Partagez
L'escouade de Nettoyage contre la Dresseuse de Tigre
##   Jeu 22 Aoû 2019 - 13:11

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Senri Yamada
Messages : 161
Date d'inscription : 16/04/2019
Age : 20
Emploi/loisirs : Fantôme de la salle d'entraînement
Humeur : oikawa


- Tch. Pourquoi tu pars pas, pauvre tache ?!

Senri était à quatre pattes, en train de frotter de toute la force de ses biceps le sol. Pourtant, cette trace noire ne partait pas, peu importe la quantité de produits qu’il mettait dessus. Il finit par se relever et jeta rageusement l’éponge dans le seau à côté de lui. Poussant un profond soupir, il passa une main sur son front.

Le garçon portait encore son pantalon bordeaux, sa cravate assortie et sa chemise blanche composant l’uniforme de l’institut. Il remontait les manches de sa chemise, pour travailler avec plus d’aisance. Ça faisait quelque temps maintenant qu’il devait consacrer ses soirées à venir récurer le sol de la bibliothèque. Bien sûr, ses tâches n’étaient pas limitées au nettoyage. La sorcière en fauteuil roulant lui faisait faire à peu près tout et n’importe quoi.

Il se baffa mentalement suite à cette pensée. Ipiu avait l’air d’une gentille personne, bien qu’un peu ringarde, c’était normal qu’elle lui donne toutes ses choses à faire. Mais tout de même ! Senri voulait avoir le droit de se plaindre un minimum !

C’est en continuant de pester qu’il attrapa le seau pour changer de rangée. Il laisserait cette tâche à Tiago.

- Une pauvre tache saura comment effacer cette tache. Héhé.

Fier de sa petite punchline, il gonfla le torse, imaginant la réaction du décoloré. Il improvisa même un petit rap. Cependant, quelque chose vint perturber son moment de fierté. Son nez se mit à vivement le picoter. Il se figea, jeta sa main contre son nez et éternua. Il se plia en avant, emporté par l’élan de son souffle. Il ouvrit un œil, directement dirigé vers le sol et aperçu quelque chose d’étrange. Il posa un genou à terre et attrapa quelque chose qu’il vint mettre en face de ses yeux.

Des poils. Senri plissa les yeux.

-Hinhin, ça commence à devenir intéressant.

Il se releva et posa une main sur le bâtonnet à sa ceinture. D’un geste vif, il le dégaina et lança un coup dans le vide. C’est alors que l’outil s’allongea de manière fulgurante s’affinant un peu plus à chaque fois et dévoilant à son extrémité, un plumeau immaculé. Senri attrapa des deux mains le pommeau de son arme et vint la placer devant ses yeux.



- Voyons voir ce que tu vaux, monstre !

L’ensemble des sens à l’affût, Senri fit glisser lentement sa jambe droite en arrière. Adoptant la posture qu’il avait en se battant. Il était attentif au moindre son, au moindre mouvement.

- À gauche !

En un instant, le garçon fit volte-face. Il sortit de la rangée de livres pour se jeter dans l’autre. Au moment où il surgit, une silhouette quadrupède se hérissa et glissa entre les livres. Senri pesta, il traversa la rangée en moins de deux et se jeta de l’autre côté. Son ennemi se dirigeait vers les tables ! À cette heure-là, il n’y avait plus personne, sauf l’équipe de nettoyage.

Et c’était Senri, l’équipe de nettoyage.

Bandant ses muscles à l’extrême, il laissa un sourire habiller son visage tandis que de minuscules éclairs s’étaient mis à danser sur son crâne.

-Je ne perdrais pas contre toi !

Un miaulement insolent répondit à Senri. Il tourna la tête vers l’origine de ce bruit et… découvrit la silhouette svelte et rousse d’un chat.

Le combat promettait d’être féroce.


Sombre enregistrement

l'art d'être un caïd:
 
oikawa
##   Jeu 22 Aoû 2019 - 14:00

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Clara Schäfer
Messages : 41
Date d'inscription : 19/07/2019
Age : 21
Emploi/loisirs : En train de caresser mon chaton
Humeur : Instable

Un jour sans cours... Idéal pour aller passer un petit moment à la bibliothèque ! De plus, la demoiselle n'avait pas encore eu l'occasion de s'y rendre. Elle l'avait repérée sur son plan, bien sûr, mais n'avait jamais eu le temps d'aller y mettre les pieds. Aujourd'hui, elle allait remédier à ce petit problème.

Pour commencer, elle s'était levée tard, autant en profiter. Alors qu'elle se préparait soigneusement pour la journée à venir, elle pouvait presque entendre sa mère, depuis les tréfonds de sa mémoire : Enfin, jeune fille ! Est-ce une heure pour se lever ? Allez, faites-moi le plaisir de descendre, vous avez une journée chargée, aujourd'hui ! Et en effet, les journées étaient chargées.... Tellement qu'elle avait toujours eu largement le temps de s'ennuyer. À bien y réfléchir, cet aspect de sa vie n'avait pas vraiment changé... Elle devait toujours se lever tôt pour se rendre à des cours dont elle ne voyait pas l'intérêt. Il était tellement plus intéressant de s'instruire directement au travers des livres plutôt qu'au contact de professeurs dont elle voyait bien qu'ils ne maîtrisaient pas aussi bien leur sujet qu'ils ne voudraient le faire croire...

Mais peu importait. Aujourd'hui, elle n'allait pas se plaindre. Terminant de se préparer, elle s'admira rapidement dans un miroir. Aujourd'hui, elle avait décidé de faire simple : Une robe blanche toute simple se vit complétée par une coiffure faite d'une simple couronne de tresses. Pas de bijoux ni de maquillage, elle n'en avait pas envie.

Passant rapidement dans le jardin, elle alla cueillir une fleur qu'elle glissa coquettement dans une de ses tresses. Puis elle prit la direction de la bibliothèque... Avant de se faire attaquer par une furie rousse.

    - Lani ! D'où sors-tu ?


Elle le prit dans ses bras, puis, le caressant doucement, elle reprit sa route. Finalement, ce n'était pas une si mauvaise idée de le laisser l'accompagner : ainsi, elle pourrait le surveiller. Et puis, il était tellement agréable de lire avec un ronronnement en bruit de fond !

Elle trouva assez vite, et se mit immédiatement en quête de quelques ouvrages à étudier.
Revenant ensuite vers les tables, elle s'en choisit une, sur laquelle elle déposa quatre épais volumes, et son chaton, qui avait pris place sur le sommet de la pile. Elle ne comptait évidemment pas tout lire, mais tenait à avoir du choix.

Et, sans plus tarder, elle se plongea dans le premier, un volume d'encyclopédie sur la faune et la flore des zones marécageuses.

Elle ne sortit de sa lecture qu'au moment où, la lumière ayant beaucoup baissé, elle fut contrainte d'allumer la lumière. Mais, avant de le faire, elle eut le temps de s'interroger : combien de temps avait-elle donc passé là, à voyager dans et autour des bourbiers si riches en vie ?

C'est alors qu'une autre pensée parasite lui traversa l'esprit : elle était venue avec Lani... Et pourtant, la jeune Allemande était seule, du moins dans l'espace qu'elle pouvait voir. C'est alors que son estomac grogna, lui rappelant que, prise dans sa lecture toute la journée, elle n'avait pas pensé à se nourrir, et n'avait donc rien mangé depuis le petit déjeuner. Le chaton avait peut-être été cherché de quoi se nourrir, songea-t-elle soudain. Et, en voulant revenir, il avait dû se perdre, voilà pourquoi il n'était pas là. Soupirant, elle ramassa ses livres, promettant à l'obscurité :

    - Je range ça, je retrouve ce diable, puis je trouve de quoi manger ! Et j'espère que tout cela sera rapide...


C'est alors qu'elle vit une boule de fourrure se précipiter vers elle, suivie par un bruit inhabituel dans un tel lieu et à un tel horaire. Fronçant les sourcils, elle esquiva le chat qui lui fonçait dessus. Il ne manquerait plus qu'il lui fasse lâcher, et donc abîmer, l'un de ces précieux livres ! Puis, libérant un de ses bras, elle saisit le chaton par la peau du cou et le reposa sur la pile :

    - Quelles bêtises as-tu encore faites, toi ? Je vais ranger ça, puis je m'occupe de ton cas.


Continuant à avancer, elle faillit rentrer dans quelqu'un. S'arrêtant juste à temps, elle observa son chat. C'était le feulement de ce dernier qui l'avait avertie... Mais pourquoi était-il si colérique ?

    - On se calme ! Tu attaques tous ceux que tu croises, ces derniers temps... Il va falloir y remédier.


Puis elle tourna son regard vers la personne, dont elle distinguait tout juste la silhouette, dans l'ombre des rayonnages, puisqu'elle n'avait pas pensé à allumer la lumière, ce qu'elle ne pouvait plus faire, encombrée comme elle l'était.

    - Bonsoir ? Qui êtes-vous ?


Elle ne pouvait empêcher une légère appréhension de se saisir d'elle. Ne pas voir son interlocuteur, c'était bien pire que d'avoir affaire à un psychopathe. Au moins, dans cette situation, elle aurait su à quoi s'attendre.


Ma couleur : #996699
Merci beaucoup à Merye pour ce super avatar !
##   Lun 26 Aoû 2019 - 13:37

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Senri Yamada
Messages : 161
Date d'inscription : 16/04/2019
Age : 20
Emploi/loisirs : Fantôme de la salle d'entraînement
Humeur : oikawa

Senri était déterminé à montrer à cette engeance féline ce qu’il en coûter de lui faire perdre un précieux temps qu’il aurait pu consacrer à son entraînement, qui aurait pu être fini rapidement et ce serait donc conclu par une lecture ou un visionnage de shojo. C’était sans compter sur la félonie du chat.

Tandis que le nettoyeur était en pleine course, armé de son fidèle plumeau, une silhouette se dessina subitement devant lui. Silhouette qu’il aurait pu voir arriver s’il ne courrait pas comme un dératé et ne sauter au-dessus d’à peu près tous les obstacles sur son chemin. Aussi sportif qu’il était, Senri n’était pas assez agile pour sauter au-dessus de quelqu’un. Ainsi, il entama maladroitement un pas sur le côté pour contourner l’individu, quand des yeux luisants s’illuminèrent aux côtés de la silhouette.

-Le monstre !

La surprise eut un effet immédiat sur la course de Senri, ses pieds s’emmêlèrent et il bascula en avant. Il tenta tant bien que mal de récupérer son équilibre en ralentissant sa course et en s’appuyant sur quelque chose. Malheureusement dans l’obscurité, évaluer les distances était compliqué. Il tomba la tête la première sur le sol, emporté par son élan, son corps fut projeté en avant dans une majestueuse roulade. L’adolescent – qui tenait plus du boulet de canon humain à présent – rentra dans un bureau, remuant tout le mobilier dans un vacarme assourdissant.

Enseveli sous un tas de meubles non-identifiés, un grognement sinistre et rocailleux émana des entrailles du Tonnerre. Le tas de tables et de chaises se mit à remuer, grouiller, de petites étincelles jaillissaient des interstices. Très vite, les meubles se séparèrent en deux tas, laissant émaner une silhouette massive. Un souffle saccadé s’en échappait tandis que son crâne était ponctuellement illuminé d’éclairs.

-Tu me demandes qui je suis ?!

La voix caverneuse et hargneuse de la créature électrique raisonna. Son corps se tourna vers l’impudent et sa compagne humaine. Un regard perçant les foudroya alors.

-Je suis…

Le bras droit de la créature remua pour finalement s’élever dans les airs et se diriger bien trop vite vers le mur.

-Le mec chargé du nettoyage.

Juste avant que ses mots n’occupent l’espace sonore, c’est le bruit d’un interrupteur qui se fit entendre. L’instant d’après les néons de la bibliothèque s’illuminaient, permettant à la jeune fille et son chat de découvrir un Senri débrayé avec une tête d’ahurie et un filet de sang allant du haut de son crâne au col de sa chemise qui était déjà souillée.


