Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Et de un prof absent, un ! (Pv : Matthew)
Lun 7 Nov 2011 - 11:52
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

Cette manière qu'il avait de s'énerver, cette façon de perdre son calme et d'avoir du mal à le tenir... Oui, c'était bien son fils, le fils de cette enflure d'Eriol. Il lui ressemblait vraiment, lui. Moi, je n'avais prit que ses mauvais coté. Moi, j'étais comme eut mais avec la méchanceté en plus, ils ne faisaient que subir leur colère, moi je l'aimais, cette douce et tendre. Je ne bronchais pas alors qu'il donna un coup dans le mur, après tout j'avais l'habitude de ma ramasser des coups, je n'en avais plus peur.

-J'ai jamais vu quelqu'un d'aussi con.

Ne s'était-il donc jamais regardé dans un miroir? Je n'arrivais pas à le supporter... Il lui ressemblait tellement, de plus en plus surtout, je ne pouvais pas faire comme si de rien n'était... Rien que sa présence me rendait complètement dingue.

-Tu veux que je t'empêche de quoi ? Tu ne le retrouveras jamais, moi-même je ne l'ai pas retrouvé.

Alors il avait même abandonné son fils chéri? Hé bien, quel père modèle. J'étais impressionné. Mais pourquoi il continuait à le défendre, hein? Pourquoi il faisait encore ce genre de chose si il l'avait laissé tombé?! Je n'arrivais pas à le comprendre, lui et son regard gerbant.

-Alors quoi ? Tu veux que je t'empêche de tuer quoi si personne n'est là pour se faire tuer ?

C'en était trop, je pouvais pas me retenir plus longtemps. Je l'attrapais par le col pour pivoter afin de changer les rôles, et le plaquer contre le mur. J'allais sans doute encore me manger une bourrasque, c'était prévisible. Quelques arcs électriques se mirent à sortir de mon corps, que ce soit de mes mains ou encore de mon torse.

- Il n'a pas le droit de se cacher ainsi...

Je serrais un peu plus mon emprise, plongeant mon regard dans le sien.

- 'Elle' mérite que je parcours le monde pour qu'il crève!

Je sentais la même douleur que lors de l'initiation commencer à parcourir mon corps, mais je ne voulais pas l'arrêter. Sans que je n'y fasse vraiment attention un des arcs qui parcourait mon corps alla se jeter contre une lampe, faisant pas mal de dégât dans le système électrique. Plus aucune lampe ne marchait dans le couloir, voir peut-être même dans le bâtiment en fait...

- Je refuse qu'il reste tranquillement caché alors que je revois cette image tout les soirs!
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 7 Nov 2011 - 12:15
avatar
Féminin

Messages : 947
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Je serrai les dents au moment où je me retrouvai à mon tour collé contre le mur, ma tête allant cogner douloureusement la paroi. Rouvrant les yeux que j'avais fermé sous le choc, je le fixai d'un regard méprisant. Un mauvais sourire commença à étirer le coin de mes lèvres, et je fixai ce visage ampli de haine qui se trouvait en face de moi.

-Qui ça, elle ?


Un des arcs électrique qui irradiait son corps s'éleva pour aller faire péter l'ampoule d'une lampe accrochée au plafond. Grimaçant en sentant cette électricité me brûler le corps aux endroits où il me tenait, je ne le lâchai pas du regard tandis que le bâtiment plongeait dans les ténèbres.
J'entendis des bruits précipités de pas, sans doute un ou une élève qui s'éloignait le plus rapidement possible pour aller prévenir quelqu'un... Car effectivement, la situation m'échappait, lui échappait aussi... Et je n'avais absolument pas prévu d'aller la récupérer pour la remettre correctement en plus, cette situation.

-Ta petite amie ? Ta môman ?
ironisai-je, d'une voix moqueuse. Si ce n'est pas mignon... Moi qui te pensait égoïste au point de ne pas pouvoir penser à autre chose qu'à toi...

Je captai son regard dans l'obscurité.

-Qu'il se cache ou non, ce n'est certainement pas de toi qu'il a peur tu sais. Alors arrête de jouer les grands et revient dans quelques années.

Mon sourire s'élargit et je tapai du pied sur le sol, amplifiant tant bien que mal les ondes sonores qui résultèrent de ce mouvement. J'étais tout de même moins douée en ultrasons ou autre...La seule chose que je fus capable de faire fut d'augmenter l'intensité du son sans que rien ne puisse lui être nocif.

-Dégage, crachai-je en levant mon genou d'un coup sec pour venir le nicher dans son abdomen. C'est pas parce que t'as mal vécu ton enfance que c'est à moi d'en subir les conséquences.
Voir le profil de l'utilisateur




Merci Aa-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas

Lun 7 Nov 2011 - 12:25
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

Qu'est-ce qu'il voulait? Ah oui, je sais... Mourir, non? Pourtant, là, c'était marqué en grand sur son front : 'tue moi'. Il le cherchait, je n'en pouvais plus, je ne pouvais pas supporter une seconde de plus de le voir, de l'entendre, de sentir sa présence. Je voulais juste qu'il disparaisse, carbonisé par de douloureux éclairs, simplement ça. En tout cas il avait bien réussi son coup en utilisant le terme de 'moman'. Oh oui, il avait bien réussi à me faire perdre tout contrôle. Cela méritait une petite félicitation, non? Quand j’aperçus son genoux se lever je me concentrais, plus par une espèce de réflex enfuit qu'autre chose, et me téléportais un mètre plus loin, pour ne pas subir son stupide coup.
Un sourire vint déformer mon visage, un sourire tellement sadique que même moi j'aurais pu en avoir peur si je m'étais vu dans une glace. les arcs électriques autour de moi se multiplièrent, en même temps que la douleur. Mais qu'importe? J'étais prêt à me blesser pour le voir me supplier de le laisser en vie!


- Et si je tuais ta mère, avant?

Cette douleur était horrible, je ne tiendrais pas bien longtemps. Il fallait que je fasse vite avec les quelques capacités que j'avais.

