, et c'était nettement plus drôle dans l'arène avec Aaron. Et connaissant une part de cette femme, il se doutait bien que cette dernière n'allait pas faire de beaux rêves. Oh moins, elle a déjà la tenue, c'est bien. 


"Si tu as des questions Ipiu, c'est maintenant ou jamais...." Se penchant légèrement vers elle, il lui chuchota: "C'est la première fois que je dis ça mais avales vite."

Lui lançant un clin d'oeil, le Master se redressa et reprit à haute voix, le ton plus sérieux. Jusqu'ici c'est drôle, mais il en vient la véritable question. Celle dont tout le monde avait voté pour cette Mastérisation. Celle dont Ipiu n'avait jamais désirer répondre. 

"Ipiu, souhaites-tu protéger Terrae? De la chérir, de te battre pour elle et te guider les prochains terriens?"

Ancrant son regard dans le sien, Ys attendit sa réponse. Cette fois on ne rigole plus. Il n'est plus question de costume, de marrade. Cette fois, on passe aux choses sérieuses. C'est ici que la décision se prend et lorsqu'elle a choisis, lorsqu'elle se sentira prête à devenir Master, elle pourra alors prendre cette fiole et débutait ce long chemin à travers les abîmes.


Héros malgré elle <3 Fc156311
Merci à Elfie:
 
A toi aussi PiuPiu :p:
 
Thanks Nico!!:
 
##   Mer 2 Mai 2018 - 23:38

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Messages : 2953
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Reposée ça j’le suis, t’inquiètes. J’ai rechargé mes batteries. J’aurais continué si… OMG. Arrêtes de penser à Ys devant un tableau, sinon tu vas te mettre à rire, personne va comprendre et tu vas juste être creepy. Merci de garder ton calme moi. J’peux pas m’empêcher de sourire, mais ça en reste là. Ouf. Merci moi. Une dernière étape ? Tant qu’il me demande pas de monter des escaliers ça peut le faire. Il va pas me demander de monter des escaliers hein ? NON ? Si ? Tu fais pas ça Ys. Steuplait. Soit pas con. J’suis une gentille tu vois. Me donne pas un autre défis à la con.
Il cherche un truc dans sa poche, le trouve pas. Non mais mec c’est juste pas l’moment de te chercher une clope. Genre j’suis un peu en stress et pas spécialement ravie d’être là en chemise de nuit. Alors j’te promets que si tu t’en grilles une je te la fais exploser dans le bec. Ah, non, il finit par trouver une petite fiole au contenu bizarre. Ah. Si ça y est. Je replace, j’en ai entendu parler, ‘fin pas vraiment. Plus des rumeurs, c’est genre secret parait. Genre. Ok.
Je savais bien qu’ils refourguaient de la drogue à Terrae. J’le savais bien. Il me conseille d’avaler ça rapidement. Mais MEC. NON. Me dis pas ça. JAMAIS. Genre. C’est tellement à sortir de son contexte. Des questions j’en ai genre BEAUCOUP.

« Il y a quoi dans cette mixture ? De la drogue ? Non, parce que j’étais limite à un moment, si j’pouvais éviter de replonger j’le vivrais plutôt bien. »

C’est une vraie question, ne croyez pas. J’ai un corps qui ne m’appartient plus vraiment, c’est déjà pénible, mais j’veux pas plonger dans la drogue. Vraiment. Mon esprit j’le chéri, alors je ne veux pas. Je ne tolèrerais pas de me perdre. Puis vient la question, la question qu’ils se posent tous. Je le sais, je le lis dans leurs visages.

« Ce que je souhaite est-il important ? Les souhaits ne se réalisent pas toujours, et ce que vous nommez Terrae n’est pas nécessairement le même écho dans mon cœur que dans le vôtre. Si je protège Terrae, ce sera l’idée que je m’en fais, non la vôtre. Souvent je m’opposerais à vous, nous le savons tous, et ce non pas car je la chéris moins que vous, mais parce que je l’aime différente. Ici j’ai eu une chance de me rencontrer et si j’en ai les capacités je me battrais jusqu’au bout de mes forces pour que tous aient la chance de pouvoir faire de même ici. »

Je souris en me rappelant la souffrance que cela avait été au début d’avoir à me rencontrer. Aujourd’hui c’est bien plus facile. Je souris, car j’ai pris ma décision. Aussi dure soit-elle. Si l’enfant que j’ai porté est encore en vie, je l’abandonnerais à nouveau s’il le faut. Ce qui se passe ici, la chance qui est offerte au monde est plus importante que ma culpabilité. Pauvre enfant. Si tu vis encore quelque-part, je te promets de venir te chercher.



