Partagez
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Tout simplement | Nathou ♥
##   Sam 5 Mai 2018 - 10:53

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Ipiu Raspberry
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3050
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Dis tu serais libre pour faire un tour ? je lui envoie par SMS.

Je sais qu’il me répondra oui, mais je ne peux pas m’empêcher de demander sinon j’aurais l’impression de le forcer. J’ai beaucoup pensé à lui depuis quelques jours… Enfin quand j’étais réveillée. Je me suis dit qu’il fallait qu’on parle, que ce qu’il s’est passé avant l’arène c’était peut-être passé trop vite ? Oui je sais qu’on l’attendait peut-être depuis longtemps et que la pression du lendemain a sans doute joué. J’me leurre pas. C’est pour ça qu’il faudrait qu’on se voit… Et qu’on rediscute tranquillement. Et puis j’ai envie de le voir aussi. J’ai vraiment envie de le voir. Je caresse du regard la petite gemme posée sur ma table de nuit et je souris.

Le parc ça te va ?

Je sais qu’il aime cet endroit, alors ça me parait logique. Beaucoup de choses se sont passées depuis notre dernière rencontre, comme souvent je vais trop parler et il m’écoutera. ‘fin j’imagine ? Je crois que j’ai pas le droit de lui parler de ma greffe, on m’a expliqué que j’avais « acquis » une greffe pendant mon rêve et qu’on ne se foutait pas de moi. Ce qui m’a plutôt foutue mal à l’aise jusqu’à ce qu’on m’explique qu’on ne m’avait rien imposé mais que je l’avais trouvée toute seule. Vraiment faut qu’ils changent leurs protocoles… C’est juste nul ce qu’ils font. Je fais partie d’ils. Samer.

J’regarde mon image dans l’miroir, je ne me sens pas différente, je me sens toujours moi, mais mon reflet me semble changé. Mes boucles sont moins rebelles je crois ? C’est juste super bizarre. Le plus bizarre quand même, c’est ce que m’a dit l’initiée qui m’aide à me laver depuis quelques mois : mon tatouage a disparu. Enfin, il s’est transformé, le dragon qui jadis gardait mes secrets cachés à disparu. De lui il ne reste rien qu’un cercle de pigments noir au bas de mon dos. Là où la dernière cicatrice avait gâché le précédent tableau. Là où mon corps a cessé de m’appartenir. Elle m’a aidé ce matin à voir, elle a pris une photo de mon dos et j’ai été méga surprise. Les cicatrices qu’il masquait paraissent moins profondes, elles sont toujours là, mais elles ne défigurent plus ma peau. Elles ne sont que les marques de mon histoire. C’est quand même super chelou.

Je passe un gilet sur mes épaules, le temps s’est rafraichi dernièrement, puis je sors attendre Nath dans le parc. On pourrait y aller à deux, mais j’y ai pas réfléchi. Ou plutôt j’me suis dit qu’on serait mieux dans le parc. J’suis pleine d’appréhensions. Est-ce que la dernière fois n’était pas un rêve ? Est-ce qu’on n’a pas été poussé l’un vers l’autre par la crainte du lendemain ? Est-ce qu’on peut être ensemble tout simplement ? Je dois être flippée j’imagine.

« Nathou ! »
je lui fais signe quand j’le vois apparaitre.

Je l’attendais à l’entrée du parc. Le voir me fait étrangement plaisir, on a échangé quelques SMS ces derniers jours, mais... Là c'est différant. J'ai envie de l'embrasser pour le saluer... Mais je ne sais pas si j'en ai vraiment le droit, et de toute manière je ne peux pas le faire physiquement, alors j'me contente de lui sourire avec amour.

« Comment tu vas ? »


C’est pas forcément la question qui me préoccupe le plus.



Tout simplement | Nathou ♥ 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Dim 6 Mai 2018 - 1:12

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Nathanaël Lancer
Etoile Terre Lunaire
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Nathanaël entendit son téléphone portable vibrer dans son sac de sport. Il sortit l'appareil et sourit en voyant le message d'Ipiu auquel il répondit positivement sans plus tarder. Il finit de se sécher et se rhabilla avant de sortir des vestiaires, après avoir rangé ses affaires.

Ce jour-là, l'Anglais avait décidé d'aller nager. Lorsqu'il était arrivé à la piscine, il avait été heureux de constater qu'il n'y avait pas beaucoup de monde présent, une jeune femme assise sur le rebord et deux nageurs en action. Le Terre s'était amusé à faire une dizaine de kilomètres de crawl avant de s'arrêter et de sortir de l'eau. En une heure, la piscine s'était un peu remplie, mais ce qu'il avait directement constaté, c'était ce groupe de jeunes filles agglutinées non loin et qui gloussaient de manière peu discrète, appréciant probablement ce corps musclé et ce magnifique slip de bain vert avec des poissons rouges, souvenirs de son voyage à Singapour avec la femme qu'il aimait. Il avait pris sa serviette de bain en les ignorant et s'était dirigé vers les vestiaires, où il avait pris une douche bien mérité.

Le temps s'était rafraîchi et le Titan se dit qu'il aurait peut-être dû sécher ses cheveux avec plus de rigueur après les avoir lavé, mais il ne craignait pas de tomber malade. Il avait une bonne constitution. En chemin, il pensa à son amie. Depuis le combat dans l'arène, lui et Ipiu avait échangé quelques messages, mais ils ne s'étaient pas revus. Elle lui disait aller bien, mais être très fatiguée. Il avait compris et l'avait laissée tranquille, ne souhaitant pas l'importuné, même si ce n'était pas l'envie qui lui manquait.

Un temps, Nathanaël s'était demandé si la jeune femme cherchait à l'éviter, regrettant ce qui s'était passé le soir avant le défi ou n'assumant pas, peut-être, mais il avait rapidement chassé ses doutes. Il lui faisait confiance et il comprenait que l'épreuve ait été particulièrement pénible et vorace en énergie. Il avait donc pris le parti d'attendre. Il s'était occupé intelligemment, jardinage, piano, natation, études, ..., il s'était occupé pour que le  temps passe plus vite, pour ne pas trop s'inquiéter.

L'Anglais arriva finalement à l'entrée du parc. Elle était là. Elle était... resplendissante. Il trouva la Sensitive changée, changée en bien, changée en encore mieux qu'elle ne l'était déjà. Après une petite pause pour se remettre de cette première apparition, il s'approcha et elle lui fit un signe. Sa voix... sa voix... il continua d'avancer, un peu comme envoûter par cette nouveauté à laquelle il ne s'attendait pas. Ipiu lui sourit, lui demanda comment il allait, mais il ne parvint pas à répondre, pas tout de suite. Il était un peu étourdi, émerveillé aussi. Après un instant de silence, immobile, le Titan sembla revenir à la réalité. Son air stupéfait laissa place à un doux sourire. Il était si heureux de la revoir. Elle lui avait tant manqué.

Nathanaël, sans plus attendre, s'approcha un peu plus, posa un genou à terre et, après avoir posé sa main sur celle de la Tonnerre et avoir été parcouru d'un frisson, vint déposer délicatement ses lèvres sur les siennes en un baiser doux, mais bref, un simple bonjour. Il se recula avec peine, toujours troublé par la beauté renouvelée de la jeune femme.

Bonjour.

Il n'était parvenu qu'à murmurer ce mot. Il allait devoir s'habituer au nouvel éclat de celle qu'il aimait. Elle était Master à présent et ce détail le sortit soudain de sa douce léthargie, tout comme les gloussements qu'il entendit dans son dos. Il n'avait pas remarqué qu'on l'avait suivi.

J'espère que cela ne te dérange pas...