Sombre enregistrement

l'art d'être un caïd:
 
oikawa


Dernière édition par Senri Yamada le Lun 26 Aoû 2019 - 16:55, édité 1 fois
##   Lun 26 Aoû 2019 - 14:45

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Clara Schäfer
Messages : 41
Date d'inscription : 19/07/2019
Age : 21
Emploi/loisirs : En train de caresser mon chaton
Humeur : Instable

Quoi ? PARDON ? Si elle ne se trompait pas, c'était bien son petit Lani adoré qu'on venait de traiter de monstre ! Elle allait faire ravaler ces mots à l'inconnu, quand elle entendit plus qu'elle ne vit sa chute. Surprise, elle fit quelques pas en arrière, aussi bien pour s'écarter de la menace potentielle que pour... Lui laisser toute la place de tomber. Oui, parfaitement. Et puis, après tout, c'était bienveillant, quelque part : elle lui épargnait de lui tomber dessus, même si elle ne savait pas dans quelle direction il avait chuté. Oh, et puis après tout, il avait insulté son chat, il devait donc payer. Voilà. Fin de la discussion.

La scène qui suivit était aussi irréaliste que spectaculaire. La jeune fille eut l'impression d'assister à une scène de théâtre. En plus, la lumière jouait le jeu elle aussi, tout était parfait ! Puis la lumière, la vraie, celle de la bibliothèque, cette fois, apparut, puissante, sans prévenir... Dans un geste réflexe, la jeune fille ramena sa pile de livres face à elle pour se protéger le visage... Faisant tomber dans le même temps tout ce que ses mains seules ne pouvaient pas contenir, soit le chat et trois de ses livres... Elle ne fit que peu attention au miaulement de protestation : la demoiselle savait très bien qu'un chat, c'était largement capable de se remettre d'une petite chute. Un livre, en revanche... Elle déposa celui qu'elle tenait, dont elle était sûre qu'il était indemne, avant de se pencher sur les autres. Si jamais l'un d'eux était abîmé, elle ne se le pardonnerait jamais...

C'est alors que, en un flash, elle se souvint qu'elle n'était pas seule. Honteuse, elle leva la tête :

    - Euh, pardon, désolée, je n'ai pas fait attention à vous, mais voyez-vous, j'ai peur d'avoir abîmé un livre et...


Doucement. Elle commençait à paniquer, et avait bien conscience que ses mots ne voulaient rien dire. Finalement, elle estima qu'il valait mieux ne rien dire, et, se mettant à genoux, ramassa les livres un à un, les observant chacun à leur tour avec attention. Les deux premiers étaient encore en bon état, leur chute ayant eu pour seule conséquence de les faire s'ouvrir. Elle les referma donc et les posa près d'elle, dans le but de les mettre sur la table quand elle se serait relevée.
Mais le dernier ne s'en était pas aussi bien tiré. Il était tombé sur une page, qui s'était pliée et froissée dans son aventure.

Se relevant, le livre abîmé dans les bras et des larmes de culpabilité pointant sur ses yeux, elle se rapprocha du jeune homme :

    - Vous travaillez donc ici ? Dans ce cas, pourrez-vous dire au propriétaire que je rachèterai un exemplaire neuf de ce livre dès demain et que je l'amènerai aussitôt ? Je vais le garder entre-temps, afin d'en avoir les références exactes.


Ma couleur : #996699
Merci beaucoup à Merye pour ce super avatar !
##   Ven 30 Aoû 2019 - 8:02

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Senri Yamada
Messages : 161
Date d'inscription : 16/04/2019
Age : 20
Emploi/loisirs : Fantôme de la salle d'entraînement
Humeur : oikawa

Senri regardait la jeune fille devant lui bafouiller vainement et finalement se pencher pour ramasser des livres. Il ne comprenait pas tout ; la raison de son angoisse, les livres qui étaient par terre… Il avait fermé les yeux quand la lumière avait illuminé la pièce et n’avait pas vu la jeune fille se protéger du faisceau lumineux avec les livres.

Le jeune homme se serait bien penché pour aider la demoiselle si, d’une part, il n’était pas encore un peu sonné de sa chute et si, d’une autre part, il ne venait pas d’être assaillie d’un cocktail émotionnel. Un subtil mélange de honte, d’appréhension dans un nuage de panique. Déboussolé par cette subite angoisse, le garçon hoqueta, plaquant une main contre son cœur. Il ne lui fallut pas très longtemps pour comprendre ce qui venait de se passer. Sa barrière anti-sentiment s’était brisée lors de sa chute rocambolesque.

Il ferma les yeux, se mit à respirer de manière régulière et à imaginer une vague paresseuse s’échouer sur un amas de rocher. C’était l’image mentale qu’il assimilait au calme et à la plénitude. Malheureusement, les jérémiades et le stress de la jeune femme empêchèrent le jeune homme de maîtriser ses pouvoirs.

Passablement agacé, il rouvrit les yeux et regarda les « dégâts » dont la jeune femme se rendait coupable. Il fit un effort surhumain pour conserver son calme, bien que sa petite mécanique spirituelle avait eut plus d’effet que ce qu’il pensait et qu’ainsi, elle facilitait grandement la chose. Senri était bien conscient que plus il s’énerverait contre cette pauvre fille, plus son stress grandirait et plus Senri le ressentirait. Il prit une longue et profonde aspiration avant de parler.

-Bon, commence par te calmer, ton stress m’oppresse.

Il attrapa le livre pour l’examiner d’un peu plus près. Tout en se félicitant mentalement de sa rime – aussi pitoyable soit-elle.

-Hm. C’est bon déstresse, elle est à peine froissée ta page.

Il le retourna pour lire l’intitulé. Il plissa les yeux dans une expression traduisant une concentration extrême. Malgré ça, il ne comprenait rien à ce qui était écrit.

-Tch. C’est quelle langue ton truc, là ? Fin bref, c’est rien. Regarde la gueule du bouquin sur la table.

Il désigna du menton l’ouvrage qui avait échappé à la chute, mais qui avait subit les affres du temps. La poussière était allée jusqu’à s’incruster dans les pages jaunis par les années.

-C’plutôt la présence de ce matou-là qui… Une seconde ? Où il est passé ?

Senri balaya la salle du regard. La bête avait disparu. Senri serra les dents tout en retractant son plumeau et en fulminant.

- Bon d’jà on va r’poser ces bouquins. Montre-moi où tu les as trouvés.

Et sans laisser le temps à la jeune femme de réagir, il attrapa le reste de la pile de livres. Répartissant ces derniers équitablement en terme de poids dans chacune de ses mains. Après tout, il n’y avait pas de mauvais moment pour se muscler. Ce n’est que lorsqu’il indiqua à la jeune fille qu’il était prêt, qu‘il ressentit une légère gêne au niveau de son ventre. Comme s’il avait faim. Pourtant, il était allé dévaliser le distributeur une vingtaine de minutes plus tôt.

Fichus pouvoirs.


Sombre enregistrement

l'art d'être un caïd:
 
oikawa
##   Ven 30 Aoû 2019 - 10:54

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Clara Schäfer
Messages : 41
Date d'inscription : 19/07/2019
Age : 21
Emploi/loisirs : En train de caresser mon chaton
Humeur : Instable

D'un coup, il semblait aller mal... Clara eut un élan vers lui, pour tenter de l'aider, mais elle se stoppa juste avant de le toucher. Que comptait-elle faire ? Elle croyait être capable de consoler un humain ? Elle avait eu si peu d'interactions dans sa vie qu'elle risquait de faire plus de mal que de bien. Elle ramena donc ses bras et rétablit une distance correcte. De toutes façons, il ne s'était probablement rendu compte de rien, les yeux fermés. De plus, il semblait réussir assez bien à se calmer tout seul. Il n'avait pas besoin d'elle, et autant dire que ça l'arrangeait.

Puis l'explication vint. Elle hocha la tête :

    - Je vais essayer, je ne peux rien promettre de plus.


En effet, une promesse était faite pour être tenue. Voilà pourquoi la demoiselle ne promettait presque jamais rien, et quand elle le faisait, c'était toujours vague. Il fallait qu'elle puisse faire ce qu'elle promettait, et elle ne faisait pas confiance à ses capacités sociales... Même si elle devait bien avouer que, depuis son arrivée, elle avait appris à faire confiance à certains humains, ce qui signifiait qu'elle s'était un peu améliorée niveau interactions sociales.

Puis il prononça la phrase qu'il ne fallait pas. Après son chat, c'étaient les livres qu'elle aimait le plus. Alors une page abîmée, même si elle tait "à peine froissée", c'était insupportable. Mais elle pouvait expliquer posément son point de vue :

    - Alors, Monsieur. Sachez que les livres sont presque sacrés pour moi. Donc, même si celui-là n'est qu'un peu abîmé, j'irai quand même le racheter. Dans le pire des cas, la bibliothèque en aura un exemplaire de plus, ce n'est pas si grave.


Puis il attira son attention sur le livre sur la table. Elle haussa un sourcil, ne comprenant pas où était le problème. D'accord, il était un peu vieux, mais pour un livre, c'était normal de durer longtemps. C'était au contraire la preuve qu'il était conservé et utilisé avec soin.

Elle jeta un coup d’œil là où Lani était tombé quand il fut mentionné... Et elle finit par le voir, en embuscade derrière le jeune homme. Sans doute avait-il compris que c'était à cause de lui que sa maîtresse l'avait laissé tomber, et voulait-il se venger. Se relevant en vitesse et déposant le livre qu'elle tenait sur la table, elle intercepta le chaton au moment où il décollait, dans le but manifeste d'attaquer.

Le chaton dans les bras, elle revint vers la table, décidant de ne pas le lâcher, afin de lui éviter de faire de nouvelles bêtises.

    - Que vouliez-vous dire au sujet de ce petit démon ?


Dans sa bouche, le surnom était affectueux, même s'il représentait très bien le caractère de la boule de fourrure. Néanmoins, la demoiselle voulait absolument connaître la réponse à cette question.

Et, visiblement, son interlocuteur refusait de répondre. Réprimant un grognement mécontent et pas du tout convenable, selon les canons de sa mère, elle courut un peu pour se placer devant son semblable. Après tout, si elle devait le guider, il fallait qu'elle soit devant lui.
Elle lui indiqua la place des trois livres qu'elle ne tenait pas, et garda le dernier, même s'il était compliqué de tenir à la fois un livre et un chaton qui n'avait visiblement aucune envie de rester là. Heureusement que le rouquin était encore petit, sans quoi, cela n'aurait pas été compliqué, mais impossible de le garder.


Ma couleur : #996699
Merci beaucoup à Merye pour ce super avatar !
##   Ven 13 Sep 2019 - 19:06

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Senri Yamada
Messages : 161
Date d'inscription : 16/04/2019
Age : 20
Emploi/loisirs : Fantôme de la salle d'entraînement
Humeur : oikawa

Plusieurs fois, les paroles de la jeune femme firent arquer à Senri un sourcil. Son phrasé poli et distingué suscitait une pointe de curiosité en Senri. Ses yeux froids la dévisageaient continuellement. Il ressentait tout un panel de sentiments sans réellement parvenir à les identifier. L’agacement prédominait, mais il éprouvait également une sorte de respect rituel, qui lui était, totalement inconnu. Aucun doute qu’il continuait de capter les sentiments de la jeune femme.

Puisqu’elle tenait à rembourser le livre, il n’allait pas lui en tenir rigueur. Il haussa les épaules avec un certain désintérêt.

-Hm, tu fais bien ce que tu veux.

Cette phrase fut l’unique réponse qu’il donna en réaction à la tirade de la jeune fille. Il devait se concentrer sur autre chose. Il n’avait plus que trois livres à porter. Il y aurait donc forcément une différence de poids entre ses deux bras, ce qui donnerait lieu à une musculature asymétrique ! Si, au premier coup d’œil, la musculature de Senri n’avait rien d’esthétique, il éprouvait néanmoins le besoin d’un certain équilibre dans son corps et sa force. Bien qu’une marche de deux minutes à peine n’allait pas changer grand-chose.

Mais Senri étant, ce qu’il était, la situation lui posait tant problème. Heureusement, il avait quelques ressources mentales – difficile à croire - toute disposées pour ce genre de problème. Il garda dans ses mains deux livres et posa le dernier sur le haut de son crâne. Senri mit un certain temps à stabiliser le livre sur son crâne, mais il finit par y parvenir. Avec un regard froid un visage crispé.

Avec tout ça, il n’avait même pas remarqué le petit manège de la jeune femme pour intercepter la bête, se tenant prête à l’assaillir. Heureusement, sa maîtresse l’intercepta et le blottit contre son elle, juste avant de lancer une question à Senri. Il fit mine de l’ignorer en prenant le chemin des rayons. Son guide improvisé se dépêcha de se placer devant lui pour le guider. Quelques instants passèrent avant que Senri ne réagisse à la remarque qu’avait émis la brune quelques instant plus tôt.

-J’disais juste que j’crois pas que les animaux sont acceptés ici. Et ça me fait chier de devoir laver des poils de chat. D’jà qu’c’est une plaie d’être là.

Il était clairement grognon. Cela étant, il n’arrivait pas à être complètement froid avec la jeune fille. Lui qui ne s’était jamais embarrassé de politesses et autres civilités du genre ne pouvait pourtant pas s’empêcher d’imiter les bonnes manières de la fille. Avec bien moins de succès, cela va s’en dire. Il termina sa phrase lorsqu’ils entrèrent dans le rayon où les livres avaient été empruntés.

Senri déposa les livres entre ses mains, tout en maintenant celui sur son crâne à sa place. Il se mit sur la pointe des pieds et commença à tenter de placer le livre, tant bien que mal. En réalité, il n’était pas assez grand pour atteindre la dernière rangée et se tortillait pour palier à ce problème. Il avait l’air particulièrement ridicule.


Sombre enregistrement

l'art d'être un caïd:
 
oikawa
##   Dim 15 Sep 2019 - 10:00

Personnage ~
► Âge : 18
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Clara Schäfer
Messages : 41
Date d'inscription : 19/07/2019
Age : 21
Emploi/loisirs : En train de caresser mon chaton
Humeur : Instable

Les animaux ? Interdits ? Après tout, oui, c'était logique... Gardant toujours son petit monstre pas du tout coopératif dans ses bras, elle décida de ne plus le laisser s'échapper avant d'être sortie de la bibliothèque... Enfin, après réflexion, elle ne le laisserait de nouveau libre qu'une fois rentrée à l'institut. Déjà qu'il se perdait dans ce bâtiment, elle n'allait pas le lâcher dans une ville entière.

Elle haussa un sourcil. Que faisait-il ? Il s'amusait avec les livres... Elle ne put s'empêcher de s'angoisser à l'idée que l'un des livres tombe, se préparant à les rattraper dans un tel cas. Tout en se concentrant sur son étude des mouvements des livres en les comparant à ceux de leurs supports, elle eut quand même le temps de se demander qui était cet énergumène qui travaillait dans un lieu que, de son propre aveu, il n'aimait pas... Et elle ne put s'empêcher de lui poser la question :

    - Pourquoi travailler ici, si vous n'aimez pas cela ?


Elle l'observa ranger les livres, puis soupira quand il essaya sans succès d'en ranger un sur un étagère hors de sa portée. Visiblement, il n'avait pas remarqué l'escabeau mis à la disposition des clients un peu plus loin, justement pour pallier à ce genre de difficultés. Elle alla donc le chercher et revint avec, puis le déposa juste devant le rayon en question. Puis, montant dessus, ce qui l'amena juste au bon niveau, elle tendit la main pour qu'il y dépose le livre :

    - Donnez-moi ça. À présent, il m'est facile de la ranger.


Elle n'avait pas réalisé que, pour libérer ses mains pour prendre l'escabeau, elle avait laissé le chat s'échapper tout en rangeant le livre qu'elle portait dans ses affaires. Le petit fauve en avait profité pour disparaître.


Ma couleur : #996699
Merci beaucoup à Merye pour ce super avatar !
##   
Contenu sponsorisé

 

L'escouade de Nettoyage contre la Dresseuse de Tigre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bibliothèque.