- Je l'accrocherais au plafond à une corde par le cou, pour que tu comprenne cette sensation...

Je sentais que je perdais vraiment tout contrôle, mental ou physique. Maintenant que le bâtiment était plongé dans le noir, ce n'était plus qu'une question de temps avant que quelqu'un n'arrive pour nous arrêter. Alors, je devais vraiment faire vite. Mes arcs n'était pas contrôlable, je ne pouvais pas les diriger, alors il fallait... Oui, que je me rapproche. Il finirait bien par griller sur place, comme moi.
Je me concentrais à nouveau pour me téléporter à coté de lui. Il fallait que je m'arrange juste pour qu'il reste à coté de moi. Un arc finirait bien par le toucher.
Je levais le poing doucement pour l'envoyer dans son estomac.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 7 Nov 2011 - 13:08
avatar
Féminin

Messages : 947
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Les couloirs étaient dénudés de lumière, il était Tonnerre, et l'électricité lui échappait... J'étais Air. Il rayonnait, je disparaissais dans l'obscurité.
Il fallait que je m'éloigne de lui, le plus possible, pour que la lumière qu'il dégageait ne puisse pas lui permettre de me retrouver.
Sauf que c'était déjà trop tard. Il élança son poing dans ma direction, visant mon estomac. Sentant par chance son coup venir, j'eus le temps de créer un coussin d'air entre son poing et mon ventre, maigre protection, car ses éclairs m'atteignirent quand même.
Serrant les dents au moment où je sentis mon ventre brûler, je m'éloignai le plus rapidement possible avant qu'il ne fasse disparaître le coussin d'air que j'avais fait apparaître en guise de faible défense.
A partir de là, je m'éloignai de lui, ne cessant jamais de le regarder, sentant mes yeux me brûler.
Maman... Maman.
Il voulait la... Tuer ? La...
Pendre ?
Il avait connu ça. Avec sa mère, ou sa petite-amie, sa grand-mère, ou peut-être sa tante, sa chienne... Tout ce qui s'était approché de lui et qui pouvait répondre à l’appellation "elle". Il avait vu quelqu'un pendu. Il menaçait ma mère, j'imaginais que la sienne s'était pendue... A cause de Papa ? J'imagine, pour qu'il puisse lui en vouloir.
Mais Maman ? S'en prendre à MA mère ?
Je revis son sourire, j'entendis son rire, j'aperçus ses yeux pétillants de joie qui me fixaient avec tendresse, je sentais ses bras me serrer contre elle alors que, petit, je venais de tomber et de me faire mal au genou. J'entendis sa voix réconfortante et chaleureuse me dire que tout allait bien se passer. Je reconnus le regard que Papa posait sur elle, attendri. Je revis mon enfance, mais surtout, bien que le souci aie d'abord été Papa... Je la revis Elle. Cette femme qui avait su rendre ma vie si belle, si douce, et surtout si simple !
Car tout paraissait tellement simple avec elle. Son père l'avait abandonné à la naissance, sa mère était morte en accident de voiture... Elle avait tout perdu, et pourtant, elle avait su se reconstruire. Elle avait toujours été forte, derrière ce masque d'innocence, et lui... Lui voulait la... tuer ?
Ce mot résonna difficilement dans ma tête. Le sang qui coulait de mon poing depuis que j'avais frappé le mur me semblait factice.
Un des arcs électrique incontrôlable que dégageait Matthew passa juste à côté de moi. J'étais repéré alors... Bah. Quelle importance ?
Mes yeux avaient viré à l'argent. Jamais. Jamais il ne toucherait à un seul de ses cheveux. Il tuait mon père, je le tuais. Il tuait ma mère... Je le détruisais intérieurement jusqu'à ce qu'il en devienne complètement fou, jusqu'à ce qu'il me supplie jour après jour de l'achever, jusqu'à ce que sa vie devienne un enfer.
Tendant mes bras à côté de moi, j'affûtai l'air qui les entourait, les rendant tranchantes. Je plaçai mes bras en croix contre moi, et les dépliai d'un coup, laissant deux lames d'air foncer dans sa direction.

-Touche à un seul de ses cheveux,
sifflai-je d'une voix perçante, usant de mon pouvoir de Sonore. Touche à un seul de ses cheveux, et je t'assure que tu le regretteras...

Je le fixai, incapable de détourner mon regard de son visage que je rêvais de voir en sang. Mon ventre me brûlait, chaque partie de mon corps qui avait rencontré sa foudre me lançait... Mais je m'en fichais. Je m'en fichais, parce que ce qui me faisait le plus mal, dans tout ça...
C'était qu'en défendant ma mère, je savais que j'allais contre sa volonté. Elle, elle aurait voulu l'aider. Elle, elle l'aurait compris. Elle, elle l'aurait laissé la frapper, la détruire, la réduire à l'état de Rien... Simplement parce qu'après ça, après cette vengeance... Elle savait qu'il se sentirait mieux. Elle savait qu'il serait libérée... Alors elle aurait été capable de donner sa vie pour cet incapable. Et moi, moi... Je ne voulais pas ça. Je le refusais.
Comment est-ce que tu aurais réagi à ma place Papa...? Est-ce que tu aurais été aussi énervé que moi...? Est-ce que tu t'en serais éperdument foutu ? Est-ce que tu te serais laissé faire...?
Je doutais de la dernière option. Mais, inlassablement, je ne pouvais m'empêcher de me poser ces questions.
Voir le profil de l'utilisateur




