Partagez | 
.:: Jamais Deux sans Trois, hein! ::. {Pv Mirai-chan!}
##   Sam 3 Mar 2012 - 19:03

Personnage ~
► Âge : 16ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 789
Date d'inscription : 23/12/2011
Emploi/loisirs : Plombier
Humeur : évolutive

« Tout ça pour Ça?! »


† Crow † And Miraï



<
_ L’hôpital, l’endroit dans lequel se trouvait des personnes qui ne pouvaient pas être soignées par un simple médecin, car ce qu’ils avaient été trop importants. J’y avais fait que deux séjours depuis les seize années de mon existence et c’était déjà bel et bien suffisant, enfin à mon gout, car je n’aimais pas être blessé et puis par-dessus tout, je ne supportais pas de devoir rester allongé à un lit pendant une durée que seul le docteur qui s’occupait de moi connaissait. D’ailleurs, d’après mes souvenirs, j’avais fini par rendre les infirmières complètement dingue, car ce que je ne devais pas faire, je le faisais quand même hein et c’était ce qui me faisais rire, voir leur tête choquait.

_ La première fois, s’était lors de mon voyage à Boston alors que je m’étais fracturé le poignet lorsque que j’avais escaladé un des buildings de cette même ville. Comme c’était un endroit inconnu, je m’étais rendu à l’hôpital le plus proche afin de passer des radios et tous les textes qu’il fallait pour que le type parvienne à faire un diagnostic. Durant mon attente, j’avais alors rencontré une charmante demoiselle et on s’était aussitôt bien entendu et nous avions passé énormément de temps ensemble depuis. Rien que de m’en rappeler me fit me demander si elle allait bien en ce moment-même, puis l’ironie du sort, c’était ton grand demi-frère qui m’avait empêché de sombre dans le désespoir lorsque j’avais tout perdu.

_ Quand à la seconde était bien plus récente, à vrai dire elle datait d’à peine quelques jours seulement mon arrivé à Terrae, lorsque j’avais ridé face à ‘Same Yaro’ et que nous avions tous les deux du passer un bon moment dans une chambre blanche pour nous remettre de l’embuscade. Nous avions vraiment agis comme deux imbéciles, mais c’était quelque chose qui nous tenait à cœur, que de ne pas se laisser marcher sur les pieds par qui que ce soit et surtout des gens qui osaient se ramener en groupe et agir sans honneur au point de tendre un piège. Du coup, il n’y avait pas vraiment eu de ‘gagnant’ à notre petit défi, mais il était prévu que nous finirions ce que nous avions commencé tôt ou tard et cette fois-ci, nous serions à armes égales et je le démolirais coûte que coûte.

*Alala, j’ai bien une petite faim dit donc*

_ Et oui, mes pensées seraient bien facile à résumer en quelques mots seulement, ‘manger / rider / dormir’ voilà, le tour était déjà fait, rien de plus simple, n’est-ce pas?! Et là actuellement ça faisait vraiment longtemps que j’étais debout, mais comme j’avais eu la flemme d’aller faire les courses, je n’avais pas pu prendre de petit déjeuner, aussi, mon ventre commençait à vraiment crier famine. Quoique en fait, il réclamait juste ce qui lui était nécessaire pour que je parvienne à tenir toute la journée, jusqu’au moment où j’irais m’allonger dans mon lit pour retourner dans le monde des rêves.

_ Bref, après avoir rapidement fait ma petite toilette, je partis rapidement en direction du premier restaurant en ville qui apparaitrait sur mon chemin. J’étais tranquillement en train de marcher dans la rue marchande quand je commençais à me demander si j’allais vraiment trouver quelque chose pour me nourrir dans un tel endroit, car j’allais finir par ne plus avoir la force de bouger. J’entendis alors du bruit qui venait d’une des petites ruelles qui étaient perpendiculaires à celle où j’étais, n’écoutant que mon courage, je m’y rendais dans l’optique de venir en aide à la personne qui serait acculé.

_ Lorsque j’arrivais, le spectacle était à mes yeux, tout simplement horrible. Un groupe de trois adultes en train de brutaliser un pauvre petit garçon qui semblait tenir bien fermement un objet dans ses deux petits bras. Je passais directement en mode ‘protecteur’ et sans même en toucher en seul, je me faufilais jusqu’à l’enfant et je mis mon bras droit en opposition pour empêcher l’un d’eux de lui faire le moindre mal. Sans même m’occuper de ses lâches, je souriais au gamin et je pris la parole.

Tu n’as plus à avoir peur, Crow-Nii-san va te protéger de ses trois horribles personnes qui ressemblent seulement à des adultes, mais qui n’en sont pas!

- Arigato Crow-Nii-san! Moi, c’est Kibô!

Domo, domo! finissais-je en rigolant

_ Je le pris alors par la main et alors que je m’apprêtais à partir, je vis le bras du type le plus près de moi s’abattre sur le mien, mais c’était trop tard pour l’esquiver, je n’avais plus qu’un autre choix. J’encaissais son coup sans broncher et sans même faire quoique ce soit, je partais de là en compagnie du petit garçon. Lorsque que nous fumes arrivé devant sa maison, il me lâcha la main et partit sonner, la porte s’ouvrit et avant qu’elle ne soit complètement refermée, il s’inclina vers moi et me remercia de l’avoir aidé. Je lui souriais en réponse et dès qu’il eut disparu à l’intérieur, je repartais à la recherche d’un endroit où calmer mon ventre qui devenait fou.

_ J’aperçus un kebab, mais alors que j’allais y entrer, je remarquais les trois gusses de tout à l’heure, mais avant d’aller les exploser, il fallait absolument que je prenne des forces. Cinq minutes étaient passées et j’entrais dans ce qui semblait être un restaurant aux spécialités italiennes. Je commandais alors deux gros bols de pattes, pour les sauces, je laissais le choix du grand chef me guider, car il s’y connaissait nettement mieux que moi à ce sujet hein. J’avais tellement faim, que je ne mis pas bien longtemps à dévorer tout ce que j’avais commandé.

Il est temps d’aller leur donné une bonne leçon à ces grands cons à deux francs six sous!

_ Oups, voilà que j’avais à nouveau parlé à haute voix alors que la serveuse était juste à côté, elle me regardait d’un air de dire ‘mais il est fou ce type’. D’un côté, c’était vrai, je l’étais hein et je n’avais aucune raison ou même envie de le cacher, car ça faisait partit de moi et il fallait l’accepter point final. Je me levais après avoir bien évidemment payé ma note et donner un ‘pour boire’ à la demoiselle, direction les zozos qui allaient être punis par un adolescent. Avec un grand sourire, je m’arrêtais devant eux alors qu’ils sortaient du snack. D’un signe de tête, je leur montrais la ruelle et sans attendre, je m’y rendais d’un pas bien sur.

_ Dès qu’ils arrivèrent, ils étaient maintenant inévitable pour eux, qu’ils allaient subir ici et maintenant une cuisante défaite, surtout venant d’un morveux tel que moi. Cherchant le fluide de la téléportation qui était maintenant quelque part en moi, je m’imaginais me déplacer précisément pile entre les trois types afin de faire le maximum de dégâts en un minimum de temps. Je la sentais couler en moi et c’était partit, j’atterris comme voulu entre les trois, le premier se prit une bonne droite en plein dans le pif ce qui l’envoya valser hors de la ruelle. Le second esquiva le coup portait avec ma jambe mais c’était pour mieux se prendre ma main droite qui avait continué son effort.

_ Ce qui faisait donc que ma main droite menait au score de 2 points à zéro, pauvre adultes ridicules, se faire amocher si facilement et pourtant, je n’avais pas encore utilisé la foudre hein. Bref, il n’en restait plus qu’un et cela ne serait pas nécessaire pour m’en débarrasser hein. Je souriais car j’étais content de pouvoir leur foutre mon poing dans la gueule, je le regardais de plus près et je remarquais qu’il s’agissait de celui qui s’en était prit au petit et à mon bras tout à l’heure, posant mes yeux dans les siens, je riais sadiquement avant de prendre la parole.

Tu vas payer pour ce que tu as fait à Kibô et à mon bras, sale trou du cul!

_ Je me mis à courir, le bras droit tendu vers l’arrière, comme-ci il était en train d’emmagasiner de la force, mais ce n’était pas le cas, je voulais juste qu’il parte plus fort grâce à la vitesse de ma petite course. Une fois suffisamment près de lui, je posais mes deux pieds sur le sol avec grande force et mon poing partit dans sa direction, il lança le sien à mon encontre afin d’espérer me toucher le premier surement. Hors ils s’entrechoquèrent tous les deux, mais le mien grâce à la vitesse passa et réussi à l’atteindre au visage, cependant, ce ne fus pas assez pour l’envoyer rejoindre ses amis au pays du dodo.

_ Soupirant, je faisais à nouveau appel à mon énergie interne et je me déplaçais sur son côté droit, lui assainit un coup du plat de la main sur le coup, ce qui l’assomma pour de bon cette fois-ci. Je pris le soin de déplacer les trois corps endormis dans un endroit où ils n’attireraient pas l’attention, lorsque je commençais à être pris de ‘vertiges’. C’était surement le contre coup d’avoir déjà utilisé deux fois ma téléportation en si peu de temps. Alors que je me dirigeais vers la sortie de la ruelle, ma vue était en train de se troubler et je ne parvenais plus à bien distinguer là où je devais aller. La dernière chose que j’aperçus fut que j’étais de nouveau dans la rue marchande et qu’il y avait quelqu’un à proximité.

*Mais où suis-je*

_ Ce fut la première pensée qui me traversa l’esprit lorsque je repris connaissance, regardant autour de moi, je remarquais que j’étais dans une tenue blanche, dans un lit avec des draps blancs, dans une pièce blanche… j’étais donc pour la troisième fois de ma vie à l’hôpital, quelle misère. Voilà que les jours allaient vraiment lentement passer et j’étais tellement ravi d’être là que la première chose que je fis, fus de m’habiller et de me préparer pour filer à l’anglaise. Alors que je m’apprêtais à quitter la pièce, une infirmière me bloquait la route et avant que j’aie pu dire quoique ce soit, deux autres arrivèrent et elles me remirent alors dans le lit.

-Tu ne dois surtout pas bouger, tu as besoin de repos. On t’a amené ici alors que tu étais inconscient, donc tu reste et tu te repose!

Non, je ne supporte pas de rester enfermé, laissez-moi sortir!

-Court toujours, le docteur à dit que tu avais une semaine avant de poser le pied dehors, car en plus de ton besoin de repos, tu as le bras droit cassé!

Yaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaada

_ Alors que je me débâtais pour essayer tant bien que mal de retrouver ma liberté, je remarquais que la seule infirmière qui ne me tenait pas, venait de sortir une seringue de sa poche et après l’avoir remplie de liquide, elle me piqua avec et je m’endormis.
► Crow Highway

« Encore à l'Hosto... » ► Crow Highway
Code by AMIANTE




    _ Je ne désire qu'une chose: la _ Liberté!