Partagez
Une collision pour une Collation! - Ft. Arash
##   Sam 22 Sep 2018 - 15:49

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Victoria Mendeles
Victoria Mendeles
Tonnerre au pouvoir solaire
Messages : 26
Date d'inscription : 10/09/2018
Age : 30

Il fait nuit. Je ne sais pas trop l'heure qu'il est, peut-être trois ou quatre heure du matin... Je n'en sais trop rien. Les yeux à mi-clos, je me lève. Je tourne en rond dans mon lit du dortoir collectif. J'en ai marre de cette situation. D'être là dans l'entrée. Le sommeil ne venant pas à moi, je me lève pour aller m'aérer l'esprit. C'est toujours mieux que de cogiter et ressasser dans le noir. A quoi je pense ? A ma famille ? Je m'interroge sur ce que je fais ici... des questions existentielles qui me prennent la tête. Je sors du dortoir. Je frotte mes bras car il fait un peu frais en débardeur et en mini short. J'avance. Nue pieds, je traverse le couloir de l'entrée. Direction la cafétéria dans l'espoir de m'y désaltérer d'un verre d'eau et de trouver un truc à grignoter.

Je suis un peu enfarinée. Pas très éveillée. Il fait sombre et ce n'est pas le genre de moment où l'on s'attend à croiser quelqu'un, du coup je ne faisais vraiment pas attention quand j'ai heurté de plein fouet quelque chose. Quelqu'un... Je pousse un cri de stupeur. La surprise. Et je recule un peu en arrière, confuse. Je m'exprime à voix basse pour ne pas réveiller tous le monde.

-Oh ! Excusez-moi... Je ne faisais vraiment pas attention... euh ! Je vous ai pas fait mal au moins ?

Je tente de voir à qui j'ai à faire dans la nuit mais je distingue mal des traits. Je penche plus pour un garçon au vu de sa taille et de son physique structuré. Je n'ai pas trop envie de l'importunée ou de le déranger. Du coup, je demeure planté là. Un peu cruche. Je baisse la tête et je soupire pour passer mon chemin et aller vers la cafétéria, la main sur la porte prête à la pousser, je me retourne à son attention.

-J'allais chercher un truc à boire et grignoter, je peux peut-être te proposer de m'accompagner si toi aussi tu n'arrives pas à dormir. Mais, ne te sens pas obligé surtout.

Attendre. Oui. J'attends sa réponse avant de passer cette porte. Savoir si oui ou non il m'accompagnera. Au moins, si il accepte ça me changerait un peu les idées. Oui, j'ai besoin de penser à autre chose. J'ai besoin d'un peu de compagnie mais de là à le reconnaître... N'y comptez pas. Pour le moment, je fixe son ombre dans le noir.
##   Sam 22 Sep 2018 - 17:20
Arash Ilios
Arash Ilios
Feu au pouvoir solaire
Messages : 293
Date d'inscription : 20/09/2018
Age : 20
Humeur : Radiant tel le soleil !

Un grand pouvoir implique de grande responsabilité. Tu le savais bien, et tu n’avais pas besoin de cracher des flammes pour le savoir. Tu tenais cette connaissance non pas de Spiderman, mais d’une citation de Winston Churchill « La responsabilité est le prix à payer du succès. » La suite était logique pour toi, mais même si tu étais arrivé ici, tu n’avais toujours pas de pouvoir … Et encore moins soigné le mal qui te rongeait. Tu devais attendre. Peut-être le monde n’était pas prêt à recevoir un nouveau roi soleil, un nouveau Pharaon. À moins que le monde ne fait que te tester. Peut-être que simplement, d’autres épreuves ne font que t’attendre, tu as prouvé que tu étais capable d’être un roi, mais peut-être pas le roi qu’il leur fallait … Et c’était une insulte à ton nom. Tu es et seras aux yeux du monde le plus grand roi que la terre n’ai jamais connu. Pour le bien  des humains et de la planète elle-même. Il fallait voir grand, très grand, pour que tes fidèles puissent voir aussi grand que toi. Tu croisas les bras et commenças à rire à haute voix, mais … personne n’était là pour t’entendre dans ta chambre… Strictement. Personne.

Tu restas là un moment, en cherchant un moyen  de calmer tes pensées. Et rien de mieux qu’avoir le ventre rempli pour calmer un esprit agiter. Tu bondis de ton lit pour ouvrir ton frigo, mais non rien d’appétissant. Tu pris devant la lumière de ton frigo la pose du penseur de Rodin, réfléchissant calmement à ce que tu pouvais manger … Ou plutôt, l’endroit où tu trouveras de quoi manger. La cafétéria ! Ce n’était pas la table des rois, mais tu devrais y trouver ce que tu voudras là-bas. Tu te relevas en fermant le frigo de la main avant de sortir en prenant tes affaires dans tes poches. Une sortie nocturne torse nue, il pourrait faire un peu froid, mais tu es habitué aux chaleurs extrêmes grâce à tes nombreuses balades dans le Sahara. Comme quoi les randonnées dans le désert furent pratiques.

Même à travers la nuit, tu te déplaçais en brillant grâce à la lune qui éclairait des ornements dorée. Comme quoi, tu étais vraiment le soleil et que même la nuit ne pouvait pas te cacher dans ses ombres. En t’approchant de la cafétéria, tu vis quelqu’un. Elle semblait venir vers toi, mais pourquoi ? De loin, tu pouvais dire facilement que c’était une fille, mais pourquoi une fille comme cela viendrait vers toi au milieu de la nuit. Elle semblait se diriger à toute vitesse vers toi, sans voir que tu étais là. Quelque chose devait brouiller son esprit pour qu’elle ne puisse pas te voir. Tu attendis donc en posant tes mains sur tes hanches. Elle allait bien finir par te remarquer ou te cogner, l’un comme l’autre, elle te remarquera enfin.

Finalement, la grande collision à laquelle tu t’attendais arriva. Tu avais fait attention de légèrement bouger ton collier en or pour éviter qu’elle se blesse en te fonçant dessus. Elle te cogna et poussa un léger cri de surprise. Toi, tu ne bougeais pas le moins du monde, en la regardant avec un léger sourire. Même si sa vue semblait être trouble, elle restait parfaitement capable de parler et de s’excuser. Tu commenças à rire doucement entre tes lèvres quand elle te demanda si ça allait ou non. Mais le silence la rattrape assez vite. Elle s’avança vers la porte de la cafétéria mais s’arrêta avant d’ouvrir pour te proposer de venir avec elle mangé quelque chose. Tu ne la lâchas pas du regard un seul instant, profitant de la faible lueur de la lune pour découvrir son apparence avant de lui répondre calmement.


- « J’imagine que le destin nous a mené ici pour la même raison. Tu me proposes de manger avec toi ? Très audacieux de ta pars. Je veux bien t’offrir le privilège d’un repas rapide de nuit avec moi ! » Tu t’avanças vers elle en entrant sans te gêner dans son espace vital pour ouvrir la porte. Une chance, elle ne semblait pas encore fermée à clé. Tu t’avanças un peu en regardant où pouvait bien se trouver la cuisine dans le noir totale de la pièce.


Theme1-2
Une collision pour une Collation! - Ft. Arash  X0BwupG
Arash mode d'emploi
Spoiler:
 
##   Lun 24 Sep 2018 - 23:55

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Victoria Mendeles
Victoria Mendeles
Tonnerre au pouvoir solaire
Messages : 26
Date d'inscription : 10/09/2018
Age : 30

Alors là, je reste scotchée à la porte. J'ai la main posée dessus mais je ne réalise pas tout à fait ce qui se passe. Il me répond d'une manière théâtrale comme si il se prenait pour une personnalité importante. Il vient vers moi. Il passe à côté sans me gêner. Il pousse la porte qui n'est point fermée et s'avance dans la cafétéria. Je le regarde. Puis il disparaît derrière la porte. Je demeure immobile. Je repasse ces mot dans ma tête. En quoi proposer à quelqu'un de manger est audacieux ? Et puis le privilège ? Carrément ? Il se fou de moi ? Je pousse la porte pour jeter un œil. Il cherche sûrement la cuisine. Je referme la porte. Je souffle. J'inspire. Qu'est ce que c'est encore que cet être étrange ? Je n'avais vraiment pas besoin de ça en pleine nuit. Je pousse la porte à nouveau pour l'observer d'un œil. Lui son attitude impériale. C'est particulier mais il est la seule compagnie que je puisse avoir cette nuit. Je n'ai que deux options, le suivre ou le fuir mais si je fuis mon ventre continuera de gargouiller.

J'inspire profondément et pousse cette porte que je relâche derrière moi cette fois. Je le vois dans l'ombre et je le rejoins. Peut-être sera-t-il de bonne compagnie. J'arrive à sa hauteur, puis lui fait signe de venir. Les cuisines, je sais où elle sont car j'ai tendance à venir là toutes les nuit depuis mon arrivée. Je contourne les cantines d'aciers. Ondule entre des frigos jusqu'à arriver à la partie réserve. Devant, tout est vidé. Ils servent juste le temps du service. J'indique à mon compagnon de fortune.

-Par ici, suis moi. Tu préfères du sucré ou du salé ? Peut-être les deux ? Tout dépend de ta faim.

J'ouvre une porte de réfrigérateur dont la lumière m’éblouis un fragment de seconde. Je grimace et finis par discerner ce qu'il contient. Hum ! Je me tâte. Sucré ou salé ? Le chou à la crème me dit bien, c'est le dernier. Je me mord la lèvre par gourmandise et je demande :

-Est ce que tu veux du chou à la crème ou bien je peux le prendre ? Il y a de quoi faire des sandwichs et il y a des crèmes, des yaourts... Des fruits... Bref, qu'est ce qui te ferait plaisir ?

Je me redresse et lui laisse la place pour qu'il puisse regarder. Je le vois enfin. Ces traits se dessinent sous la lumière du frigo. Il est torse nu. Je ne m'en était pas rendue compte en le percutant. Il est véritablement bien taillé. Le physique presque irréprochable. Chanceuse. C'est peut-être bien le cas. Je vais finir par croire qu'il a raison, il me fait l'honneur de m'accorder sa compagnie. Il porte des bijoux dorés et je l'imagine riche. Moi. Moi, je n'ai rien. Aucune richesse de ce genre, alors oui sur le moment je me sens pas à ma place. Je l'embêterais pas longtemps. Je me détourne et fouille un meuble à la recherche de pain de mie. Je vais me faire un sandwich, je passe sous lui devant le frigo pour saisir la mayo, le jambon et des cornichons. Puis je repars. Je commence à m’atteler à faire mon casse-croûte quand le voyant toujours indécis :

-Tu veux que je te prépare quelque chose ?
##   Mar 25 Sep 2018 - 1:32
Arash Ilios
Arash Ilios
Feu au pouvoir solaire
Messages : 293
Date d'inscription : 20/09/2018
Age : 20
Humeur : Radiant tel le soleil !

Regardant la pièce de gauche à droite, tu cherches encore où pourrait se trouver la cuisine, mais le noir ne t’aide pas du tout. Si seulement tu pouvais vraiment briller comme le soleil, être dans le noir ne te gênerait pas, mais même le soleil se couche pour laisser le peuple dormir et il serait impoli de ta part de ne pas faire comme le soleil lui-même. Alors que tu cherches inlassablement le moindre signe de la cuisine, dans un reflet miraculeux ou une lumière bénie, c’est la demoiselle qui t’a cognée par accident qui t’indique l’endroit où aller. Une habituée certainement, ça expliquerait pourquoi elle se déplace aussi facilement dans un endroit aussi sombre.  Elle te demanda directement si tu préférais sucrer ou saler, et tu lui répondis aussi vite. « Peu m’importe, du moment que mon palet comme mon estomac sont satisfait, je le serais aussi. Je ne suis pas comme un enfant qui se plaindrait de la première chose verte dans son assiette. »

À peine tu rentres dans la cuisine que tes yeux font très rapidement le tour, observant chaque instrument, assiette, plat, bol, couteau, plan de travail, cuisinière, rien ne manqua ton regard. Tu ne pouvais pas te souvenir de tout, mais tu avais pu remarquer chaque ustensile à travers la cuisine sombre. La jeune demoiselle ouvre finalement un frigo qui illumine la pièce, tu croises les bras et restes à côté d’elle pour regarder ce qu’il y a dedans. Mais tu ne lui réponds cependant pas du tout, ton esprit semblait concentré énormément sur les condiments de la cuisine. La demoiselle se dépêche alors pour prendre ce qu’il lui faut pour cuisiner alors que toi, tu restes un moment devant le frigo. Elle te proposa de cuisiner pour toi, mais tu avais une bien meilleure idée en tête.

- « Malheureusement pour toi non, je n’ai pas envie que tu me cuisines la moindre chose, car je vais te donner le droit de goûter à ma propre cuisine. Et tu n’as pas le droit de refuser ! » En souriant comme un enfant, tu te tournes vers l’entrée de la cuisine pour allumer un interrupteur et toute la cuisine d’acier s’illumina soudainement. Comme pour te préparer à un combat tu craquas doucement tes points repérant chaque chose dont tu auras besoin à travers la cuisine pour préparer ce que tu veux.

- « Un repas est aussi important pour l’homme que le sommeil, il est hors de question que je mange quelque chose qui n’a pas été préparé soigneusement et qui ne puisse pas ravir mon palet. » En même temps que tu lui parlais tu te dirigeais vers l’évier pour te laver les mains correctement. D’un élan rapide tu sortis tout ce qu’il te fallait des placards. Quatre bols,  deux poêles à omelette, avec des couvercles. Tu glissas rapidement vers le frigo pour prendre des œufs, du beurre, de la sauce tomate, du persil, de l’ail et de la crème épaisse. Tu installas alors ton plan de travail en prenant du poivre noir du sel et de la farine.

Soudainement tout accéléra. Tu maitrisas ta cuisine comme un grand maitre cuisinier. Tes deux mains se mirent à s’occuper de deux choses totalement séparément de manière ambidextre. Pendant que l’un préparait les poêles en allumant déjà des feux sous les deux avec du beurre à l’intérieur, l’autre préparait déjà la suite du travail. C’était à la fois surprenant et rapide. Sans perdre la moindre seconde du voyageait à travers ton plan de travail préparant rapidement chaque élément. Tu séparas le blanc et le jaune des œufs dans deux bols différents. Tu rajoutas un peu d’eau avec le blanc des œufs avant de le battre en rajoutant la crème épaisse. Tu passas ensuite aux jaunes, que tu te mis à battre avec force en rajoutant du sel. Tu mélangeas les deux mixtures en rajoutant un peu de poivre noir. Tu versas le liquide dans les poêles fermé par leurs couvercles avant de passer à la sauce tomate. Tu t’armas du couteau pour éplucher l’ail puis de le couper en morceaux, comme le persil. Tu rajoutes l’ail à la sauce tomate mais garda le persil séparé dans un autre bol. Une fois cela fini, exactement 5 minutes après, tu te précipitas vers les poêles pour les ouvrir révélant une omelette moelleuse. Tu fis sauter les deux en même temps et rattrapas chacun des deux dans une assiette différente. Rapidement tu rajoutas la sauce tomate spéciale avec le persil puis présenta l’assiette à la demoiselle.



Une collision pour une Collation! - Ft. Arash  6nl03U3

« Omelette soufflée, recette française. Impossible que ça te déçoit, ça fond dans la bouche. »


Tu affichas ton plus grand sourire attendant qu’elle prenne l’assiette.



Theme1-2
Une collision pour une Collation! - Ft. Arash  X0BwupG
Arash mode d'emploi
Spoiler:
 
##   Jeu 4 Oct 2018 - 16:54

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Victoria Mendeles
Victoria Mendeles
Tonnerre au pouvoir solaire
Messages : 26
Date d'inscription : 10/09/2018
Age : 30

Le jeune homme me suit et continu de s'adresser à moi d'une manière vraiment très étrange, il mange de tout c'est ce que moi je comprends dans son intervention. Du coup, je l'emmène alors que je fouille le frigo, que je lui fait des propositions il demeure en retrait. Pas loin. Silencieux. Comme absorbé par quelque chose que je suis incapable de voir. Je hausse les épaules. Me redresse avec les mains pleines quand ma proposition de cuisiner pour lui le réveil. Il recommence. Arrogant. Voilà que monsieur décide de me cuisiner quelque chose et que je n'ai pas le droit de refuser. Pour qui il se prend ? J'entre-ouvre mes lèvres afin de protester quand il se dirige vers l'entrée de la cuisine pour tout allumer. Je découvre alors un jeune homme aux traits subjuguant. Ces cheveux brun soyeux me donnent envie d'y glisser ma main, sa peau à la teinte halée ou encore le dessin des ses muscles dans son dos... Puis il se retourne. Le torse... Son torse est sculpté tel une œuvre d'art. Son visage est harmonieux, son regard aussi ambré que le mien me transperce et je suis restée immobile. Oui. Je l'ai détaillé. Il me passe devant en continuant d'être d'une arrogance parfaite. Hautain.

Il estime que manger est important, autant que de dormir et qu'il doit absolument préparer quelque chose qui plaise à son palet. Je comprends rapidement que la médiocrité de mon sandwich ne lui fasse pas très envie. Néanmoins, je voulais être gentille. Je soupire. Résignée. Je n'ai pas le droit de refuser, du coup je part remettre ce chou à la crème au frais et tout ce que j'ai sortit par la même occasion. A quoi bon répondre ? A rien. Il ne m'écoute pas. Il n'entend que lui. Lui, par contre il semble déterminé et prépare soigneusement son plan de travail. Je ne sais pas quoi faire, alors je me hisse sur le meuble d'acier derrière lui et y pose mon fessier tout en le regardant. Méticuleux. Je le remarque aussitôt. Il est très organisé. Je l'observe. Lui, son corps de rêve et sa dextérité à cuisiner avec tant d'aisance. Plus le temps passe et plus je constate qu'il est doué, vraiment doué. Parfait. Il est l'incarnation même de la perfection. Il brille. Il excelle visiblement. Moi, je me sens médiocre. Réellement nulle à coté de lui. Mon visage traduis facilement ce dégoût que je m'évoque à moi même, triste de me prendre en pleine poire la difficile réalité des choses. Il bat les œufs. Il verse. Il coupe. Tout est exécuté avec grâce et fluidité. Les omelettes dégagent déjà une odeur alléchante qui chatouille mes narines. Il les fait sauter. Les deux. Simultanément. Et il ne rate rien. J'ai envie de fuir. De quitter cette cuisine. De ne plus jamais le recroiser. J'allais le faire jusqu'à voir sous mon nez cette assiette tendue. Lui. Son sourire.

Perturbée. Je m’efforce de prendre l'assiette en souriant. Il m'a cuisiné une omelette soufflée, recette française avec un coulis de sauce tomate. Impossible d'être déçue dit-il... Je porte la fourchette à ma bouche, soufflant pour ne pas me brûler et savoure cette première bouchée. Succulent. C'est délicieux. Fabuleux. Je repose la fourchette dans l'assiette et fixe celle-ci :

-C'est très bon... Vraiment, délicieux. Merci.

J'inspire profondément, je n'ose relever la tête. Pourquoi ? Par ce que lui semble venir d'un monde aisé et sans besoin. Je n'ai que rarement eu l'occasion de manger si bien. Mais, je me sens mal à cette idée. Je ne sais comment définir ce que je ressens en cet instant. Pitoyable. Oui. C'est ce que je suis pitoyable. Je mange. Silencieuse. Fuyante. Pourtant, il faut bien que je me montre loquace pour éviter d'attirer les questions dérangeantes :

-Quelqu'un t'a apprit à cuisiner comme ça ? Ou bien tout ce que tu touches se transforme en or ?

Ouais. Il m'a bien fait comprendre que de toute façon jamais je ne serais à la hauteur et jamais je ne pourrais rivaliser. Je ne suis pas le genre de personne à pouvoir lui apporter quoi que ce soit... Il n'a pas tord dans le fond... Je n'ai rien. C'est le genre de gars à repérer les gens de leur niveau et ceux qui sont sous eux. Même vêtue simplement... il a vu en moi la nullité que je reflète. J'en suis certaine... Je suis toujours assise sur le plan de travail en acier, j'ai soudainement ce besoin irrationnel de vouloir disparaître. Oui. Ne plus être ici. Ne plus me sentir si bonne à rien. Juste m'effacer, disparaître...
##   Jeu 4 Oct 2018 - 18:18
Arash Ilios
Arash Ilios
Feu au pouvoir solaire
Messages : 293
Date d'inscription : 20/09/2018
Age : 20
Humeur : Radiant tel le soleil !

Et voilà, un plat magnifiquement réussi. Tu n’attendais qu’une seule chose, la réaction de la demoiselle. Mais il ne fallait pas attendre plus, toi aussi tu prends une fourchette et portes l’omelette à ta bouche. L’omelette fut facile à manger et avaler, elle se dissolvait comme des bulles dans ta bouche avant de disparaitre. Exactement comme un tour de magie. La sauce tomate apportait une acidité parfaite pour contrebalancer cette douceur unique et apportait un équilibre au repas. Tu avais encore une fois fait preuve d’un talent immense, mais tu n’as pas pu te surpasser, malheureusement. Tu tournas ton regard vers la demoiselle qui te remercie. Il était évident que c’était bon, mais quelque chose te perturba directement, ce qui fit disparaitre ton sourire. Pourquoi elle ne te regardait pas ? Aucune raison que ça soit ta faute, tu as été des plus amicale avec elle, et tu lui as offert un délicieux repas cuisiner par tes mains. Pourquoi est-ce qu’elle ne te fixe pas alors ? Elle semblait vouloir cacher quelque chose, mais quoi.

Sans le remarquer, tu vidas à une vitesse incroyable ton assiette pour combler ton appétit. La raison ? Tu ne lâchais pas du regard  cette demoiselle. Elle semblait vouloir se cacher, fuir ton regard impérial, s’éloigner de toi … ce qui est INACCEPTABLE. Intérieurement, tu sentais une colère grandir en toi. Tu te fiches que les gens te détestent, ou s’opposent toi, car s’ils veulent te battre, ils devront se surpasser mais ceux qui ne font que fuir … Ceux-là … Tu ne peux juste pas les supporter, et c’est pour cela que tu dois absolument les aider ! Voilà ton nouvel objectif pour cette nuit, trouver pourquoi elle te fuit, et la forcer à changer sa façon de penser avec toi. Elle pouvait te détester ou même t’admirer, mais tu voulais qu’elle te suive, qu’elle repousse ses limites et qu’elles deviennent une étoile dans la nuit noire.

Elle te posa alors une question, une question bien intéressante. Tu déposas ton assiette avant de t’approcher très lentement d’elle, les mains sur les hanches.
« Personne, j’ai tracé mon propre chemin en tant que roi. Les seules personnes, qui m’aidaient, sont tous mort il y a bien longtemps, mais leur savoir se trouve encore dans de simples livres. Et pour ce qui est de transformé ce que je touche en or … » Tu attrapas avec une grande dextérité son menton entre ton index et ton pouce pour la forcer à te regarder un long moment, mais aussi pour mieux la voir. En penchant la tête de gauche à droite, tu découvrais chaque trais de ton futur sujet. Effectivement, un visage adorable, mais tu ne cherchais pas ses magnifiques yeux ambre, ses somptueux cils, ou ses très fines lèvres. Non, loin de là, tu cherchais attentivement  le moindre défaut sur son visage. Les moindres taches sur sa peau de neige, les moindres rides sous ses yeux dorés. Ceux-ci furent très difficile à trouver, mais ils existaient bien. Tu restas un moment comme cela à la juger, à voir comment son visage a pu être façonné avant de reculer de deux pas. « J’aimerais pouvoir le faire. De manière plus figurative que littérale bien sûr. »

Tu rias doucement avant de continuer.« Pour le roi Midas, le célèbre roi de légende transformant  tout ce qu’il touche en or, ce n’était qu’un souhait devenant une malédiction pour lui. Or que pour moi, en tant que roi, je veux pouvoir faire la même chose, mais avant les gens. » Tu laissas un temps d’arrêt avant de mieux t’expliquer. « Nan, je ne veux pas te transformer en statue d’or ne tant fait pas. Je veux juste prouver que comme on peut transformer les cendres en diamant, je peux transformer les gens en or. Un combat long et difficile mais digne d’un roi. » Tu croisas les bras avant de rire, un petit rire qui devint de plus en plus fort et puissant. Et qui finit par s’arrêter. Tu refixas la demoiselle avant de la pointer du doigt en souriant.« Et toi ? Est-ce que tu veux être d’or ou de pyrite ? »  Cette cuisine était devenu ta scène de théâtre et comme le grand Shakespeare, tu devais faire agir chaque acteur, chaque objet, chaque chose à ta portée pour mener le public à l’extase. Il était donc évident de faire jouer la seule autre personne se trouvant sur scène avec toi, mais … Est-ce qu’elle voulait être un personnage principal, ou juste un personnage secondaire ? De l’or ou de la pyrite ?


Theme1-2
Une collision pour une Collation! - Ft. Arash  X0BwupG
Arash mode d'emploi
Spoiler:
 
##   Mar 4 Déc 2018 - 16:04

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Victoria Mendeles
Victoria Mendeles
Tonnerre au pouvoir solaire
Messages : 26
Date d'inscription : 10/09/2018
Age : 30

Je crois n'avoir jamais rencontré de personne aussi particulière et étrange que lui. Il n'entre dans aucune case et ne veut certainement pas y entrer. Je suis surprise. A l'écouter, il se considère vraiment comme un roi. Il a utilisé ce mot plusieurs fois. Tant de questions que je garde sous silence. Lui, il me raconte comment il a créé son propre chemin. Comment les gens qui l'entouraient étaient tous partis laissant derrière eux leurs mémoires dans des livres. Puis, il se concentra sur ma seconde question pour venir me toucher. Comme si, il voulait me persuader qu'il allait moi aussi me changer en or. Mon menton au creux de son index et de son pousse, il me fit relever la tête pour me forcer à le regarder. Son regard, chatoyant et ambré semble chercher quelque chose que j'ignore. Je ne peux fuir alors je le détails. Il est beau. Sa peau est lisse, sûrement douce. Oui. Il est doux. Délicat comme dans son geste. Immobile. Je le laisse faire en osant à peine respirer. Quand il me saisit d'une vérité par ces mots, il aimerait pouvoir le faire de manière plus concrète. J'ai bien comprit ce qu'il tenait à faire quand il a prit mon menton entre ces doigts d'or.

Il rit. Un rire parfait. Communicateur car je me mets à sourire quant il me conte cette histoire du roi Midas. De son souhait qui devint une malédiction. J'écoute. Attentive. Lui en tant que roi il voudrais faire la même chose avec les gens, c'est étrange je me souviens que le Roi Midas transformait objet ou être vivant en or mais que les êtres vivants devenaient des objets dès lors où ils étaient touchés. Lui, si je comprends bien il voudrait transformer les gens en or vivant mais je décide de le taquiner un peu mais il ne m'en laisse pas le temps. Il avait lu en moi comme dans un livre ouvert en se reprenant pour m'expliquer qu'il ne tenait pas à faire de moi une statuette inerte et d'or. Alors, c'est donc ça son travail en tant que Roi pousser chacun à être meilleur, à les faire renaître tel le phœnix de ces cendres. Finalement, je me laisse transporter par son histoire et je ris avec lui de bon cœur. Oui, je n'ai peut-être pas eu toute la chance que j'aurais mérité mais je me souviens de cette époque où je me battais pour briller malgré les difficultés. Seulement, avec le temps ma flamme c'est éteinte pour finir par sombrer dans les ténèbres.

La question qui m'est destinée est difficile. Il me demande si je désire être d'or ou de pyrite. Je prends un instant de réflexion, toujours assise sur le plan de travail de la cuisine. Je garde le silence un long moment semblant me torturer l'esprit pour offrir une réponse.

-Ni l'un, ni l'autre.

J'ai inspiré profondément en regardant le roi dans les yeux. Puis, je me suis levée en me laissant glisser pour finalement m'éloigner sans un mot de plus. Il ne sait rien. Croit-il savoir ? Qui je suis ? Qui je veux être ? Non. Il ne me connaît pas. Vexée. Usée de tout ce cirque. Oui. La vie ne m'a jamais faite de cadeau, alors je dois réellement être plus poche de la pyrite... froide et sans cœur.
Je voulais fuir. Partir. Le planter là. Pourtant, je m'arrête dans mon élan et sans me retourner je m'exprime :

-Un rubis.

Oui, j'aimerais être un rubis. J'esquisse un sourire par ce que une fois dans ma vie j'aimerais être unique et différente. J'aimerais être moi-même. Une pierres précieuse joliment façonnée qui exprime le feu, le sang, la passion, le courage... La pierre des rois. Ais-je songé à tout ceci en m'exprimant ? Non. Je n'ai pas pensé à la signification en dehors du courage. J'ai toujours été une demoiselle courageuse qui se bat pour obtenir le meilleur bien que je l'ai momentanément oublié. Je me retourne et le fixe :

-Est ce une réponse convenable pour vous mon roi ?

##   Mar 4 Déc 2018 - 18:32
Arash Ilios
Arash Ilios
Feu au pouvoir solaire
Messages : 293
Date d'inscription : 20/09/2018
Age : 20
Humeur : Radiant tel le soleil !

Sa réponse … te perturba au début, une perturbation venant du fait qu’elle ne voulait pas être l’un ou l’autre. Tu penchas la tête légèrement sur le côté en gardant le même sourire qu’avant. Comme l’a dit Victor Hugo, la plume est plus forte que l’épée. Ce qui était à tes yeux une évidence même. Et la parole peut porter autant de puissance que la plume. L’impact est bien plus court et certainement à moi long terme, plus réservé, personnelle même. C’est pour cela que si elle OSAIT sortir de l’avis du roi, il était capital que sa réponse soit bien réfléchie ou mieux … Vienne de son cœur. Tu n’attendais que cela, qu’elle aussi devienne une étoile.

Pourquoi une étoile ? La réponse est simple, si tu es le soleil qui éclaire l’humanité le jour … qui éclairera l’humanité une fois que la nuit sera tombée ? La réponse était simple, la lune mais aussi les étoiles ! Si l’homme ne peut pas s’éclairer suffisamment dans le noir, c’est la lumière des étoiles qui les éclaireront…Dans son regard, tu as pu voir une très faible lumière, une lumière qui pouvait être exploitée, purifier et qui pouvait surtout grandir… Elle pourrait bien devenir ta première étoile. Une des nombreuses étoiles qui pourront aider les humains. Mais, tu savais aussi ce qui se passerait si tu restais trop prêt d’eux. La lumière du soleil cache toujours celle des étoiles. Pour le moment, tu ne devais pas penser à cela

Elle s’éloigna alors de toi, comme si elle voulait partir… Mais tu le savais bien le destin sera toujours avec toi. Et la réponse te fut donnée. Et une fois que tu l’entendis, tu plongeas dans une très profonde réflexion. Une réflexion profonde sur le sens du mot qu’elle avait prononcé. En espérant qu’elle ne l’avait pas prononcé à la légère. Tu fermis les yeux, baissa un peu la tête en croisant les bras. Cherchant dans tout ce que tu pouvais savoir sur les rubis. Elle te demanda alors si la réponse te convenait, mais tu ne dis rien, réfléchissant profondément.


« J’espère que tu es sûr de toi, et j’imagine que tu l’es. Car le mot que tu viens de prononcer est le premier qui façonnera ton futur. » » Tu lui lanças alors ceci, clairement, d’un sérieux tranchant voire létal. Tu ne retenais pas tes mots, mais c’était normal, elle s’opposait au choix du roi, elle devrait alors se prouver digne de porter le titre de rubis.« Le rubis, la sœur du saphir. Venant toutes les deux de la même famille. Cependant, les rubis parfaits n’existent pas, ceux qui donnent l’impression d’être parfait son uniquement fait synthétiquement… Le rubis a aussi de nombreuses significations, on pourrait le relier simplement à la charité, l’amour divin, la loyauté, ou même un insigne royal. Mais je préfère nettement la signification que les Indiens lui ont donnée. »

Tu baissas le bras gauche, ouvrant les yeux et pointant du doigt la jeune demoiselle avec la main droite, le bras parfaitement tendu et le sourire aux lèvres.« La reine des pierres précieuses, ou encore la première des pierres précieuses. La première ! Et la reine ! Elle n’est pas la plus forte, la plus résistante, la plus solide, mais pourtant, les Indiens ont vu en cette simple pierre  tout ce qui faisait une reine ! Nous parlons de toi, pas de moi ! Je me fiche de ton histoire de ton passé ou de ce que tu es à présent. Tu dois te tourner vers le futur et avancer vers ce que tu vas devenir. Donc je te poserais la même question ! Est-ce que ta réponse te convient ? Es-tu digne de devenir celle que tu souhaites être, si c’est le cas… Je me ferais un plaisir de t’aider à y accéder et remplir ton rêve que tu puisses à ton tour éclairer les autres !»


Theme1-2
Une collision pour une Collation! - Ft. Arash  X0BwupG
Arash mode d'emploi
Spoiler:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

Une collision pour une Collation! - Ft. Arash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cafétéria.