Merci Aa-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas

Lun 7 Nov 2011 - 14:21
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

Ses pouvoirs commençaient à me lasser, mais ça rendait le jeu un peu plus drôle. Mais quelque chose n'allait pas. Il y avait quelque chose qui clochait, il avait changé. Surtout ses yeux, en réalité.
Je me souvenais de ce que m'avait dit le master qui m'avait accompagné ici, lorsque l'on passe étoile, nos yeux change de couleur suivant notre affinité. Ou plutôt, lorsque l'on est prêt à passer le cap. Alors voilà donc ce qu'il venait de se passer... Je me souvins un peu plus, me rappelant qu'il fallait également être dans une situation particulière, forte. Donc, il aimait tant que ça sa mère? Plus que son père manifestement... Mais du coup, j'étais un peu défavorisé.
Je béni l'arc électrique qui passa près de lui, pouvant enfin le voir. Là aussi il avait l'avantage. Moi, je ne pouvais pas le voir, alors que lui... Pourquoi est-ce que je m'étais mis moi-même dans cette situation? Mais même si tout me prouvait que je n'avais aucune chance, hors de question de reculer. Jamais je ne fuirais, du moins pas un combat. Mentalement, j'acceptais de fuir, mais là... Je ne pouvais pas, alors qu'il était là en face de moi, cet enfant qui a eut le plus beau rôle, cet enfant qui aurait du être à ma place... C'était lui qui aurait du subir cette vision d'horreur, lui qui aurait du voir sa mère pendue en rentrant, pas moi... Ma mère... C'était telle qui aurait du rester avec Eriol, mais l'autre idiote!
Je serrais doucement les poings en revoyant son visage, une alternance d'image s'affichait devant mes yeux, passant de son sourire doux à son regard livide. Maman... Maman... Cet enfant... C'était celui que j'avais toujours voulu être, celui qui avait un père et une mère, une famille heureuse, celui qui vivait bien... Pourquoi avait-il fallut qu'il soit ici? Pourquoi est-ce que mes souvenirs me pourchassaient ainsi tout le temps?!
Je le vis dans l'ombre lever les bras, sans réellement comprendre ce qu'il faisait. J'allais m'avancer pour lui remettre un coup lorsque qu'une bourrasque me poussa vers l'arrière, une fois de plus. Je sentis d'abord la douleur de mon dos contre le mur, puis celle de mon crâne et enfin celle de ma peau coupée par l'air de cet idiot. C'était... la première fois depuis le début qu'il utilisait une attaque aussi offensive. J'avais réussi mon coup, il était maintenant au moins aussi énervé que moi.
J'observais le sang couler de cette plaie en croix qui faisait tout mon torse. Se relever fut une épreuve assez difficile, le mur fut alors un allié important. Que faire face à un ennemi que l'on ne peut pas voir? Surtout qu'avec cette blessure qui pissait le sang, je perdais encore un peu d'avantage. Les chances que je gagne étaient surement proches de zéro maintenant.


- Pourquoi... Pourquoi tu as eu droit à tout et pas moi? Tu as eu un père, une mère, une famille normale... Et encore maintenant, ils sont en vie...

Je serrais les poings, la douleur de mon corps devenant de plus en plus insupportable.

- C'est toi... Qui aurait du vivre comme moi...

Je sentais mes jambes trembler, mon corps arrivait à ses limites, déjà. Mon propre pouvoir était en train de me tuer... Alors que lui... Il savait l'utiliser, il... Pourquoi?! Il avait tout pour lui! Pourquoi pas moi?! Qu'est-ce que j'avais fait pour mériter cette vie, hein?! Qu'est-ce que j'avais fait de plus que lui?!

- Tu n'as rien fait de plus que moi pour mériter ce bonheur là!!!

Mes jambes se mirent à courir, usant leurs dernière force, et les arcs balayèrent doucement la pièce pour que je le trouve. Une fois sa silhouette repérée je m'élançait sur lui, avec les quelques force qui me restait, pour lui envoyer mon poing droit sur la joue. Après ce coup, je savais que mon corps ne pourrait plus bouger, ou très peu. Alors j'y mit toute la puissance que je pouvais, pour qu'il lui soit le plus douloureux possible. Je refusais de perdre sans lui avoir causé de dégâts...
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 7 Nov 2011 - 16:36
avatar
Féminin

Messages : 947
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Lorsque j'entendis ses paroles, je sentis une boule se former dans mon estomac. Peut-être parce que ces questions, je me les étais déjà posées. Même si pendant un temps, Papa nous avait laissé Maman et moi... Il était revenu. J'avais eu de la chance moi, oui. Car après tout, moi... A l'inverse de la majorité des gens qui se trouvaient ici : je n'avais jamais réellement connu la mort, n'est-ce pas ? J'avais connu le sentiment qui l'accompagne, lorsque Papa m'avait raconté l'histoire de Maman, de la mort de sa mère, j'avais eu beaucoup de peine, parce que m'étant mis à sa place j'avais imaginé que ça avait dû la faire souffrir. Mais non... Je n'avais jamais connu la mort. J'avais eu une belle famille, heureuse, pleine de joie de vivre. J'avais grandi avec mes parents et les meilleurs amis de mes parents, donc les parents de ma meilleure amie, en conséquence... Et comme un gamin qui a toujours vécu blotti dans son cocon, j'avais fait cliché : j'étais tombé amoureux de ma (techniquement) meilleure amie, j'avais cherché à la protéger du danger et des railleries concernant ses cheveux blancs, j'avais cherché à ce qu'elle soit toujours heureuse... Parce que moi, contrairement à lui, j'avais toujours grandi bien.
Alors devais-je m'en vouloir ? Etait-ce un rappel à l'ordre, cette boule dans mon estomac ?
Déstabilisé, je ne vis pas son poing venir, le sentant brutalement rencontrer ma joue. Suivant le mouvement, ma tête bascula sur le côté, dans un craquement sec de ma nuque. Un goût amer remonta dans ma gorge et je crachai du sang. Me penchant en avant, ramenant ma tête en face de moi, je posai mes mains sur mes genoux légèrement pliés, crachant à nouveau du sang. Cette odeur de fer était tellement présente dans ma gorge qu'à force d'haleter, je crus un instant que ce liquide visqueux avait réussi à se frayer un chemin dans mes poumons. Heureusement pour moi, ce n'était qu'une impression...
M'arrachant la peau des lèvres pour tenter de reprendre mon contrôle, je levai mes yeux vers cet enculé, restant dans la même position, observant cet orphelin à travers mes cheveux bruns qui retombaient en bataille sur mon front.
Tandis que je revenais lentement à la réalité après son coup, j'avais senti de plus en plus présent l'air qui m'entourait, qui se compressait de part et d'autre à chaque fois qu'il faisait un mouvement. Je crachai une nouvelle fois, avec n peu moins de sang dans ma salive, avant de finalement me redresser, posant une main sur le mur dans mon dos pour garder mon équilibre.
Je n'avais pas simplement reçu un coup de poing en réalité, et malheureusement pour moi... J'avais été à moitié électrocuté, et je devais remercier son visible manque de contrôle de son pouvoir qui lui avait permis de ne pas m'électrocuter totalement. Encore un peu déboussolé, je ne pus cependant m'empêcher de le fixer d'un regard noir.

