Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Comme un poisson dans le ciel | Viviane
##   Sam 10 Aoû 2019 - 16:40

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Afya Soubagamousso
Messages : 447
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 21
Humeur : Rêveuse

« Quand il regardait la lune, le petit poisson ne se sentait plus seul maintenant. »

Ainsi se concluait l’épopée qu’avait raconté l’ivoirienne. Elle avait recommencé à conter, sans doute poussée par l’amitié que lui offraient Ariana et Asbjorn. C’était agréable d’avoir des amis, et elle se sentait courageuse à présent qu’elle réussissait à s’installer dans le parc plusieurs soirs par semaine. Bien souvent  elle contait des histoires  inventées lui semblaient-ils des années plus tôt, des histoires qui avaient grandi avec elle. Aujourd’hui cependant ce n’était pas le cas, l’histoire du petit poisson qui voulait visiter l’espace lui était venue entre deux pages d’une nouvelle qu’elle écrivait pour le club… Elle s’était empressée de la noter dans l’un de ses carnets, et ce n’était qu’une fois le conte fini qu’elle l’avait trouvé assez complet. Elle l’avait finalement retravaillé pour pouvoir l’offrir à son public.

Oh, il n’était pas bien consistant son public, parfois ses amis venaient s’y joindre mais le plus souvent il se constituait des enfants de Terrae, ceux qui n’avaient plus de maman pour raconter des histoires le soir avant d’aller dormir… Beaucoup se disaient de toute manière trop grands pour cela, mais ils prenaient plaisir à venir l’écouter tomber quand le soleil déclinait.

L’ivoirienne se concentrait énormément lorsqu’elle contait, elle faisait alors apparaitre des petits personnages vaporeux pour qu’ils suivent son récit et lui donnent vie. Si la première fois elle l’avait fait par mégarde, cela faisait une année qu’elle s’entrainait pour renouveler son exploit. L’histoire du petit poisson était simple, et il était aisé de le faire voltiger sur la voute céleste qui les couvrait au fil ses péripéties. Il rencontrait de nombreux animaux, renard et hirondelle lui donnaient la réplique, des conseils pour son voyage dans les rivières. Nombre de fois il se sentait démotivé, nombre de fois il se croyait perdu, regrettait ton foyer et ses rêves trop grand pour être réalisés… toujours il finissait par avancer, finalement il réussissait à  gagner un petit lac, loin dans les montagnes, un lac où dans l’eau paisible de reflétait t tout l’univers. Ainsi le petit poisson pouvait enfin nager dans le ciel.

Il n’y avait pas de morale à cette histoire, elle n’en donnait jamais. Elle espérait qu’ils comprendraient ainsi que leurs rêves se réaliseraient toujours même si c’était d’une manière un peu imprévisible… mais elle ne leur dirait pas, la morale qu'ils y trouveraient serait sans doute bien plus profonde. Elle regarde ses mots s’estomper dans leurs yeux, leur offre un sourire.

« C’est fini pour ce soir. »


Comme un poisson dans le ciel | Viviane Fyfy10
##   Dim 11 Aoû 2019 - 2:04

Personnage ~
► Âge : 10
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Viviane d'Harcourt
Messages : 32
Date d'inscription : 03/08/2019

Viviane n’aimait vraiment pas les dortoirs, se retrouver entassée avec toutes les autres novices, c’était une expérience un peu trop nouvelle pour elle. Au départ, elle était plutôt solitaire, alors se retrouver au milieu de ce groupement bouillonnant de jeunes filles de tous âges et de tous les horizons, c’était le parfait opposé. Elle se faisait aussi discrète que possible se cachant dans un coin pour se changer ou faire sa toilette ou attendant que les autres soient occupées ailleurs pour faire ce qu’elle avait à faire. Le pire c’était le soir, où elle ne pouvait pas s’enfuir à l’extérieur et se terrait au fond de son lit pendant que les autres filles s’amusaient entre elles. La jeune fille n’avait encore pas adressé la parole à qui que ce soit. Pour cela, il faudrait déjà qu’elle se sente en sécurité et cette cohabitation non voulu lui donnait plus l’impression qu’on allait lui sauter à la gorge à tout moment.

Malheureusement, le monde est ainsi fait et le distance qu’elle mettait avec ses camarades de chambre se ressentait dans leur attitude envers elle. Ils ne voyaient pas une petite fille timide, mais une gosse de riche qui ne pouvait pas s’accommoder de péon comme eux. Elle se faisait donc superbement ignorer par les autres, voir moquer parfois … On dirait que passer la magie de la rencontre avec le master, la réalité l’avait rattrapé. Elle voulait vraiment profiter de cette nouvelle vie, loin de sa famille étouffante, mais un changement si soudain lui demandait un effort qu’elle n’était pas encore capable de fournir.

Emmurée dans le silence et la solitude, elle ne faisait que fuir les autres à moitié terrifiée. Que ce soit pendant la journée ou la soirée, le couvre-feu sonnant le glas de sa liberté et le retour à l’emprisonnement. Ce soir là elle avait trouvé le moyen de s’échapper à nouveau en rejoignant un petit groupe d’enfant qui se rendait à la récitation du club d’écriture. L’idée ne l’emballait pas plus que ça vu qu’elle se sentait déjà trop vieille à l’intérieur pour s’émerveiller devant des contes farfelus, mais elle devait s’échapper de cet enfer. Elle suivit donc le petit groupe en se gardant bien d’échanger le moindre regard avec les autres enfants de peur d’attirer leur sympathie et de faire remarquer sa présence.

