Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash]
##   Jeu 8 Aoû 2019 - 22:44
Messages : 259
Date d'inscription : 20/09/2018
Age : 20
Humeur : Radiant tel le soleil !

Bien, tout ce que tu voulais. C’était son bien, et uniquement son bien. Tu n’aimais pas lui donner des leçons, surtout à elle, mais tu refuses qu’elle gâche sa vie si précieuse. Sa vie était plus précieuse que sa vie ou même que ton rêve. Tu respectais la vie des autres, ta vie aussi, pourtant tu n’hésiterais pas à faire partir à petit feu ta propre vie pour ton rêve … mais avec elle, tu étais prêt à jeter à jamais ton rêve en enfer pour que tu puisses t’occuper d’elle. Elle accepta ta volonté et hocha doucement de la tête en souriant. Tu posas doucement tes lèvres sur son front, promettant encore une fois de protéger à jamais cette précieuse fleur. Tu avais du courage, mais pour avoir du courage, il te fallait un brin d’espoir… et c’était elle. Elle était ton espoir. L’espoir d’un jour meilleur, l’espoir que le soleil se lève encore une fois pour éclairer le monde. L’espoir que même si le monde va au plus mal, tu pouvais encore faire sourire quelqu’un.

Te surprendre ? Alors que tu te relevas, tu haussas un sourcil et affichas un sourire en coin.
« Me surprendre ? Tu rayonnes de confiance et tu m’assures que tu arriveras à me surprendre. Bien, je n’attends que cela alors. Surprends-moi quand le moment sera venu. » Tu pris sa main, et l’entrainas plus loin, partant vers les chambres. Tu ne sais pas si on pouvait emmener ou non une fille dans une chambre de garçon ici. Dans certains pays, ce genre de chose sont interdit avant le mariage. Mais aucune idée sotte, étrange ou perverse ne te traversa l’esprit à ce moment-là, loin de là. Nan, tu voulais juste lui montrer le merveilleux animal qu’on t’avait offert, cette merveilleuse boule de poils.

Mais avant cela, la petite farce. Tu ne pouvais pas t’empêcher de la piéger dans cette simple farce. Une farce unique en son genre. Sa réaction furent des plus adorables, presque aussi excitées que perturber à la disparition de ta main favorite. Elle posa rapidement des questions, des questions qui auront bien vite des réponses, à peine elle les avait posé que tu y répondis sans mal.
« Comment ? Je ne sais pas exactement, ma maitresse m’a pas encore tout apprit. Ce que je sais par contre, c’est que je peux effectivement l’utiliser sur tout mon corps et oui c’est lier à ma maitrise du feu si mes études sont correctes. Mais tu devrais voir la directrice… Entre elle et moi, le gouffre est monstrueux. »

Elle te posa alors une question fort intéressante. Tu levas légèrement le regard vers le ciel taché de luciole, réfléchissant calmement, quittant les champs de fleurs. « Tu pourras faire des choses, ça c’est certain. Tu es ici pour une bonne raison … Cependant, je ne serais pas dire de quoi tu seras capable. Si j’ai bien compris, l’élément n’est pas une chose qu’on choisit, mais plus une chose par rapport à notre état émotionnel et notre caractère. Je n’ai pas encore retenu quel type de sentiment va avec quoi, mais bon. Mon étude de la chose n’est pas encore parfaite. »

Tu tournas la tête vers elle en souriant. « À ton avis, pourquoi est-ce que je maitrise le feu ? Et surtout, quel élément vas-tu maitriser ? »



Theme
"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 X0BwupG
Arash mode d'emploi
Spoiler:
 
##   Ven 9 Aoû 2019 - 13:25

Personnage ~
► Âge : 19 Ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Merye Izet
Messages : 31
Date d'inscription : 25/07/2019
Age : 26


Main dans la sienne, à la lueur de la flamme émanant de la paume de l'égyptien, Merye se rapprocha un peu plus de lui pour se coller à son bras entier. Le jour c'était éteint, mais cette journée ne se sera pas terminée comme les nombreuses précédentes. Même si dans ses songes, elle sentait sa présence, la voici en ce moment, accolée à lui... Elle aimerait que leurs mains n'aient jamais à se quitter, mais d'un autre coté... Il était encore plus agréable de laisser leur corps se retrouver de temps à autre. Ressentir ce frisson de joie, d'amour et de complaisance de le revoir, c'était une sensation qu'elle ne veut oublier. Le sourire du brun avait toujours eu ce don de chavirer son cœur, le voir heureux... C'est tout ce qui comptait à ses yeux. Et il l'était d'autant plus pour elle, que sa simple présence puisse lui faire ressentir de la joie. Il avait beau lui dire qu'elle devait vivre pour elle... Au fond, il n'en sera probablement pas le cas. Merye est enivrée de lui, mais cela n'était pas une dépendance malsaine. La jeune femme savait faire la part des choses. Elle sera à ses côtés tant qu'il en éprouvera le besoin et l'envie, elle lui sera fidèle et loyale comme il en a toujours été le cas, et sera son soutien en toutes situations. Et ses lèvres sur son front, la confortèrent dans ses pensées.    

Sa tête se pencha légèrement en arrière, relevant le regard vers le ciel d'un air songeur, posant ses doigts sur le bout de ses lèvres démontrant une réflexion de sa part. « Je dirais... Que c'est l’élément qui te correspond sûrement le mieux. Après, je n'ai que très peu... Voire aucune connaissance de tout cela donc... Si tu penses que cela est lié à sa propre personne, le feu est un élément caractériel et turbulent, parfois capricieux, mais il apporte aussi bien-être et réconfort. Il sait nous guider quand tout est sombre autour de nous... » Le feu est à ses yeux, un élément instable et capricieux. Il fait comme bon lui semble, on ne peut lui donner de barrière aussi aisément... Si vous souhaitez le faire dévier, ce dernier peut franchir tout obstacle pour aller là où il s'était destiné. La direction de cet élément est toujours incertaine, et étonnante. Mais il reste aussi l’élément qu'elle trouve le plus dangereux des quatre... L'on risque moins à se prendre dans l'air, dans l'eau, ou une jetée de terre... Le feu contre votre peau lui, ne pardonne pas. Il doit être maitrisé par des mains assurantes, et prête à assurer un tel fardeau. Non. Merye ne se voyait réellement pas contrôler un tel élément. Mais cette description faite pouvait en quelques points faire penser à Arash... Cela n'était en effet, pas un simple hasard. Car le feu, bien qu'il soit dangereux et instable, est aussi un apport de chaleur non-négligeable... Bienfaisant, confortant... Oui, au-delà des limites, on lui trouve des qualités certaines. « Ce n'est que supposition, mais je te trouve parfait en maître du feu. » Elle eut un petit sourire amusé, tournant son regard à présent vers Arash.    