-Et tu crois que m'en vouloir pour ça, ça va changer les choses ? On change pas le passé. J'ai peut-être eu de la chance, tu n'en as visiblement pas eu... J'ai peut-être eu un père présent qui te donnait à toi cette sensation d'abandon... Mais quoi, c'est sur moi que tu te venges ? Et ça va t'apporter quoi ? Tu t'sentiras mieux ? Une fois que je serais défiguré, tu seras content ? Tu veux que je pisse le sang ? Très bien, battons-nous à mort ! Mais ça ne change et ne changera jamais rien. Tuer ma mère, tuer mon... notre père, tu crois que ça ramènera ta mère ? La vengeance ne te la rendra jamais, alors arrête !


Je tremblais d'envie d'aller lui coller mon poing dans la mâchoire, d'entendre ses dents se casser, de voir son visage se tordre de douleur. Mais, encore sous le choc de son électrocution, je vacillai, et me déplacer pour aller lui en coller une n'était pas la meilleure des choses à faire. Pourtant je le sentais, je le savais... La fin du "combat" approchait. Pour lui comme pour moi, d'ailleurs...
Je parvins cependant à l'élever dans les airs à l'aide de l'air, que je gonflais en masse sous ses pieds. Lorsque sa tête alla cogner contre le plafond, je souris. Des bruits de pas précipités résonnèrent à nouveau dans le couleur, et surpris, je manquai de relâcher ma prise. Mais non, pas encore... Il chuta de quelques bons centimètres avant que je ne récupère le contrôle.
A l'entente des bruits dans le couloir, ils étaient plusieurs. Sûrement l'élève de tout à l'heure qui était partie chercher du renfort et qui revenait avec le-dit renfort. Je grimaçai. Pestant intérieurement, je reposai mon regard plein de rage sur Matthew.

-T'es qu'une pourriture.


Et, je le laissai retomber.
Essuyant de ma manche le sang qui coulait de ma bouche, je regardai autour de moi, vérifiant que personne n'arrivait. Il fallait que je parte maintenant...
Mes yeux me piquaient encore, mais je me redressai pourtant. Avançant d'un pas, puis de deux, je m'arrêtai soudainement, pris de vertiges. Il m'avait plus entamé qu'il ne le pensait... Mais je refusais de le laisser paraître. J'avais, "officiellement" réussi à le battre... Et je voulais en rester là.
Sauf que mon corps en décida autrement. J'avançai d'un autre pas avant de m'agenouiller soudainement, des étoiles voletant autour de moi.

-Ce sont eux deux ! bafouilla une fille qui arrivait en courant.


J'aperçus de la lumière... Du feu ?

-D'accord, je les emmène, répondis une voix d'homme.


Un homme s'approcha de moi et attrapa ma main où il me rentra de force dans la peau une espèce de puce. Je ne savais pas à quoi elle servait, mais je compris bien vite : je sentis l'instant d'après mes yeux redevenir bleus, tandis que la présence de l'air autour de moi s'effaçait. Un blocage des pouvoirs... Alors qu'il me saisissait sous les aisselles pour me relever, un autre gars s'approcha de... Matthew.

-Ils sont trop amochés pour qu'on les amène à la directrice comme ça... Direction l'infirmerie. Par contre, une fois déposés là-bas il faudra demandé à Aaron de s'occuper du courant dans le bâtiment... Le Tonnerre, là, a tout niquer.
-Ce serait pas celui qui avait fait du grabuge lors de son initiation...?
-Ah... Oui, possible. Bon, gamine, cours à l'infirmerie et dis qu'on arrive avec du lourd.


On souleva mon bras pour venir le placer autour des épaules de quelqu'un, sûrement l'un des deux hommes, et je fus traîné... Jusqu'à l'infirmerie, j'imagine ?

HRP : Si tu voulais pas que j'avance le RP à ce point, dis-le moi surtout, et je modifie ! >O<
Voir le profil de l'utilisateur




Merci Aa-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas

Lun 7 Nov 2011 - 16:50
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

Hrp: aucun soucis de toute manière mon bébé est HS

Je sentis mon coups le heurter, et ce fut la fin pour moi. Mes jambes me lâchèrent, me laissant tomber au sol et électricité autour de nous se dissipa doucement. J'avais atteint mes limites, mais je l'avais eu. Cette idée me réjouissais, mais difficile de sourire lorsque l'on est a peine capable de garder les yeux ouverts. Et cette douleur qui ne voulait pas pour autant cesser, cette douleur au torse qui me tiraillait...
La dernière chose que je vis, c'est le sol s'éloigner de moi, puis cette sensation que l'on heurte quelque chose. Ce fut le choc qui finit par m'avoir, et je tombais dans les pommes...