Son sourire avait presque disparu, laissant place à une mine plutôt inquiète. Sa question implicite ne visait pas le groupe de fans qui l'avait suivi depuis la piscine, ces jeunes femmes probablement un peu déçues de l'avoir vu en embrasser une autre, et qu'il décidait d'ignorer pour le moment, mais bien pour ce baiser qu'il s'était permis de déposer sur les lèvres d'Ipiu. Peut-être aurait-elle voulu garder cela pour elle, ne pas s'afficher en public ? Il ne pensa pas un instant qu'elle puisse avoir honte de la situation, mais il y avait des risques que son nouveau statu de Master lui impose certaines règles dont il n'avait pas connaissance. Et puis, ils avaient décidé d'être un couple à leur manière, mais cela impliquait qu'ils définissent eux-mêmes les règles à suivre, or, ils n'avaient pas encore eu le temps d'en discuter et, bien que la Sensitive lui ait dit ne pas vouloir de limites avec lui, Nathanaël se doutait bien qu'il leur faudrait en poser. Il attendait donc, un peu soucieux, que l'amour de sa vie le guide dans cette nouvelle aventure.


Tout simplement | Nathou ♥ 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Dim 6 Mai 2018 - 8:16

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Ipiu Raspberry
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3050
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Qu’est-ce qui ne va pas Nathou ? Tu as l’air bien perdu… Tu mets un certain temps à répondre à mon salut. Quelque-chose cloche ? Puis ton sourire vient illuminer ton visage et le mien s’agrandit en retour. Ça fait du bien de te voir tu sais ? Tu t’agenouilles et ta main rencontre la mienne, et tes lèvres rencontrent les miennes rapidement répondant à un désir que je n’ai pas osé formuler. C’est presque trop bref en comparaison de mes souvenirs, mais cela suffit à m’émerveiller à nouveau. Je dois avoir la tête la plus débile du monde quand tu t’éloignes.

Je suis très agréablement surprise tout de même, je dois avouer que je n’étais pas certaine que tu ais envie de m’embrasser dans un lieu public. Ta retenue habituelle me semblait un frein à ce genre de débordement d’affection. Ça me fait plaisir Nath, tu sais j’ai encore envie que tu te laisses aller. J’aimerais réentendre ce rire que tu as eu la dernière fois. Ce rire joyeux et sans retenue. Ce rire chaleureux qui me fait fondre.

« Me déran… ? »

Bonjour miss débile le retour, j’mets quelques secondes de plus à réaliser où il veut en venir. Quelques secondes qui me ramènent sur terre et me font prendre conscience qu’on a des admiratrices. Pour ne pas dire des voyeuses. Je comprends cependant que la question de mon ami n’était pas dirigée vers elle.

« Non, bien sûr que non, j’étais en train de regretter de ne pas pouvoir prendre cette initiative à vrai dire… »


TROP DE SINCERITE PUTAIN. J’aurais pu je sais pas le faire marcher un peu, lui dire que ça me dérange… qu’il ne m’embrasse pas plus correctement, plus intensément. Je sais pas, trouver un truc qui ne me fasse pas passer pour la femme niaise avec des papillons plein le ventre que je suis. J’entends ses fans glousser une fois de trop. Je leur balance un regard bien noir, bien bien noir. C’est bon on a le droit à notre intimité ou quoi ? Et comment je sais que ce sont ses fans ? Elles le suivaient tellement peu discrètement, je leur laisse le doute d’être des fans et non des stalkeuses. De toute manière cherchez pas les filles, il est en couple et c’est moi qu’il embrasse.

« Tu reviens de la piscine ? »

Ça expliquerait bien des choses, un souvenir de notre voyage à Singapour me revient en tête. C’est certain que si elles l’ont vu torse nu, je comprends mieux qu’elles aient eu envie de le suivre. Il y a aussi cette odeur chlorée qui se mêle à son gel douche, et si je peux me permettre tes cheveux sont encore humides, autant pour notre promenade. Je m’en voudrais un peu trop si tu tombais malade… Mais si je te propose de rentrer directement tu me diras surement un truc du genre de ne pas m’inquiéter et que tu ne veux pas bouleverser mes plans. Ou un truc dans ces eaux-là.

« Tu as un fan club on dirait… ça te dit qu’on trace un peu pour s’en débarrasser ? »

Je peux les ignorer hein ? Mais si elles continuent à te dévorer des yeux comme ça je vais m’énerver. Je ne dirais pas que tu es à moi, ou que tu m’appartiens. Je ne me le permettrais jamais car tu t’appartiendras toujours, mais ces moments qu’on passe ensemble je veux qu’ils n’appartiennent qu’à nous. C’est égoïste tu crois ? Je ne te pose pas la question, je n’aime pas vraiment parler de mes sentiments. Ce qui est semble toute commun pour une sensitive… Pourtant je pense qu’il faut qu’on en parle, que je t’en parle de ce que je ressens pour toi. Ta question de tout à l’heure n’a fait que le confirmer. Je ne veux plus te laisser de doutes.



Tout simplement | Nathou ♥ 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Dim 6 Mai 2018 - 18:19

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Nathanaël Lancer
Etoile Terre Lunaire
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Ipiu ne sembla pas tout de suite comprendre sa réflexion, mais elle finit par le rassurer. Nathanaël sourit alors à nouveau, de son sourire habituel, heureux d'entendre ses mots qui firent bondir son cœur. Il perçut le regard noir de son amie et se dit qu'il était temps d'agir, mais elle lui posa une question avant qu'il ne se relève, alors il ne bougea pas encore.

Oui, je suis allé faire une dizaine de kilomètres. Cela me fait du bien, cela me détend.

Le Terre laissa tomber son sac de sport sur le sol, libérant son épaule. Ce n'était pas bien lourd, mais il se sentait plus confortable et mobile sans. Il finit par se relever, lâchant la main de la Tonnerre.

Oui, il semblerait... mais nous n'avons pas besoin de fuir. Je m'en occupe. Laisse-moi une minute, s'il te plaît.

L'Anglais avait l'habitude, malheureusement ou heureusement, d'être, sans le vouloir, le centre de l'attention de certains membres de la gente féminine. Cela avait commencé avant qu'il n'arrive à Terrae et si, en Angleterre, il se retrouvait parfois avec des mots glissés dans son casier, souvent anonyme, chose qu'il ne comprenait toujours pas, depuis qu'il était au Japon, les choses s'étaient un peu calmées. Il sentait toujours les regards sur lui, mais il était moins souvent confronté à une approche directe, sans doute dû au fait que la population de l'institut était à majorité asiatique et donc, se comportait avec plus de retenu.  

Les témoignages d'affection, les lettres principalement, que le Titan recevait le mettait souvent un peu mal à l'aise, même s'il fallait bien avouer qu'une partie de son ego appréciait. Il ne faisait rien de particulier pour cela, mais son physique avantageux s'en chargeait pour lui. Il avait donc établi des règles. Il se décidait à agir pour clarifier la situation, s'il jugeait que cela était nécessaire et cela semblait être le cas ce jour-ci. Le Terre s'avança donc vers le groupe de jeunes femmes, dans le but de leur parler, mais ce dernier explosa soudain, dispersant ses membres aux quatre vents. Il s'arrêta donc, après avoir à peine parcouru quelques mètres et les observa, presque blasé, partir en courant et en gloussant. L'Anglais ne comprenait décidément pas ce genre de comportement. Heureusement, il ne s'agissait pas d'une majorité.

Parmi les filles qui s'intéressaient à lui pour son apparence, il y avait généralement deux types de comportements : celles qui assumaient et attendaient qu'il arrive près d'elles pour discuter et celles qui n'assumaient pas et détalaient. Il avait manifestement affaire à des individues de la deuxième catégorie.

Nathanaël revint vers son amie.

Je pense que nous serons tranquilles. Souhaites-tu marcher un peu ?