Ils arrivèrent enfin dans la cour, où d’autres enfants s’étaient déjà assis pour écouter la conteuse. Viviane la regarda de la tête au pied, elle paraissait encore trop jeune pour être une adulte, mais trop mûre pour être une lycéenne. Elle resta interdite devant sa couleur de peau, elle se remémora ce que disais les parents sur les « nègres », ce n’était surement pas elle qui allait animer la soirée. Aussi fut elle surprise quand celle qu’elle prenait pour une illettrée commença à raconter son histoire. Viviane s’était assise dans un coin, contre un arbre à l’écart du groupe. Elle arrivait à attendre parfaitement et à suivre sans trop de problème. L’histoire était enfantine, rien de transcendant, un peu naïf et mignon, quelque chose d’adapter à son publique en somme. Viviane s’intéressait vaguement à l’histoire, mais quand les premières formes brumeuses apparurent il en fut autrement. C’était la première fois qu’elle voyait un pouvoir sur l’eau en action, l’histoire prenait vie sous ses yeux et elle se surprit elle-même à restée bouche bée comme les autres enfants autour d’elle. Elle suivait maintenant l’histoire du petit poisson avec le même émerveillement que les autres et elle se plaint comme eux quand l’histoire arriva à son terme.

Viviane venait de trouver quelque chose qu’elle ne s’attendait vraiment pas à trouver en venant ici ce soir : un bon moment. On ne lui avait jamais raconter d’histoire, elle les lisait elle-même. Mais la façon de raconter de la dame caramel et le théâtre des brumes avait réussi à la captiver. Elle se remémora sa vie d’avant se perdant un instant dans ses pensées et ses souvenirs qui l’aspiraient comme à leur habitude.

Soudain, elle hoqueta ce qui la ramena à la réalité. Les autres enfants étaient partis et elle comprit la dure réalité : elle n’avait pas la moindre idée de comment rentrer ! Elle aurait dû faire attention au chemin au lieu de regarder ses pieds ! Elle regarda autour d’elle, mais il ne restait que la conteuse qui s’apprêtait à plier bagage elle aussi. Elle n’avait plus de temps à perdre ! Elle s’approcha lentement imaginant la suite des évènements dans son esprit : comment on saluait une personne comme ça ? Il y avait une coutume dans son pays ? Et puis qu’elle était son rang ? Elle s’était suffisamment approchée pour que la conteuse ne puisse plus la rater. Elle se planta devant elle avant d’esquisser une révérence mal assurée tout en tremblotant.

« Euh … Bon … »


Les mots moururent dans sa bouche quand elle croisa son regard, elle était prise d'une peur panique de se faire agresser comme elle l’avait si souvent vu dans les journaux. Elle devait se ressaisir et ne pas montrer qu’elle était une proie facile.

« Je vous salue dame conteuse, je m’excuse par avance de vous déranger après cette admirable démonstration, mais étant arrivée il y a peu, je ne sais retrouver le chemin du dortoir. Pourriez-vous m’apporter votre aide ? »

On aurait pu oublier qu’elle n’était qu’une enfant si, en disant ces mots, elle n’avait pas supplier du regard la jeune ivoirienne comme l’aurait fait n’importe quel enfant perdu.

HRP:
 
##   Dim 11 Aoû 2019 - 18:40

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Afya Soubagamousso
Messages : 447
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 21
Humeur : Rêveuse

Elle s’est sentie un peu lasse alors que les petits personnages aqueux disparaissaient en brume fine. Elle adorait conter, mais y joindre de tels artifices était épuisant. Elle n’était pas assez puissante et ce peu importe ses entrainements… Elle avait l’impression de toujours fatiguer aussi vite que l’an passé, mais elle savait que ce n’était pas le cas : elle n’avait jamais raconté et surtout joué à nouveau d’histoires aussi longues depuis son étoilisation. Bien qu’elle eut du mal à le reconnaitre, elle avait progressé. Elle n’était pas peu fière du résultat. Elle savait que ses récits auraient pu durer une bonne partie de la nuit si elle avait choisi de les conter sans animation ; elle avait pris la décision d’être inflexible. Il se faisait tard et les enfants devaient aller se coucher, et elle-même avait besoin de repos si elle voulait réussir à tenir sa journée du lendemain.

Elle resta encore un instant à les regarder partir, un sourire doux sur les lèvres. Il faudrait qu’elle se décide à se lever et à regagner elle-même son lit… Pourtant un instant elle se dit que rien ne l’empêchait de dormir ici, sur la pelouse de l’institut. Nul règlement ne la délogerait. Ce n’était cependant pas dans ses habitudes de fainéanter, aussi se reprit-elle et rassembla-t-elle ses affaires. Récupérant la bouteille d’eau dans laquelle elle avait rassemblé la brume elle s’approcha d’une plante presque sèche pour l’y déverser. Elle se dit qu’elle en aurait plus besoin qu’elle, et depuis qu’elle avait rencontré le gardien d’arbres elle faisait plus attention à la flore qui l’entourait.

Elle allait rejoindre sa chambre quand son regard croisa celui d’une enfant, elle ne l’avait pas remarquée dans la foule… Sans doute c’était-elle tenue à l’écart, comme tant d’autres à leur arrivée… Elle la vit buter, avec ce qu’elle jugea timidité, alors qu’elle lui demandait poliment de l’aider à rejoindre les dortoirs. Elle lui sourit doucement, espérant l’apaiser.

« Tu ne me déranges pas, moi aussi je dois rentrer, je vais te montrer le chemin… Tu peux m’appeler Afya et me tutoyer si tu le veux. »

Conteuse. Ce mot n’avait pas le même goût prononcé par cette enfant… Enfin, elle chassa cette pensée bien importune. La petite qui lui faisait face ressemblait à s’y méprendre à une poupée de porcelaine telle qu’elle avait pu en voir représentées dans les livres de contes qu’elle avait lu. De longs cheveux blonds, de grands yeux lumineux. Elle se dit qu’elle en avait bien de la chance d’être si jolie, mais ne le dit pas à voix haute.