Quand j'ouvris les yeux j'étais dans une pièce que je n'avais encore jamais vu, couché sur un lit pas loin de ce cher beau-frère qui m'avait mit dans cet état... même si je l'avais aidé avec mon manque de capacités fulgurant. Je tournais la tête, dans les vapes, pour constater qu'on était dans une infirmerie, ou quelque chose dans le genre. Que faire... Je sentais encore mon corps me faire mal, comme le lendemain d'un grand effort physique. Toute cette électricité qui avait voyagé dans mon corps n'avait pas du se contenter d'une petite balade, je devais avoir quelque séquelles. J'entendais quelque chose, un bruit, impossible à discerner. Tout ce que je pouvais en déduire c'est que nous n'étions pas seuls, Allen et moi... En même temps, il aurait été fou de leurs part de nous laisser seul dans une pièce.


- On est... où?

J'avais plus ou moins deviné mais l'idée d'être un laboratoire m'était alors venu à l'esprit. Après tout, on nous avait parlé de cette histoire de savant. Je croisais les doigts pour que ce ne soit pas le cas, je me voyais mal en cobaye... Surtout que devoir rester encore avec Allen me rendrait malade.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Mer 9 Nov 2011 - 7:07
avatar
Féminin

Messages : 947
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

J'émergeai lentement. Si tout s'était passé normalement, nous étions à l'infirmerie... C'était ce que les deux hommes avaient dit avant de nous emporter, et surtout avant que je ne perde connaissance. Je n'avais jamais réellement travailler mes pouvoirs, juste fait quelques petits trucs ici et là, et je pense que trop en dépenser d'un coup m'avait achevé... Bien que Matthew m'aie aussi mis dans un sale état. Désolé de pas être fan de l'électricité...
Lorsque j'ouvris les yeux, je regardai pendant un long moment le plafond blanc qui surplombait mon lit. Silencieux, j'écoutai la question de Matthew sans y répondre. Je n'en avais pas envie, de toute façon. A partir de maintenant, je savais que j'allais tout faire pour ne plus le croiser.
Il ne m'avait pas qu'abîmer physiquement, mentalement aussi, et rien qu'à cause de ça, j'avais envie d'aller avec Mitsuki, de rire, avec elle, de parler de tout et de rien, pour me remémorer sans arrière pensée notre passé joyeux et nos habitudes.
De plus, j'étais persuadée que Matthew était du genre à apprendre bien plus vite qu'on ne le pensait, à force de fautes, d'erreurs et d'entraînement. Il s'entraînait, se battait peut-être pour de vrai (et pour rien, après tout il semblait être comme ça...) et puis en faisant des erreurs il apprenait... Oui, j'étais sûr qu'il était de ce genre là. Papa était comme ça... Il devait bien lui ressembler, et pas que dans ses impulsions de violence. Moi-même, je m'étais rendu compte que je lui ressemblais.
Je ne me rendis compte de la présence de ces deux hommes dans la salle que lorsque leurs voix arrivèrent enfin à mes oreilles. Ils parlaient jusque là entre eux, et puis, après avoir attendu un léger instant après que Matthew aie posé sa question, ils s'étaient levés et s'étaient rapprochés de nous.

-Vous êtes à l'infirmerie, répondit l'un d'eux.

Le fixant un long instant, je reportai mon regard sur l'autre et me redressai difficilement, un mal de crâne s'abattant durement sur moi au moment où je me mis en mouvement.

-Et on part quand ?
demandai-je, impatient de ne plus voir ce beau-frère qui me répugnait tant désormais. (et dire qu'autrefois, j'avais aspiré à le rencontrer... Quelle belle erreur.)
Voir le profil de l'utilisateur




Merci Aa-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas

Mer 9 Nov 2011 - 13:15
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

Au moins on était pas chez des scientifiques fous, c'était un bon début. Mais si on était à l'infirmerie, il y avait des chances pour quelque chose de bien pire me tombe dessus : la directrice. Je devais m'y attendre, après tout... C'était facile à deviner que je le reverrais assez vite, mais là j'avais fait fort quand même. En plus difficile de dire que je n'avais pas cherché la bagarre, même si ce n'était pas moi qui avait vraiment donné le premier coup. Tout ça sentait mauvais pour moi... Elle serait surement encore vachement en colère. Je me redressais doucement aussi, grimaçant de douleur. Son coup n'avait pas fait que de m'atteindre de manière 'extérieure'. Le vent, c'était une belle saloperie, et ça avait un peu abimer mes organes internes. Quelle joie, vraiment. J'avais bien fait de ne jamais vouloir le voir, cet idiot. Maintenant tout était revenu en surface, la mort de maman, les moments furtifs avec celui qui était mon père, la souffrance de ma mère face à l'abandon... Tout cela, c'était comme si je n'avais jamais réussi à les enfuir en moi.

-Et on part quand ?

Il posait surement cette question pour les mêmes raisons que j'avais envie de la poser : savoir quand on pourrait ne plus être en présence l'un de l'autre. Je m'étais vu en lui... Quand il s'était énervé, je m'étais vu si fort en lui, et donc en Eriol, que j'en était dégouté. On se ressemblait, et ça devait au moins lui déplaire autant que moi.

- Je suppose qu'on partira pas sans une visite de cette bien aimée directrice...

Je soupirais doucement, posais mon regard sur le plafond. J'allais en prendre plein la tronche, surement plus que lui. Il avait pas l'air du genre vraiment bagarreur, contrairement a moi, et il avait surement pas envoyé son poing dans la tronche de la directrice la veille. Il y avait des chances pour que tout retombe sur moi, surtout que j'avais foutu en l'air l'électricité de tout le batiment...

