anipassion.com
Partagez
Les esclaves et leur master | Senri et Tiago
##   Ven 30 Aoû 2019 - 16:23

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Tu peux chercher Edy
► Rencontres ♫♪ :
Ipiu Raspberry
Messages : 2948
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 24
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Être une master a ce privilège que je peux foutre des heures de colle en toute quiétude… bon, je le faisais déjà quand j’étais bibliothécaire… Mais alors mon autorité s’arrêtait aux portes de la bibliothèque… Aussi il y a quelques temps je n’aurais pas pu avoir deux recrues pour nous aider à ranger mais bien une seule, car au final seul Senri avait porté attente à l’intégrité de l’édifice. Bon il avait été bien cramé, alors j’aurais quand même du faire remonter aux masters le comportement de Tiago, mais je n’aurais pu que suggérer ces travaux d’intérêt général… Là je les leur ai imposés.

Bon, j’ai quand même fait remonter l’incident apprenant par la même que Tiago n’était pas le seul à surveiller. Senri aussi commençait à faire parler de lui… On a une équipe de noob qui sont arrivés, je vous dit pas… C’est de la top quali ! En attendant, avoir de nouveaux esclaves employés n’est pas de tout repos. Je les attend à mon bureau à l’heure convenue, ils commenceront à travailler alors que les usagers sont encore là et continueront une heure après la fermeture. J’ai été magnanime. Je me suis bridée pour ne pas abuser…

« Maintenant que vous êtes là tous les deux, je vais vous donner vos instructions. Vous allez chacun prendre un des chariots de rangement que vous voyez ici et parcourir les rayons pour ranger les ouvrages qui se trouvent dessus tout en récupérant ceux que vous verrez trainer pour les ranger. Le premier qui a fini pourra partir et finira vingt minutes plus tôt le reste de la semaine. Si vous posez les livres n’importe où je le saurais et je serais tentée de prolonger votre punition. C’est clair ? »

Oui, c’est typiquement la technique de la carotte et du bâton. Il serait trop tentant de déposer le contenu de son chariot au même endroit et de partir, ou de lambiner et de ne pas en branler une et de ne pas ranger la moitié du chariot.

« Et bien entendu vous ferez ceci en silence, sans vous quereller et sans déranger les usagers de la bibliothèque. Je compte sur vous. »

Je le dis gentiment, mais à la moindre bavure ils auront à faire à moi.



Les esclaves et leur master | Senri et Tiago 1565213755-ipiu-signa

Mes petits trésors:
 
##   Lun 2 Sep 2019 - 11:27

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : /Nop
► Rencontres ♫♪ :
Tiago Marquez
Messages : 520
Date d'inscription : 05/02/2019

La lose. A peine je sors de l'hosto que j'dois me rendre à la bibliothèque. Il me faut faire preuve d'une discipline monstrueuse pour ne pas prendre la direction du bar et bifurquer avant. Troquer les verres de whisky pour de vieux bouquins poussiéreux, trop naze. Ouais je sais, certains peuvent être neufs mais là j'suis d'humeur à me plaindre (intérieurement faut pas déconner non plus) alors fout moi la paix.

Le pire c'est que tout ça c'est de la faute de l'autre abrutit. D'où il a eu l'idée d'aller décrocher la porte de la biblio pour me la balancer sur la gueule ? Ça peut avoir du style ok, mais le but c'était qu'on s'entre-tue tranquillement, pas qu'on se paye l'autre relou d'Ipiu. Du coup jackpot, va encore falloir que je supporte ces deux là en même temps. Nan, du trio je ne crois franchement pas être le pire ! Je ne peux évidemment pas m'empêcher de repenser à cette scène ridicule en passant la porte d'entrée avant de me diriger vers l’accueil où la master tyrannique nous attend déjà de pied ferme, son discours bien prêt. Je suis beaucoup trop agacé pour saluer qui que ce soit, je me contente donc d'attendre en mode piquet, pensant déjà au moment où je pourrais me barrer d'ici tranquille, sans prendre le risque que ce soit cette fois Hideko qui me tombe dessus.

- "Tss, trop facile, t'as vraiment cru que cet idiot a la moindre notion de ce qu'est l'ordre alphabétique ?"

Un sourire sarcastique à destination des deux intéressés, je vais attraper ce charriot au passage (non sans trainer des pieds). Eh, j'étais étudiant (bien qu'un peu branleur) avant d'arriver sur cette île, bien sûr que je sais comment on range des bouquins dans une bibliothèque ! Cela dit, j'ai intérêt à me contenter de la partie "langues latines" parce que j'y capte rien à leurs symboles chelous qu'ils utilisent de ce côté du globe.

- "Alors gamin, t'as récupéré assez de forces pour pousser c'caddie ?! Je t'épargne le coin des encyclopédies si tu veux, ce serait con que tu retournes direct à l'hosto parce que t'auras voulu porter un truc trop lourd."

Un air parfaitement provoquant en prononçant ces quelques mots, bien sûr que je n'ai pas l'intention de respecter scrupuleusement toutes les règles énoncées par miss casse couilles. Elle veut qu'on bosse ensemble très bien, mais je ne risque pas de faire ça gentiment en silence. Alors voyons voir s'il est chaud le petit.


Les esclaves et leur master | Senri et Tiago 97p2
You only get one shot do not miss your chance to blow
this opportunity comes once in a lifetime

[Eminem - Lose Yourself]

Trucs en tous genre:
 
En ligne##   Hier à 9:58

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Senri Yamada
Messages : 161
Date d'inscription : 16/04/2019
Age : 20
Emploi/loisirs : Fantôme de la salle d'entraînement
Humeur : oikawa

Les fesses sur son lit d’hôpital, Senri regardait dans le vide en battant des pieds, des pansements à l’arcade sourcilière gauche, un autre sur la joue, un hématome sur l’œil droit et des bandages sur l’ensemble de son torse. Le bruit de fonds que produisaient les consignes de l’infirmière n’agaçait même pas Senri. Il était bien trop perdu dans ses pensées, à contempler le carrelage de l’hôpital et faire le point sur cette dernière semaine. Il ne sortit de son état léthargique que lorsque les mots « Tu peux partir » furent prononcés. Il attrapa nonchalamment son jean noir, son débardeur de la même couleur et un sweat-shirt gris dont il rabattit la capuche sur sa tête.

Une fois sorti de l’hôpital, Senri prit le chemin de la bibliothèque puisque Senri était convoqué à celle-ci pour des travaux d’intérêts généraux pour réparer les dégâts qu’il avait causés lors de son combat avec Tiago. C’était d’ailleurs à cause de ce combat qu’il avait dû retourner passer la nuit à l’hôpital étant donné que la majeur partie de ses blessures s’étaient rouverte plus tôt dans la semaine. En partie à cause de son initiation. À cette seule pensée, ses sourcils se froncèrent et sa mâchoire se crispa.

Ainsi, c’est en étant très agacé et contrarié qu’il entra dans le bureau de la bibliothécaire. Il avait néanmoins eu la politesse de la saluer respectueusement, mais n’avait adressé à Tiago qu’un regard plein de ressentiment.

L’adolescent plongea ses mains dans les poches en écoutant les consignes distraitement. Il se contentait simplement d’acquiescer à ce qu’elle disait. Néanmoins, il arqua un sourcil quand la master titilla son instinct de compétition. Là, il était intéressé. Il tenta de rester de marbre, mais le bref changement d’expression sur son visage en avait dit long. Et le fait qu’il ne put s’empêcher de réagir à la remarque de Tiago acheva de trahir son impassibilité.

-J’m’en carre de votre alphabet de gajin. Même sans j’vais te battre.

Il avait bien appuyé le dernier mot de sa première phrase, le tout avec un certain dédain.

Lorsque les deux travailleurs sortirent avec leurs chariot respectifs – Senri avait prit le plus cool et beau – Tiago renchérit et attisa encore un peu plus le feu qui brûlait en Senri. L’adolescent releva vers le décoloré un regard hargneux. Les lèvres pincées par l’énervement.

D’un geste, il retira son pull et le lança dans un coin.

- T’as vu comme ils sont épais ces bouquins ? Tu crois que c’est avec tes bras de crevettes que t’vas les porter ? Tch, tocard va.

Sur ces mots, Senri commença à avancer vers le rayon des encyclopédies. Il n’était pas question de laisser Tiago commencer avant lui, ces vingt minutes, c’était à Senri qu’elle reviendrait.


Sombre enregistrement

l'art d'être un caïd:
 
oikawa
##   
Contenu sponsorisé

 

Les esclaves et leur master | Senri et Tiago

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bibliothèque.