Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Parce que les charges contraires s'attirent toujours (PV Mitsu)
##   Dim 6 Mai 2018 - 20:31

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2300
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

La réponse d'Ys n'est pas exactement celle que j'attendais. Mon coeur se resserre un peu alors qu'il reprend la parole.

"C'est déjà fait..." Alors pourquoi tu es parti ? Je ne comprends plus rien. Je ne comprends véritablement rien à cette situation. Il faudrait qu'on parle. Il faut qu'on en parle. Il faut que les mots sortent, que les explications fusent. On en a besoin, sinon on tourne en rond. Mais c'est difficile. Je ne peux pas m'ouvrir plus. J'avance d'un pas mais il recule de deux. Je suis perdue. Je ne sais plus ce que je peux dire. J'appréhende chacune de ses réactions.

Il me répond qu'il va rentrer. Qu'il va m'aider à aller mieux. Il ne comprend pas que je n'ai pas besoin d'aide pour aller mieux. La seule chose qu'il me faut c'est lui. S'il est là, ça ira mieux. Ca ira forcément mieux. S'il est là, s'il est là parce qu'il veut être avec moi, ça ira mieux. Je n'ai besoin de rien d'autre. S'il rentre pour me "surveiller" ça ne servira à rien. Ca sera juste pire que ça l'est déjà. J'ai juste besoin de savoir que mon amour est partagé. Non ; j'ai juste besoin de sentir qu'il est partagé.

Ys sort une nouvelle cigarette de son paquet et mon regard se voile un instant. Il ne me comprend plus, mais je ne le comprends plus non plus. Je ne sais plus ce que je dois dire, je ne sais plus ce que je dois faire. J'ai fait tout ce qui était en mon pouvoir. Qu'est-ce que je peux bien faire de plus, hein ? Je ne vois plus. Il est hermétique à chacun de mes mots. Est-ce que c'est vraiment fini ? Est-ce qu'on s'est trop déchiré pour espérer retrouver ce qu'on avait autrefois ?

Ma vue se brouille, encore. J'essuie mes larmes d'un revers de la main rapide et relève le regard vers Ys. Un petit sourire, que j'espère sincère, étire mes lèvres. J'essaie de ne pas craquer mais c'est difficile. Je dois faire cet effort-là. Je dois essayer de briser ce malaise. Je prendrais sur moi. Tant pis.

-Ca me va. On fait comme ça.


Je m'en contenterai. Même si tu ne me touches plus. Même si je croise un regard remplis de reproches chaque jour. Je peux l'endurer. Je crois que je peux l'endurer. Oui, je suis capable de le faire. Il faut que j'y arrive. Il le faut. Parce que dans le fond, quelque part, j'ai encore l'espoir que tout n'est pas terminé. Dans le fond, je crois encore que tout pourra s'arranger et que nous redeviendrons ce que nous avons été par le passé.

-Comment tu vas, toi, dis-moi ? Tu t'es remis rapidement de ton combat contre Ipiu ? Je n'arrive pas à croire qu'elle soit enfin passée Master... Ton défi était bien trouvé. C'était un beau combat. Vraiment, c'était une belle masterisation. Tu as été impressionnant sur le terrain.




##   Dim 6 Mai 2018 - 21:26

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2236
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Elle lui sourit. Elle lui sourit. C'est d'autant plus frustrant. Tout ce qu'il aimerait c'est pouvoir la prendre dans ses bras, la couvrir de ses baisers, lui souffler des "je t'aime". Il aimerait tant pouvoir agir sans réfléchir, se laisser guider par son instinct comme il le fait si bien. 
Mais il ne doit pas... 
Il doit à tout prix garder cette distance pour garder la tête sur les épaules. Ils doivent retrouver un équilibre dans cette relation, sur un pied d'égalité. Que l'un n'écrase pas plus l'autre. Et surtout, que ces paroles ne soient pas simplement du "vent". Il l'a entendu, il l'a écouté. Mais il aimerait croire que la jeune femme s'ouvre à lui seulement pas parce qu'elle craint son départ. 
Ce n'est pas comme ça que ça marche. On ne retient pas les gens avec de belles paroles. C'est trop tôt, c'est trop... irréel. 

Elle ne touche pas à son mojito. Ys y jette un oeil puis il le reporte sur la Master. Cette dernière accepte cette condition. Condition. C'est terrible d'en arriver là. Peut être que par la suite, ils se retrouveront. Ils finiront par y arriver. Le lendemain est toujours meilleur que le précédent. Il le faut. 
Tirant quelques bouffés blanches sur sa cigarette, de son autre main posée sur la table, son majeur et son index frappent nerveusement le bois. Il devrait peut être utiliser des cristaux lui aussi, histoire de calmer cette nervosité. Ses prunelles flamboyantes cherchent de quoi évader son esprit. Penser à autre chose pour calmer. Mais ce fut la voix de la jeune femme qui le rappela à l'ordre. Ah. On en vient. On parle de banalité. C'est pas plus mal en soit. Repartir sur de bonnes bases. De toute manière le Master n'envisageait pas une conversation approfondie avec elle d'aussitôt et encore moins dans un tel endroit. 
Alors oui, ce n'est pas plus mal. Jouons le jeu.

"Merci? Mais on verra si Ipiu finit par s'y faire à l'idée. Du moins, à sa manière."

Est ce qu'il devrait lui dire: "oui je t'ai vu dans les estrades" ? Non, bien sûr que non. Parce que même s'il l'avait aperçut, il avait préféré l'ignorer. C'était bien plus simple étant donné qu'il ne désirait pas se retrouver au devant de la scène. Et puis il fallait qu'il garde toute sa concentration pour la future Master. 
Un blanc s'installe. Il ne faut pas de blanc. Il faut qu'il soit plus fort encore, pour eux deux, pour leur avenir. De ce fait, le Master se ré avance sur sa chaise, et reprit avec un ton de voix plus amical.

"Et tes journées, tu faisait quoi? Parce qu'on ne te voyait plus aux réunions..."

