Partagez
Retrouver la paix [Open]
##   Jeu 26 Juil 2018 - 19:45
Messages : 51
Date d'inscription : 03/12/2016

    Je remontais pour la énième fois une mèche de cheveux roux, déterminée à sa coller à mon front en sueur. Malgré la fenêtre grand ouverte, je ne parvenais à créer un courant d'air et l'atmosphère en était suffocante, presque poisseuse. C'était le premier été que je passais hors de mon pays et je n'étais pas encore bien habituée aux chaleurs du japon. Les températures ne montent jamais si haut en Estonie, la mer qui nous borde nous rafraîchit lorsque le temps devient lourd. Ici l'air était compacte et, depuis quelques jours, l'impression d'avancer dans de la gélatine était de plus en plus forte. La fatigue se faisait cruellement ressentir elle aussi, ce qui entamait sérieusement mes capacités de concentration, ainsi que mon humeur.

    Je referme le livre sur lequel je travaille, renonçant à poursuivre mes efforts et me laisse aller contre le dossier de ma chaise. La "grammaire japonaise" reste ainsi, au centre d'un rayon de soleil, délaissée par mes soins. Cela faisait quelques temps que j'étudiais le japonais, m'aidant des cours de langue à Terrae et des ouvrages que j'avais dénichés à la bibliothèque. Puisqu'il m'était impossible de poursuivre l'ensemble de mes études à distance, seul le français et la littérature française/arabe étaient dans un système FAD, je m'étais résolue à étudier suffisamment le japonais pour pouvoir m'inscrire par la suite à l'université de Tokyo. J'avançais vite, et bien, bien qu'un interlocuteur, natif, eut été une aide supplémentaire précieuse.

    Je me lève et referme la fenêtre en soupirant. Je crois que je en fais qu'empirer les choses, ma chambre est égale à un four actuellement. Des rires attirent mon attention. Baissant les yeux, je remarque un groupe d'élèves, sûrement amis, marcher d'un bon pas en direction du village.  Peut-être vont-ils au lac ? Ou à la piscine ? Il semble faire meilleur dehors qu'ici. Mon regard tombe sur le chevalet, rangé dans un coin de ma chambre. 'Il y a longtemps que je n'ai plus touché à une toile" pensais-je, soudain morose. Mes yeux font l'aller-retour entre le chevalet et la fenêtre. Il est temps de prendre une décision.

    Une douche plus tard, un T-shirt blanc sous ma large salopette en jean, les cheveux relevés en queue retenue par un élastique, je marche d'un bon pas, mon matériel à la main et sous le bras, vers le lac. Le temps m'inspire, depuis que je suis à Terrae, je ne suis pas beaucoup sortie, je ne connais rien à l'environnement de mon nouveau lieu de vie. Ces jeunes gens... ont attisé ma curiosité. Le lac est bondé lorsque j'arrive, aucune place nulle part. Mon coeur se serre d'un coup alors que mon regard croise celui des enfants qui se baignent, non loin de leurs parents. Une main sur la bouche, je retiens un sanglot et m'éloigne le plus possible à la recherche d'un endroit calme. La proximité avec ces personnes avaient déclenché un problème récurrent depuis ma récente initiation: les migraines dues à ma télépathie. Je n'entendais guère plus d'une personne à la fois, mais les voix pouvaient s'enchaîner, sans s'arrêter, parfois fortes, parfois en fond, mais je n'étais que rarement en paix, sinon lorsque je m'isolais. En plus des enfants...

    Mes pas me portent dans un coin magnifique. Je me rends compte que, perdue dans mes pensées, je me suis bien éloignée. Une petite berge isolée, à l'abri d'un grand chêne,les eaux du lac caressant le bord, personne à l'horizon. Satisfaite, j'installe mon chevalet, sort le matériel du jour: aquarelle faîte maison et sombre dans cette transe propre à la peinture, où je me perds dans mon monde. La réalité n'existe plus. Seule la toile, les couleurs et le paysage sont présents.


Retrouver la paix [Open] 1480803229-p2


Dernière édition par Paulina Ivanova le Jeu 2 Aoû 2018 - 9:24, édité 2 fois
##   Mar 31 Juil 2018 - 23:02

Personnage ~
► Âge : 23 ans (30 mars)
► Doubles-comptes ? : Houston Carter
► Rencontres ♫♪ :
Athéna
Messages : 684
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : Compter des trucs, fabriquer des trucs et réparer des trucs
Humeur : Nickel Giselle

HRP : Je viens de découvrir ce rp ça te va si je m'incruste ? ♥


_ Donc, si je comprends bien, la guérison est presque finie ?
_ Oui, la cicatrisation est terminée, mais attends encore une semaine avant de faire tes expériences de marche d'accord ? Et parles en avec un kiné, évidemment.

Je hoche la tête, un grand sourire aux lèvres.

