Partagez | 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Jojo, c'est pas seulement un canard!
##   Sam 14 Juil 2018 - 15:21

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2176
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Plus tôt dans la matinée, Ys l’avait passé en compagnie de Mathéo, cloitré dans sa chambre, à l’abri de toute lumière vive. Le Master avait besoin de passer du temps avec son précieux ami. Il avait besoin de ses conseils, de l’écouter. Depuis toujours, l’enfant de la lune avait cette pression sur lui : calmer ses ardeurs. Il était bien l’une des rares personnes dont le Master écoutait attentivement, sans jamais le contredire. Evidemment, Ys n’aura pas fait de mérites sur son altercation avec Charlie. Mathéo aurait été déçu de son comportement. Et s’il y a bien une chose qui reste insupportable : c’est de décevoir les personnes que nous aimons. Qu’il soit en colère était plus acceptable, mais sa déception et le risque que ce dernier ne désire plus le voir, aurait été trop dur pour le Master. Malgré tout, il préfère le mensonge que de le perdre. Evidemment il n’était pas fier de lui. Mais il avait choisis. Et cette petite visite aura eu le mérite de lui faire le plus grand bien. Et surtout, une petite idée germa dans son esprit. Une solution pour calmer ses actes violents.


Depuis plusieurs minutes, voir une bonne heure, Ys était assis en tailleur dans cette salle. Il n’y avait personne et c’était pas plus mal. Il faut dire que cela faisait un moment qu’il n’était pas revenu en ces lieux. Vêtu d’un kimono, le Master était concentré. Paupières fermées, il laissait son esprit vagabondé.

Il avait un objectif : calmer ses pulsions violentes. Cela avait duré bien trop longtemps. Et en y faisant un récapitulatif sur son ancienne vie jusqu’à aujourd’hui, il était toujours submergé par une vieille colère. Une colère qui s’était transformée sous une forme de Dragon quand ce dernier utilisait sa Greffe. Une Greffe qui évidemment, il ne pouvait s’en servir à sa guise au risque de blesser des personnes. Il fallait que tout cela cesse. Depuis ce qu’il s’était passé avec Charlie, il avait pris conscience du mal qu’il pouvait provoquer et du danger qu’il représentait.


Seulement il était hors de question de rencontrer un psychologue. Cela lui paraissait comme une faiblesse de devoir parler avec un inconnu et reconnaître ses torts. Notamment qu’il ne les a jamais porté dans son cœur. Il prendrait ses problèmes en main, seul. Et le voilà désormais dans cette pièce, concentré et déterminé. Un calme y régnait et c’était apaisant. Devant lui, jouer suspendu en l’air, deux petites billes d’acier qui dansaient entre elles. Elles tournaient, cherchant une stabilité et un équilibre. C’était un représentatif de son état.
Calme, apaisé, patient. Cela dura quelques minutes. C’était en soit une réussite. Mais son instinct primitif et le Ys de toujours firent rapidement surface. Et soudainement, tel un éclair, les billes se séparèrent violemment et chacune d’elle vint frapper brutalement le mur qu’elle rencontra.


Et l’une d’entre elle, venant percuter et s’incruster dans l’encadrement de la porte, manqua de frapper quelqu’un sur son passage : Joyce. Rouvrant les yeux, ayant senti son état s’emballait soudainement, il découvrit sa sœur. D’un large sourire, il accueillit cette dernière.

« Yo, Jojo ! Comment tu vas ? »

Lol. Il la connait et il reconnait dans son regard une sombre envie de le fracasser. Arf, ça lui passera, comme pour tout. De vrais chien et chat. Dans un étirement, le jeune homme se leva. Il jette un rapide coup d’œil aux dégâts. Elle est longue la route….
S’approchant du mur pour récupérer l’une des billes, il reprit d’un ton tranquille.

« Tu me cherchais ? Je suis désolé, je n’ai pas pris min téléphone sur moi . » 


##   Sam 14 Juil 2018 - 18:32

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 690
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Il y a des choses qui ne changent jamais, d'autres qui évoluent et diverses encore qui s'amusent à faire le yoyo. C'est à peu près ce que je ressentais durant les mois qui suivirent ma sortie de l'hôpital.  Mentalement, ça revenait doucement et j'étais presque capable de me souvenir de tout et de tous. C'était encore approximatif, mais j'avais fais beaucoup de progrès, même si je n'étais jamais allé voir un psy. On m'avait conseillé de le faire, mais ce n'était pas dans mes habitudes et j'avais besoin de retrouver une vie normale. Au final, ça s'avérait plus difficile que prévu.

Physiquement, c'était pas la grande forme. J'avais souvent des maux de tête et mon coeur avait tendance à encore me jouer de sale tour. Visiblement, mon corps semblait, s'il ne rejetait pas la greffe, vouloir mettre mon nouveau coeur à rude épreuve. Il y avait pourtant une sorte d'équilibre à la vie que je vivais. Tous les lundis matin, sous la surveillance électronique d'une sorte de biper, j'effectuais vingt minutes de course pour entraîner mon palpitant à ne pas me lâcher. L'après-midi, je révisais mes cours théoriques seule dans ma chambre. Tous les premiers mardi du mois, je rendais visite à l'hôpital pour qu'on fasse le bilan. Les mercredi je passais mon temps à réviser. Les jeudis, c'était répétitions en groupe, de même que le samedi. Enfin, quand on pouvait. Quand au vendredi, je tentais de m'entraîner avec mes pouvoirs. Et c'est là que le bas blesse. Avec tout ce qu'il s'était passé, bien que j'ai conservé mon niveau étoile, je ne pouvais pas faire beaucoup plus qu'un initié.
En même temps, je n'avais pas vraiment demandé à Mitsuki de me ré-entraîner depuis. Sachant que c'était les entraînements qui avaient manqué de me tuer car j'en avais trop abusé, j'hésitais un peu à le lui redemander, de peur qu'elle ne veuille plus, par crainte.

C'est pour ça que, depuis, je m'entraînais seule en salle d'entraînement, dans le plus grands des secrets. Sauf que ce jour-là, je n'eus vraiment, mais alors vraiment, pas de chance. Au moment même où j'ouvris la porte, je vis une bille d'acier se fichait dans le mur à côté de moi, manquant de me heurter de plein fouet. J'avisais le mystérieux tueur pour découvrir mon frère, un grand sourire aux lèvres. J'étais maudite.
Récupérant sa foutue bille, il me parla et je levai les yeux au ciel.

- Non Ys, je ne te cherchais pas. Je venais juste m'entraîner un peu. Faut que je m'y remette.

La vérité, c'était que depuis que j'avais retrouvé la mémoire, on ne s'était pas énormément vu avec Ys, en dehors des répétitions. Et j'avoue, je me sentais un peu mise de côté. OK. Il me manquait ce con, j'admets. Du coups, j'ai peut-être été un brin froide.

- Toi aussi à ce que je vois. Évite de tuer tous ceux qui veulent entrer, ça ferait mauvais genre.


##   Sam 14 Juil 2018 - 19:37

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2176
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ok. Alors oui il avait manqué de tuer sa soeur, par accident évidemment. Donc, de ce fait, il était logique que cette dernière ne saute pas au plafond quand elle le vit. Mais il y avait autre chose. Certes, ils ont toujours fonctionné ainsi. Ils se cherchent constamment et c'est dans leur tempérament (âme de poète). 
Mais cette fois, la petite Feu semble préoccupée et quelque peu distante. Lui jetant un coup d'oeil en coin, la première chose à laquelle Ys fit le lien, ce fut le choix rapporté sur Elana pour compléter leur groupe. A moins qu'il ne soit pas au courant d'autre chose?!
Et en parlant d'une chose qu'il n'était pas au courant: c'était bien sur les entraînements de la miss ici. 

"Tu vas rire, mais c'est exactement ce que je tente de faire: de tuer personne."

Et c'est pas faute d'essayer. Même en étant isoler du monde, il fallait qu'il croise une personne et ne manque de la blesser. Quand je vous dis qu'il a un karma pourris! 
S'avançant vers la petite blonde, Ys lui tendit la main pour récupérer la bille d'acier.

"Joues pas avec ça, c'est dangereux!"

Lance-t'il sur un ton amusé. 
Ouais enfin, il essaye. Et finalement, il avait tapé juste: quelque chose cloche. Elle ne sourit pas énormément la Jojo. Rangeant son matériel dans sa poche, il reprit cette fois d'un ton plus sérieux.

"Et donc tu viens t'entraîner ici, seule? Depuis quand??"

Alors oui Mitsuki est préoccupée par son devoir de Master, mais elle était toujours prête à l'aider pour évoluer et combattre cette saloperie qui un jour l'avait plongé dans le coma. Mais connaissant sa soeur, cette dernière devait avoir une bonne raison pour rester en retrait. Une raison dont le jeune homme allait devoir s'adapter pour rapidement trouver une solution.


##   Sam 14 Juil 2018 - 20:44

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 690
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Ys a tenté de plaisanter de son geste un peu violent pour un simple entraînement mais ça ne me faisait pas rire. Clairement pas. Depuis qu'il était passé master, il y avait quelque chose qui clochait et, évidemment, il ne m'en parlait pas. Bouffon va. J'étais sa soeur ou juste une bonne copine? Abruti.
Je lui ai tendu sa bille qu'il a rangé pour finir par aller un peu plus loin dans la salle, seule. Je me suis concentrée un instant avant de faire apparaître une petite bulle de feu. Oui non parce que là, on peut pas appeler ça une boule de feu. C'était à peu près de la taille d'une grosse bille, mais ça faisait énormément de dégât. J'allais la multiplier par trois pour créer une attaque mais Ys est revenu à la charge.

- Depuis un moment. Je préfère. Au moins je gère ma fatigue seule.

J'ai repris mon entraînement, tout en sachant parfaitement qu'il reviendrait à  charge. C'était Ys. Je le connaissais assez pour savoir qu'il avait déjà comprit qu'il y avait anguille sous roche. J'ai recréé ma petite bille avant d'en faire deux autres. Je les ai manipulé, les ai fête tourner. J'avais fermé les yeux pour me concentrer.
J'ai lancé mes balles qui son taller s'écraser chacune dans un mur. Je commençais enfin à retrouver un niveau à peu près décent.

- Et toi? Pourquoi tu es là, tout seul?

A attendre ses questions, autant poser les miennes. Après tout, peut-être que pour une fois, j'aurais des réponses?


##   Dim 15 Juil 2018 - 21:18

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2176
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Joyce tente malgré tout de se concentrer et d'effectuer ce pourquoi elle était venue jusqu'ici. Malheureusement pour elle, c'était sans compter sur Ys. Ce dernier relança la conversation, posant de nouvelles questions. De plus, tout étant une personne étouffante et énergétique, le jeune homme s'inquiétait d'avantage pour sa soeur qui ne semble pas au meilleur de sa forme. 
Voulant s'assurer, il reprit de nouveau la conversation, empêchant ainsi la demoiselle son entrainement. 
Joyce, après un énième soupir, tenta d'y répondre. Des réponses qui selon le Master, restaient vagues. Septique, celui-ci resta en retrait, tout en continuant d'observer la petite blonde. Mouais, pas convaincante quand même. 
Deux secondes de silence. C'est ce qu'il aura fallu avant qu'Ys ne fasse un pas en avant, n'ouvre la bouche mais aucun son n'en sort. Joyce l'ayant pris de cours, lance à son tour l'interrogatoire. 

"Hum...Concentration, évolution, changement."

Oui, il a fait exprès de ne pas répondre par une phrase. Histoire de tester la patience de Joyce qui s'est toujours annoncée très courte. Ceci dit, il en apprit d'avantage sur celle ci. Donc il semblerait bien que la petite Feu vienne seule depuis un moment ici pour s'entraîner. C'est idiot. Et connaissant son caractère, c'était surement pour ne pas causer du tord depuis sa chute. 
Dans un soupir, Ys s'interposa, d'un coup de téléportation, entre elle et le mur sur lequel elle avait pris pour cible.

"Sérieusement, qu'est ce que t'as? T'as jamais été aussi chiante que maintenant. Tu m'en veux pour cette histoire de groupe et de batteur??"

Il se pourrait que se soit aussi. Certes, durant les répétitions, il avait pu croiser la miss. Mais malheureusement son travail en tant que Master demander énormément de temps et puis il ne pouvait pas toujours se partager entre ses amis et amies. Bref les journées étaient parfois trop courtes. 
Cependant, il gardait en tête ses priorités, et aujourd'hui, c'était Joyce. Alors se tenant toujours devant elle pour l'empêcher de fuir la conversation, il reprit d'un large sourire:

"Tu veux qu'on s'entraîne ensemble? Promis, j'irai doucement."


##   Dim 15 Juil 2018 - 21:34

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 690
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Ys ne semblait pas vouloir me laisser tranquille. Sauf que ce n'était clairement ni le moment, ni la bonne manière d'aborder ce genre de conversation. Je n'étais pas en état. Il n'a que peu répondu à ma question, et, dans un soupire agacé, j'ai finis par me détourné de lui pour poursuivre mon activité.

Sauf que ce con est venu s'interposer et j'ai du dévier mon tir pour l'éviter de justesse. Cette fois, j'étais vraiment furax. Il allait quand même pas foutre en l'air tout mon entraînement non? Il m'a insulté, m'a cherché, m'a envoyé des piques. Il a tenté de me faire parler et je le savais parfaitement. Sauf que je ne voulais pas parler, je voulais qu'on me laisse tranquille.
Franchement, on se voyait à peine depuis qu'il était passé master et ça avait pas eu l'air de le déranger, je vois pas pourquoi il venait me faire chier maintenant alors que, de base, on aurait même pas du se voir!

- Non. J'en ai rien à foutre de notre batteuse. Tant qu'elle bosse, je m'en fous qu'elle soit novice. Je voudrais juste pouvoir faire mon entraînement tranquille!

Sauf que c'était faux, on le savait autant l'un que l'autre. Il n'était pas mon frère pour rien, il me connaissait par coeur.
Mais il eut la phrase de trop. Il promit d'aller "doucement" si je m'entraînais avec lui. J'en avais marre d'être prise pour ce que je n'étais pas. Je n'étais pas faible putain!
J'étais tellement en colère, tellement amère... J'ai eu un regain d'énergie telle qu'une lame de feu m'a échappé pour partir en direction de mon ami. Je savais qu'il l'esquiverait et honnêtement, heureusement. Mais j'étais furieuse que lui ose me voir comme une petite chose fragile.

- Lâche-moi putain!

J'ai serré les poings pour ne pas réattaquer. Je voulais juste qu'on me foute la paix, juste une journée pour que je puisse digérer ma récente rémission. Juste une journée.

- Pour une fois Ys,  juste une foutue fois, lâche-moi.


##   Dim 15 Juil 2018 - 22:18

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2176
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ah! La Joyce de ses souvenirs était toujours aussi présente et en forme. Elle réagit rapidement aux affronts du garçon. Et elle ne tarde pas à rentrer dans son jeu laissant son mauvais caractère parlait pour elle. C'est bon, il y a une faille. 
Une autre chose à noter, elle ne lui en veut pas pour cette histoire de groupe. C'est une bonne chose. C'est déjà pas évident d'y mettre de l'ordre et de trouver un bon niveau, mais il est préférable que les membres s'entendent et que l'abcès soit percé. Finalement, sa proposition fit l'effet d'une bombe. Joyce ne semblait pas apprécier de l'aide, la raison pour laquelle elle était venue seule ici. Oh oh!! Ca ne va pas du tout!
Et instinctivement et sous le coup de la colère, la petite blonde laissa échapper une sphère enflammée dans la direction du Master. Sous la surprise, il n'eut pas de mal pour l'éviter. Ses réflexes de Master lui éviteront un aller simple pour l’hôpital. Il se téléporte immédiatement. Mais il ne manque pas d'entendre l'énervement dans la voix de sa soeur. Et aussitôt, réapparut à ses côtés, il encercla cette dernière de ses bras. 

"Alors là tu vois, je ne suis pas prêt de te lâcher. Plus jamais je ne te lâcherais."

La dernière fois qu'elle lui avait dis ça, entre eux, depuis son retour du coma oubliant tout, ils s'étaient quittés. Ils avaient finis par oublier qui ils étaient l'un pour l'autre. Et sous sa demande, parce qu'il la voulait heureuse et qu'il était lâche et épuisé mentalement, il avait finis par la lâcher. Mais plus jamais il ne ferait cette erreur. Alors tant puis s'il se prend une droite, si elle hurle ou le déteste, il ne la lâche pas. Et son étreinte se referme d'avantage sous le moindre mouvement. 
Joyce, comme parmi tant d'autre, était sa famille. Et surtout sa soeur. On ne peut pas se défaire d'une famille. 

"Je suis venu ici pour changer. Je veux devenir meilleur et ne plus être ce type violent. Mais ça commence aussi avec toi. Alors dis moi ce qui ne va pas."


##   Dim 15 Juil 2018 - 22:52

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 690
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Depuis le coma, jamais une de mes attaques n'avait eu une telle puissance. Je m'étais contenté de faibles démonstrations, me préservant d'une explosion qui m'endommagerait nécessairement. Rien n'allait vraiment depuis mon réveil et j'avais peur d'une mauvaise nouvelle. J'avais recommencé à me rendre seule à mes visites à l'hôpital et, à chaque fois, j'avais peur d'une mauvaise nouvelle. Même si chaque jour était synonyme d'espoir, rien n'allait. Les études, les amis, la famille... Rien n'allait.

Ys a éviter mon tir d'une téléportation pour réapparaître derrière moi. Il m'a dit des mots que je ne connaissais que trop bien. Des mots dont il m'avait soutenu la même promesse quelques mois plus tôt.
Je me suis débattue, je ne voulais pas de ça. Je voulais qu'il me laisse tranquille. Qu'il retourne à ses activités de master, à sa vie, à ses problèmes dont il ne me parlait jamais! Moi, je pouvais bien me démerder seule. Je n'étais plus à ça près.

- Lâche moi! Ys, lâche moi!

Mais j'avais beau tempêter, m'agacer et me défendre, il restait là, insensible à mes demandes où à ma colère.
J'étais furieuse, délaissée et triste. Je me sentais pas en vie, c'était à peine si j'étais en sursis! J'avais peur que tout s'arrête, peur de cette vie qui semblait ne pas vouloir de moi. J'avais un rêve, intégrer une école côté de mécanique. On m'avait refusé pour cause absentéisme! Tout ça parce que j'étais à l'hôpital toute les semaines à ce moment là et que j'avais pourtant réussis à passer mon diplôme.

J'étais épuisée et j'ai finis par craquer. Je me suis laissée tomber dans les bras de mon frère, mes jambes ne me portant plus. J'avais mal à la tête, j'avais mal au coeur. Mes yeux s'embuèrent et finalement, je me retrouvais en larmes, moi qui détestait ça plus que tout.

- Je te déteste... Retourne à ton rôle de master et laisse-moi Ys, s'il te plait...

Je ne voulais pas lui parler. Je ne pouvais pas lui parler. Je me sentais égoïste dans mes idées noires. Je ne pouvais pas exiger de lui plus de présence et pourtant... Pourquoi était-il l'un des master les plus occupés? Je ne l'avais quasiment pas vu depuis notre casting! Le fait qu'il se soit réconcilié avec Mitsuki? C'était une rumeur qui me l'avait appris! Je ne pouvais pas lui dire la vérité, sous peine de le vexer ou de le blesser. Et c'est tout ce que je voulais éviter.
La vérité, c'était qu'il était mon frère et ma seule famille. La vérité, c'est que même si j'avais des amis géniaux, Ys était le seul à me comprendre avec tant de justesse. La vérité, c'était qu'il m'avait totalement mise de côté, du moins c'était mon impression. La vérité, c'était que j'étais toujours une enfant. Et que j'avais toujours besoin de lui.

J'étais complètement avachie contre lui, me mordant les lèvres pour ne pas sangloter, mes cheveux attachés cachant partiellement mon visage ruisselant de larmes. Cette fois, j'avais vraiment touché le fond. Ma dignité ne s'en remettrait sûrement pas tout de suite.


##   Mar 17 Juil 2018 - 21:40

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2176
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Comme c'était prévu, la petite blonde téméraire se débattit, et bien sûr, Ys ne lâcha rien. Il ne l'avait pas vu venir. Depuis quand? Depuis quand Joyce se sentait aussi malheureuse? 
Pourtant, elle était sorti du coma, elle avait retrouvé sa mémoire, le groupe était de nouveau en marche, mais non, rien n'y fait. Est ce Liam? Est ce la maladie toujours présente? 
Et tandis que le Tonnerre lutte pour la garder contre lui, resserrant son étreinte, sa soeur finit par lâcher les mots. Master. 
Ah oui.. évidemment, il aurait du s'en douter. Depuis sa mastérisation, le jeune homme était moins présent pour ses amis. Entre les missions pour Terrae et ses problèmes dans sa vie privée, les journées lui paraissaient courtes. Bien qu'il ait pu retrouver une vie paisible avec Mitsuki, il n'en reste pas moins qu'il était toujours préoccupé. De plus, il était devenu le sensei de Lys. Un devoir que là aussi, il ne pouvait pas renoncer. Mais malgré tout, il avait oublié quelqu'un. Une personne tout aussi importante: Joyce, sa soeur. 
Et durant tout ce temps, elle se taisait, s'entraînant toute seule dans son coin, sans rien dire, sans rechigner, sans hurler sa douleur. Elle a toujours été une force de la nature. Elle avait un mental d'acier et pendant des années, elle se battait seule. Mais avant tout ça, avant d'être une fille forte, c'était encore une enfant. Elle n'est majeure que depuis quelques mois. Et malgré tous les efforts qu'elle avait réussi à relever, elle restait jeune. Jeune et fragile dans son coeur. 

"Je te déteste" fait mal. Il fait terriblement mal. Mais il n'en tient pas compte, il ne lui en veut pas d'avoir des mots aussi blessants. Car elle n'a pas tord. C'est de sa faute, il la laissait tomber de manière non intentionnelle. Jamais il n'aurait pensé à mal. Depuis quelques temps, certaines choses lui échappent. Tout d'abord Mitsuki et sa peur d'être liée éternellement à quelqu'un quand les exemples autour d'elle ne sont que désastres. Et maintenant Joyce. Elle aussi, il n'a pas compris, il ne l'a pas vu venir. Depuis quand était il aussi peu minutieux?! Il s'en veut. Il s'en veut énormément, et il se déteste tout autant qu'elle ne le déteste.
Mais il ne lâchera pas prise pour autant. Et finalement, la jeune femme se laisse aller. Elle baisse les bras. La gardant toujours près de lui, Ys relâche doucement. Il vint délicatement poser sa main sur le haut de sa tête pour la plaquer contre lui. Il a bien remarqué ces larmes qui perlent ses joues. Mais il ne les efface pas. Il ne veut pas gêner son amie, la blesser d'avantage, la faire ressentir faible. 

"C'est finis, Joyce... C'est finis."

Lui murmure-t'il pour l'apaiser. Il faut parfois des larmes, que les choses soient brutales, pour que tout soit dit et que tout reparte de nouveau. 
De sa main, il caresse délicatement la chevelure blonde de son amie. Etant son aîné, il se devait de rester à ses côtés, d'écouter sa colère, l'encaisser et la calmer. Cela prendra le temps qu'il faudra, du moment qu'il retrouve une Joyce souriante et pétillante. Mais avant tout, il faut panser les blessures. Et Joyce, c'est une boule de feu. Il faut d'abord l'apaiser, la calmer pour trouver un terrain d'entente. Pour qu'elle puisse se livrer calmement. Alors il lui vint une idée. Après tout, ces deux, c'est une lingue histoire et quoiqu'il arrive, ils resteront liés. Aussi, le Master pouvait se livrer à elle. Et il n'aura aucune honte.

"J'étais là pour gérer mes pulsions et les transformer en une bonne aura. Un équilibre en quelque sorte. Et que dirais-tu qu'on apprenne à le faire ensemble?"

Un peu de sang froid, c'est ce qui leur manque.


##   Mar 17 Juil 2018 - 22:32

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 690
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Il m'a prise contre lui, me serrant pour me prouver sa présence, sans pour autant m'obliger à rester, me laissant choisir ou non d'accepter ce premier geste, ce premier pas. Il m'a dit que c'était fini et je ne le croyais pas. Ce n'était jamais finis. Il m'avait abandonné une fois, quand je lui avais annoncé ma maladie. Une autre, quand il avait cru que jamais mes souvenirs ne reviendraient. Mais là? Pourquoi je n'avais plus eu aucune nouvelles? Pourquoi je me retrouvais toute seule à lutter?

Je n'avais pas envie de bouger, pas plus que je n'avais envie de me confier. Il avait tout comprit de toutes façons. Pourquoi parler? J'avais l'impression de vouloir qu'il me lâche et qu'il s'en aille et en même temps, une partie de moi le suppliait de rester. Juste un peu. Juste un instant, qu'il soit mon frère. Encore un peu au moins... Même si après, je devrai le laisser à d'autres.
La vérité, c'était que j'étais jalouse et délaissée. Comme une sœur qui ne comprend pas pourquoi son frère déménage pour l'université, je m'étais retrouvée à le voir évoluer de loin, sans que jamais il ne pense à passer dire bonjour. Il y avait un monde entre ce que j'accepterai de livre à mon ami et ce que je voudrai vraiment lui confier. Mais je ne pouvais pas. Pas encore.

Il m'a proposé de m'entraîner avec lui et j'ai soupiré. Ce n'était pas ce que je voulais. Même si je comprenais pourquoi il me faisait cette proposition, même si je lisais le sous-entendu dessous, je ne voulais pas ça. Et pourtant... Pourtant j'ai accepter d'un simple mouvement de tête. Parce que si c'était tout ce qu'il voulait bien m'offrir, alors je le prenais.
Parce que j'avais beau lui en vouloir, j'avais beau avoir dire que je le détestais, la vérité était totalement à l'opposé. J'aimais Ys comme on aime sa propre famille. Il avait finit par le devenir et je lui devais jusqu'à ma vie. Sauf qu'une fois que j'étais sauvée, il m'avait complètement laissé. C'était sûrement plus simple pour lui. Sauf que je n'étais pas sauvée. J'avais seulement plus de temps pour m'entraîner à devenir Master. Et je le savais. Il le savait. Alors pourquoi il m'avait laissé? Pourquoi j'étais toujours seule?

J'ai finis par me défaire de son étreinte et j'ai avancé près de mes affaires, laissées près d'un mur. J'ai récupérer un mouchoir et j'ai essuyé mes larmes. J'ai avisé mon téléphone, je n'avais pas de message. J'ai pris le bracelet censé mesurer mes fréquences cardiaques durant les entraînements et je l'ai mis. Avec tout ça, je l'avais complètement oublié.

Je ne savais plus vraiment comment me comporter avec lui. Beaucoup de choses avaient changé. Beaucoup d'incompréhension restait encore en suspens entre nous. On ne se comprenait plus vraiment. Je n'avais jamais été ainsi avec Ys. Je n'avais jamais manqué de mot. Je n'avais jamais cru ne plus avoir ma place à ses côtés. Et pourtant, c'était exactement ce qu'il se passait. Et toi, Ys? A quel point les choses te semblaient singulières?


##   Mer 18 Juil 2018 - 18:51

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2176
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Tempérer ou calmer Joyce, c'était comme défier la nature et ses décharnements. Mais le Master n'a pas peur, il ne craint pas, il sait sur quel terrain il se promène. Et puis, il a déjà vu pire. 
Ses bras finissent par se desserrer, rendant ainsi toute forme de liberté à la jeune femme. Cette dernière semble plus calme, du moins, pour l'instant. Et dans un silence absolue, sans même recevoir une quelconque parole de sa part, Joyce se dirige vers ses affaires. 
Restant en retrait, dans le coin de la pièce, il observe sa soeur. Et malgré tout, il remarque le bracelet. C'est vrai... Qui l'accompagnait à ses rendez vous? Qui lui tenait la main quand la pression était à son maximum? 
Ys se sent encore plus idiot. Il n'a pas été présent ces derniers temps et encore moins pour elle. Pas étonnant qu'elle lui en veuille. Maintenant, il devait recoller les morceaux, lui rendre le sourire. Mais ça n'allait pas être une tâche facile. 
Lorsque la petite Feu eut finis, le garçon lui tendit la main. Voulant l'accompagner au centre de la pièce, le point positif dans cette histoire, c'est qu'ils ne seraient pas dérangés. Ils allaient pouvoir prendre leur temps et surtout, régler leur compte. 

"Viens, assis toi en face de moi."

Reprit-il d'une voix calme. Se positionnant en tailleur, il prit une profonde inspiration tout en observant la miss. Il fallait qu'elle se prête au jeu, au moins essayer, tenter de recoller les morceaux. Joyce est une boule de nerf, autant en colère qu'il ne l'est. Si l’exercice peut fonctionner sur lui, il n'y a pas de raison que cela ne se soit pas bénéfique pour son amie.

"Bien. Je ne suis pas un adepte des psy. Ni du Yoga. Mais j'ai trouvé un moyen de canaliser mes pulsions. Et ça grâce à nos pouvoirs. Si tu veux bien essayé, alors joins tes mains ainsi et collent le bout de tes doigts aux miens."

Et tout en expliquant la démarche à suivre, Ys s’exécuta. Il vint coller les paumes de ses mains entre elle. Et doucement, il les dirigea vers l'avant pour ainsi frôler celles de sa soeur. Ainsi du bout des doigts, ils étaient liés. 
Il attendit quelques secondes, espérant que sa soeur en fasse autant. C'est bête, mais il n'avait jamais eu autant de pression. Si Joyce refusait d'essayer, alors toute tentative pour se rapprocher d'elle s'avouait être un échec. Mais finalement, le contact s'effectue, au grand soulagement du Tonnerre. 

"Respires lentement. Prends ton temps et surtout ne penses à rien d'autre. Voilà... et maintenant, crées une boule de feu. Ni trop petite, ni trop grande. Mais suffisamment puissante pour que tu la contrôles."

Et lentement, en même temps, leurs mains s'ouvrent sur de petites boules. Pour Joyce, ça sera du Feu. Quant à Ys, une boule électrique tourne sur elle même, laissant échapper par moment quelques filaments sans être dangereuses. 

"Trouves ton équilibre Joyce. Laisses ton énergie ne faire qu'un avec toi. Concentres tes pulsions dessus, contrôles les. Si nous y arrivons, nous pourrons alors trouver un état d'esprit calme, réfléchis."

Et au fur et à mesure que le Master parle, sa boule électrique vint tourner autour de celle de Joyce. Comme pour trouver un instant d'osmose. Comme si leurs pouvoirs ne pouvaient faire qu'un. Et tant que leur esprit serait en paix, la boule d'énergie resterait unie, ovale, imperturbable.


##   Mer 18 Juil 2018 - 19:14

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 690
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Ys m'a tendue la main mais j'ai bien vu son regard. Il avait comprit. Il savait. Il savait que j'avais été seule aux rendez-vous, que je n'avais plus pu parler à personne de tout ça. Il savait que ça n'allait pas, que je lui en voulais vraiment, même si je ne le désirais pas. On ne contrôle pas nos sentiments, c'est un fait que j'avère chaque jour. On pouvait uniquement contrôler leurs conséquences sur les autres. Les laisser sortir ou choisir de les taire. J'avais choisis de les taire et Ys m'avait poussé à bout. Il voulait voir? Très bien, il verrait.

Je n'ai pas saisi cette main tendue, me contentant uniquement de le suivre au centre de la pièce. Il y avait un silence gênant, un peu flippant. Comme un bruit sourd, nos états d'esprits sembler alourdir la pièce.
Je l'ai écouté, me suis assise. Si j'ai hésité à joindre mes mains près de lui, j'ai finis par le faire, pour lui donner une chance de recoller les morceaux. J'ai fais ce qu'il m'a dit et j'ai concentrer mon pouvoir dans ma petite boule. Elle n'était pas très stable, mon esprit ne l'étant pas non plus. Elle tressautait, elle semblait vouloir perturber celle d'Ys. C'était au final à l'image de notre relation: La sienne, tournant calmement autour et la mienne, nerveuse et difficilement contrôlable.

Sauf que je ne pouvais pas. Je ne pouvais pas concentrer mes pulsions dans une si petite chose. Je n'avais pas l'esprit tranquille, je n'avais pas l'esprit concentré. J'était incapable de faire ce qu'il me disait de faire. Je n'étais pas calme. Je ne l'étais pas. Je ne l'avais pratiquement jamais été depuis des années. Sauf quand j'étais en paix, sauf quand je jouais, sauf quand je pouvais parler à Ys de ce qui n'allait pas. Et il n'était plus là. Il ne l'avait pas été. Et moi? Je sentais mon sang bouillir dans mes veines.
Je n'eus que le temps de me baisser avant que ma petite boule de feu ne me revienne en pleine poire. Elle finit donc sa course dans le mur juste derrière moi, à hauteur de ma tête. Ah ouais, quand même.

J'ai soupiré, énervée de ne pas y arriver. Ce n'était pourtant pas si dur. Alors pourquoi je ne pouvais pas le faire? Pourquoi je n'y arrivais pas?
Je me suis éloignée d'Ys et j'ai retenté, loin de lui, fermant les yeux. J'étais de nouveau seule, dans ma bulle. Il n'était plus là, il n'y avait plus rien. Plus que moi et mes pensées. Et la bille de feu à doucement gonflé en balle de ping-pong. Elle était stable, j'arrivais à la contrôler. Loin de lui, je le pouvais; Loin des émotions qu'il suscitait en moi, j'y arrivais. Définitivement, on s'était éloigné. L-avais-je seulement revu depuis notre concert improvisé au café? Absolument pas. Il avait disparu. Je ne faisais que le croiser lors des répétitions. Il avait toujours quelque chose à faire avant et après, il ne s'attardait que rarement et jamais pour qu'on parle autour d'un verre. Il avait réaménagé avec Mitsuki et plus jamais on avait fait de soirée jeux-vidéos/bière. Oui, il avait été présent quand j'étais à l'hôpital. Je me rappelais nos conversations, ou plutôt ses monologues dans la chambre ou dans les talkies-walkies quand les visites étaient interdites. Et après? Qu'est-ce-qui lui avait fait croire que je n'avais plus besoin de lui? Quand étais-je passée sœur à simple amie?
J'ai finis par faire disparaître cette petite sphère brûlante et pourtant si apaisante. J'ai rouvert les yeux et j'ai fixé mon frère, presque avec neutralité. Je n'étais plus énervée. Mais je n'étais pas non plus totalement calme. Simplement lasse.

- Comme ça?


##   Mer 18 Juil 2018 - 21:46

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2176
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Joyce restera Joyce. Et une Joyce fâchée vous fera les pires coups. Une Joyce heureuse vous taquinera. Mais une Joyce déçue, c'est une Joyce qui vous fuit. 
Et clairement, c'est ce qu'il se passe. C'est douloureux. Tout autant que ça n'a pu l'être pour elle. Mais le Master ne laissera rien paraitre car il faut savoir avancer pour régler les problèmes. Et s'il veut que tout rentre dans l'ordre avec sa soeur, il allait devoir être persévérant, patient et croyant. 
L’exercice se passe plutôt bien, malgré la réticence de la petite blonde. Mais elle tente. Elle s'ouvre à lui, un minimum, une brèche suffisamment grande pour que leur énergie se rencontre. Sauf que là, même son énergie est en désaccord avec la sienne. Elle représente exactement son état d'esprit et son sentiment à l'égard du rouquin. 

C'est compliqué une femme. C'est du moins la première chose qui lui vint à l'esprit. Il sait pris la tête avec de nombreuses résidentes ici. Mais aucune n'était aussi bornée que sa soeur. Pas de chance. Cette fois, il allait devoir redoubler d'efforts. Puis finalement, Joyce coupe le lien. Elle manque de recevoir sa propre énergie en pleine figure. Encore heureux qu'elle eut le réflexe de se baisser. Et quelle énergie! Putain, mais c'est à cause de lui ça?? Elle est coriace, il le sait, mais il comprend aussi la difficulté.
Et bien sûr, la petite Feu n'en manque pas une pour s'échapper plus loin. Elle ne quitte pas tout à fait la pièce, au grand soulagement du rouquin. Mais elle s'éloigne de lui. Ys ne tente pas de la retenir. Il sait comment un lion ne désire pas être tenu en laisse. Mais il garde un oeil sur elle. Peu à peu, c'est sa boule électrique qui s'estompe jusqu'à disparaitre. C'est en vain. 
Et puis après quelques secondes de silence revenues, elle réussit à créer cette fois une sphère plus harmonieuse. Et combien même elle est parfaitement réussie, elle est révélatrice et blessante. 

Un soupir lui échappe alors que la boule disparaît. C'était court, mais suffisant. Puis Joyce ouvre enfin la bouche. C'est drôle. Il connait le son de sa voix. Mais c'est dans ces moments qu'il en a le plus besoin. Ce dernier relève les yeux sur elle, marque un temps et à son tour répond naturellement:

"Comme ça, oui."

Le silence se réinstalle de nouveau. C'est horrible ce sentiment. Il aimerait pouvoir la prendre dans ses bras et lui dire que "c'est bon, on laisse tomber ces conneries. Viens, on retourne s'amuser ensemble" comme deux gamins. Ca serait pourtant simple. Tellement simple...
Mais non. Ils s’obstinent à s'infliger du mal en restant sur leur position. Quelle perte de temps! Mais avec Joyce, ça ne se passe toujours aussi facilement. Il faut savoir poser les questions au bon moment. Prenant une profonde inspiration, Ys s'y risque. Il ne peut pas la regarder ainsi sans agir. Il doit à tout prix lui parler. Pour ça, pour autre chose, pour rien. Il le faut.


"Tu préfères me parler de là bas?"


##   Jeu 19 Juil 2018 - 0:00

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 690
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Je sais bien ce que mon action a pu faire à Ys. Parce que j'ai ressenti la même chose. Ca m'a fait mal d'être incapable de faire un tel progrès sans lui. Parce qu'avant, c'était avec lui que je réussissais mes avancées. Mais on s'était trop éloigné, on s'était oublié.
A vivre à cent à l'heure, on oublie souvent de s'arrêter un instant pour profiter du paysage. Pour profiter de l'instant. Et parfois, on n'a même pas pensé à regarder si derrière, nos proches pouvaient encore suivre. Mais moi j'avais pas suivi. J'étais restée sur le bas côté et peu à peu, silencieusement, j'avais vu un frère disparaître de ma vie. Encore.

J'ai demandé pour relancé la conversation. Pour lui donner une chance de venir me chercher. De me poser une question? Celle de savoir ce qu'il s'était passé. Celle de savoir à quel moment on s'était perdu de vue. Mais Ys est ce qu'il est. Il a juste soupiré. J'ai bien vu, je l'ai entendu. Et j'aurai presque entendu une partie de son cœur se briser. Parce que ouais, sa petite sœur venait bien de lui montrer qu'il avait perdu une place. Même si, en réalité, c'était moi qui l'avait perdu.

Et puis il m'a posé une question. Il avait comprit. Il savait que j'avais besoin de parler sans oser le faire pour autant. Il avait comprit que le dialogue avait été rompu, comprit que je m'étais sentie toute seule. Il avait juste comprit qu'il m'avait oublié en cours de route.

- Parler de quoi Ys? De la rémission qui est une horreur? Des rendez-vous que je supporte seule? De l'école de mes rêves qui me recale parce que j'étais tellement souvent à l'hôpital que j'ai finis par ne plus aller en cours alors que j'ai mon diplôme? De ce groupe que j'arrive pas à me projeter tellement on prend de risque? De mes souvenirs qui pour la plupart me font encore défaut? Ou peut-être de ton absence?

La dernière phrase m'avait échappé et je l'ai regretté au moment où je l'ai dite. Il ne méritait pas tout ça. Je n'étais encore qu'une enfant à qui on avait demandé de grandir trop vite. J'avais beau faire la fière, et peut-être étais-je plus forte que je ne le pensais, il n'empêche que derrière ma confiance feinte, j'étais solitaire et apeurée.

- Depuis le concert au café tu m'as à peine adresser la parole. Je te parle même pas des textos, j'en ai pratiquement pas reçu. Fin si, pour me demander où j'étais quand j'avais cinq minutes de retard au répèt. Le fait que tu sois de nouveau avec Mitsu? Tu me l'a même pas dis. Je sais que tu entraîne un Tonnerre, on m'en a parlé. Mais pas toi. Alors honnêtement Ys, tu veux qu'on parle de quoi? Ça fait des mois que t'en as rien à foutre.

J'étais mauvaise et je le savais. Je lui faisais du mal et je le savais. Mais je pouvais pas m'empêcher de tout déballer. Parce qu'une fois qu'on ouvre les vannes, on peut plus les refermer. Parce qu'une fois qu'on dit ce qu'on a sur le coeur, on peut plus s'arrêter tant que tout n'a pas été dis. Et tout ce que j'avais à dire, c'était ça.

- Je sais que tu vas pas bien, qu'il y a un soucis depuis ton passage au rang de master si ce n'est même avant. Tu m'as rien dis, j'ai dû deviner seule. Alors vas-y, dis moi de quoi tu veux qu'on parle maintenant? Parce qu'honnêtement, moi j'ai plutôt eu l'impression que t'avais plus rien à me dire. Et que t'avais juste plus envie d'être mon frère.

J'ai serré les poings, j'ai tout retenu. Il était hors de question que je pleure encore. Cette fois, j'allais être forte. Quitte à le perdre, au moins je resterai digne. La vérité elle était juste là. Depuis que je m'étais réveillée, j'avais bien vu Ys disparaître de ma vie. Certes, au début je n'avais juste plus de souvenirs. Mais depuis? Mis à part ce jour-là, au café, qu'avions nous vécu? La réalité, c'était que j'avais juste l'impression d'avoir perdu mon frère. Il ne voulait plus l'être. Et ça me terrifiait autant que ça me détruisait. Parce que moi, je voulais toujours être sa sœur. Pour aujourd'hui comme pour demain, j'avais encore besoin de lui.


##   Jeu 19 Juil 2018 - 13:58

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2176
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

La bombe est lancée et c'est un décharnement qui s'abat sur le Master. Il reste de marbre, la fixant sans hausser un épaule. Joyce a beaucoup à dire, elle a trop à dire. Il apprend certains événements qu'il a put manqué. Notamment cette école qui aurait pu être un tremplin dans sa vie mais au final, elle reste sans rien. Il aurait du être là pour la soutenir, il le sait que trop bien. Malheureusement les décharges ne s'arrêtent pas là et elle reprend de plus belle. Elle a besoin de vider son sac et s'il a bien une chose qu'il avait appris avec sa soeur, c'est qu'il ne servait à rien de s'énerver ou de monter le son. 
Donc, il préféra rester en tant que spectateur et encaisser. Encaisser oui, mais il y a des choses qui sont plus douloureuses encore à entendre. Et rapidement le verdict tombe. Elle n'a pas pu s'empêcher de lui faire la remarque, sur son absence. Et il est surement là le problème à leur silence. 
Maintenant que le mot est dit, le reste n'est qu'un enchaînement de frustration et de colère. Si sur l'instant, Ys n'avait pas réussi à dire un mot, le reste lui fit bouillir le sang. Et alors qu'il tente d'ouvrir la bouche, Joyce l'interrompt de nouveau. Et ses paroles sont aussi tranchantes que des poignards. 

Finalement, il devra attendre que la demoiselle trouve le moyen de s'arrêter toute seule. Joyce a le sang chaud, et il ne sert à rien de rentrer dans son jeu. Il ne sert à rien de l'agacer d’avantage s'il veut arranger les choses. Ceci dit il ne peut pas non plus adhérer tout ce qu'elle venait de lui dire. Et une fois le silence revenu, il prit enfin la parole sans aucune pointe d’énervement.

"Pourquoi dis tu des choses dont toi même tu sais qu'elles sont fausses?!"

Evidemment, il fit allusion au fait qu'il la considère toujours autant comme sa soeur et qu'à aucun moment il ne se moquait de son avenir. 
Il le sait tout autant qu'elle. Elle dit simplement ça par principe, pour piquer, parce qu'elle pense en avoir besoin. Mais elle s'égare, et elle le sait. Ys ne réagit pas d'avantage à ce sujet. Il sait où est sa place et ce dont Joyce représente à ses yeux. Mais il n'en reste pas là pour autant. Il reprit même avant que la petite blonde ne répond.

"Je sais que je n'ai pas été très disponible ces derniers temps. J'ai loupé énormément de choses dans ta vie ces derniers temps mais saches que ça n'a rien de personnel. J'ai toujours fais en sorte d'être proche de toi, de ce qu'il passait à l’hôpital et même si mon planning est plus chargé depuis ma mastérisation, je me préoccupe toujours autant de toi."

C'est dingue, il avait l'impression d'être un père qui doit se justifier auprès de son ado rebelle de son absentéisme. Même dans sa posture droite, dans sa voix sérieuse et neutre, il en avait l'impression. Mais s'il devait passer par là pour rassurer la demoiselle, alors très bien, finis de jouer et posons cartes sur table. 

"Malheureusement je ne peux pas être partout à la fois. Effectivement j'entraîne quelqu'un à devenir Master. Je passe un peu plus de temps avec Mitsuki car comme tu le sais, nous en avons sérieusement besoin. Je ne désire pas la perdre tout comme je ne veux pas te perdre. Mais il y a aussi d'autres amis dont je n'arrive pas à donner de mon temps. Alors ne crois pas que toi, t'as été zappée."

Adé, Matty, Aria, William, Haley, Tahia et d'autres encore. Toutes ces personnes qu'il voyait un peu moins. Et ce à cause de ses missions. Mais il n'y a personne à blâmer. C'est ainsi que ça fonctionne. Seulement Joyce est différente et agit différemment. A eux deux, ils avaient crée un lien particulier que la moindre séparation était un nocif pour eux. 
Parfois elle pouvait comprendre, elle pouvait patienter et prendre sur elle. Mais parfois, elle en demandait toujours plus parce qu'elle était jeune, et aussi parce qu'ils pouvaient se faire confiance au point de craindre une perte. 

"Et je suis désolé pour ton école. Si tu le désires, je peux toujours rencontrer le directeur et en discuter avec lui. Après tout, en quelque sorte, je suis un peu ton tuteur. Enfin, si tu le veux bien évidemment."


##   
Contenu sponsorisé

 

Jojo, c'est pas seulement un canard!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Salle d'entraînement.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant