Partagez
Je viens un peu aux nouvelles, puisque tu ne le fais pas ! (A-chan *3*)
##   Ven 6 Jan 2012 - 17:21

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
Allen K.Wilder
Allen K.Wilder
Etoile Air Lunaire
Messages : 1184
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Bon... Il n'était pas très tôt. Mais en même temps, j'avais eu une longue journée. Ce matin, j'avais eu un réveil mouvementé en présence de Mitsuki qui s'était... Littéralement jetée sur moi. Ensuite, bingo ! On avait rencontré cette fille, Alzea. Bon, elle était gentille, hein, y'a pas mal ! Mais disons que devoir utiliser mes pouvoirs comme ça, ça m'avait un peu fatigué... D'autant plus que direct après, l'après-midi... Vlan ! Cours. Oh, ça aurait pu être sympa, si le professeur avait évité de nous parler des Rois qui s'étaient succédés en France. On est au Japon... Vous m'expliquez à quoi ça sert de savoir que Louis IX était au pouvoir au XIIIème siècle ? Enfin bon... Après, ces deux longues heures, j'avais aussi été en biologie, parce que... Ben j'avais envie. Et puis je pensais que je pourrais demander, plus tard, à ma prof s'il était possible, ou non, qu'elle me donne quelques renseignements plus précis sur l'origine de nos pouvoirs, sur cette séquence d'ADN modifiée et tout... Enfin bref, je voulais des détails ! Sauf qu'elle m'a fait comprendre qu'elle n'avait pas le temps ce soir... Parce qu'elle avait des tonnes de copies à corriger.
Vous voulez mon avis ? Y'a tellement de contrôles à Terrae, que la vérité c'était simplement qu'elle avait un rendez-vous qu'elle ne voulait pas rater. Ben, faut arrêter de se voiler la face !
En rentrant dans ma chambre, un peu agacé, j'avais décidé de faire mes devoirs. Vous vous rendez compte ?! J'avais fait mes devoirs de maths ! Si c'est pas incroyable... En fait, depuis peu, j'allais à tous mes cours de maths, pour voir ce prof qui semblait si proche de Mitsuki. Jaloux ? Pas du tout ! Je trouvais juste ça... Louche. Je veux dire... Ils s'étaient quand même battus et tout ! J'avais pas tous les détails, mais il me suffisait d'avoir vu les mains de Mitsuki pour comprendre. Elle disait et me répétait qu'elle ne voulait pas en parler, en précisant que ça ne me concernait pas, mais bon... Cet Aaron Williams était étrange.
Mais bon, ce n'était pas le seul. Le prof d'histoire fan de la France et la prof d'SVT qui va à ses rendez-vous en mentant c'est pas mieux ! D'autant plus que ces derniers jours, j'avais comme un drôle de pressentiment, concernant la directrice... J'avais entendu dire qu'elle était plus souvent absente que d'habitude, et... Qu'elle avait grossi. Vous croyez qu'elle était malade ? Hmm. Mon intuition me soufflait une autre réponse. Mais bon !
Tout ça pour en revenir au vif du sujet ! J'étais, après cette longue journée, posté là, devant la porte de la chambre d'Aoi, que je n'avais pas vu depuis un petit moment maintenant. Je venais de sortir de ma chambre, et je devais avouer que vivre dans la même partie de l'institut, c'était drôlement pratique !
Toquant enfin, je passai une main dans mes cheveux en soupirant, conscient que je n'allais jamais pouvoir les remettre correctement en ordre.

-A-chan !
m'exclamai-je lorsque la porte s'ouvrit enfin. Tu vas bien ? Ca fait drôlement longtemps ! On va manger un bout ? Que tu me racontes tout ce qu'il s'est passé dans ta vie dernièrement !


Je viens un peu aux nouvelles, puisque tu ne le fais pas ! (A-chan *3*) 268985Love2

Merci Aa-chan ♥️
##   Sam 7 Jan 2012 - 14:49

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Aoi Amazaki
Master Air Solaire
Messages : 1298
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

« […] suis certaine que vous manquez terriblement à votre enfant.



Avec meilleure humeur,
Aoi.
 »


Je signai le bas de mon carnet, le cœur léger et un petit sourire s'étalant sans que je le sache sur mes lèvres. Je fermai les yeux et soupirai doucement, caressant la feuille douce de cette lettre à l'intention de ma mère, que j'avais l'impression de connaître par cœur à présent. J'étais presque rassurée par ces mots, bercée par ces sons que j'imaginais, tout simplement heureuse. Heureuse parce que, je le savais, je me sentais presque prête à les montrer à Allen. Je ne l'avais par ailleurs pas revu depuis longtemps ; j'avais même l'impression de le fuir sans même m'en rendre compte... Mais ce n'était pas le plus important, maintenant.
Aujourd'hui avait été une journée plutôt calme... En réalité, j'avais eu besoin de me retrouver un peu moi-même, de rester seule. Je n'étais, du coup, pas allée en cours, et étais restée sur mon lit, à lire et relire ces lettres entre deux pages d'un livre que je n'arrivais pas à finir. J'avais longuement hésité avant d'écrire mes impressions sur ces lettres, que j'avais maladroitement scotchées sur les pages de mon journal. Je préfère tout de même le mot « carnet », ça fait moins défouloir à pensées, ou moins « Je te raconte ma vie... Avoue que ça t'intéresse pas ! »...
Je passai une main dans mes cheveux... Comment dire ? J'avais pas réellement eu envie de me préparer, ce matin, en me levant... Et après j'étais complètement démotivée. En fait, je me rends compte à quel point j'aurais dû au moins me coiffer ! Je me souvenais pas qu'il était possible d'y avoir autant de nœuds. Nan mais écoutez, j'ai les cheveux qui ondulent quasiment tout seul. Là, ils sont limite frisés... Sans parler du fait qu'ils soient emmêlés. En plus, j'ai vraiment fait aucun effort ! J'ai déniché un jogging dans mon armoire -je sais mettre d'autres trucs que des jupes, des robes et l'uniforme de Terrae, déconnez pas !-, de grosses chaussettes bien chaudes que Maman m'avait offertes, et un t-shirt surmonté d'un gilet complètement énorme dans lequel je flottais à moitié... Et même qu'y a un singe derrière. Il est trop laid, ce gilet, en fait... Mais je l'adore, je sais même pas pourquoi !
Alors que je refermai soigneusement mon journal -carnet !-, j'entendis quelqu'un toquer sur ma porte d'entrée. Sursautant, je me dépêchai de regarder autour de moi. Un tiroir pour cacher le carnet, un tiroiiiir... LE COUSSIN !
Je l'attrapai en vitesse, le fourrant maladroitement dessus, et sautai presque du lit pour aller ouvrir. Mon cœur loupa un battement quand je vis que cette personne était tout simplement... Allen.
Et, en plus, j'avais l'air d'une grosse débile, habillée comme ça.

-A-chan ! Tu vas bien ? Ça fait drôlement longtemps ! On va manger un bout ? Que tu me racontes tout ce qu'il s'est passé dans ta vie dernièrement !

J'entrouvris les lèvres, ne sachant que dire pour le moment. En fait, je crois que j'étais pas encore si motivée que ça à lui dire, pour sa mère, ahahah...

- Allen-kun... Bonjour, le saluai-je avec un petit sourire.

Je me regardai ensuite moi-même, et grimaçai.

- Bah, euh, je veux bien, mais... Comment dire …?

Je ne pu retenir un rire nerveux.

- Je crois qu'il faudrait juste que je m'arrange... Juste au moins un peu. Je me suis pas préparée, ce matin, en fait... Enfin... bref...

Je me raclai légèrement la gorge et me décalai.

- Tu veux rentrer, en attendant ? Je m'habillerai dans la salle-de-bain, et... Enfin, puisqu'il fait plutôt froid dans le couloir...

… Ah ouais, d'accord. Je vois. J'arrive même plus à lui parler, maintenant, tellement je suis stressée. C'est bien, ça, Aoi, c'est bien ça !

- Bonne année, au fait !...

… Je suis débile, ou quoi …?



Je vole en #F54759
##   Ven 13 Jan 2012 - 20:55

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
Allen K.Wilder
Allen K.Wilder
Etoile Air Lunaire
Messages : 1184
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Lorsque la porte s'ouvrit, je fus un peu surpris de voir Aoi ainsi. Mais par la même occasion... La découvrir dans ce genre d'environnement m'amusa, tout autant que ça m'attendrit. Je l'observai un petit instant, alors qu'elle me saluai assez nerveusement. Je laissai un petit sourire étirer le coin de mes lèvres, et je continuai à la regarder tandis qu'elle blablatait encore et encore. Elle me proposa de rentrer après s'être raclé la gorge, comme pour tenter d'une manière comme une autre de changer de sujet. Je hochai la tête et entrai donc dans sa chambre. Elle me souhaita la bonne année et je ne pus réprimer un grand sourire amusé.

-Oui, bonne année à toi aussi Aoi-chan ! Ah, et... Joyeux anniversaire en retard aussi, non ? Mitsuki m'a reproché d'avoir oublié ton anniversaire, alors je lui ai dit que c'était parce que tu ne m'avais jamais donné la date...


Je lui souris, et partis m'asseoir sur son lit. Je levai les yeux vers elle.

-Bref, je te laisse aller à la salle de bain et je ne te retiens plus ! Sinon on ne sortira jamais de ta chambre et quand on arriva pour manger, il y aura un max de monde et ce sera invivable !

Je lui désignai la porte de la salle de bain du menton, un sourire amusé étirant le coin de mes lèvres.

-Allez, à tout à l'heure !

Je lui adressai un dernier sourire tandis qu'elle s'engouffrait dans la pièce, refermant la porte derrière elle. Assis sur son lit, je regardai autour de moi, observant chaque détail de sa chambre avec attention, souriant en observant certaines choses, comme les manuels sur le coin du bureau, les devoirs pas forcément fait. Je fus attirée par une petite boîte à musique sur sa table de chevet, sans doute celle que lui avait offert Mitsuki, et je m'en approchais, me déplaçant en restant assis sur le lit. C'est en arrivant juste à côté que j'eus l'impression de m'être assis sur quelque chose de dur en me déplaçant. Je me décalai, et soulevai le coussin... Un livre ? J'ouvris la première page, et tombai sur la petite phrase typique de ces cahiers roses fluos que toute fille de 5 ans veut pour parler de ses amours... Le fameux journal intime. Je le refermai, un peu déstabilisé. C'était pas mes affaires ! Sauf qu'au moment où je le reposai, j'aperçus quelque chose qui dépassait du carnet... Et visiblement, ce n'était pas une page d'arrachée ou quoi, c'était simplement un papier qu'elle avait rajouté... Un papier important, sans doute...?
Pris du curiosité, je signai mon arrêt de moi en pénétrant dans ses secrets, et j'ouvris le journal à la page qui attirait mon oeil. A cet instant, mon sang se glaça. Le premier mot que je lus fus bête, simple... Je connaissais les kana par coeur. J'aurais pu les reconnaître entre mille ! "Yureka".
... Maman.
Mon coeur cessa de battre. Je commençai ma lecture.
Ma respiration se stoppa nette. Et je commençai ma lecture. Et quelle lecture...
Je me pinçai la lèvre inférieure. Maman... Maman...
Aoi. Comment est-ce que tu avais pu...?
Une larme roula sur ma joue pour venir tomber sur le papier imbibé d'encre. De l'encre utilisée par Maman...


Je viens un peu aux nouvelles, puisque tu ne le fais pas ! (A-chan *3*) 268985Love2

Merci Aa-chan ♥️
##   Dim 29 Jan 2012 - 14:19

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Aoi Amazaki
Master Air Solaire
Messages : 1298
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

Je toussotais, légèrement gênée, alors qu'il entrait dans la chambre. Je crois que ça faisait longtemps que je m'étais pas autant tapée l'affiche... Ô joie. (Non, en vrai, dans ma tête, là, ça fait « Ô rage, ô désespoir ! », comme dans cette pièce de théâtre -dont je me rappelle plus le nom...- ! L'auteur a un nom d'oiseau, il me semble... Corbeau ?..)
Lorsque je tournai la tête vers lui, après avoir refermé nerveusement la porte, je le vis me faire un grand sourire (et je le soupçonnait d'être mort de rire intérieurement ! Le fourbe !).