Pour ce qui est de sa propre personne, il lui était très difficile de se projeter. Merye venant d'arriver ici, avait encore du mal à s'imaginer avec la maitrise d'un élément. Pour elle, cela était encore confus et inimaginable. C'était à la fois... Effrayant et passionnant. Une envie, et une rétissance à la fois... Mais la curiosité, et la soif de découvrir de nouvelles choses étaient plus forte en elle.  « En tous les cas, s'il s'agit bien de ça je ne pense pas faire partie du même élément que toi. » Si les deux égyptiens sont complémentaires, ils ne sont pas du même tempérament. Cela était évident.

Sa main serra un peu plus celle, à présent transparente de son aimé et son corps se pressa bien plus contre le sien. Il n'aura décidément, jamais fini de la surprendre. Qui plus est, il semblait maitriser cela aisément... Du moins d'un regard extérieur. Merye se demandait ce que cela donnait lorsqu'il éclipsait son corps entier... Ce don pourrait amplement le satisfaire pour commettre quelques petits actes de filouterie... Non ?

Arrivant devant le bâtiment des dortoirs, Merye redressa le menton vers Aras, en le regardant bien curieusement. Elle n'avait nullement à douter de ses intentions, elle avait toute confiance en lui, et le suivrait les yeux fermés. Néanmoins son regard pétillé de savoir ce qu'il allait encore lui dévoiler.  « Que me caches tu d'autres ? »




"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 Tqo1
##   Ven 9 Aoû 2019 - 15:23
Messages : 259
Date d'inscription : 20/09/2018
Age : 20
Humeur : Radiant tel le soleil !

Ta question était étrange, mais tu voulais entendre son avis. Tu voulais savoir pourquoi, selon elle, tu maitrisais le feu ? D’abord elle expliqua simplement que c’est l’élément qui te correspondait le plus, ce qui était une évident. Mais ce n’était pas la réponse que tu voulais entendre. Le feu pour toi avait une définition unique. Comme une pièce à deux faces, le feu en avait aussi deux. D’un côté, elle consume, brûle, étouffe, dévore sans penser à rien, détruisant tout ce qui passe à porter de ses bras… Mais de l’autre, elle réchauffe, nous aide à mieux voir dans la nuit, nous protège du danger. Si maitriser, le feu peut devenir un élément merveilleux.

Finalement, la réponse de Merye commença à prendre forme. Expliquant plus ce qu’elle pensait du feu, et donc, d’une certaine façon de toi… Mais tu ne prendrais pas tous les louanges. Tu n’étais pas le seul à maitriser le feu. Et à part ton maitre… les autres étaient l’inverse de cette description. Tu trouvais un peu de toi dans cette description cependant. Tu écoutas alors attentivement ce qu’elle voulait dire. Une lumière pour guider dans les ténèbres, à la fois instable, capricieux, mais formidable. Le feu était vraiment l’élément le plus particulier dans ce monde… Pourtant, toi, tu aurais lié le feu à autres choses… Tu aurais lié cela aux étoiles, et plus particulièrement, au soleil.

Alors que tu remarquas seulement que ta très chère se cramponnait à ton bras, tu fis réapparaitre ta main, serrant les dents à ce qu’elle venait de dire. Maitre du feu… Ce que tu faisais était incroyable, mais si tu le comparais à ton maitre… Tu ne méritais aucunement ce titre. Tu relâchas tes muscles, laissant ta mâchoire pendre un peu dans un léger soupire avant de sourire à nouveau, comme tu l’as toujours fait.
« Je suis encore très loin d’être un maitre du feu, très très loin. Je ne suis qu’un débutant… Disons juste que j’accepterais le titre de maitre du feu, quand j’arriverais à faire apparaitre un soleil du bout de mon doigt. »Un rêve très fantastique, mais tu n’abandonnais pas cette petite idée.

Elle décida alors d’exprimer son avis sur l’élément qu’elle allait maitriser ... Mince, c’est vrai que tu lui avais posé cette question. Elle confirma qu’elle se fichait de l’élément, mais qu’elle n’aurait surement pas le tient… Tu l’imaginas alors maitriser la foudre… Tu rigolas légèrement à l’image que tu avais d’elle avec les cheveux frisés dans ta tête avant de lui dire sur un ton léger.
« Il y a bien un autre élément que je ne te vois pas maitriser non plus ahah. »

Vous finissez alors enfin par arriver aux dortoirs, mais pas n’importe lequel, les dortoirs des feux ! Là où … et bien les feux vivent dorment mangent etc etc. Elle te demanda alors si tu lui cachais autre chose. Affichant un léger sourire tu lui affirmas ceci.« Je ne te cache rien, ma douce, je peux te l’assurer, cependant, c’est lui qui risque de se cacher. » » Sans dire un mot de plus, tu la conduis tranquillement à ta chambre personnelle, une chambre encore assez sombre et terne, pas grand-chose de spécial. Un lit simple assez large, un tas de bouquins dans un coin, une cuisine en bazar. On pouvait diviser la chambre en trois. Une partie lit où tout était bien rangé, et une partie cuisine où le bazar régnait en maitre et au centre, un simple salon Japonais. À peine rentrer, tu dis à Merye de faire comme chez elle, avant de se pencher en avant et de regarder à gauche et à droite le petit animal qui te servait de compagnie.. « Petite. Petite Ruby ? »

Alors que tu appelais ton animal de compagnie, celui-ci rentrait par la même porte que vous, venant se frotter directement à la jambe de Merye.