Et parce que c'était une excuse pour la voir. Même si ce n'était pas pour lui parler, au moins, elle était là. Sa présence suffisait. Mais depuis un moment, il n'y avait plus de Mitsuki. Juste une chaise vide que le jeune homme fixé de longues minutes avant que la réunion commence. 
De ce fait, il avait plus de mal de garder un oeil sur elle. Et encore, heureusement que Joyce lui apportait des nouvelles. C'est minable.


##   Dim 6 Mai 2018 - 22:07

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2300
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

La conversation redevient normale. Je fais beaucoup d'efforts pour empêcher mon sourire de trembler. Je dois rester bien. Je dois rester bien, pour lui. Et profiter de ces retrouvailles, quand bien même elles sont si... étranges. Je ne m'y attendais pas. Je n'avais pas vraiment envisagé de le revoir, je pensais que tout était terminé. Et finalement, on est là, tous les deux, assis à la terrasse d'un bar. A parler comme si de rien n'était.

A parler comme si on était de simples amis.

C'est difficile à accepter. C'est difficile de se faire à l'idée. Tout se bouscule encore dans mon esprit. Je l'entends me dire qu'il m'aime, qu'il m'aimera toujours. Je sens ses lèvres sur ma peau, ses lèvres qui me dévorent. Je le sens aller trop loin, perdre la raison. Je me sens paniquer, ne plus savoir quoi penser : est-ce qu'il m'aime vraiment ? Est-ce qu'il m'aime ou est-ce qu'il ne veut que mon corps ? Et là, soudainement, plus rien. Je ne suis plus avec mon petit-ami. Je suis avec mon... ami.

Est-ce qu'au moins je lui ai manqué ? Est-ce qu'il a ressenti un vide, lui aussi ? Comment a-t-il vécu cette période ? Où vivait-il ? J'avais entendu dire qu'il était retourné aux dortoirs. Mon coeur se serre un instant. Ce n'est qu'une rumeur, mais parfois, les rumeurs sont vraies, non...?

Je penche légèrement la tête sur le côté, gardant mon sourire qui se fige par moment. Non, il doit rester naturel. Mon sourire doit rester naturel, sincère. Je peux le faire.

-Je suis sûre qu'elle s'y fera. Elle avait déjà la mentalité d'une Master depuis bien longtemps. Elle a toujours cherché à protéger les autres. A protéger les habitants de Terrae. Ce qu'il lui faut, c'est juste un peu de temps pour s'habituer au statut en tant que tel...


Je souris doucement, baisse les yeux sur mon verre. Je tourne la paille à l'intérieur, joue avec les glaçons qui commencent à fondre. La question d'Ys me fait légèrement trembler et je ramène ma main pour la glisser entre mes cuisses. Je relève le regard vers lui, essaie de paraître détendue. Sa voix a changé, un peu. Mais la question me bouscule et me prend de court. Je n'arrive pas à me réjouir suffisamment du ton de sa voix pour oublier cette douleur.

- Ah ! Ah, oui. Oui, j'ai été pas mal occupée à l'atelier ces derniers temps. J'ai terminé un paquet de créations que je n'avais pas eu le temps de faire avant.

C'était aussi plus facile à faire avec l'aide des cristaux. Sans ça, je ne sais pas si je réussirai à me motiver demain, et surtout, si je serai aussi productive que je l'ai été ces dernières semaines.

- Ca m'a fait du bien de rebidouiller un peu. Ca faisait longtemps, et j'avais besoin de ça je crois. Je me suis surtout concentrée sur mes projets persos. Je reprendrai mes travaux sur l'amélioration du système de sécurité plus tard.


En attendant, j'ai besoin de me focaliser sur moi. De ne pas foncer la tête la première dans quelque chose qui me rappelle mes échecs. Je dois juste essayer d'aller bien. C'est déjà bien, hein ? Essayer d'aller bien.

- Et toi, tu as eu des missions récemment ? Ca se passe toujours aussi bien ?


Parler de tout et de rien. Ce que c'est douloureux, là, tout de suite, maintenant.






Dernière édition par Mitsuki Hojitake le Dim 6 Mai 2018 - 22:55, édité 1 fois
##   Dim 6 Mai 2018 - 22:40

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2236
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Tant bien que mal, il soutient son regard. Il ne faut pas perdre la face et rester humble. Même si parfois, il parait plus froid. Et malgré tout, il garde un oeil observateur. 
Mitsuki a ce mimique de toujours pencher la tête sur le côté. C'est une vieille habitude. A cet instant, il prend le temps de détailler son visage sans plus vraiment écouter. Oui Ipiu s'y fera malgré son esprit de contradiction, parce qu'effectivement, elle a l'étoffe d'un bon Master. C'est juste un titre qui la dérange. Ca prendra le temps qu'il faudra. 
Mais le Tonnerre s'en moque. Son esprit est ailleurs. Il l'observe. Si les cristaux lui ont donné un comportement différent, son visage, lui, n'a pas changé. Il est toujours doux, encadré de longues mèches blanches. Et ses yeux en amandes... 
Le garçon se perd dans sa contemplation quand la jeune femme reprit de nouveau. Clignant des yeux comme pour retrouver ses esprits, il la quitte du regard pour fixer son verre. Et dire qu'ili buvait pour apaiser cette douleur constante dans la poitrine... 

Finalement il apprend que la Master a repris ses anciennes activités. Elle s'applique là où elle voyait un échec. Il est bien conscient qu'il l'avait quitté à un moment critique. Mitsu s'était énormément remise en cause concernant la sécurité de Terrae. Même ça, c'est affligeant. Elle se remet trop souvent en cause, elle ne prend pas suffisamment de risque pour se souvenir qu'elle est vivante. Ou bien est ce lui l’inconscient? S'il n'avait pas pris ce risque, s'il avait réfléchis et peser le pour et le contre ce jour sur la plage, ils ne seraient surement pas là à se parler comme de simples étrangers. Prendre des nouvelles comme de vieux amis... 