- Elle va surement être ravie de me revoir, tiens. Au moins autant que moi...
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Jeu 10 Nov 2011 - 20:58
avatar
Féminin

Messages : 947
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Bizarrement, je trouvais le blond dans le lit à côté de moi très... calme, comparé à l'état dans lequel je l'avais vu. J'eus soudain l'impression qu'il agissait par "pic", qu'il suivait toujours ses sentiments... Comme s'il était guidé par ceux-ci. Qu'il agissait généralement sans réfléchir, en écoutant simplement ce que son corps, ses sens lui disait... S'il se sentait triste, alors il était triste un bon coup, puis il passait à autre chose.
Je me demandai un instant si tous les Tonnerres étaient comme ça, et après réflexion, j'en arrivais à la conclusion qu'il était simplement... unique.
Il parla de la probable visite de la directrice, et je relevai les yeux, inquiet, vers les deux adultes qui étaient là. Enfin, "adultes"... Les adultes ici étaient plutôt comparables à des grands ados... Ils ne dépassaient jamais les 25 ans. C'était assez étrange, d'ailleurs. Mais enfin...!
Lorsque je compris qu'ils ne répondraient pas simplement pour nous laisser le doute et pour qu'on ait le temps de réfléchir à nos actes, je soupirai et baissai les yeux, avant de me reculer dans mon lit pour replacer mon oreiller et y coller mon dos. Je regardai autour de moi, cherchant quelque chose qui aurait pu m'occuper, mais rien. Rien-du-tout ! Et j'avais tout sauf envie de rester avec ce beau-frère... Enfin, la réalité aurait été "demi-frère"... Puisque nous avions le même père, ce que j'avais beaucoup de mal à concevoir, bien que nous ayons quelques points communs tout d'eux hérités de lui. Mais enfin...
Je me mis à me mordiller la lèvre, en manque d'activité. Je crevai d'envie de parler, mais je savais que les deux hommes qui nous avaient amené là ne diraient rien, et parle avec Matthew me répugnait.
C'était rare que je réagisse comme ça, je m'en rendais compte, mais c'était rare qu'on me provoque à ce point... Et c'était rare aussi que je finisse dans cet état-là. Faut dire, avant, quand je vivais "normalement", ben quand j'étais énervé, y'avait personne qui maîtrisait l'électricité pour me remettre en place...
J'aperçus au loin un magazine et je tentai de le faire léviter vers moi, mais absolument rien ne se passa. C'est là que je me rappelai de ce truc qu'ils nous avaient mis... Pour bloquer nos pouvoirs.
Je portai pendant un moment mon regard sur les Masters (j'imagine, après tout...) qui discutaient entre eux dans un coin de la pièce et poussai un long soupir.

-J'en ai marre...


HRP : Je fais intervenir Hideko après ton prochain post ou maintenant ? Je te laisse choisir :)
Voir le profil de l'utilisateur




Merci Aa-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 10 Nov 2011 - 23:55
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

HRP : bah juste après celui-ci ça me va ^^

-J'en ai marre...

Encore une fois, ce qu'il dit était la digne représentation de ce que je pensais. Rester là, a attendre bêtement que cette folle vienne nous engueuler... Oui, de fait, y avait de quoi en avoir marre. Je souris doucement, me rendant compte qu'il savait qu'il parlait tout seule, dans le vide. Au final, j'étais pas le seul a aimer parler visiblement. Mais il ne me parlerais pas, et je n'avais aucune envie de lui parler non plus. Des années que j'avais passé a l'envier, le détester, à vouloir être a sa place, j'allais pas sympathiser non plus. Parfois je préférais garder le silence.
Je fixais alors les deux supposés master, impatient qu'elle arrive pour mettre fin à ce silence étouffant. Se faire engueuler ou rester là, sans rien faire, dans ce manque de bruit juste insupportable... J'allais pas tenir bien longtemps. J'imaginais ce qu'elle allait nous dire, me demandant comment elle allait engueuler Allen. Moi j'imaginais déjà bien la scène pour moi, la colère dans les yeux ainsi que ce léger dédain, juste une reprise ce qu'il s'était passé lors de l'initiation quoi. Du moins, ça me paraissait logique.
Je me mis à tapoter du doigt sur le lit, dire de faire un peu de bruit, d'entendre quelque chose venant de moi. Mais ça ne suffisait pas. J'en pouvais plus de ça! Je voulais parler, quitte à en prendre plein la tronche, au moins pouvoir exprimer ma rancoeur envers cet idiot à coté de moi.


- Je serais presque pressé de la revoir, là...
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Ven 11 Nov 2011 - 20:31
avatar
Féminin

Messages : 2488
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

    Je n'avais pas que ça à faire. Mais alors là, vraiment pas. Et pourtant... Pourtant. Où est-ce que je me retrouvais ? Là, dans l'infirmerie, avec ces deux imbéciles qui n'avaient pas été fichu de se contenir ! Quoi, parce qu'ils sont demi-frères et qu'ils s'aiment pas, ils doivent s'entretuer ?! Les Masters qui avaient été prévenus de l'incident et qui étaient intervenus m'avaient expliqué que l'un deux avant perdu connaissance alors qu'ils arrivaient -le Tonnerre apparemment- et que l'autre était déjà bien dans les vapes. Il n'avait pas non plus tardé à s'évanouir... Alors maintenant que j'étais là, en face d'eux, je devais faire quoi ? Les punir ? Leur donner la fessée ? Oh oui, c'était humiliant à souhait ! Pour eux comme pour moi.
    Ce cher Matthew avait réussi à ruiner l'alimentation électrique de tout un bâtiment, et j'avais laissé un mot en salle des Masters aux premiers Tonnerre qui viendraient d'aller réparer tout ça. Quant à l'autre, Allen... J'aurais aimé savoir ce qu'il fichait là. Je n'avais jusque là jamais entendu parler de lui, et voilà qu'ils se disaient "tiens, il est temps de me créer une réputation de petit con" ? Super, vraiment. Brillant l'intelligence des gamins de nos jours... Il arrive un jour où il faut devenir mature, ils le savent ça ?

    Depuis que j'étais arrivée, je les fixai, fulminant intérieurement. Je sentais le feu bourdonner dans mes mains, mais je parvenais plus ou moins à le maîtriser. Ils étaient assez amoché comme ça. Parce que oui, ils auraient dû voir leur tête tiens... Des pansements ici et là, des plaies, des cernes de trois kilomètres... Il ne fallait vraiment pas être bien pour se mettre dans cet état là !

