Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Je suis un magnifique papillon! (Pv Jojo)
##   Sam 6 Oct 2018 - 0:14

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2277
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Vous savez ce que c'est l'aventure? Le vrai, l'improvisation?!
Ok. Faisons simple. Vivre l'aventure sans pourtant s'appeler Indiana Jones. Ne pas partir à l'autre bout du globe. Ne pas être un agent à la 007 mal remixé.
Non, la véritable aventure, c'est de savoir se surprendre soit même. Même dans les tâches quotidiennes de la vie, là où on aurait pas osé. Et là, aujourd'hui même, Ys s'y risque.
Se tenant devant un rayon de bricolage, il hésite, observe et touche les produits. Oui, il fait ses courses et attention : tout ça sans une liste de courses!!!!

Si ça c'est pas l'amour du risque?!
Bon d'accord. En vérité, c'est surement la chose la plus surprenante et la plus improvisée qu'il fait ces dernières semaines. BORDEL IL S'ENNUIT COMME UN RAT MORT!!
Des semaines qu'il est enfermé à Terrae, à jouer à la nounou avec Akira pour savoir s'il préfère le biberon ou lui prendre le sein! Bordel!!! Pas une mission! Son devoir de Master est pathétique!!
Et tout ça à qui la faute?? Hein??? … bah la sienne.

Pathétique.
Il n'a que ce qu'il mérite. Et le travail sera long. Et désormais, il cherche les matériel nécessaire pour réparer son toit. Quand soudainement son téléphone vibre.
Oh putain! Un évènement qui pourrait bousculer sa journée? Peut être que ce soir, il ne se couchera pas sur les coups d'onze heures?! Trop de suspense!!
Et?? Eeeeet??
Ah.
Joyce.
Ah.
Elle a quelque chose à lui dire. Elle lui demande de se retrouver à la cafétaria.
Bon, bah surement une histoire de groupe. Elle doit trouver qu'ils sont à la ramasse. Lâchant un soupir, Ys finit de régler ses achats et se téléporte immédiatement sur le lieu dit.
Un coup d'œil aux alentours, et il remarque très vite la petite blonde. Remontant son sac d'achat sur l'épaule, il se dirigea vers cette dernière, se tenant dans son dos.


"Si c'est pour me dire qu'Elana est lente, c'est que tu es de mauvaise foie."

Parce que justement Elana n'est pas si mauvaise que ça. Au contraire, pour une fille qui n'a jamais touché à la batterie, elle se défend plutôt bien.
Posant son regard sur sa sœur, le Master lui adressa cependant un fin sourire.


"Sinon tu vas bien?"


##   Sam 6 Oct 2018 - 19:28

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 692
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Cela faisait du bien de voir la vie recommencer, comme autrefois. Je n'avais plus Liam, bien sûr, mais j'avais appris à vivre avec même si je me sentais encore fragile, sentimentalement parlant. Mitsuki et Ys avaient finis par se remettre ensembles et malgré ses horaires de fou, on pensait encore à se parler, ne serait-ce que pour se donner les dernière nouvelles, avec lui. Nous étions allés ensembles à l'école pour expliquer mon cas, tâchant au mieux de défendre ma cause. Ys étant plus âgé que moi et sorti du système, il s'était en quelque sorte porté garant de ma personne.
Quand à la maladie, elle n'était pas reparue et finalement, la vie continuait. J'étais toujours affaiblie et il y a des choses auxquelles j'avais dû renoncer mais finalement, ce n'était qu'un moindre mal. J'ai pu me remettre au sport, à la musique, aux cours, à la mécanique, bref, j'ai pu vivre de nouveau. Ma mémoire avait finit par revenir entièrement, avec son lot de mélancolie ou de regrets. Mais elle était là, témoin de tout ce que j'avais pu traverser. Au fond, c'est mieux ainsi.

Ce jour-là, j'avais commencé la journée par une randonnée de deux heures avant de dormir une heure. J'étais morte, autant se le dire. J'ai filé tout de suite après faire mon check-up à l'hosto pour qu'on me dise que j'aurais les résultats dans la semaine, mais que visiblement, y avait pas de quoi s'affoler. C'était difficile de ne pas s'inquiéter, après tout ce qu'il s'était passé, mais j'avais confiance. J'avais fait face à la mort une fois et j'avais vaincue. J'étais une battante, j'y arriverai, je le savais.
En rentrant, vers midi, j'ai eu la surprise de découvrir un courrier de l'école. Il était là, dans ma boîte, m'attendant. La lettre était simple et élégante, blanche et mon nom y était simplement gravé, le sigle de l'école me narguant, juste à côté.

Sans plus réfléchir j'ai envoyé un message au seul avec qui je pouvais partager ma joie ou ma peine du sujet et j'ai filé à la cafèt. J'ai passé les dix minutes suivantes à attendre, incapable d'ouvrir la lettre. J'avais peur d'un nouveau refus. C'était dur la première fois mais j'avais eu espoir en en parlant avec mon frère. Et si la maladie devait encore m'empêcher de réaliser un rêve, je ne sais pas comment je pourrais avancer. Elle était un handicap, un boulet accroché à ma cheville dont je ne pourrais jamais vraiment me défaire. Elle était moi et j'avais été elle. Je pourrais toujours essayer de l'oublier, elle serait toujours là à me rappeler sa présence.

J'ai brusquement entendu mon casse-pied préféré et j'ai relevé les yeux vers lui. Je sais que j'ai été mauvaise langue avec Elana, au final, elle ne s'en sortait pas si mal. Mais ce sont des choses qui prennent du temps et si Ys était papa gâteau, fallait bien que je joue le rôle de la méchante non?

- Ça n'a rien à voir avec Ela' mais il faut bien que quelqu'un lui fasse remarquer ses erreurs. Si on compte sur toi, elle démarrera toujours un demi-temps trop tôt t'es trop coulant avec elle!

Parce que ouais, on se refait pas.
Il m'a alors demandé si ça allait et j'ai souris de travers, un peu indécise quand à ma réponse. Je lui ai donné la lettre, simplement. Il comprendrait seul. Je ne pouvais pas la lire. Lui oui. Lui pouvait me le dire et je savais qu'il ne chercherait pas à me cacher les choses si c'était négatif. A la place, il me changerait les idées et on chercherait une solution ensembles. Comme toujours.


