Partagez
Entrevues (Solo)
##   Mar 14 Aoû 2018 - 23:22

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2765
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

5éme Rendez-vous

Cela devait faire déjà une bonne dizaine de secondes qu'Ys fixe le coin du bureau. L'homme est occupé à relire ses notes. Le coin du bureau. Il est abîmé. Il n'a donc pas pensé à le vernis?? Il va le laisser comme ça? Parce que ça commence toujours pas un bout, puis ça s'allonge, ça prend de l'ampleur et ça finit par détruire le bureau en entier.
Il est pas très maniaque.

C'est du moins ce vers quoi l'esprit du Master est tourné. Il tente en vain de prendre son mal en patience. C'est déjà son cinquième rendez vous chez le psy, et franchement, il n'y voit aucune amélioration.


"D'après les notes de mon confrère, vous suivez le traitement. C'est une bonne chose."

Ah! Ayé, il a terminé. Ouais ce traitement. Une pilule tous les jours, midi et soir. Et je te parle pas de la bleue.
Ys relève les yeux sur lui. Il est confortablement installé sur sa chaise. De toute manière, il n'a qu'à répondre à ses questions, patientant que l'heure tourne et enfin il pourra quitter cette pièce. Bien. Il le fixe. Poses là donc, ta question.


"Comment vous sentez vous depuis notre dernier entretien?"

"Bien.. merci."

Ouais, il croit bon de l'ajouter. Ce "merci". Comme si avec un peu de chance, cet homme allait se dire "ok, parfait, tu peux y aller alors". Rêves toujours. Ys s'en rend bien compte qu'il nage en plein délire. La preuve, le psy s'est emparé d'un stylo. Et c'est partis! On va refaire le monde.

"Depuis notre dernière conversation au sujet de votre enfance, y avez vous repenser? Des souvenirs peut être?"

Oh putain il remet ça! Non mais genre, la fois dernière t'as pas eu assez?! Tu vois quoi? Du drame avec ça? Des pleurs?
Ys soupire. Il laisse retomber sa tête en arrière. Ouais, clairement à la longue, ça tire, il ne fait plus semblant. Ca l'agace.
L'homme le remarque évidemment mais n'y fait aucune objection. Il reste silencieux et lui laisse du temps. Il connait son métier.


"Je peux comprendre que c'est encore difficile pour vous de vous exprimer. Mais comme je vous l'ai déjà dis lors de notre première rencontre, je ne suis pas là pour vous juger."

Ys ne bouge pas.
Il sait. Il sait putain qu'il peut quitter cette pièce sans que ce gars aille ébruité ses petits secrets. Mais si à la longue, si l'élément déclencheur l'alerte, est ce que ce dernier irait le crier sur les toits: Ochikawa est dangereux!


"Hm, ouais, je m'en souviens… Je me souviens aussi de vous avoir menacé."

Finit-il par dire tout en se redressant sur sa chaise. Il plante son regard dans celui de son interlocuteur. Ouais, la première fois, il l'avait menacé, lui et ses collègues. Il doit rire là, dans son fauteuil confortable. Le petit roux qui se la raconter, il est là, après avoir fait de grosses bêtises. Quel con!

"Vous devez surement penser que vous avez raison, hein?"

"Non Monsieur Ochikawa. J'attendais juste votre venue, comme je vous l'avais proposé."

Ses lèvres se referment, Ys cesse de s'apitoyer sur lui même. C'est vrai. Le psy avait donner plusieurs rendez vous, mais jamais le Master n'y était aller. Il défiait l'autorité, il se moquait bien de ses conseils qu'il pensait autrefois futiles. Qu'en est-il aujourd'hui?
Aujourd'hui, il ne savait plus quoi penser. Est ce que avoir parler de son père l'avait aidé lors du dernier rendez vous? Est ce que vider sa colère l'avait soulagé?
Ou bien est ce du aux médocs qu'il prend pour calmer son tempérament? Et surtout… Combien de temps ce petit jeu allait durer?


"Vous savez Monsieur Ochikawa, nous pouvons simplement rester là et attendre. Ainsi vous pourrez garder le silence et nous continuerons de nous voir."

Ys relève les yeux sur lui.
Ah ouais, c'est bien ça comme idée.


"Ou bien, vous pouvez vous livrer sans que rien ne sorte de cette pièce. Vous libérez d'un poids et retrouver une vie paisible."

Enfoiré.
Ys se sent pris au piège. Et au vue de ce qu'il annonce, il a pas l'impression d'avoir énormément le choix. Le regard du Master fuit celui de l'homme.
Ca sera un jour de silence.


"Bien.... Dans ce cas je vous prescris un nouveau rendez vous. Même jour, même heure. A bientôt Monsieur Ochikawa."

Ce bougre.
Ys va finir par croire que cet idiot est au courant pour son pacte avec Akira. S'il s'en tient à ces rendez vous, c'est aussi pour ne pas se faire expulser de Terrae. Et voilà, on remet ça. Encore une journée de gâchée!
Lacement, Ys récupère le papier que lui tend le psychologue. Et il aura beau lui sourire, le visage du Master reste ferme. Et ainsi se termine ce rendez vous.


Entrevues (Solo) 02a02b11


Dernière édition par Ys Ochikawa le Mar 14 Aoû 2018 - 23:29, édité 4 fois
##   Mar 14 Aoû 2018 - 23:23

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2765
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

11éme Rendez-vous

"Donc, si je comprend bien, pour vous il s'agit plus d'une faiblesse qu'autre chose?"

"Bah parler de ses problèmes, c'est pas très héroïque hein?! Et puis maintenant que je suis Master, j'ai pas le temps de me plaindre. Puis de toute manière, c'est pas mon truc."

Master. Ah oui, c'est vrai. Mais ça, ce n'est plus qu'une question de temps. Combien de temps resterait-il Master? S'il n'est pas capable de se maitriser, comment le pourrait il? Charlie… Était-il sortis de l'hôpital depuis? Evidemment que oui. Il n'allait pas y rester éternellement. Baka.
Clairement, il ne peut plus se permettre de dire qu'il est Master. Et devant cette triste vérité, Ys baisse les yeux, une énième fois.
Le psy en profite pour prendre des notes. Il n'y a que le bruitage de sa plume sur le papier qui brise le lourd silence.


"Bien, donc vous percevez le fait de se confier comme une faiblesse. Mais lorsque vos amis se confient, les percevez vous comme tel aussi?"

"Non. Ce n'est pas pareil. Eux, je les écoute parce qu'ils en ont besoin."

"Mais vous non?"

Ys relève les yeux sur l'homme. Putain, fais pas chier mec. C'est assez dur comme ça.
Malgré tout, malgré sa réticence, ce type à lunettes à raison. Il frappe où ça fait mal, et ce n'est qu'un début. Néanmoins, Ys est dévoué, il parle. Bien plus qu'il y a une semaine. Bien plus qu'il y a plusieurs semaines.
Mais quand la difficulté se présente, il se referme sur lui. Ses mains restent joint ensemble.


"Et vous me dites que vous n'avez toujours pas rendu visite auprès de Monsieur Petit. Qu'est ce qui vous retient? Après tout, avec le Master Morphe, vous y allez régulièrement. Qu'est ce qui a changé?"

"Pfff.... C'est pas pareil. Charlie, lui, il a tenté de me voler ma petite amie durant mon absence. Ils étaient… Ils étaient proches, et je trouve ça dégeulasse."

Il a encore ce mauvais goût en bouche. Malgré qu'il est conscient que ses actes furent mauvais, il ne peut pas s'empêcher de ressentir de la haine pour le peintre.

"Puis il arrêtait pas de débiter des conneries sur mon couple. Comme s'il pouvait savoir comment on fonctionnait. Il me saoulait à se la raconter grand chef alors que lui… Lui, il est juste jaloux parce que je ne lui laisserai jamais Mitsuki."

Sous l'agacement, ses phalanges craquent.
Tout ce qu'il cherchait à faire, c'était à le séparer de la Master. Ys en était convaincu. Et maintenant, il avait eu ce qu'il chercher. Bien fait pour sa gueule!
Voilà que ça recommence. Cette vague de chaleur, de colère qui le submerge.
Ys reprend une profonde inspiration. Il ne faut pas qu'il s'emporte sinon il ne sera jamais libre. Il devra encore subir des rendez vous. Son année aura semblée vide après ça.


"Hm... Ne s'agirait il pas d'une peur? Celle de l'abandon? Et votre compagne, comment a-t-elle réagi en vous découvrant?"

Ses mains se desserrent.
C'est vrai. Mitsuki. Son regard. Sa voix. Elle tremblait ce jour là. Il l'avait déçu. Elle avait eu peur de lui. Il ne pouvait même plus l'approcher. Et en y repensant, lui aussi, il s'était fait peur.
Etre en colère, s'emporter, ça lui était déjà arrivé. Surtout en dehors de Terrae. Ca, il en avait conscience. Mais depuis sa mastérisation, ces pouvoirs s'étaient amplifiés. Devenus incontrôlables. Lui même, il craignait de se servir de sa Greffe. S'il venait à invoquer le Dragon, il en serait plus maître de ses actes et alors tout Terrae serait en danger.


"N'avez vous pas pensé à quitter Terrae? Ca serait pourtant plus simple pour vous, non?"

Cette simple question perturbe le Master.
Ce dernier n'ose même plus respirer. Quitter Terrae….
Son regard rouge se redresse sur son interlocuteur.


"Jamais. Jamais je ne pourrais faire ça. Je ne veux pas! Je-Je suis bien ici. Je ne souhaite pas me faire remarquer ou donner des leçons mais… Je veux devenir quelqu'un de bien. Je veux protéger cet endroit."

"Le protéger de moi et de mes confrères par exemple?"

Ys s'interrompt. C'est vrai. Cet homme qui l'écoute depuis plusieurs jours, cet homme là, il l'avait menacé car il pensait qu'il était une menace pour "sa maison".
A sa remarque, Ys baisse les yeux. Il ne savait plus où se mettre ni quoi répondre.


"Si je peux me permettre Monsieur Ochikawa. Je pense que vous nous penser comme un danger car nous appartenons au monde de l'autre côté. Vous savez, ceux qui ne vivent pas à Terrae."

Ys relève instantanément la tête.
Pourquoi n'avait-il pas pousser la chose plus loin? Pourquoi s'entêtait-il à une simple pensée alors que l'explication n'était pas loin?!
Le psy a mit le doigt sur quelque chose, et même avant qu'il ne répond, Ys le devance.


"Je-je vous considérais comme des ennemis. Parce que ces humains veulent à tout prix détruire Terrae pour obtenir ses secrets, ses pouvoirs. Et… C'est pour ça que je ne veux pas y retourner, quitter Terrae. Sinon je vais à nouveau appartenir à ce monde et devenir l'un de ces hommes qui détruisent pour obtenir ce qu'ils veulent. Je…. Je ne veux pas être cette personne…"

Retourner de l'autre côté, abandonner cet endroit, c'était replonger en enfer. Il deviendrait de nouveau cet Ys malveillant, infâme et pitoyable. Parce que détruire la vie des autres était devenu un quotidien, c'était tout ce qui l'attendait.

"Je ne veux pas essayer de survivre… encore."

Ici, il est bien. Ici, il ne fait plus semblant.
Il est entouré de ses amis. De véritables amis. Il s'est crée son monde, à lui et personne ne pouvait le lui enlever, pas même son père. Pourtant, celui qui est en train d'abattre ce château de cartes, c'était bien lui. Parce qu'il était incapable de gérer ses excès de colère.


"Bien. Nous en avons finis pour aujourd'hui. On remet ça pour la semaine prochaine?"

Ys ne répond pas. Il ne desserre pas des dents. Ses yeux sont toujours rivés sur ses mains. Il a enfoncé trop loin ses ongles pour ne pas fléchir face à sa colère. Et cet aveu l'accable tout autant.


Entrevues (Solo) 02a02b11


Dernière édition par Ys Ochikawa le Mar 14 Aoû 2018 - 23:38, édité 7 fois
##   Mar 14 Aoû 2018 - 23:24

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2765
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

18éme Rendez-vous

"Je vous remercie pour votre compréhension. J'ai eu un imprévu mais je me suis permis de ce fait d'étendre notre temps plus longtemps."

Ys l'écoute à peine. Il tente en vain de décapsuler cette pilule hors de son emballage. Le type qui a confectionné ces plaquettes n'était certainement pas ingénieur. Ce à quoi pense Ys alors que le psy reprend le dossier. A croire qu'il se contente uniquement d'écrire et de ne rien retenir. Comme si leurs conversations étaient vides…
Une gorgée de son verre, et voilà, la prise est faite. Brave petit soldat. D'un revers de la main, Ys s'essuie le coin des lèvres avant de reposer lourdement le verre. Ses yeux se posent par inadvertance sur quelque chose.
Putain…. Il a toujours rien fais pour le coin du bureau?


"Vous m'expliquez donc que vous vous entraîner à tempérer votre colère. Comment?"

"La méditation. Et aussi par le contrôle de mes pouvoirs sans pour autant en faire des tonnes. D'ailleurs faudrait que je pense à prévenir Lys…"

Se murmure pour lui même le Master. Ah ouais, Lys va pas être contente. Certes, il lui envoi des notes, des recherches sur la maitrise de ses pouvoirs et aussi le secret de quelques techniques qu'il s'était lui même appropriées. Mais rien ne vaut qu'un véritable entrainement.
Seulement le risque est trop grand. Il pourrait blesser son élève. Il devra alors prendre une décision.
Mais cette petite pensée n'échappe pas à l'œil du psy qui écrit quelque chose.


"Monsieur Ochikawa, je souhaiterai que nous revenions sur un point. Surement parce qu'il était trop tôt pour en discuter mais… Concernant votre défunte mère, pourquoi n'avez vous jamais chercher à savoir qui était votre véritable père?"

C'est vrai. Ce début de conversation. C'était lors des premiers jours, quand il s'énervait vite et ne souhaitait pas faire étalage de sa vie. Seulement ce détail lui avait échappé. Il ose à croire que rien ne sorte de cette pièce, comme le psy l'a si bien mentionné.
S'affalant dans le fond de sa chaise, Ys lâcha lacement:


"Parce que je m'en cogne! RO-YA-LE-MENT. Et puis, si ça se trouve, il est mort. Ou bien il a une famille et ça serait grave. Sérieusement, je me vois pas me pointer au milieu d'un repas de Noël en l'appelant "Papa". Non, ce n'est vraiment plus important… Ca l'a jamais été d'ailleurs."

Se plongeant dans ses songes, Ys se souvenait encore de ce ressenti lorsqu'il découvrit les dossiers révélant ses origines. Il n'y avait aucun nom. Seulement que Monsieur Ochikawa n'était pas réellement son père biologique. Pourtant, le jeune homme n'a jamais cherché à savoir qui était réellement son véritable père. Il n'était ni triste. Ni heureux. Juste soulagé. Soulagé que ce père ministre n'était pas son véritable père. Soulagé qu'il ne deviendrait jamais comme lui. Il était libre de choisir quel destin lui appartiendrait.
C'est tout.
C'est surement bien triste qu'un petit garçon ne ressente aucune émotion particulière, du moins, ce que n'importe quels enfants du même âge auraient du ressentir. Mais lui, sa tristesse, elle avait déjà démarré suffisamment tôt pour en éprouver d'avantage.


"Ne s'agirait-il pas là la crainte d'un autre abandon?"

Le son de sa voix se perd dans sa gorge. Il soutient toujours son regard. Un autre abandon… Ah oui. Sa mère défunte qui ne s'est pas battue pour le protéger. Son véritable père qui n'a jamais cherché à connaitre son existence. Oui, peut être que c'est ça… En y regardant de plus près, sa vie est une succession d'abandons.

"Ayant seulement ces deux exemples paternels, l'idée d'être un mauvais père un jour vous effraye?"

Reprend aussitôt le psy pour ne pas perdre le Master.
Le rouquin relève les yeux sur ce dernier.


"Hein?"

Si, il a bien entendu.
Mais avant qu'il ne réagisse, c'est le blanc. Lui, un bon père? C'est quoi cette question? Comme si c'était possible! Est ce qu'il en avait réellement envie? Est ce qu'il aimerait un jour pouvoir l'être?
Devant l'ironie du sort, Ys éclate de rire. Il rit. Les nerfs qui lâchent surement. Sérieusement, parfois il pose vraiment des questions cheloues!


"Oh pardon. C'est juste que je trouvais ça drôle. Sérieux, déjà que je me suis fait remballer quand je l'ai demandé en mariage, vous croyez quand même pas que je vais lui proposer de faire un gosse?!"

C'est drôle. Cette putain d'ironie! Vous imaginez la tête de Mitsu?! GROSSE BLAGUE MON POTE! Non et puis avant d'avoir un enfant, il faudrait déjà qu'il sache s'occuper de lui même. Il en essuie même un coin de l'œil une larme qui perle. C'est quoi au juste cette larme? Un fou rire ou bien….
Mais le psy retient une chose dans sa réponse: le refus à sa demande.


"La peur d'un abandon donc?"

Inutile qu'il précise d'avantage sa question. Ses paroles, sont celles qui résonnent au fond du Master sans trouver forme, sans en sortir.
Ys cesse rapidement de rire. Ouais… Ca aussi. Quand Mitsuki a refusé, il l'avait mal vécu. Il pensait qu'elle était son centre d'intérêt. Qu'ensemble, ils pourraient traverser les temps. Que son amour était réciproque. Pourtant, elle lui avait suggérer que oui lorsqu'ils s'étaient de nouveau retrouvés.
Mais ne doute-il pas désormais? Et depuis cette histoire avec Charlie….
L'ambiance tourne radicalement. Ys ne fixe plus le psy. Son attention se reporte doucement sur le coin abîmé.


"Vous savez quoi le doc? Je pense que je vais y aller. Je me sens pas très bien. Je suis épuisé en fait. Ils ont du monter la dose du traitement, et je suis crevé sérieux…"

C'est vrai. Parce qu'ils avaient l'impression que la dose ne suffisait pas, ils l'avaient augmenté. Tantôt Ys montrer des signes de colère plus amplifiés que les précédents. Tantôt il était épuisé. Pas seulement par l'effet en continue qu'exposer les médicaments. Mais usé par cette lutte en quotidien. Un ras le bol.
Le Master ne cherche pas à savoir si cela convient au psychologue. Il se lève même de sa chaise.


"Je sais que vous avez pris plus de temps pour moi, j'en suis navré. Nous n'aurons qu'à remettre ça à plus tard."

Comme convenu. Même jour. Même heure.
Et les deux hommes se séparent.

Seulement, il se produira un évènement qui repoussera ce rendez vous à bien plus tard...


Entrevues (Solo) 02a02b11
##   Mer 12 Sep 2018 - 22:59

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2765
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

19ème Rendez-vous

Le psychologue ne se ménage pas. Ses gestes autrefois lents et précis sont soudainement précipités et maladroits. A qui la faute? Le pauvre homme n'avait été tenu que tardivement de ce rendez vous soudain. Un rendez vous manqué. Un rendez vous qui daterait déjà de plusieurs semaines mais qu'un évènement inattendu repoussa tout planning.
Assit dans le fond de sa chaise, le Master observe son interlocuteur trouvait place.


"Pardonnez moi. J'ai été prévenu de notre entrevue que tardivement. A vrai dire, je ne vous attendais plus…Ou du moins, aussitôt."

Evidemment.
Tout se sait à Terrae, ou du moins, certaines choses. Et se transformer en dragon en prodiguant l'envie de tout détruire en fait partie. Et cet homme suit son dossier. Enfin du moins, si autrefois il s'agissait de remplir de la paperasse, c'était devenu un peu plus que ça. Si le Master pensait que le psy faisait uniquement son boulot, sans passion, sans amertume, il avait découvert que ce dernier était humainement plongé dans le mal être de ses clients, les aidant au mieux de sortir de l'enfer dans lequel ils s'étaient plongés.
Et ça aussi, c'était un détail dont Ys s'était rendu que trop tard.


"Non pas de soucis. C'est de ma faute après tout. J'ai demandé à vous voir, comme ça alors bon…."

Dans un dernier soupir, le psy sépare un dossier de l'autre, assez surpris de son exploit. Quand finalement son regard s'attarde sur le jeune homme. Un air de surprise derrière ses lunettes.

"Il est vrai qu'il est peu habituel que vous désirez un entretien aussi soudain. J'imagine qu'il s'est passé quelque chose. Enfin, du moins que vous souhaitez en parler."

Automatiquement, Ys relève les yeux sur le vieil homme.

"Enfin ça ou autre chose bien sûr. Vous le savez, vous pouvez parler de tout."

Dans un grincement de chaise, l'homme est derrière son bureau, stylo en main, prêt à relever toute information. Un moment de soupir. Juste quelques secondes pour faire le vide. Tout et n'importe quoi. Il pourrait raconter n'importe quoi. Il est prêt. Il se sent prêt.
Nerveusement, il ne s'en rend compte que seulement maintenant, mais son index frappe frénétiquement l'accoudoir de sa chaise.


"Vous... Vous êtes déjà au courant pour ce qu'il s'est passé et pourquoi je n'ai pas pu venir aux rendez vous…"

Tente-t'il en plongeant ses prunelles dans les siennes. Il a du mal à discerner l'homme derrière ses verres, mais son silence est convainquant. Il est au courant mais il l'interrompt pas pour y répondre. Il ne veut certainement pas briser cet élan de courage si rarement retrouvé chez le Master.
Une inspiration, encore. Il ne les compte plus. Il ne faut pas se perdre dans ce simple détail.


"Je me suis entêté dans quelque chose que je pensais résoudre seul. Parce que je pensais que parler de ses problèmes étaient une faiblesse, je me suis piégé tout seul."

On revient aux origines, là où tout a commencé. Tout ce dont le psy avait tenté en vain de dessiner sous ses yeux.

"Si on m'avait prédis ça, j'aurai surement pensé que cette personne serait folle. Mais je crois, enfin non, j'en suis sûr que désormais tout ira bien."

Un léger sourire lui échappe. Un sourire de soulagement, de libération.
Instinctivement, sa main vint frotter son visage, nerveusement.


"Je devrais sans doute vous remercier. Vous comme les personnes qui m'entourent."

"Non, je n'ai fais que d''effectuer mon travail. Le mérite vous reviens."

Redressant la tête, Ys lui sourit. Oui, évidemment, tant de modestie. Mais ils savent, ils se comprennent. Et l'homme n'interagira pas plus.

"Il me reste encore pas mal de chose à apprendre, à corriger aussi. Mais si un jour je m'égare, si un jour je venais à me perdre. Même si je vous parais aussi violent et entêté que notre premier rencontre, pourriez vous me tendre de nouveau votre main?"

Il lui aura fallu quelques secondes pour formuler sa demande, quelque peu hésitant. Mais le sourire du psychologue en guise de réponse est suffisant pur dissiper tout doute.

"Bel et bien évidemment, Monsieur Ochikawa."

Les mains du Master cessent de se triturer. Un large sourire découvre ses canines. Il n'est pas un cadeau, il en a bien conscient. Mais il remerciera jamais assez la patience de ses amis, de cet homme.
Se levant d'un bond, de bonne humeur, le jeune homme relança plus gaiement et sans crainte.


"La prochaine fois que nous nous recroiserons, ça sera autour d'une table différente de celle ci. Je vous inviterai à manger chez nous."

"Avec plaisir. Prenez soin de vous, Monsieur le Master."

Il est inutile d'en ajouter d'avantage. Un regard vaut mille mots. Et d'une révérence appliquée, le Master tourne des talons.
Il avait quitté ce bureau avec qui le crus une pointe de regret. Lui qui autrefois souffrait d'être enfermé dans cette pièce avec cette désagréable sensation d'être le cobaye d'un homme curieux. Et sans qu'il ne s'en rend compte, à aucun moment de cet entretien le psychologue n'aura écris une phrase dans le dossier. Il se contenta, une fois seul, de tirer un grand trait:


Dossier Clos.


Entrevues (Solo) 02a02b11
##   
Contenu sponsorisé

 

Entrevues (Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Hôpital.