_ Bien, et qu'est ce que tu as prévu de faire aujourd'hui ?
_ Pas de bêtises ne vous inquiétez pas Mme Louison.
_ Oh ne t'en fais pas c'était par pure curiosité !
_ Hmmm... Et bien je pense m'échauffer un peu dans le champ de fleur, le contact avec la terre me manque un peu. Ensuite j'irai probablement profiter un peu de la fraicheur du lac...
_ Que des activités saines à ce que je vois.
_ Après je m'enfermerai dans ma chambre une semaine pour fabriquer mes prothèses !
_ Je me disais aussi. Allez, file !

-----

J'annulais immédiatement la première phase de mon plan de repos lorsque j'arrivais dehors.
Avec cette chaleur, le champ de fleur c'est pas vraiment l'idée du siècle. J'hésite un instant à aller rendre visite à Chris mais je crois qu'il a bien assez de travail avec les fleurs en ce moment (même s'il pensait s'aléger en prenant pleins de fanboys dans son club, il est clair que ça lui demande plus de surveillance qu'autre chose).

Je repasse donc par ma chambre, ricane en voyant que j'ai tout parfaitement rangé avant d'aller à l'hôpital (il y a une éternité me semble t-il), me recoiffe brievement avant de ressortir. Le fauteuil roulant est tellement plus facile à pousser maintenant que je n'ai plus le poids de mes jambes. Je déplie le foulard que j'emporte désormais partout pour cacher mon infirmité à ceux que ça pourrait choquer et le déploie sur les moignons qui ont remplacé mes jambes.

Et donc... Direction le lac. Je profite du petit vent et de l'humidité qui règne autour de l'endroit, malgré tout perturbé par les bruits du monde. Evidemment, ce genre d'endroit est assez prisé, j'aurais dû m'en douter. Pas évident de me trouver un chemain avec ce monde. Hm. Changeons de stratégie.

Je balaye l'espace des yeux pour trouver un coin plus tranquille, et je ne suis pas surprise en voyant qu'il y a moins de monde sous les arbres. Bingo, c'est parfait là bas aussi pour travailler un peu. Je m'aide un peu de la terre pour que mon fauteuil roulant passe (un peu plus à gauche chère racine, merci !), trouve un endroit paisible et commence ma méditation.

J'inspire. Ferme les yeux. Je sens l'environnement inspirer en même temps que moi. Je lance mon pouvoir au contact de la terre, m'amuse avec les brindilles, tourmente quelques fourmies en changeant leur chemin avant de me lancer à l'assault des troncs. J'inspecte les écorces et les bourgeons sans changer quoi que ce soit, juste pour le plaisir des sens. Je décide d'aller plus loin, d'explorer jusqu'à la limite de la zone que je peux atteindre et...

Oh. Une présence. La terre a l'air d'être sensible à son aura. Je sens aussi... Trois autres points de pression sur la terre ? Hmmmm... Elle a l'air tranquille comme présence. Un chevalet ? Oh, probable ! Je souris, les yeux fermés. On va la tenter un petit quelque chose. Habituellement, je ne suis pas du genre à faire des blagues de ce type, mais... Prenons ça comme ma fête de sortie.

Je me concentre sur les fleurs autour du chevalet, autour de cette hypothétique personne. Les cailloux frémissent alors que je me concentre sur les végétaux, et enfin, les tiges que je pousse à vivre se mettent à se développer. Elles grimpent lentement, jusqu'à fleurir, toutes en même temps. Bon, il n'y en a que 5 ou 6, mais j'espère que cela sera suffisant pour attirer son attention...


Retrouver la paix [Open] 1550689456-athena-kiwi-signa
Merci à Cavadell pour le magnifique dessin d'Athéna ♥️
##   Mer 1 Aoû 2018 - 18:45
Messages : 51
Date d'inscription : 03/12/2016

    Mon esprit voguait à travers les nuances de bleus que j'imposais à ma toile. Bleu clair, bleu aqueux, ce dernier plus foncé que le ciel où l'eau diluait davantage les pigments de couleur; je conservais le blanc de la toile pour apporter comme des touches de nuages vaporeux. Je ne réfléchissais qu'à peine, je ne faisais que visualiser et mes mains courraient le long de la toile, plus si blanche à présent. Je n'avais plus ressenti cela depuis longtemps, j'étais extatique de retrouver ce sentiment de puissance créatrice, de libération. Un paysage de montagne prenait forme, reproduisant les fjords de mon pays natal et les toits des habitations en bas de la toile, écrasés par l'immensité du monstre rocheux. Une pointe de tristesse se ficha soudain dans mon coeur. Ma main se baisse lentement, tandis que mon esprit revenait, petit à petit, à la réalité. Il aurait dû être là... A quoi bon peindre s'il n'était pas là pour me regarder ? S'ilS n'étaient pas là pour me regarder? Je sentais l'absence de leur regard comme un noyé sentait l'air lui manquer. Toute ma folie créatrice s'envola... La toile n'était plus qu'une toile.

     Un mouvement attira mon regard. Les yeux écarquillés, je regardais les fleurs poussaient le long des pieds de mon chevalet pour éclore tout à coup. Je me levais brusquement, fronçant les sourcils. Comment... ? Je baissais les yeux sur mes mains, puis les relevais à hauteur des fleurs que j'effleurais, hésitante, du bout des doigts. Elles étaient aussi réelles que les arbres qui m'entouraient. Est-ce que... Était-ce moi ? Avais-je perdu le contrôle ? Non... il devait y avoir une autre explication. Une voix embrouillée déchira le silence qui enveloppait mon cerveau. Une main sur la tempe, je tentais d'en faire abstraction, en pure perte. Ma télépathie s'apparentait à une radio brouillée, cherchant désespérément un signal par temps d'orage. Il y avait bien quelqu'un dans les parages, mais je l'entendais comme à travers un écran de télé neigeux. Je tournais la tête  de droite à gauche, lorsque je la vis. Une jeune fille, difficile pourtant de dire si elle était vieille ou non, mais son visage était juvénile, jurant avec ses longs cheveux blancs. Elle était assise sur un fauteuil pour handicapés, les yeux fermés et souriait.


-J'imagine que c'est à vous que je dois ma décoration florale, dis-je d'un air pincé.

    Je n'étais pas particulièrement énervée, ce n'était pas assez pour me pousser, mais je n'appréciais pas son intrusion dans mon espace privé, dans mes pensées également dans un sens. Ma télépathie m'avait épargné jusque là, je m'étais éloignée exprès. Maintenant ma tête me donnait l'impression qu'un pic vert s'acharnait sur ma boite crânienne. Je me massais les tempes et me forçais à ignorer mon mal. Je me détournais de la fille pour revenir à mon chevalet, bloqué par les fleurs. L'une d'entre elles avait renversé la boîte contenant mes aquarelles. Je m'accroupis et commençais à ramasser mes affaires, essayant de retenir les effets de son cerveau sur mon humeur. Du coin de l’œil, j'avisais qu'elle n'était pas prête de partir. Je m'adressais donc à elle, sans pour autant lui faire face.

-Puis-je vous aider... ?

Hrp: Du tout au contraire, c'est fait pouur!! Je suis juste ravie d'avoir une réponse <3


Retrouver la paix [Open] 1480803229-p2
##   Jeu 2 Aoû 2018 - 23:18

Personnage ~
► Âge : 23 ans (30 mars)
► Doubles-comptes ? : Houston Carter
► Rencontres ♫♪ :
Athéna
Messages : 684
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : Compter des trucs, fabriquer des trucs et réparer des trucs
Humeur : Nickel Giselle

J'ouvre les yeux doucement lorsque j'entends sa voix.
Une voix pas tellement enjouée d'ailleurs. Confirmé par son visage pas tellement enjoué non plus. Ses cheveux sont roux, attachés sûrement à cause de la chaleur. Et de la peinture, pas très pratique dans les cheveux. Quoique ça a l'air d'être de l'aquarelle, ça va l'aquarelle. Oh bon sang, c'est moi qui ait fait tomber la boîte ?! Tu m'étonnes que ça la fasse pas sourire plus que ça. Halala Isis, tu n'as pas encore l'expérience suffisante pour faire sourire avec ce genre de surprise visiblement.

Je tente de m'expliquer avant de voir qu'elle se masse les tempes. Mal de tête ou pouvoir ? Si c'est pouvoir c'est probablement sensitif ou télépathe, et je me sens d'un seul coup beaucoup moins enjouée à l'idée d'avoir troublé sa journée. Je me demande toujours comment ils font pour bloquer toutes ces collicitations, ou même s'il y a une façon de "penser moins" pour leur facilité la tâche... Très dur dans mon cas. D'ailleurs je me fais la réflexion que je n'ai pas rencontré beaucoup de télépathes, ou ceux ci étaient déjà étoiles, donc capables de bloquer le flux. Quant aux sensitifs... Ben m'aider à ne pas penser va pas forcément améliorer le truc.

Donc croisons les doigts pour le mal de tête ? En été, Isis, sérieusement ? Hm. La luminosité et la chaleur, peut-être qu'elle a besoin d'eau ? Si elle est vraiment télépathe, il y a de fortes chances pour que je sois déjà dans sa liste noire.

Elle n'a pas l'air très ouverte à la discussion, mais c'est moi qui ait entâmé le contact donc... Je jette rapidement un coup d'oeil à sa toile, avant de fixer mon regard sur le lac. Il faut que je calme mon débit de pensées, au cas où. Mais me souvenir de ses remarques me provoque un petit rire bienveillant.

_ Wow, "vous", vraiment ? J'ai l'air si âgée ?

Je regarde le lac. Surface plane, calme. Calme. J'inpire et expire doucement.

_ Je venais m'entraîner un peu, retrouver le contact avec la terre, je viens de sortir de l'hôpital. Je pensais que ça te surprendrait un peu, les fleurs, tout ça... Mais visiblement j'ai un peu raté mon coup ! Désolée.

Je crois que m'excuser est de circonstance. Je me tourne à nouveau vers elle.
Calme, lac, tranquillité factice d'un lac imaginaire, qu'aucune pensée de surface ne vient effleurer je l'espère.

_ Je pensais que tu peignais ce que tu voyais, mais... Ces fjords sont très beaux. Des souvenirs ?

J'aperçois brievement le contraste des maisons écrasées par la masse rocheuse, je pourrais preque sentir cette espèce de tension sereine qui s'en dégage.
Mon cerveau fait un petit détour par le visage calme et reposé d'Astel, et les récits qu'il me faisait des fjords de son pays. Un petit élan de nostalgie me prend, alors que je ramène doucement mes pensées vers le lac, calme, paisible.


Retrouver la paix [Open] 1550689456-athena-kiwi-signa
Merci à Cavadell pour le magnifique dessin d'Athéna ♥️
##   Dim 5 Aoû 2018 - 20:21
Messages : 51
Date d'inscription : 03/12/2016

"Mal de crâne ou télépathie?"
    J'entends distinctement ces mots en milieu du brouhaha neigeux de son esprit. J'en déduis que ça vient d'elle puisque personne d'autre que nous ne se trouve ici et qu'elle n'a pas encore ouvert la bouche. J'ouvre de grands yeux sous le coup de la surprise. C'est al première fois que je captais une véritable pensée au lieu d'une cacophonie sans aucun sens. Certes, le bruit de fond avait recommencé mais je n'avais jamais eu d'interruption jusqu'à présent, un peu comme lorsque l'on tourne le bouton de la radio et que l'on arrive, de temps à autre, à capter une station.


-Télépathie, répondis-je, me tournant à demi vers elle.

    Sa voix finit par résonner elle ici. me tournant, cette fois complètement, vers elle, je haussais un sourcil, ne comprenant pas sa remarque.  Avais-je dit quoique ce soit par rapport à son âge ? L'utilisation du "vous" était-elle si gênante ici ? Elle n'était pas la seule à m'avoir fait cette réflexion.


-Simple question de courtoisie, dis-je d'un ton neutre.

    Je me replongeais dans mes travaux ménagers, avisant le bon état de ma boîte et du matériel. Elle n'avait pas fait de gros dégâts. Je ne crois pas que cela ait été son but également. Elle m'explique au même moment l'idée qui lui ait passée par l'esprit. je secoue la tête, retenant un soupir. Alors c'était ça ? Une simple distraction ? Elle s'était permise de me déranger et de faire irruption dans mon cercle privé juste par... amusement ? Pour me faire un blague ? Non, pour me distraire visiblement. Je fronçais les sourcils, lui tournant de nouveau le dos alors qu'elle s'approchait de ma toile.


-Et... Je semblais avoir besoin de distraction c'est ça ?


    Je ne pus retenir une pointe d'agacement dans ma voix. Était-il tous comme ça à Terrae ? Asbjorn, ou encore l'autre garçon que j'avais rencontré, avaient eux aussi estimés que j'avais besoin de divertissement et donc étaient venus me parler. Je ne comprenais pas pourquoi. Le fait que je sois isolée peut également signifier que c'est de mon plein gré. J'avais eu l'occasion d'observer ce phénomène ici, tout le monde se parlait, se rapprochait, s'entraidait pour la plupart. C'était humain, leur instinct parlait avant eux. Moi, je n'en ressentais pas le besoin...

    Mon regard se posa de nouveau sur elle lorsqu'elle commenta ma peinture. Je baissais les yeux sur ma toile, mes prunelles voilées par la tristesse, puis m'en détournais. Que pouvais-je répondre ? Moi-même je n'étais pas sure... Des souvenirs ? Mon pays ? Un autre monde ? Une autre... réalité ? Une que je n'aurai pas imaginée ?


-Des souvenirs, oui... mon pays natal. Très différent de ce qui se dresse ici.

    J'avais prononcé ses mots comme si je parlais à voix haute, sans forcément m'adresser à elle. Des images de mon pays me revenaient par bribes, comme réveillées par la toile que j'avais peinte. Je rejoignis la fille en fauteuil pour regarder mon oeuvre, aucune satisfaction dans le regard.


Hrp: Désolééééééééé, 'Lina n'est pas vraiment fun T.T


Retrouver la paix [Open] 1480803229-p2
##   Mar 7 Aoû 2018 - 0:45

Personnage ~
► Âge : 23 ans (30 mars)
► Doubles-comptes ? : Houston Carter
► Rencontres ♫♪ :
Athéna
Messages : 684
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : Compter des trucs, fabriquer des trucs et réparer des trucs
Humeur : Nickel Giselle

HRP : Mais pas du tout elle est super cool ! Déjà je kiffe les terres, et ça fait du bien de voir des persos plus calmes aussi !


Oh, évidemment, télépathie !
C'est tellement étrange de se voir répondre un truc qu'on a pensé, vraiment étrange. Mais pas déplaisant, quelque part est ce que ça veut dire qu'un télépathe peut suivre sans problème le fil de vos pensées ? C'est comme si la conversation pouvait être naturelle... Et tant qu'elle n'est pas intrusive, c'est plutôt agréable, je n'aurais même pas besoin de finir mes phrases !

Elle a l'air plutôt froide à l'extérieur, mais j'ai l'habitude. Je veux dire, mon maître fait la grimace quasiment à chaque fois que j'ouvre la bouche pour parler de ses fleurs et il ne sourit que quand je résiste à une frappe particulièrement forte, à la fin d'une de nos séances d'entrainement. Mais je le trouve quand même mignon. Hm. Je suis masochiste non ?
Sa remarque sur la courtoisie me donne cependant une façon de rebondir.

_ Oh, si tu vouvoies les gens j'ai dû te paraître bien impolie. Tu préférerais que je te vouvoie aussi ?

Aaaaaaah si j'étais impolie ou plus impatiente, je lui aurais probablement posé pleins de questions, sur sa famille, sur ses origines, parce que mine de rien ça peut vouloir dire pleiiins de choses sur elle ! Et que je suis d'un naturel curieux.

Sa réponse est également assez froide pour la distraction, mais elle a raison. Je suis quand même intervenu dans son emploi du temps, et je l'ai même probablement dérangé dans sa peinture, pour mon simple plaisir ? Je la sens légèrement agacée. Tout le monde n'aime pas la distraction effectivement, mais...

_ Pas nécessairement, tu as raison. Mais... Terrae base une grosse partie de son fonctionnement sur la communauté, l'esprit de groupe... Je pense qu'il est difficile de s'isoler, car la solitude, bien que nécessaire dans certains cas, est aussi une marque de détresse chez certains.

Est ce que je suis chiante à tout expliquer de manière logique ? Probablement. Mais il est vrai qu'une communauté entière de traumatisés n'est pas forcément un lieu où les comportements des autres sont faciles à appréhender, surtout quand on a largement assez de problèmes avec son propre comportement.

Lorsque son regard se pose sur la toile, je fronce les sourcils. Elle n'a pas l'air satisfaite. Pas du tout même. Presque... Triste. On dirait que parler de cette peinture est encore trop frais, le traumatisme a l'air récent. Et je ne suis pas indécente au point de lui poser la question de but en blanc.

_ Tu es arrivée récemment ?

C'est une question tranquille, qui j'espère ne lui fera pas trop remonter de souvenirs désagréables. Mais le bagage avec lequel on arrive est toujours lourd à trainer. Et il faut du temps avant de se faire des muscles...


Retrouver la paix [Open] 1550689456-athena-kiwi-signa
Merci à Cavadell pour le magnifique dessin d'Athéna ♥️
##   Mar 7 Aoû 2018 - 19:26
Messages : 51
Date d'inscription : 03/12/2016

Hrp: Tant mieux alors :D

    Les yeux toujours fixés sur la toile, je finis par m'en détourner, comme si la dissimuler à ma vue suffisait pour oublier les mauvaises pensées qu'elle éveillait en moi. Qu'est-ce qui m'avait pris ? J'avais renoncé à la peinture depuis longtemps, justement pour éviter de replonger dans mon passé. C'était un instant de faiblesse... et mon cerveau avait tôt fait de me rappeler à l'ordre. Je n'aurais pas dû céder à mes pulsions.

    Perdue dans mes pensées, je sursautais lorsque ma compagne du moment fit de nouveau entendre sa voix. Je dissimulais mon trouble le mieux possible.


-Non... non ce n'est pas nécessaire, dis-je en tentant un sourire qui apparut davantage comme un rictus.

    Je ne m'attendais pas à ce qu'elle me dise cela. Il est vrai que, à la façon dont je l'avais présenté, elle pouvait penser que je la trouvais malpolie. Pourtant, je ne voulais pas imposer mes manières, cela ne me dérangeait pas qu'elle me tutoie, surtout qu'on ne pas avoir un grand écart d'âge. Même si j'avais été plus âgée, je ne lui aurais pas imposé le vouvoiement. Je réfléchis un court instant. Est-ce que je devenais vieux jeu ?

    Quand elle se lança dans l'explication du fonctionnement de Terrae, je ne pus retenir un profond soupir. Elle confirmait ce que j'avais observé depuis mon arrivée à l'institut. un esprit de communauté, et quiconque s'en éloigne paraît être en détresse. Je fronçais les sourcils devant cette pensée pour le moins sectaire. Je retrouvais le même genre de raisonnement tordu qu'à l'hôpital de Tallin. On doit vous isoler pour votre sécurité, et en même temps, cet isolement confirme que l'on est malade.


-Donc, en clair, il est impossible de désirer être tranquille sans passer pour un asocial ou un malade mental ?

    Je me mordis la lèvre inférieure. Je n'aimais pas ce genre de catégorisation. Sous prétexte que Terrae sa voulait accueillante, tout le monde devait avancer main dans la main sans laisser aux autres la possibilité de choisir ? Les Français et les américains aimaient ce genre de scénario, j'avais lu quelques fictions sur le sujet. Je m'astreignais au calme. Consciente d'avoir parler de façons un peu brusque, je repris d'une voix plus douce.

-Excusez... excuse-moi, me repris-je. Toi, tu n'apprécies pas la solitude ? Même de temps en temps ?

    Je l'appréciais d'autant plus qu'elle me permettait, depuis l'initiation, de reposer ma tête, loin de tous les esprits qui intéressaient ma télépathie. Je n'avais pas non plus besoin de faire semblant avec eux.
Mon mal de crâne s'étant un peu apaisé depuis que j'avais réussi à entendre quelque chose, je me prêtais à une petite expérience. Tendant mon esprit vers le sien, je voulus savoir si je parvenais à capter autre chose. Je me rendis compte alors que je ne savais pas comment mon pouvoir fonctionnait... Je renonçais, sans amertume. L'idée de glisser dans son jardin secret ne me plaisait pas de toute manière. La curiosité avait juste été la plus forte.

    Je finissais de ramasser mes affaires, les reposant sur le chevalet quand elle me demande à nouveau quelque chose. Comprenant qu'elle n'avait pas l'intention de s'en aller, et faisant contre mauvaise fortune bon coeur, je daignais m'asseoir sur une pierre, non loin d'elle, le regard fixé sur le lac, laissant mon esprit s'adoucir face aux remous de l'eau.


-Environ deux mois je dirais, je suis encore nouvelle. Cela fait plus longtemps pour toi je me trompe ?

    Je désignais d'un geste les fleurs qui enlaçaient toujours mon chevalet.


Retrouver la paix [Open] 1480803229-p2
##   Sam 11 Aoû 2018 - 1:26

Personnage ~
► Âge : 23 ans (30 mars)
► Doubles-comptes ? : Houston Carter
► Rencontres ♫♪ :
Athéna
Messages : 684
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : Compter des trucs, fabriquer des trucs et réparer des trucs
Humeur : Nickel Giselle

Plus je la voix, plus elle me fait penser à Chris.
Surtout avec ce petit sourire que l'on peut aisément confondre avec un rictus, à moins que cela en soit vraiment un... Mais je ne pense pas, j'ai juste l'impression qu'elle a du mal à sourire et... C'est dommage. Mais je sais que ça va s'arranger. J'en suis certaine, en fait. C'est fou comme Terrae vous met à avoir des croyances fondées sur plus ou moins du vide...

Elle me disait que ce n'était pas nécessaire que je la vouvoie. Tant mieux, je pense que ça me ferait étrange. On dirait par contre que le fonctionnement de Terrae ne lui fait pas vraiment plaisir. Et je peux comprendre, pour les solitaires c'est assez compliqué... Les amitiés exclusives dans des lieux aussi restreints sont impossibles, et à part passer son temps dans sa chambre il est vraiment difficile de s'isoler complètement. C'est d'autant plus complexe lorsque votre pouvoir a une portée plus grande que votre espace vital.

Elle me répond d'ailleurs un peu froidement à ce sujet. Enfin, je sens que ce n'est pas vraiment à moi qu'elle répond, c'est plutôt... Un sarcasme ? Une remarque générale sur le fonctionnement. Je ne vois pas de raison de le prendre mal, donc je souris paisiblement. En vrai, je comprends. Je vois qu'elle tente de se reprendre et lui laisse un petit peu de temps pour formuler ce qu'elle veut.

Je prends un temps pour réfléchir sur ses questions, je sens qu'avec elle je peux prendre le temps de formuler, de chercher mes mots. Ce n'est pas souvent le cas, il y a beaucoup d'hyperactifs ici mine de rien.

_ Tu n'as pas besoin de t'excuser pour ce que tu penses, je suis même assez d'accord en fait. En fait j'apprécie beaucoup être seule, surtout lorsque je travaille sur des nouveaux projets. Mon hobbie c'est la mécanique, les verrous, les visses, les mécanismes tout ça... Mais ça nécessite de la concentration, et donc de la solitude. Un peu comme la peinture, au final.

Enfin ça, c'est en général.
Maintenant, venons en au cas particulier... Je me retourne vers elle avec mon habituel sourire chaleureux.

_ Si je me suis montrée un peu plus zélée aujourd'hui parce que je viens de passer deux mois à l'hôpital, et je n'ai pas eu beaucoup de visites, je crois que la compagnie me manque un peu. Et toi ? Je suppose que tu apprécies la politique du silence plus que d'autres ?

Sinon elle ne poserait pas toutes ces questions sur l'obsession de communauté présent ici. Elle semble abandonner l'idée de m'ignorer complètement, range ses affaires en silence avant de venir s'asseoir non loin de moi, sur une pierre. Ses yeux aussi se baladent sur le lac, et je l'imite un instant. Nous pouvons facilement apercevoir l'agitation de l'autre côté, sur la berge d'en face. Cela donne un drôle de sentiment, quelque chose s'assez fataliste et révélateur sur nous mêmes. Nous avons l'air si loin, et d'un autre côté si proches observatrices de la vie ici. Une vue à laquelle j'ai été habituée avec le temps passé à l'hôpital.

Elle me dit qu'elle n'est arrivée que depuis deux mois. C'est court. Le traumatisme doit encore être fort, pesant, présent. Je comprends qu'elle ait du mal à en parler, ou qu'elle ne veuille pas, d'autant plus qu'elle ne me connaît pas. Et je ne me fais pas d'illustion, peu de gens racontent leur vie à de parfaits étrangers. Elle me désigna les fleurs lorsqu'elle me parla de ma durée ici. C'est encore pour moi une raison d'étirer doucement mes lèvres.

_ Oui, ça fait un peu plus de trois ans, maintenant. Tout passe très vite, mine de rien. Mais ça ne fait pas tant de temps que ça que j'aime les plantes, je suis plus tournée vers les cailloux, la terre et le sable d'ordinaire. La vie... présente dans une plante est toujours plus dure à façonner, plus fragile. Mon maître s'arrache les cheveux quand je fais exploser des bougeons.

Je suppose qu'elle n'a pas encore ses préférences, mais ça viendra. Je ne sais même pas pourquoi je lui raconte ça, je ne suis vraiment pas du genre à me confier d'ordinaire. Surtout à une personne à qui j'ai forcé l'écoute. Mais... Je dois vraiment manquer de compagnie.


NDA : C'EST PEUT-ÊTRE PARCE QUE T'AS PAS D'AMI ISIS-


Retrouver la paix [Open] 1550689456-athena-kiwi-signa
Merci à Cavadell pour le magnifique dessin d'Athéna ♥️
##   Ven 24 Aoû 2018 - 21:00
Messages : 51
Date d'inscription : 03/12/2016

    Différente, elle était différente des autres. Son calme et sa sérénité me rappelaient un peu le jeune homme que j'avais rencontré il y a longtemps lors d'un exercice incendie, Allen si mes souvenirs sont bons. Lui était plus blasé par la vie en générale, plus désenchanté dans un sens et c'est ce qui m'avait attirée dans sa façon de parler de Terrae, en plus des innombrables informations qu'il m'avait apportée sur l'ancienne Terrae, pour combler mon désir de connaissances sur l'Histoire. Elle, elle était plus dans la douceur, et le sourire qu'elle m'adressait respirait la chaleur. Je n'y étais pas insensible, je le voyais bien... mais je ne parvenais pas à me laisser gagner par sa lumière. Mon corps, comme mon esprit, ne semblait pas en vouloir.

    Elle m'explique aimer la solitude aussi, surtout dans ses propres moments de création. Je tournais mon regard vers dans sa direction à la mention de la mécanique. Je n'y connaissais rien personnellement, mais elle fit le parallèle avec la peinture pour que je saisisse mieux. C'était aussi une créatrice, seuls ses outils étaient différents.


-Je n'ai pas toujours peint seule... J'aimais que l'on me regarde avant. Mais il est vrai que lorsque je m'abandonne à mes rares passions, j'aime être seule pour les apprécier pleinement. Si Terrae juge cela misanthropique, je considère pour ma part que c'est humain, dis-je d'une voix lasse.

    Cela répondait aussi à sa dernière question. Après être restée à l'hôpital, je comprenais bien son envie de jouer à la "folle", de se lâcher. L'aurais-je fait cela m'aurait sûrement fait du bien, si j'en avais été capable. Je remarque au même instant que mon mal de crâne s'est apaisé. Je souffle un grand coup, intérieurement ravie de ne plus sentir cette douleur lancinante à l'arrière de ma tête et dans mes tempes. Cela me donne le temps nécessaire pour nuancer ce qu'elle semble penser de moi, non sans raison à mon avis.

-C'est vrai que je suis de nature solitaire, je ne parviens pas à m'intégrer au milieu d'un groupe et cela ne m'a jamais dérangée, dis-je de façon très neutre. Quant à ma télépathie... Disons qu'elle n'arrange pas les choses.

    Je tendis mes jambes, afin de dissiper les courbatures qui me gagnaient, puis décidais de me lever, mal à l'aise sur ma pierre. Face au lac, même du haut de mon petit promontoire, j'avais l'impression fugitive de n'être à nouveau qu'une chose minuscule dans ce monde, sous l'immensité des arbres et l'étendue du lac. Elle me parla alors de ses pouvoirs, de la façon dont elle s'y prenait et ce qu'elle était capable de faire. Je secouais lentement la tête, en proie aux réflexions. Tout cela me dépassait, je ne comprenais qu'à peine ses paroles, se ce n'est qu'elle était visiblement Terre, comme moi. Les choses diverses et variées qu'elle semblait manipuler me faisaient un peu peur, pourtant, lorsque mes yeux couleur de feuille se posèrent sur les fleurs qu'elle avait créées, je ne pus m'empêcher de les trouver belles. J'effleurais leurs pétales de mes doigts, appréciant leur contact.

-Ce que tu dis n'a pas grand sens pour moi... Mais je crois comprendre que notre "pouvoir" a des applications variées.

    Je n'avais jamais pensé à la terre à dire vrai. Mes talents, dans mon inconscient, se limitaient à la télépathie tant ce pouvoir avait pris une place importante dans ma vie, sans y avoir été invité. J'en avais oublié l'aspect élémentaire en quelque sorte. La terre... je pouvais aussi contrôler la terre ?

-Et que sais-tu faire... au juste ?


Retrouver la paix [Open] 1480803229-p2
##   Mer 19 Sep 2018 - 23:54

Personnage ~
► Âge : 23 ans (30 mars)
► Doubles-comptes ? : Houston Carter
► Rencontres ♫♪ :
Athéna
Messages : 684
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 22
Emploi/loisirs : Compter des trucs, fabriquer des trucs et réparer des trucs
Humeur : Nickel Giselle

Je hoche la tête lorsqu'elle me parle du côté humain de l'isolement.
Nous ne sommes jamais à 100% avec les autres, chacun a besoin de ses pauses, de ses moments de solitude. Malgré tout, je peux comprendre le besoin de communauté qu'a créé Terrae. Nous sommes ici pour une raison, pour nous séparer d'une partie de notre passé, ou du moins apprendre à avancer avec. S'enfermer et chercher à la retenir ne va pas avec la notion même du développement des pouvoirs. Et puis... J'ai entendu parlé d'un garçon qui s'était suicidé, il y a un peu plus d'un an maintenant je crois. Il est probable qu'il se soit aussi enfermé sur lui de la même façon, ou du moins c'est ce que beaucoup ici seront amenés à croire.

Après, voir des gens ne signifie pas forcément être sociable non plus. J'ai assez peu d'amis, pourtant je parle à beaucoup de monde. Bon, ok, beaucoup de gens du corps médical. Je vais finir par connaître tout l'hôpital je vous jure.

Je l'écoute parler de sa difficulté avec les relations sociales, avec ses pouvoirs. Je hoche la tête doucement, comprenant le dilemme. Les conversations de groupe doivent être compliquées lorsque les pensées des autres se mélangent aux paroles, sans compter le bruit constant que cela doit produire, les mensonges ou dissimulations trop faciles à discerner, etc... Je comprends qu'elle cherche l'isolement. Je ne suis pas télépathe mais...

_ Je n'ai pas grand chose à dire pour la solitude, tant que tu te sens bien comme tu es c'est génial. Mais pour ce qui est des pouvoirs... Je crois que ce que les télépathes apprennent en premier lieu, c'est à se couper des pensées extérieures afin d'organiser leurs pensées intérieures. Enfin, ça a l'air facile dit comme ça mais je pense bien que le ressentit de ton côté est bien différent.

Mais si elle a l'habitude de se "couper" des autres de façon sociale, peut-être qu'elle réussira plus facilement à couper un lien mental non désiré ? Et si j'arrêtais de réfléchir de temps en temps aussi ? Ouais, bonne idée. Je dois pas vraiment l'aider la pauvre.

Elle se relève, s'étire et semble regarder avec un intérêt mêlé d'une légère crainte les plantes que j'ai fait naître. Je peux comprendre, moi aussi les fleurs me terrifient. Ou bien est ce que le visage de mon papa spirituel qui apparaît à chaque fois que j'en abîme une qui me fait frissonner ? Allez savoir. Et lorsqu'elle confirme que ça ne lui évoque pas grand chose, le souris doucement. Ça viendra. Je le sais, ça n'a pas non plus été évident pour moi.

Elle me demande ce que je sais faire. Mon sourire s'étire encore. Je ferme les yeux assurant qu'elle me regarde.

_ Je peux parcourir le sol, comme si je faisais corps avec lui. Je peux atteindre cette plante et la faire pousser.

Comme si elle m'entendait, la fleur grandit encore, tout doucement, donne naissance à un nouveau bourgeon. Mon attention se concentre ailleurs.

_ Je peux faire en sorte que cet arbre te salut (un branche vient s'échouer son mon épaule, tranquille). Je peux changer le sol, modeler sa constitution, le faire plier à mes désirs. Plus dur (le sol sous ses pieds durçit, jusqu'à donner une brique totalement formée), plus mou...

Une flaque d'argile se forme à ses côté, puis j'en chaîne, me laisse entraîner par mes désirs, parce que je le sens là, maintenant. Je me sens bien.

_ Je peux en faire du sable. Je peux soulever ce sable, attirer les cailloux, et même...

J'ouvre les yeux pour les fixer sur le cailloux où elle était assise.

_ Façonner la roche.

Le rock se fend, se fond, craque, cède sous la forme que je veux lui faire prendre. Un fauteuil. Oh pas le plus confortable, mais il en a la forme.
Je reprend une lente respiration, essaye de me remettre des rapides changements d'états. Je ne suis pas encore épuisée, preuve que ma maîtrise augmente, mais changer autant en si peu de temps a tendance à brûler plus d'énergie que nécessaire dans l'accomplissement d'un combat. Surprenant.

Je regarde ma main, sentant une pointe de nostalgie monter dans le fond de ma gorge.

_ A une période, je pensais qu'ils s'étaient trompés. Je ne voyais que la destruction dans le pouvoir de titan, j'oubliais tout ce que l'on peut construire avec. J'ai mis du temps avant de comprendre les possibilités autres que la simple destruction derrière ma force et mon élément. Tu pourras le faire aussi, j'en suis certaine.

Parce que tu es là pour ça.


Retrouver la paix [Open] 1550689456-athena-kiwi-signa
Merci à Cavadell pour le magnifique dessin d'Athéna ♥️
##   
Contenu sponsorisé

 

Retrouver la paix [Open]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Lac.