##   Sam 6 Oct 2018 - 22:26

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2277
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

La première réaction du jeune homme fut de lever les yeux au ciel. Ils ne savent pas ce qu'ils veulent. Autant Joyce lui reproche d'être trop "cool" avec Elana. Autant Abe lui reproche d'être trop dur avec Lys. Il n'y a pas de juste milieu. M'enfin…
De toute manière, ils auront beau dire, il n'y changera rien. Et connaissant le caractère de la miss, il fallait bien qu'un des deux soit plus amicale.
Cependant leur rencontre n'aurait rien à voir avec le groupe et le Master s'en rend rapidement compte. Déjà parce que la miss n'insiste pas plus sur le sujet, mais aussi parce que sa mine change. Elle lui ne répond pas tout à fait et se contente de lui tendre une enveloppe. Intrigué, Ys la fixe un instant avant de porter son regard sur le véritable sujet.


"Oh..."

Lâche-t'il quand il aperçoit le sigle de l'école. Elle était là, la réponse. Pas étonnant que la demoiselle soit aussi tendue. Il comprenait mieux cet appel et aussi la raison pour laquelle elle lui tend ce qui fera basculer son destin.
Posant son sac au sol, Ys lui prit l'enveloppe des mains. Il releva les yeux sur elle, une dernière fois. C'est dingue! Cette école, ce n'est pas pour lui, et pourtant il ressent autant de pression que sa pauvre sœur. Il souvenait de son stresse lorsqu'il l'avait accompagné ce jour là. Faire bonne figure. Mine de rien, ils s'en étaient pas trop mal sortis. Et voilà qu'il tenait entre ses mains la réponse. Hésitant, Ys accepta néanmoins d'être le porteur de bonne ou mauvaise nouvelle.
Ouvrant celle ci, ses yeux balayèrent le papier. Un lourd silence s'en suivit. On ne pouvait rien lire sur son visage.
Quand enfin, il termina le dernier paragraphe. Levant les yeux de cette enveloppe pour les poser sur la blonde, Ys ne répondit pas tout de suite. Faire une mauvaise blague en cet instant crucial serait de mauvais goût. Donc...


"Joyce?... Leur verdict est sans appel."

Il marque une nouvelle fois une courte pause. Un peu comme durant ces émissions où vous patientez après le résultat des juges et que l'animateur met trois plombes à répondre tout ça pour créer un suspense. Alors qu'en vérité, on a juste envie de balancer la télé par dessus la fenêtre tellement c'est long et insultable.
Et finalement, le Master reprit:


"Il est marqué: Mademoiselle Noran, suite à notre entretien et après étude de votre dossier, nous avons le plaisir de vous annoncer votre admission au sein de notre école!"

Lança le jeune homme dont son sourire fut de plus en plus large lorsqu'il poursuivait la lecture. Ca ne sert à rien de mentir ou de faire durer le suspense, elle en a déjà suffisamment morflé. Et puis ses petits yeux implorent une réponse. Et il ne pouvait pas plus être fier que maintenant. Lui montrant le contenu du courrier, Ys pointa du doigt les lignes de son succès.

"Regardes, c'est écrit juste là! T'as réussis!!"

Lui tendant le papier, Ys voulait que sa sœur le réalise. Elle avait réussie. Son futur l'attendait, lui appartenait. Elle s'était longuement battue et aujourd'hui, la vie lui rendait hommage.
Pour marquer le coup et parce qu'il était bien trop heureux pour elle, Ys grimpa sur une table et hurla à l'attention de tous.


"ECOUTEZ TOUS! JOYCE A REUSSI SON EXAMEN ET ELLE EST ADMIS!! ALORS C'EST QUI LA PLUS BALEZE?!"


##   Sam 6 Oct 2018 - 22:42

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 692
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Ys n'a pas mis longtemps à comprendre ce qui me tracassait. On s'était battu tous les deux comme des diables pour m'obtenir une place dans cette école. Je savais que même si elle ne concernait que moi, elle serait notre fierté. Ys m'avait sauvé au début de l'année, en m'offrant une porte de sortie à la maladie. Il m'avait redonné goût à la vie, quatre ans plus tôt. Et aujourd'hui, il m'avait aidé à trouver une école qui représentait un rêve longtemps perdu de vue. Ys et moi, nous étions frère et sœur. Ses fiertés étaient les miennes et inversement, même si on s'en cachait bien trop souvent.

Il a doucement pris l'enveloppe, prenant le temps de poser son sac à terre. Il l'a ouverte et il est resté silencieux un long moment, avant de juste me dire que c'était sans appel. J'ai fermé les yeux, voulant croire encore un tout petit peu que ce n'était pas fini.
Et puis il a finit par parler et je n'ai pas réagis. Parce que je ne l'ai pas entendu. J'ai ouvert les yeux au moment où il a mit les mots devant mes yeux, et j'ai lu. Il disait vrai, j'étais prise. Je l'ai vu monter sur une table, criant à qui voulait bien l'entendre que j'avais réussis. Que j'étais retenue. Que j'allais entrer dans l'une des meilleures écoles de mécaniques de la capitale. Et puis j'ai compris. J'allais devenir mécanicienne. J'allais vivre ma vie. Je pourrais rendre mon père fier. Je serais toujours cette petite fille à qui il montrait comment démonter un moteur de FJ-1100. Je le serais toujours. J'avais réussi. Pour moi, pour Ys, pour mon père, pour nous.

J'ai attendu qu'il redescende sur la terre ferme avant de sauter dans les bras de mon frère. J'étais fière et soulagée, heureuse et émerveillée. Je tenais entre mes mains tout mon avenir. Je serais celle que j'avais choisie d'être. La maladie ne m'avait pas enlever ça.

- On a réussi Ys, on a réussi! T'es le meilleur, je suis prise tu te rends compte?! Merci frangin!

J'étais sincèrement heureuse et je n'avais pas envie de jouer à notre jeu du chat et du chien. Pas là. Il y a des moments plus propices que d'autres. Pour l'instant, je souhaitais juste déboucher une bière avec mon frère et fêter notre victoire et ma rentrée, pour mes vingts ans, en janvier, en école de mécanique et ingénierie mécanique. Pour le moment j'avais juste envie de lui dire merci parce que je savais qu'il avait dû batailler pour nous obtenir un rendez-vous, des mois plus tôt. Et je savais qu'il s'était porté garant. Parce que sans ça, je n'aurais jamais eu ma place.


##   Dim 7 Oct 2018 - 20:29

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2277
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

"POUR JOJO HIO HIP HIP? HOURRA!!"

Certes, certains résidents ne comprenaient pas réellement l'excès de joie du Master, ceci dit ça ne les empêcher pas d'applaudir, comme s'il s'agissait d'un ordre. Bref, une fête improvisée en l'honneur de miss Noran.
Une fois tout le tintouin terminé, Ys descendit de la table laissant à la cafétaria une ambiance redevenue "normale". Se rapprochant de sa sœur, le jeune homme fut surpris par celle ci lorsqu'elle se jeta dans ses bras. Un large sourire se dessina. Tu m'étonnes! Elle peut être heureuse et fière d'elle. Elle allait enfin prendre le contrôle de sa vie et réaliser ce qu'elle désire. Ces rares moments où elle était aussi expressive et tactile, le prouvaient largement.


"Non Joyce, c'est aussi et grâce à toi même. C'est toi qu'ils écoutaient. Et tu leur as prouvé ce que tu valais. Je suis très fier de toi frangine!"

Termine-t'il tout en lui tapotant la tête, tel un frère ferait à sa petite sœur. Ils en auront vus des choses ensembles, traverser des obstacles. Mais c'est surement aujourd'hui la plus belle victoire. Lui prenant l'enveloppe pour la ranger soigneusement, Ys lui rendit ensuite tout en prenant soin de rajouter:

"Celle là, tu l'encadres hein?! Faut que t'es mur vide pour pouvoir y accrocher tes futurs diplômes."

Comme une étagère où elle disposerait ses trophées. Elle deviendra un as de la mécanique. Et son harley, elle pourra la réparer autant de fois sans siller. Sachant qu'en plus elle était douée et ayant des connaissances dans le domaine, elle allait faire des envieux.
Et en parlant d'entrée, sachant que la scolarité avait déjà démarré, il ne fallait pas rester sur une réponse.


"Tu sais quoi? On va passer la journée ensemble. Il faut te préparer. Le matériel, les cahiers et tout le bordel qui va avec."


##   Dim 7 Oct 2018 - 20:59

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 692
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Il y a des victoires que l'on fête entouré, d'autres que l'on honore seul. Je ne pouvais pas vraiment en vouloir à la vie pour tout ce qui avait pu m'arriver, mais ce jour-là, j'ai eu une pensée pour mes parents. Pour Vincent. Mon père m'avait apprit tout ce que je savais sur la mécanique et maman m'avait montré que quand on veut, on peut. Cette victoire, c'était aussi la leur d'une certaine façon. Je n'étais que le fruit de leur éducation et de leur affection. Quand à Vincent, il m'avait soutenu et épaulé de la première à la dernière heure. Il aurait rêvé me voir travailler sur des bécanes quand, à mon tour, je lui aurais montré tout ce qu'il y avait à savoir.

J'ai observé Ys, qui était fier de moi et j'ai souris, consciente que même s'il était là, même si les autres l'étaient aussi, je serais toujours seule face à mes épreuves ou mes exploits. Mes parents ne m'ont pas vu grandir. Pas après mes dix ans pour mon père. Ni même après mes quatorze, pour ma mère. Il y a des choses qui font mal à jamais, que l'on ne peut oublier. Si j'étais heureuse et fière de moi, j'étais consciente qu'il manquait quelque chose, quelques uns, en vérité, pour parfaire cet instant. Et ça, personne ne pouvait me l'offrir.

Ys m'a dit qu'il faudrait que j'encadre ma lettre sur mon mur vide et c'était déjà prévu. Il serait juste à côté de ma photo de famille. J'avais huit ans dessus. C'était deux ans avant le décès de mon père, nous étions avec ma mère, qui venait de remporter nue coupe lors d'un concours de CSO. C'était une gagnante, une battante. Et un jour, je suivrais ses traces, dans mon domaine. A votre avis, qui m'a poussée à devenir musicienne?

Mon frère a finit par m'imposer sa présence pour la journée et j'ai ris, affectueusement. Il pouvait être insupportable, mais il savait aussi être présent quand on en avait besoin. Et il avait raison. Dans l'enveloppe, avec la lettre, j'avais aussi une liste de fourniture. J'avais besoin de cahier, de stylo évidemment. Mais aussi d'autres choses, comme par exemple un bleu de travail et des outils de base, pour les travaux pratiques. C'était peu courant mais c'était l'un de mes mondes.

- Ça marche. Mais... Ys j'ai un service à te demander.

J'ai pris une pause, peu certaine qu'il accepte. Ys savait ce que cela provoquer en moi et je savais qu'il n'apprécierait pas forcément ce genre de demande. Mais il l'avait fait spontanément une fois et cela m'avait apaisé. Cette fois, je voulais simplement me confronter à une réalité que j'avais fuis trop longtemps.

- Tu te souviens quand on est allé chez moi? J'aimerai y retourner... Plus bas dans le quartier... Je veux voir mes parents et Vince. Je veux leur dire. Tu veux bien?

Je lui demandais bien d'aller dans un cimetière. J'ai conscience que c'est glauque. Mais je n'avais pas pu assister aux funérailles de Vince et maman et je n'avais jamais pu retourner les voir après. J'étais orpheline et j'avais refusé de le voir. Mais il fallait bien que je m'y confronte. Que j'amène des fleurs et que je vois leur nom et leur photo. Il fallait que je sache. Comment allais-je réagir, je n'en savais rien. Mais il était temps que je le comprenne. Et je savais qu'Ys ne me laisserait jamais y aller seule. Tout comme je savais qu'il serait là pour moi, au besoin. Il était temps que je prenne mon envol. Et que je vive pour moi.


##   Dim 7 Oct 2018 - 21:44

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2277
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Evidemment ils avaient du retard. Il fallait à tout prix répondre aux demandes de fourniture. Et surtout, le plus important, c'était le sac. Oui, à cet instant, Ys avait l'impression d'être le papa gâteux qui allait accompagner sa fille à sa toute première rentrée des classes. Il comprenait mieux Aaron. Mais ça, il s'abstient de lui dire, elle pourrait le frapper. Déjà que le poste de frère c'est chaud, mais alors celui du père c'est suicidaire.
Enjoué de pouvoir l'aider, parce que oui il compte bien tout lui payer, le jeune homme lui prit immédiatement le poignet.


"Allons-y, ne perdons pas temps. Plus vite t'auras tes affaires, plus vite tu pourras commencer!"

Mais alors qu'il la tire avec lui, Joyce l'interrompt. Le ton de sa voix est différent et son regard change du tout au tout. Et ce qu'il annonce, n'a rien de bon. Portant son attention sur celle ci, Ys la fixa tout en arquant un sourcil. Il n'aime pas trop ce genre de départ. Ca ne prévoit jamais rien de bon. Mais il ne l'interrompt pas et lui laisse le temps qu'il faudra pour reprendre.

"Hum?"

Et finalement la réponse ne tarde pas à tomber.
Evidemment, il se souvenait de la fois où il avait emmener la demoiselle chez elle. Replonger dans ses souvenirs. Il comprenait parfaitement sa démarche combien même il n'aurait jamais pensé à faire de même s'il s'était agis de lui. Pour lui, sa mère et sa tombe, c'est loin. Très loin. Au point d'être un oubli.
Mais Joyce est différente. Tout comme le jour où il avait rencontré cette petite Chii. Elle aussi, elle se rendait sur la tombe de sa mère. Même s'il n'agirait jamais de la sorte, il ne pouvait pas la blâmer. Et l'annoncer à sa famille était une chose tout à fait normal.
Mais.

Son emprisonnement sur son poignet se défait alors que son regard retombe dans le vide.
Dernièrement, on lui a privé bien des choses. Par choix. Par châtiment.
Mais ces évènements là, Joyce n'était pas au courant. Il ne pouvait pas la gêner avec ces choses, déjà parce qu'il ne fallait pas que tout Terrae le sache, et aussi parce que seuls les hauts responsables pouvaient être informés. Hideko. Les Masters.
Et une pointe le piqua quand il réalisa qu'il ne pourrait répondre à sa demande.


"A Chicago, n'est ce pas?"

Relança-t'il. Evidemment Chicago. Mais Chicago, c'est loin. C'est en dehors de Terrae. Et cela lui était impossible. S'il venait à l'emmener là bas, ils ne pourraient plus jamais se revoir. Ni elle. Ni Mitsu. Ni Lys. Abe. Mathéo. Aaron. Aria. Tahia. Adé et tous les autres.
Cette réalité est un déchirement qu'il n'ose pas planter son regard dans celui de sa sœur. Il ne pourrait l'emmener. Il perdrait tout. Absolument tout.
Tu ne sers vraiment à rien pour un Master.
Voilà la vérité. Il est prisonnier ici, indigne de ses pouvoirs à panacher et se vanter d'être Master. Un Master qui ne peut agir à sa guise. A la demande des terriens. A la demande de sa sœur.


"J'ai mieux. Tu devrais le demander à Mitsuki. Ca lui ferait plaisir de t'y accompagner et puis ça vous permettrait de renouer vos liens."

Oui, parce que Mitsu, elle lui demande des nouvelles. Et il ne lui semble pas que dernièrement les deux filles se soient croisés. Ainsi Joyce pourrait également se rendre sur la tombe de sa famille. C'est un bon compromis. Et tout en reprenant, le jeune homme se frotta la nuque maladroitement, un sourire en coin. Faire bonne figure.

"Ca aussi, c'est important!"


##   Dim 7 Oct 2018 - 22:56

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 692
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Ys n'a jamais été bon menteur, en tout cas pas devant moi. Il m'avait souvent montré que nous étions semblable. Tellement que cela pouvait faire peur. Et j'ai bien vu son regard face à ma demande. Ce n'était pas celui d'un accord, pas plus que celui d'un refus. C'était celui du regret et de la déception. J'ai compris tout de suite que la réponse serait non. Mais je ne savais pas pourquoi. Qu'avais-je donc loupé? Qu'avais-je raté?

Mon poignet, qu'il avait prit dans l'euphorie, retomba gauchement contre ma cuisse et j'ai observé mon ami avec inquiétude et incompréhension. Ys se confiait rarement, et je ne fus pas étonnée de le voir trouver une excuse plutôt que de m'expliquer.
Mais j'ai compris. Ys avait été évasif sur une seule chose durant ma convalescence. Que ce soit avant ou après le retour de ma mémoire, il avait toujours fuit le sujet de ce qu'il s'était passé pendant mon coma. Et je n'avais jamais insisté parce que j'estimais qu'il m'en parlerait le jour où il se sentirait prêt. J'avais essayé de le faire réagir, je lui avais laissé du temps et j'avais essayé de le faire rire plutôt. Mais rien à faire, il restait muet.

Je l'ai observé et j'ai compris. Ici, il ne me dirait rien. Pas comme ça. J'ai fourré ma lettre dans mon sac et j'ai obligé Ys à me suivre, y mettant un peu de mes pouvoirs, juste pour qu'il comprenne que je lâcherai rien même s'il était totalement libre de se barrer si l'envie lui en prenait.
On a rejoint les sous-sol sans un mot et j'ai continué à marcher, mon ami dans mon sillage, lui aillant attraper le poignet comme lui avant moi. Il n'y avait qu'un endroit où l'on avait toujours pu se parler. Un seul: Celui de notre rencontre.

Quand on a rejoint un couloir éloigné, je me suis arrêtée et je me suis tournée vers lui. Mon regard criait pour moi toute l'inquiétude que je pouvais avoir. Ys n'était plus le même depuis mon réveil et ça commençait sérieusement à me courir son rôle de grand frère protecteur. Il était peut-être temps que je le remue une bonne fois pour toute pour voir si nous étions toujours les mêmes. Pour voir si je pouvais comprendre. Voir s'il me laisserait essayer. Voir à quel point la confiance était présente. Je lui avais confié ma vie, des mois plus tard. Mon testament aussi, même si nous n'en étions pas arrivé là grâce à lui. La réciprocité était-elle pourtant acquise?

- Maintenant ça suffit. Je t'ai laissé fuir des conversations que tu ne voulais pas avoir depuis des mois. Mais c'est bon, j'en ai marre c'est finit. Putain Ys qu'est-ce-qu'il se passe? C'est quoi ce regard et c'est quoi cette réponse? Bordel, c'est moi! Tu sais que tu peux tout me dire, tu sais que je répéterais rien et que je t'aiderai au mieux!

J'ai pris une pause et je me suis approchée de lui, sortant un objet que je n'avais pas lâché depuis mon entrée à l'hôpital, presque un an plus tôt: Le talkie-walkie qu'Ys m'avait offert, lors de mon admission, pour que je ne sois jamais seule. Il était toujours dans mon sac, même si les piles étaient mortes depuis longtemps. Je ne m'en étais jamais séparée, au début pour essayer de me souvenir ce qu'il signifiait, ensuite pour ne plus l'oublier.

- Ys, c'est pas toujours à toi de me protéger. Je suis ta sœur et ce depuis des années. Alors je t'en pris arrête de faire comme si tout allait bien alors que tu te bats contre je ne sais quoi depuis des mois. Qu'est-ce-qu'il s'est passé quand j'étais à l'hôpital? Et pourquoi tu en portes encore le poids sur tes épaules?

Je ne savais pas si j'aurais une réponse. Je ne savais même pas s'il pouvait m'en donner une. Mais je voulais juste qu'il comprenne que quoi qu'il se passe, de la même façon que lui avait été là pour moi, je le serais pour lui.

- Alors je veux bien aller voir Mitsuki parce que ça fait supra longtemps et tout lui raconter mais c'est avec toi que je veux aller à Chicago. Et j'attendrais le temps qu'il faudra. Tu pourras pas m'en empêcher Ys. Cette histoire, c'est avec toi que je l'ai commencé. Et c'est toi qui la finira, avec moi. Entre frère et soeur.

C'était ce que nous étions. Ce que nous avions toujours été. Dés le premier jour, à ce même endroit. Plus tard, quand il avait comprit pour ma famille, ici encore. Sur scène. A l'hôpital. Quand j'avais retrouvé la mémoire, ici toujours. Encore et encore. Nous avions toujours été l'un pour l'autre ce qu'un frère est à une sœur. Des confidents, des amis, des ennemis parfois. Mais avant tout, une famille.


##   Lun 8 Oct 2018 - 21:04

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2277
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Le problème avec une personne qui vous connait aussi mieux que vous, c'est qu'elle devine très rapidement lorsque vous mentez ou pas. Et Joyce a cette fâcheuse tendance à le comprendre. Même si jusqu'à présent elle avait su se montrer patience, tôt ou tard elle finira par s'en mêler. Parce que oui, même si elle ne dit rien, elle s'inquiète très rapidement quand il s'agit des personnes auxquelles elle tient. Flatteur dans un sens, étouffant dans un autre. Surtout que ce sujet là, Ys ne pouvait pas en parler à vive voix et avec d'autres résidents de Terrae.
Hors il s'agit de Joyce.
La petite blonde ne tarda pas à user de son talent de persuasion pour l'obliger à le suivre. Etant Master, il reconnut rapidement et efficacement son aura. Bien qu'il fut touché, il projeta la suite, stabilisant son bouclier de Master.
Un soupir lui échappe. Il n'avait pas d'autre choix et inutile d'user de ses pouvoirs. Malgré lui et contre son grès, il suivit la demoiselle là où personne ne pourrait les entendre. Cet endroit qui leur appartenait depuis toujours.

Fourrant ses mains dans ses poches, Ys se stoppa lorsqu'il remarqua le ralentissement de Joyce. Elle ne se fit pas attendre et réclama des explications, des réponses. Restant de marbre, Ys garda le silence tout en fixant sa sœur. Elle n'est pas dupe et elle avait clairement remarqué un changement depuis longtemps. Mais elle ne comprenait pas. Ys l'avait volontairement mis à l'écart sans la moindre pensée négative. Certes, il la protège mais il est également tenu au secret. Relevant les yeux sur la jeune Feu, cette dernière sortit un talkie-walkie abîmé et usé. Le Master le reconnut rapidement. Elle l'avait gardé durant tout ce temps. Ce n'est qu'un simple gadget mais il représentait tant. L'espoir, la patience, le lien. Durant son coma, il lui parlait des heures à travers cet outil, gardant espoir qu'un jour elle ouvre les yeux.
Quand celle ci annonce qu'elle irait effectivement rendre visite Mitsuki, elle soutenu que néanmoins cette visite à Chicago se ferait avec lui, aujourd'hui ou dans des mois.


"Tu ne devrais pas attendre. Surtout que ça pourrait prendre des mois."

Ne pas se priver de son bonheur pour l'attendre. Voilà ce qu'il voulait. Joyce avait le droit d'être heureuse et d'annoncer son sucés auprès des siens. Même si cette aventure avait commencé avec lui, il faut aussi apprendre à continuer seul ou avec quelqu'un d'autre.
Savoir avancer quand l'autre ne sera plus là…

Posant son regard sur le talkie-walkie, Ys lui prit des mains pour l'observer, sentir son poids. Ressentir ce passé. Et tout ce qu'il en suit. Et c'était ce dont Joyce devait réaliser. Elle, il ne lui resterait plus que des souvenirs. Lui, ça serait l'oubli. Et il entraînerait Akira dans sa chute. Lui, qui avait tant peur d'oublier cette "fille".


"Si je nous téléporte en dehors de Terrae, nous nous reverrons plus jamais."

Lâche-t'il d'une voix grave alors qu'il lui rendait le gadget.
Relevant son regard de braise, il fixa cette dernière. Tout ce dont elle réclame, ce sont des réponses. Malheureusement la vérité n'est pas belle à voir. Elle pourrait être en colère, lui en vouloir, l'injurier quand elle apprendra la vérité. Du moins, s'il le décide.


"Je me suis porté garant pour un dénommé Akira. Tu dois bien te douter de qui il s'agit?! C'est aussi pour cette raison que je ne peux pas quitter Terrae."

Akira.
Qui aurait pris le risque après tout? Et depuis, interdit les sorties. Ni mission. Ni aide. Ni Appel. Il devait veiller sur cet type, tout comme on veiller sur lui.


"Et puis il y a cette autre raison. J'ai blessé des gens, gravement."

Termine-t'il sans la lâcher du regard.

"Et maintenant, comprends-tu qu'il soit préférable d'aller le demander à Mitsu? Si tu t'obstines, tu attendras. Longtemps. Très longtemps. Et je ne veux pas que tu sois prisonnière ici, avec moi."


##   Lun 8 Oct 2018 - 21:33

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 692
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

J'ai tout de suite compris qu'Ys savait que je disais la vérité. Il me connaissait assez pour savoir que je ne le lâcherai pas, ni maintenant ni jamais. J'aurais pu lui en vouloir de ne pas l'avoir compris avant mais je pouvais entendre que parfois, on hésite à faire du mal à ceux à qui l'on tient. La vérité est laide on le sait tous. Mais il n'y a pourtant que ça que l'on demande. Parce qu'au moins, on sait contre quoi on se bat, ce qui nous attend, vraiment. Le nier serait une erreur.

Il m'a prit mon bien des mains et l'a observé, l'air incrédule et mélancolique. J'étais attachée à cet objet sans valeur. Il m'avait sauvé, une fois, puis deux, parce qu'il m'avait permit de revenir à la vie puis de retrouver ma vie, à moi. Pas celle que j'avais laissé des années plus tôt.
J'ai écouté mon ami calmement, sans jamais l'interrompre. J'ai tiqué quand il m'a livré son sort si jamais il quittait Terrae et j'ai haussé un sourcil quant à la raison. Je ne connaissais pas Akira. Pendant des mois, j'avais été trop occupée par ma rémission pour me soucier de quoi que ce soit extérieur à mes proches ou à moi-même. Je ne dis pas que je m'en fiche, simplement qu'il fallait que j'évite le stress et donc, les commérages. Mais je connaissais assez mon ami pour savoir que s'il s'en était porté garant, c'était parce qu'il y avait une explication et une conviction derrière.

- Pourquoi? Pourquoi tu t'es porté garant de ce type? Tu ne fais jamais rien qui puisse te porter préjudice, à toi ou à d'autres sans qu'il y ait une raison. Ys je te connais, tu fais pas ça pour rien.

J'ai soupiré et j'ai baissé le regard. Comment pouvais-je seulement espérer l'aider? Pendant presque un an, j'avais totalement été déconnecté de la réalité et on m'avait préservée de l'horrible vérité. On avait tous changé en un an. Je n'étais plus la même qu'avant mon admission et Ys non plus. Peu à peu, le frère avait laissé place à un inconnu que j'aimais sincèrement mais qui ne se laissait plus vraiment approcher. Il pouvait bien le cacher, je voyais bien que quelque chose était brisé. Pas forcément entre nous. Mais il avait perdu de sa superbe et j'avais parfois du mal à le comprendre, ce qui n'était pas dans nos habitudes.

J'ai finis par rire jaune, incrédule. Il me rendrait folle. Evidemment que j'étais déçue de ne pouvoir aller voir ma famille aujourd'hui ou dans la semaine. Mais j'étais plus déçue pour lui que pour moi. Il n'avait plus de liberté tandis que moi, je n'avais qu'à la demander à un master. Lui il l'était et pourtant, il était toujours enfermé dans cette cage qu'il n'avait finalement que peu quitter.

- Tu comprendras jamais pas vrai? Ys je me fiche que ça dure des mois ou des années. Ma famille sera toujours là, le jour où je choisirais d'aller les voir. Mais je ne veux pas y aller avec n'importe qui, pas même si c'est Mitsuki. Je veux y aller avec la seule famille que j'ai et c'est toi. Tu peux me détester ou me traiter d'imbécile si ça te chante mais c'est comme ça. Alors j'attendrais quoique tu en dises. Et je t'aiderai du mieux que je peux, au mieux de mes capacités. Je te ferais chier, je vais t'emmerder et tu vas avoir envie de me tuer plus d'une fois mais si j'ai réussi à retrouver ma vie, tu pourras retrouver ta liberté. Et ce jour-là, je veux ta promesse que tu m'accompagneras à Chicago.

J'ai rangé mon talkie-walkie dans mon sac et j'ai souris à mon frère.

- En plus, ça se trouve, j'aurais un diplôme à leur présenter plutôt qu'une simple admission. C'est tellement plus classe! Et puis... Je pourrais peut-être leur présenter mon frère, cette fois. Si tu veux.


##   Lun 8 Oct 2018 - 23:14

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2277
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Contre toute attente, Joyce ne connait pas la réputation d'Akira. Si elle l'avait su, elle lui aurait surement fait la morale. Mais elle, elle ne juge pas, pas de suite. Elle demande le pourquoi du comment et ensuite c'est partis pour la morale.
Et puisqu'elle connaissait suffisamment le feu-follet, elle devina que derrière chaque action il y a une bonne raison. Ne pouvant pas rien lui cacher, Ys laissa paraitre un fin sourire en coin. Sérieusement, elle peut pas être niaise parfois? Ca faciliterait la tâche. Un peu de répit.
Mais en soit, quand il fait un résumé de ces derniers mois, c'est surement le choix le moins idiot et le moins dangereux qu'il ait fais.


"Disons que je ne trouvais pas juste qu'il n'ait pas droit à sa seconde chance. Après tout, n'importe qui ici a le droit. Et il n'est jamais bon de laisser quelqu'un seul."

Les évènements les plus terrifiants qu'il a pu avoir l'ont suffisamment prouvé. Ceux qui n'était pas écouté, délaissé, ont finis par devenir l'ennemi de Terrae. Et mine de rien, Akira est un bon potentiel pour cette institut. Quand ils n'auront plus personne à envoyer en première ligne, quand le danger d'en face sera trop grand, il est plus sage de garder près de soit les véritables prédateurs.
Certains Masters l'ont jugé de fou lorsqu'il proposa l'idée. Hideko, bien qu'il dut lutter pour obtenir l'autorisation, finit par y trouver une clairvoyance. Mais à quel prix?!

Mais le problème n'est pas uniquement Akira.
Et Joyce n'en démord pas. Qu'importe le temps que ça prendra, elle l'attendra. Toujours et encore. Quelque peu gêné et se rendant compte que quoiqu'il disait elle ne changerait pas d'avis, Ys baisse les yeux. Elle se prive néanmoins, bêtement. Elle et ses principes…
En revanche ses dernières paroles lui firent rater un battement. Une légère couleur rouge vint peindre ses joues. Son frère…
Ah oui.
Il s'était laissé envahir par cette colère, cette haine. Engloutit et aveuglait. Et pourtant, ils ont toujours été là. Joyce, Mitsu, Aaron. Ses amis n'ont jamais cessé de veiller sur lui.


"Toi..."

Souffla-t'il alors qu'un étrange sourire s'invite en coin.
Relevant les yeux sur elle, il plongea son regard dans le sien, un peu plus doux.


"On aurait pu être des frères et sœurs de sang."

Par moment, il se retrouve en elle. Téméraire, bornée, déterminée. Alors oui, comme elle le désirait, il lui fit la promesse de l'accompagner à Chicago un jour quand tout sera rentré dans l'ordre. Et ce, d'un simple hochement de la tête.
Les aveux terminés, le Tonnerre avança vers la miss et posa sa main sur sa tête.


"Quelque chose m'est revenue. J'ai bien mieux que de la bière pour fêter cette bataille."

Quitter cet endroit sombre et triste. Cette journée lui appartenait, ils devaient la fêter comme il se devait. Et puisqu'il ne pourra jamais rien changer, autant l'accepter.
C'est ainsi qu'il les téléporta chez lui. Mitsuki était absente pour le reste de la journée. Certes, il y avait toujours ce toit à réparer, et à partir du salon on pouvait apercevoir l'étage interdit d'accès. Question de sécurité.
Lâchant sa sœur, le jeune homme se dirigea vers le frigo pour en sortir une bouteille dont il nargua la blonde avec.


"J'avais gardé ça pour les grandes occasions. Il me semble que s'en soit une!"

Une bouteille de champagne et deux coupes à la main, le Master revint sur ses pas et tendit un verre à Joyce. Aussitôt, servant celle ci, il trinqua avec elle. Elle est majeure ok?! Elle peut boire! Et de toute manière, entre frère et sœur, on se couvre.

"A toi Jojo, à ta réussite!"


##   Mar 9 Oct 2018 - 22:45

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 692
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

J'ai écouté. J'ai compris. Et j'ai même approuvé son choix. J'aurais fais exactement le même. On m'avait accordé une seconde chance, à moi et je ne m'en portais que mieux. Je savais ce que la solitude pouvait faire de nous. Je savais aussi ce qu'une main tendue peut éveiller en nous. Alors je comprenais. Et s'il le voulait bien, j'aiderai Ys dans sa démarche. Comme les musiciens que nous étions, nous évoluions de concert dans notre vie. Nous nous comprenions mieux que la plupart des gens ce qui parfois nous emmerdait autant que ça nous rassurait. Je savais depuis longtemps que je n'étais plus seule. Pas depuis quatre ans. Bientôt cinq. J'allais bientôt fêter mes vingt ans et je me rappelais avec nostalgie qu'Ys avait à peu près mon âge le jour où nous nous étions rencontré pour la première fois. C'était encore un petit con à l'époque et j'étais une sale garce. Et pourtant, nous avions su voir en l'autre une partie de ce que nous étions nous même.

Quand il a fait sa réflexion sur le fait que nous aurions pu être réellement frère et soeur, j'ai souris, simplement.

- C'est le cas, d'une certaine manière. Dois-je te rappeler que c'est ton sang qui a fait battre mon coeur pour la première fois il y a presque un an? D'une certaine façon, on est frère et soeur, même si c'est encore assez marginale comme façon de faire.

C'était pourtant vrai. En me sauvant, Ys m'avait offert la possibilité d'être sa soeur jusque dans une partie de mon ADN, si on pouvait dire.
Il m'a proposé d'aller fêter ma victoire et j'ai vu que j'avais réussi mon coups. Ys savait que je serais là et que je comprenais. Et je crois que d'une façon ou d'une autre, il savait qu'il n'était pas tout seul dans l'épreuve. Peut-être comprendrait-il un jour combien il avait un coeur grand et combien  il était une bonne personne. La meilleure que je connaisse. Il n'était pas un monstre, pas plus qu'un égoïste ou un inconscient. Il avait sa perception de la justice et j’adhérais à celle ci. J'étais loin d'être la seule. On a tous droit à la rédemption et au pardon. Nous en étions la preuve vivante.

Il nous a téléporté chez lui et j'ai finis avec une coupe de champagne dans les mains. Complice, j'ai trinqué avec lui. Oui. A ma réussite. Et à la sienne. A la notre. Et à toutes celles à venir. Un jour, je les rendrais fiers: Papa. Maman. Vince. Ys. Ma famille.


##   Mar 9 Oct 2018 - 23:24

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2277
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Trinquant avec sa sœur, Ys but d'une traite son verre. Il faut dire qu'ils ne sont pas bien grands. Posant celle ci sur le rebord du comptoir, Ys sortit les courses faites plutôt du sac. Le travail sera remis à plus tard, ce n'est pas une priorité. En premier plan aujourd'hui se tient une petite blonde flamboyante.
Sa référence au fait qu'un jour il du transmettre une part de lui même dans son code génétique fit doucement sourire le garçon. A défaut de ne pas avoir les mêmes parents, ils étaient liés d'une certaine manière. Ce qui évoqua une certaine curiosité chez le Master.


"D'ailleurs, maintenant que tu le dis, tu aurais en quelque sorte une part de mes pouvoirs. Pas énorme. Mais minuscule."

Etant donné qu'il était Master désormais, ses pouvoirs étant décuplés, il se pourrait que la demoiselle garde précieusement une certaine puissance. Après tout, d'après les recherches, les pouvoirs ont un impact sur le patrimoine génétique. Et la réception des pouvoirs modifient l'ADN de l'hôte.
Se grattant le menton, Ys fit mine de réfléchir.


"Ca pourrait être barge quand on y pense mais pas infaisable. J'ai lu quelques bouquins avec Tahia et … Je devrais peut être me renseigner auprès de Misao."

Relança-t'il d'un haussement d'épaules. Pas étonnant que le monde extérieur puisse s'intéresser à eux. S'ils avaient ce genre d'information, ils lanceraient l'assaut dès demain. Et pour mieux contre attaquer l'ennemi, c'est d'avoir deux coups d'avance. Minimum.


##   Ven 12 Oct 2018 - 22:21

Personnage ~
► Âge : 19 bougies
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 692
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 20
Emploi/loisirs : Courir, chanter, écrire, lire, faire chier...
Humeur : Ben... Disons que si vous continuez les questions chiantes, vous risquez de rencontrer ma colère. Pas trés amicale.

Ys a soulevé une question intéressante quand j'ai parlé de la transfusion dont j'avais bénéficié. C'était pas totalement fou comme raisonnement. Après tout, le sang contaminé pouvait refilé des maladies à des patients alors pourquoi les pouvoirs ne marcheraient pas de la même manières?

J'ai observé mon frère. Je n'aurais peut-être pas une partie de ces pouvoirs mais peut-être une part de la force des masters. Peut-être avais-je bénéficié d'une force supplémentaire me permettant de vaincre la maladie et le coma.

- T'as peut-être pas tord. Après tout, j'ai récupéré d'une maladie dont on est pas vraiment censé réchapper. Ça se trouve, j'ai hérité de la force caractéristique du rang master. Sans être devenu du monde, j'ai dû récupérer un peu de tes pouvoirs. Faut voir l'avantage, ça veut dire que tu te débarrassera jamais de moi! On a du sang commun papy!

J'ai tilté quand il a parlé de Misao. Je n'avais eu que peu de nouvelles de mon ami depuis mon réveil. Quand à Ys, aux dernières nouvelles, ils se connaissaient pas plus que ça à l'époque où j'étais malade.
J'aime bien dire "à l'époque où j'étais malade". C'est comme pouvoir dire "j'ai dépassé ça, je vais bien, j'ai vaincu la maladie et aujourd'hui, je vis". Il y a des choses que l'on ne changera jamais et le passé en fait parti. Mais nos choix déterminent notre avenir et j'avais visiblement fait les bons, à cet instant. J'étais là maintenant pour en témoigner.

- Alors comme ça, tu discutes avec mon prof de Baseball? Il va bien?

Ouais. Parfois, la vie éloigne. Dans mon cas, certains jours, j'avais l'impression d'avoir déménagé sur mars. Et c'était pas vraiment un super constat. Parce que ce que l'on brise, parfois, on ne peut pas le réparer. Et d'autres, il reste toujours des fissures et des cicatrices. Il n'y a jamais plus rien. J'en savais quelques choses.


##   Ven 12 Oct 2018 - 23:08

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2277
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

On touche un truc là?
Ca mérite qu'on se penche dessus un peu plus. Enfin, pas sûr que se soit véritablement une bonne nouvelle. Encore faut il étudier le cas, trouver les avantages d'une telle transfusion ainsi que les points négatifs. Etonnant que les médecins, à cette époque, n'aient pas soulevé la question…
Putain on est des best! Par contre, on va éviter de parler de cette transfusion entre Jojo et Ys. Pas très envie que sa sœur devienne un cobaye.
Prenant une dernière gorgée de sa coupe, Ys leva les yeux au ciel, faisant mine de réfléchir.


"T'as surement raison. Pas les pouvoirs mais au moins la force et cette caractéristique que les Masters ne vieillissent pas vraiment. Si ça se trouve, concernant ta maladie, tu-"

S'interrompant, Ys réalisa que la demoiselle se moquait de lui. Posant les yeux sur cette dernière, il marqua un instant, silencieux. Oui, t'as une tête de con là quand tu réalises la supercherie.

"Mais que dalle ouais! Et au lieu de ça, tu devrais me baiser les pieds pour me remercier de t'avoir filer ma force de dingue!"

L'ingratitude des gosses!
Ceci dit, dans le fond, si ça avait pu marcher, il regrette de ne pas y avoir penser plus tôt. Il était décidé, un jour, il aurait trouvé Misao pour en parler.
D'ailleurs en parlant du professeur, voilà que la demoiselle lui demande des nouvelles. Arquant un sourcil, Ys prit une mine interloquée.


"Bah j'en sais trop rien. C'est pas vraiment mon pote, tu sais. C'est surtout le tien."

Il ne l'a que rarement croisé. C'est un vrai rat de laboratoire et à ses yeux, Misao c'est Frankenstein. Généralement, c'est surtout Jojo qui traîne avec lui. Mais depuis son retour, la demoiselle s'était énormément renfermée sur le reste du monde. Comme mise en quarantaine, elle se cherchait encore, trouvant des fragments de sa mémoire. Restant la plupart seule et isolée. S'accoudant à la table et posant sa tête dans sa main, un sourire s'invita alors qu'il fixa sa sœur.

"Tu devrais peut être lui en demander. Ainsi qu'aux autres. Mais je sais que tu es très occupée ces derniers temps. Surtout avec un certain gars là. Comment il s'appelle déjà??"

Faisant mine de réfléchir, Ys jeta un regard en biais sur la miss. Ca, c'est pour le papy.


##   
Contenu sponsorisé

 

Je suis un magnifique papillon! (Pv Jojo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cafétéria.
Aller à la page : 1, 2  Suivant