Il marqua une courte pause.

Comment te sens-tu, Ipiu ?

Une fois le premier choc passé et ses esprits retrouvés, il voulait savoir comment elle allait, parce que cela faisait plusieurs jours qu'ils ne s'étaient pas revus et que bons nombres de choses s'étaient produites entre-temps.


Tout simplement | Nathou ♥ 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Dim 6 Mai 2018 - 22:06

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Ipiu Raspberry
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3050
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Une dizaine de kilomètres, rien que ça… Et genre il fait comme si c’était naturel et rien du tout. Ça y est il m’énerve. Ce type a-t-il réellement le sens des réalités ? Une dizaine de kilomètre pour se détendre… C’est à peu près du même acabit que quand il me sort qu’il va faire quelques petits problèmes de maths pour s’amuser. Faut vraiment que je lui montre d’autres choses… NON. ALORS ON VA ARRETER LA IPIU. Merci. Te fais pas du mal toute seule.

Bah, comment-ça pas fuir ? S’en occuper ? Ah. Euh. Ok. Non mais Nath, leur en veut pas. T’as vraiment pas conscience de ton physique, c’est normal qu’elles s’intéressent à toi… bon, certes je suis complètement parti pris, je souris amusée. Désolée les filles, j’aurais pas du vanter trop fort et trop régulièrement les mérites de mon ami célibataire Nathanaël à qui voulait l’entendre… Mais à l’époque, j’espérais qu’il trouve une autre fille que moi et qu’on puisse garder le statu quo. Ouai, j’vais p’t’être éviter de lui en parler, il risque de m’en vouloir. Je suis une fille débile. J’ai même pas envie d’essayer d’imaginer ce qu’il se serait passé s’il avait trouvé quelqu’un d’autre. J’aurais été bien conne et j’imagine que celle qui tape aurait choisi cet électrochoc pour me permettre d’enfin me rendre compte de mes sentiments et me faire bien déguster. Enfin, ça lui ressemble bien…
Les filles se dispersent… Non, vraiment les filles vaut mieux assumer ce qu’on ressent, sinon c’est vraiment débile de l’avoir suivi. Vous auriez au moins pu lui dire qu’il vous plaisait ou un truc comme ça. Enfin, c’est dommage pour vous. Il revient vers moi.

« Oui faisons un tour, tu m’expliqueras comment tu prends soins des plantes en ce moment hein ? »

Je commence à avancer dans les allées du parc, je préfère éviter de lui dire que le tour sera court car j’ai peur qu’il attrape froid. J’aime bien la passion avec laquelle il parle du jardin. J’aime cet aspect de lui, je le trouve rassurant. Faudrait peut-être que je lui dise un jour tout ce que j’aime chez lui. Faudrait peut-être que je commence par lui dire que j’l’aime aussi. Je. J’ai juste un peu trop la honte là de suite. Accepter ses sentiments et les exprimer après les avoir si longtemps refoulés, c’est juste un peu compliqué dans ma tête. Un peu dur maintenant de dire tout ça. De trouver les mots sans avoir l’impression d’être absolument ridicule.

« Je vais bien, je vais même très bien. Tu me manquais, maintenant c’est parfait. C’est débile de dire ça maintenant hein ? On s’est pas vu d’une semaine, c’est pas la première fois… »

AH SAMER JE M’EMBROUILLE. J’suis vraiment paumée dans ma tête, j’veux lui parler de plein de trucs et je m’embrouille toute seule. J’ai juste l’impression d’être devenue débile et d’oublier à mesure. Je suis nulle quand je suis amoureuse, il va trop s’ennuyer. Pourquoi c’est autant le foutoir dans ma tête ? Pourquoi j’me prends autant la tête aussi. J’ai le droit de lui dire qu’il m’a manqué, que si j’avais été un peu plus en état j’serais déjà passé le voir ? Mais j’me voyais pas lui envoyer un SMS du genre « si tu veux venir dormir avec moi tu peux ? » je suis quasiment certaine qu’il aurait disjoncté sur le moment.

« Et toi, comment tu vas ? Désolée de pas avoir été trop là ces derniers temps. »

MAIS TA GUEULE. Genre il va te le reprocher ? Je m’épuise juste moi-même. Faut que j’arrive à me comporter naturellement à nouveau. C’est juste chiant là.



Tout simplement | Nathou ♥ 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Lun 7 Mai 2018 - 21:03

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Nathanaël Lancer
Etoile Terre Lunaire
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Ipiu accepta sa proposition. Nathanaël ramassa donc son sac de sport et les deux amis se mirent en route, pénétrant dans le parc. Il hocha la tête lorsqu'elle lui demanda de lui parler des plantes, mais il voulut d'abord savoir comment elle se sentait.

L'Anglais l'écouta, sourit avec douceur de savoir que la Tonnerre allait bien et qu'il lui avait manqué. Elle aussi, énormément, même s'il ne le lui dit pas explicitement. Elle semblait d'ailleurs trouver cela idiot, alors il réfléchit. L'était-ce vraiment ? Il ne savait pas... peut-être qu'elle trouvait cela bizarre, peut-être que son absence ne la gênait pas avant ? Pour lui, c'était bien différent. Elle lui manquait souvent, même s'il ne l'exprimait pas. Auparavant, il gardait le silence pour éviter de la mettre mal à l'aise, à présent... il ne savait pas vraiment. Pourquoi avait-il toujours cette retenue ? Sans doute parce qu'il ignorait où se situer dans cette relation qu'ils devaient construire ensemble, cette relation pour laquelle ils devaient établir leurs règles, selon leurs envies et leurs besoins, sans prêter attention aux carcans de la société.

Je vais bien, merci.

Il marqua une courte pause.

Et tu n'as pas à t'excuser, s'il te plaît. Tu avais besoin de repos et je suis heureux que tu aies pris le temps qu'il te fallait, que tu aies pris soin de toi.

Il hésita un instant.

Tu m'as manqué aussi

La Sensitive trouvait cela stupide, mais il avait eu envie de le lui dire. Il posa son regard sur les arbres environnant, un peu gêné. Le Terre sentait que la Master était différente et pas seulement physiquement, et lui aussi, au final, car il était à présent emprunté, ne sachant plus vraiment comment réagir. Il aurait aimé que les choses ne changent pas trop entre eux, qu'il y ait simplement un peu plus d'affection partagée ? Ou peut-être qu'il ait moins besoin de se contrôler, d'analyser son comportement pour ne pas commettre d'impaire, mais n'était-ce pas pire à présent ? Aurait-il fait une erreur ? Non, il refusa de douter, il ne voulait pas. Tout allait bien, tout allait bien. Ipiu ne lui avait-elle pas dit qu'il lui avait manqué et qu'elle avait apprécié qu'il l'embrasse pour lui dire bonjour ? Il leur fallait un temps d'adaptation, voilà tout.

Nathanaël s'arrêta près d'un parterre de fleurs. Il voulut essayer quelque chose. Il s'accroupit et posa une main contre la terre. Il attendit que la Tonnerre s'approche de lui pour tendre son bras vers elle et lui prendre la main. Il avait envie de lui faire découvrir ce qu'il ressentait lorsqu'il se connectait à la Terre, alors il ferma les yeux et laissa la vie fourmillante de ce printemps l'envahir. Il essaya de transmettre à son amie les sensations de cette vie en ébullition, de la sève qui s'écoulait, des pétales qui s'ouvraient et se réchauffaient au soleil, de la rosée matinale, des abeilles qui butinaient, l'amour qu'il ressentait pour la nature, l'amour qu'il ressentait pour elle aussi. C'était doux, apaisant et à la fois vivifiant.