Héros malgré elle <3 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Jeu 3 Mai 2018 - 0:16

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Messages : 2654
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ys lève les yeux quand Ipiu pose sa question. Bon en vérité, ça va. Il s'attendait à ce qu'elle pose quarante questions histoire d'emmerder son monde. Sérieusement, si elle s'était amusée à faire ça, Ys aurait tourner des talons genre "Bon courage avec les gars!". Et hop on retourne à ses préoccupations. 
Mais non. Elle s'abstient mais sa question est d'autant plus tordues. Le pire c'est qu'elle est sérieuse. Ys lève son regard sur les autres Masters qui tous se regardent entre eux. Non les gars, répondez pas. Ce n'est qu'Ipiu. Elle s'en rendra compte toute quand elle aura avaler la fiole. Manquerait plus qu'elle s'étouffe avec lol.... NON T’ÉTOUFFES PAS AVEC PUTAIN!!
D'une mine blasée, Ys préfère ne pas lui répondre. Oui c'est pas pro mais les mots lui manquent ok?!

Finalement elle finira par répondre. Elle doit sentir trop de pressions sur elle. On attend beaucoup du prochain Master, surtout qu'il puisse s'agir d'une ancienne espionne. Mais ici, tout le monde lui fait confiance. Et parce qu'elle ne mâche pas ses mots, qu'elle ne jouera pas un rôle, elle leur offre enfin une réponse. C'est silencieux après ça. Mais au final, c'est pas mal. A vrai dire, il s'en doutait déjà de sa réponse. Elle lui avait clairement savoir, et surtout, ressentis. Un sourire naquit sur ses lèvres et le Tonnerre se rapprocha de nouveau vers elle.

"Surtout Ipiu, ne te perds pas en chemin."

Fit-il tout en lui tendant la fiole. Parce que cette épreuve là, elle sera seule face à son destin. A sa futur elle. Son avenir ici et surtout ce qu'elle apportera à sa manière. 
Les autres Masters lui laisseront le temps qu'il faudra pour franchir cette étape. La suite viendra où ils devront lier leur énergie pour maintenir l'esprit et le corps de la jeune femme. 
Et surtout, reviens vite SuperGirl.


Héros malgré elle <3 Fc156311
Merci à Elfie:
 
A toi aussi PiuPiu :p:
 
Thanks Nico!!:
 
##   Jeu 3 Mai 2018 - 0:47

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Messages : 2953
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Il ne répond pas à ma question. JE VOUS JURE QUE SI JE PLONGE DANS LA DROGUE APRES CA VOUS LE REGRETTEREZ. J’me saisi de la petite fiole et j’l’avale d’un trait. Rapidement je me sens emportée dans les bras de Morphée. Je sombre.

Les dunes semblent se mouvoir devant le ventre arrondi de la future mère, elle regarde son petit garçon jouer. Son enfant à naitre serait-il aussi merveilleux que celui qu’elle voyait grandir chaque jour. Elle en est persuadée, elle sourit posant une main au niveau de son nombril.

« Ça va maman ? »
s’écrie Tjay se précipitant vers la femme aux yeux violets qui vient de tomber à genoux.

Elle lui sourit encore, il ne faut pas qu’il s’inquiète, il n’y a rien d’anormal.

« Ta sœur arrive, vas prévenir ton père. »

Elle se relève, le sourire tendu par la douleur d’une contraction. Elle regarde l’enfant qui s’éloigne, elle marche difficilement vers la maison de sa voisine. C’est elle qui l’accouchera car malgré les protestations de son mari elle ne souhaite pas se rendre dans un hôpital. Elle veut accoucher parmi les siens, il la respecte trop pour lui ôter ce choix. Il connait les risques, mais devant cette femme aux yeux violets il est faible.
Quand ils arrivent le travail est déjà terminé et les deux femmes vont bien, car c’est une enfant que leur amour leur offre. Une enfant à la peau claire et aux yeux immensément violets comme ceux de sa mère.

« Je vous présente Toumaï. »

Toumaï, espoir de vie en langue goro. Toumaï est enfin arrivée, ils n’y croyaient plus. Après la naissance de leur ainé, combien d’enfants s’étaient échappés de ce ventre sans apprendre à respirer ? Il ne la contredira pas, il accepte le choix de son aimée et commence à aimer l’enfant qui ne tarde pas à l’appeler papa.

« Aïe ! »


La petite se retourne avec un regard sévère pour son frère à la peau multicolore. Il lui a fait mal en tirant sur ses cheveux pour les tresser.

« Non regarde on fait pas comme ça je te montre encore, tu peux pas être mon prince charmant si tu ne sais pas faire une tresse ! »

Le garçon se reprend, comme tout le monde dans cette demeure, il ne peut rien lui refuser. Quand deux jolies nattes tombent sur ses épaules elle lui sourit satisfaite. Ce soir elle fête son anniversaire avec sa maman et lui. Son papa ne rentre qu’en fin de semaine. Elle a voulu attendre pour les cadeaux et le gâteau, mais son frère n’a pas eu la patience d’attendre pour lui offrir le sien. Le petit garçon lui a construit un château de carton, de bois et de papier. Elle était la plus heureuse des princesse quand elle le découvrit, et c’est derrières ces remparts imaginaires qu’elle se cacha avec lui quand dans la nuit les coups de feu retentirent dans la rue.
Papa rentra plus vite que prévu, cette fois-ci il ne laissa pas le choix à maman, cette fois-ci il fallait partir. Il fallait abandonner le château, pour sauver la famille. Toumaï ne protesta pas même quand on lui dit qu’elle ne pouvait pas amener un jouet, elle n’était pas de ces enfants à alourdir la peine de ses parents… Et la peine elle la voyait dans le regard améthyste de sa mère, dans ses yeux rougis qu’elle ne laissait pas pleurer devant ses enfants. Quitter son pays c’était lui arracher une partie d’elle-même.

Le pays de papa était chaud puis très froid, quand ils arrivèrent Tjay et Toumaï avaient du mal à y respirer, l’air y semblait dénué de tout vent. Ils découvrirent Philipe leur grand-père, papa leur en avait parlé mais ils n’avaient jamais fait le voyage pour rencontrer ce charmant vieil homme. Ils furent tous entassé dans son appartement, le temps de trouver mieux, les enfants avaient la chambre d’amis, les parents le clic-clac du salon. Papi essayait de s’occuper d’eux comme il pouvait, mais les mômes étaient encore terrifiés. Leurs parents les avaient cachés de la guerre le plus longtemps possible, mais cette nuit où des coups avaient plu sur la porte et où maman leur avait fait promettre de ne pas descendre était resté marquée dans leurs esprits. Peu à peu pourtant il les apprivoisa et ils purent découvrir la douceur qui avait permis à leur père de devenir l’homme solaire qu’il était.
Papa trouva un travail, il ne cherchait plus les choses, il les apprenait à des plus jeunes. Maman eut plus de mal à apprivoiser ce nouvel environnement, elle se levait encore trop souvent les yeux rougis, et même si elle leur souriait encore Toumaï avait compris. Cette nuit là ils avaient cassé le cœur de maman. Ils ? Elle ne savaient pas qui s’étaient, des hommes ? Des femmes ? Des monstres ? Ils étaient entrés, et ils avaient fait mal à maman. Tjay lui disait que maintenant elle n’avait plus rien à craindre, papa et papi aussi. Maman elle n’en parlait pas. Elle ne trouvait pas les mots.
Les années passèrent et la peur s’étiola, ils avaient une grande maison avec un petit jardin. L’amour avait fini par avoir raison de la souffrance, la joie illuminait le nouveau château. Tout le reste n’étant plus qu’un mauvais souvenir.

« Toum tu m’écoutes ? »

Non elle ne t’écoute pas, elle perdue dans la lecture d’un livre.

« Ohé Toum !!! T’as dormi cette nuit au moins ? »

Qu’il est ennuyeux ! Elle lui lance le mettre regard outragé que quand elle était petite, il ne voit pas qu’il la dérange ? Elle repose ses orbes sur les lignes de mots. Un pont de diamant s’étend d’un bout à l’autre d’un fleuve immense, c’est magnifique, elle voit l’éclat du soleil s’y briser en milliers d’arcs en ciels. Tjay attrape son livre et le lui arrache des mains.

« Toum tu vas arrêter tes sottises oui ? On passe à table !
- MAIS LAISSES MOI FINIR MON CHAPITRE !
- Non ça fait cinq minutes que maman t’appelle. Viens maintenant.
- MA PAGE AU MOINS ! »


Il part emportant le livre sous son bras. La petite princesse sans royaume est bien obligée de le suivre en rouspétant. Papa se retient de rire, il aime l’idée que sa fille lise à en perdre la notion du temps. Maman elle n’est pas si tendre, elle essaie d’éduquer sa fille comme il se doit et faire attendre tout le monde ce n’est pas respectueux. Elle sert les assiettes sans une remarque, ce qui fait de suite passer l’envie de râler de l’adolescente. Maman est en colère, elle a déçu maman. Ces deux constats lui font bien plus mal que de grandes remontrances.

C’est ainsi que la petite devint forte portée par l’amour de sa famille elle n’avait jamais plus eu rien à craindre. C’est ainsi que malgré sa petite taille elle ne se laissa jamais écraser. On lui devait le respect comme elle le devait aux autres. Toumaï était une petite terreur à couettes.

« Les sixièmes c’est par là. »

Elle assena un regard noir au garçon qui venait de lui faire cette remarque, regard suivi d’un grand sourire ô combien hypocrite.

« En effet, tu t’es perdu ? Tu veux de l’aide ? »

Ne pas perdre son calme, elle avait conscience de paraitre plus jeune que son âge, elle venait de changer d’école car son père avait trouvé un poste mieux rémunéré dans la fac d’une autre ville. Son nouvel établissement couvrait collège et lycée et ce n’était pas la première fois qu’on lui faisait ce genre de remarques. Elle passera son bac cette année. Elle n’obtiendra pas de mention spéciale si ce n’est celle d’avoir pleuré pendant la moitié des épreuves, papi est mort et ça fait comme une tâche dans son cœur.

La vie reprend, la fac, les copains, l’amour, les déceptions, le travail, l’amour toujours plus grand. Celui des livres toujours. Toumaï se perds dans ces univers parallèles et c’est avec joie qu’elle les raconte maintenant d’une jolie voix l’histoire d’une petite princesse sans royaume au bidon qui pousse en elle porteuse d’espoir. Il rentre, ils se projettent dans un an, dix ans, trente ans. Les dunes semblent se mouvoir devant le ventre arrondi de la future mère, battues par les embruns de la marée, si différentes de celle de son pays natal. Les éclats de vagues lèchent ses orteils alors que le vent soulève ses cheveux, son aimé la rejoint. Il l’accompagne à l’hôpital quand l’eau vient à verser, ils sont deux personnes quand ils y rentrent, ils sont trois quand ils en ressortent. Elle a le teint fatigué, mais ses améthystes ont gagné en douceur. Il pose sa main entre ses omoplates l’accompagnant vers cette nouvelle vie. Les biberons toutes la nuit, la crainte de mal faire, les cris, les pleurs. La voilà usée, la voilà qui pleure exténuée de n’avoir pu trouver le sommeil depuis trop longtemps. Voilà Toumaï qui appelle maman au secours, maman qui trouve les mots pour lui donner du courage, maman qui arrange tout avec sa bonne humeur. Maman cette super-héroïne au visage mangé par les rides. Maman qui ne sait plus toujours ce qu’elle vient de faire mais raconte encore son enfance comme si c’était hier.
Eryn grandit, Eryn ne connaitra pas la peur. Elle ne connait que l’amour d’une famille, que les histoires d’un pays lointain où elle sait que sa mère est née. Celles de grand-maman sont les plus belles, celles qui parlent des marchands de sels.


J’ouvre les yeux, les dunes sont encore là et la douceur reste. Une vie. C’est cela que vient de m’offrir ce rêve. Ma vie. Pas parfaite, mais remplie d’amour, avec ses hauts et ses bas, mais toujours avec la certitude d'être aimée. Mes parents. J’ai rencontré mes parents. C’était... Doux. Tellement paisible. Je regarde autour de moi, prenant conscience du lieu où je me trouve. Je devrais trouver un truc intelligent à dire. Juste pour marquer le coup.

« C’est de la bonne votre truc. »



Héros malgré elle <3 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Jeu 3 Mai 2018 - 22:16

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Messages : 2654
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Lorsque la jeune femme avala le contenant de la fiole, elle fut instantanément plongée dans un coma. Et aussitôt le sommeil commençait, tous les Masters se mirent en cercle et placèrent leur énergie autour de son corps. Ce dernier se souleva dans les airs, laissant des brises s'évader, des lumières réfléchissantes. 
C'est éprouvant en soit. Et spectaculaire. Ys ne quittait pas du regard le visage d'Ipiu, se concentrant autant qu'il le pouvait. Il ne fallait pas lâcher malgré la difficulté de cet effort. Ca paraissait être une éternité ce qui semblait surement n'être qu'un rêve pour la jeune femme. D'ailleurs, le Tonnerre se demandait bien que pouvait être ce rêve. Souffrait-elle? Riait-elle? 
Il s'agit d'affronter son Vide sur cette dernière étape. Comment pouvait on bien le vivre?!

