Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
Se redécouvrir. (PV Mitsu)
##   Lun 26 Aoû 2019 - 16:26

Personnage ~
► Âge : 25 ans
► Doubles-comptes ? : Allen & Hideko
► Rencontres ♫♪ :
Mitsuki Hojitake
Messages : 2816
Date d'inscription : 23/01/2011
Emploi/loisirs : Faire ce que je veux o/
Humeur : EXCELLENTE !

Ses paroles me firent l'effet d'une lame qui s'enfonce dans l'estomac et qu'on s'amuse à tourner pour raviver continuellement la douleur. Je me mordis la lèvre inférieure, fixant Ys droit dans les yeux. Les larmes continuaient à rouler sur mes joues tandis que ma peau commençait à me brûler, signe que ma greffe s'impatientait face au manque d'action.

Alors c'était aussi simple que ça. Il était si blessant parce qu'il fallait qu'il agisse. Parce qu'il fallait. Qu'il agisse.

Je laissai mon bras qui tenait mon épée électrique retomber le long de mon corps. Ma main libre monta jusqu'à la joue et j'essuyai mollement les traces de larmes qui s'étaient dessinées là.

Je continuais à encaisser ses paroles sans bouger, essayant probablement vainement de calmer mes sanglots. Et alors un sourire se dessine sur ses lèvres. Son regard se détourne. Je sens ma greffe qui commence à se résorber, mon visage retrouvant petit à petit ses couleurs d'origine.

Ys tourna à nouveau le regard vers moi, un sabre naissant dans sa main. Son regard se durcit. Son sourire s'envola. Il me refit face, aussi froid et ferme que lorsqu'il m'a amené ici. Sauf que maintenant je ne suis plus en colère. Je suis juste anéantie.

Parce qu'il ne veut pas me faire du mal.

Il n'a juste plus la moindre confiance en moi.

Et imaginer qu'il puisse me voir comme étant si faible, c'est beaucoup plus que ce que je ne peux supporter.

L'épée dans ma main tomba au sol. Elle resta grésillante quelques secondes encore avant de disparaître, l'énergie venant rejoindre mon corps.

Je croisai mes bras sur ma poitrine, fixant le sol, alors que ma greffe achevait complètement de se résorber, reprenant place dans mon tatouage initial. Je me sentais vide. Vide, et seule.

Ys ne me faisait plus confiance.

-Pourquoi...


Les mots se bloquèrent dans ma gorge alors que je sentais de nouveaux sanglots arriver. Je passai une main maladroite sur mes yeux pour essuyer les larmes, avant de ravaler ma salive pour retenter le coup.

-Pourquoi... Pourquoi est-ce qu'on est toujours obligés de se battre ?


Je reniflai, resserrant mes bras sur ma poitrine, comme en signe de défense.

-Pourquoi est-ce qu'il faut toujours régler tout par la violence ? Et encore, régler tout...

Mes yeux se levèrent une demie seconde en direction d'Ys, mais je ne parvins pas à affronter son regard, aussi retournèrent-ils bien vite se fixer sur mes pieds.

-Régler tout, ce n'est pas possible comme ça.

Nouvelle crise de sanglot. J'achevai ma phrase difficilement. Nouvelle vague de reniflage et d'essuyage de larmes. Je tentai de garder la tête haute, jolie tentative stupide.

-Même si j'acceptais ce combat, "même si", parce que clairement je ne pense même plus être capable de quoi que ce soit, alors quoi ? Qu'est-ce que ça changerait ? Le problème c'est pas que j'ai des choses à évacuer.

Mon coeur se serra violemment. C'était douloureux. Trop douloureux. Pour qu'Ys agisse comme ça, c'est que quelque chose s'était brisé. Quelque chose avait lâché. Quand ? Quand avait-il arrêté de croire en moi ? Ca devait déjà faire longtemps, bien longtemps, pour qu'il en vienne à agir comme ça.

Et c'était insoutenable.

-Le problème, c'est que je suis impulsive. Mais tu sais quoi, je-

Non. Non, je n'arrivais plus à parler. J'étais arrivé au point où chaque sanglot m'empêchait de finir chacun de mes mots. Mon discours commençait à ne plus faire aucun sens. En quête de solution, je finis par lever mon bras en face de moi, et j'agitai une main pour faire signe à Ys d'oublier tout ça.

-C'est rien. C'est rien, laisse tomber.

Un rire terriblement triste s'échappa de mes lèvres, soulevant mon diaphragme dans une douleur atroce. Faire bonne figure, même lorsque ça ne va plus...

-T'inquiète pas. J'vais... Créer quelque chose. Une machine. Un truc. Des menottes. Ca gardera mon énergie, ça m'empêchera de disjoncter.


Puisque je ne suis de toute façon rien de plus qu'un monstre incapable de se contrôler.

Un sourire tragique étira mes lèvres.

-Je vais rentrer Ys, je- Je suis désolée. Je ne peux pas rester ici.


Je terminai à peine de prononcer ces mots que mon corps disparut. Je réapparus dans notre lit, saisissant mollement mon oreiller pour essuyer mes larmes. Je le serrai contre moi, comme si ce contact allait me permettre de stopper les saignements de mon coeur. Les yeux clos, je tentai de calmer ma respiration. Calme-toi Mitsu. Calme-toi. Essaie de dormir. Ca te fera du bien, de dormir, hein. On fera comme si ce n'était jamais arrivé, tout ça. D'ailleurs, peut-être que ce n'est qu'un rêve, pas vrai ? Avec un peu de chance, c'est ça. Juste un rêve. Un pauvre petit rêve.

Le sommeil ne voulait pourtant pas venir, et une phrase continuait de tourner continuellement dans ma tête. "C'est rien. C'est rien, laisse tomber." Hahaha. Non. Non, ce n'était pas rien. Je venais de perdre le peu de confiance que j'avais encore en moi.

Parce que si même Ys pensait que j'étais devenue aussi minable, alors ça ne servait plus à rien de lutter. Qui pourrait bien vouloir continuer à soutenir quelqu'un comme moi ? Personne ne soutient une cause perdue. Personne.

Tu avais tort, Tiago. Même lorsqu'on est entourés des bonnes personnes, ça ne fonctionne pas toujours. Parce que parfois, il n'y a plus rien à soutenir.


Se redécouvrir. (PV Mitsu) - Page 2 Mitsu-signa
Ronron jtm ♥️

Et merci à Elfie pour l'avatar OMG CE KDO JPP
##   Mar 27 Aoû 2019 - 0:23

Personnage ~
► Âge : 25
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito-RIP
► Rencontres ♫♪ :
Ys Ochikawa
Messages : 2651
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ils étaient arrivés au bout du chemin. Pensant qu'il restait encore à combattre, Ys fut bien surpris quand l'épée de sa fiancée toucha le sol. Des larmes. Des larmes coulent de ses joues. Mitsuki passa une nouvelle fois à une autre facette. Il n'était plus question d'assoiffer son taux de violence. Sa "crise" semblait être passée. C'est compliqué. De devoir suivre ses impulsivités.
La fixant, quelque peu perdu, il vit alors là la fin du combat. La jeune femme abandonne. Et c'est alors que tombe une hécatombes de questions.

"Pourquoi?"
Certaines personnes sauront "soigner" des cœurs blessés par la parole. Aussi douce soient elles. D'autres par des méthodes plus médicales. L'hypnose, ou encore des pilules à avaler jour et nuit.
Certains encore useront de techniques plus physique comme le yoga.
Et puis y a ceux qui utilisent les grands moyens.
Ys ne sait pas faire autrement. Du moins, quand cela lui semble être le seul moyen. Probablement n'avait pas suffisamment réfléchis. Probablement.

Constatant avec horreur un scénario auquel il ne s'était pas préparé, il se sentis coupable. Combien de fois l'aura-t'il fait autant souffrir? Combien de fois aura-t'elle autant pleurer par sa faute?
Pourtant, il n'est plus question de ça.
Les temps qui approchent, peuvent s'annoncer plus orageux que prévu. Il n'est plus question de ce qu'il veut. Mais d'elle. Avec ou sans lui. Elle doit être capable de reprendre le contrôle, de redevenir cette Master incroyable. Mitsuki est la Master la plus populaire et la plus admirée des résidants. Ses élèves en sont la preuve vivante. Il est temps qu'elle se réveille.

Malheureusement la jeune femme s'ombre dans son désespoir sans que le Master n'ait pu avoir le temps de l'approcher. Malgré tout, son instinct le pousse à réagir. A son tour, son épée s'évanouie dans l'air tandis qu'il fit un premier pas vers elle.


"Attends, Mitsuki. Tu ne dois p-"

Mais en vain, celle ci se téléporte automatiquement. Un grincement de dents. Evidemment que non, il ne laissera pas tomber. Il ira jusqu'au bout combien même si ses actions lui coûtent énormément. Ys  n'aura pas à réfléchir bien longtemps sur l'éventuelle possibilité où elle se serait téléportée. En premier lieu, il pensa immédiatement à leur demeure. Si ce n'était pas le cas, il devra chercher. Mais il le ferait. Même s'il devait errer toute la nuit dehors pour la retrouver.

Aussitôt, à son tour, il réapparu chez eux. Dans le salon, planté au centre, il reste silencieux, attentif aux ondes qui en émanent. L'énergie de Mitsuki lui parvint de l'étage. Sans tarder, lui laissant suffisamment le temps pour "s'être retrouvée seule", il se téléporte dans son dos. Elle est là, sur leur lit, blottit contre un oreiller. Son cœur se serre quand il découvre une Mitsuki effondrée. Tout au long de sa vie, elle dut se terrer seule contre un oreiller, sans que personne ne s'en doute. Sans déranger son entourage.
Comme elle le fait si bien aujourd'hui avec des cristaux.

Un bruit de claquement roque retentit dans la chambre. Des petits cailloux se trouvent à présent au sol. Ces mêmes cailloux dont le Master s'était servis pour créer une illusion de cristaux contenus dans un sac. Un sac qu'il tient à l'envers. Laissant tomber le tissu à son tour, le garçon brise le silence d'un ton calme.


"Je ne te laisserai pas tomber..."

Doucement, il se permit de s'installer à son tour sur le lit, restant toujours dans le dos de la jeune femme. Pour l'instant, il ne souhaite plus la brusquer. Il avait pu apercevoir son degrés de rage, ce qui émanait de cette perte de contrôle.
Pour l'instant, il souhaite seulement l'apaiser.


"Tu es impulsive depuis toujours. C'est ton caractère, c'est ce qui fait de toi la Mitsuki qu'on connait tous. Et tu es la seule à penser que tu n'es capable de plus rien. Parce que je ne doute pas de toi. Tu es capable de dompter tes excès sans avoir recours aux cristaux. Parce que tu es capable de reprendre le contrôle."

Posant son regard sur son dos, il marque une courte pause. Ce n'était rien d'autre qu'un test. Qu'elle reprenne le dessus, sans plus jamais avoir recours à quoique se soit. Parce qu'elle en est fort capable.

"Mitsuki, les personnes qui t'entourent, t'admirent. Tu est tellement apprécier si tu savais. Si seulement tu pouvais t'en rendre compte. Les gens t'aiment pour ce que tu es. Tu inspires la confiance, et tu encourages toujours le plus démunis. Pourquoi crois tu que les gens rêvent de devenir tes élèves?"

Sa modestie et sa remise en question l'ont toujours empêchés d'apercevoir ses qualités. Et en y repensant, à ce monde qui l'entoure, à ces élèves qui l'idéalisent, il garde toujours ce souvenir. Ce soir là, ce ressentiment quand il a eu cette chance de compter parmi les premiers. Et un doux sourire se dessine inconsciemment.

"Tout comme j'ai désiré le devenir."

C'est beaucoup trop douloureux de la voir autant souffrir. De la voir lutter contre un mal qui la ronge de l'intérieur sans pouvoir agir alors qu'elle, elle a tant donné. A lui, aux autres.
Délicatement, toujours d'un ton calme, il vint placer sa main sur son front pour la tirer vers lui. Reposer sa tête contre son torse tandis que de son autre main libre, il l'encercle par la taille.
Elle n'ait pas obligée de le regarder dans les yeux. Elle peut encore s'en cacher si elle avait honte.


"Je suis désolé d'avoir agis de la sorte. Mais je ne peux pas te laisser faire toute seule. Tu es mon avenir et j'avais des projets. Bien que maintenant, je sais combien ton bonheur est plus important que le reste."

Tout en le réalisant, il continue de lui murmurer:

"Tu peux ne pas me le pardonner. Tu peux faire un caprice. Et quelque soit ta décision, je l'accepte tant que tu sois heureuse de nouveau."

Parce que le plus important à ses yeux, ça a toujours été elle. Son bonheur. Qu'elle sourit de nouveau comme autrefois. Qu'elle ne pleure plus par sa faute. Qu'elle soit libre de son malheur. Même s'il doit disparaitre de sa vue.

Tant qu'elle reprenne confiance en elle, le reste n'a plus d'importance.




HRP> Pavé! =_=


Se redécouvrir. (PV Mitsu) - Page 2 Fc156311
Merci à Elfie:
 
A toi aussi PiuPiu :p:
 
Thanks Nico!!:
 
 

Se redécouvrir. (PV Mitsu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Le Monde.
 :: L'Amérique du Nord.
Aller à la page : Précédent  1, 2