Partagez | 
50% de réductions sur les titres à la con | Sarika
##   Ven 10 Aoû 2018 - 23:36
Messages : 489
Date d'inscription : 08/11/2015

Il ne fait plus chaud, constat agréable qu’il t’es permis de faire ce matin de bonne heure quand tu ouvres les yeux. Faut dire que l’orage a fait rage toute la nuit et que ce matin le ciel est toujours un peu gris mais le bleu perce à nouveau. Tant mieux, tu n’en pouvais plus de la moiteur tokyoïte. Et dire qu’avant tu ne t’étais jamais plaint de la chaleur de l’été, t’étais ce genre de gars à garder un jean toute l’année, même s’il faut avouer que les tiens ne manquaient nullement d’aération. C’est l’un de cela que tu te prends à passer, tu l’accompagnes d’un tee-shirt qui s’il n’est pas troué, lui est bariolé de tâches de peinture, jadis il avait été vert vif, mais le temps l’avait fait pâlir autant que tes œuvres l’avaient marqué…
En parlant d’œuvres, il ne fait plus chaud, tu sais ce que cela veut dire jeune chauve ? Mais bien entendu tu as deviné, tu peux enfin monter sur le toit pour peindre le drap blanc que tu as acheté. Tu appelleras ça une œuvre, je considèrerais cela comme un drap blanc trempé dans la peinture. Je gagnerais, car l’art n’est pas dans le pinceau de l’artiste mais dans le regard du spectateur. De rien c’était gratuit, mais tu peux encore monter peindre.
Te voilà donc drap tendu sur une corde à linge et muni de nombre pots de peintures bien alignés sur le rebord du toit selon les couleurs de l’arc-en-ciel, t’es peut-être pas organisé mais t’as écouté le Nyan-cat toute la nuit, alors tu n’arrives pas ce matin à les placer dans un sens autre. Tout trouve sa place et tu trempes tes pinceaux avant de commencer à projeter des arcs de peinture sur le blanc du drap… Mais Angie, tu vas trop vite, tu le sais pourtant que tu ne dois pas confondre vitesse et précipitation. Tu lâches autant que tu jettes ton pinceau dans le jaune soleil, le pot tangue et tu te jettes sur lui achevant de le déstabiliser. La peinture verse et tu arrives tout juste à en saisir l’anse alors que le visqueux liquide s’en échappe à grande eaux.
Tu pourrais avoir le réflexe intelligent de te cacher, dire que c’était pas toi et te barrer, au lieu de ça tu penches en avant, priant de toute tes forces un dieu auquel tu ne crois pas pour qu’il n’y ait personne en bas.

"CAVAENBAS ??"


##   Hier à 19:04
Messages : 7
Date d'inscription : 09/08/2018
Age : 25

L'endroit est en même temps immense et super étrange. On dirait une dimension de poche comme dans les romans de science fiction. C'est censé être un institut, il y a un dortoir et des bâtiments de cours. Et à côté il y a une ambiance de campus avec une cafétéria, une bibliothèque, un parc, on dirait presque une petite ville. Alors qu'ils sont à Tokyo. Elle n'était jamais allée au Japon avant mais c'est pas comme ça qu'elle se l'imaginait.

Tout est trop neuf, trop vivant et douloureux dans sa tête. Elle a envie de s'enterrer dans un lit pour penser à autre chose, se vider l'esprit. Enfin elle pourrait. Mais c'est pas trop son style. Mieux vaut s'occuper. Alors elle explore un peu. Elle a été visiter les alentours, elle est même tombé sur un champ de fleurs colorées qu'elle a trouvé très joli même si bon… On ne va pas se mentir, son élément c'est plus la ville, les gens. Il y a des endroits cool autour de l'Institut d'ailleurs. Des bars, des resto, même une librairie.

Par contre il fait drôlement chaud ici. Ce n'est pas du tout le même climat qu'à Londres. Elle se balade en short pour pas transpirer trop. Elle a même considéré se faire couper les cheveux très court. Plutôt le genre de geste un peu drastique après une rupture. Elle n'a pas envie de penser qu'elle a rompu. D'ailleurs techniquement elles sont juste en p-

— HAAAA. Ta mère la p- Haa !

C'était quoi ce… Elle relève la tête en entendant un mec demander si ça va en bas.

— HA TON AVIS, CONNARD !!

Non, elle est pas contente. Elle vient un peu de se prendre l'équivalent d'un demi pot de peinture jaune sur la tête en même temps. Son short est foutu et c'était son préféré.

— Descend voir si t'ose ! Peintre du dimanche ! Scribouillard !

Oui. Elle est un peu sanguine Sarika parfois. Et vulgaire.
 

50% de réductions sur les titres à la con | Sarika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cour.