Finalement, comme un Appel, par instinct les Masters surent que ce fut la fin. Le corps planait toujours, mais peu à peu, il descendit doucement pour retrouver le contact avec son fauteuil. Il fallait être prudent et tenir jusqu'au bout. Il ne faudrait pas qu'Ipiu ne se casse autre chose que les jambes. Mauvais!
Cette lumière intense s'atténua et laissa alors le silence envahir la pièce. Pendant plusieurs secondes, les Masters retinrent leurs souffles. Il fallait attendre que la Tonnerre se réveille par elle même, qu'elle prouve qu'elle ait réussis ce test. Il faut absolument qu'elle se réveille. Se tenant en face d'elle, Ys ne la quitta pas du regard. Allez ouvres les yeux!

Finalement ce fut un soulagement quand Ipiu se réveilla. Un soulagement rapidement remplacé par de le désespoir. Cette fille est irrécupérable. Elle a toujours le hic pour retourner une situation dramatique en comédie grotesque. Au moins elle semble bien aller. 

"Tss! Bien. Heureux de savoir que ça t'es plus."

Droguée! Se redressant, Ys fit un pas en avant en direction de la future Master. Maintenant qu'elle avait réussi à combattre son Vide, il fallait désormais qu'elle dévoile son potentiel. La nature de sa Greffe. 

"Hé, Ipiu? Maintenant, dis moi ce que tu pense de ça!!"

Et sans lui laisser le temps de répondre, le garçon l'attaqua. Il projeta dans sa direction une sphère électrique suffisamment puissante pour blesser. Il n'avait pas le choix, c'était là la pratique et la tradition. Plains toi aux ancêtres si ça te plait pas!


Héros malgré elle <3 Fc156311
Merci à Elfie:
 
A toi aussi PiuPiu :p:
 
Thanks Nico!!:
 
##   Ven 4 Mai 2018 - 16:16

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Messages : 2953
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Donc j’avais raison, c’est bien de la drogue, putain si j’suis en manque derrière j’le joue comment ? Sérieux ? Non, mais ils font chier. En plus j’ai demandé quoi, ils auraient pu gentiment m’répondre que oui et on aurait pu chercher gentiment une autre solution ensemble. Et au pire vous auriez arrêté avec vos conneries de vouloir me passer master… OH. WAIT ? NON. SI ? NON ? J’suis différente ? Me faudrait un miroir et éventuellement un endroit ressemblant à une arène mais sans spectateur pour vérifi cette… OMFG. C’EST WHAT ?

Une sphère électrique plutôt semblable à celles qui nous ont maravé la gueule dans l’arène fonce sur moi, OMG CA VA FAIRE MAL. OMG CA VA TOUT FAIRE PETER. OMG JE CROIS PAS EN DIEU FAUT QUE J’ARRETE DE JURER. J’ai pas vraiment le temps de réfléchir, mais j’arrive à ne pas suivre mon instinct. Mon instinct serait de dresser un bouclier neutre devant moi et de la regarder perdre en puissance en le traversant. Perdre en puissance et dissiper sa puissance sous forme d’énergie dans la salle. SAMER. Je vais juste mourir, leur petit truc là c’était juste pour m’filer un dernier kiff avant de m’atomiser. PUTAIN.
En un instant j’arrive à m’accrocher à l’énergie d’Ys, en un instant je comprends que j’peux l’éteindre. Pas la faire exploser, pas la dévier comme j’ai l’habitude de faire, juste l’éteindre. Depuis quand j’ai assez de puissance pour ça moi ? DEPUIS QUAND ? La sphère disparait mais la colère continue de grandir en moi.

« NON MAIS C’EST QUOI TON PROBLEME PUTAIN ? C’EST QUOI VOTRE PROBLEME A TOUS ? GENRE C’EST NORMAL ? GENRE MAIS MERDE A LA FIN ! VOUS POUVEZ PAS ARRETER DE VOUS COMPORTER COMME DES PSYCHOPATHES UN JOUR ? »

Non parce que là j’vois bien dans leurs regards qu’ils s’y attendaient tous. TOUS SAUF MOI. C’est quoi leur délire ? Genre on bizute le dernier venu pour lui faire capter sa place dans la hiérarchie ? C’est habituel ? NON MAIS MERDE. C’est quoi ces pratiques genre barbares, genre complètement débiles… GENRE. J’sens l’truc qui remonte le long de ma colonne vertébrale, le truc qui explose en moi, qui sort de moi, un flash lumineux et aveuglant. WHAT THE ? La lumière disparait, ils me regardent tous comme s’ils attendaient quelque-chose, j’les regarde tous avec l’envie de les décalquer un par un. J’sens qu’ils attendent que quelque-chose se passe mais rien n’arrive.

« Oh r’gardez l’imprimante s’est remise à fonctionner, c’est ouf ça fait une semaine qu’on arrivait plus à la démarrer ! »


Ah pour le coup ouai elle fonctionne, même quelle fait tomber plein de papier sur le sol tellement elle fonctionne. MAIS J’EN AI RIEN A FAIRE ? C’est tellement random ce genre de phrases, ça vient foutre quoi là ? Peu à peu d’autres réflexions sans plus de sens se font attendre « oh regarde le tableau d’affichage est plus dégueux » « HAN LE DOSSIER DE MA CHAISE EST REPARE. » ça c’était plutôt un cri d’extase. MAIS WUT. J'en ai vraiment rien à taper que la peinture soit plus fissurée. C’est encore du bizutage ? Genre maintenant ils remarquent juste au moment où on vient d’me balancer une boule d’électricité dans la gueule que tout a été réparé dans leur putain de salle des masters, genre c’est une blague. Genre ils me bizutent réellement. Et puis merde. J’me tire de là.

« Quand vous arrêterez vos conneries, vous savez où m’trouver. »



Héros malgré elle <3 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Ven 4 Mai 2018 - 21:45

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Messages : 2654
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

C'est la coutume. C'est pas fairplay. Ys est d'accord. Mais c'est la manière de procéder pour connaitre la nature de sa Greffe. C'est vrai, ils devraient peut être revoir leur technique. Ca éviterait de mauvaise surprise. 
Et tandis qu'Ys s'applique à perdurer ces vieilles méthodes, Ipiu réagit. Enfin elle réagit... Du moins, un bouclier s'active pour elle. Il ne renvoi pas l'attaque, ou le détruit violemment. Il l'éteint. C'était comme apaiser la puissance de cette énergie. La rendre docile pour la suite, la rendre pacifiste. Perplexe, Ys observe la jeune femme. Il tente de déceler la nature de ce pouvoir. Il s'agit uniquement de protéger son acteur? C'est un peu simpliste comme Greffe... 
Mais voilà que des exclamations s'élèvent. Relevant le regard sur les personnes en question et le miracle qui se produite, le Master reporta alors son attention sur la jeune femme qui tournait des  talons euh des roues tout en râlant.

"On la laisse vraiment partir?"

Oh et puis si. Elle finira bien par se calmer toute seule. De toute manière, vue la tête qu'elle se paye, elle allait surement se recoucher. lol
De toute manière, maintenant qu'elle avait rejoint les rangs, elle finirait par comprendre la raison de cette attaque. Et dire qu'elle ne se rend pas compte de son potentielle... Finalement, elle n'est pas si rusée que ça. 
Transformer une énergie agressive en une énergie de la résurrection. C'est drôle, mais en soit, c'est assez familière de la nouvelle Master. Cette Greffe lui correspond plutôt bien. Un fin sourire se dessina sur les lèvres du Tonnerre alors qu'à son tour, il quitta les lieux, plongeant ses mains dans les poches. Bientôt, les autres Masters quitteront les lieux, retournant à leurs occupations. 
Ils avaient une nouvelle Master à leurs côtés. Et quelle Greffe! C'est un signe de paix. Du moins, c'est ainsi que le perçut le Tonnerre. 


Vivement qu'ils se recroisent. Ils auront surement pas mal de choses à se dire. Et surtout, maintenant qu'elle était une superbe Master, elle devrait par la suite se rendre utile à Terrae. Et si travailler avec elle en tant qu'espion pourrait lui plaire? Oh si, ça va la lui plaire. Du moins, son esprit de contradiction...


Héros malgré elle <3 Fc156311
Merci à Elfie:
 
A toi aussi PiuPiu :p:
 
Thanks Nico!!:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Héros malgré elle <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Salle des Masters.