Theme
"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 X0BwupG
Arash mode d'emploi
Spoiler:
 
##   Ven 9 Aoû 2019 - 18:16

Personnage ~
► Âge : 19 Ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Merye Izet
Messages : 31
Date d'inscription : 25/07/2019
Age : 26


L'expression de Merye dévia rapidement sur un grand gène, en venant presque à rougir de ses paroles. Elle dû bien le mettre mal à l'aise, avec sa mauvaise expression choisit du "maitre du feu". Par là, elle n'attendait évidement pas, un niveau des plus élevés, c'était en toute innocence sortit de ses lèvres. Loin d'elle, l'idée d'avoir voulut le froissé et le mettre face à son niveau. Bien évidement que pour devenir maitre en la matière, il allait devoir redoubler d'efforts, d'acharnements et de beaucoup de travail. Ce à quoi, elle se contenta d'acquiescer en souriant à ce dernier. Il se mit alors à rire, seul, sur une pensée qui lui traversa l'esprit... Un autre élément qu'il ne la voyait pas maitriser ? A son rire, Merye déduit une plaisanterie de sa part, mais n'osa lui demander ce à quoi il pensait. Après tout, ni l'un ni l'autre ne pouvait le savoir... Alors si c'était l’élément qui lui venait en tête... Sa mine songeuse, tenta tout de même de percevoir ce de quoi il parle, mais s’arrêta à leur arrivée près des dortoirs.

Le petit duo y pénétra alors, arrivant dans la chambre personnelle d'Arash. Merye n'eut pas encore le temps de la regarder, qu'elle se tourna curieusement vers celui qu'elle affectienne. « Ruby ? » A peine sa question posée, qu'elle sentit une légère pressions sur le bas de ses jambes. Abaissant le regard, telle ne fut pas sa surprise en observant cette petite boule de poils qui venue se frotter à elle. Il ne lui fallut alors, que quelques secondes à son visage pour s'illuminer, craquer totalement et s'accroupir au niveau de l'animal. Si l'on s'y attardait, l'on pourrait même remarquer des petites étoiles dans ses yeux. Sa main avait lâché celle de Arash, pour venir tendrement se poser sur la tête de la minette, la frôlant délicatement jusqu'au bout de son dos. Elle ne pensait pas que les animaux seraient acceptés ici, mais cette compagnie devait être des plus agréable. « Elle est adorable, ça te fait un colocataire qui prend très peu de place. » Elle savait que la plus part des personnes ici, logeaient par deux dans les chambres, mais certaines préférant avoir leur petit confort personnel. Au vu de la chambre, Arash s'en trouvait seul... Ou presque si l'on n'oublie pas la petite Ruby. Le félin semblait apprécier les caresses de sa nouvelle amie, qui l'a prit alors avec douceur dans ses bras et se redressa, regardant d'un œil curieux ce lieu qu'occupait Arash depuis près d'un an à présent. Cela a du drôlement le changer, de passer de sa belle maison en Égypte à cette petite pièce. Petite, mais qui usée tout du confort nécessaire. Merye quant à elle, n'en fut pas trop dépaysée. La maison qu'elle occupait avec ses grands-parents ne disposait que d'une pièce de vie d'une taille presque identique et d'une chambre de taille réduite qu'ils lui avaient laissé. La jeune femme eut un petit regard amusé en discernant la cuisine, preuve que le brun devait encore s'y atteler quotidiennement. Il lui avait bien fait mention toute à l'heure de personne pour laquelle il cuisinait, il n'avait donc pas perdu la main sur ce niveau.

La féline l'a rappela à l’ordre des caresses en lui donnant un léger coup de museau, amusant Merye qui serra le petit être contre elle. « Elle ressemble à l'un de ceux que je nourrissais près de chez moi. Bien que son poils ne soit beaucoup plus beau, je vois que tu t'en occupes bien. Enfin, cela n'a rien d'étonnant de ta part. Si un jour tu as besoin de quelqu'un pour t'en occuper, je le ferais avec joie. » Une petite proposition se terminant sur un sourire. Nul besoin de préciser, bien évidement qu'elle accepterait de s'occuper de la petite Ruby. Merye se pencha de nouveau pour remettre le petit animal à terre, restant accroupit en position seiza. Redressant ses pupilles vers son aimé. « Je suis bien curieuse de savoir comment tu l'as trouvé ? »



"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 Tqo1
##   Dim 11 Aoû 2019 - 15:59
Messages : 259
Date d'inscription : 20/09/2018
Age : 20
Humeur : Radiant tel le soleil !

Tu pouvais voir du coin de ton œil le visage Merye dévier à cause de la gêne. Tu ne penses pas avoir dit quelque chose de gênant pour elle pourtant… Peut-être c’était parce que tu étais un peu trop réaliste… Oui, ça devait être cela, elle était douce et gentille, et te voir te blesser en admettant la réalité était certainement trop pour elle… Mais ce n’était pas bien grave au fond, tu sais bien que tu sauras rattraper le niveau de la directrice au bout d’un moment. C’est le but d’un roi nan ? Ne jamais lâcher prise. Un idiot a dit un jour : « S’enfuir sous le couvert de la nuit, voilà un cambriolage ignoble. Mais s’en aller avec un chant de victoire, voilà le pillage d’un conquérant. » Deux même chose, mais pourtant si différent grâce à un seul changement. Si tu continuais en sachant que tu ne battras jamais la directrice, tu ressemblerais à un idiot défaitiste… mais si tu continues de te battre et de t’améliorer, en sachant que tu peux la battre… Le goût de la victoire ou de la défaite contre elle sera complètement différent. Et toi, tu ressembleras bien plus à un roi idiot qu’autre chose.

Alors que tu fouillais ta chambre de gauche à droite et de bas en haut, voilà que l’animal entièrement recouvert de poils noir et aux yeux de jade s’approcha de Merye pour se frotter à elle. Son pelage mi- long lui donnant une épaisseur douce et agréable au toucher. Merye avait alors lâché ta main pour venir caresser le chat, une action que tu ne pouvais qu’approuver et apprécier.
« Oh croit moi, elle en prendre de la place quand elle veut, surtout quand elle veut dormir. »Tu croisas les bras regardant ta chérie prendre cette magnifique boule de poils dans ses bras. Quand quelqu’un prend ta boule de poils dans ses bras, tu deviens jaloux, agressif ou pire encore. Mais la voir dans les bras de ta douce… Tu ne pouvais pas rêver mieux. Sans dire un mot, tu te retournas vers ta petite cuisine pour y faire de la place et préparer un thé. Tu avais encore quelque pelure de pomme. Tu ne pouvais pas faire un thé de première qualité, mais, tu devrais pouvoir faire quelque chose de sucré et reposant.« J’y penserais, ne tant fait pas. »

Réchauffant l’eau et te divisant presque en préparant ce qu’il fallait avant d’attendre que l’eau boulle. Tu te tournas vers la demoiselle qui se sépara du chat pour te poser une question. « Oh, je ne l’ai pas trouvé, on me l’a offert à Noël. Un cadeau surprise auquel je ne m’attendais pas à vrai dire. » Tu relevas la tête quelque chose réfléchissant à quelque chose avant de sourire. Tu avais encore une surprise à lui montrer mais ça ne sera pas pour maintenant. « Mais c’était sympathique comme Noël. On m’a offert une peluche de moi-même, et une couronne de bronze qui quand réchauffer fait apparaitre des traits légers et dessiner sur le métal. »Tu pointas l’étagère où se trouvait tes cadeaux avant de te retourner à nouveau vers la cuisine pour commencer à préparer le thé, tirant les tiroirs à la recherche de quelque chose de spécifique. Quelque chose qui ne devrait pas être dans des tiroirs d’une cuisine, mais quelque chose dont tu voudrais mettre les mains dessus immédiatement.



Theme
"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 X0BwupG
Arash mode d'emploi
Spoiler:
 
##   Mar 13 Aoû 2019 - 21:23

Personnage ~
► Âge : 19 Ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Merye Izet
Messages : 31
Date d'inscription : 25/07/2019
Age : 26


Les pupilles de la jeune femme suivirent les mouvements du petit félin qui faisait sa petite vie dans la chambre. Il semblait avoir pris ses aises, et se sentir très bien en ce lieu. A vrai dire, elle enviait la petite boule de poils, vivant auprès d'Arash, et pouvant se cajoler à lui dès que l'envie lui prend. Sortant de ses pensées, Merye se redressa pour regarder plus en détails la petite chambre de l'Egyptien.

Il ne faisait nul doute, qu'Arash c'était construit une petite vie ici, et instauré des relations intéressantes avec des personnes vivant en ces lieux. La petite Ruby devait lui parvenir d'une personne pour qu'il devait compter, du moins en à déduire ce présent. Une personne, qui devait avoir confiance en la capacité de l'égyptien de prendre soins d'un petit être si fragile... Et en vue de la minette, il n'y avait aucun doute sur la manière dont elle était entretenue. Merye releva le regard vers les autres cadeaux dont il eut bénéficié durant cette même soirée de Noël. Des cadeaux si l'ont peut dire... Parfait pour Arash. Une petite poupée à son effigie ? Une couronne aux motifs apparent ? Et bien... Merye était curieuse de connaitre ceux qui ont été porteur de ces idées. Mais cela collait parfaitement avec celui qu'elle chérissait, il devait avoir été comblé à ce moment. La jeune femme offrit un sourire amusé, et s'avança vers l'étagère pour mieux les regarder. Elle eut alors, un petit pincement au cœur. De ses faibles moyens, elle n'a jamais été en capacité de pouvoir offrir quelque chose à Arash. Mais ici, il trouvait des personnes qui pouvait le combler, comme lui l'a toujours fait envers elle. A chaque cadeaux qu'il lui faisait à son retour, il la mettait dans l'embarras, mais elle le dissimulait derrière ses sourire.

Ses mains vinrent attraper la petite peluche, passant son regard de cette dernière à Arash. « C'est amusant, il est vrai que la ressemblance est frappante. Mais je pense que je préfère la version originale contre moi. » Ses mots eurent plus vite que ses pensées, secouant alors doucement la tête et eut un petit air gêné. « Enfin... Par là je voulais dire que...  » L’instant de quelques secondes, la demoiselle c'était imaginée étreignant une peluche contre elle dans la nuit, sous la chaleur de ses draps, devenant ainsi le véritable Arash. Heureusement qu'il n'avait pas le don de voir ses pensées si volage... Il n'a pas ce don ? N'est ce pas ? Il faut dire que depuis toute à l'heure, elle allait de surprise en surprise avec lui. Chassant ses pensées de son esprit, elle feinta alors une nouvelle issue de secours en le voyant chercher quelque chose dans sa cuisine. Reposant la peluche, elle s'approcha doucereusement. « Tu as besoin d'aide ?  » Avancement curieusement pour voir ce que faisait son cher et tendre, elle tendit le cou pour tenter de percevoir ce à quoi il s'attèle.



"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 Tqo1
##   Sam 17 Aoû 2019 - 19:08
Messages : 259
Date d'inscription : 20/09/2018
Age : 20
Humeur : Radiant tel le soleil !

Une main fouillait les tiroirs à la recherche du précieux objet, l’autre préparait comme elle pouvait seule le thé. L’eau devait encore chauffer, donc tu aurais le temps de chercher cependant ! Tu ne pouvais pas laisser ta très chère seule… Tu trouveras ce que tu cherches en temps voulu, pour le moment, tu devais t’occuper d’elle et surtout ne pas l’ignorer. Tu l’as amené pour discuter avec elle. Pas juste la laisser regarder ta chambre sans rien faire. Tu pouvais l’entendre marcher vers l’étagère, certainement pour regarder les cadeaux dont tu lui parlais. Parfait, ça te laissait plus de temps. L’eau étant sur le feu, tu commenças à tirer les tiroirs cherchant rapidement l’objet de tes convoitises alors que tu parlais à Merye sans pour autant lâcher le regard des tiroirs.

- « La peluche a été fait main et m’a été offert par un enfant qui a fait des courses de Noël avec moi et la couronne … je ne sais plus exactement. » Qui te l’avait offerte cette couronne encore ? Tu relevas la tête un moment, essayant de te rappeler, mais pas moyen de savoir qui … Alice peut-être ? Il y avait des chances, elle maitrisait la terre après tout. Tu haussas les épaules, te disant que tu finirais par te souvenir. De toute façon, tu avais plus important car tu cherchais encore l’objet en question. Sans réfléchir, cherchant d’abord la boîte. Tu répondis par pur réflexe à ce que disait Merye … si seulement t’avait fait un peu plus attention.« Un original est toujours plus appréciable qu’une copie, car même la copie représenter bien celle de base, elle ne vaut pas la valeur de l’original. » Vive les cours de peinture pour le coup, ton cerveau avait complètement ignoré le fait qu’elle avait dit contre elle. Sinon, ton visage aurait pris une couleur sacrément rouge en moins d’une seule seconde.

Finalement, tes doigts finirent par toucher la boîte au fond d’un tiroir caché derrière des instruments de cuisine. Pfiou ! Il était encore là. Cependant, ton cœur accéléra rapidement quand tu sentis la présence et la voix de Merye juste derrière toi. Surprit, et ne voulant pas gâcher la surprise, tu te relevas rapidement… un peu trop rapidement.
« QuoIAIE ?! » Ta question se transforma en petit cri de douleur alors que le sommet de ton crâne frappa le coin d’un meuble accroché au mur. Surpris par la douleur, tu te penchas en avant, serrant les dents, sifflant entre ceux-ci, retenant la douleur mixée à la surprise de cette soudaine souffrance.« Voilà qui m’apprendra à ne pas faire plus attention à toi. »Frottant doucement ta tête avec sa main droite, sa main gauche ferma le tiroir par automatisme. Tu fermas les yeux, forçant sur tes paupières pour retenir la douleur avant de les ouvrir à nouveau, respirant plus doucement. Ton regard partit vers Merye, la regardant de bas en haut. « Tu n’as rien, je ne t’ai pas poussé par accident ? » Si tu l’avais fait, tu le regretterais toute ta vie.

Ta main droite cependant, pouvait sentir un léger liquide chaud venir de la douleur. Tu y posas un doigt pour sentir immédiatement un flash de douleur que traverse ton crâne. Tu te figeas une demi seconde avant de bouger à nouveau.



Theme
"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 X0BwupG
Arash mode d'emploi
Spoiler:
 
##   Mer 21 Aoû 2019 - 11:16

Personnage ~
► Âge : 19 Ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Merye Izet
Messages : 31
Date d'inscription : 25/07/2019
Age : 26


Elle s'approcha de son tendre, probablement un peu trop furtivement, à moins qu'il ne prêta nul oreille à sa présence. À quoi pouvait-il s'atteler pour être ainsi perdu dans ses pensées ? Que cherchait-il de si important ? Merye s'en trouva curieuse, se positionnant juste derrière lui et tenta de dresser son cou pour percevoir par-dessus l'épaule d'Arash. Ce dernier ne semblait pas avoir compris les derniers mots de l'Égyptienne, et tant mieux, cela évite très certainement un malaise. Elle-même se dit qu'elle devrait faire plus attention à ses paroles, qui pourraient lui aussi le gêner. Mais ses paroles furent justes, et répondent parfaitement à ce qu'elle avait sous-entendu. D'une certaine manière, elle s'accorda un léger sourire sur ses mots. Rien ne pourrait remplacer celui qui enivre son cœur, pas même cette peluche, aussi ressemblante soit-elle. Mais c'était assez amusant, il faut l'avouer. S'approchant un peu plus, la jeune femme lui fit part de son aide... Mais fut bien surprise de la réaction d'Arash. Si ce n'est, que ce soit plutôt lui qui en fut surprit. Le voyant se redresser de manière abrupte, ses lèvres s'ouvrirent pour tenter de l'avertir, mais bien trop rapide, elle ne put dire quoi que ce soit avant le son de l'impact. Son râle de douleur la raccorda dans son raisonnement, bien que les quelques secondes se jouant, elle en avait espéré le contraire. Ses dents s'étaient serrées sur le coup et le cris de douleur, comme si elle partageait cette souffrance. « Arash, ça va ?! » Il semblait ne pas l'avoir entendu, sûrement encore sonné par le choc. Elle fixa son visage, crispé et les paupières closent. Rapidement, Mery s'alarma et s'affola de l'état de son tendre.    

Mais lorsqu'il reprit un minimum ses esprits, et qu'il se tourna vers elle, c'était pour savoir si elle, allait bien... Merye secoua la tête pour signifier qu'il n'y avait nul secousse pour sa part, et posa sa main sur l'avant-bras de son amour. Elle tenta pour sa part, de ne pas démontrer son état de panique, pour pouvoir au mieux lui venir en aide. L'Égyptienne s'accola presque à lui, fixant le dessus de son crâne pour voir cette blessure. Sa main vint saisir celle d'Arash, remarquant alors ce liquide rougeâtre sur sa peau au couleur du soleil. Ses dents se serrèrent de nouveau. Son Arash c'était blessé, par sa faute qui plus est. « Viens, montre moi. » Gardant l'une de ses mains sur son avant-bras, et l'autre lui maintenant la main, elle l'incita à la suivre pour qu'il puisse s'asseoir sur son lit. De la, elle pourrait mieux observer la blessure, et voir ce qu'elle peut y faire.

Sa main vint doucement repousser les mèches brunes de l'égyptien, pour voir la commotion sur le sommet de son crâne. Elle se mordit les lèvres, détestant le voir blessé, qui plus est il ne c'était pas loupé. « Je... Je suis vraiment désolée. Attends. » La jeune femme se dirigea vers le coin cuisine, et ouvrit le petit frigo pour y saisir quelques glaçons. Son regard chercha ensuite une serviette en tissus, qui lui servit de pochoir pour les glaçons et revint près de son cher. Elle s'asseya à ses côtés et le regarda d'un air désolé. Le froid allait empêcher... Du moins au minimum... L'apparition d'une énorme bosse. Et la pression empêchera le sang de sortir. D'une main, elle posa la petite poche sur le haut du crâne d'Arash, évitant son regard. Elle savait qu'elle allait lui provoquer une vive douleur ainsi, mais elle n'avait nul autre choix. « Ça va aller, tu te sens bien ? Tu ne vois pas flou ? Je devrais peut-être t'emmener à l'infirmerie. » Merye tenta de percevoir si la commotion n'était pas trop importante, l'on ne sait jamais.

Un bruit vint alors la sortir de ses pensées, oubliant totalement que de l'eau avait été mise à bouillir. Commençant alors, à siffler et déborder. Se redressant rapidement, elle fit signe à Arash de maintenir la poche quelques secondes et se précipita pour enlever l'eau du feu et la poser sur le coté. Un souffle de soulagement sortit alors de ses lèvres, il n'était pas question qu'elle provoque une nouvelle catastrophe. Puis, revint près de son blessé pour de nouveau maintenir la poche tout en se posant près de lui. Elle s'en voudrait tellement s'il se sentait mal, s'il ressentait un malaise du à sa blessure. « Par quoi étais-tu si préoccuper ? »



"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 Tqo1
##   Dim 25 Aoû 2019 - 10:13
Messages : 259
Date d'inscription : 20/09/2018
Age : 20
Humeur : Radiant tel le soleil !

Voilà qui n’était pas prévu au programme pour le coup. Non, seulement tu t’étais blessé à cause de ton inattention, mais surtout, tu sais parfaitement que ta très chère fleur va se sentir couple de ce que tu viens de faire. Heureusement, tu ne l’avais pas blessé dans ta surprise, c’était déjà un bon point. Il était hors de la question de lui faire du mal, de manière intentionnelle ou non, mais pourtant, en te blessant, tu savais aussi que tu lui faisais du mal. Pourtant, tu sentais une forme de réconfort en toi, la voir venir vers toi pour te réconforter et prendre soin de toi… C’est très égoïste de ta part, mais ce sentiment d’importance que tu avais pour elle pourrait soigner tous les maux de ton âme et de ton cœur.

Restant parfaitement calme, la jeune femme décida de s’occuper de toi, comme si tu avais une infirmière personnelle… Ou même une … Ton visage commença à légèrement sourire à l’idée de l’avoir prêt de toi avec une bague au doigt. Même si tu étais très confortable avec elle et pouvais lui parler de tout sans mal. Tu avais vraiment du mal à passer cette étape avec elle… Tu souhaites de tout ton cœur, qu’elle dise oui, tu le veux de toute ton âme… Mais tu sais aussi que tu fais de nombreuses choses dangereuses dans ta vie, et maintenant que tu es à Terrae, tout pourrait s’arranger comme empirer… Tu savais bien qu’elle avait un faible pour toi comme tu en avais un pour elle. Vous vous aimiez mais … La chose la plus merveilleuse que tu pourrais lui offrir serait aussi la pire. Et tu le savais bien, l’amour vaut la peine, et vaudra toujours la peine… Mais tout de suite, tu ne voulais pas que ce moment change… Tu aimes comme les choses sont. Et un jour, tu lui demanderas sa main…

Retournons à l’instant présent ! Alors que tu sembles rougir légèrement par ton esprit qui vagabonde, la douleur te fit revenir à toi, et cette si douce demoiselle semblait toujours aussi inquiète. Lorsqu’elle chercha à regarder le haut de ton crâne, tu te penchas pour lui montrer, ne lui cachant rien. Elle te tira alors vers le lit pour te regarder de plus près. Rigolant un peu et la suivant, tu commenças à essayer de la rassurer.
« Ne t’en fait pas Merye, tu sais bien que ça finira par partir, je ne vais pas être marqué à vie pour si peu. » Elle chercha alors dans tes cheveux pour voir la blessure et s’excuser une fois de plus. Tu dirigeas ta main vers sa tête pour la rassurer, mais voilà qu’elle se leva pour repartir vers le frigo, faisant rapidement une poche de glaçon pour le poser sur ton crâne. Tu laissas ta très chère infirmière faire ce qu’elle devait faire, sans râler ou te plaindre de la douleur. Car comme l’épuisement après le sport, c’était une sorte de bonne douleur.

Tu repris ton sourire lui répondant simplement
« Je vais bien mademoiselle l’infirmière, ne vous en faites pas. »Cependant, le bruit du sifflet rappela la demoiselle à l’ordre qui partit vite l’éteindre alors qu’une autre demoiselle sauta sur tes genoux pour s’y coucher… Il est vrai qu’il commençait à se faire tard. Mais elle finit par revenir vers toi pour maintenir la glace, bien que tu puisses le faire toi-même. Tu fermas les yeux, caressant le chat qui c’était rouler en boule.

« Par quoi ? »Tu haussas les sourcils, en gardant les yeux fermés, te concentrant uniquement sur ce que tu ressentais autour de toi. « Je cherchais quelque chose, je te le montrerais demain. »Ce n’était pas un mensonge techniquement. Tu aurais lui montrer maintenant, mais … Là, tu voulais juste profiter de sa présence. Tu ouvris les yeux pour regarder un petit moment son visage, scrutant chaque partie, chaque détail, avant de les refermer et de lui dire doucement. « Merye ♪ Ce n’est pas si grave. De plus, être soigné par une aussi belle demoiselle est ce que demanderait n’importe quel homme. »… Un peu sexiste comme commentaire, tu réfléchissais une demi-seconde, cherchant à rattraper ton coup. « Mais je suis bien heureux que ça soit toi et nul autre qui s’occupe de moi. Je ne pourrais pas rêver mieux. » C’était peut-être un poil trop charmeur mais … tu ne voulais pas qu’elle s’inquiète plus que cela, sinon tu dormiras avec une camisole sous trois tonnes de couverture et de coussin pour être à l’abri de n’importe quel danger.



Theme
"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 X0BwupG
Arash mode d'emploi
Spoiler:
 
##   Dim 25 Aoû 2019 - 21:41

Personnage ~
► Âge : 19 Ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Merye Izet
Messages : 31
Date d'inscription : 25/07/2019
Age : 26


Les paroles de son cher et tendre, eurent beau tenté de persuader Merye de l'état plus que convenable de sa blessure, cela ne semblait avoir nul effet sur elle. Ses oreilles entendaient, mais ses yeux étaient rivées sur la vilaine, et ses mains tentaient de la soulager grâce à la petite poche de glace. Au moins grâce à ça, nul bosse n'apparaitra et n'entachera l'élégance de son aimé. Même si elle se trouve cachée sous sa chevelure. Elle ne pouvait être qu'une petite souffrance, s'en était une tout de même, et la jeune femme n'aimait pas voir Arash, en proie à une quelconque migraine. L'air sérieux et absorbé, Merye continua ses petits soins de manière soignée et appliquée. Ne nous le cachons pas, elle aimait prendre soins de lui, et être celle qui pouvait lui apporter réconfort. S'il le fallait, elle serait à ses cotés pour panser ses blessures toute sa vie... Mais ne parlons pas seulement de malheur... Car oui, partager des moments avec lui, qu'importe qu'ils soient bons ou mauvais, elle les accepterait tous, et ce, sans aucunes hésitations.

Arash parvint toutefois, à la tirer de son sérieux. Lui dessinant sur son visage, un léger sourire amusé. Elle se complaisait dans le rôle de l'infirmière, bien qu'elle ne possède des notions suffisantes pour être appelée comme telle. La jeune égyptienne aurait tout de même préférée que quelqu'un du métier l'examine, mais il avait raison... Ce n'était pas si grave que cela. Et bien évidement, fort heureusement. « Je suis soulagée alors. » Sur ses mots, son petit sourire amusé se transforma en un sourire rassuré et plus paisible, dans un léger souffle. Elle mit fin à ce petit échange, pour s'occuper d'enlever l'eau qui commençait à s'impatienter sur les flammes. Et vit à son retour, la petite Ruby qui semblait démontrer son impatience à trouver le calme pour commencer sa nuit. Il est vrai qu'avec tout cela, Merye n'avait pas vu le temps passer. Comme à chaque fois qu'elle se trouve en présence d'Arash, le moment de la journée lui est quelconque. Et les heures pouvaient s'écouler sans qu'elle ne s’aperçoive du temps passé.

Continuant tout de même de maintenir la petite poche de fortune sur le haut de la tête d'Arash, elle écouta ses explications quelque peu vague. Mais soit, elle attendra demain si c'est ce qu'il désirait. Après tout, maintenant qu'ils sont unis de nouveau, ils ont tout le temps devant eux. Bien que Merye soit curieuse, elle n'a jamais été dans la précipitation et n'aime pas brusquer les choses. La preuve en est, de la relation qui c'est instaurée entre nos deux affectionnés. « Tu souhaiterais donc que l'on se retrouve demain ? » Le ton de sa voix légèrement enjoué, du là trahir sur son engouement. Elle ne pouvait être que des plus heureuses de savoir qu'il pouvait lui consacrer une partie de son temps demain, car après tout rien ne l'y obligeait. Certes, bien avant sa disparition, lorsqu'il se trouvait en Egypte, ils passaient, dans la mesure du possible, presque tout leur temps ensemble... Merye savait que les choses n'allaient peut-être pas être aussi évidentes à Terrae, il a ses obligations, et elle aussi à présent. Si elle voulait parvenir à rattraper le niveau des autres, il allait lui falloir beaucoup d'implication personnelle. Mais il va de soit, que si elle pouvait saisir le moindre moment à passer à ses cotés, la jeune femme en sera comblée et acceptera volontiers.  

Il eut encore une fois, raisons d'elle. La teinte de ses joues s'engorgea légèrement d'une pâle couleur rosée, causée par ses paroles à son propos. Ses mains se retirèrent de sa tête, reposant ainsi la petite poche sur ses genoux et prit place à ses cotés. La blessure ne saignée plus grâce à la pression, et le froid avait empêché un gonflement. Une bonne chose. Ce qui pouvait paraitre étrange, était le fait que Merye n'a jamais su être imperméable aux compliments d'Arash, et ce, même s'ils étaient souvent présent. A chaque fois, elle s'en trouvait troublée et désarçonnée. A croire qu'il pouvait s'amuser du fait de la voir ainsi rougir, de manière affectueuse évidement. Elle lui répondit toutefois, en souriant et s'amusant légèrement pour cacher cela. « Je t'interdis de prendre plaisir à te blesser, juste pour que je sois aux petits soins pour toi. Tu n'as pas besoin de ça pour que ce soit le cas. » Ses iris se plongèrent ainsi dans les siens, à chaque fois qu'elle pouvait croiser son regard, la jeune femme se faisait cette promesse de continuer à le faire sourire.

Sa tête se posa doucement sur l'épaule de son aimé, descendant son regard vers le petit animal lové sur son maitre. Ses doigts fins vinrent effleurer le dessus de son pelage, puis murmura comme si elle ne voulait pas ainsi la réveiller. « Je devrais peut-être te laisser te reposer à présent. Je sais bien que tu voulais m'offrir un thé à boire, mais je pense que petite Ruby souhaite trouver la quiétude pour dormir avec son maitre. » Dressant de nouveau la tête vers le visage d'Arash, tout en restant calée sur son épaule, elle pouvait ainsi sentir son souffle chaud et assurant. « Ça va aller tu es sur ? »


"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 Tqo1
##   Jeu 29 Aoû 2019 - 15:15
Messages : 259
Date d'inscription : 20/09/2018
Age : 20
Humeur : Radiant tel le soleil !

Peu importe tes blessures et ton état, tout ce qui importait pour toi, c’était la femme sous tes yeux. Belle, charmante et pure, tu souhaitais uniquement que son cœur puisse comme une fleur du Nil s’épanouir et fleurir. Terrae était peut-être la bonne occasion pour cela, elle pourra rencontrer des nouvelles personnes, venant des quatre coins du monde, et l’aidant à découvrir de nouvelle chose. Tu aimerais partager toutes ses expériences avec elle, et vivre chaque instant à ses côtés, mais tu savais au fond de toi aussi que tu avais surtout plus besoin d’elle qu’elle n’a besoin de toi. Au pays, avant même que tu puisses mettre le doigt sur elle et la découvrir, son cœur rayonnait avec une douce lumière. D’un seul rayon de lumière, elle avait attrapé l’attention du roi, et l’amour d’un homme.

Tu continuas d’essayer de la rassurer, jouant la carte du charmeur. La blague de l’infirmière semblait avoir touché en plein dans le mile, mais ce n’était pas tout. Elle affirma être soulagée, mais hors de question de t’arrêter là ! Tu ne voulais pas juste la rassurer, tu voulais l’amuser, la faire rire, tu ne voulais pas juste chasser les ténèbres… Tu voulais y mettre de la lumière. Et pendant ce temps-là, une boule de poils profita de ton absence pour venir sur tes jambes, elle avait raison. Il commençait à se faire tard.
« Demain ? Avec plaisir, j’aurais du mal à respirer si je ne te vois pas tous les jours maintenant que je t’ai revue. » Il est vrai qu’à chaque fois que tu partais ou t’éloignait d’elle, ton cœur se resserrait, et ta respiration devenait lourde. Un mal que de nombreux amoureux ressentent.

Mais finalement, tu touchas son cœur, et son visage tourna rapidement rose. Est-ce que ça t’amusait ? Oui clairement, il n’y avait rien de mieux que d’un peu plaisanter et la faire réagir. Ses réactions étaient aussi précieuses que des diamants. Elle te menaça alors, t’ordonnant de ne pas le faire exprès ajoutant un argument valide. Tu levas les mains en souriant lui répondant juste.
« Je te le promets, je n’aime pas me blesser et encore moins te voir aussi inquiète pour moi… Disons que je préfère te voir avec ton sourire d’abord. »

Alors qu’elle posa doucement sa tête sur toi, tu la laissas faire, la regardant doucement caressant cette boule de poils qui semblait apprécier cela. Elle apprécierait les caresses de n’importe qui. Maudite boule de poil. « Vu qu’elle ne fait que dormir, je pense surtout qu’elle profite de moi pour dormir confortablement. » Merye tourna son regard vers toi, cherchant à savoir si ça allait. Elle savait bien la réponse, mais elle semblait vraiment inquiète… Il fallait trouver un moyen qu’elle rester calme et rassurer en allant dormir.« Oui, sans problème. Tu veux que je te raccompagne ? Et si tu veux, je peux aller dormir avec toi. » Tu souris doucement en tournant la tête vers elle avant de pointer la peluche à ton effigie. « Je suis sûr que "Je" serais ravi de dormir avec toi. » Dis-tu en insistant sur le je pour lui faire comprendre.


Theme
"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 X0BwupG
Arash mode d'emploi
Spoiler:
 
##   Ven 30 Aoû 2019 - 15:43

Personnage ~
► Âge : 19 Ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Merye Izet
Messages : 31
Date d'inscription : 25/07/2019
Age : 26


Se revoir tous les jours. Dans un premier temps, cette idée parut dans l'esprit de notre jeune égyptienne, irréaliste. Tous ces jours, tous ces mois, cette année, qu'elle a passé sans ne plus revoir l'élu de son cœur. Ce fait l'avait marqué, bien qu'elle n'en semble pas amoindrit. Alors se remettre dans l'esprit que cela est de nouveau possible, il semblerait qu'elle est encore du mal à se rendre compte de se nouveau bonheur. Pourtant, les mots d'Arash avaient réveillé une flamme dans son cœur, la faisant ainsi doucement sourire. La joie d'être de nouveau présente à ses côtés, et la peur que cela ne soit qu'un doux rêve. C'était pourtant bien réel, et Merye n'en douta nullement. Même s'il devait leur arriver de ne se voir que quelques minutes pour certains jours, elle en serait très heureuse.  Son visage s'illumina alors à ces mots, et hochant positivent la tête pour démontrer son approbation à cette proposition.

Le bel égyptien lui fit alors part de prendre soins de lui, pour ne pas l'inquiéter plus qu'elle ne l'est. Très noble de sa part, et cela semblait ravir la demoiselle. Souriant, bien heureuse de ce serment qui lui est fait.

La tête de la jeune femme se secoua doucement lorsqu'il lui proposa de la raccompagner. « Ce n'est pas la peine, je parviendrais à me retrouver. Et je ne... » Attendez... Quoi ?! Merye eut un petit moment d’absence, son visage révélant un air estomaqué. Son esprit lui dessina de suite dans ses pensées, l'ombre de nos deux comparses, lovés l'un contre l'autre dans le même lit. Dormant ainsi, en toute innocence. Bien que rien que ce simple fait à imaginer, fit chavirer ses joues d'une couleur bien plus vive que toute à l'heure. Rapidement, sa tête se baissa vers ses genoux, espérant ainsi qu'Arash n'est pas deviné ses pensées, de part son étrange attitude. Le faisait-il exprès ? Car cette phrase était plus qu'équivoque et pouvait réellement prêter à confusion. Soulevant timidement les pupilles, elle remarqua qu'il désigna l'étagère où se situer la petite peluche à son effigie. Elle eut alors, un léger rire. Comprenant enfin ce dont il était question, la jeune égyptienne semblait soulagée... Quoi que. Ce mot était peut-être mal choisit en réalité. L'on ne peut réellement dire que si la situation aurait été ainsi, la jeune femme s'en soit vu contrariée... Non. Ce serait même un rêve que de pouvoir partager en plus de ses journées avec son tendre, les nuits à ses cotés. Se sentir confortée dans ses bras musclés et rassurant la pressant contre lui. Mais cela serait se montrer trop gourmande, très certainement. Merye était sage, et savait faire preuve de patience. Car qui sait, peut-être bien que ce rêve sera un jour réalité. « Ce serait en effet, une compagnie très appréciable. » Hochant légèrement la tête sur le coté, un sourire généreux se dessina sur ses lèvres. « Je serais heureuse que tu sois avec moi pour la nuit. »

Elle prit un certains amusement à rentrer dans son jeu, bien que ces paroles semblaient sonnées vraies. Parlait-elle seulement de la peluche ? Se redressant, elle se dirigea vers l'étagère et prit tendrement la peluche mini-Arash dans ses bras.  « Il ne possède pas la chaleur de ton corps, mais  je le garderais tout même près de moi pour le cajoler. Je prendrais soins de lui. » S'approchant  de nouveau de son bel aimé, se préparant à la laisser convenablement pour qu'il se repose.  « Bonne nuit Arash... Je suis vraiment comblée de t'avoir retrouvée. » Sa tête se pencha légèrement sur le coté, souriant franchement et amoureusement à son bel égyptien.


"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash] - Page 2 Tqo1
##   
Contenu sponsorisé

 

"Tu es une fleur dont le parfum m'appartient" [Arash]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Champ de fleur.
Aller à la page : Précédent  1, 2