-Oui, bonne année à toi aussi Aoi-chan ! Ah, et... Joyeux anniversaire en retard aussi, non ? Mitsuki m'a reproché d'avoir oublié ton anniversaire, alors je lui ai dit que c'était parce que tu ne m'avais jamais donné la date...

Là, j'étais... Comment dire ? Sur les fesses, pour ne pas dire autre chose. Oui, définitivement, j'étais sur les fesses. Enfin... Surprise, quoi ! Et probablement -et surtout- rouge comme une pivoine. Je tentai un petit sourire, presque émue.

- Merci... Ca me fait vraiment plaisir, lui répondis-je, me dépêchant de regarder ailleurs, espérant que mes cheveux fous puissent cacher mes joues.

Tiens, mon mur a une belle couleur, en vrai !...
Il alla s'asseoir sur mon lit et m'intima presque d'aller me changer dans la salle-de-bain, prétextant que sinon il y aurait définitivement trop de monde à la cafétéria.
Je répondis d'un hochement de tête, amusée -mais toujours gênée- par son comportement, et allai me préparer dans la salle d'eau en vitesse. Bon alors, habits convenables, cheveux et voilàà !
Je ne me cassai pas trop la tête, et optai donc pour une tenue standard -non, pas l'uniforme, roh !-. Domptant de mon mieux mes cheveux -qui s'emmêlaient presque tous seuls, c'est dire !-, je reposai finalement ma brosse une fois fait. Bien, super, et j'avais même pas mis trop de temps, c'est trop bien !
Je retournai près de la porte, l'ouvrais doucement.

- Je ne t'ai pas trop fait attendre, j'espère, hein ...?

Mes derniers mots se bloquèrent dans ma gorge lorsque je le vis, mon carnet en main, ouvert sur l'une des dernières pages qui contenaient... Les lettres échangées par nos mères.
J'avais l'impression que le temps passait au ralenti, alors que je sentais toute couleur quitter mon visage. Oh. Mon. Dieu.
Ma main toujours sur la poignée, ne parvenant à prononcer le moindre mot, je remarquai à peine que je m'étais mise à trembler. Et j'attendais ainsi, sans bouger, sans rien dire, que les foudres de sa colère ne s'abattent sur moi.



Je vole en #F54759
##   Dim 29 Jan 2012 - 18:55

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
Allen K.Wilder
Allen K.Wilder
Etoile Air Lunaire
Messages : 1184
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Mes mains serraient avec maladresse la lettre écrite par Maman. J'étais mal, je n'arrivais réellement à lire qu'un mot sur deux... Les lignes bougeaient, les kanas devenaient illisibles : je tremblais. La larme qui était tombée sur le papier fut vite accompagnée d'autres larmes, mais je décalai le carnet avec la lettre de moi, pour que mes larmes viennent s'échouer sur le lit d'Aoi et non sur la lettre. Je refusais de l'abîmer. Je refusais d'abîmer cette lettre, ce papier qui avait été touché, utilisé par Maman.
Un an que je ne l'avais pas vu... Et je n'avais pas eu la moindre nouvelle...
Mon coeur se serra. La porte de la salle de bain s'ouvrit, tandis que la voix d'Aoi s'élevait dans les airs. Aucun des mots qu'elle prononça ne parvint à mes oreilles. Le monde autour de moi s'était arrêté, le temps aussi, d'ailleurs. Plus rien n'existait, à part cette lettre et Maman.
Je revins à la réalité en sentant le papier se déchirer sous la tension qu'exerçaient mes mains sur le papier. Mon coeur rata un battement. Non, non, non ! Il ne fallait pas l'abîmer ! Je ne voulais pas l'abîmer ! Par la lettre de Maman... Je voulais la garder intacte, pour pouvoir la lire et la relire une fois que je serais en mesure de la comprendre...
Certains auraient pu dire que j'étais stupide. Vouant à ma mère un amour étrange, voire même suspect. Mais je m'en fichais. Ils ne pouvaient pas comprendre. Ils n'avaient pas eu ma mère.
Toute sa vie, elle avait passé son temps à faire attention aux autres alors qu'elle était la fille la plus maladroite, la plus fragile et la plus naïve que je connaisse. Elle pouvait se faire avoir tellement facilement... Mais bon, ce n'était pas pour ça que je tenais tant à elle.
Disons que je la considérais comme la meilleure mère du monde. Attentive, douce, présente... Elle m'avait tout donné. Absolument tout. Elle avait toujours été là pour moi. Et surtout, elle avait toujours cru en moi. Elle m'avait encouragé dans chaque chose que j'entreprenais, elle m'avait soutenu, aidé... Elle m'avait aussi fait découvrir des tas de choses. Comment pouvais-je détester l'incarnation de la générosité ? Car elle était comme ça. Elle donnait sans jamais chercher à recevoir.
Secouant la tête, je revins à la réalité. Je me tournai vers Aoi, et mon regard, embué de larme, vint s'encrer dans le sien.

-Pourquoi ?
demandai-je sèchement.

Je la fixai, cherchant vainement dans son regard une explication. Mais rien, rien du tout. Son stress, ces tremblements... Tous ces détails m'énervaient. Pourquoi ? Pourquoi était-elle comme ça ? Se sentait-elle fautive ? Et bien oui, elle l'était ! Alors pourquoi l'avoir caché ? Mais merde, pourquoi ?!

-Pourquoi ne pas me l'avoir dit ? Tu devais pourtant savoir que ça me toucherait ! Mais merde ! Aoi, t'avais prévu de jamais me le dire ?!


J'essuyais rageusement les larmes qui sortaient de mes yeux sans prendre le temps de couler sur mes joues.

-Pourquoi t'as fait ça ?! Tu savais que c'était important pour moi ?! Bordal, je comprends pas... Aoi, Pourquoi ? Pourquoi ?!


Je sentais mes yeux virer à l'argent, emportés par mes sentiments. Je me sentais mal. Mon coeur battait avec douleur, les larmes m'échappaient sans que je n'arrive à les retenir...


Je viens un peu aux nouvelles, puisque tu ne le fais pas ! (A-chan *3*) 268985Love2

Merci Aa-chan ♥️
##   Dim 4 Mar 2012 - 17:46

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Aoi Amazaki
Master Air Solaire
Messages : 1298
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

N'avez vous jamais connu de tels moments, où vous vous disiez que, finalement, même en restant chez vous pour vous terrer au fond du plus petit trou de souris que vous pouviez trouver, vous étiez incapable de ne pas causer du tort à ceux que vous aimez ? De plus en plus souvent, ce sentiment revenait me hanter. Et là, une fois de plus, je me demandais ce que je faisais là. Je n'avais jamais voulu faire du mal à qui que ce soit ; en réalité, c'était bien la dernière chose que je souhaitais.
Les yeux embués de larmes, virant avec colère à l'argent des Airs, Allen l'avait finalement découvert. Ce n'était même pas que je lui cachais – ou peut-être que si, au final – mais plutôt... J'avais peur de le lui dire, et repoussais toujours le moment où j'aurais à le faire. Parce que j'avais peur... De le voir dans cet état-là. J'avais peur qu'il m'en veuille de le lui avoir caché, j'avais peur qu'il m'en veuille d'avoir des nouvelles de sa mère, de la mienne, de pouvoir aussi aisément discuter avec elle alors que lui... N'avait plus la moindre nouvelle depuis plus d'un an. Alors oui, je m'en voulais. Ce n'était pas comme ça que j'aurais voulu le voir. J'aurais préféré le savoir heureux de savoir à présent où elle était, mais évidemment... C'était légèrement pas possible. Un rêve idyllique, qui ne s'est pas réalisé. Est-ce que c'était de ma faute, pour avoir autant traîné ?
Ses mots résonnèrent longuement dans ma tête. J'aurais voulu lui répondre que j'étais désolée, que j'avais voulu le lui dire, mais... J'en étais incapable. Les mots se bloquaient violemment dans ma gorge, et mes lèvres restaient résolument closes. J'avais moi aussi envie de pleurer, mais pas pour les mêmes raisons. Je savais que j'avais été égoïste... Mais bon sang, ce n'était pas de ma faute si ma mère avait choisi une personne aussi trouillarde que moi pour garder ces lettres ! Je ne savais même pas ce qu'elle attendait de moi ; que je les garde en sécurité, que je me contente de les donner à Allen, ou bien tout simplement garder le secret, les lire, puis les brûler, en apprendre plus que ce que j'aurais dû savoir... Ce n'était pas ce que j'avais voulu, alors il ne pouvait pas m'en vouloir ! Il n'avait pas le droit... Alors que je gardais tout ça douloureusement, alors que j'étais comme un gardien du secret, alors que j'étais encore trop perdue pour savoir quoi faire, alors que je me demandais encore quelques minutes auparavant si je devais le lui montrer ou pas, et... Me trouver des excuses ne ferait rien avancer, je le savais. Néanmoins... Trop m'en demander, de tous les côtés, ça ne pouvait rien faire avancer non plus. C'était quoi, ça, sérieux ? On me confie des trucs sans rien dire, puis on vient m'engueuler quand on le découvre... Finalement, j'étais perdante dans tous les cas, c'était comme ça, hein ?
Désolée, Maman, mais la prochaine fois... Trouves une autre personne pour être le gardien de tes petits secrets qui peuvent mettre en péril Terrae et d'autres gens encore, je ne veux plus en faire partie. Pas si c'est pour perdre à chaque fois quelqu'un que j'aime. Je suis peut-être égoïste... Mais je ne peux pas tout faire. Je ne suis pas Dieu, loin de là. Je suis juste une gamine insignifiante, qui aimerait ne pas être mêlée à des affaires qui la dépassent de loin.
Je fermais les yeux, m'appuyais contre l'encadrement de la porte, le cœur cognant contre ma poitrine. Je pris une grande inspiration, reportais mon regard sur Allen.

- J'ai... Ça fait un moment que je voulais te le dire. Et je me posais encore la question tout à l'heure, savoir si aujourd'hui pouvait-être le bon moment, mais... Allen, je suis désolée, d'accord ? Je comptais te le dire, je comptais te mettre au courant, mais il fallait que...

Ma voix flancha légèrement, et je repris, plus aussi confiante qu'auparavant :

- Il fallait que je sache comment te l'annoncer, parce que je savais... Je savais que vos parents étaient partis, que vous n'aviez plus de nouvelles... Mais ces lettres ne sont adressées ni à toi, ni à moi, alors je savais pas vraiment... Quoi en faire. J'ai...

Ces lettres, je les déteste.

- J'ai appris des choses que j'aurais jamais voulu savoir, et que j'aurais jamais dû savoir, même ! Et le fait... Que nos mères se connaissent m'a fichu un sacré coup. Je sais que tout ça n'excuse rien, mais... À ma place, tu serais venu me voir directement après les avoir reçu ? lui demandais-je, la gorge toujours nouée.

Aurait-il réellement osé me dire « Au fait, j'ai des nouvelles de ta mère disparue depuis plus d'un an ! Tiens, je te donne l'échange de lettres entre elle et ma mère. » ? Étrangement, quoi qu'il puisse dire, j'en doutais fortement. C'était pas une chose... Qui était aussi facile à dire qu'un « bon anniversaire ». C'était pas une chose banale, commune. C'était Yureka... C'était sa mère, partie depuis tellement, tellement longtemps...

- Tu... lui manques, rajoutais-je dans un souffle, détournant les yeux de peur de croiser son regard argent.



Je vole en #F54759
##   Mer 7 Mar 2012 - 13:16

Personnage ~
► Âge : 23 ans et toutes mes dents askip
► Doubles-comptes ? : Hideko Honda -- Mitsuki Hojitake
► Rencontres ♫♪ :
Allen K.Wilder
Allen K.Wilder
Etoile Air Lunaire
Messages : 1184
Date d'inscription : 24/01/2011
Emploi/loisirs : Je vous jure : j'adore répondre à des questions.
Humeur : Ca me donne l'impression d'être... Ben pas inutile quoi. J'ai l'impression qu'on s'intéresse à moi, et c'est gratifiant !

Peut-être que j'ai été borné. Peut-être que je n'ai pas réfléchi, peut-être que j'ai simplement... Suivi ces foutus sentiments qui me hantaient, qui me tiraillaient de partout depuis que j'avais trouvé ces lettres.
Oui, peut-être n'ai-j fait aucun effort pour la comprendre, et c'est sans doute pour cela que j'ai agi ainsi...
Relevant mes yeux plein de rage, de tristesse et de douleur vers elle, je fixai ses lèvres qui bougeaient sans daigner écouter un seul de ses mots. J'avais beau lui avoir demandé des explications, ces explications-là je les refusais finalement, trop bloqué dans mon chagrin si douloureux, dans cette trahison que je sentais au plus profond de mon âme.
Les seules choses que j'entendis furent ses deux dernières phrases. Son retour de question... Et le fait que je puisse manquer à Maman.
Cette révélation déposa un poids immense sur mon coeur, et un goût amer s'empara de ma gorge. Je relevai les yeux vers Aoi, embué de larme de rage.
Pourquoi ? Pourquoi c'était à elle que tout ça avait été dit ? N'aurait-ce pas dû être à moi ? J'étais son fils ! JE lui manquai ! Moi et personne d'autre ! C'était moi... C'était moi qui était concerné... Alors pourquoi ne m'avait-on rien dit ? Pourquoi me l'avait-on caché ? Plus d'un an à chercher désespérément le lieu où elle était partie avec Papa... Et ma récompense, c'est quoi ? La découverte de lettres qui répondent à toutes les questions que je me pose... Qui ont été envoyées il y a des mois de ça... Et dont jamais personne ne m'a parlé.
J'étouffai un juron, m'arrachant la peau des lèvres.
J'allais exploser. Si je restai là, j'allais exploser.
Et c'est ce qui arriva. Tout ce que je contenais et que je n'arrivais pas à évacuer explosa d'un coup. Une bourrasque énorme ravagea la chambre d'Aoi, et la seule chose que je fis fut de protéger ces lettres. Maman... Maman... Pourquoi ?
J'arrachai les lettres qui étaient collées dans le carnet d'Aoi et pris celles qu'elle n'avait pas encore collées. Je fermai les yeux, inspirant une grande bouffée d'air, avant d'essuyer une larme qui avait commencé à couler sur ma joue. Je plantai mes prunelles argentées dans celles noisettes d'Aoi. Elle paniquait. Elle s'en voulait. Je le voyais, mais je refusais de le sentir. Je refusais d'y prêter attention. Je refusais tout bêtement d'être là pour elle. Elle n'avait pas été là pour moi, elle.
Ma tristesse se transforma bien vite en haine. Et bientôt, c'était des fentes que je posai sur Aoi.

-Tu me déçois. Tu me déçois vraiment.

La détestais-je ? C'était bel et bien une question que je me posais, tiens...
Mon coeur battait à tout rompre, et bizarrement, chaque mauvaise pensée que j'avais à son égard s'accompagnait d'un pincement au coeur. Mais pourtant, je n'arrêtais pas. Trop pris dans mon élan, dans cette blessure qu'elle avait ouverte en moi en me cachant ces lettres... Je me pinçai les lèvres, à bout.

-Ne viens plus jamais me voir. Tu m'entends ? J'ai essayé de tout faire pour toi, j'ai voulu t'aider, te protéger... Et toi, tu me rends la pareille en me détruisant.

Je pris une grande inspiration, tentant en vain de me calmer un peu.

-Je ne sais pas si je te déteste, tout ça est encore trop frais dans mon esprit pour que je puisse y voir clair.


Je laissai un mauvais rire m'échapper, et je reportai mon regard sur autre chose, comme si elle n'était même plus digne de mon intérêt.

-Cela dit, une chose est sûre... Je n'ai plus confiance en toi. Et je n'ai plus envie non plus de partager quoi que ce soit avec toi.

Je posai mon regard sur elle, et souris.

-Je ne veux plus te voir.

Ces mots m'avaient fait mal. Mais pourtant, je les avais dit. Je les avais dit parce que paradoxalement, ils me soulageaient. Ils m'aidaient à évacuer ma rage et à me sentir mieux. Mais à quel prix, au final ? A quel prix...?
Sans rien ajouter, je pris la porte et m'en allais. Sans un signe, sans un au revoir, rien. Juste en serrant les lettres de Maman contre moi.


Je viens un peu aux nouvelles, puisque tu ne le fais pas ! (A-chan *3*) 268985Love2

Merci Aa-chan ♥️
##   Jeu 8 Mar 2012 - 18:16

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Aaron W, Ariana, Misao
► Rencontres ♫♪ :
Aoi Amazaki
Aoi Amazaki
Master Air Solaire
Messages : 1298
Date d'inscription : 08/01/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Te soigner après ta dernière connerie.
Humeur : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

J'avais envie de mourir.
Mourir, plutôt que de subir ce regard haineux, ce regard qui ne lui appartenait pas. Qui ne lui appartenait plus. Je pouvais quasiment sentir un changement dans l'air ambiant – ou peut-être était-ce uniquement mon imagination ?.. – et, sans m'en rendre compte, je reculai subrepticement d'un pas, les membres tremblants.
Je me sentis vaguement projetée sur le sol avec violence, tandis que des feuilles volaient en tous sens.
J'avais mal. Pas une douleur physique, mais une douleur atroce qui me comprimait le cœur. J'avais comme l'impression de ne plus réussir à respirer, comme prise par une crise d'asthme. Certainement était-ce juste une crise de panique passagère, comme j'en avais déjà connues par le passé, enfermée durant des heures dans un placard à balais minuscule, le cœur en miette, effrayée, me demandant si je pourrais seulement revoir un jour la lumière du soleil.
Les lettres s'arrachèrent de mon carnet une à une, labourant un peu plus à chaque fois le trou béant dans mon cœur. Qu'il prenne ses lettres... Qu'il prenne celles de sa mère... Mais, par pitié, qu'il me laisse celle de Maman... Qu'il me les laisse ! Il allait... Il allait les abîmer, peut-être les brûler, les... Maman... Maman, je veux pas...
Et les mots qu'il me lança en plein visage firent eux aussi l'effet d'une bombe.
J'avais mal.
Je n'avais jamais été là, c'est vrai. Je n'avais jamais rien fait pour l'aider, alors qu'il m'avait sauvé à plusieurs reprises, qu'il avait toujours été là pour moi, à m'encourager, me sourire, à rire avec moi. Et moi, je n'avais pas été là. Inutile, incapable, idiote, profiteuse, mesquine ; peut-être trop naïve ? Je n'avais pas été là. C'était peut-être le pire.
Incapable de le retenir, de prononcer le moindre mot, pas même de geindre son prénom, ni même de faire quoi que ce soit d'autre, je restais ainsi, le regard dans le vide, l'entendant partir sans un mot de plus.

« Je ne veux plus te voir. »

Cette phrase résonna longuement dans mon esprit, comme un coup de gong. Et lorsque je pris conscience de leur signification, j'eus à peine le temps de prendre mon visage entre mes mains que j'éclatais en lourds sanglots.
Pardon... Pardon, Allen...



Je vole en #F54759
##   
Contenu sponsorisé

 

Je viens un peu aux nouvelles, puisque tu ne le fais pas ! (A-chan *3*)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Logements Masters. :: Maisonnette d'Aoi et Huo. :: Ancienne chambre d'Aoi.