« Tu es novice c’est bien ça ? Ou je dois te conduire à l’un des dortoirs initiés ? »


Comme un poisson dans le ciel | Viviane Fyfy10
##   Lun 12 Aoû 2019 - 14:52

Personnage ~
► Âge : 10
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Viviane d'Harcourt
Messages : 32
Date d'inscription : 03/08/2019

La jeune femme semblait fatiguée. Pourtant, elle était restée assise tout du long ne faisant que raconter son histoire. Son air fatigué venait peut-être de cette étrange pouvoir qui mouvait la brume ? La curiosité de Viviane était à son apogée. Terrae était non seulement un nouveau monde pour elle avec les dortoirs et le nombre incalculables de personnes hautes en couleur qu’elle rencontrait, mais c’était aussi un endroit magique où les gens faisaient des choses incroyables. Elle était entourée de novices sans pouvoir, donc elle n’avait pas encore vu cette facette de Terrae. Et en ce moment elle avait envie de tout savoir sur elle.
A son grand soulagement la conteuse accepta volontiers de l’aider. Elle s’appelait donc Ombre, ou en tout cas c’est ce qu’elle entendit dans son oreille. La petite fille leva un sourcil interloqué : était-ce une coutume dans son pays que de donner des noms communs comme prénom ? Enfin bon, elle n’était pas là pour juger des mœurs étranges de cultures lointaines. Toutefois, elle eut beaucoup plus de mal avec la seconde proposition d’Ombre : à savoir le tutoiement. Elle qui avait toujours parler avec politesse pour mettre quelque chose de rassurant entre elle et ses interlocuteurs … Elle ne se sentait vraiment pas de renoncer à son masque de bonne manière aussi facilement et qui plus est avec une parfaite inconnue.

« Je vous …, elle marqua une pause un peu longue comme si elle changeait réellement de masque, te remercie pour vo… ton aide. »


Elle avait expiré la fin de sa phrase comme une délivrance après avoir fait un effort trop important. On voyait clairement qu’elle n’était pas à l’aise avec ses tournures de phrases trop … communes. Elle essaya cependant de ne rien laisser paraître, même si elle était bien trop jeune pour avoir un tel talent de comédienne. Elle fit un petit signe de la tête reconnaissant à sa sauveuse. Celle-ci lui demanda vers qu’elle dortoir elle devait aller : novice ou initiés. Son master lui avait expliqué la différence et elle savait donc quoi répondre.

« Je suis au dortoir des novices. »

Sa voix avait flanché vers la fin, comme si elle regrettait ce mot. Elle n’ajouta rien coupant nette ce semblant de conversation. Elle laissa le silence s’installer avant de trouver le courage de poser sa question.

« En fait mon master m’a expliqué la différence entre un novice et un initié, mais je ne sais pas comment on le devient. Ce la change vraiment quelque chose ? Ou bien on garde le même train de vie dans des dortoirs collectifs ? »

Elle était prête à partir et suivrait Ombre si elle commençait à marcher tout en discutant.
##   Lun 12 Aoû 2019 - 23:34

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Afya Soubagamousso
Messages : 447
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 21
Humeur : Rêveuse

Elle se rend vite compte que l’enfant se force pour la tutoyer, faisant fi de sa proposition. Elle ne lui avait pas demandé de le faire, elle lui avait proposé de le faire. Cela avait un côté mignon de la voir se reprendre et bien qu’elle tenta de le dissimuler elle était mal à l’aise. Afya avait assez fréquenté d’enfants dans sa vie pour savoir que s’il était normal pour certains de la vouvoyer car elle était plus âgée, d’autres préféraient la tutoyer. Elle laissait toujours le choix, mais elle les tutoyait tout le temps.

« Ne te force pas à me tutoyer, tu peux le faire si tu en as envie, mais ça n’est pas une obligation. »

L’enfant confirma qu’elle était novice, cela n’était pas étonnant et l’ivoirienne s’en était douté… Mais elle aurait pu être jeune initiée, malgré ses années passées à Terrae elle n’était pas certaine de savoir au bout de combien de temps les gens étaient initiés, quelques semaines en général, rarement moins d’une en tous les cas… Elle imaginait que ça dépendait des disponibilités des masters, ainsi si cela l’aurait surprise, elle n’aurait pas été choquée qu’une jeune initiée vienne à se perdre.

« Tu deviens initiée lorsque tu décides de rester à Terrae, un jour on te convoquera en salle des masters et on te demandera si tu veux rester… Tu auras alors le choix de partir, comme tu l’as actuellement. Si tu acceptes de rester tu recevras tes pouvoirs. Je ne sais pas exactement comment ils font mais les masters les font naitre en toi. Une fois initiée tu as ta chambre à l’étage, tu la partage maximum avec une personne… Mais c’est un choix qu’on te laisse faire normalement. »


Certains parlaient de trop plein, mais elle pensait que ce n’était que des bruits de couloir de personnes désirant faire peur aux novices.

« Et puis sur ton emploi du temps se greffera le temps que tu consacreras à t’entrainer pour maitriser tes dons, ce ne sera pas facile au début mais tu verras c’est très chouette quand tu commences à t’en sortir un peu. »


Comme un poisson dans le ciel | Viviane Fyfy10
##   Mer 14 Aoû 2019 - 17:40

Personnage ~
► Âge : 10
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Viviane d'Harcourt
Messages : 32
Date d'inscription : 03/08/2019

La soudaine proximité langagière qu’elle s’était imposée prématurément mettait la petite blonde bien mal à l’aise, aussi fut elle soulagée quand l’ivoirienne lui rappela qu’elle avait le choix entre le tutoiement et le vouvoiement. Elle avait du mal comprendre probablement parce qu’a conteuse l’avait tutoyée dès le début à cause de son âge. Cette situation où elle pouvait marquer son respect pour une personne plus âgée lui convenait bien mieux. La tension qu’elle ressentait s’amoindri et elle put écouter les explications de la faiseuse de brume avec plus d’attention.
Au fur et à mesure qu’elle lui expliquait ce qui allait l’attendre dans les semaines à venir, des étoiles apparaissait dans ses yeux. Elle avait été déçue à son arrivée, par le manque total de changement par rapport à son ancienne vie, mais les promesses du passé commençaient à prendre une véritable forme. Elle avait bien besoin que quelqu’un lui rappelle pourquoi elle était venue ici. La perspective de manipuler ces étranges pouvoirs lui redonnait du baume au cœur. Elle se demandait quel élément elle allait réveiller, elle adorerait manipuler l’air, tourbillonner librement et voleter à sa guise. Ce serait tellement amusant ! Elle n’était encore qu’une novice, mais elle savait déjà qu’elle allait suivre les cours de pouvoir avec assiduité !

Elle était perdue dans ses rêveries, quand son accompagnatrice lui donna une autre information plus importante que toutes les autres. En effet, la petite était restée pensive en écoutant, mais aux mots « ta chambre » elle avait soudain tourné la tête vers l’ivoirienne avec une surprise non feinte sur le visage. Elle allait pouvoir sortir de l’enfer des dortoirs ! Plus besoin de se cacher, il y aurait des murs et une porte entre elle et le reste du monde ! Elle était un peu déprimée et mélancolique avant de venir ce soir, mais maintenant on pouvait sentir une forte détermination dans son regard. Elle allait tenir bon pendant encore quelques semaines et elle pourrait enfin avoir cette nouvelle vie qui l’attendait, loin de sa foutue famille et de ceux qui la moquaient.
L’ivoirienne avait surement pu déceler le changement d’humeur de la petite Viviane, elle n’était pas bien douée pour cacher ses émotions. Elle était maintenant dans un état d’esprit un peu spécial, où elle sentait qu’elle pouvait refaire le monde, le visage gonflé par la confiance. On pouvait la voir sourire jusqu’aux oreilles à chaque fois qu’elle s’imaginait la nouvelle qui l’attendait. Puis, ce souvenant qu’elle était accompagnée elle rajouta à la conversation pleine d’entrain :

« Whoua ! C’est tout bonnement incroyable ! En arrivant ici, je ne voyais point la différence avec mon ancienne vie, mais maintenant il me semble clair que je ne suis pas encore « réellement » arrivée à Terrae, je n’en n’ai encore rien vu ! Hihi »

Elle avait émis un petit rire joyeux qui contrastait avec sa timidité et son malaise du début. La jeune noble était bien plus pétillante, ce qui était assez rare.

« Je me demande qu’elle sera mon pouvoir. Moi, je me vois maîtriser l’air et être libre. »


Elle accompagna cette phrase d’un petit tour sur elle-même en écartant les bras, imitant un remous dans l’air. Puis, elle croisa le regard d’Afya et remarqua qu’elle se laissait un petit peu trop aller en présence de cette inconnue et elle reprit un air plus sérieux, essayant de faire redescendre son excitation. Elle se racla la gorge doucement pour marquer la fin des frivolités et regarda sa sauveuse de manière beaucoup plus sérieuse.

« Aussi le master qui m’a amenée ici, m’a parlé d’un autre pouvoir en rapport avec la lune ou le soleil. De quoi s’agit-il ? »

##   Jeu 22 Aoû 2019 - 22:12

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Afya Soubagamousso
Messages : 447
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 21
Humeur : Rêveuse

Les étoiles qui naissent dans les yeux des novices quand on leur parle de l’avenir brillent toujours de curiosité et d’impatience. Etaient-elles aussi brillantes dans ses yeux lunesques ? Sans doute pas, elle était bien trop éteinte quand elle avait gagné Terrae. Elle se ravit de celles qui naissent dans les yeux de la poupée. Elle n’allait rien faire pour déloger la détermination de ses traits. Un sourire doux vient s’installer dans ceux d’Afya, son sourire habituel. Elle ne se permit pas de commenter l’enthousiasme de l’enfante en voyant que cette dernière cherchait à le masquer, elle faisait trop d’efforts pour paraitre adulte pour que la conteuse ne les balais d’un revers de main.

« Chaque pouvoir t’offre une liberté différente. »

En apprenant à maitriser son pouvoir, on apprenait à se connaitre, à connaitre ses failles et ses forces. Elle se sentait plus grande que lorsqu’elle avait rejoint Terrae… Peut-être cherchait-elle aussi à prévenir la déception de la jeune novice car elle avait par curiosité jeté un coup d’œil dans son futur et découvert qu’elle ne serait nullement air. Elle avait de plus en plus cette mauvaise manie de regarder le pouvoir qu’acquerraient les novices qu’elle rencontrait… Elle se disait qu’elle sache cela ne changerait rien pour eux ou pour elle…

« En fait chaque élément à deux penchants un qui croit avec la lune, l’autre qui croit avec le soleil. C’est-à-dire qu’en plus de maitriser un élément, chaque personne a un pouvoir de plus. Par exemple pour les eaux, les lunaires sont des métamorphes, les solaires voient l’avenir… Pour les tonnerres, je ne sais pas lesquels peuvent sentir et modifier les sentiments des autres, et les autres peuvent se téléporter. Les feux… Je ne sais pas je t’avoue. Les terres certains sont très très forts et les autres sont télépathes… Les airs certains guérissent… et je ne sais pas ce que font les autres, je ne me suis jamais entrainée avec l’un d’entre eux… Je crois… »


C’est qu’elle n’est pas très sociable la jeune ivoirienne…

« J’espère que j’ai répondu à ta question ! » dit-elle alors qu’elles s’approchent de l’entrée du batiment.

HRP : désolée pour l’absence, j’suis de retour un peu… Pas trop malheureusement.


Comme un poisson dans le ciel | Viviane Fyfy10
##   Mar 27 Aoû 2019 - 15:40

Personnage ~
► Âge : 10
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Viviane d'Harcourt
Messages : 32
Date d'inscription : 03/08/2019

Viviane ne s’attendait pas à ce qui avait suivi sa simple question innocente. En réalité, Terrae rassemblait un nombre incroyable de dons divers et variés. Elle n’en revenait pas de toutes les possibilités de pouvoirs qu’il y avait ici. Elle n’avait pour le moment qu’imaginer ce qu’elle ferait des ses futurs pouvoirs sur l’air, mais tous ces autres pouvoirs … ça lui donnait le tournis. Elle se rendait maintenant compte que la nouvelle vie dans laquelle elle venait de se lancer n’en était qu’à son commencement et qu’elle n’avait encore rien vu de tout ce monde merveilleux.

Elle se perdit un moment dans ses pensées, rêvant d’une Viviane aux super pouvoirs, puis elle remarqua qu’elle était bientôt arrivée. Elle avait eu besoin d’aide pour retrouver son chemin au début, mais maintenant elle reconnaissait les environ du dortoir et sa peur revint au galop. Elle commença à marcher moins vite, presque à reculons en fait. Elle voulait faire durer ce moment un peu plus longtemps, ne pas revenir dans ce dortoir où elle était si seule. Son visage commençait à marquer de l’inquiétude, tandis qu’elle jetait des regards furtifs au bâtiment. Elle remercia Ombre pour son explication :

« C’est incroyable ! Merci, maintenant je comprends mieux. Il y a vraiment beaucoup de possibilités. Si ce n’est pas indiscret vous êtes bien une eau n’est-ce pas ? Comme vous contrôliez les petits personnages de brume. Vous êtes donc une voyante ou une métamorphe ? »

Elles venaient d’arriver à la porte du dortoir, la jeune blonde jeta à un regard désespéré vers la porte, comme on regarde la porte de sa prison. Elle attendait que la jeune ivoirienne lui réponde, mais elle savait que la conversation se finirait bientôt et qu’elle ne pouvait pas d’avantage abuser de son temps. Il serait bientôt temps pour elle de retourner se cacher sous les draps et peut-être bien d’y verser deux larmes dans un futur proche.
##   Mer 28 Aoû 2019 - 11:01

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Afya Soubagamousso
Messages : 447
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 21
Humeur : Rêveuse

Le pas de l’enfant se fait plus lent et Afya la dépasse un peu sans qu’elle n’y fasse attention. Elles sont en train de discuter, alors elle prend vite conscience qu’elle va plus vite que l’enfant et ralentit pour l’attendre avant de se calquer sur son rythme. Elle se demande si la poupée est en train de fatiguer, mais elle a bien du mal à croire qu’une si courte promenade l’ait à ce point épuisé. Peut-être rebute-t-elle de se rendre dans les dortoirs ? Beaucoup d’enfants et d’adolescents de bonne famille semblent avoir quelque mal à se faire à l’ambiance conviviale des dortoirs… Ou d’autres, timides comme l’ivoirienne s’y sentait peu à leur place. Pourtant ce nouvel habitat était bien plus spacieux que celui qu’elle partageait avant, et ne plus être obligée de partager le lit de sa sœur lui donnait énormément de place.

Elle n’ose pas poser la question sur ses raisons à l’enfant pour ne pas la brusquer, se contentant de prendre son temps, le temps que la petite se décide. Elle répondra à ses interrogations, sans lui faire la moindre remarque, attendant juste qu’elle soit prête à rentrer. Si elle appréhende le retour, elle ne l’en supportera que moins s’il est précipité. Il faut croire qu’Afya sait y faire avec les timides.

« Je suis voyante. »

La porte des dortoirs s’est rapproché trop rapidement malgré la prévenance de l’ivoirienne, et les regards désespérés de la petite fille ne peuvent pas être ignorés. Du moins pas par Afya, elle n’aime pas que les gens souffrent. Oh, elle pourrait bien entendu dire à l’enfant d’arrêter de faire des chichis et d’aller se coucher… Mais elle sait que les nouveaux arrivants (plus que les enfants en général) ont besoin que l’on soit prévenants avec eux.

« Tu veux que je t’accompagne pour te border ? »

Ce n’est pas de cela que l’enfant a besoin, mais Afya est voyante pas sensitive… Et c’est le temps qu’elle explore, non pas les pensées à la manière des télépathes. Aussi sa réaction n’est sans doute pas la plus adaptée. Peut-être que si elle avait pris le temps de fouiller le futur immédiat elle n’aurait pas proposé cela, mais il ne variait de toute manière que peu, car seule cette question lui était venue.


Comme un poisson dans le ciel | Viviane Fyfy10
##   Mer 28 Aoû 2019 - 23:45

Personnage ~
► Âge : 10
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Viviane d'Harcourt
Messages : 32
Date d'inscription : 03/08/2019

Ombre avait fini par remarquer le manège de la petite et à s’adapter à son allure d’escargot. Viviane savait qu’elle était déjà coincée quand elles firent face à l’immense porte. Elle avait posé une question, mais au final elle ne se préoccupait pas vraiment de la réponse. Elle se tenait là, juste devant la porte, attendant que la politesse l’oblige à prendre congé de la conteuse et à retourner dans ce lieu où elle se sentait bien mal à l’aise. Elle resta tout de même un peu pensive en entendant que l’ivoirienne était une voyante. Elle avait du mal à concevoir qu’on puisse voir l’avenir et déjà un bon millier de question venait se bousculer dans sa tête. Mais l’attention de sa guide la coupa net dans ses réflexions sur cet étrange pouvoir. Elle eut un petit mouvement de recul comme pour mettre de la distance entre elle et la jeune femme. On ne l’avait jamais bordée, jamais. Elle était toujours allée seule au lit quand ses parents lui en donnaient l’ordre et le seul passage qu’ils faisaient dans sa chambre était pour vérifier qu’elle avait obéit. Elle ne pouvait pas … ne voulait pas qu’une parfaite inconnue fasse quelque chose comme ça, elle n’avait pas besoin qu’on la borde ou qu’on ait pitié d’elle.

Son visage se disputa entre la surprise et la panique totale. Elle resta un instant sans rien dire cherchant un endroit où poser ses yeux. Elle entreprit cependant de répondre à la jeune femme d’une voix mal assurée, puis plus froide et confiante :

- N-Non, ne vous … dérangez pas pour moi. Je vous remercie de m’avoir raccompagnée. Je ne vous dérange pas plus longtemps. Bonne soirée.

Elle s’enfuit avec un empressement nouveau vers la porte de sa prison sans jeter un regard derrière elle. Elle savait que ce n’était pas très poli, mais elle n’arrivait pas à contenir ses émotions contraires qui se battaient en elle. Ce n’est qu’une fois la porte fermée derrière elle, sorte de barrière entre la source de ces problèmes et sa personne, qu’elle s’écroula sur les fesses. Elle tremblotait un peu et ramena ses genoux sous le menton. Des larmes roulaient sur ses joues en silence. Elle ne savait pas si elle était triste ou soulagée ou encore si elle avait peur d’aller jusqu’au dortoir. Elle ne comprenait rien de ce qu’elle ressentait à vrai dire … ou peut-être que si en fait : elle avait vraiment eu envie d’accepter la proposition d’Ombre. Elle aurait voulu juste une fois, qu’on s’occupe d’elle, qu’on lui donne de l’attention, mais elle avait eu peur de trop en demander, qu’on lui reproche de chercher de l’attention comme on le faisait toujours. Au final, elle en avait besoin de cette petite attention, plus qu’elle l’imaginait. Pouvait-elle encore ouvrir la porte et retenir Ombre ? Non, elle avait trop peur. Trop peur de passer pour une jeune fille capricieuse, une gamine mal élevée qui fait perdre son temps aux autres. Elle ne pouvait pas ouvrir cette porte, admettre qu’elle avait besoin d’aide, elle restait tétanisée contre métal froid, pleurant inutilement. Elle ne trouverait jamais le courage de faire marche arrière et après un certains temps 20 minutes ou une heure, elle se résignerait d’elle-même à retourner dans son lit si personne n’intervenait.

HRP : Ce post peut marquer la fin du rp, mais Afya peut toujours intervenir à toi de voir ! ^^
##   Jeu 29 Aoû 2019 - 0:56

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Afya Soubagamousso
Messages : 447
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 21
Humeur : Rêveuse

Les choses se passent trop vite pour qu’Afya trouve le temps de faire quoi que ce soit. Le regard curieux de la gamine se fait fuyant, apeuré ? L’ivoirienne n’a pas le temps de se demander ce qu’elle a fait de mal avant que l’enfant ne prenne la fuite. L’adulte reste coite. Doit-elle partir maintenant que cette porte a claqué, après tout elle a fait ce qu’elle pouvait pour aider la petite fille et l’enfant a été claire, elle ne veut pas la déranger… Elle soupire, si elle proposait c’est que cela ne la dérangeait pas. Que les gamins sont susceptibles !

Pourtant l’abidjanaise n’est pas sereine de la laisser ainsi, elle essaie de se concentrer sur elle-même. Elle est fatiguée, mais passé l’instant de faiblesse de tout à l’heure, elle n’a pas l’impression d’être épuisée. Elle ferme donc les yeux et se projette dans le futur immédiat de la petite fille, elle la retrouve en train de pleurer adossée à ce qu’elle devine être la porte qu’elle vient de refermer. Déjà des sanglots étouffés semblent s’en échapper. Doit-elle entrer ? Nul ne lui reprocherait de ne pas le faire, elle pourrait ne rien avoir entendu… Afya ne pourrait laisser la petite dans cet état, pas quand elle ressent la culpabilité de l’y avoir plongé.

Elle ouvre doucement la porte pour ne pas faire chuter Viviane et s’accroupit auprès d’elle. Elle ne sait pas vraiment quoi faire, elle n’a pas la fibre maternelle et ne fréquente des enfants que lorsque elle raconte des histoires… Elle ne sait donc pas comment agir pour la réconforter, et fait donc ce qui lui parait le plus évident, passant ses bras autour des épaules de benjamine, elle l’attire dans une étreinte qu’elle aimerait réconfortante.

« Tout va bien. » lui dit-elle alors qu’elle ne sait même pas la raison de sa tristesse.

Elle n’est pas bien douée avec les enfants, il faut l’avouer. Agissant avec eux comme s’ils étaient de petits adultes…

HRP : Afya n'était pas de cet avis.


Comme un poisson dans le ciel | Viviane Fyfy10
##   Dim 1 Sep 2019 - 16:55

Personnage ~
► Âge : 10
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Viviane d'Harcourt
Messages : 32
Date d'inscription : 03/08/2019

Quelle idiote ! Elle avait suivi ce master jusqu’ici pour trouver une nouvelle famille et elle venait littéralement d’écarter sans un regard la première main qu’on lui tendait depuis son arrivée. Elle continuait de se lamenter derrière la porte en silence ou enfin c’est ce qu’elle croyait. Elle s’attendait à entendre à tout moment les pas de l’ivoirienne qui aurait renoncé et elle aurait bien raison. La petite Viviane se disait que la contuse ne pourrait pas comprendre sa réaction et s’était normal. Une inconnue ne pouvait pas d’un coup comprendre son passé, qu’elle voit l’avenir ou non. Au final, c’était la petite qui avait tout fait foirer.

Cependant, elle n’entendit rien derrière la porte. La jeune femme n’était toujours pas partie ou alors elle se déplaçait bien silencieusement. Toujours submergé par la tristesse la petite ne pouvait s’empêcher de réfléchir à ce qui pouvait la pousser à rester. Peut-être était-elle contrariée par sa réaction, peut la détestait-elle et ne voudrait plus jamais lui parler. La petite commençait à se dessiner un avenir ou Ombre la détestait la prenant pour une petite fille mal élevée et lui refusait l’accès à ses histoires. Elle ne pourrait plus voir les petits personnages de brume, plus jamais se sentir émerveillée à ce point …

Elle broyait du noir et cela n’améliorait pas son état émotionnel à vrai dire. Elle s’enfonçait un petit peu plus entre ses genoux pour continuer de pleurer. Soudain, elle sentit la porte se dérober très doucement derrière son dos. Elle n’y prêta pas vraiment attention au début. Ce n’est que quand elle sentit l’odeur d’Ombre, cette odeur un peu plus amère qui collait à sa couleur de peau qu’elle se retourna. Son visage d’ordinaire blanc était rougi par les sanglots. C’était assez visible, bien que les lumières électriques en masque une partie, il était évident qu’elle avait pleuré. Elle regarda la jeune femme qui la surplombait avec un air réellement surpris. Que faisait-elle encore là ? Pourquoi n’était-elle pas partie ? Elle eu également un petit sursaut quand elle sentit ses bras autour de ses épaules. Elle ne se débattit pas, laissant cette inconnue lui faire le premier câlin qu’elle n’avait jamais reçu.

Alors elle était restée, pour elle, malgré ses paroles et sa froideur. Elle était là, maintenant, à essayer de la réconforter. Viviane se sentait bien misérable de l’avoir ainsi traitée alors qu’elle était si gentille avec elle. Elle se retourna pour pleurer sur son épaule en murmurant des « Pardon » et des « Je suis désolée » entrecoupés de sanglots et des larmes. Elle n’arrivait pas à dire autre chose tellement elle sentait qu’elle ne méritait pas toute cette attention et qu’elle en faisait beaucoup trop. Elle ne pouvait pas se détacher de cette impression qu’elle utilisait cette jeune fille, qu’elle la manipulait d’une certaine manière.

Elle pleura bien 5 bonnes minutes, mais n’essaya pas de se défaire de cette étreinte chaleureuse. Elle finit cependant par se calmer, bien que des spasmes secouaient encore sa petite poitrine. Elle se détacha enfin de l’ivoirienne pour lui lancer un regard où se mélangeait honte, gratitude et mélancolie.

« Je … Je … en faite je voudrais … j’aurais … »

Elle n’arrivait pas à trouver les mots, ce qui la frustrait au plus au point. Elle recommençait déjà à pleurer sa vision se troublait. Pourquoi était-ce si dur à dire ? Il était difficile de remarquer la bataille qui se déroulant en elle depuis l’extérieur, mais on pouvait sentir qu’elle naviguait entre plusieurs émotions contraires en cet instant. Elle arriva cependant à prendre une grande inspiration pour se donner du courage et à dire d’une voix brisée :

« Je veux bien que tu me bordes »

Sa voix craqua à la fin, montrant qu’elle venait de sortir de sa zone de confort et que la jeune femme devrait faire très attention à ce qu’elle allait devoir dire pour ne pas la blesser.
##   Mer 4 Sep 2019 - 10:49

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Afya Soubagamousso
Messages : 447
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 21
Humeur : Rêveuse

Les bras de l’ivoirienne s’étaient refermés autour de la petite poupée de porcelaine au teint rougi. Partageant sa chaleur et sa douceur avec elle, elle passait doucement sa main sur la tête de l’enfant comme elle avait vu sa mère le faire avec elle et sa sœur. Elle se souvenait du sentiment apaisant de ce geste, ne savait pas si elle le répétait correctement. Pourtant combien de fois enfant avait-elle réconforté Adjambo de la sorte ? Les souvenirs remontaient, elle les laissait faire sans pour autant quitter le présent. La petite fille avait vraiment des cheveux de fée, ils étaient doux et fins… Sans parler de leur longueur ! En d’autres circonstance Afya aurait pu ressentir un pincement de jalousie.

Elle n’arrive pas à se souvenir ce qui petite lui donnait envie de pleurer, elle sait qu’elle ne le faisait que peu car elle devait soutenir sa petite sœur que le destin avait voulu son ainée. Elle ne sait pas ce que l’enfant veut entendre, elle pourrait chercher lesquels de ses mots seraient les plus appréciés grâce à son pouvoir, mais c’est compliqué et ça lui donnerait le sentiment de tricher.

« Tu n’as rien fait de mal tout va bien. Tu as le droit de ne pas vouloir que quelqu’un te borde, comme tu as le droit de vouloir le contraire… Tu as le droit de changer d’avis quand tu veux, et personne ne peut te le reprocher… Mais ne dis pas des choses qui te blessent, parce que sinon c'est toi qui te les reprochera. »


Elle se relève en serrant toujours la petite dans ses bras. Elle se dit qu’elle est trop grande pour être portée et ne tente même pas de lui faire cet affront. Elle lui tend la main et lui sourit.

« Où est ton lit que je te borde ? »
dit-elle à mi-voix, se doutant que certains enfants norment déjà.


Comme un poisson dans le ciel | Viviane Fyfy10
##   Ven 6 Sep 2019 - 15:58

Personnage ~
► Âge : 10
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Viviane d'Harcourt
Messages : 32
Date d'inscription : 03/08/2019

Regardait-elle l’avenir ou était-ce simplement un hasard ? Afya parlait, consolait la petite Viviane, elle qui n’avait jamais connue pareille tendresse. Elle n’arrivait pas déterminer si elle appréciait cela ou si elle était mal à l’aise de s’abandonner ainsi devant la première inconnue. Non, c’était vraiment agréable et elle le savait. Ombre avait raison, elle avait le droit de changer d’avis, de se tromper, d’être impulsive, la seule personne qui le lui reprochait s’était elle-même. Ça restait plus facile à dire qu’à faire, car sa propre conscience est le plus implacable des juges et dieu seul sait à quel point il est difficile de lui faire entendre raison.

La petite poupée finit par se calmer et à se relever en même temps que l’ivoirienne. Elle gardait la tête baissée, toujours mal à l’aise, mais moins qu’il y a quelques minutes. Elle vit la main qu’on lui tendait et releva les ses yeux embués de larmes vers le sourire de la dame caramel. Elle sembla marquer une hésitation, avant de faire un suprême effort pour vaincre son inertie et de prendre la main d’Afya. Elle s’essuya les yeux avec sa main libre avant de lui sourire également et de lui montrer le chemin.

« Merci »


Elle n’avait rien trouvé d’autre à dire, elle qui adorait les phrases longues et compliquées. Elle entraîna la jeune femme à travers les couloirs jusqu’à la chambre qu’elle partageait avec d’autres filles. Elle jeta un coup d’œil à l’intérieur pour vérifier que tout le monde dormait, ce qui était le cas. Elle poussa la porte en vérifiant qu’Afya la suive.

« Je vais changer de vêtements je reviens »

Il n’y avait aucune invitation à la suivre. Notre petite Viviane avait peut-être renoncé à cacher ses émotions, mais hors de question de se déshabiller devant une inconnue, même si elle ne l’était plus vraiment. Si Afya se proposait de l’aider elle refuserait. Elle alla enfiler son pyjama en soie en se cachant du mieux qu’elle pouvait et en restant le plus silencieux possible. Elle mit un certain temps, car ce n’était pas une tâche aisée puis elle revient jusqu’à son lit, grimpa de dessus et regarda Afya.

« J’ai oublié de te dire … je m’appelle Viviane. »

Elle se glissa ensuite sous les draps et regarda ensuite l’ivoirienne attendant de voir ce qu’elle allait faire.
##   Lun 9 Sep 2019 - 13:18

Personnage ~
► Âge :
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Afya Soubagamousso
Messages : 447
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 21
Humeur : Rêveuse

La main de l’ivoirienne dans celle de l’enfant, la première suivit la deuxième au travers des dortoirs des enfants. Ils avaient quelques chambres réservées et mieux surveillées que celles des plus grands où régnait souvent l’anarchie. Certains disaient que c’était parce que les plus jeunes avaient un traitement de faveur, elle pensait que c’était pour les protéger de la violence des plus grands. A Terrae tout n’était pas rose, certains venaient avec des blessures très profondes, il était malheureusement courant qu’ils tentent de blesser les plus faibles pour extérioriser leur douleur. C’était lâche, mais compréhensible. Elle n’en dirait rien.

L’enfant lui indique qu’elle va se mettre en pyjama et la jeune femme attend dans le couloir, pas qu’elle eut ressenti de la honte en voyant la poupée se changer, mais elle comprenait sa gène et ne ferait rien pour l’augmenter. N’entrant que lorsqu’elle rouvrit la porte et la suivi enfin jusqu’à son lit. La petite fille se présenta.

« Enchantée Viviane. » elle lui sourit, remontant ses couvertures jusqu’à ses épaules.

Elle n’avait jamais eu ce genre de lit, et n’avait donc pas la moindre idée de comment s’y prendre en réalité. Elle se contenta de caresser les cheveux de l’enfant. Elle soupira pour elle-même.

« En fait je n’ai jamais bordé personne d’autre que ma sœur, je suis plus sûr de savoir comment au fait. »

Autant lui dire la vérité. Elle caresse encore les cheveux de la poupée en lui souriant avec douceur.

« Passe une bonne nuit Viviane, fais de beaux rêves. »

Sa main passe encore quelques fois dans les cheveux de la jeune fille, doucement, et elle se lève. Lui sourit encore une fois et quitte la chambre. Border quelqu’un ce n’est généralement pas grand-chose, c’est l’accompagner dans ses premiers pas vers le sommeil. Elle croise un des masters qui vient vérifier que tout le monde dort, elle lui sourit et passe son chemin.

HRP : désolée j’voyais pas Viviane retenir Afya, mais si j’me suis plantée MP-moi et je modifie la fin, sinon on relance un RP quand tu veux !


Comme un poisson dans le ciel | Viviane Fyfy10
##   
Contenu sponsorisé

 

Comme un poisson dans le ciel | Viviane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Cour.
Aller à la page : 1, 2  Suivant