Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
Le Cri. (Ys)
##   Mer 22 Aoû 2018 - 1:07

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Messages : 2651
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

S'il avait su quand devenant Master, il serait ici aujourd'hui, aurait il continuer de persévérer à le devenir?
… Si. Parce que le plus important, ce n'est pas tant son état. C'est Terrae. C'était un risque et désormais, si un jour il hésite, il n'aura qu'à jeter un œil en arrière pour se souvenir d'où il revient. Et désormais, quoiqu'il arrive, il savait que plus jamais il ne serait seul.
Et en ces rares occasions, les deux hommes sont semi allongé dans une illusion des plus reposantes. Rien ne peut perturber cet instant. Ils sont coupés du monde. Livrés à eux mêmes.

Les deux hommes se fixent un instant, silencieux. Puis le Master laisse paraitre un rire. Oui, Ys avait besoin de cette conversation. Il avait besoin de l'entendre. Parce qu'il est spéciale. Parce qu'il n'aurait jamais crus être en paix en l'écoutant.
Sa réponse lui tire un haussement de sourcil. Sérieux mec. Tonnerre n'excuse pas tout. Ca serait trop simple. Et que resterait il, aux autres?
Ceci dit, il n'a pas tout à fait tord. Mais Ys continue de le fixer, attendant plus. Et la réponse tombe.

Mitsuki.

Ses lèvres s'entrouvrent légèrement sans qu'un son ne sorte.
Il ne connaissait pas cette partie de sa mastérisation. Elle ne lui en avait jamais parlé. Pourtant, durant cette époque, ils se connaissaient. Il avait été son élève. Mais il tentait tellement en vain à ne pas s'attacher qu'il manqua l'essentiel. Un remord lui tordit l'estomac.
Est ce donc là la raison pour laquelle elle l'avait entraîné dans la salle d'entrainement? Avait elle deviné?


"Mitsuki…"

Souffle-t'il tel un murmure. Le garçon fixe les herbes dansaient sous la brise. Il est bien ici. Il pourrait y rester éternellement. Mais cet endroit n'existe pas. C'est seulement la Greffe de son ami. Mais plus important, ses pensées sont dirigées vers Mitsuki. Il doit la voir. Il doit lui parler. Il veut l'enlacer.
Les paroles du Master continuent de lui parvenir et quand ce dernier évoque cet endroit et du bien qu'il lui évoque, Ys redresse les yeux sur l'horizon.
Alors toi aussi, tu as ta part d'ombre, Aaron?
Dans un sens, c'est rassurant que nous ne sommes pas le seul "monstre" de Terrae. Après tout, ils étaient tous liés d'une manière ou d'une autre. A commencer par le Vide.

Laissant échapper un soupir, Ys se laisse tomber sur le sol, cessant d'être agenouillé. Assit même dans cet effet d'optique. Ses ailes deviennent plus floues. Elles s'estompent à chaque seconde. Ses cornes tombent en poussières lentement. Ses écailles ruisselantes s'évanouissent dans l'air.
Il reste attentif à chaque dire du Master. Plissant des yeux, il songea alors aux raisons des évènements. Il ne comprenait pas comment tout cela avait débuter, jusqu'à qu'il soit en face du Dragon.


"Depuis toujours… Enfin, du moins depuis enfant. J'étais très souvent énervé. Capricieux. En colère."

Reprit-il d'une voix plus calme. Pensif.

"J'en voulais au monde entier pour mon sort. Je n'avais aucun parent et tout ce qui m'approcher, même pour mon bien, je les rejeter. Cette colère a toujours existée en fait. Et elle avait fini par prendre forme. Le Dragon. Par ma faute, depuis toujours, j'ai rejeté ma frustration et ma haine sur lui. C'est lui qui empathisait le plus.

Joignant ses mains devant lui, il releva les yeux sur ce ciel. Toute trace de sa transformation envolée.

"Je me servais de lui. Et lui, tout ce qu'il cherchait à faire, c'était me défendre. Mais il s'y prenait mal, tout comme moi. Et par dessus le marché, ses pouvoirs m'ont effrayé et j'ai pas trouvé mieux que de le rejeter."

Baka.
Parfois régler ses problèmes seul n'est pas une solution. Les choses empirent même. Ca, il l'avait bien compris. Et tant qu'il le faudra, il continuera de parler au psy. Parce qu'il ne prendra pas le risque une seconde fois.
Quelle ironie.
Ses prunelles vinrent rencontrer Aaron. Ce dernier garde toujours son œil gauche fermé. C'est vrai, il est fatigué, lui aussi. Sa Greffe, une connexion. Qui l'aurait-crus? Est ce déplacer de dire que sa Greffe a de la gueule? No? Et ben elle en a!
En revanche, sa réponse concernant son intuition sur son problème ne l'étonne pas tant que ça. C'est sa signature.


"T'as raison. T'es bien un Tonnerre."

Lance-t'il un léger sourire aux lèvres.
Une seconde de silence avant que son visage ne se referme. Il ne relâche pas du regard son voisin. Et sa voix devint plus grave, sérieuse.


"Merci Aaron. Merci d'avoir crus en moi."

Et entre les deux hommes, invisible à l'œil nu, à peine perceptible, il se passe quelque chose d'important….


Le Cri. (Ys) - Page 2 Fc156311
Merci à Elfie:
 
A toi aussi PiuPiu :p:
 
Thanks Nico!!:
 
##   Mer 22 Aoû 2018 - 12:32

Personnage ~
► Âge : 30. Ca y est. C'est la fin :'o
► Doubles-comptes ? : Aoi, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aaron Williams
Messages : 3182
Date d'inscription : 28/02/2011
Emploi/loisirs : Prof de maths et papaaaaa ♥
Humeur : Aha ! ... Attendez, c'était une vraie question ?

Hmm. Peut-être que je n'aurais pas du parler de Mitsuki comme ça... Si elle ne lui en a jamais parlé, c'est qu'elle avait ses raisons. Mais un souffle de soulagement me parvient et vient éclairer le ciel d'une lueur plus pastel, alors je continue, en acquiesçant lentement lorsqu'il prononce son nom. Ils n'auront qu'à en parler tous les deux, je ne vais pas détailler davantage, ce n'est pas à moi de le faire. S'il a des questions à me poser à mon propos, par contre, je peux le faire. Mais c'est plus trop le moment des questions. On tombe tous les deux.

Les ailes du dragon et les écailles se résorbent sous mes yeux. C'est un sacré spectacle… J'ai un sourire. Ce mec... Ce mec est vraiment puissant. S'il arrive à gérer cette puissance, maintenant, je pense qu'on n'aura plus trop de souci à se faire pour Terrae... C'est bien. D'avoir des jeunes pour prendre la relève quand nous, l'ancienne génération, commençons à faire des erreurs, nous disperser, subir les aléas de nos corps. Et on est que trentenaire, hein... Vous pensez que c'est les conséquences de nos mauvais choix ? Où est-ce qu'on a merdé pour en arriver là ?

Pendant qu'Ys parle, je ramène un genou contre moi et l'observe s'assoir normalement à mes côtés, songeur. J'acquiesce lentement. Capricieux et colérique, je peux comprendre. Je détourne les yeux en sentant un pincement au coeur. Ses réactions étaient certes disproportionnées, mais il n'a pas eu nécessairement tort d'en vouloir aux autres. Pas au monde entier ; pas à Terrae ; mais à ceux qui lui ont fait du mal...

—On a tous cette partie de nous qui cherche à nous défendre, parfois à tout prix. C'est normal d'être effrayé, parfois.

Silence.

—Ys, juste, t'as le droit d'être en colère. Quand quelque chose ne te plaît pas, tu as le droit de le dire et d'essayer d'obtenir réparation. Mais faut pas pour autant t'en prendre aux autres ? Et éviter de rejeter cette colère sur une seule partie de toi… je souris en coin. Même les personnes les plus calmes et gentilles ont le droit d'être en colère, parfois.

Mon sourcil se hausse alors qu'on échange un nouveau regard ; je passe instinctivement ma main sur la partie gauche de mon visage, celle qui n'est pas griffée. Hmm. Dans quel état je vais retrouver mon oeil, moi, demain ? J'ai un petit éclat de rire qui se termine en une toux légère.

—Attends, quoi, t'en doutais vraiment ? Qui en doutait ?!

Tonnerre jusqu'au bout des ongles. J'ferais bien des étincelles pour l'exemple, mais si je fais encore un truc magique, là, mon corps va pas aimer et j'ai pas envie de saigner du nez et saloper encore plus ma chemise, merci.

Je reprends lentement mon souffle en refermant les yeux, me retiens de secouer la tête et hausse finalement une épaule. C'est gênant. J'ai pas l'impression d'avoir fait grand-chose.

—C'est mon grand défaut, je souris simplement.

Mais j'suis heureux qu'il ait réussi à gérer tout ce qui bouillonnait en lui. On peut se battre contre le monde entier, mais finalement, c'est contre soi-même que les batailles sont les plus dures...

Le temps passe encore un peu. Puis, lentement, je me redresse et me mets en tailleur.

—Allez, viens, on rentre.

Je m'apprête à tendre la main vers lui quand je m'interromps.

—Oh. Non. Une dernière chose, avant...

Ma main lui assène la plus grosse claque de sa vie à l'arrière du crâne.

—Dragon ou pas dragon, tu menaces encore ma famille, j'te fais la peau.

Puis je pose ma main sur ses cheveux, tout doucement. Et bientôt, l'univers de ma Greffe se résorbe sous nos yeux et nous atterrissons dans la chambre d'hôpital que nous avons quittée. La lumière inonde la pièce, on doit être en fin de matinée vu la hauteur du soleil.

Ys toujours dans son lit, moi à demi effondré sur le sol, la tête et les bras sur le matelas. Mes yeux clignent alors que je redresse la tête, dans une tentative inutile de focaliser ma vision autour de nous. Toute la fatigue des dernières heures (il s'est vraiment écoulé des heures ? toute la nuit est réellement passée ?) nous tombe dessus, j'arrive à peine à bouger. Plus d'énergie. J'ai mal.

Dans un coin de la pièce, j'aperçois une silhouette fantomatique aux longs cheveux blancs. J'ai un demi sourire fatigué, le coeur plus léger. Lui fais un signe du bout des doigts, tandis que le tatouage de ma Greffe retourne lentement à sa place, lové contre mon coeur. J'ferme l'oeil gauche pour tenter de mieux la voir, voir son expression… Est-ce que c'est la fatigue qui rend ma vision si floue ? Ou bien-…

L’œil droit suit trop vite. J'arrive plus à lutter. Il faut juste que je dorme.

Maintenant, tout ira bien.



Aaron vit en #FEA347.
Louisa danse en #90C15A.


Un peu d'amour ♥:
 
##   Mer 22 Aoû 2018 - 13:47

Personnage ~
► Âge : 25 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
Mitsuki Hojitake
Messages : 2816
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

Le temps s'écoule lentement. Je suis plongée dans l'obscurité depuis trop longtemps. Pourtant, parfois, je sens que je me réveille. J'entends quelques voix autour de moi, je sens des mouvements ; je ne sens pas d'énergie. Mon corps est trop faible et mes yeux refusent de s'ouvrir. Alors je retourne dans les bras de Morphée, j'attends. J'ai l'impression de flotter ; je me sens étrange, comme lorsque j'ai supporté l'explosion de ce missile. Non, là c'est différent, quand même. Mon corps est endolori ; j'ai mal à chaque fois que mon diaphragme se soulève. Ma greffe m'a sauvée de la mort beaucoup trop de fois en une journée.

Lorsque je finis par me réveiller, mon cauchemar se termine par le toit de ma maison qui nous tombe dessus.

Je me redresse d'un coup sur le lit. Ce n'est pas un rêve. Ce n'était pas un rêve. Ys. Ys. J'ai besoin de savoir comment il va. J'ai besoin de voir s'il est ici ; j'ai besoin d'être avec lui.

Mon agitation attire rapidement l'attention d'une infirmière qui débarque dans ma chambre pour me demander de me rallonger correctement. Je lui hurle pratiquement dessus en lui demandant où se trouve Ys, comment il va ; je la supplie de me laisser aller le voir, en vain. Norah finit par être appelée à la rescousse ; visiblement il n'y a qu'elle qui pourra me tenir. Je l'écoute, mais elle parle lentement, trop lentement. Pourquoi est-ce qu'elle me décrit mon état ?! Je m'en fiche ; je m'en fiche, moi je veux voir Ys, je veux savoir comment il va ! Et pourquoi je suis ici, pourquoi je suis à l'hôpital ? La maison s'est écrasée sur nous ! ECRASEE. A moins que ce soit le dragon qui nous ait amenés ici, je ne comprends pas comment je peux être ici.

JE VEUX VOIR YS.

-Mitsuki. Tu dois te calmer immédiatement et m'écouter. Tu as utilisé ta greffe beaucoup trop longtemps, et tu as dû contrer la mort trois fois. Ce n'est pas quelque chose que tu dois prendre à la légère, alors maintenant, calme-toi et écoute-moi. Les répercussions peuvent être graves. On n'est pas encore au point sur tout ce que peut engendrer ta greffe, c'est un phénomène inhabituel pour nous, mais même si tes analyses ne semblent pas...


Et elle parle. Elle parle et elle parle et elle parle. Pourquoi elle me parle de moi ? Elle sait très bien que je m'en fiche. Là je ne suis pas capable de l'écouter. Je ne serais capable de l'écouter que lorsque je saurais si Ys va bien. Pas avant. Pas avant. Et elle le sait. Alors pourquoi elle continue à parler ? Pourquoi elle continue à vouloir me forcer à l'écouter ? Pourquoi elle fixe ses papiers, regarde les résultats de ses analyses, et me sert tout ça d'un coup comme ça alors que je viens à peine de me réveiller ?

Mes yeux s'écarquillent soudain et je plante mon regard dans celui de Norah. Ses épaules retombent. Je n'ai pas besoin de poser la question.

-Aaron est avec Ys. Ils sont... là-bas.


Mon coeur s'affole et Norah essaie de me maintenir allongée sur mon lit. Je me débats mais je ne peux rien faire de plus. Mes pouvoirs ne me répondent plus ; mon corps a été bien trop affaiblie par ma greffe. Des fourmis commencent à remonter le long de mes bras alors que je lutte pour essayer de sortir de ce lit mais c'est peine perdue. Norah finit par appuyer sur un gros bouton, le même bouton que celui qui était dans la chambre de Charlie-Ange... Je sens un liquide froid s'engouffrer dans mes veines et je perds peu à peu connaissance.

Lorsque mes esprits me reviennent, la nuit est bien avancée. Je m'assure qu'il n'y a personne dans le couloir pour détacher la perfusion à mon bras. Je finis par sortir de mon lit et me glisser dans les couloirs sombres de l'hôpital. Je sillonne de porte en porte, à la recherche d'Ys et Aaron, mais rien, rien. Je commence à paniquer, j'ai envie de me téléporter mais mon corps me le refuse. Je sors dehors, cours jusqu'au parc où je manque de m'évanouir à cause de ma faiblesse. Je m'assois sur un banc, je respire ; j'essaie. Je vais chez Aaron, je passe à côté de ma maison qui est dans un sale état. Je suffoque, il n'est pas là, ils ne sont pas là, pourquoi ?! Pourquoi ils sont pas là, pourquoi ils ne sont pas encore là, où est-ce qu'ils sont ?! Je commence à pleurer, à tomber à genoux sur le sol, j'ai froid, j'ai peur et j'ai faim. Après m'être rendue compte que personne ne pourra venir me relever, j'accepte mon état, je me redresse et je retourne à l'hôpital. Le temps se distend, je parvins jusqu'à l'entrée où je m'effondre ; une infirmière de garde s'occupera de moi.

Je me réveille dans ma chambre d'hôpital, les rayons du soleil dorant ma peau. Je me tourne dans le lit ; j'ai mal, encore. Je retiens un grognement et finis par parvenir à appeler Norah. Ils ne sont toujours pas là. Toujours pas. Pourquoi ils ne sont pas là ? Pourquoi est-ce que ça prend autant de temps ? Aaron, je t'en supplie, ne lui fait pas de mal...

Je finis par faire succomber Norah. Elle accepte de m'accompagner dans la chambre d'Ys où je pourrais les retrouver lorsqu'ils reviendront. Le temps s'écoule encore ; les heures s'éternisent.

Enfin, pourtant, le petit résidu électrique que je commençais à sentir s'agite et s'étend ; un flash lumineux. Ys retombe dans son lit et Aaron s'étend devant lui, la tête dans les draps.

Mon coeur rate un bond, je saute sur mes pieds mais grimace ; ça fait mal, encore. La tête me tourne mais je l'oublie, j'avance, je me place à côté d'Ys, le regarde, comme si je le revoyai pour la première fois depuis des années. Je fixe ses blessures, me mordille la lèvre, je pose une main sur sa joue, la glisse sur son front. Mes lèvres s'étendent doucement en un sourire et mes yeux se tournent vers Aaron qui a perdu connaissance. Je lève un doigt vers le bouton pour appeler une infirmière et tire un tabouret avec mon pied pour m'asseoir dessus, mes forces m'abandonnant à nouveau après cette nuit si mouvementée.

-Ne disparaissez plus jamais comme ça...


Parce que sans vous, je ne sais pas ce que je ferais...
##   Mer 22 Aoû 2018 - 21:10

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Messages : 2651
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Durant toutes ces années, Ys se reportait sur la colère, la violence. Parce que c'était à ses yeux la seule manière de se soulager, d'apaiser sa souffrance. Il se mentait. Il ne se rendait pas compte des conséquences dramatiques qu'il en ressortait.
Le Master Morphe. Parce que selon lui, c'était la seule manière de l'arrêter. Du coup, le Dragon a échappé à son contrôle. Il en était conscient puisqu'il s'est entaillé volontairement certaines parties de son corps pour faciliter son arrêt.
Sibylle. Elle, il lui a fait peur alors qu'il pensait bien faire, une fois de plus.
Joyce aussi. Elle aussi, elle a eu peur.
Charlie. Lui. C'était la goutte de trop et il s'est ramassé toute la haine engendrée depuis bien trop longtemps.
Mitsuki. Le Dragon savait pertinemment quand en éliminant cette fille, il serait libre de tout mouvement. L'esprit d'Ys étant vain, il aurait été libre.
Et maintenant Aaron. Il a osé se dresser sur son passage, l'emmenant dans une prison sombre et lourde de décharges négatives.

Ys jette un regard en biais sur le Master. Ses plaies. Il était inconscient mais il comprenait parfaitement l'origine de celles ci. Il avait blessé tellement de monde… Et dire qu'on lui tendait encore la main. Qui est-il pour qu'autant de personnes puissent veiller autant sur lui?
A ses yeux, il ne le méritait pas.

Cependant les paroles d'Aaron lui mirent du baume au cœur. Même les personnes les plus réservées peuvent faire une crise. C'est vrai. Après tout, ils sont tous humains. C'est légal de "péter un plomb". Enfin, encore faut-il que cela reste dans le "raisonnable". Ys lui adresse un bref sourire avant de fixer sa main gravement blessée. La douleur est plus vive maintenant sous cette forme. Même ça, le Dragon ne le ressentait plus.

Tout ce qu'il pouvait faire, là maintenant, c'était le remercier.
Certes les paroles, c'est facile. C'est à l'acte qu'on juge un homme. Et ça, ça viendra avec le temps. Après tout, son but premier était devenir le meilleur des Masters et de devenir un homme bon. Il y avait encore bien du chemin et c'était pas demain la vieille qu'il atteindrait ce but. Néanmoins, c'était là la seule manière qu'il pouvait prouver sa reconnaissance.
Un silence s'installe un long moment. Ils sont bien. Ils sont en paix. Fatigués aussi. Ce à quoi Aaron dut se résoudre à relancer qu'il était temps de rentrer. C'est vrai.


"Oui, allons y."

Et alors qu'il se levait tout en tanguant légèrement, le Master l'interpella. Une chose lui revint. Curieux, Ys se stoppa et le fixa sans un mot. Il ne s'attendait pas du tout à recevoir une claque derrière la tête. Ca fait pas mal en soit, c'est juste irritant. Non mais mec, on sort d'un gros problème de frustration et là, tu joues avec le feu?!
Non, en vrai, il peut comprendre. Seulement il n'a aucun souvenir de ce passage. Putain qu'est ce qu'il a encore dit?!


"Aïe! Mais c'est pas vraiment de ma faute!! T_T"

Gémit-il alors qu'il se frotte l'arrière de la tête. Non mais genre il s'en serait pris à sa famille. Bon, Jérémy il ne le connait pas vraiment. Mais Nicolas, quel connard pourrait le détester?? Il ferait même pas de mal à une mouche. Quant à Lottie.. Putain mais c'est une enfant! Alors déjà qu'il ne se bat pas avec les femmes, ça risque rien côté gosse.
Mais bon à qui la faute hein?!
Finalement le monde d'Aaron disparait sous leurs pieds. Cette Greffe… Il n'aurait jamais imaginé un tel pouvoir.

C'est retour à la case départ. Ys ouvre grand les yeux, comme s'il avait dormis des lustres. Il est quelle heure? Il fait jour. Depuis combien de temps étaient-ils restés dans cet espace temps??
Et alors qu'Ys bascule de la tête pour observer la présence près de lui, Aaron, il vit ce dernier faire signe à quelqu'un.
Portant son attention sur l'entrée de la pièce, ses yeux écarquillent.

Mitsuki.

Celle ci s'avance vers eux. Elle est toute proche. Pendant un instant, Ys se demande si son esprit ne lui joue pas encore des tours. Mais sa main qui caresse sa joue est bien réelle. Sa voix lui parvint. Mitsuki. Elle est là. Elle lui sourit encore et encore.
Elle est fatiguée aussi. Mais elle est vivante. Soudainement, le garçon lui prend sa main restée près de son visage. Il la tire vers lui, sur lui. Il l'entoure de ses bras et plonge dans son visage dans ses cheveux. Il respire son odeur comme pour ne jamais oublier sa présence.


"Mitsuki…"

Une infirmière passe la tête par l'entrebâille de la porte. Cette dernière étant interpellé par l'appel de la Master vint vérifier. Autant dire qu'elle fut surprise de découvrir trois personnes en mauvaise posture. Seule, ne pouvant rien faire, elle repartie chercher de l'aide.
Pendant ce temps, Ys garde près de lui la Master.


"Pardon, Mitsuki. Pardon pour tout le mal que je t'ai causé."

Pas uniquement pour les blessures physiques, mais aussi morales.
Pour avoir blesser son ami, Charlie.
Pour avoir été autant arrogant et violent avec elle.
Pour lui avoir tourner le dos pensant qu'il était capable de se débrouiller seul.
Pour toutes ces promesses qu'il n'a pas tenu.
Pour tout.


Le Cri. (Ys) - Page 2 Fc156311
Merci à Elfie:
 
A toi aussi PiuPiu :p:
 
Thanks Nico!!:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Le Cri. (Ys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Hôpital.
Aller à la page : Précédent  1, 2