L'Anglais ouvrit les yeux pour observer un bourgeon. Il sourit, pensant que l'image représentait bien leur relation. La tige était déjà formée, symbole de leur passé commun, de ces années d'amitié partagée, et puis, il y avait le bourgeon, cette fleur en devenir qui ne demandait qu'à éclore. Il lui fallait encore un peu de temps et de soin, d'affection, avant de dévoiler au monde ses magnifiques pétales dorés. Il s'imaginait qu'ils en étaient là, à présent, ou peut-être juste après, peut-être la fleur était-elle déjà en train d'éclore. Seulement, le Titan souhaitait que la fleur de leur amour soit éternelle et ne fane jamais. Là s'arrêtait la métaphore.

Sa langue se délia alors et il expliqua à Ipiu les plantes, les végétaux en général. Il lui parla de ce qu'il faisait, de comment il s'en occupait avec une douce passion, un naturel retrouvé. Son travail au printemps n'était pas de tout repos et il y avait beaucoup à faire, mais il aimait cela, il aimait ce travail de la terre, ce contact avec la nature et il tâcha de le partager à la Sensitive. Ce n'était pas la première fois qu'il s'exprimait sur ce sujet, mais il le faisait toujours avec la même intensité, parce que c'était une part importante de sa vie. Au bout d'un moment, il se tut, conscient d'avoir beaucoup parlé.

Navré, je me suis laissé emporter je crois.

Nathanaël offrit un doux sourire à la femme qu'il aimait.

À ton tour, parle-moi de quelque chose qui te tient à cœur, s'il te plaît.

La formule, bien qu'impérative, ne se voulait en rien un ordre. Il s'agissait plutôt d'une invitation, une invitation à parler, retrouver ce qu'il craignait d'avoir endommagé par son impatience et, peut-être, son égoïsme.


Tout simplement | Nathou ♥ 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Lun 7 Mai 2018 - 23:41

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Ipiu Raspberry
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3050
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Je sais que j’ai pas à m’excuser, je le sais. JE LE SAIS. Je m’embrouille juste, et puis si j’ai envie de m’excuser. J’avais envie d’être avec toi mais j’ai pas osé t’imposer ma fatigue. J’peux m’excuser si je veux. Tu m’as manqué, et voilà. OH FAUT QUE JE ME CALME. Et peut-être accessoirement que j’arrête de te parler dans ma tête pour te parler tout court. Ça aussi ce serait une idée sympathique… Genre vraiment, mais là j’trouve pas les mots. Peut-être que j’ai juste pris conscience que je voulais que tu sois là, peut-être que pour la première fois je me suis laissé le droit de ressentir ton manque… Ou simplement je suis une grosse conne qui s’attarde sur ce genre de détails parce que maintenant on est en couple. Cette idée me fait frissonner. Je sais juste pas comment me comporter avec toi, j’ai peur d’être bizarre. Je suis bizarre.

Je suis heureuse de savoir que je t’ai manqué aussi, c’est un peu cruel tu ne penses pas ? Je suis heureuse que tu manques de quelque-chose. Ralalalala. Piu s’il te plait ressaisi toi. C'est débile ce genre de pensées et c'est se culpabiliser pour rien.

Il s’agenouille près d’une platebande de fleurs, je le rejoins, il me prend la main et je ne comprends où il veut en venir que quand je ressens son débordement de sentiments. Alors je me concentre sur lui, pour tout ressentir à travers son cœur, pour oublier tout le reste. D’habitude j’essaie de me préserver des autres, de ne pas voir ce que je ne devine pas en observant les autres. J’essaie de ne pas être invasive avec mes pouvoirs. Je ressens les gens, mais j’essaie de ne pas le faire volontairement. Il se sent vivant, il se sent lié à ce qui l’entoure, il fait partie d’un tout, il a ce sentiment d’appartenance et de profond respect pour la vie qui nous entoure. Il ressent sa chaleur, son désir de croitre, je le frôle aussi au travers de lui. C'est tellement beau, tellement puissant. Nath, ce que tu me fais ressentir est merveilleux. Je ne saurais trouver les mots pour te remercier de ce présent. Ni pour te remercier de l’amour que tu me portes, je n’ai pas l’impression de le mériter… Et pourtant j’essaierais de m’en montrer digne, j’essaierais de ne pas te décevoir, je vais tenter de me reprendre et de ne plus être cette lourdingue qui déraille complètement dans sa tête. Je vais essayer de garder mon calme pour la suite.
Je t’écoute parler des plantes et des soins que tu leur apportes, je trouve cela merveilleux aussi. La passion dans ta voix, l’amour que tu portes à cette terre, la tendresse avec laquelle tu la protèges. Nathou, je n’ai pas les mots pour te dire. J’aime t’écouter, le son de ta voix m’apaise alors je ne t’interromps pas. Parles-moi encore Nath. Non, tu ne t’es pas laissé emporter, tu m’as portée moi au son de ta voix. Si j’avais voulu t’arrêter ne penses-tu pas que je l’aurais fait depuis longtemps ?

C’est à moi de parler ? Mais tu sais Nath, les mots me manquent. Je me sens bête et insipide en cet instant, incapable de te dire ce à quoi je tiens car j’ai l’impression de ne tenir qu’à toi. Je me sens niaise et j'ai la tête en même temps tellement pleine de sensations et tellement vide.

« Ce sont mes sentiments. »

Mes sentiments pour toi. Je te préviens avant de me concentrer pour dupliquer mes sentiments et te les faire ressentir, je n’essaie pas de te les imposer ou de te faire croire qu’ils sont tiens.

Je te respecte, je te respecte tellement. Pour ta force, ta gentillesse, ton empathie, ta douceur. Tu as su m’accepter à chaque instant, même quand j’étais perdue, même quand je doutais. Tu m’as toujours permis de me retrouver. Si je suis là aujourd’hui c’est en partie grâce à toi. Ta présence à mes côtés m’a permis d’avancer et d’avoir confiance en moi. Tu es tellement important pour moi, Nath je t’aime, de cet amour fort et chaleureux qui me donne l’impression de pouvoir déplacer des montagnes. Cet amour qui m’a fait trembler de peur pendant longtemps, et qui me terrifie encore. Cet amour qui me fait craindre de te perdre. Je t’aime pour la personne que tu es, mais aussi pour celle que je deviens quand tu es là. Je t’aime, j’ai peur. Je me sens complètement impuissante devant la violence de mes sentiments. Complètement idiote de les avoir tus si longtemps. Je te désire tellement Nath, je désire entendre ta voix, effleurer tes lèvres, toucher ta peau. Ce n’est pas de l’amitié, et pourtant ça en garde toute la puissance. J'ai confiance en toi, bien plus qu'en moi-même parfois. C’est plus que de l’amitié, et moins par ailleurs, c’est une flamme qui embrase tout mon être et me fait parfois craindre de me perdre. Je t’aime Nath, je t’aime et ce sentiment est tellement puissant qu’il me dépasse, que je ne sais pas comment te l’exprimer… Mais j'ai peur Nath, peur de ne pas pouvoir t'apporter assez. Je fais disparaitre toute trace de mon pouvoir en toi et je plonge mes orbes dans les siens. Maintenant tu sais.



Tout simplement | Nathou ♥ 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Jeu 10 Mai 2018 - 15:27

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Nathanaël Lancer
Etoile Terre Lunaire
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Nathanaël attendait avec un doux sourire sur ses lèvres. Il se perdit un instant dans son regard violet mis en valeur par une touche de mascara et de crayon. C'était assez rare pour être remarqué. Il se demanda un instant si la jeune femme avait fait cet effort pour lui, mais son attention fut détournée par ses mots.

Son cœur rata un battement et puis, il sentit... il sentit ce qu'Ipiu éprouvait pour lui. Elle lui transmettait habilement, subtilement ses sentiments, de manière à ce qu'il ne les confonde pas avec les siens. Il n'y avait aucune confusion, aucun doute. C'était si... si... puissant, intense, profond, presque un peu violent peut-être, mais doux à la fois, beau et enchanteur, captivant et terriblement délicieux. L'Anglais ne bougeait pas, se perdant dans cette expérience grisante, mais tendre. Il avait ce sourire niais qui lui marquait le visage, mais ne s'en rendait pas compte, englouti par un autre monde, déconnecté de la réalité, savourant ce magnifique cadeau que la Tonnerre lui faisait.

En cet instant, il trouva son amie incroyablement séduisante, plus encore qu'à l’accoutumé. Le Terre ne pouvait plus douter de ce qu'elle ressentait pour lui à présent. Il était saisi, un peu étourdi, peut-être de le réaliser enfin, de réaliser à quel point il était aimé, de savoir qu'elle éprouvait la même chose que lui, un peu différemment évidemment, puisque chacun aimait l'autre à sa manière, mais qu'elle l'aimait, comme lui l'aimait.

Les sentiments de la Master se turent et sans qu'il ne se contrôle, il quitta sa position accroupie et posa un genou à terre, se rapprochant d'elle. Ses lèvres vinrent rejoindre les siennes en un doux baiser. Celles d'Ipiu avaient perdu le goût sucré de jus de pêches de la dernière fois, mais elles n'en demeuraient pas moins douces et rafraîchissantes. Sa main libre quitta le sol pour rejoindre la nuque de la jeune femme, se délectant du contact de sa peau sous ses doigts. Il l'embrassa moins longtemps et avec moins de fougue que lorsqu'ils étaient seuls dans sa chambre, gardant inconsciemment une certaine retenue imposée par le lieu dans lequel ils se trouvaient. Le Titan se recula légèrement pour venir poser son front contre celui de son amie, caressant délicatement son nez avec le sien, souriant à nouveau.

Je t'aime aussi.

Ce ne fut qu'un souffle, puis il glissa son visage sur le côté, venant le cacher partiellement dans la chevelure dorée à l'odeur de miel qu'il appréciait tant, entourant la divine jeune femme de ses bras, une douce étreinte.

Ipiu n'avait pas prononcé ces mots, mais ce qu'elle lui avait offert était bien mieux, bien plus éloquent que n'importe lequel des discours. Elle s'était livrée à lui, dévoilant ce qu'elle ressentait vraiment, sans ambages, ni fioritures.

Nathanaël se sentait plus vivant que jamais.


Tout simplement | Nathou ♥ 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Jeu 10 Mai 2018 - 17:02

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Ipiu Raspberry
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3050
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

S’il te plait comprend les mots que je ne trouve pas, entends ce que je ressens Nath. Je t’ai fait attendre longtemps, trop longtemps, mais maintenant je suis sûre de moi et de ce que je ressens pour toi. Maintenant je veux t’aimer, t’aimer vraiment te le dire, t’aimer comme tu mérites d’être aimé. T’aimer fort et grand mais j’trouve pas les mots pour te dire à quel point c’est chaud, à quel point c’est réconfortant de t’aimer. C’est trop fort, trop puissant, je comprends pas tout. C’est nouveau. Alors je sais pas quoi dire ou comment me comporter, je veux juste être avec toi. Je veux te rendre heureux, je veux qu’on soit heureux à deux. J’ai l’impression de savoir enfin ce que je veux, et ça fait du bien. Je veux t’embrasser, je veux te faire rire, je veux te connaitre, te réapprendre, je te veux toi.
Ce sentiment m’étourdit, et tes lèvres me ramènent à la réalité, à ce moment précis au milieu d’un parc, aux yeux de tous. J’m’en fout de tous, là j’m’en fout parce que t’es là et que t’es la seule chose qui compte. Parce que je t’aime et que c’est le truc le plus tangible que j’ai jamais ressenti. C’est presque trop bref, mais je comprends ta retenue. Je ne comprends pas bien l’absence de la mienne. Je te souris alors que tes mots allument en moi un petit brasier. Tu as compris. Je t’aime Nath. S’il te plait ne l’oublie pas, ne doute plus. Je t’ai vraiment fait attendre trop longuement, maintenant je ne veux plus que tu doutes, je veux que tu saches, que ce soit une vérité. Je veux que nous ça existe dans ta tête autant que dans ton cœur. Ton nez chatouille le mien alors que mes yeux s’accrochent aux tiens. Je ne les ais jamais vu d’aussi près, tu savais qu’ils ont un petit reflet ambré ?
Tes bras m’attirent contre toi, fais attention quand tu me relâcheras je ne suis pas certaine de retrouver mon équilibre, j’ai pas la moindre idée d’où son mes jambes. Non mieux ne me relâche pas.

Mes bras quittent les accoudoirs du fauteuil pour venir entourer ton torse, moi aussi je veux te serrer contre moi, j’aime ton odeur de terre et de menthe habituelle, mais celle du chlore n’est pas déplaisante. Heureusement que tu ne vois pas mon sourire extatique et mon visage rougi. Je dépose une simple bise sur ta clavicule au travers du tissu de ton tee-shirt, c’était la seule chose à portée désolée, puis je desserre mes bras et tu m’aides à regagner mon fauteuil. Je te souris, un instant j’ai oublié où nous nous trouvions et je crois que toi aussi.

« On va… »

On rentre ? Non. Cette idée ne me plait pas, si on rentre… Je ne veux pas y penser, je ne peux pas y penser. Mes doigts cherchent à nouveau le contact des siens, comme si ce contact suffisait pour trouver une suite à la fin de ma phrase.

« Manger quelque-chose ? C’est peut-être un peu tôt, mais comme ça on a le temps de trouver quelque-chose qui nous plait, ça te dit ? »

C’est la première chose qui m’est venue en tête, là je sais que j’suis incapable de me contrôler quand il me touche j’en veux toujours plus, alors j’pense qu’il est plus safe d’rester dehors. De profiter l’un de l’autre, comme avant, comme avant alors que tout est différent. Comme avant sauf que maintenant tu sais que nos sentiments sont partagés.



Tout simplement | Nathou ♥ 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Lun 14 Mai 2018 - 22:34

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Nathanaël Lancer
Etoile Terre Lunaire
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Ipiu répondit à son étreinte. Nathanaël se sentait bien, non, mieux que bien. Il était dans un état de béatitude, de bien-être complet, le bonheur. Son visage arborait un doux sourire. Il avait rarement été aussi heureux qu'en cet instant et il eut la chance de s'en rendre compte. Il apprécia donc le moment à sa juste valeur, ce moment partagé avec la femme qu'il aimait par-dessus tout et qui se trouvait à l'abri dans ses bras. La Tonnerre vint déposer brièvement ses lèvres contre sa clavicule, par-dessus son t-shirt. Il retint son souffle, se crispant un bref instant, avant qu'elle ne s'éloigne de lui et qu'il se détende à nouveau. Le Terre l'aida à retrouver une position stable dans son fauteuil, se perdit un instant dans ses yeux si magnifiques, son sourire et resta suspendu à ses lèvres.

Savait-elle qu'elle lui faisait autant d'effet ? Sans doute. L'Anglais revint peu à peu à la réalité, celle qui les entourait, réapprivoisant leur environnement.

Avec plaisir.

Il se contenta de sourire à son amie, avant de se relever en venant déposer un doux baiser sur le haut de son crâne. Il aurait aimé ne pas s'éloigner d'elle, la garder contre lui, sentir encore ses lèvres sur les siennes, mais il fallait être raisonnable et savoir ne pas abuser des bonnes choses pour ne pas s'en lasser... quoi qu'il doutait pouvoir se lasser des lèvres d'Ipiu.