"C'est bien. Tu voudras bien me montrer ce que tu as fabriqué?"

Reprit il en relevant son regard sur elle. C'est parfait qu'elle se soit remise à sa passion. Il le fallait. C'était elle, son identité à travers ces petits robots, parfois foireux, parfois incroyables. C'est ainsi qu'il l'aime. En revanche, il ne lui dira pas de suite qu'il prépare de son côté des améliorations au combat. Il se souvenait parfaitement de leur conversation, et il ne voudrait pas qu'il est un frein ce soir. 
Portant son verre de nouveau aux lèvres, ses gestes sont plus détendus. Mais il ne cherche pas à écraser son espace, ni le temps qui lui faudra. Son temps... Il lui donnera le sien ainsi que tout son être. Pour que ce sourire sur son visage ne soit plus aussi crispé. 

"Je n'en ai plus aucune."

Et c'est dur. Parce qu'il n'a plus rien, plus aucune mission qu'il tourne en rond toute la journée à la recherche d'une occupation. La musique même avec Joyce n'est plus suffisante. Et ça tourne inlassablement. A la recherche de son visage, de sa voix.

"Je m'occupe d'entraîner une Initiée Tonnerre aussi. Et Joyce souhaite reformer un groupe."

Et c'est tout. Et c'est pas assez. Mais ça, il ne peut pas lui dire, pas maintenant, pas comme ça. Pas après ces efforts malgré ce naturel absurde.
Écrasant son mégot dans le cendrier, ses yeux se relevèrent sur elle. Il fixe quelques secondes par méprise ses lèvres. Il est si proche d'elle et à la fois si loin. Son attention se reporte sur la foule malgré lui. 

"Mitsuki?"

Il se retourne vers la jeune femme. Il plante son regard dans le sien, il lui tend sa main. Il hésite mais il ne peut pas rester ici avec elle. Il faut quitter cet endroit bruyant pour lui parler. Lui dire la vérité. Lui dire ce qu'il a été réel ces dernières semaines. 

"Mitsuki, on rentre. Donnes moi ta main."


##   Dim 6 Mai 2018 - 23:23

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2300
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

C'est bien. Oui, c'est bien. Ca m'a fait du bien. J'avais besoin de ça, je pense. Après je ne vais pas mentir, j'ai bien triché. Si je n'avais pas utilisé la magie contenue dans les cristaux, j'aurais continué à pleurer comme une moins que rien pendant des semaines encore. Je prends à témoin Alice, Selvi, Joyce ou encore Aaron... Hahaha. Un véritable déchet.

-Oui bien sûr, je te montrerai.


Je te montrerai tout ce sur quoi j'ai passé du temps pour ne pas penser à toi. Pour éloigner ton image le plus loin possible...

Mon sourire se fane un instant et je secoue légèrement la tête pour revenir à la réalité. Je relève le regard vers Ys. Il n'a plus de mission. Comme par hasard, hein... Le hasard est parfois bien cruel, hein. Il en avait toujours lorsqu'il était encore à la maison, et une fois parti... Je retins un soupire, m'empêche de me mordre la lèvre. Je souris délicatement.

-C'est bien tout ça. Ca a dû te garder occupé, du coup. J'étais contente d'apprendre que Joyce a retrouvé la mémoire. C'est incroyable... J'avais fini par ne plus y croire.


Probablement parce que je ne pouvais plus le supporter. J'avais déjà perdu Ys. Je n'arrivais plus à me battre pour rester positive concernant l'état de Joyce. C'était beaucoup trop douloureux d'être regarder comme une inconnue après tout ce que nous avions vécu.

Mes yeux se perdent sur mon verre. Je recommence à touiller le liquide avec ma paille. C'est agaçant, ce réflexe. Ys m'appelle et je relève les yeux vers lui, interrogative. Mon regard croise le sien et un frisson remonte le long de ma colonne vertébrale. Sa main se tend dans ma direction et je sens mon coeur rater un battement. Je continue à le regarder, sans comprendre. Les explications ne tardent pas à arriver. Je me pince les lèvres, sentant que mes yeux s'humidifient - encore.

Il ne me faut pas beaucoup de temps pour que mon corps réagisse. Je me lève et je glisse ma main dans la sienne. Mon diaphragme se contracte et je resserre nerveusement mes doigts dans sa main. J'ai la peau moite. Ca me dérange et ça me stresse. Mais ce simple contact fait revivre tellement d'espoir en moi que je refuse d'y mettre un terme.

Je le suis et sors à ses côtés hors du bar. Quelques personnes que j'ai croisé les jours précédents m'adressent des signes de la main en guise d'au revoir et je leur adresse un léger sourire avant de descendre dans la rue en direction du quartier des Masters.

-Balto va être heureux de te revoir. Tu... Tu lui as beaucoup manqué.


Tu ne lui as pas manqué qu'à lui. Mais tu te doutes bien. Mes yeux se baladent maladroitement sur son visage fermé. Je me mords la lèvre inférieure. Est-ce que tout va bien, Ys ? Tu as l'air en colère. Un peu. Je ne sais pas. Je ne sais plus. J'ai l'impression de ne plus réussir à décrypter ton visage.

Quelque part, au fond de moi, une petite voix me souffle qu'il ne va pas tarder à rompre ce contact et je l'ignore. Non. Non. Tu ne feras pas ça Ys, hein ? Je veux garder ma main dans la tienne. Je veux sentir ta chaleur lorsque je m'endormirais ce soir. Te sentir près de moi. Te sentir là. A la maison. Une bonne fois pour toute.




##   Dim 6 Mai 2018 - 23:58

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2236
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Occupé?! Il aurait pu laisser un rire nerveux lui échapper si le contexte aurait été différent. Mais non. Là, il a tout simplement envie de se taire. Occupé ouais, si on veut. Parce quoi qu'il faisait, c'était elle. Juste elle. 
Il se contentera d'hocher de la tête. Oui Joyce a retrouvé la mémoire et c'est un miracle tout autant qu'elle soit sortie du coma. Mais l'esprit du jeune homme est bien trop occupé par la présence de Mitsuki pour penser à sa soeur. Il sait, il est égoiste à cet instant mais elle ne le blâmera pas pour ça. 

De toute manière, ils n'ont pas leur place ici. Et c'est dans un élan qu'Ys saisit l'occasion. Une crampe au ventre l'effraie. Et si elle refusait? Il ne peut pas la forcer... Ou bien peut être que si. Pour l'instant, il attend sa réponse. Il ne la quitte plus du regard, le souffle retenu. Et finalement sa main se glisse dans la sienne. Il n'est pas sûr mais il lui semblerait qu'elle tremble. Tout ira bien. Il le faut. 
Et comme deux amants qui fuirent, ils partent laissant tout derrière eux. Quitter cet endroit pour mieux se retrouver. Jouer carte sur table. S'il devait écouter son instinct une dernière fois, ça serait celle ci. Et sans plus tarder, ils marchent dans la pénombre de la rue. Il garde précieusement sa main dans la sienne, entrelaçant ses doigts avec les siens. Depuis quand n'avait il pas ressenti ça? Ca lui avait manqué. Elle lui avait manqué. Balto? Ouais... Il l'a laissé pour que ce dernier veille sur elle. 

"J'en doute pas."

Emit-il simplement. Mais c'est comme pour le miracle de Joyce, il s'en moque un peu de Balto. Il se moque de tout là. Pour l'instant, c'est elle et cette main qu'il ne veut plus lâcher. On n'entendra seulement leurs pas qui résonnent et plus un bruit.
Le Master savait parfaitement pourquoi il voulait quitter ce bar. Il désirait pouvoir lui parler. Pas si elle avait bien mangé. Ni même si elle dormait bien. Rien de tout ça. 
Et maintenant qu'ils sont seuls, la pression se fait plus grande. Son autre main se resserre pour trouver du courage. Parler. En voilà une option qu'il ne connait pas. Et pourtant son corps cesse de bouger. Il s'arrête et marque un temps sans la regarder. 

"Je suis désolé...."

Le souffle lui manque. Ce regard qu'elle lui avait jeté, ce jour là sur la plage, le honte toujours. Mais cette fois, c'est la Mitsuki de ce soir qu'il doit affronter. Sa main se referme un peu plus sur la sienne et il porte enfin son attention sur la jeune femme. Il se perd un instant dans ces iris violines avant de reprendre avec un peu plus d'assurance.

"Pardonnes moi. Je voulais que tu m'épouses. Mais tu avais peur. Et je n'avais pas compris. Je ne veux pas t'obliger à faire ce choix tout comme je ne veux pas que tu te détruises parce que j'ai été qu'un con, un égoiste."e

C'est encore plus dur que ce qu'il n'avait imaginer. Il savait quoi dire, il savait où se trouvait le problème, du moins, où lui avait merdé. Mais lui parler en affrontant son regard, c'est d'autant plus stressant. Mais il prend son courage d'homme à deux mains et il se reprend.

"Je voulais tellement de toi. Je ne contrôle pas ce désir que j'éprouve. Comme je n'arrive pas à l'étouffer."

Etre resté aussi longtemps loin d'elle pour apaiser ce sentiment n'a jamais rien apporter de positive. Au contraire, il avait doublé, triplé. Il était interminable. Contraint de devoir lui lâcher la main, le jeune homme reporta son attention sur la Master. Quelques secondes d'hésitations quand finalement son genou se plie. Il touche le sol. Il ne quitte pas du regard la jeune femme. 
Refoulé sa fierté, son égo, ne pas avoir peur. Cette fois c'est différent. Cette fois, il acceptera sa décision.

"Mitsuki, acceptes-tu de me pardonner?"


##   Lun 7 Mai 2018 - 0:39

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2300
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

Ses mots sont emportés par le vent. Je continue à marcher à ses côtés. Le silence s'installe et tout d'un coup, j'ai peur. Et si cette soirée ne se terminait pas bien ? L'espoir de le retrouver laisse place à la peur de le perdre pour toujours.

Pourtant, ses doigts entrelacent les miens et je sens mon coeur bondir dans ma poitrine. Je lève un regard inquiet dans sa direction. Je veux qu'on arrête de marcher. On marche trop vite. Le silence me pèse. Je veux arrêter de marcher pour me serrer contre lui. J'ai besoin de ce contact. J'ai besoin d'être rassuré, j'ai besoin de croire que tout n'est pas terminé pour nous.

Finalement, mon voeu s'exauce et Ys arrête de marcher. Mes yeux se lèvent vers son visage, y cherchent une réponse. Je veux me blottir contre lui mais je n'ose pas. Je n'ose plus. J'ai tellement peur de tout détruire que je ne sais plus comment me comporter.

Il s'excuse et je le fixe sans comprendre. Mon regard croise le sien et je sens mon estomac qui se noue. Je crois que je n'ai jamais passé une soirée pareille. Je ne pensais pas être capable de ressentir autant de choses dans un laps de temps si réduit. Ses doigts resserrent les miens et je me délecte de ce faible contact. J'incline légèrement la tête sur le côté, attendant des précisions.

Les mots lui échappent enfin. Je sens mon coeur qui commence à tambouriner à nouveau contre ma poitrine. Les aveux sont douloureux. Je l'ai blessé. Je l'ai blessé lorsque je ne lui ai pas dit oui. Car même si je n'ai pas dit non, je n'ai pas dit oui. J'ai eu peur. J'ai fui. Telle la lâche que je suis. Et encore une fois, c'est lui qui encaisse. C'est lui qui se fait du mal. C'est lui qui imagine qu'il est responsable de tout. Mais ce n'est pas lui. C'est moi. C'est moi qui l'ai détruit. Ce n'est pas l'inverse. Ca n'a jamais été l'inverse.

Je ravale difficilement ma salive alors qu'il ne cesse de parler. Ses mots résonnent à l'infini dans ma tête. Comment peut-on en arriver là si rapidement ? Avant ça. Avant ça, tout allait bien. Avant ça, il n'y avait pas de problème. Je l'aimais, et il m'aimait. Et il n'a fallu qu'un instant bien précis, quelques minutes à peine, pour que tout s'effondre. Pour qu'il soit entièrement détruit. Quelques mots, et je l'avais perdu.

Il n'était pas parti. Je l'avais fait partir.

Ce constat me serra le coeur. Ses doigts quittèrent les miens et je commençai à paniquer. Non. Tu pars pas Ys, hein ? Tu restes avec moi, hein ? C'est là que tout bascule.

Ys se met à genoux. Il me fixe, et je me sens presque défaillir. Mon corps commence à trembler alors que je nous revois, il y a de ça plusieurs longues semaines maintenant, au bord de la mer. Je le revois s'agenouiller, je me revois fuir. Je le revois s'offrir entièrement à moi, et je me revois disparaître comme une lâche.

Quelques larmes roulent une fois encore sur mes joues. Je commence à avoir mal à la tête. J'ai chaud, et je ne me sens pas bien. C'est là qu'il pose cette question. Cette question à laquelle je ne m'attendais pas.

Mon coeur continue de s'agiter brutalement dans ma poitrine. Je sens le rouge qui me monte aux joues, ma respiration qui s'emballe. Je pose un genou à terre, puis un deuxième. Je descends à sa hauteur. Mes mains partent à la recherche des siennes et s'y accrochent comme un naufragé s'accroche à sa bouée de sauvetage. J'enferme ses mains dans les miennes, les ramène vers moi, dépose un baiser sur ses doigts froids. Je ferme les yeux, gardant ses mains serrées dans les miennes, les ramenant près de moi à la recherche de la moindre once de chaleur.

- Pourquoi devrais-je t'excuser d'avoir souffert par ma faute ?

Je rouvre timidement mes yeux. Mon regard s'accroche au sien.

- Accepteras-tu de me pardonner, toi ?


Je t'épouserai un jour, Ys. Je t'épouserai, parce que je veux vivre pour l'éternité à tes côtés. Mais j'ai besoin de prendre mon temps. J'ai encore besoin d'être rassuré par toi. Mais je t'épouserai. Parce que je le veux. Le moment était juste mal choisi, pour moi. Et j'en suis désolée. Je suis désolée de t'avoir fait souffrir. Je suis désolée d'avoir détruit tes espérances en quelques mots. Je suis désolée de t'avoir infligé tout ça. Tu ne le méritais pas. Et tu ne le mérites toujours pas. Tu mérites d'être le plus heureux des hommes. Tu mérites mieux que moi. Mais ça, je te promets que je vais le changer. Je vais devenir quelqu'un de mieux encore. Quelqu'un qui te méritera réellement. Et quand je serai devenue cette personne, je t'épouserai. Parce que là alors je saurais que je te ferai plus jamais souffrir à cause de ma maladresse.

-Je t'épouserai. Je t'épouserai, Ys, parce que je veux être tienne. Je ne suis juste pas encore prête.

Mais je t'épouserai. Parce que je t'aime plus que je n'ai jamais aimé personne.

Et alors, timidement, je m'avance vers lui à la recherche de ses lèvres et de ce contact que je désire depuis bien trop longtemps maintenant. Je ferme les yeux, apeurée à l'idée de me faire rejeter. Mais j'aurais essayé. J'aurais essayé. Et si ça ne fonctionne pas alors tant pis. Je ne regrette rien.




##   Lun 7 Mai 2018 - 20:39

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2236
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

N'aie pas peur Mitsuki. Non, il aimerait qu'elle ne pleure plus, qu'elle ne tremble pas. Il ne souhaite plus l'effrayer, pas lorsqu'il pose un genou au sol. Seulement pour se faire pardonner. Et puis il pourra repartir à zéro, en ayant suffisamment appris de ses erreurs. Il ne l'importunera plus. 
Et dans le froid du soir, dans le silence de la nuit, Mitsuki le rejoint. Il la suit du regard, suit chacun de ses gestes. Ses mains s'entrelacent dans les siennes. Il sentit son souffle chaud sur sa peau. Ce ne sont pas les cristaux qui parlent, c'est son coeur. C'est réellement son coeur. Quel idiot ne pas avoir voulu plutôt. S'empêcher d'aimer, s'empêcher d'y croire. 
Et pourtant ils sont égaux, ils sont sur un même pied d'égalité. L'un n'écrase pas plus que l'autre. Et ses paroles le confirment. Affichant de grands yeux, aucun sons n'en sort, le Tonnerre l'observe. Comment pourrait il lui en vouloir? Il ne lui en a jamais voulu. Pas vraiment. Il n'avait pas compris. Il ne comprenait toujours pas. Mais il l'aimait bien trop pour être en colère. Et alors qu'il s'apprête à la contredire, parce que s'il y a bien une chose pour la quelle il ne doute pas c'est bien celle ci, la jeune femme reprit. Et ces paroles là sont déchirantes. 

L'épouser... Elle le désire mais elle n'est pas prête. Ca aussi, c'est encore à lui de faire ses preuves bien qu'il ne sache pas comment s'y prendre. Néanmoins, il fera tous les efforts du monde pour gagner sa place à ses côtés. Mais pas spécialement en étant son mari. 
Alors oui, cet aveu dégage une étrange chaleur qui l'envahit tout entier mais... 
Mais il ne veut plus la blesser. Il ne veut pas la voir douter. Et son visage si proche du sien, instinctivement, ses mains remontèrent, quittant doucement les siennes, pour encadrer son doux visage.

"Oublies. Oublies ça si c'est pour te perdre. Ca n'a plus aucune importance."

Son égocentrisme avait suffisamment causer de dommages dans leur couple au point que cette dernière y tire un trait. Il avait manqué de la perdre. Tant puis pour le mariage. Tant puis pour cette bague. L'essentiel soit qu'elle reste à ses côtés. Qu'ils se réveillent dans le même lit. Qu'ils rient de tout et de rien. Qu'ils affrontent les dangers de Terrae. 
Alors le Tonnerre abandonne les principes, il lâche ses résolutions. Elle est trop proche pour lutter d'avantage. Tout ce qu'il veut c'est pouvoir la sentir. Et tout en gardant son visage dans ses mains, il vint poser ses lèvres contre les siennes. Il l'embrasse fougueusement comme pour la première fois, comme pour la dernière. Il l'embrasse comme si son âme était aspiré. Ses doigts glissent dans sa chevelure d'argent et doucement, il la soulève. Une main glisse sous ses jambes, une autre dans son dos et malgré tout il ne rompt pas ce contact.

"Je t'aime tellement Mitsuki... "

Lui souffle-t'il. Il reste proche d'elle, se permettant de fermer les yeux. Il peut sentir son souffle sur son visage, ses mèches qui caressent ses joues. Combien de nuits avait-il rêvé de cet instant? Bien trop que le réveil était brutal, un poids dans l'estomac. Mais elle est là désormais. Elle l'aime, elle le veut tout autant que lui. 
Et dans un souvenir, il les téléporte dans leur chambre. Chez nous avait elle dis. Ce ne sont que de simples mots et pourtant si lourds. Debout dans leur chambre, il ouvre doucement les yeux alors que son visage est proche du sien, ses lèvres effleurent les siennes. Il se perd dans son regard, il tente malgré tout de maintenir son instinct bestial quand un reflet attire son attention. 
Des cristaux. 
Du moins, un cristal et une fiole qui trônent sur la commode. L'ampleur de son absence. Les conséquences de son incapacité. Il le sait, les mots ne suffiront pas. Doucement il repose la jeune femme au sol et s'approche lentement vers la commode. Cette pierre magique, brillante, ensorcelante avait brisé son amour. Et il en était responsable.

"Mitsuki, dis moi. Expliques moi, s'il te plait."

Non n'expliques pas leurs présences. Ce n'est pas ça. C'est autre chose. Le véritable problème, ce frein qui un jour les a éloigné. Ce frein qu'il n'a pas compris. Cette peur...
Le Master se tourne vers la jeune femme, il plante son regard. Ni colère, ni peine. Juste le besoin de comprendre.

"Dis moi ce qui t'effraye. Pourquoi m'avoir repoussé alors que tu m'aime tout autant que je t'aime. Parles moi. Il faut que je comprenne."

Il le faut. Il faut qu'il sache pourquoi elle ne se sentait pas prête. Ce qui n'allait pas. La raison pour laquelle elle avait préférait lui demander du temps. La rassurer. Il le sait désormais mais sans les mots clés, il se battra dans le vide. Il ne pourra jamais devenir son prince s'il ne connait pas ses peurs. 




Dernière édition par Ys Ochikawa le Mar 8 Mai 2018 - 20:43, édité 1 fois
##   Mar 8 Mai 2018 - 15:48

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2300
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

Ses mots achèvent de panser mes plaies. Je garde mes yeux ancrés dans les siens. Le souffle me manque mais ce n'est pas grave. Je m'abandonne à lui, savoure le contact de ses mains autour de mon visage. Je me perds dans ses bras, ne quitte pas ses lèvres alors qu'il me soulève et me serre dans ses bras.

Je crois que même si je n'ai jamais perdu totalement l'espoir, je n'ai jamais envisagé que je le retrouverais vraiment. Je sens son énergie qui me traverse alors qu'il nous téléporte dans notre chambre. Combien de minutes avais-je passé ici à fixer la porte dans l'espoir de le voir la franchir, comme si rien ne s'était passé ?

Chacune de ses caresses me fait frissonner et je ne peux m'empêcher d'en vouloir toujours plus. Jusqu'à ce qu'il me repose au sol et s'approche de la commode sur laquelle se trouve un cristal Sensitif et une fiole remplie d'un liquide doré étincelant. Mon coeur se serre et mon diaphragme se comprime. J'avais oublié. L'espace de quelques secondes, j'avais oublié tout ça.

Je me fais violence pour ne pas me jeter dessus et les cacher. Mais c'est déjà trop tard de toute façon. Ys a vu. Ys sait. Il le savait avant de venir ici. Il se retourne et je croise son regard. Je sens mon estomac qui se dénoue. Il n'est pas en colère. Il n'est pas déçu.

Sa question me fait mentalement chuter. Je me recule de quelques pas et m'assois sur le lit. C'est difficile. J'ai déjà beaucoup parlé ce soir. Je me suis beaucoup livré. Et c'est difficile pour moi de le faire autant. Ce n'est pas quelque chose que j'ai l'habitude de faire, et encore moins quelque chose qui me met particulièrement à l'aise. Mais il le faut. Il le faut encore, même si c'est difficile. Même si je ne suis même pas vraiment capable de savoir les vraies raisons qui m'ont poussé à fuir.

Je relève un regard timide vers lui avant de rebaisser les yeux sur mes pieds. Non, c'est encore trop dur pour que je parvienne à le regarder en parlant.

-Je- Je sais pas vraiment.


Et qu'est-ce que j'aurais aimé être Alice. Être capable de me comprendre comme elle le fait avec elle-même. Qu'est-ce que j'aurais aimé avoir cette même capacité d'analyse.

-J'ai eu peur parce que... Je ne m'y attendais pas. Parce que je ne m'étais pas encore remise de ce qu'il s'était passé quelques semaines plus tôt. Parce que tu étais tout le temps en mission, parce que peut-être inconsciemment j'avais peur d'être en train de te perdre. Parce que je me sentais seule, parce que j'ai eu peur que tu m'aies demandé ça pour prouver quelque chose. Parce que j'ai eu peur que ça soit précipité, parce qu'on n'en avait jamais parlé avant, parce que... Parce que je doutais de moi. Parce que je ne me suis jamais retrouvée dans ce genre de situation, parce que je n'ai jamais vraiment connu ça en fait. Mes parents n'étaient pas mariés, et même sans ça, je les ai toujours connu amoureux. Et toi, toi tes parents étaient mariés et... Et c'était pas bien ? Parce que je revois Aoi chez moi, à fuir Huo quand il l'a demandée en mariage, parce qu'elle avait peur de ce que ça pouvait changer pour eux. Parce que... J'appréhende le mariage. Parce que je n'arrive pas à l'envisager comme la démonstration d'un amour inconditionnel mais plus comme la fin de quelque chose...

Et je n'aurais jamais pensé que dans le fond, dans le fond, il y avait déjà tout ça qui tournait dans ma tête.




##   Mar 8 Mai 2018 - 21:06

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2236
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Les cristaux étaient un moyen comme un autre de se réfugier. Le Master l'avait bien compris, lui même, il avait tenté d'apaiser cette souffrance. Mais la vue de cette pierre, de cette fiole, c'était autre chose. C'était la vérité qui éclate au visage, qui rappelle l'étendu de son égoïsme et sa fierté mal placée. Parce que partir en râlant partir en rejetant la faute sur les autres est toujours plus simple que d'admettre qu'il puisse avoir autre chose. Quelque chose qui surpasse. 
Et maintenant, il était temps d'être sincère. 

Soutenant son regard sur cette dernière, Ys fixa Mitsuki. Il fallait qu'il sache, qu'il comprenne. Il aurait beau chercher, tourner le problème dans tous les sens, il avait été incapable de comprendre. Pendant longtemps, il avait pensé que le problème venait de lui. Si ce n'était pas son comportement immature ou impulsif, il pensait que c'était son amour écrasant. Mais non. 
Il avait faux sur toute la lignée. Et il était là, désormais, plantait devant elle, suppliant pour comprendre. Parce qu'il devait l'admettre, quelque chose lui avait échappé. Il ne connaissait pas tant bien que ça les peurs de son être aimée. 

Et finalement, sa voix résonne. Restant de marbre, Ys tente de garder la face, sans jamais la quitter du regard. Il l'écoute attentivement, tente de détailler chacune de ses paroles. Et peu à peu, le puzzle prend forme. Ce n'était pas seulement question d'eux, de son absence, de son incapacité. C'était bien plus, et plus il en entendait, plus c'était le choc. Ne pas savoir ça. Ne pas savoir la peur qui l'habite depuis tout ce temps. Et lui, il l'avait effrayé avec sa demande. Parfait idiot. 
Mitsuki ne désire pas l'affronter du regard mais elle se livre à lui. Elle ne s'était jamais autant livrée. C'était peut être aussi ça le problème. Ils ne parlent pas autant qu'ils le devraient. Un silence de plomb s'installe sans aucun des deux n'agissent.

Sa respiration est plus longue. Ses poings se sont serrer. Comment avait il pu manqué ça? Effectivement, il est incapable et il lui reste beaucoup à prouver. Et ça commence dès ce soir. Parce qu'il tient à elle. Elle est sa priorité dans sa vie. Et pour elle, il pourrait saigner. Il se détourne d'elle pour prendre la poubelle près de la commode. Et d'un geste vif, sans un brin d'hésitations, il jette ce "refuge" qui trônait sur la commode. On put entendre un brisement cristallin. Plus jamais ça! 
La poubelle retombe lourdement au sol. Ys s'approche alors vers la jeune femme. Arrivé à sa hauteur, il s’agenouille devant elle. Et si la vérité l'aura fais renverser, il n'hésitera pas à s'engager d'avantage dans leur relation. Lui prenant les mains, il cherche son regard et d'une voix calme, il brisa ce silence.

"Mitsuki, cette histoire c'est la notre. Pas celle de tes parents, ni les miens. Ni Aoi et Huo. Celle d'aucun autre. La notre et uniquement la notre."

Malgré ses grands airs et son attitude détachée, Ys s'est toujours préoccupé que ses amis se portent bien, du moins, il faisait au mieux. Il leur donnait de son temps, parfois maladroitement. Et pendant ce temps, la seule personne aussi proche de lui, la seule pour qui il pourrait mourir, celle ci, elle souffrait en silence. Et le plus triste, c'est qu'il ne l'avait pas compris. 

"Je te gênerais plus avec cette histoire de mariage. Ce n'est pas que je veuille que tu porte mon nom, je veux simplement que tu sois près de moi, pour toujours. Quoiqu'il arrivera à l'avenir, je tâcherais d'être à la hauteur. De te prouver que nous, on vivra pour l'éternité ensemble."

Portant ses mains à ses lèvres, il baisa ses doigts tout en la cherchant du regard. Et d'une main légère, il vint relever son visage en soulevant tendrement son menton. Il plante son regard dans le sien, à la recherche de cette Mitsuki joyeuse et assurée. 

"Mais promets de me parler plus souvent. Ça peut être n'importe quoi. Mais parles moi, dis moi tout. Que ça puisse être une clé perdue ou les événements qui ont frappé Terrae. N'importe quoi. Mais il faut que je sache pour que je puisse devenir cet homme dont tu as besoin."

Parce que même s'ils ne deviennent jamais mari et femme, il devait devenir cet homme qui saura la rassurer, sur qui elle pourra compter. Celui dont elle n'aura jamais peur de gêner. Celui sur qui elle pourra poser sa tête sur son épaule. Parce qu'ils ont leur propre histoire, pas celles des autres. Qu'eux, ils vivront éternellement ensemble, plus amoureux que jamais. Avec ou sans bague. 
Se redressant légèrement sur ses jambes, il rapprocha son visage du sien, ses lèvres effleurant les siennes.

"Nous deux, nous serons jamais la fin de quelque chose. Je t'en fais la promesse."


##   Mar 8 Mai 2018 - 22:30

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2300
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Martyriser Allen 8D /pan
Humeur : EXCELLENTE !

Je sursaute quand j'entends les bruits de verre, suivis par le fracas que fait la poubelle lorsqu'Ys la rejette au sol. Je ferme durement les yeux, essayant de me concentrer sur ma respiration. Il a l'air en colère. Il est énervé. Est-ce qu'il va me crier dessus ? Est-ce que finalement, après tout ce qu'il vient de se passer, nos retrouvailles ne sont plus aussi évidentes qu'elles me sont apparus quelques minutes à peine plus tôt ?

Je reste focalisée sur ma respiration alors que je sens Ys se rapprocher de moi. Ne pas flancher. Ne plus flancher. J'ai réussi à m'ouvrir, à lui dire ce que j'ai sur le coeur. Je ne dois plus reculer maintenant, hein ? S'il ne l'accepte pas... S'il ne l'accepte pas...

Pff. Je fais la grande, mais s'il ne l'accepte pas, je vais flancher. S'il ne l'accepte pas, je vais sombrer, encore. S'il ne l'accepte pas...

Ses mots brisent le silence qui s'est installé. Je rouvre les yeux, surprise. Je fixe mes pieds. Mon coeur se remet à battre sauvagement dans ma poitrine. Ses paroles m'apaisent. On finit enfin par parler. On y arrive enfin. J'aurais aimé qu'on y arrive avant, qu'on le fasse avant qu'il parte. J'aurais aimé. Mais il n'était pas prêt. Et au final, l'étais-je ? Peut-être bien que je me serais retrouvée muette comme une carpe au moment d'entrer dans le vif du sujet...

Ses lèvres sur mes doigts fins me font frissonner. Il prend mon menton entre ses doigts et relève doucement ma tête pour ancrer son regard dans le mien. Je souris délicatement. J'ai essayé de t'en parler Ys... Je t'en ai parlé. En partie du moins. Mais tu ne m'as pas entendu, pas comme j'en avais besoin à cet instant-là. Peut-être que cette crise que nous venons de vivre nous aura aider à se rendre compte de ce genre de choses... Oui. C'est même une certitude. On a compris beaucoup de choses. J'ai compris beaucoup de choses. Et j'ai pu mettre le doigt sur ce qui, parfois, n'allait pas. Même si c'est dur. Il ne faut pas se mentir. Aucune relation n'est parfaite. Il y a toujours des défauts, ici et là. Et si on ne les pointe pas du doigt, on ne pourra jamais remédier à ces problèmes.

"Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort", hein ? Oui... Oui. Même si c'est douloureux. Même si c'est long. Même si ça nous détruit de l'intérieur. Il faut croire qu'il y a une part de vérité là-dedans.

Je savoure le contact de ses lèvres contre les miennes. Doucement, j'attrape le haut de son t-shirt et je le tire vers moi tandis que je m'allonge progressivement sur le lit. Je t'aime, Ys. Et là, maintenant, je veux m'offrir tout entière à toi.

-Je te le promets. Mais toi aussi, promets-moi de tout me dire à l'avenir. Et ne fuis plus jamais lorsqu'une situation ne te convient plus...
soufflai-je avant de m'abandonner dans ses bras.

HRP : Sorry, il était temps que j'évacue ma frustration de quelques longues longues longues semaines sans galipettes dans le lit.




##   Mer 9 Mai 2018 - 0:08

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2236
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ses lèvres le brûlent. Son être entier tremble. Et ce désir ardant qui le consume intérieurement. Elle est si proche de lui, il pouvait sentir son souffle sur son visage. Mais il doit se contenir, un peu encore sinon ça serait déplacé. Mais c'est d'une violence qu'il doit lutter. Les lumières mêmes autour grésillent. Il se perd dans son regard qui hantait autrefois ses nuits. 
Son rythme cardiaque s’accélère encore un peu plus. Sa respiration est saccadé et la tentation est grande. Plus jamais se séparer d'elle combien même il pourrait y avoir des contraintes. 
Les autres pourront le traiter d'idiot écervelé. Master en carton ou encore monstre. Ça ne fait pas mal. Son absence est bien plus douloureuse. Car à ses yeux, il restera sa moitié. Tout comme elle lui était. 

Toujours en face d'elle, ses baisers parcourent ses lèvres. Et il sentit sa main se glisser sur son torse, il sent le vêtement qui l'entoure tiré de l'avant. Ses paroles sont un souffle. Ne plus jamais fuir. Et qu'importe la manière dont elle l'aime, du moment qu'il soit à ses côtés. Le reste n'aura plus d'importance. Il deviendra ce gars dont elle attend. Il sera prêt à tout pour elle. 
Tiré de l'avant, il abandonne. Il ne pourra pas résister plus longtemps. Ses mains glissent sur son corps. Ses lèvres quittent les siennes et glissent dans son cou. Son esprit est comme paralysé et une chaleur enivrante l'étouffe. Tout son être la réclame. 
Par dessus la jeune femme, le Tonnerre déboutonne d'abord doucement sa combine et puis ses gestes sont plus rapides, plus brutes. Poussé par un instinct animal, il s'empare de son corps. Ses baisers parcourent sa poitrine pour descendre jusqu'au nombril. Il ressent la tiédeur de son corps, sa peau, son parfum. 
L'amoureux fou se redresse, pose son regard dans celui de sa bien aimée. Pas trop vite. Contrôler ce désir comme si c'était la première fois qu'il l'a découvre. Ôtant son t-shirt, sous la lueur de la lune, le dragon tourne autour comme le danger qui rode. Comme l'animal qui l'habite. C'est ainsi, il n'est rien sans elle, il lui appartient tout entier. Et Mitsuki est sa cage dorée.
Doucement il revint l'embrasser de nouveau laissant l'ivresse de leur amour les emporter pour la nuit. Et dans un tiroir d'un meuble, oubliés, brillent de tous leurs éclats deux pierres entrelacées capturer par une bague...


HRP> Tu as cédé la première! Je suis plus fort mentalement!! xD
Bon peut être qu'on peut se dire que cet rp touche à sa fin :p


##   
Contenu sponsorisé

 

Parce que les charges contraires s'attirent toujours (PV Mitsu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bar.
Aller à la page : Précédent  1, 2