Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Entré par l'Hôpital... [FINI !]
Jeu 23 Fév 2012 - 14:18
avatar
Masculin

Messages : 111
Date d'inscription : 20/02/2012


J'avais saisi de ma maigre main une bouteille et la lança contre le mur d'en face où elle se fracassa en mille morceaux. L'un d'eux me coupa une veine du poignet et je me mis à saigner. Je laissais le sang couler, pendant que je continuai de chanter à la fenêtre d'une petite voix la chanson que j'avais crée.

L'appartement était dans un état désastreux ; de la nourriture et des boissons partout, il était sale et les dettes s'accumulaient. Ren'ji était sale, avec pas mal de sang sur les bras, les mains.
Plus personne ne venait le voir depuis plusieurs mois déjà, il s'était complètement laissé aller et rien n'allait plus. La seule chose qu'il faisait : chanter. Chanter sa chanson triste.


J'entendis du bruit : la télé s'est allumée. Saleté de téloch ! Elle s'était mise sur une chaîne musicale. Un violon se fit entendre :


Qu'est-ce qui m'avait pris ? A réagir comme ça ?
Après des mois et des mois de vide, je sortis enfin de ma torpeur grâce à... ce violon.

J'entendis un bruit de porte qui claque, des gens montaient l'escalier. Le violon jouait toujours, deux hommes apparurent. Je me débattis lorsqu'il tentèrent de me prendre, mais il me rassurèrent en disant :

- Viens avec nous, tout ira bien.

Que pouvais-je faire d'autre à part les suivre ? Je n'avais plus rien à faire ici. L'un d'eux me soigna à la va vite mes blessures puis il me pris sur ces épaules, et ils m'amenèrent à une voiture noire.
Je ne sais pas combien de temps le voyage dura, mais pas longtemps en tout cas. Je ne voyais pas le paysage dehors.


Lorsqu'ils me sortirent de la voiture, je vis un grand portail entouré d'arbres bien vert, derrière on aurait dit une mini ville. Le portail s'ouvrit, et nous entrâmes. Ils me portèrent jusqu'à ce qui semblait être un hôpital et m'allongèrent sur un lit. Je ne distinguais pas grand chose, j'étais dans les vapes, à regretter tous ces mois où je ne faisais rien. Allais-je revivre ici ? Je l’espérais. Ou alors, était-ce une prison pour toutes mes dettes non-payés ?

J'entends des gens qui parlent, et je reconnais la voix d'un des hommes qui m'a amené ici. Je ne distingue que quelques paroles : <<...mal...rester ici avant... Initié...>>.

Peu à peu, je m'endors ; que m'ont-ils fait ?!
Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Ren'ji Zakuto le Sam 24 Mar 2012 - 17:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 23 Fév 2012 - 16:07
avatar
Féminin

Messages : 1522
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : 1. Mannequin de renom. 2. Infirmière de Terrae. 3.Cut someone into pieces...?
Humeur : Don't go screaming if I blow you up with a bang, sweetie~



Et oui, je venais depuis quelque semaines déjà d'etre affectée au poste d'infirmière de Terrae, avec une amie à moi nommée Karin. Non, je n'ai jamais voulu être infirmière même si j'avais de grandes connaissances en médecine... Oui, c'est bien mon grand-frère qui m'y a inscrit. Apparemment, ça ne lui suffisait pas qu'on soit richissime, que je soit une mannequin connue dans le monde entier et... merde ! J'étais assise, là, à concentrer mon energie en un seul point. J'essayais de créer une technique à la fois offensive et défensive. Mon cobaye était un arbre. Oui, j'aime la nature. Je relachais en un seul coup tout l'energie que j'avais concentrée. BAM ! Mon cobaye ne ressemblait plus à rien... Il était décapité, et carbonisé... Je me levais, avec un petit sourire aux lèvres. J'étais plutôt fière de moi. Essayer ça sur un être humain serait tellement amusant... Je touchais la cendre brûlante de l'arbre et la carbonisais encore plus. Une odeur désagréable s’éleva dans l'air, je décidais donc de ne pas continuer. La prochaine fois, j'essaierai cela sur la chair humaine.
Je me dirigeais vers le village de Terrae où je n'oubliais pas de passer par la boulangerie pour me faire offrir des éclairs au chocolat: le boulanger était un pervers... Me faire plaisir l'excitait, apparemment... Pff... Déchet. Les regards se tournaient tous vers moi, alors que je marchais dans la rue. Quelques un osèrent discrètement me demander un autographe. Alors que j'allais refuser, un appel me sauva, je décrochais:


- Akari Ushiromiya à l'appareil...?
- Mademoiselle! Nous avons besoin de vous à l'hopital! Nous avons un nouvel élève gravement blessé!
- ... J'arrive.

Je raccrochais, et fit demi-tour en vitesse pour atteindre l’hôpital. Je me changeai dans mes habits d'infirmière rapidement, pour atteindre la chambre du nouvel arrivant. Une chose était sure: il pissait le sang. Les masters vinrent à ma rencontre, et m'expliquèrent la situation. En quelques minutes, je savais à peu près tout sur le patient: Ren'ji Zakuto, orphelin, endetté. Les masters étaient arrivés trop tard... un an en retard, quand meme. Et je posais une dernière question cruciale:

- Et ses dettes, qu'allez vous en faire? Qui va les payer...?

Les Masters se regardèrent, avant de poser les yeux sur moi. Je compris qu'ils n'avaient encore rien fait.

- Demandez à mon grand-frère... Si vous dites que c'est moi qui lui demande, il acceptera de payer les dettes de ce Ren'ji... Terrae ne devrait pas se ruiner pour des dettes impayées...

Après les avoir envoyé hors de la chambre, je m'approchais du corps endormit de mon patient... Depuis combien de temps avait-il prit une douche? Il saignait de partout. Je le mit torse-nu: ... Depuis combien de temps n'avait-il pas mangé? Je pris du coton, et du désinfectant, aidé par une autre infirmière, et nous commençâmes à soigner avec prudence ses plaies. Au bout d'une demie-heure, nous finîmes. Je renvoyais l'infirmière s'occuper d'un autre patient, pendant que moi, je bandais les plaies du jeune homme. Une fois fini, je regardais l'heure: l’anesthésiant devrait stopper son effet. Juste pour que ce jeune homme reprenne un peu de vigueur, j'injectais du fer, ainsi que du glucose. Je m'assis sur la chaise à coté du lit, et attendait que celui-ici se réveille.


Voir le profil de l'utilisateur







Oh...Come here, my prey. Get ready to be cut!:
 


- absente (Dan et Celia aussi x3)
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 23 Fév 2012 - 22:03
avatar
Masculin

Messages : 111
Date d'inscription : 20/02/2012


Je commençais à me réveiller, à sortir des vapes quand je sentis qu'on me touchait le torse ; punaise mais qu'est-ce qu'ils me font ? Je ne m'énerva pas pour autant, et attendis un peu. De toutes manières, j'étais encore trop en train de somnoler pour pouvoir bouger et cette situation m'amusait.

Quelques minutes après avoir senti les gestes sur mon torse et mes blessures (on me les avait soigner), je ne ressentis plus rien. J'affichais un petit sourire, et ouvrit peu à peu les yeux. Sur ma droite, il y avait une porte et à ma gauche était assise sur un fauteuil une jeune femme.
Je leva la tête et regarda mon torse : ma chemise était toujours aussi ouverte, et je pouvais voir mon thorax qui était pas mal bandé. Il faut dire je mettais beaucoup blessé sans même me soigner.

Je regarda la fille avec un petit sourire en biais, puis lui demande d'une voix faible mais enjôleuse :

- Comment t’appelles-tu jolie infirmière ?


Je jouais avec le feu. Certes risqué avec une fille, mais très amusant ! Et en plus, je lui faisais un compliment.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Ven 24 Fév 2012 - 21:39
avatar
Féminin

Messages : 1522
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : 1. Mannequin de renom. 2. Infirmière de Terrae. 3.Cut someone into pieces...?
Humeur : Don't go screaming if I blow you up with a bang, sweetie~


- Comment t’appelles-tu jolie infirmière ?

Cette question me réveilla. Oui, j'étais plutôt pensive. Je me demandais quand j'allais devenir Master. La vieille peau ou un autre Master devait nous recommander... Tss... Je ne connaissais pas de Master Feu et Solaire. Serais-je donc la première? Je regardais mon interlocuteur qui semblait aller mieux, et esquissais un sourire amusé. C'était la seule chose qu'il trouvait à dire, alors qu'il ne savait même pas où il était? Son petit ton enjôleur me plaisait bien, c'était amusant. Il en avait de la chance, ce jeune homme: j'étais de bonne humeur aujourd'hui... Je répondis donc, en lui renvoyant son sourire:

- Bienvenue à Terrae, Ren'ji Zakuto. Je suis Akari Ushiromiya, enchantée.

Je me levais, et attrapais la boite d'éclair au chocolat que j'avais achetée tout à l'heure. Je ne partageais jamais rien, mais en voyant l'état de mon interlocuteur, je n'avais pas réellement le choix... J'ouvrais avec délicatesse ma boite, prit un éclair au chocolat, et le tendais vers mon patient:

- Tu sembles t’être... mal nourri... Tiens.

J'étais gentille? Oui, ça m'arrive rarement, et apparemment, comme je l'ai déjà dit, celui-ci avait de la chance.

- Tu me surprends un petit peu, Ren'ji. Tu ne me demande meme pas où on est... -dis-je avec un sourire plutot sympathique.

C'est vrai, quoi! Il ne sait meme pas où il est! Une personne normale aurait ouvert les yeux, et aurais dit: "Où suis-je"... Mais non, lui, il me demande mon nom... Alala... Sur qui suis-je tombée? Mais une chose est sure, j'aime bien ce bonhomme!

HRP: J'aime trop la musique que tu as mis! ;)
Voir le profil de l'utilisateur







Oh...Come here, my prey. Get ready to be cut!:
 


- absente (Dan et Celia aussi x3)
Revenir en haut Aller en bas

Sam 25 Fév 2012 - 11:34
avatar
Masculin

Messages : 111
Date d'inscription : 20/02/2012

L'infirmière s'appelait Akari Ushiromiya. Elle se leva et me tendit un éclair au chocolat. Depuis combien de temps n'en avais-je pas mangé ?
Je voulus refuser, je n'avais vraiment pas faim mais Ushiromiya me devança :

- Tu sembles t’être... mal nourri... Tiens
, insista-t-elle. Tu me surprends un petit peu, Ren'ji. Tu ne me demande même pas où on est..., disait-elle avec un sourire sympathique qui me paraissait... étrange.

Je pouffa. Elle avait raison. Où étais-je ? Dans un hôpital ?
Je mordis finalement dans l'éclair au chocolat et lui posa la question. Mais juste avant qu'elle ne me réponde, je me pencha sur le côté et vomis le peu que j'avais ingurgité.
Je me recoucha sur le lit et d'une pauvre voix je lui annonça, un petit sourire aux lèvres :

- Je ne peux rien manger.

Ça n'était pas plus mal, que je ne puisse rien avaler, je n'avais vraiment pas d'appétit. Je n'avais plus eu faim depuis des mois.
Je reposa ma tête sur mon oreiller.

- Alors ? Où suis-je ?
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Sam 25 Fév 2012 - 14:43
avatar
Féminin

Messages : 1522
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : 1. Mannequin de renom. 2. Infirmière de Terrae. 3.Cut someone into pieces...?
Humeur : Don't go screaming if I blow you up with a bang, sweetie~

Il pouffa de rire à ma remarque. Qu'est-ce-qui était drole, s'il-vous-plait? Un weirdo de plus à Terrae, super! Il mordit dans l'eclair, et me demanda où nous étions. J'allais lui répondre, mais il osa recracher, enfin... vomir, je veux dire, le bout d'éclair... Attendez, comment peut-il vomir un éclair au chocolat? C'est tellement bon, c'est tellement fondant, délicieux, succulent... Il se recoucha sur le lit, toujours le sourire aux lèvres.

- Je ne peux rien manger.

D'accord... Son intestin devait avoir quelques problèmes. J'étais donc obligée d'aller dire ça au médecin en chef. Peut-être subira-t-il une opération chirurgicale? Mais je dois bien l'avouer: il était dans un sale état...

- Alors ? Où suis-je ?

Quelle belle question. Je suis sure qu'il ne me l'aurait pas demandé si je n'avais pas fait la remarque. Je pense qu'il s'en fou un peu. Ren'ji Zakuto doit être blasé par la vie, je crois. Un mec complètement paumé, sans repères. Je me demande s'il y a eu un jour où il a sourit sincèrement. Je m'assis sur le fauteuil, et croisais les jambes. Je pris un éclair de la boite, et en mangea une bouchée. Après l'avoir avalé, je commençais:

- A Terrae, Ren'ji. Les Masters t'ont ramené ici parce-que tu as ressenti un vide. Apparemment, ils sont arrivés un peu trop tard: ta santé s'est vraiment détériorée. Donc, à Terrae... Tu va reçevoir des... pouvoirs.

J'attendais sa réaction, avec un immense sourire amusé.
Voir le profil de l'utilisateur







Oh...Come here, my prey. Get ready to be cut!:
 


- absente (Dan et Celia aussi x3)
Revenir en haut Aller en bas

Sam 25 Fév 2012 - 17:13
avatar
Masculin

Messages : 111
Date d'inscription : 20/02/2012

Ushiromiya se rassie et mangea un éclair au chocolat à son tour. A la vue de ce gâteau, je failli dégobiller une fois encore.

- A Terrae, Ren'ji. Les Masters t'ont ramené ici parce-que tu as ressenti un vide. Apparemment, ils sont arrivés un peu trop tard : ta santé s'est vraiment détériorée. Donc, à Terrae... Tu va reçevoir des... pouvoirs.

Terrae ? Des Masters ? Des pouvoirs ? Qu'est-ce que c'était que cette mauvaise blague ? Les autorités qui étaient venus me chercher et me faisait croire tout ça, sans doute.
Je regarda le plafond ; j'avais mal à mes blessures. M'être relevé d'un coup les avaient sans doute rouvertes ou du moins ça les avaient "réveillées".

- Arrête de me jouer des tours, infirmière. Je connais pas de Terrae, de Masters et personne ne peut avoir de pouvoirs, dis-je avec mon petit sourire prétentieux. Et puis tu n'as pas à m'appeler Ren'ji !

Mais d'un coup, je cessa de sourire. Ushiromiya disait-elle vraiment la vérité ? Si c'était le cas... cela voulait dire que les deux hommes qui étaient entrés chez moi étaient des Masters. Et le grand vide que j'avais ressenti, qui avait soudainement cessé d'exister, était à cause de la... disparition de mes parents. A cause de l'affreuse disparition de mes parents.
Terrae ? Mais oui, ça me revenait tout d'un coup ! C'est à cause de lui, de cette institue, que je ressentais ce grand vide...
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Sam 25 Fév 2012 - 18:28
avatar
Féminin

Messages : 1522
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : 1. Mannequin de renom. 2. Infirmière de Terrae. 3.Cut someone into pieces...?
Humeur : Don't go screaming if I blow you up with a bang, sweetie~

- Arrête de me jouer des tours, infirmière. Je connais pas de Terrae, de Masters et personne ne peut avoir de pouvoirs. Et puis tu n'as pas à m'appeler Ren'ji !

Son sourire était prétentieux, et pourtant, je continuais de sourire. Je m'attendais parfaitement à cette réaction de sa part. Il était comme les autres sur ce point là. J'avais réagi de la même façon... Mais avec ironie... Oui, vous me connaissez, j'aime l'ironie et je la maîtrise plutôt bien. Et pourquoi je n'avais pas le droit de l'appeler Ren'ji? On appelle pas une personne par son nom de famille, c'est irrespectueux.... Personnellement, ça me déplairait si une personne venait à m’appeler "Ushiromiya", c'est tellement... Et pourquoi on aurait des prénoms si on ne les utilise pas? Ces Japonais, franchement... Avec leur suffixes qui ne servent à rien... Je plongeais dans le regard de mon patient et fit apparaître une flamme dans la paume de ma main que je lui tendis.

- Je m'appelle Akari, donc appelle moi par mon prénom. Et puis, je suis anglaise, donc je suis obligée de t’appeler par ton prénom, Ren'ji...-kun? -puis, en esquissant un petit sourire arrogant, je continuais- Je contrôle le Feu, et j'ai le don de devenir invisible. Est-ce-que tu me crois ou tu veux plus de démonstrations?

La flamme était dense, et brillante. Une forte chaleur s'en dégageai. Ce qui était bien, c'est que mon Feu ne me brûlait absolument pas. Mais il brule tout ce qui l'entoure.
Voir le profil de l'utilisateur







Oh...Come here, my prey. Get ready to be cut!:
 


- absente (Dan et Celia aussi x3)
Revenir en haut Aller en bas

Dim 26 Fév 2012 - 9:59
avatar
Masculin

Messages : 111
Date d'inscription : 20/02/2012


Sous mes yeux étonnés, Ushiromiya fit apparaître une flamme dans sa main et me la tendit. Je faillis reculer par pur réflexe, mais m'en empêcha à la dernière seconde. L'infirmière n'allait quand même pas me brûler, ça serait idiot.

- Je m'appelle Akari, donc appelle moi par mon prénom. Et puis, je suis anglaise, donc je suis obligée de t’appeler par ton prénom, Ren'ji...-kun? -puis, en esquissant un petit sourire arrogant, elle continua- Je contrôle le Feu, et j'ai le don de devenir invisible. Est-ce-que tu me crois ou tu veux plus de démonstrations ?

Je comprenais maintenant deux choses :
la première est que Ushiromiya, enfin Akari, étant anglaise ne pouvait pas concevoir que l'on s'appelle par nos noms de familles à moins d'être très proches. De plus, je l'avais appelé "infirmière" pour la chambrer, mais visiblement elle ne l'avait pas remarqué.
La deuxième est que j'étais vraiment dans un endroit où des fous pouvaient faire du feu en devenant invisible...
Je soupira, regarda la fille dans les yeux sans sourire :

- Ok j'te crois. Mais au cas où tu ne le saurais pas, au Japon on s'appelle par nos noms de famille, sauf si on est très... proches. Si tu veux je t’appellerais Akari, mais les autres pourraient s'imaginer des choses...

Cette fois-ci je n'étais plus du tout sérieux, j'avais retrouvé mon petit sourire de biais. Après tout, je ne mentais pas à .. Akari ! Les autres, et principalement les autres Japonais pourraient s'imaginer des choses...
J'avança un doigt vers le feu. Allais-je me brûler ? On verra bien... Après tout, pourquoi devais-je avoir peur ? Au pire si je me brûlais un peu, ça ne serait pas si grave, j'étais déjà bien amoché, je pouvais toujours en rajouter une petite couche. Quoi que, Akari ne serait peut-être pas très contente.
Le feu était chaud, mais je ne me brûla pas pour autant. J'y laissa ma main ; et je ne sentais rien, mise à part la faible chaleur qui émanait de la flamme.
Peut-être que Akari avait anticipé mon mouvement et avait modifié la chaleur de la flammèche. Après tout, si elle pouvait faire du feu, elle pouvait très bien changer sa température.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Dim 26 Fév 2012 - 21:23
avatar
Féminin

Messages : 1522
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : 1. Mannequin de renom. 2. Infirmière de Terrae. 3.Cut someone into pieces...?
Humeur : Don't go screaming if I blow you up with a bang, sweetie~

Ah! Pour une fois que Ren'ji ne sourit pas! C'est très drôle d'avoir une conversation avec lui, il est... spécial... J'écoutais ce qu'il avait à me dire, avec un petit sourire amusé:

- Ok j'te crois. Mais au cas où tu ne le saurais pas, au Japon on s'appelle par nos noms de famille, sauf si on est très... proches. Si tu veux je t’appellerais Akari, mais les autres pourraient s'imaginer des choses...

J'anticipais son action: je baissais la température de ma flamme de façon à ce que mon interlocuteur ne se fasse pas carboniser la main: ce serait un problème en plus avec la directrice... Sa remarque pour les noms de familles ne m'étonna pas réellement. J'étais au courant de toutes ces âneries au Japon... En Angleterre, on appellait les gens par leurs prénoms, et en signe de politesse, il suffit de dire: Mrs. ou Mr. Ushiromiya. Etant donné mon statut social, les gens m'appellent Lady Ushiromiya, voire Your Highness Ushiromiya... Au pire (pour mes domestiques), c'est "Maitresse". Mais jusqu'à présent, personne ne m'a appelé "Ushiromiya"... Pff... Et puis, je n'en ai rien à faire s'ils s'imaginent des choses... Ren'ji se prendrait des regards noirs de la part des garçons... Oui, je suis très convoitée, les amis. Je fis disparaitre la flamme, avant de dire, avec un sourire narquois:

- Qu'ils s'imaginent des choses! De toute façon, je m'en fous un peu. Et moi, je t'appellerais Ren'ji -KUN! Juste pour t'embeter! -fis-je en lui tirant la langue, comme une petite gamine.

Voyant les bandages de Ren'ji-kun se desserrer, je me levais pour les resserrer encore une fois. Alala... Je du tout recommencer: re-désinfecter, et par conséquent, re-bander...
Voir le profil de l'utilisateur







Oh...Come here, my prey. Get ready to be cut!:
 


- absente (Dan et Celia aussi x3)
Revenir en haut Aller en bas

Lun 27 Fév 2012 - 12:03
avatar
Masculin

Messages : 111
Date d'inscription : 20/02/2012

- Qu'ils s'imaginent des choses! De toute façon, je m'en fous un peu. Et moi, je t'appellerais Ren'ji -KUN! Juste pour t'embeter ! fit-elle en tirant la langue.

Je ris lorsque j'entendis mon nouveau surnom ; wawhouw, ça faisait longtemps qu'on ne m'avait pas donné de surnom et... que je n'avais pas ri...
Je remarqua qu'Akari m'avait déjà appelé Renji-kun une ou deux minutes avant mais je n'avais réagi. Appeler quelqu'un comme cela signifiait qu'on était très proches ; donc oui, Akari se fichait complètement de ce que pensaient les gens.
Elle se leva, défis mes bandages et les désinfecta encore une fois. Je trembla de douleur en gémissant ; ça faisait un mal de chien ! Pourquoi m'étais-je autant laissé aller ? Si j'avais su que j'aurais aussi mal après, je me serais certainement mieux soigné.
L'infirmière remit les bandages. Je soupira.

- Quand est-ce que je pourrais sortir ?

Je savais bien que je ne serais pas libre de si tôt vu l’ampleur de mes blessures.
C'était très amusant d'être avec Akari, mais je savais qu'elle allait devoir partir à un moment ou un autre, et alors, je m’ennuierais certainement beaucoup.

- J'en ai combien, des blessures ?

Voir le profil de l'utilisateur



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Mar 28 Fév 2012 - 12:06
avatar
Féminin

Messages : 1522
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : 1. Mannequin de renom. 2. Infirmière de Terrae. 3.Cut someone into pieces...?
Humeur : Don't go screaming if I blow you up with a bang, sweetie~

Il avait mal, mon petit Ren'ji-kun. Il soupira, avant de me dire:

- Quand est-ce que je pourrais sortir ?

Les blessures qu'il avait n'étaient pas très "graves". Il faut dire que ce n'est pas des vertèbres déplacées, ou une fracture. Disons qu'il a pas mal d'infections, et de blessures pas très bénignes. Je finissais de re-bander son torse, en évitant de lui faire mal au risque de me faire tuer par la directrice. J'allais lui répondre, mais il me devança:

- J'en ai combien, des blessures ?

Combien? Est-ce-qu'il croit vraiment que je m'amuse à compter les blessures de mes patients? Je suis sadique, certes, mais je préfère les rouvrir que de passer mon temps à les compter: ça ne m’intéresse pas réellement. Mais... Dans les yeux de ce jeune homme, je pouvais voir la Solitude. Tant de blessures... Pourquoi ne s'était-il pas soigné? N'avait-il pas d'amis? De proches? De..famille? Il se sentait seul, comme moi, autrefois. Mais lui... c'était réel. Il était vraiment orphelin. Alors que moi... j'ai de la famille partout. Je lui souris doucement, avant de dire:

- Tu pourras sortir dans deux, trois jours. Tu as pas mal de blessures qui se sont infectées au cours du temps, rien de grave.

J'avais enfin fini, je rangeais les rouleaux de bandages dans un placard juste à coté du lit de Ren'ji. Sans me retourner, je lui demander:

- Ren'ji-kun... Tes yeux.... ils me montrent à quel point tu es seul. Tu es orphelin, n'est-ce-pas? Tu as du en baver...
Voir le profil de l'utilisateur







Oh...Come here, my prey. Get ready to be cut!:
 


- absente (Dan et Celia aussi x3)
Revenir en haut Aller en bas

Mar 28 Fév 2012 - 12:42
avatar
Masculin

Messages : 111
Date d'inscription : 20/02/2012


Deux ou trois jours. J'allais pouvoir sortir dans deux ou trois jours. Et pendant ce temps, je resterais cloué au lit à cause de ces fichues blessures qui s'étaient infectées. En même temps, c'était de ma faute, si j'étais dans cet état-là...
Akari rangea les bandages.

- Ren'ji-kun... Tes yeux.... Ils me montrent à quel point tu es seul. Tu es orphelin, n'est-ce-pas ? Tu as dû en baver...

Pourquoi ? Pourquoi me demandait-elle cela ? En venant ici, je pensais que j'allais tout oublier, mais c'était impossible, on ne peut pas oublier ce genre de choses en un claquement de doigts. Ils voulaient que je leur raconte tout ? Que je me "libère" .. ou plutôt que je m'en souvienne ? Soit !
Je me mis sur le flan droit et tourna le dos à Akari. Je ne voulais pas qu'elle me voit, qu'elle voit mes yeux. On pouvait lire en eux aussi facilement que ça ?

- Oui Akari, oui. Je suis orphelin, Ren'ji-kun l'orphelin.


Devais-je lui raconter ce qu'il s'était passé ? Akari... Akari était mon amie. Je n'avais pas pour habitude de faire confiance à quelqu'un aussi facilement, mais elle n'était pas comme les autres. Je sentais que je pourrais lui dire toutes les choses de la Terre sans qu'elle ne me laisse tomber.
Une heure. En même pas une heure, nous ne faisions déjà qu'un ensemble.

Un temps s'était écoulé après lequel je tourna légèrement la tête vers elle et je lui dis:

- C'est à cause de ça, à cause de Terrae que je suis orphelin.

Je ne les voyais évidemment pas, mais j'étais sûr que mes yeux n'étaient plus que deux lacs sombres et profonds... presque sans vie.
Voir le profil de l'utilisateur



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 1 Mar 2012 - 11:18
avatar
Féminin

Messages : 1522
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : 1. Mannequin de renom. 2. Infirmière de Terrae. 3.Cut someone into pieces...?
Humeur : Don't go screaming if I blow you up with a bang, sweetie~

Il me tourna le dos. Je pouvais comprendre, et fis mine de rien. Je la connaissais très bien, la solitude! Mais lui, surement plus que moi!

- Oui Akari, oui. Je suis orphelin, Ren'ji-kun l'orphelin.

La façon dont il me le dit me fit un peu mal au coeur. Akari, la sadique de Terrae, avoir mal au coeur... C'est nouveau, n'est-ce-pas? Oui, c'est nouveau... Mais moi je la connaissais, cette chienne qu'on appelle "la solitude". Oui, j'ai une grande famille, je suis riche, mais... L'argent ne fait pas le bonheur. Même une famille pauvre peut être heureuse, plus heureuse que moi.Je devins soudain nostalgique. De quoi avais-je manqué? De rien, j'avais tout ce que je voulais, quoi qu'il arrive... Quel était donc le problème? La compétitivité qui brise toujours nos liens: qui sera l'Hériter de la famille Ushiromiya? Ren'ji se tourna légérement vers moi:

- C'est à cause de ça, à cause de Terrae que je suis orphelin.

J'écarquillais mes yeux. Terrae? Pourquoi Terrae? Terrae n'était pas sensé sauver des vies du vide? Les rendre plus forts? Que s'était passé? Les méchants étaient les scientifiques, non? Mais c'est quoi cette connerie? Je ne cachais pas ma surprise.

- Terrae? Pourquoi Terrae? Explique moi, s'il-te-plait!

Voir le profil de l'utilisateur







Oh...Come here, my prey. Get ready to be cut!:
 


- absente (Dan et Celia aussi x3)
Revenir en haut Aller en bas

Sam 3 Mar 2012 - 9:33
avatar
Masculin

Messages : 111
Date d'inscription : 20/02/2012

J'étais vraiment un idiot.
Je ne savais pas ce que je voulais.

Akari, comme toute personne sensée, me demanda et me supplia de lui expliquer pourquoi étais-je orphelin à cause de Terrae. Je ferma les yeux ; je n'étais qu'un idiot qui ne savais pas ce qu'il voulait. Je ne voulais pas lui dire, mais j'avais aussi envie raconter mon histoire... Bien que les gérants, ici, devaient déjà la connaître.

Je me tourna complètement vers elle, et lui expliqua :

- Mon père a disparu quand j'avais 10 ans, selon ma mère c'était un accident de travail. A 10 ans, je la croyais, à 10 ans que connais-tu du monde ? Rien. Mais plus je grandissais, plus cette raison devenait étrange ; pourquoi n'avais-je pas pu voir son corps ? Pourquoi ma mère tenait-elle tant à changer de sujet dès que je l'abordais ? J'avais donc 14 ans, quand ma mère alla travailler quelque part et me laissa seul avec une nounou. Certes, je n'étais pas seul, mais une nounou ne peut pas remplacer l'absence d'une mère et d'un père. A mes 19 ans, j'ai arrêté mes études pour tenter ma chance dans une entreprise spécialisée dans les disparitions. Je voulais retrouver mon père, élucidé le mystère de sa disparition. J'étais sûre qu'il était vivant, quelque part. La baby sister, qui avait absolument voulu que l'on garde contact, avait fini par savoir ce que je comptais faire. Elle a essayé de m'en empêcher et comme ça ne marchait pas, elle a appelé ma mère. Mais elle ne répondait pas. J'ai été accepté dans l'entreprise, peut-être par pitié ? Quant à la nounou, elle n'est plus jamais revenue dans ma vie ; elle m'avait... lâché. C'était triste, parce que nous nous connaissions depuis longtemps, mais elle n'en pouvait plus. Il n'empêche que je pu relancer les recherches pour mon père, qui dataient de 9 ans. J'étais serein, convaincu que tout ça allait m'amener quelque part. Je trouva, je trouva quelque chose, oui. Mon père était bel et bien mort, à cause d'une institut appelée Terrae. Quand les deux hommes sont venu me chercher, je n'ai pas réalisé, mais c'est quand tu m'as dis où nous étions que j'ai reconnu le nom. Quelques jours après que j'ai élucidé le mystère de mon père, une nouvelle fiche est arrivée au bureau. Jusque là, rien d'anormal. Mais un collègue de bureau me l'a amené et dessus il y avait marqué << Maï Zakuto >>. Ma mère. Je n'ai pas osé l'ouvrir et participé aux recherches, mais quelques mois plus tard, le même collègue est venu et m'a raconter : elle était morte, elle aussi. Par la même institut. Après ça, j'ai arrêté le travail ; je n'avais plus envie de rien. Je me suis renfermé, me suis blessé. Et deux hommes sont venus me chercher, après un an de solitude.

Je regardais Akari dans les yeux, sans relâché mon regard ; un long silence s'ensuivit.
Voir le profil de l'utilisateur



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

 

Entré par l'Hôpital... [FINI !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village. :: Hôpital.
Aller à la page : 1, 2  Suivant