Nathanaël jeta un bref regard autour d'eux. Ses joues rosirent en apercevant cette jeune femme lisant un livre sur un banc ou cet homme faisant probablement son jogging quotidien. Il y avait encore ce garçon lançant un frisbee à un chien, plus loin, et cet Air qui s'entraînait à léviter au-dessus du sol. Les avaient-ils vus ? Cela posait-il un problème ? Le Titan remit en place son sac de sport sur son épaule. Non, cela ne posait aucun problème. Un baiser échangé par deux personnes qui s'aimaient n'avait rien d'indécent, n'est-ce pas ?

Il chassa ses considérations non-pertinentes et les deux amis se mirent en route. Un bref silence s'installa d'abord, silence que l'Anglais choisit de rompre par une réflexion qui n'avait aucun rapport avec ce qui venait de se passer, mais qu'il souhaitait simplement partager avec la femme qu'il aimait.

L'autre jour, Chris m'a parlé d'un projet qu'il a en tête depuis un moment. Il souhaite fonder un club de jardinage et m'a demandé si j'étais d'accord de m'en occuper. Cela va me demander du travail supplémentaire, mais l'idée me plaît, alors j'ai accepté. Nous devrions mettre tout cela en place d'ici la fin du mois prochain.

Le Terre avait ce sourire sur son visage, ce sourire qui ne le quittait plus, ce sourire rêveur, ce sourire d'homme amoureux, même lorsque la question qu'il allait poser à son amie cachait une certaine appréhension, une envie de ne pas être déçu.

Est-ce que ta vie va beaucoup changer, maintenant que tu es Master ?

Même si Nathanaël se trouvait sur un petit nuage, il était un peu inquiet de savoir s'il pourrait voir Ipiu plus souvent, maintenant qu'ils étaient en couple, ou si, au contraire, son nouveau statut de Master lui prendrait tout son temps. Il s'imaginait qu'elle devrait assister à de nombreuses réunions, peut-être participer à des missions et autres activités inhérentes à sa fonction. Cependant, il ne lui avait pas posé la question directement, craignant de lui donner, sans le vouloir, la sensation d'être prise au piège, peut-être, ou que ses mots sonnent comme une sorte de reproche.


Tout simplement | Nathou ♥ 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Mar 15 Mai 2018 - 23:49

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Ipiu Raspberry
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3050
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Les instants de bonheurs sont souvent trop brefs, elle a du mal à se rendre compte de ce qu’elle est en train de vivre car tout semble défiler trop vite. Elle aimerait rester plus longtemps contre cet homme qu'elle aime, prendre le temps de connaitre cette sensation merveilleuse. Elle a envie de se jeter sans retenue dans cette nouvelle aventure et en même temps elle a envie de profiter de ces instants trop courts. Si elle sait l’effet qu’elle a sur lui ? Elle s’en rend sans doute bien plus compte que l’inverse. Ses yeux s’accrochent sur son mouvement alors qu’il vient embrasser le sommet de son crâne. Elle sourit, sans doute trop niaisement à son goût, mais c’est ainsi, pour la première fois elle se donne le droit d’être heureuse. Le droit de croire en l’avenir, celui de vouloir le construire. Alors c’est bien normal qu’elle n’ait pas envie de profiter un maximum. Elle en a confusément conscience, ces moments ne reviendront jamais et il ne faut pas les consumer trop vite. Pourtant, c’est tellement tentant de vouloir tout et maintenant.

Elle commence à rouler à ses côtés, son regard se pose sur la main qui balance à ses côtés. Elle ressent l’envie de s’en saisir, l’envie de marcher à ses côtés en sentant sa paume contre la sienne. L'envie d'entrelacer leurs doigts. Elle pousse les roues de son fauteuil et se concentre sur autre-chose. Le parc est plutôt rempli malgré l'heure cela lui donne nombre de distractions, car elle sait que cela fait partie des plaisirs qu’elle ne pourra découvrir. Elle continue à sourire, ce n’est qu’une petite contrariété qu’elle à tôt fait de mettre de côté.

Chris a eu une très bonne idée, elle n’a aucun mal à imaginer Nath s'investir dans ce genre de club. Elle a senti tout l’amour qu’il portait aux végétaux aujourd'hui, elle ne peut que se réjouir qu’il prenne part à une activité dans lequel il s’épanouit autant.

« Ce rôle t’ira comme un gant. Ce club t’ira comme un gant. C’est vraiment génial. »

Elle s’enthousiasme d’avance à l’idée d’avoir de nouveaux sourires sur le visage du garçon qu’elle aime. Des sourires un peu fatigués, mais des sourires comblés par une journée bien remplie. Une journée où il aura passé du temps à partager, et non seulement à apprendre. Elle sent depuis un moment qu’il a besoin de s’ouvrir au monde même s’il n’est pas de cet avis. Il a beaucoup à offrir, et ne sait sans doute pas encore combien il s’épanouira en le faisant. Elle voit depuis longtemps l’homme qu’il est en train de devenir, et cela va sans dire qu’elle aime ce qu’elle entre aperçoit. Ses yeux courent sur la silhouette de Nathanaël, elle le trouve beau. Ses orbes le détaillent avec tendresse, avant qu'ils ne se chargent de rires.

« Tu penses vraiment que devenir master soit le plus grand changement dans ma vie ? »
demande-elle non sans humour.

Bien entendu que nombre de choses étaient sur le point de changer. Elle ne savait juste pas à quel point, elle n’osa pas se vanter de s’être cassé sitôt son pouvoir libéré. Il fallait qu’elle parle à Aaron, pour bien des raisons par ailleurs, mais aussi pour savoir si elle avait le droit d’en parler tout simplement. On l’avait laissé récupérer jusque-là, mais elle ne doutait pas que le retour de bâton vienne. Elle avait accepté un nouveau rôle, et si elle n’y voyait pas une laisse, elle ne pouvait se leurrer en se pensant qu’il serait sans contrainte. Pourtant, pour l’instant seul comptait son désir de passer du temps avec l'anglais de son coeur. C’est peut-être cela le début d’une histoire d’amour, songe-t-elle.

« On trouvera un moyen de se voir plus souvent, je viendrais taffer dans ta chambre s’il le faut. Enfin si ça ne te dérange pas, j'ai envie d'être avec toi. »

C’est au final en son cœur un changement bien plus important qu’être master que celui d’accepter ses sentiments. Elle ne se rend pas vraiment compte que si elle les accepte si facilement c’est parce que ce rêve a réparé en elle quelque-chose de profondément enfouis, quelque-chose d'oublié et précieux. Elle ne se rend pas compte qu'être master l'a réparée.



Tout simplement | Nathou ♥ 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Dim 20 Mai 2018 - 21:37

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Nathanaël Lancer
Etoile Terre Lunaire
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Nathanaël apprécia l'enthousiasme d'Ipiu lorsqu'il lui présenta le projet qu'ils mettaient sur pied, avec Chris. Lui aussi, se réjouissait de monter ce club. Il avait une telle affinité avec le monde végétal que la simple idée de pouvoir partager sa passion l'enchantait, car même s'il ne parvenait pas à nouer de liens avec les gens, à l'exception de la Tonnerre  et d'Alice, il savait qu'il aimerait passer du temps avec des personnes pour échanger ou dispenser son savoir. Il n'attendait pas plus de cette nouvelle expérience que la joie de s'occuper des plantes et peut-être discuter un peu avec d'autres passionnés. Il ne pensa pas un instant qu'il puisse y avoir des comportements déviants qu'il devrait apprendre à gérer. Il ne voyait que le positif d'une telle activité.

L'Anglais ne ressentait pas le besoin de se faire plus d'amis, de se sentir plus entouré. Avant de venir à Terrae, il était plus sociable peut-être, il avait en tous les cas plus d'amis, de gens qu'il appréciait vraiment et qui l'appréciaient, mais depuis son arrivée au Japon, il se sentait bien, simplement entouré des deux femmes de sa vie. Il n'avait pas réussi à nouer d'autres liens. Ses camarades de palier, par exemple, ne représentaient que des personnes qu'il croisait parfois, avec qui il échangeait quelques mots, mais c'était tout. Il n'en demeurait pas moins d'une compagnie agréable, la plupart du temps. Il fallait dire qu'il avait aussi vécu quelques situations où le feeling n'était finalement pas passé. Il eut une pensée particulière pour Oksa ou encore Charlie-Ange, mais les chassa tous deux rapidement de son esprit.

Elle rit... son amie rit à sa remarque et il ne comprit pas tout de suite pourquoi, puis il se mit à rire lui aussi, l'un de ses rares rires plein et sincère, son rire d'homme heureux. Il était vrai que la vie de la Master avait beaucoup changé récemment et pas seulement à cause de son nouveau statut. Si on avait dit à l'universitaire il y avait moins d'une semaine, qu'à ce jour, il serait en couple avec Ipiu, il aurait probablement lâché un petit rire amer, balayant de la main cette idée tellement irréaliste et saugrenue. Il reçut donc sa réflexion comme une sorte de compliment et il aurait probablement sourit, s'il ne le faisait pas déjà.

Bien sûr que non, cela ne me dérange pas. Au contraire, je serai ravi de t'accueillir à chaque fois que tu pourras venir.

Il réfléchit un bref instant.

Et je m'organiserai pour venir plus souvent à la bibliothèque lorsque tu y travailleras. Nous pourrons rentrer ensemble, au moins sur une partie du chemin.

Le Titan lui glissa un regard et un sourire doux. Il ne se leurrait pas. Il savait que les Masters ne restaient pas à l'institut. Il s'attendait donc à ce que la Tonnerre déménage prochainement dans le quartier qui leur était destiné et s'éloigne de lui, mais cela ne l'effrayait pas, car Terrae n'était pas bien grand et puis ce ne serait pas quelques minutes de marche qu'il le freinerait et l'empêcherait de voir la femme qu'il aimait.

Moi aussi, j'ai envie d'être avec toi.

Nathanaël n'était pas le genre d'homme à répondre par onomatopée. Il préférait les phrases construites et mettait un point d'honneur à avoir un langage le plus irréprochable possible. Il avait souvent été la fierté de ses parents pour cela, notamment, et même s'ils n'étaient plus présents pour recevoir les félicitations et compliments des gens qu'ils côtoyaient à ce sujet, il maintenait cela comme un petit trésor précieux. À la suite de ses propos, l'Anglais lança un regard tendre à la femme qu'il aimait comme un fou et posa sa main sur son épaule, la pressant légèrement, à défaut de pouvoir lui prendre la main.

Je pourrai même t'attendre à la fin des réunions pour te raccompagner, si tu le souhaites.

Ton mot:
 


Tout simplement | Nathou ♥ 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Lun 21 Mai 2018 - 1:29

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Ipiu Raspberry
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3050
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Il rit et son rire fait bondir le cœur de la jeune femme. Elle le couve du regard, elle aime ce nouveau rire. Elle aime ce nouveau regard. Elle aime quand il ne se retient plus, il a l’air plus heureux. Elle est vraiment sur son petit nuage à planner à quinze lieues au-dessus de là où elle se trouve. En les regardant de loin on peut voir un couple heureux, drôle d’impression quand on sait leur passif. Elle sourit, constamment. Tout est nouveau, tout est neuf, tout est beau sorti de l’œuf. Pour l’instant ils ne pensent pas aux futures disputes pour savoir qui choisit le programme télé ce soir, mais peut-être qu’avec eux ce genre de dispute n’aura pas lieu, ils ont plus l’air du style à passer leurs soirées à lire…

« Hm. Si tu acceptes que je squatte chez toi on peut rentrer ensemble tout court… »

Sa chambre n’est pas vraiment la plus adaptée pour recevoir du monde, récemment elle a dégagé la chaise qu’elle prêtait aux gens qui venaient car elle la gênait pour se déplacer. Il ne restait que son lit pour ses invités, et nombre n’appréciaient pas le lit médicalisé. Elle pouvait comprendre cela étant, c’était bizarre, il avait des angles anormaux car elle oubliait souvent de le remettre à plat après y avoir dormi. Par ailleurs la dragonne au-dessus du lit qui l’aidait à se remonter sur le matelas ou à se déplacer tapait facilement sur la tête de ses invités… Ce n’était pas pratique. Bien entendu il n’était pas pratique pour elle d’aller chez des amis non plus, il y avait toujours les inconvénients du manque d’équipement. Elle ne pouvait pas utiliser les WC sans aide ou ce genre de choses… cela lui compliquait la vie, mais elle arrivait à faire avec.
Elle n’envisageait réellement pas le fait de déménager. Cette aventure la terrifiant par avance. Elle pensait encore à ce stade pouvoir négocier de rester à l’institut. Elle pensait que quand il parlait de se séparait sur la fin du chemin il faisait référence à rejoindre leurs chambres respectives.

Cela lui fait plaisir de savoir que ses sentiments sont partagés. Elle est heureuse de savoir qu’ils sont sur la même longueur d’onde… Et s’il n’avait pas eu envie de la voir ? Et si… La supposition était débile il est vrai, pourquoi refuserait-il de la voir maintenant que tout commençait entre eux… Ce n’était d’ailleurs à y réfléchir un commencement, le fantôme de leur relation passée ne les guettait point. C’était une suite, une évolution, une adaptation, une variation, mais certainement pas un début… Et en même temps cela restait quelque-chose de nouveau. Cette sensation agréable de sentir la main du jeune homme sur son épaule était nouvelle. Le feux de joie dans son ventre aussi !

« Je pense qu’on ne sera tout de même pas en rade de temps à ce point pour grapiller quelques minutes par-vi par-là... Mais si tu veux je passerais te voir après les réunions… Si elles ne se finissent pas trop tard par contre. Si tu dors pas tu retiendras plus rien... Par contre j’avoue que j’en connais pas la fréquence de ces réunions. Je me suis cassée rapidement après avoir acquis mes pouvoirs, j’ai pas demandé mon reste, c’était un peu surréaliste et la réaction des autres m'a gavée. Je sais même pas ce que j’ai le droit de te raconter… »

Pouvait-elle parler du rêve ? De la greffe ? De l’attaque surprise de l’autre nul ? De la barbarie des coutumes de ses camarades masters ?

« Mais je sais ce que j’ai envie de te raconter… c’est… ça… ça m’a réparée je crois. Beaucoup de choses ont retrouvé leur place… C’est dur à exprimer, désolée, mais ça fait beaucoup de bien. »

Elle est désolée qu’il ne puisse pas comprendre, désolée de ne pas trouver les mots pour l’expliquer. Désolée de pas savoir si elle peut utiliser ces mots ou pas. Faudra qu’elle demande à Aaron. Ses yeux repassent sur les cheveux encore légèrement humides du garçon. Et elle voulait qu’ils mangent dehors ? Quelle cruche, son idée première était de le faire rentrer pour le préserver du froid. Elle avait un peu dévié.

« Tu as une préférence pour le resto ? Sinon on peut aussi prendre à emporter et aller se caler dans la salle de commune ? T’en pense quoi ? »

Elle n’a pas osé lui dire « dans ta chambre. » On a bien compris qu’elle va y squatter souvent… Mais là, elle a besoin qu’il y ait des gens autour d’eux pour l’empêcher de déraper. Elle ne se fait pas vraiment confiance, elle sait pourtant où son ses limites.

HRP : ton mot troubadour



Tout simplement | Nathou ♥ 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Lun 21 Mai 2018 - 22:05

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi Sayanel et Sibylle Dinkel
► Rencontres ♫♪ :
Nathanaël Lancer
Nathanaël Lancer
Etoile Terre Lunaire
Messages : 426
Date d'inscription : 05/08/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Jardinier/étudiant
Humeur : ça va plutôt bien, merci

Nathanaël se contenta d'un sourire doux et d'un hochement de tête à la remarque de son amie. Il savait qu'Ipiu n'avait pas besoin d'être raccompagnée chez elle, d'être protégée, parce qu'elle était une femme forte et pleine de ressources, avant même d'être Master et malgré son handicape, mais l'Anglais n'appréciait pas trop l'idée de la laisser rentrer chez elle toute seule, une fois qu'elle aurait déménagé. C'était sans doute un peu idiot de sa part et il se ferait violence pour ne pas lui faire l'affront de lui en faire la remarque. Elle n'apprécierait pas, il en était persuadé... ou peut-être qu'elle trouverait cela adorable ? Non, il ne préférait pas risquer de la vexer sur ce sujet.

Il lâcha un nouveau rire, plus contenu cette fois-ci. La Tonnerre avait raison. Ils trouveraient du temps sans avoir besoin d'en arriver à des solutions désespérées. Il se contenta à nouveau d'acquiescer simplement, la laissant terminer. Le Titan connaissait ses limites et ses besoins de sommeil, alors il ne se faisait pas trop de soucis de ce côté-là.

Ipiu, je ne souhaite pas t'attirer des problèmes, tu le sais...

Mais il s'arrêta, car la Sensitive reprit. Il sourit à nouveau. Il ne comprenait pas vraiment ce dont elle parlait, parce qu'il fallait probablement l'avoir vécu pour complètement appréhender cette expérience, mais il en percevait les effets. Ainsi, le Terre devait certainement remercier sa masterisation pour le bonheur qu'il vivait à présent ? Il n'en était pas certain, mais il sentait que la femme qu'il aimait avait changé. Il se passa la main dans ses cheveux encore un peu humide. La fraîcheur ne le perturbait aucunement.

Je suis heureux pour toi. Je suis heureux que cette expérience t'ait permis de retrouver une partie de ces choses qui t'ont manqué ou que tu avais perdues... si j'ai bien compris. J'ai toujours voulu que tu sois heureuse et je suis ravi que ce que tu as vécu t'en ait approché. Tu mérites ce bonheur, ce bien-être et je ne dis pas cela par égoïsme, en songeant qu'il fait écho au mien. Tu sais, même si tu t'étais éloignée, je pense que j'aurais trouvé la force d'être heureux pour toi, de te souhaiter le meilleur et plus encore.

Nathanaël baissa la tête, fixant le sol. Il se sentait maladroit, avait la sensation de ne pas trouver les mots qu'il fallait pour exprimer ce qu'il ressentait, ce qu'il voulait dire.

Heureusement, la Master finit par changer de sujet en revenant sur leur but. L'Anglais se permit un instant de réflexion avant de répondre.

Je ne suis pas certain que le terme « se cacher » convienne à la salle commune. Je suppose que par un jour comme celui-ci, elle sera particulièrement occupée, mais nous pourrions être surpris.

Le Terre lâcha un petit rire.

Je connais un restaurant où ils font d'excellentes pizzas.

Il lui lança un sourire entendu. Même s'ils avaient eu l'occasion d'en remanger depuis leur voyage à Singapour, le souvenir de l'immondice qu'ils avaient avalée restait gravé dans leur mémoire.

Sinon, je peux retourner rapidement dans ma chambre. J'ai toujours un bon à faire valoir dans un des restaurants. Heureusement qu'il n'a pas de date limite. Je pense que c'est un établissement plutôt classe, donc à voir quelles sont tes envies. Je ne suis pas difficile, tu le sais bien.

Le Titan sourit à la femme qui aimait avec douceur encore. Le son d'une guitare capta son attention. Il observa de loin ce troubadour contemporain baigner le parc de quelques accords harmonieux. La musique lui donna soudain envie de jouer du piano. Peut-être irait-il en salle de musique un peu plus tard, avant d'aller se coucher peut-être, ou le lendemain si l'occasion ne se présentait pas avant.

Ton mot:
 


Tout simplement | Nathou ♥ 1ibx10
Merci Aa-chan <3
##   Mar 22 Mai 2018 - 23:50

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Ipiu Raspberry
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3050
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

« Tu es un idiot. »

C’est un peu sorti tout seul pour le coup. Genre. Vraiment. My god. Ce moment où je réalise ce que je viens de dire et où je freeze juste en mode « Ah bah bravo Ipiu. BRAVO. » Allez maintenant faut continuer, faut développer.

« Tu n’aurais même pas du songer à me laisser m’éloigner. Tu aurais du je sais pas ? Utiliser tes forces pour me retenir, me rappeler que tu étais important et que tu le serais toujours plutôt que pour accepter le fait que je m'éloigne ? Me faire comprendre que j’étais une idiote, que j’avais besoin de toi ? Que sans toi j’me sentais moins moi ? Puis d’abord t’aurais même pas dû pouvoir penser que je pourrais m’éloigner, que j’pourrais en avoir envie, que j’laisserais ça arriver. C’était pas possible. Plus possible. J’pourrais pas m’imaginer sans nos discussions, sans nos rires, nos promenades. J’le peux plus depuis longtemps. »

Alors ouai t’es qu’un idiot, un idiot qui s’était résigné peut-être trop tôt. C’est un idiot mais je suis une idiote. Une idiote qui avait tellement peur qu’elle refusait de regarder les choses en face. Ça fait un moment que je t’aime Nathou, mais j’voulais pas le reconnaitre. J’avais peur de t’aimer. Peur que ça signifie la fin de ce qu’on était, peur que ça nous éloigne. J’avais peur qu’on réussisse pas à construire un truc à nous, qu’on se fasse du mal. J’en ai toujours peur, mais maintenant, maintenant je crois que je peux envisager qu’on s’aime un petit moment, qu’on aille ensemble vers demain, qu’on se fasse mal, qu’on se retrouve, qu’on ait des hauts et des bas, des moments de détresse mais tellement plus de joie. Dans la cavalcade de mon cœur, beaucoup de sentiments se mélangent. Je sais qu’il aurait pu accepter de me voir partir, mais j’aimerais… J’aimerais que maintenant il ait envie de me retenir… Non, pas simplement qu’il en ait envie, mais qu’il le fasse. Je suis une idiote, et je le sais, alors même si c’est dur, même si je suis encore injuste avec lui, je voudrais qu’il me retienne.
J’crois que même s’il voulait partir maintenant je ferais tout ce que je peux pour qu’il reste, j’me battrais, même si je sais que si c’est sa volonté je finirais par m’y plier. Son bonheur serait décisif, mais je ne le laisserais pas me quitter s’il y avait d’autres choses que cela en jeu, plus maintenant, j’ai sauté dans le vide, et la seule chose qui me rassure c’est la chaleur de sa main sur mon épaule. Si on est deux on peut survivre au fait d’être un couple non.

Il a raison cela dit, se cacher dans la salle commune c’est une notion bizarre. Perso, j’me cache plus dans la foule que dans des recoins sombres. C’est une habitude.

« Va pour les pizz… »


On a un regard entendu. On pense tous les deux à notre voyage à Singapour. La suite m’énerve un peu, j’dois le prendre comment le fait qu’il ne soit pas difficile ? HEIN. Non, mais même sans ça. Ça lui ressemble déjà trop de s’effacer pour me laisser choisir, je veux plus de ça Nath. Ce temps-là est révolu. Fini.

« Sois difficile Nath, ce soir on fait ce dont tu as envie. Je te suis. »


Ton mot:
 



Tout simplement | Nathou ♥ 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Tout simplement | Nathou ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Parc.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant