Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Le Cri. (Ys)
##   Mer 15 Aoû 2018 - 19:40

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3278
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?


Les murs blancs de l'hôpital m'insupportent. Le temps passe bien trop lentement. Je tourne en rond, ça m'agace ; impossible de détacher mon esprit des événements de ce midi. Le combat contre Ys et Mitsuki était bien trop violent ; l'état dans lequel ils ont terminé me donne envie de hurler. Je me contente de prendre mon mal en patience, sans parler, sans une once de sympathie pour quiconque. Les garçons sont à la maison avec Charlotte ; je ne me fais pas trop de souci pour eux, même si je le devrais peut-être. J'ai mieux à faire pour l'instant. Mon regard s'attarde sur mon téléphone pour lorgner l'heure. Le soir, déjà. Les Guérisseurs ont mis un peu de temps pour gérer leurs blessures. Ils vont apparemment relativement bien, si l'on tient compte de la quantité d'énergie utilisée pour tenter de se détruire l'un l'autre. J'ai l'impression que c'est sans fin.

Comme à chaque fois que j'y repense, j'ai envie d'aller sortir Ys de son lit pour lui péter la gueule. Je me contente de rester immobile, de méditer un peu et d'attendre.

J'élabore. Clairement, ce n'est pas la meilleure idée que j'ai eue, mais je défends qui que ce soit de m'en empêcher. Pour le moment, Ys est trop dangereux. Il enchaîne les conneries depuis qu'il est passé Master. Je pensais qu'il saurait gérer son tempérament de merde et le dragon qui est en lui, mais pour le moment, rien n'indique que ce soit le cas. Ce n'est pourtant pas un gars mal intentionné, en règle général. Alors en arriver à un tel niveau de destruction... Après avoir défoncé la gueule à un élève, après avoir manqué de tuer le Master Morphe dans la forêt, après avoir continué des actes de violence partout dans Terrae. C'est plus possible.

C'est plus possible et faut qu'on fasse un truc.

Déjà, m'être battu contre lui pour son combat de Master et qu'il dérape à ce point maintenant, ça me gave ; ensuite qu'il s'en soit pris à Mitsuki après l'avoir déjà brisée en deux cet hiver... J'ai du mal. Elle est pas une petite chose fragile, mais personne la touche. Personne ne la met en danger.

Soudainement, mon énergie entre en contact avec la sienne, très faible, qui s'éveille lentement dans la chambre qu'on lui a attribuée. Je rouvre les yeux. Regarde autour de moi. Les infirmières vont mettre un moment à se rendre compte de ce son réveil, et je préfère autant ne pas les avoir dans les pattes. Sans attendre, je me lève, envoie un message à Norah puis ouvre la porte de sa chambre. Je la referme sans douceur, presque en la claquant, et toise le rouquin dans son lit, le visage inexpressif.

Il a l'air paniqué. Bien. Il peut.

Mes yeux se plissent, mes sourcils, eux, ne se froncent pas davantage. J'ai envie de lui enfoncer mon poing dans la tronche ; autant ne pas m'approcher tout de suite et y mettre un minimum les formes. Sans cesser de le regarder, je laisse mon aura de Master prendre le dessus pour s'écouler dans la pièce. Lourde. Étouffante. Elle camoufle les autres énergies autour de nous momentanément. Pas question qu'il aille retrouver Mitsuki maintenant.

—C'est bien, t'es réveillé. Tu te sens comment ? je siffle immédiatement, abrupt. Il semblerait que t'aies plus de baraque, c'est ballot.

Faut qu'on parle, toi et moi.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Jeu 16 Aoû 2018 - 21:14

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2759
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Un bruit sourd. Une explosion. Le plafond qui s'écroule sur lui. Puis le néant.
En sueur, Ys ouvre grand les yeux. Une prise de panique, il fixe désespérément le plafond au dessus lui. Il est blanc. Il ne bouge pas. Il ne s'écroule pas. C'est quoi ce rêve?
….
Sans oser bouger, ses yeux roulent sur le côté. Ce n'est pas sa chambre. Il n'est pas chez lui. Cette odeur, il la connait. Ce n'est pas bon. Ce n'était pas un rêve.


Mitsuki.

Prise de conscience, le Master se redresse brutalement sur son lit. Une douleur aigue l'empêche de continuer et il gémit. Portant sa main aux côtés, il grimace. Combien de coup avait il pu encaisser sans que le Dragon ne flanche? C'est du suicide. Et son bras… Son bras gauche est bandé, il ne bouge plus. Pendant quelques secondes, il est effrayé et perdu dans l'incompréhension. Mais quelque chose de plus important l'occupe: l'état de Mitsuki.
Et alors qu'il cherche désespérément un moyen de quitter cette pièce, un claquement de porte, son regard s'attarde sur une silhouette.


"Mi... Mitsuki?"

Juste savoir. Seulement ça. Le reste, tu pourras juger.
Depuis combien de temps Aaron attendait au pas de la porte? Et ce regard… Même inconscient, dans son souvenir, il se rappelle de cet entraînement avec Mitsuki. Lui implorant de cesser ce petit jeu. Et puis le noir. Colère. Le Dragon s'était emparé de son corps dans l'unique but de tout détruire sur son passage. Et s'il avait détruit Mitsuki, que resterait il de lui? Il osait à peine y penser. Cette simple idée qu'elle ne soit plus de ce monde le rendait malade.
Mais Aaron ne semble pas disposé à discuter. Du moins, il semble en colère. Très en colère même.
Pas étonnant. Le regard du Master s'abaisse sur les draps du lit. Et dire qu'il ne se souvient que de quelques fragments de souvenirs. Comment pourrait il se défendre? Et puis… le voulait il vraiment? Il s'en fout. Il se moque bien qu'on le punisse, qu'on lui reproche ses erreurs. Quoiqu'il fasse, rien ne fonctionnera.

Aaron reprend la parole et ses mots sont plus durs au fur et à mesure. Il apprend, sans jamais relever la tête, qu'effectivement, sa maison est bien tombée en lambeaux. Ah… donc c'était ça, cette horrible explosion. Et Mitsuki...


"S'il te plait… s'il te plait, dis moi juste si Mitsuki va bien… Après tu pourras…"

Faire ce que tu voudras.
Qu'importe que tu me battes à mort. Qu'importe que tu me dégages de Terrae. Le plus important, c'est que la Master n'ait rien. C'est tout.
Et puis n'y a-t'il pas mieux qu'Aaron pour le juger? Lui qui la combattu pour sa mastérisation. Belle ironie du sort. C'est lui qui le forme, c'est lui qui le sort. C'est drôle…

Doucement sa seule main valide se resserre sur elle même. Il se sent vide. Vidé. Aucune énergie. Aucune force. Il force pourtant, serre son poing jusqu'à que le sang ne tâche. Il ressent la douleur, un peu. Il est encore en vie. Il est lui même. Le Dragon dort. De toute manière, ce dernier ne pourrait ressurgir. Le garçon est bien trop fatigué pour se laisser emporter par les pulsions.


"Rien ne fonctionne. Rien."

Tente-t'il de reprendre d'une voix légèrement tremblante.

"Ni la méditation. Ni les médicaments. Pas même les séances chez le psy. Rien."

Et Mitsuki, elle, avait employé la manière forte. Elle voulait faire le sortir le Dragon de manière brutale. Ca a marché. Mais le résultat n'ait pas concluant. Et il a manqué de la tuer. Grinçant des dents, cette simple pensée qu'elle ait pu risquer sa vie pour la sienne l'agace. Froncement de sourcil, il comprend alors qu'il n'a pas d'autres choix. S'il ne peut pas se débarrasser de ses démons, s'il ne peut pas vivre aux côtés de la Master sans la blesser, alors il ne reste plus qu'une chose à faire.
Le garçon relève son regard sur Aaron et reprend d'une voix déterminée.


"Fais le! Effaces ma mémoire et bannis moi de Terrae. Fais le!"

C'est la seule solution.


Le Cri. (Ys) 02a02b11
##   Ven 17 Aoû 2018 - 12:53

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3278
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?



Il se réveille. Il appelle Mitsuki. Sa voix me crispe davantage — l'air se fait plus lourd, mais pas plus électrique. Je ne suis pas inconscient au point de détraquer les appareils de l'hôpital alors que des personnes sont blessées. Ca ne m'empêche cependant pas de lui renvoyer le regard le plus antipathique que j'ai en réserve. Malgré son état, malgré ses blessures. Mitsuki est dans un sale état, et c'est de ta faute, espèce de sale petite merde. Putain, faut que j'me calme. Ma peau est brûlante d'énergie contenue.

Je plante mes mains dans les poches de mon sweat à manches courtes et hausse un sourcil en le détaillant. Non gros, c'est pas Mitsuki, j'ai pas encore les cheveux longs même si j'chante aussi parfois du Beyoncé en dansant sur les tables. L'un de mes sourcils se hausse et je me retiens de le prendre par le col. À la place, je le laisse parler. Ricanement mauvais. Je compte pas lui répondre. Ce dont j'ai besoin, c'est qu'il flippe. Qu'il baisse sa garde. Qu'il s'énerve. Faire réagir le côté émotionnel pour pouvoir connecter avec. C'est ce que je m'applique à faire avec mes pouvoirs de sensitifs ; fouiller à l'intérieur de lui, profiter de sa fatigue et de sa faiblesse. Ce sera plus simple. Il n'a pas toutes ses barrières. Et ça me renseigne au moins sur un point : il s'inquiète encore sincèrement pour Mitsuki. Il ne voulait pas lui faire du mal, sincèrement. C'est bon signe, contrairement à ce qu'on peut penser.

—Après, je pourrai faire quoi ? T'encastrer dans un mur ?

Excessif ? Sans doute. Si j'en ai envie ? Hm, certainement. Juste un peu. Mais j'suis aussi inquiet. Pour lui autant que pour les autres. Je peux juste pas me permettre d'être sympa. Pas maintenant.

—Pour commencer, tu t'calmes, je le coupe lorsqu'il se remet à parler, la voix assombrie par la colère. Personne va effacer de mémoire ni bannir personne, alors arrête de t'exciter. Si ça tenait qu'à moi, là, tout de suite, par contre…

C'est faux. Bien sûr que c'est faux. Je tiens pas à le chasser, il a autant que les autres le droit d'être ici. Il a mérité sa place.

—Pourquoi tu veux tout détruire ? Pourquoi t'es vénère comme ça tout le temps ? Je t'avoue que j'en ai rien à foutre que tout ce que t'as fait ne marche pas. T'es sûr que t'en as envie ? Parce que là, c'que je vois, c'est que ça te plaît pas mal de péter la gueule et essayer de tuer tout le monde. T'aimes le sang à quel point ?

J'analyse. Je trie. Je retiens. Les yeux plantés dans les siens. On dirait un Hulk qui a peur d'exploser. On dirait moi après que j'ai ouvert les vannes trop fort, et qui me rends compte du mal que j'ai fait. Mais j'ai besoin de savoir si c'est sa Greffe ou si c'est lui. Si c'est lui, c'est en psychiatrie qu'il a sa place, pas chez les Masters, on pourra pas faire grand-chose de plus que l'accompagner ou brider ses pouvoirs.

Si c'est sa Greffe… on pourra p'tetre faire un truc utile. C'est quoi, tes démons, Ys ...?

—C'est pas comme ça que je t'imaginais tourner, en sortant de cette foutue arène. T'as abandonné à quel moment ?



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Ven 17 Aoû 2018 - 21:59

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2759
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

—Après, je pourrai faire quoi ? T'encastrer dans un mur ?

Pourquoi pas?! C'est une idée comme une autre. Qu'importe le niveau de douleur, il n'irait pas dans le détail. Du moment que son châtiment soit suffisant, toutes les méthodes sont propres. Seulement Aaron ne renchérit pas. Le regard du rouquin se redresse sur lui.
Même là, même dans cet état pitoyable, on se joue de sa carcasse. C'est pourtant simple d'y mettre un therme. Malgré tout, l'ambiance est tendue, étouffante, oppressante. L'énergie d'Aaron découle sur lui. Il se doute bien que c'est volontaire. Il doit tellement le haïr…

Rendre les gens fiers de lui n'a jamais été son loisir. Il se moque bien de leur avis… Enfin, du moins, c'est ce qu'il pensait. Mais décevoir son entourage, les blesser… Pour sa part, il n'y a pas de point non-retour.
Et soutenir son regard est aussi usant, qu'Ys rabaisse les yeux sur ses draps. Même serrer son poing n'émet plus aucune douleur. Aaron le reprend, sans détour, sans pincette. Apparemment, son comportement ne semble pas assez justifier pour le renvoyer. Sauf lui. Alors vas y, prends les devants. T'es Master après tout. Si un manque pense qu'un autre est dangereux pour le reste de Terrae, il est surement préférable de l'entendre. Non?
Ou bien on aime jouer avec le risque?

Et comme ce n'était pas suffisant, Aaron continue d'appuyer là où ça fait mal. Cette fois, sa main blessée finit par se resserrer sur elle même. Ca s'agit doucement à l'intérieur. Ca brûle de nouveau.


"Arrêtes de dire des conneries! Je ne prend aucun plaisir à tabasser des personnes!"

Finit-il par avouer tout en redressant son regard sur le Master.

"T'es Master après tout! Alors fais ton taff! Moi, pour ma part… Je ne veux plus l'être. Ces pouvoirs… "

Doucement, alors que son regard retomber vers le bas, songeant à ce qu'il aurait pu devenir, au Master qu'il rêvait de devenir…

"C'est ça… Je ne veux pas devenir ce genre de Master. Tout ce que je voulais, c'était de pouvoir protéger Terrae, les gens que j'aime. Mitsuki…"

Cette dernière note bloque dans sa gorge. Non, il ne voulait pas devenir un Master qui terrorise les résidents. Qui détruit tout sur son passage pour un caprice. Qui détruit pour se protéger…

Quoi donc? Ces humains? Le genre de type qui te vole ce qu'il te reste de plus précieux dans ton dos? Protéger ce genre de type? Protéger les types qui veulent vous emprisonner et faire de vous des cobayes?
Protéger des types qui battent les plus faibles par pure plaisir? Et qui te protège, toi?

Ys réouvre les yeux subtilement. Faut pas se recommence. Faut pas que cette énergie remonte à la surface. Cette envie de destruction. C'est Aaron. C'est de sa faute. Ses paroles sont blessantes et pensait qu'il pourrait prendre du plaisir à blesser Mitsuki… JAMAIS!
Sans plus attendre, le premier geste qui lui vint fut de poser ses mains sur ses oreilles. Du moins, c'est tout ce qu'il a trouvé. C'est que même réfléchir sainement est devenue compliquer.


"Si tu ne prend aucune décision, alors pars d'ici. Et surtout tais toi!"


Le Cri. (Ys) 02a02b11
##   Ven 17 Aoû 2018 - 23:33

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3278
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?



Ys ne me regarde même pas dans les yeux. On dirait qu'il cherche à fuir mon regard ; par culpabilité, ou par honte ? Il n'a pas vraiment peur de moi, mais il se sent mal. Je sens son malaise si fort qu'elle me chavire ; sa peine est immense. Elle me renvoie à Nicolas après une crise de rage, elle me renvoie à Mitsuki lorsqu'elle se laissait consumer par ses émotions négatives, elle me renvoie à moi après une perte de contrôle. On est tous des tonnerres et on a sans doute tous merdé quelque part dans notre vie — je suis pas sûr d'avoir eu vent d'événenements similaires chez des personnes d'autres affinités. Pas comme ça, pas de cette manière. Pas aussi fortement.

Un soupir manque de m'échapper, mais je le contiens. Mon sourcil se hausse et j'étire un sourire insolent et mauvais, qui va de paire avec mon ricanement.

—Bien sûr, c'est vrai que t'as pas eu l'air d'y prendre du plaisir, excuse-moi, j'ai dû mal comprendre tes intentions. Tu voulais les tuer, en fait ? Bien joué. Vraiment.

Je hausse une épaule et l'observe toujours de haut, entre mes yeux plissés.

—Enfin, c'est clair que là, t'as bien réussi à les protéger. Surtout Mitsuki. Enfin, tu me diras, maintenant, elle n'aura plus besoin de protection… je reprends d'une voix plus incisive, sèche, vibrante de haine. Quel merveilleux Master que celui qui tue les siens... Tu dois être satisfait.

Un éclat doré passe dans mes yeux. C'est artificiel, mais la rage que je ressens, bien que je la maîtrise, est bien réelle.

Au fur et à mesure de notre discussion, je sens la colère qui s'empare à nouveau d'Ys. L'énergie qui pulse est sauvage, virulente. Voilà qui est parfait. On va pouvoir s'amuser. Mon pouvoir l'atteint. Elle amplifie sa haine. Amplifie sa douleur. Amplifie sa peur.

R e g a r d e - m o i.

—T'en fais pas. J'ai pris ma décision depuis un moment, mon chéri, je susurre en me rapprochant du lit, très lentement; alors que le tatouage de ma Greffe s'étend sur le côté gauche de mon visage. Je te promettrais bien que ce sera rapide, mais ça ne le sera sans doute pas...

Sans attendre, je fais éclater une étincelle électrique à côté de ses yeux pour l'éblouir et le distraire. Ma main s'étend vivement pour toucher la première parcelle de peau que j'arrive à atteindre : un bras, le visage, la gorge, qu'importe. Ma Greffe s'active dans le même moment, automatiquement ; elle nous transporte hors de l'hôpital, hors de Terrae, hors de l'espace et du temps. Impossible de se téléporter en dehors. Impossible d'en sortir sans que je n'en donne l'ordre, ou sans me tuer. On va éviter d'en arriver là.

Nous atterrissons dans la même position dans une salle infinie au dallage noir brillant et au ciel gris orage. Ys, qui était allongé dans un lit, tombe sur le sol sans douceur. Je m'écarte immédiatement pour le toiser avec animosité, prêt à en découdre s'il laisse le Dragon sortir. L'ambiance lourde qui emplissait la chambre d'hôpital est pire ici. Elle est électrique. Drainante. Agressive. Dirigée tout droit vers Ys pour lui faire du mal. N'importe qui deviendrait violent, ici. Presque fou. Meurtrier.

Un monstre n'aime pas être mis en cage. Un monstre n'aime pas être dompté.

—Désolé, mais je ne compte pas me taire, je lâche d'une voix sombre qui se répercute à l'infini dans ce monde sans mur ni paroi.

Et c'est exactement pour ça qu'il faut qu'on le fasse.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Sam 18 Aoû 2018 - 1:22

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2759
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ce n'est pas comme s'il cherchait à obtenir de la compassion auprès d'Aaron. A vrai dire, il n'en voudrait même pas. Mais le Master continue de tourner le couteau dans la plaie. A croire qu'il y prend du plaisir. Qu'il puisse déverser sa colère sur lui, ça il peut le comprendre. Mais parler ainsi de Mitsuki, comme s'il était responsable… Il le supporte moins. Tout comme il ne supporte pas cette triste vérité. Oui. Il a blessé la jeune femme. Il a bien tenté de la tuer tout comme il a tenté de le faire avec Charlie. Mais ce n'était pas lui! Du moins, indirectement.

Quelle ironie. Même lui, quand il y pense, c'est ironique. Qui pourrait avaler ça sérieusement? Mec, ce sont tes mains qui sont tâchés de leur sang. Pas celles d'un autre. Personne n'avalera cette pilule. Et il aura beau forcer ses mains sur les oreilles, il entend toujours la voix du Master. Une force l'oblige même à relever le regard sur lui. Un regard haineux.


"Arrêtes de dire ça!! Je ne veux tuer personne!!"

Qu'il cesse! Qu'il lui retire ses pouvoirs et le bannit de Terrae. C'est pourtant simple. Alors pourquoi s'amuse-t'il à le torturer ainsi? C'est éprouvant. Et son rire, cette pression qu'il lui impose… Il lutte contre sa conscience, ne pas fléchir. Ne pas croire en de telles paroles.
Une personne bien, avec des qualités. C'est ce qu'il lui a dis Mathéo. Sibylle aussi. Mitsuki aussi. Joyce l'a dit également. Même Lys.
Et maintenant? Est ce que leur avis va-t-il changer?
Et s'il ne lutte pas contre sa foie, il lutte aussi contre autre chose. Quelque chose de plus fort, qui se nourrit chaque jour un peu plus de sa colère.

Et Aaron amplifie l'évènement. Il va se produire de nouveau la même chose que dans la salle d'entraînement. "IL" s'en prendra aussi au Master. Il ne faut pas. Il doit tenir.


"TAIS TOI! TAIS TOI!! ARRÊTES CA!!"

Pitié.

La présence du Tonnerre est plus proche. Ys la lâchait du regard depuis un long moment, bien trop centré sur lui même pour ne pas se laisser emporter ses pulsions. Une étincelle jaillit sur le coin de son visage, le forçant à ouvrir les yeux pour esquiver celle ci. Mais alors qu'il pense éviter ce qui pourrait être une attaque, il sent les doigts d'Aaron frôler son autre main, de l'autre côté de son visage.
NON.
Son corps l'abandonne. Il n'existe aucune loi de la gravité. Et l'horizon parait sans fin. C'est du moins ce que constate aux premiers regards le jeune homme quand il tente de se redresser difficilement, après que son corps soit lourdement retombé sur le sol. C'est douloureux.
Grimaçant, Ys tente vainement de vérifier où il sent. Le monde qu'il connait n'est plus. Mais s'il a cette désagréable impression d'être dans un espace parallèle, il y a autre chose de plus inquiétant.
Cette pression au dessus de sa tête. Ici, les émotions sont amplifiées. Ici, il n'y a aucune limite. Et cette angoisse qui le gagne. Cette menace…
Il est menacé. L'hôte risque de mourir ici. Il n'en est pas question.

La voix du Master résonne tel un écho dans cet univers. Le corps d'Ys ne tremble plus. Et tandis qu'il fit dos tout en observant loin devant lui, toujours assis au sol, un rire s'élève.


"C'est une bonne chose…"

Sn visage se tourne enfin vers son interlocuteur, de profil. Un sourire en coin laissant apparaitre des canines. Laissant ancrer son regard différent, des pupilles semblables aux reptiliens, il reprit d'une voix glaçante:

"J'ai toujours apprécier entendre le cris de mes victimes."

Le Dragon se lève sans peine. Il ne ressent aucunement la douleur dans le bras. Il ne ressent rien. Des écailles apparaissent par endroit. Elles brillent par reflets. Et se tenant face au Master, la Bête s'étira à son aise. Il est bien ici. C'est comme pouvoir rentrer chez soit. Nourrir par la haine et la vengeance. Et ce type là, qui tente d'effrayer son hôte en le menaçant du pire, ça, il ne peut pas lui permettre.

"Je ne sais pas ce que tu comptes faire, mais saches que je ne peux pas te laisser faire. Et excuses moi d'avance, mais je ne serais pas doux."

Un dernier sourire, une lueur dorée passe dans ses prunelles. Le tatouage d'Aaron est déjà bien présent sur son visage. Celui du Dragon s'active à son tour et s'enroule autour de son corps.
Dressant la paume de sa main vers le ciel, il fit tourner dans celle ci différentes sphères de plusieurs tailles.


"Si tu veux, je peux t'accorder une dernière faveur: de quelle manière souhaites-tu mourir, humain?"


Le Cri. (Ys) 02a02b11
##   Sam 18 Aoû 2018 - 16:14

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3278
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?



La carapace autour d'Ys commence à se craqueler ; dessous, je ressens l'énergie sauvage et impétueuse du monstre qui s'éveille. Il est puissant, le monstre. Il fait fi du peu d'énergie d'Ys, rassemble les dernières parcelles de vie qui lui restent encore pour chercher à faire surface. Ys, à côté, se fait balloter, écraser, mais il résiste. Il n'est pas assez fort. Pas assez confiant. Pas assez déterminé. Mais elle est là, l'étincelle que je recherche, l'étincelle que j'attends. Celle qui me prouve qu'Ys est encore là, et que c'est lui qui mérite d'être aux commandes. Que c'est lui qui doit reprendre le dessus.

Ce n'est qu'une fois dans ma Greffe que le Dragon le domine.

C'est comme être face à une autre personne, un autre être. J'incline la tête en détaillant mon vis-à-vis, comme je détaillerais une bête étrange et incongrue. Plus besoin de jouer la comédie, maintenant, le Dragon est sorti et il est plutôt vénère. Il réagit lorsqu'on menace son hôte, donc il a probablement été créé pour le protéger. Reste à savoir en quoi Ys a l'impression d'être en danger, et surtout comment on est censés faire pour qu'il abandonne la rage et les pulsions meurtrières.

Elles pulsent partout autour de nous — comme un coeur qui bat, si puissamment que j'ai l'impression d'entrer en symbiose avec lui. Sa protection de Master, ici, ne peut pas grand-chose. C'est l'un de mes seuls atouts, je le sais pertinemment. Même sa fatigue ne l'empêcherait pas de me péter la gueule s'il le souhaite.

Mon sourire s'étire. Ca fait un moment que j'me suis pas fourré dans la merde comme ça, chic alors. Ca m'manquait. (non)

Des écailles s'étendent sur le corps du Master. Ses yeux luisent de sa soif de sang.

—Oh, salut. Quelle entrée en matière. T'aimes bien faire du drama, toi, j'suppose ? je lâche d'un ton beaucoup plus décontracté maintenant que j'ai réussi à faire sortir le monstre, mains plantées dans mes poches, mes muscles se détendant petit à petit.

La douleur d'Ys ne me parvient plus vraiment, elle est comme anesthésiée. Est-ce que c'est une partie de son pouvoir, qui lui permet de faire fi de ses blessures pour continuer ? C'est vraiment un sale mode berserk, en fait. Je continue à le détailler, tranquillement, un sourire aux lèvres.

—T'inquiète bébé, j'aime bien qu'on soit dur avec moi.

Je lève les yeux vers sa main, dans laquelle il fait tournoyer quelques sphères électrifiées, comme pour m'effrayer ; mais je ne bouge pas davantage. Que c'est mignon. Je prends mon temps pour analyser l'énergie qu'il déploie, noter ses vibrations.

—Comment je souhaite mourir ? Eh ben, t'es bien arrogant mon chéri. Je vais t'apprendre une chose intéressante. (Mon sourire se fait plus large. Je le lui renvoie, presque amusé par la situation.) Ici, c'est moi qui créé les règles.

Un geste vague de la main, et ses sphères disparaissent, englouties par ma Greffe qui se nourrit de leur énergie si similaire à la mienne. Il va falloir y mettre un peu plus de puissance que ça pour m'atteindre, là.

—Oops. Tu comptes me tuer comment, là, en fait ?

C'est pour un ami.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Sam 18 Aoû 2018 - 21:47

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2759
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Le Master parait moins hargneux qu'il y a quelques minutes. Il parait même plus détendu. Rassuré? Allez savoir. Néanmoins le Dragon reste sur sa garde et ne le lâche pas du regard. Même sous cette enveloppe charnelle, lui aussi, il côtoyer les êtres humains. Et ce type là, qui se tient devant lui, il faut s'en méfier comme de la peste.
Certes, s'il veut quitter cet espace qui l'emprisonne et l'oblige à quitter son nid douillé, il allait devoir abattre le Master. Et dire qu'il pouvait se reposer bien gentiment…

Dans sa main, il fit tourner des sphères chargées d'électricité. Peu d'énergie. Mais volontaire. Et sans même lancer son attaque, il tente de déchiffrer ce lieu. Impensable. Finalement Aaron reprit la parole et se charge de lui ôter les sphères de ses mains.


"Intéressant…"

Siffle la Bête alors qu'il fixe encore sa main. Ainsi, ici, il est interdit de se servir de ses pouvoirs. Bien. Voilà une première règle. Par dessus le marché, le Master semble sûr de lui. Il est en confiance car nous sommes dans son monde.
Relevant les yeux sur sa cible, son sourire reprend et laisse apparaitre ses canines.


"Dans ce cas, laisses moi te dire que pour toi, ça sera long et douloureux…"

A mains nues. Il compte bien le briser à mains nues. Les ongles de sa main s'allongent tels des griffes acérés.
Un dernier sourire et le chrono est lancé. Se téléportant en une fraction de seconde, il réapparait sur le côté du Master. Se coups partent vite. Le combat commence entre les deux hommes et le Dragon ne lâche rien. Son côté bestial et souple sont un bon point pour lui. Ses poings frappent à différents endroits, il pare les coups du Master, il le griffe par endroit. Et termine cet enchainement sur un high kick, propulsant son ennemi plus loin.
Non, il ne compte pas être doux.

Cette fois, il ne sourit plus. Donnant du temps au Master de pouvoir se relever, il le toise du regard. Un regard noir, menaçant, accablant l'homme de tous ses malheurs.


"Relèves toi humain. Relèves toi. Parce qu'une fois que je serai en dehors de ton espace, j'irai détruire ce à quoi tu tiens le plus. Pour m'avoir enfermer ici."

Derrière la carapace humaine d'Ys, le Dragon observait silencieusement, détaillé, mémorisé. Et même s'il ne connait pas suffisamment tous ses secrets, il connait les faiblesses du brun.
Faisant craquer ses phalanges et plusieurs parties de son corps, la Bête reprit sur un ton plus aisé.


"C'est fou comment vous êtes obstinés à toujours tenter votre chance alors qu'elle est déjà vouée à l'échec. D'abord cette fille. Et puis toi maintenant. Vous aimez qu'on vous blesse, n'est ce pas?"

Cessant ses étirements, le Dragon repose de nouveau son attention sur sa proie. Tant puis s'il devait se battre à mains nues. Le combat n'en serait que plus long. Et utiliser ses pouvoirs seraient une dernière option. Et cette énergie qui déferle sur lui… Cette énergie qui provient de cet homme l'écœure.

"Par contre, je me demande si elle, elle aime souffrir… Lottie, c'est bien ça?"

Reprend-t'il, ce sourire mesquin qui se dessine en coin. Oui. Il connait cette faiblesse. Et il compte bien s'en servir puisqu'il n'a aucun scrupule.


Le Cri. (Ys) 02a02b11
##   Dim 19 Aoû 2018 - 1:32

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3278
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?



Haussement amusé de sourcil de ma part. J'aime le savoir intrigué. Curieux. J'aime savoir qu'il analyse l'environnement tout en se délectant des émotions qu'il fait naître en lui. J'aime savoir qu'il est méfiant, qu'il ne sait pas à quoi s'attendre. Qu'il est agacé. A ses yeux, je ne suis qu'un parasite de plus. Un parasite qui ne devrait pas tarder à mourir. Mourir, vraiment ? Sans doute est-il vrai que ma Greffe est fragile, mais j'ai une motivation à ne pas me laisser péter la gueule, vois-tu.

Ses ongles s'allongent comme des griffes ; il se téléporte. Son énergie est plus facile à suivre ; je réagis au quart de tour, cherchant à me connecter le plus possible à lui pour parer ses coups. Malheureusement, je suis un peu rouillé ; des boucliers d'énergie électrique me sauvent la mise plusieurs fois, lorsque mon angle mort est mis à mal. Je ne cherche pas spécifiquement à l'attaquer, simplement à encaisser suffisamment et lui renvoyer quelques éclairs pour le distraire. Ses mouvements sont rapides, il est comme un animal sauvage et affamé. Il est instinctif, ce qui est mauvais pour moi ; j'ai intérêt à être réactif. Mais être instinctif nous prive parfois de discernement : c'est sur ça que je dois compter.

Je grimace à peine en sentant ses ongles entailler la peau de ma joue et de mes bras. Je pare son kick comme je le peux en faisant apparaître une substance noire du sol, qui absorbe le coup à ma place, comme un bouclier, mais me fait reculer et perdre à demi l'équilibre. Je me redresse et m'époussète, laisse la substance élastique disparaître en faisant craquer ma nuque.

—Woah, t'as vraiment la haine contre le monde. Faut essayer la tisane à la verveine, ça te ferait du bien.

Je lui lance un sourire goguenard. Pourtant, à l'intérieur, j'ai juste envie de lui arracher la gueule pour qu'il la ferme. L'image de ma fille aux mains de ce monstre fait chauffer l'extrémité de mes doigts, où courent des étincelles électriques.

—J'te réexplique le bail : si tu veux t'en prendre à ma famille, faut réussir à me battre. Accessoirement, faut être assez suicidaire pour essayer de se frotter à ses frangins, ce que je te souhaite pas spécifiquement. Enfin... (Mon sourire s'étire.) Si tu touches à ma famille, je t'arrache le coeur pour te le faire bouffer.

À peine ai-je fini de parler que des bandes épaisses et solides viennent s'enrouler autour de ses poignets et ses chevilles, comme des ombres, pour le clouer sur place. Mes yeux sont dorés, brûlants. Mon oeil gauche davantage. Mon souffle lent, profond. Un nouveau sourire. Je bouillonne, mais il n'arrivera pas à me faire sortir de mes gonds. Ici, c'est moi qui ai le contrôle. Pas lui.

—Dis-moi, ça te plaît de t'en prendre aux petits enfants ? À Terrae ? Au monde entier ? Au final, tu ressembles beaucoup plus à ces êtres humains que tu dis tellement détester...

Ma voix continue à se répandre en écho tout autour de lui. La luminosité baisse, autour de nous. Les ombres s'approchent, comme pour former une zone claire. Partout ailleurs, c'est le néant. Il n'existe rien. Ou plutôt tout et rien à la fois.

—Enfin, c'est vrai que quand on est désœuvré comme toi, on n'a pas mieux à faire... Tu sais quoi ? On va passer un petit bout de temps ici, toi et moi. Je ne compte pas me battre. Pas vraiment.

Je recule dans les ombres lentement, jusqu'à y disparaître et m'y fondre. Mon énergie se disperse tout autour de nous ; autour d'Ys, plus aucune visibilité. C'est comme être au milieu d'une pièce noire, sans murs, sans ombres, sans lumière. Seul.

Mais ma voix continue à résonner. Les émotions d'Ys se répercutent comme des ondes et des formes diverses sur le ciel lointain. C'est sombre. Purulent. Agressif. Je les lui renvoie en pleine gueule. Même pour un monstre, c'est pas vraiment agréable. Faire enfler sa rage. Faire enfler sa haine.

—Et toi, tu n'as pas peur de mourir ?

Je peux te montrer, si tu veux.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Dim 19 Aoû 2018 - 21:43

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2759
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Lors de sa dernière attaque, le Dragon recule alors qu'une tâche sombre se forme au sol pour parer son coup. Se tenant à distance de sa proie, il le dévisage de haut en bas alors que ce dernier continue de le provoquer. Verra bien qui rira le dernier.
Et soit disant en passant, parler de cette petite humaine ne semble pas au goût du Master. Le Dragon en sourit de plus belle. Oui. Une fois sortis d'ici, il compte bien s'en prendre à sa famille. Qu'importe les obstacles, il détruira tout sur son passage. Et ce ne sont pas ses menaces qui l'arrêteront.
Satisfait d'avoir piquer où ça fait mal, la Bête s'apprête à se lancer de nouveau sur lui mais voilà que des lianes très épaisses jaillissent du sol pour le clouer au sol. Il n'aura pas eu le temps de se téléporter qu'il est déjà pris au piège.

Dans un grognement de rage, visage plaqué au sol, il tente néanmoins de relever les yeux sur le Master. Et clairement, il ne lui racontera pas une berceuse. L'épaisseur des ténèbres entourent les deux hommes. Ce dernier lui explique qu'il va rester ici longtemps. Très longtemps. Jusqu'à quand?
Et d'un œil paniqué, l'Animal se rend compte que la lumière disparait pour l'englober dans l'ombre. Aaron disparait peu à peu. Le Dragon tente de se redresser mais il ne peut se défaire de ces liens. Cette oppression qu'exerce cet endroit sur lui le rend fou. Une prison. C'est une prison. La même dans laquelle il fut retenu longtemps jusqu'au jour où ce même homme le libéra, lui et ses collègues.
Non, il veut pas retourner dans cet enfer. Il ne veut pas rester enfermer ici éternellement. Et qu'il puisse encore rester sous cette forme, pas réellement libre du corps de son hôte, l'effraye au plus haut point. Il est bloqué.
Effrayé et en colère, il pousse un hurlement de colère qui résonne dans ce monde sans issu, sans fin.


"QUAND JE SORTIRAI D'ICI, JE TE BRISRAI! JE TE DEVORERAI! JE ME DELCETERAI DE TON SANG! J'ECRASERAI TON CRANE ENTRE MES MAINS!!"

La Bête hurle. Il se déchaîne et se débat dans tous les sens, propulsant par moment des jets d'éclairs, tentant de se débarrasser de ses chaînes. Sans grand succès.
Il se débat sans relâche, sans même ressentir l'épuisement. Et ça pourra durer de longues minutes, des heures, des jours, il sortirai de cet endroit par la force. Et il ne ferait d'une bouchée de ce Master.
Entre injures et attaques, au fond de lui sommeil encore un esprit...


Subconscient:
 

"JE VOUS DETRUIRAI TOUS SALES HUMAINS!! JE DETRUIRAI CHACUN D'ENTRE VOUS!"

Le Dragon continue de se débattre. Il n'abandonne pas. Il n'abandonnera pas. Parce qu'il n'est pas dans sa nature de s'apitoyer. Parce qu'il veut sa liberté. Il la réclame. Et il lutte sans merci. Des ailes sortent et déchirent la chair du dos. Une queue se balance de droite à gauche, frappant le peu qui s'en approche. Et de longues cornes apparaissent. Il tente de prendre forme. Il tente son unique chance de sortir d'ici. Et pour cela, il doit anéantir toute volonté de son hôte. Seulement, ce dernier s'est éveillé trop tôt...

"JE TE DECHIRERAI D'UN COUP! JE VAIS TE BROYER! JE-"

"Pars!"

Le Dragon pousse un râlement roque. Son corps tremble, lutte. Lutte contre lui même. Lentement, alors que deux esprits se débattent sous une même enveloppe charnelle, le visage du Dragon tourne de l'autre côté. On pouvait apercevoir un œil droit semblable au reptile. Et le gauche égal à celui d'un homme. Ys.

"A-Aaron…."

Il ne le trouve pas. Il ne comprend pas non plus où il se trouve. Il est beaucoup trop occupé à lutter contre la Bête pour garder la parole, un minimum de contrôle sur son corps. Malgré son faible souffle, il espère que le Master l'entend.

"Pars... Lai-Laisses moi… Ici…."

Plus personne. Il ne veut blesser plus personne. C'est de part cette volonté qu'il réussit à reprendre le dessus. Pour un instant peut être. Mais suffisamment pour prévenir son ami.


Le Cri. (Ys) 02a02b11
##   Dim 19 Aoû 2018 - 22:37

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3278
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?



Le Dragon est bloqué. Il ne peut plus bouger. Il est en colère, haineux ; sa rage détruit la moindre once d'émotion positive aux alentours. Elle est difficile à contenir, difficile à maîtriser. Ma respiration devient plus laborieuse. Je n'ai jamais rien fait de tel dans ma Greffe, c'est une première pour moi ; mais je me laisse guider par mon intuition et mes pouvoirs, qui me disent quoi faire. Pour la première fois depuis longtemps, nous sommes en communion, eux et moi. Personne ne cherche à prendre le dessus sur l'autre. Je les alimente et ils m'alimentent en retour ; chacun de nous sait ce qu'il doit faire. Cesser de lutter l'un contre l'autre, aller dans un but commun, qui certes nous concerne, mais surtout nous dépasse. Sans violence. Est-ce qu'on a besoin d'être violents pour obtenir ce que l'on veut ?

Je me mets à l'aise, j'ai l'impression de flotter, presque de voler ; pourtant, je sais que j'ai encore les pieds sur terre. Mes paupières se ferment sur des iris d'un doré éclatant, comme cette énergie que je sens pulser à l'intérieur de moi. Comme cette énergie que je sens pulser, très loin, au fond d'Ys.

Chacun a des manières différentes de réagir aux traumas et à sa Greffe. Les Greffes puissantes, particulièrement, celles qui changent l'hôte, le transportent, l'améliorent ; ces Greffes là sont dangereuses, car elles font ressortir le pire de leurs hôtes. Elles amplifient tout ce qui se fait de mauvais, elles amplifient jusqu'à être dévoré par le pouvoir ou la rage, elles amplifient jusqu'à devenir étranger à soi-même. Si on a un terrain particulièrement fragile, si on n'est pas bienveillant avec soi-même, elle cherchera à prendre le dessus, automatiquement. Parce qu'on n'est pas capables de gérer ce surplus de puissance et les modifications qui peuvent aller avec. Parce qu'on n'est pas capables de gérer notre esprit qui se met à vriller. Parce qu'on se laisse écraser, parce qu'on pense qu'on perd le contrôle.

Si on est déterminé à ne pas perdre le contrôle, on ne le perdra jamais.

La preuve la plus flagrante est sous mes yeux.

Le Dragon hurle.
Le Dragon crie.
Le Dragon se débat.
Le Dragon menace.
Mais il ne me battra pas. Pourquoi chercher à gagner un combat qui n'a pas lieu ?

Ce n'est pas contre moi qu'il va devoir combattre. Moi, je ne suis pas là pour ça. Je suis ici pour guider. Pour épauler. Ce n'est pas moi le héros de cette histoire.
Celui qui va se battre et triompher, c'est tout simplement Ys lui-même.

—Je serais curieux de voir ça, je lâche de ma voix qui résonne tout autour de lui.

L'énergie d'Ys réagit plus fortement. Le Dragon a peur. Le Dragon est terrorisé. Il perd le contrôle.
Il a peur.
Il a peur de mourir.
Il a peur qu'on l'enferme.

Mes mâchoires se serrent ; c'est violent, l'énergie se fait plus pressante. La pression à l'intérieur de mon crâne augmente, c'est mauvais. L'énergie qu'il déploie me blesse, mais je ne peux pas le laisser reprendre le dessus. J'ai besoin d'atteindre cette énergie dorée, cette énergie lumineuse à l'intérieur de lui…Où est-ce que t'es, Ys ? C'est le moment de revenir. C'est le moment de reprendre le dessus.

Un souffle de vie.

Le Dragon laisse ses ailes sortir. Sa queue s'étire. La transformation est affreuse, elle le fait souffrir ; je serre les dents davantage, avec l'impression de me faire déchirer moi aussi. Putain. Ca… fait mal.

La pression augmente. L'énergie lumineuse s'élève à nouveau ; je reprends contact avec elle. Les émotions sont différentes. Mon coeur bat plus fort ; c'est le moment de se battre Ys, c'est le moment.

Le Dragon se tord. Ys tente de le retenir. Comme dans un dernier souffle, la dernière action pourrie du héros de shonen de merde.

L'histoire est pas encore finie, mon gars.

—Ys, je suis là. Je suis là. Je partirai pas. T'es pas tout seul, je l'encourage, d'une voix plus légère, posée ; rassurante. Ma voix de Master.

La séparation entre les deux part de lui-même est nette. Intense. Mon souffle est court mais je reste concentré, immobile, dans une position méditative, toujours absent de leur vision.

—Je vais t'aider. Concentre-toi. Tu peux le faire. Bats-toi. C'est toi qui a le contrôle. C'est toi qui va le reprendre. Tu es pas de ceux qui se laissent écraser.

Les décharges d'énergie sont visibles au-dessus d'eux, autour d'eux. La pression horrible de l'endroit s'allège. L'espace devient plus léger. Des tâches de lumières naissent. Le négatif cède au positif, que je transmets à Ys pour amplifier son énergie, l'aider à retrouver le chemin de l'apaisement. Cette énergie dorée, minuscule, qui se dresse contre le monstre sombre et puissant ; l'épauler pour qu'elle devienne plus forte, plus intense. Je me fais drainer, mais quelle importance ? Il faut le rendre plus fort. Plus déterminé. Il va y arriver, mais je peux pas faire les choses pour lui.

Mes dons de sensitif sont tournés tout droit vers eux pour analyser, trier, réduire, amplifier ; les émotions, l'énergie, les ressentis.
Rapprocher.
J'accompagne à chaque coup que Ys lui met ; je protège à chaque coup que le Dragon lui inflige.

C'est comme lors de ta Masterisation, tu te souviens ? C'est toi qui a le contrôle. Pas moi. Pas un autre. C'est toi.

—Il est effrayé. Terrorisé. Il a terriblement peur de mourir, de disparaître. Laisse-lui la place qu'il demande. Mais montre-lui qui est le chef. Dompte-le. Montre-lui que c'est pas comme ça que tu fais les choses. Montre-lui qui tu es.

Les émotions des deux parties sont trop distinctes. Trop éloignées. Il faut qu'ils se comprennent. Qu'ils se reconnaissent. Qu'ils s'acceptent mutuellement... Pas qu'ils cherchent à se détruire.

—Montre-lui qui vous êtes.

Tu peux y arriver. Tu le peux. Sois courageux. Abandonne pas. T'es un tonnerre. T'es pas tout seul.

Qu'est-ce qui fait que vous avez si peur ?

Respire. Ca prendra le temps qu'il faut. Mais ne cède pas.

—Mitsuki compte sur toi.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Lun 20 Aoû 2018 - 22:47

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2759
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Lutter. Lutter sans relâche. Combien il aimerait pouvoir retourner dans ce doux rêve. Surement cette raison pour laquelle il ne souhaitait plus se réveiller. Il est usé, lacé. Mais la raison l'aura rappelé. Il n'a pas d'autre choix que de quitter ces leurres.
Et le voici désormais à lutter contre une Bête assoiffée de vengeance et de liberté. Sa liberté. Lui aussi, il réclame son du.
Son corps tout entier tremble entre pouvoir récupérer son corps, garder le contrôle. Aaron. Où es-tu Aaron? Malgré la difficulté à ne pouvoir que d'un œil, il comprend rapidement qu'il est seul. Seul dans l'obscurité. Pourquoi? Est ce là sa punition? C'était donc ça, sa solution? L'enfermer dans ce monde sans fenêtre, sans chaleur. Alors quoi? Pourquoi devrait-il lutter contre cette force destructive infiniment, ici?

Du moins, le Master s'apprête à abandonner quand une voix lui parvint. Cette voix, il la reconnait. Aaron. Il n'est pas loin. Il est avec eux. Où? Ys ne le cherche plus, il l'écoute et se concentre sur sa voix. S'il a bien une personne capable de le diriger sur sa Greffe, c'est bien lui. Après la mastérisation, il avait su le dompter et lire en lui. Il fallait qu'il lui fasse confiance. Et se laisser enivrer de ses émotions qu'il lui renvoi sans relâche.
Jusqu'à que ses paroles le transpercent. Mitsuki. Sa pupille se dilate sur l'instant.


"AAAAAAAAAHHHHHHH!!!!"

Un déchirement, puis le néant. Le corps ne bouge plus. Ni Ys. Ni le Dragon.

Subconscient:
 

Lentement, le corps bouge. Il gesticule difficilement maladroitement. C'était comme si toutes ses forces l'avaient abandonné. Pourtant, il ne cesse de pressentir toute l'énergie dont déborde Aaron. Avec difficulté, il finit enfin par se redresser. Il est lent, faible, exténué.
C'est encore cet univers sombre. Lui, au centre. Sous cette lumière aveuglante.
Et lacement, il bascule sa tête en arrière. Les écailles sur sa peau reflètent la lueur de cette lumière. Ses ailes se déploient lentement. Et doucement, ses paupières s'ouvrent sur des prunelles flamboyantes, humaines.
Ys.

Il reste un instant ainsi, à contempler cette lumière comme une lueur d'espoir. Comme un salut.


Le Cri. (Ys) 02a02b11
##   Mar 21 Aoû 2018 - 0:29

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3278
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?



Les mots se font tâtonnants. Ils cherchent une faille, ils cherchent à l'aider, le guider ; ils y arrivent parfois, échouent souvent... Mais pas Mitsuki. Rien que ces quelques syllabes suffisent à le faire réagir. Un cri déchire l'espace. Je serre les dents pour tenter de rester concentré, immobile, fort.

La bataille a lieu. Il a réussi à l'enclencher ; maintenant c'est à lui de faire ce qu'il faut. Le souffle court, j'élève des barrières magiques autour de son corps et de son esprit ; j'essaie de garder enfermée toute cette énergie qui bondit en et hors de lui pour le protéger, mais aussi protéger le lieu dans lequel nous nous trouvons.

Quelques échos me parviennent — la rage, mais surtout la détermination, l'apaisement.

La peur.

Tout seul, contenir l'énergie d'un Master qui se reconstruit est difficile. Peut-être aurions-nous dû réunir le cercle à l'intérieur de ma Greffe ; mais je ne suis pas certain de supporter autant de puissance à l'intérieur.

Le temps s'étire.

Pas besoin de se concentrer sur les bribes qui s'échappent de son corps pour résonner contre les parois invisible de ma Greffe pour me rendre compte de ce qu'il se passe. Les émotions évoluent, lentement. Il y a d'abord confrontation, puis acceptation. Surprise. Colère. Je ne cherche pas à la balayer. Simplement à le renforcer.

Trouble. Confusion.

Et réconciliation.


Teach us how to live humbly
Love unconditionally
Transform our hurt into hope
And grant us Your peace

Notre connexion se coupe ; je le ressens toujours, mais il n'a plus besoin de moi. Il faut que je protège cet endroit.

Une dernière décharge d'énergie s'échappe du Master au sol, malgré les barrières qui se brisent comme du cristal. Elle m'atteint de plein fouet, bien qu'elle ne soit pas agressive. Simplement puissante, déstabilisante.
Unifiée, entière et pleine, comme elle aurait toujours dû l'être.
Une goulée d'air frais.

Et puis il s'éveille. C'est lent. Il prend son temps ; il le peut, maintenant. Il se redresse. Etire ses ailes qui brillent de mille feux. Fixe la lumière autour de lui — cette lumière douce qui décroit lentement, jusqu'à ressembler à un ciel d'été sans nuages. Le marbre sous nos pieds redevient visible — clair, réverbérant la lumière du soleil.

Mes mains, que j'avais tendues devant moi inconsciemment, retombent mollement sur le sol. Je suis assis. Je suis assis ?

Lentement, je cligne des yeux et me passe une main sur le visage, reprends mon souffle, encore confus. Il y a comme une odeur d'herbe fraîche dans l'air. C'est nouveau. Apaisant. Un peu comme la lumière de ce semblant de soleil qui brille dans le ciel.


One by one we will call for a ceasefire
One by one we will fight for a better end
One by one we could rewrite the headlines
Standing side by side

One by one, love is building an empire
One by one, reaching out to our enemies
One by one we will make it to the finish line
Standing side by side

Lentement, je me relève, à nouveau visible aux yeux du Téléporteur. Je m'avance vers lui en marchant lentement, épuisé, puis me laisse tomber à ses côtés, l'oeil gauche clos et douloureux. Nous fixons tous les deux la lumière, attirés comme des papillons de nuit.

—Bien joué, je souffle. Est-ce qu'on peut partir du principe qu'on t'a retrouvé ?

Un regard vers lui. Un sourire. Fatigué. Apaisé. Je crois qu'un truc important vient de se passer.
Mes yeux se ferment. Profiter du calme, enfin.

—Comment tu te sens ?

Pour ma part, je ne me suis jamais senti aussi bien.


Ceasefire

Hrp : J'ai la petite larme, j't'avoue.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Mar 21 Aoû 2018 - 21:12

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Ys Ochikawa
Master Tonnerre Lunaire
Messages : 2759
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

A genoux sur le sol, peu à peu, les ténèbres reculent. Sous ses doigts, caressent des brindilles. Des poussées. Une renaissance. Et cette salle infiniment sombre sans ouverture laisse place à une plaine. Tout n'est plus que lumière. Une brise souffle dans leurs mèches.
Ys croirait respirait l'air nouveau. Il se permet même de fermer les yeux un instant.
Il savoure l'instant, il se le permet, égoïstement. Juste un peu. Ce repos tant désiré.

Une présence réapparait et vint se poser près de lui. Il est tout près de lui, à genoux aussi. Sa respiration est lente.
Aaron.
Cet homme…
Dans ses souvenirs, de leur rencontre à sa mastérisation, il cherchait toujours à provoquer le Master. Engendrant même des pièges sur son passage. Quand au Master, il prenait un malin plaisir à le tirailler, le provoquer. Un peu comme chien et chat.
Depuis la mastérisation, il était devenu une sorte de guide pour lui. Et dire qu'il l'avait choisis tout bonnement pour lui en mettre plein la figure. Et aujourd'hui… Aujourd'hui, c'est un véritable ami qui se tient à ses côtés, fixant cette lumière.

Réouvrant les yeux, Ys tourne son attention sur lui, un fin sourire sur les lèvres.


"Incroyablement bien.."

Il fixe un instant son ami avant d'observer de nouveau ce qu'il se dresse devant eux. Tout est paix et harmonie. A l'instant même où il avait accepter sa Greffe, il n'existait plus aucune colère. Il se sentait apaisé. L'esprit plus léger. Certes, ce qui a existé restera un souvenir, un conseil. Désormais, le chemin sous ses pieds semblait moins flous.
Et ce grâce à ses amis, et tout bonnement Mitsuki et Aaron.
Aaron avait du encaisser énormément d'émotions et de frustrations. Pourtant, il n'avait jamais cédé. Il était toujours là, tapis dans l'ombre. Il veillait sur son combat. Il savait comment s'y prendre, et sa Greffe… Quel pouvoir!


"Aaron?"

Son sourire disparut, le jeune homme reporta son attention sur son ami. Lui qui pensait que ce dernier allait le rejeter et le bannir de Terrae. Ou pire encore, le garder enfermer dans cet endroit sombre pour l'éternité. Ce type là, il l'avait mené ici pour le sauver. Peut être que ça aurait pu être un échec. Peut être. Comme peut être ça aurait pu fonctionner. Et ce fut ce qu'il en vint.

"Comment as-tu su? Comment?"

Perplexe, Ys détaille les traits de son visage comme pour y trouver une réponse. A quel moment ce dernier a crut bon qu'il existait une autre facette chez le Master? Quel était l'indice? Et pourquoi n'avait il pas tout simplement succomber à la vengeance?




HRP> C'est de la bombe Bébé! xD


Le Cri. (Ys) 02a02b11
##   Mer 22 Aoû 2018 - 0:00

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Aaron Williams
Master Tonnerre Solaire
Messages : 3278
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

On respire. L'endroit est apaisant, et on se croirait presque ailleurs que dans ma Greffe — transporté ailleurs, dans une plaine ouverte et lumineuse, sans le chant des oiseaux mais on les imagine sans peine. On est assis sur le marbre clair, comme sur le perron d'un temple qui s'étend derrière nous, au bord de l'herbe qui s'est lentement mise à pousser ; je m'appuie en arrière, sur mes coudes, pour profiter de la vue et de la quiétude des lieux sans crainte.

Ys est calmé. Lui aussi semble serein — après s'être battu si fort, il mérite peut-être quelques minutes de paix.

Lentement, j'acquiesce à ses mots. S'il va mieux, c'est qu'on a réussi. Ce serait mentir que de dire que ça ne m'enlève pas un poids de la poitrine. Un soupir de soulagement m'échappe et je me retiens de m'allonger, mains sous la nuque, uniquement parce que si je le fais : 1° je vais me fracasser le crâne par-terre ; 2° je vais plus jamais réussir à me relever.

Mes lèvres s'étirent de joie, et je rouvre l'oeil droit pour fixer Ys lorsque celui-ci m'appelle. On se fixe un moment ; lui sérieux, et moi figé dans une expression d'allégresse éreintée. Maintenant, il faut que le sentiment de paix dure, mais je sais aussi qu'il sera capable de retrouver le chemin tout seul si jamais il se perd à nouveau. Il fallait juste quelqu'un pour l'éclairer quand il n'était plus capable de le faire lui-même…

À force de trop en attendre de soi, de trop se donner, on finit souvent par ternir notre lumière intérieure. Il faut garder la foi, et se rappeler que ce que Terrae nous offre ne cherche pas à nous détruire. Moi aussi, j'ai mis du temps à le comprendre — et même après l'avoir compris, je ne l'avais jamais mis à exécution. Je sais que la salle noire existe encore, quelque part dans mon esprit ; mais ce n'est pas qu'à ça que ma Greffe sert. Ce n'est pas à ça qu'elle sert tout court. Faire du mal, ça n'a jamais été moi. Tenter de faire ce que je peux pour les autres, par contre... J'imagine que j'ai enfin pu entrer en résonnance avec mes valeurs profondes. Il était temps. J'suis un peu longuet à la détente, je crois.

La question me tire un rire du nez — juste un pouffement fatigué. J'suis épuisé putain.

—Hmmm… Parce que je suis Tonnerre aussi ?

Dans un premier temps, l'idée de ne pas continuer me traverse l'esprit, mais il semble attendre une véritable réponse ; et après avoir farfouillé dans sa tête comme ça, j'imagine que je lui dois bien ça. Alors je reprends, d'une voix lente et calme, parfois en faisant des pauses en milieu de phrases le temps de formuler ce que je souhaite dire.

—Je veux dire... Mitsuki avait vécu quelque chose de similaire avec ses pouvoirs, il y a longtemps. C'est ressorti pendant sa Masterisation — je t'avais dit qu'elle m'avait aussi choisi ? Vous êtes barges, tous les deux, je souris doucement, avec une once de tendresse, avant de reporter mon attention sur le ciel, et de lever ma main, comme pour attraper le soleil. Quand on s'est battus, je l'ai enfermée ici pour faire sortir ce qu'elle cachait en elle et qu'elle le dépasse, qu'elle prenne le dessus... Il n'était pas aussi fort ou ancré que chez toi, mais le comportement de destruction était similaire.

Silence. Peut-être que je ne devrais pas lui raconter ça, ce n'est pas à moi de le faire. Mais j'ai pas non plus envie qu'il se sente seul au monde dans sa misère. Ça a pu arriver. A lui. À elle. À moi. À d'autres. À des échelles différentes, peut-être pas de la même manière ; mais on est tous des êtres humains complexes, après tout. Pourquoi ce serait toujours similaire ?

—Comme ça s'est passé avant sa Masterisation, elle a réussi à avoir plus de contrôle dessus je... pense ? (Sauf si ça s'est manifesté à nouveau et que je suis pas au courant, mais c'est pas le moment de penser à ça : on est apaisés, on a dit. Je prends une inspiration avant de reprendre, parce que ça me coûte de le lui avouer.) Et puis... Enfin, j'imagine que j'ai peut-être eu des mécanismes assez similaires. C'qu'il s'est passé tout à l'heure m'a aussi fait du bien… comme tu peux l'voir.

Ma main désigne la plaine d'un geste vague, puis retourne me soutenir. Je change de sujet rapidement, embarrassé. Mes griffures me font un mal de chien, je me retiens de ne pas me gratter le bras et la joue. Mes paupières papillonnent.

—Faut aussi dire qu'un changement aussi radical après ta Masterisation, c'est pas normal... J'veux dire, tu parlais limite de génocide tout à l'heure, n'importe qui l'aurait calé. Comme c'est le "dragon" qui apparaissait, ça me semblait pas illogique d'aller voir de ce côté. D'autant plus que ça peut arriver que les pouvoirs prennent le dessus, particulièrement à travers une Greffe si c'est pas surmonté pendant le Rêve.

Enfin, je suppose, tous les pouvoirs et toutes les Greffes fonctionnent différemment selon son propriétaire, et faut dire que c'est pas arrivé régulièrement non plus d'avoir des cas aussi profonds de dissociation avec ses pouvoirs. Parfois, c'est juste qu'on n'a pas compris le rôle de la Greffe. Ce qu'elle voulait vraiment dire... Ce qu'elle voulait vraiment qu'on fasse. Ou alors pourquoi elle existe, tout simplement. Rejeter une partie de soi-même, ça amène forcément à des émotions négatives... Je referme les yeux et refais une longue pause, le temps de reprendre mon souffle. La lumière dans le ciel vacille. Il va falloir rentrer bientôt, sinon je vais m'effondrer.

Rectification : dès que je désactiverai ma Greffe, je vais m'effondrer.

—Après, très franchement, comment j'ai su… Je savais pas vraiment, en fait ? C'était de l'intuition. Tu sais, ma... Greffe me permet cette connexion profonde avec les gens. J'espérais qu'en t'y mettant, j'arriverai à faire ressortir tes bons côtés. Je savais qu'ils étaient là, quelque part. Mais où...

Sourire en coin. Ils étaient bien enfouis, les bougres.

—En vrai, j'étais même pas sûr que ça marcherait, j'suis juste très bon comédien ! Quand on prend une grosse voix et qu'on fait genre "oulala je suis omniscient regardez comme je gère", ça passe toujours. Enfin, presque. Bref, c'est passé, du coup.

J'ai sué comme un porc et bien cru qu'on allait crever tous les deux, mais ouais, c'est passé. C'était presque moins violent que prévu, en fait. Good. Personne n'est mort ! (pour une fois)



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Le Cri. (Ys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Hôpital.
Aller à la page : 1, 2  Suivant