    Lorsque j'avais quitté mon bureau, Ryu avait proposé de venir à ma place, ou au moins de m'accompagner mais je l'avais directement remis à sa place, lui faisant bien comprendre que je n'étais plus une enfant qu'il fallait materner pour l'empêcher de s'énerver. J'avais marché d'un pas lourd et agacé dans les couloirs, arrivant dans l'infirmerie avec une mauvaise humeur plutôt apparente. En plus, la scène qui avait suivre se présentait plus ennuyante que tout, j'étais persuadée qu'ils n'en avaient rien à faire de mon sermon, et que la seule chose qui les intéressaient, c'était que je les laisse partir. Ben voyons ! La punition venait enfin de naître dans mon esprit.

    -Alors maintenant on fait quoi ?
    demandai-je en les regardant à tour de rôle. Je vous engueule, vous remets à votre place, vous fait comprendre que ce que vous avez fait ne m'enchante guère ?

    Je les fixai d'un oeil mauvais et énervé. J'avais pas toute ma journée pour eux... Tss.

    -Franchement, j'aimerais savoir ce qui vous est passé par la tête. Vous aviez besoin de vous affirmer, c'est ça ? Oh ben oui, c'est clair que c'est super de s'affirmer en détruisant tout sur son passage. Vous êtes motivés à me raconter ce qu'il s'est passé alors ? Lequel des deux a commencé ? Je suis curieuse de l'apprendre, tiens !


    Je fixai Matthew, insistant sur les derniers mots. De l'instinct, ne me demandez pas pourquoi. Peut-être me trompai-je, mais enfin...

    -Vous savez quoi ? J'ai pas envie de m'embêter avec vous. Pendant un instant j'ai été tentée de vous obliger à passer une semaine dans une chambre que vous auriez eu à partager, mais je me suis dit que con comme vous étiez, vous auriez trouvé un moyen d'échapper au problème. Alors à la place, je vous dispense de vos pouvoirs, qui sont actuellement bloqués, j'imagine que vous l'avez remarqué, jusqu'à la fin de la semaine. Et ne cherchez pas, ce sera impossible de les récupérer avant... Nous avons placé une puce à l'intérieur de votre corps qui les empêche de s'activer. Elle va peu à peu s'auto-désintégrer, attaquée par votre système immunitaire, mais ça prendra une semaine. Voire plus.


    Je les regardai un long instant. Leurs airs indifférents m'agaçaient, et je n'avais qu'une envie : en prendre un pour taper sur l'autre.

    -En attendant j'ose espérer que l'un d'entre vous sera assez courageux pour m'expliquer ce qu'il s'est passé avant que je ne pète un câble et que je vous envoie cette fois-ci directement à l'hôpital du village...
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Sam 12 Nov 2011 - 8:18
avatar
Féminin

Messages : 947
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Elle était énervée, et ça se voyait. La dernière fois que j'avais vu la directrice, elle était souriante, chaleureuse, gentille et douce... J'avais été initialisé comme tous les élèves de Terrae, ou du moins comme la majorité de ceux-ci : dans la simplicité. Alors, comme cette même majorité, ou du moins j'imagine que c'était plus ou moins le cas pour ces élèves-là, je pensais que la directrice était quelqu'un à l'écoute de ses élèves, toujours là pour eux. J'avais peut-être eu tort...? Car après tout, qui était ce monstre plein de rage qui se tenait en face de moi ?
Cela dit, j'avais l'impression qu'elle maîtrisait le son de sa voix pour ne pas exploser. Ce qui m'avait fait venir à cette conclusion, c'était ses doigts, qu'elle crispait avec nervosité. Elle semblait bouillonner de rage, et les regards qu'elle jetait à Matthew, bien qu'elle ne m'ait pas toujours épargné non plus, me donner envie de vite partir d'ici. Comment cette personne que j'avais pu voir si souriante pouvait ici être à deux doigts de craquer ? Ce n'était tout de même pas si grave ce que nous avions fait... Si...?
Baissant les yeux sur mes mains, je fis le deuil un instant de mes pouvoirs que je n'allais pas revoir avant un long moment. Certes, je savais qu'ils étaient bloqués... Mais je pensais qu'elle nous les rendrait après nous avoir fait gentiment comprendre que ce que nous avions fait n'était pas bien. Or, visiblement... Je me trompais.

-En attendant j'ose espérer que l'un d'entre vous sera assez courageux pour m'expliquer ce qu'il s'est passé avant que je ne pète un câble et que je vous envoie cette fois-ci directement à l'hôpital du village...


Je relevai les yeux vers elle, tournai la tête vers Matthew. Elle nous... "menaçait" ? Une directrice était-elle au moins en droit de faire ça ?
Me demandant qui de nous deux allait parler en premier, je finis par murmurer :

-C'est lui, il... Enfin... Il a...


C'était faux, j'avais porté le premier coup. Mais je refusais de l'assumer. Lâche ? Il m'avait provoqué, certainement parce qu'il était assez malin pour comprendre où tout ça allait nous mener : face à la directrice, avec pour seul coupable officiel : moi.
Voir le profil de l'utilisateur




Merci Aa-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas

Dim 13 Nov 2011 - 5:54
avatar
Féminin

Messages : 423
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 25
Emploi/loisirs : Me plonger dans ses yeux.
Humeur : Tout dépends de toi.

J'esquissais un léger sourire en voyant le regard qu'elle me lançait et je sentais qu'elle m'accusait déjà d'avoir commencé. De toute manière, n'importe qui aurait supposé ça en me connaissant, surtout que le demi-frère avait l'air un rien moins bagarreur. A quoi est-ce que ça pouvait bien servir que je me défende, au final elle avait une dent contre moi... J'allais prendre la parole pour expliquer ce qu'il s'était passé, mais Allen décida de parler en premier et je ne fus pas étonné de voir qu'il m'accusait. Au final, j'aurais fait la même chose que lui. Je croisais les bras, fermant un instant les yeux, avant de les poser sur cette tendre directrice.

- Vous me faites bien rire à poser cette question...

Je soupirais doucement, un soupire faussement las. En fait, je m'amusait un peu finalement...

- Comme si en arrivant ici vous aviez cru ne serais-ce qu'une seconde que ça pourrait être Allen qui avait commencé.

Je souris doucement, un petit sourire moqueur. Oui, ce n'était pas une bonne idée, enfin seulement à moitié. Comment ça? Ah la la, vous n'êtes pas bien doués. Mon demi-frère me devrait quelque chose si je lui sauvait la peau sur ce coup-ci, vous pensez pas? Hé puis, je n'avais pas encore dit que c'était moi.

- Il vous dit que c'est moi qui ait commencé, imaginons que je dise qu'il ment, est-ce que vous réussiriez à me croire? J'y crois pas trop, j'ai pas envie de perdre du temps à me défendre pour rien, passez vos nerfs sur moi, je sais que vous rêvez de m'en foutre une depuis ce qu'il s'est passé à initiation.

Allez dire que j'avais tort. Comme si elle allait me croire. Au final, je n'allais pas être crédible par rapport à l'autre. Et j'avais poussé, j'avais fait en sorte qu'il m'en foute une, s'il disait cela elle pourrait facilement me considérer comme le vrai responsable. Alors ça ne valait pas vraiment la peine de chercher à se défendre, sinon à avoir l'air d'un menteur sans l'être.
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas

Lun 14 Nov 2011 - 21:45
avatar
Féminin

Messages : 2488
Date d'inscription : 24/12/2010
Age : 23
Emploi/loisirs : Heuu... Directrice à plein temps, à c'qui paraît.
Humeur : C'est vous qui voyez :3

    HRP : J'ai vraiment pas le courage de reprendre Allen pour re-répondre ce soir, désolée, je suis super fatiguée et en plus faut que je poste la masse d'initiations ! Donc tu peux enchaîner, je vais décrire avec Hideko les réactions extérieures d'Allen et ça suffira :)

    Ce qui me gênait le plus, c'était que je l'avais senti : Allen avait dévoilé son potentiel d'Etoile dans cet espèce de combat improvisé qu'ils s'étaient lancé. Et ça me dérangeait, car oui, c'était super cool de tout détruire en dévoilant son potentiel... Est-ce que tous les prochaines Etoiles allaient faire ça ? Génial.
    Ce qui m'embêtait aussi, c'était que j'étais persuadée que ce serait aussi le cas pour Matthew, et surtout, je savais que ce ne serait pas la dernière fois que j'aurais à les sermonner, plus Matthew qu'Allen j'imagine, car il était plus bagarreur, et qu'Allen ne déborderait -du moins je l'espérais- qu'en présence de son demi-frère... Mais je n'étais à l'abri de rien. Et je devais vraiment prévoir un budget de réparations secours.
    Je dus attendre un peu moment avant que l'un d'eux parle. Ce fut Allen qui commença, et je fus terriblement déçue. Quoi ? Juste ça ? On bafouille deux trois mots et c'est fini ? Il croyait vraiment que ça se passerait comme ça ? Il me prenait pour une conne ou quoi ? J'accuse l'autre, sans m'expliquer, et ça fait le tout ? On ferme l'enquête, on abandonne les charges, on décommande le tribunal, et c'est bon, ça marche comme sur des roulettes, RDV la chambre pour aller faire des folies ? Mais oui, bien sûr !

    - Vous me faites bien rire à poser cette question...


    Je tournai alors finalement la tête vers Matthew et haussai un sourcil.

    - Comme si en arrivant ici vous aviez cru ne serais-ce qu'une seconde que ça pourrait être Allen qui avait commencé.

    Aah... Alors pour lui, c'était définitif, peu importe maintenant ce qu'il se passerait, je le désignerais comme coupable ? Haha... Honnêtement, je devais avouer que d'un côté, il n'avait pas tort. Je ne pouvais pas le nier... Mais si facilement ? Je n'avais, bien malheureusement, pas le choix. Je devais être en capable de juger objectivement la situation, et de punir en conséquence les fautifs. Alors même si je crevais d'envie de lui en faire voir de toutes les couleurs, j'étais obligée d'appliquer la règle.

    - Il vous dit que c'est moi qui ait commencé, imaginons que je dise qu'il ment, est-ce que vous réussiriez à me croire? J'y crois pas trop, j'ai pas envie de perdre du temps à me défendre pour rien, passez vos nerfs sur moi, je sais que vous rêvez de m'en foutre une depuis ce qu'il s'est passé à initiation.


    Il cherchait à le défendre, non ? C'est la première chose que je pensais au moment où il commençait ses belles paroles. Comme moi, Allen dans le lit à côté de lui le regardai d'un air étrange, visiblement surpris. Sauf que la suite de ses paroles me fit tiquer, et je dus me retenir de ne pas laisser mes mains s'enflammer. C'était quoi cette provocation ?!
    Fermant les yeux, j'inspirai une longue bouffée d'air que j'expirai lentement dans le but de me calmer. Allez, zen...

    -Alors je ferme le dossier de l'enquête là ? CQFD : Matthew alias le chieur de première est responsable et l'assume entièrement ? Quoi, tu me prends pour une débile ? Tu crois que je vais vous lâcher aussi facilement ? Ca ne vous ennuierait pas assez, et vous m'avez bien fait chier en détruisant tout -notamment toi d'ailleurs- alors j'ai bien l'intention de vous rendre la pareille, que ce soit normalement autorisé ou non.


    Je le fixai un long moment avant d'afficher un sourire faux.

    -Après tout, c'est légitime ! Tu ne penses pas ?


    Je cessai de le défigurer pour poser mon regard sur Allen, qui me fixait étrangement. Quoi, j'avais une mouche sur le nez ? Tss...

    -Cela dit, ne crois pas que ce soit si facile pour toi aussi... T'es peut-être moins insolent, mais t'es responsable aussi alors la punition reste la même.
Voir le profil de l'utilisateur http://terrae.forumpro.fr



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

 

Et de un prof absent, un ! (Pv : Matthew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Salles de cours. :: Salle de Langues.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant