Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Dormir ? Oui, enfin officiellement
##   Dim 11 Aoû 2013 - 2:06

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23

Les paupières commençaient à se faire lourdes, les esprits commençaient à s'endormir, pour Archibald tout comme Nariwen apparemment ! Ce qu'il avait en tête ? Ce n'était ni Valentine, ni Gabrielle, ni la jeune fille qui dormait juste à côté ! Ce qu'il voyait les yeux fermés, c'était le ciel, les étoiles. Tout brillait. Il s'était lissé emporté par la musique et l'ambiance de la nuit. Les feuilles qui bruissaient sous le vent, quelques chouettes et hiboux qui chantaient. Les animaux de la nuit se réveillaient alors qu'eux étaient en train de dormir.


Il y avait un petit poids sur sa cuisse. Il l'avait presque oublié au profit des belles étoiles. Mais au final, elle revenait, dans sa tête. Il voyait les étoiles dans les yeux de la jeune fille. Il ne bougeait pas, il était vraiment trop confortablement placé pour se permettre d bouger, tant pis, il allait faire avec.

Il essayait de se retirer cette image des yeux de la personne avec qui il partageait son sommeil cette nuit, avec n'importe quoi, des images de Las Vegas, ou de la cascade, mais rien n'y faisait. Même une image de Valentine n'arrivait pas à la virer de ses pensées. Elle était là, et semblait vouloir y rester. Et il faut dire que cette image était assez reposante et relaxante. Il n'avait pas du tout la sensation d'être observé par ces yeux qu'il avait en tête, en réalité il voyait ses paupières se fermer au fur et à mesure où il tombait un peu plus dans le sommeil. Ca y est, il dormaient tous les deux.


Ou du moins, Archibald était endormit. Mais cette fois, de son visage de nuit expressif, il avait le sourire aux lèvres. Il ne rêvait pas comme l'autre nuit, c'était impossible, non, là il rêvait certainement des deux jours qu'il avait passé à Terrae. Sa rencontre avec Nariwen, et tout ce qui suivait, le jeu, ses yeux, son sourire, tout y passait.

Et c'est d'un mouvement d'inconscience et d'endormit que le bras d'Archibald était venu se poser sur la taille de la jeune fille.
Allait-elle réagir sous les poids de son bras, ou était elle trop endormie pour le sentir ?



- Mon corps est si vide qu'il paraîtrait qu'il n'ait jamais été habité ni par mon âme ni par celle d'un autre -
##   Dim 11 Aoû 2013 - 11:36

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 419
Date d'inscription : 21/07/2013
Emploi/loisirs : .../Ecouter de la musique
Humeur : Prête à Bondir
http://nariwen-ecrivaine.e-monsite.com/

Je n'étais pas encore assez endormie pour ne pas sentir de bras d'Archibald. Mais j'étais trop assommée pour pour arriver à me redresser. Ma tête était trop lourde pour que je la sorte de là où elle était. Je voulus au moins retirer son bras de ma hanche. Je sortis le mien de dessous la couverture et posais ma main sur la sienne pour l'enlever. Poser, c'était facile... Soulever le bras pour l'enlever ça, c'était au dessus de mes forces. Au final ? Ma main resta sur la sienne, un contact qu'éveillée, je n'aurais jamais au grand jamais provoqué. Mais dans mon sommeil j'étais plus sereine et le contact m'était agréable...
La nuit se poursuivie sans eux, eux qui était endormis sur cette couverture au milieu de l'espace vert. Un tableau tendre, romantique presque, surtout avec la musique au piano qui passait derrière. Il y avait là un jeune homme d(une vingtaine d'année, assoupis avec un sourire doux aux lèvres. Son bras reposait délicatement sur la hanche d'une jeune fille un peu plus jeune, lui même recouvert du bras de cette dernière. Elle tenait la main masculine entre ses doigts, juste un contact, sans aucune force. Il semblaient si bien là, tout les deux, que rien ne semblait pourvoir les éveiller. Mais à vrai dire, c'était plus que possible...
La Musique s'arrêta au bout de quelques heures, surement car les piles étaient à plat. Le silence soudain fit ouvrir mes yeux. Il faisait encore noir et je me pelotonnais dans la couverture. C'est là que je sentis que ma tête reposait sur quelques chose... Pourtant j'en étais sur, je n'apportais jamais d'oreiller quand je dormais à la belle étoile. Je crois qu'il y avait quelqu'un avec moi. Aurais-je amener Enrica ? Non, non pas elle. Encore dans le vapes, j'avais du mal à faire le point sur ce qui m'avait emmener ici. Je me redressais, m'asseyant en tailleur. Tiens, un bras... Je m'écartais encore un peu, réalisant le contact qui m'avait accompagnée. J'analysais le visage de celui qui dormait, malgré la pénombre, j'y voyais assez bien pour discerner les cheveux blancs. Archibald... ARCHIBALD ? J'avais dormi sur les jambes d'un mec, son bras sur ma hanche et la main sur la sienne. Au secours...
Cela faisait cinq petite minutes que j'étais réveillée. Emmitouflée dans ma couverture, j’essayais de sortir de ma tête ce qui venait de se passer. Je remarquais aussi que maintenant que j'étais levée, il avait les jambes totalement à l'air. Pourtant il faisait frais là... J'avais presque envie de lui mettre l'autre bout de couverture dessus... Ce que je finis par faire, délicatement, couvrant ses jambes. Je n'étais pas encore tout à fait réveillée, mais je ne comptais pas me rendormir... J'étais inquiète de cette proximité qui s'était installée entre nous... Et si je commençais à... Non, Nari', ce n'était simplement pas possible et pas permis !


La Passion est mon Etre comme le Vent est la Liberté
##   Dim 11 Aoû 2013 - 12:27

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23

Douce nuit, tendre nuit. La nuit, c'est reposant, la nuit. La nuit nous permettait en quelque sorte de rendre réel tout ce que l'on voulait, dans nos rêve bien entendu. La nuit, on n'y voit rien, mais on a pas besoin de voir, puisqu'on est déjà dans nos rêve. On a pas besoin de sentir une tête, ou même un bras, nos rêves nous donnaient bien plus.
Le sourire d'Archibald s'était quelques peu dissipé, il affichait maintenant un visage neutre. Dans sa tête, il se passait beaucoup de chose. Un débat, dans un rêve, c'était possible ...

Un environnement noir. Les cheveux d'Archibald ressortaient pleinement. Il n'était pas prêt de se réveiller, ce rêve était si noir qu'on pourrait croire qu'il ne faisait que regarder le ciel, avec ses petites étoiles qui s'étendaient à l'infini.
Il n'était pas seul. Ce n'était pas Nariwen qui était avec lui, c'était quelqu'un de bien plus surprenant.

*Bah, où est-ce qu'elle est la p'tite ?*

Il n'avait pas prononcé cette phrase, et pourtant elle raisonnait tout de même. Il y avait un léger échos. Mais ce qui était le plus inquiétant était la présence de Valentine. Archibald était tellement surpris, qu'il avait les yeux grands ouverts, une mine de surprise que l'on ne voyait pas souvent.
Valentine, toujours avec ces yeux doux, pleins d'énergie et d'espoir. Elle était morte pourtant, mais elle était bien là ! Une voix douce raisonnait, cette fois ce n'était pas Archibald. Valentine lui parlait ... incroyable !

- Dis moi, tu l'aimes bien cette petite fille, non ?

Elle le savait ? Elle savait qu'ils étaient tous les deux sous la même couverture ? Et puis, elle était passé où, elle ? Coment est-ce qu'elle pouvait savoir ça ?
Archibald n'était pas très fiers, la peur de décevoir celle qu'il a toujours aimé. Pourquoi elle revenait un soir pareil ? Elle avait l'intention de lui faire la morale ?
Cette fois, Archibald répondait, et parlait d'une voix interrogative, il évitait la question, comme à son habitude, par une autre question.

- Je suis mort ?

La jeune fille baissa les yeux, et fit un mouvement de tête de gauche à droite. Il n'était donc pas mort. Alors, qu'est-ce que c'était cet endroit ? La jeune femme le regardait à nouveau, de ses yeux joyeux. Il aimait ce regard, il était tellement beau ! Encore une fois, une voie retentissait, mais elle retentissait deux fois plus fort qu'auparavant ...

- Si tu utilises ta tête et ton coeur tu gagneras, mais si tu écoutes ta raison, tu perdras. Alors écoute ton instinct, et tu veras ... Vie, mon Archie !

Elle commençait à disparaître, elle disparaissait, encore ! C'était dur ! Archibald se mit à courir vers elle, mais elle s'éloignait de plus en plus, il tendit les bras, comme pour essayer de la retenir, mais elle avait disparut.


Archibald se réveilla d'un coup, regardait autours de lui, vit une silhouette proche de celle de Valentine, il s'empressa donc de la prendre dans ses bras. Sous la vitesse des mouvements, ils tombaient tous les deux. Ils avaient tous les deux les yeux ouverts. Archibald regardait ses yeux ... Turquoises ...
Valentine avait les yeux marron. Là, une mine de surprise s'affichait sur le visage d'Archibald. Décidément, cette nuit nous reservait beaucoup de surprises !



- Mon corps est si vide qu'il paraîtrait qu'il n'ait jamais été habité ni par mon âme ni par celle d'un autre -
##   Dim 11 Aoû 2013 - 13:00

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 419
Date d'inscription : 21/07/2013
Emploi/loisirs : .../Ecouter de la musique
Humeur : Prête à Bondir
http://nariwen-ecrivaine.e-monsite.com/

Oh mais bon sang... Mais pourquoi ? Pourquoi on s'était croisé, pourquoi j'avais joué avec ce gars là ? Oh là là, mais dans quel bourbier infernal je m'étais enfoncée... Oui, mes neurones s'étaient remis à vraiment fonctionner correctement. Et là, au milieu de ce petit espace vert, seule à côté d'un gars endormi, j'arrivais à analyser mes sentiments. J'étais devenue accro au jeu qui s'était installé entre Archibald et moi. Totalement addict à cet sensation de danger imminent quand il me menaçait avec mes faiblesses. Et j'adorais le surprendre, j'aimais quand son visage neutre s'éclairait d'une émotion. La seule chose que je n'appréciais que peu dans toute cette galère, c'était lorsqu'il prenait le dessus sur moi, lorsque ma faiblesse me rendait si faible que j'étais totalement à sa merci. 
Au milieu de mon introspection, je me remémorais ces moment-là, ces moments où ma faiblesse prenait le dessus et où lui, Archibald, avait tout pouvoir sur moi. *Oh, ça suffit Nariwen ! Tu seras toujours maître de toi-même. Aller* Je respirais un grand coup et me détendis. Après tout, ce n'était pas parce qu'il connaissait mes faiblesses qu'il me connaissait entièrement ! J'étais encore capable de le surprendre, moi qui souvent changeais d'avis ou bien d'humeur. Je ne me connaissais pas entièrement moi-même, donc je n'avais pas besoin de m’inquiéter  Et puis, après tout, cela pouvait aider que quelqu'un de son entourage nous connaisse bien... Enfin j'espérais...
Soudain, le jeune homme se réveilla d'un coup, presque dans un sursaut. J'étais prête à ouvrir la bouche pour lui parler lorsqu'il se jeta littéralement sur moi... En une demi-seconde, il était au dessus de moi, les bras m'entourant, son corps contre le mien, son visage bien trop près et ses deux yeux bleus ciel dans les miens. Il était beau, il fallait l'avouer et cela ne faisait que décupler mon malaise... Et moi ? Moi j'étais de nouveau figée, le haut des joues rouges, les yeux paniqués. Je respirais avec difficulté, j'étais terrifiée et incapable de faire quoique se soit. 
"A-archibald... Que... que veux-tu ? Qu'est-ce qui se passe ?"
Ma voix était tremblante et je ne savais vraiment pas ce qui s'était passé. Cette fois-ci, je ne l'avais pas provoqué, je n'avais rien fait... Au secours aidez moi !


La Passion est mon Etre comme le Vent est la Liberté
##   Dim 11 Aoû 2013 - 13:16

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23

Qu'est ce que je fais au dessus d'elle !

Mine surprise, yeux grand ouverts, Archibald ne bougeait plus. Il réalisait, dans cette position assez ... délicate, que ce qu'il venait juste de voir était un rêve. Valentine le hantait encore, même à terrae. Pourquoi était-elle morte ! Archibald n'avait pas la conscience tranquille, il n'avait même as pu lui adresser ses derniers mots ...
Il pensait, en oubliant presque la position dans laquelle il était, et surtout avec qui il était. Sa vision était floue, il ne voyait plus rien et était complètement dans ses pensées.
Mais cet oublie de quelques secondes fut brisé d'un rappel terrifié de la jeune femme.

- A-archibald... Que... que veux-tu ? Qu'est-ce qui se passe ?

Qu'est ce qu'il allait répondre ? Qu'il avait fait un rêve, qu'il avait revu Valentine ? Qu'il l'avait pris pour elle, et donc qu'il lui a sauté dans les bras ? Oh que non, ça, c'était trop risqué, il ne fallait pas que quelqu'un n'apprenne quoi que ce soit sur son passé. C'était bien trop risqué, et en plus ça ne regardait personne d'autre que lui ! Et pour oublier un passé, il ne faut personne pour le lui rappeler, donc il fallait que personne ne le sache.
La vision qu'il avait des choses revenait donc à quelque chose de beaucoup plus net. Il remarquait maintenant dans quelle galère il s'était mis, et répondit du tac au tac, sans trop réfléchir et d'un ton neutre tout comme son visage l'exprimait aussi maintenant.

- J'en sais rien, qu'est-ce que toi tu fous en dessous de moi ? Avoues le, tu voulais un peu de chaleur humaine !

Il n'avait pas vraiment réfléchis, mais il l'avait encore provoqué. Provoquer pour se sortir d'une galère, c'était une bonne idée ? Notre Archie le faisait tout le temps, et bien des fois ça s'était révélé une mauvaise idée ... Cette manière de faire les choses aggravait son cas le plus part du temps, et lui causaient des ennuis. Mais hélas, on ne le changera jamais.
Il se remettait donc dans sa position initiale, sur le dos, le regard vers le ciel, sous la couverture, encore perturbé par le rêve qu'il venait de faire, et surtout par ce qu'il venait de se passer ...
Un petit coup de vin ? Non, sinon il allait finir bourré, ce n'était pas le but de la soirée. Il éloignait donc la bouteille du lit, pour éviter qu'une des deux personne ne boive plus qu'il n'avait déjà bu.



- Mon corps est si vide qu'il paraîtrait qu'il n'ait jamais été habité ni par mon âme ni par celle d'un autre -
##   Dim 11 Aoû 2013 - 14:19

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 419
Date d'inscription : 21/07/2013
Emploi/loisirs : .../Ecouter de la musique
Humeur : Prête à Bondir
http://nariwen-ecrivaine.e-monsite.com/

- J'en sais rien, qu'est-ce que toi tu fous en dessous de moi ? Avoues le, tu voulais un peu de chaleur humaine !
Pourquoi jouait-il encore sur la provocation ? Ce n'était pas le moment et je n'avais aucune envie de reprendre le jeu maintenant. Avait-il seulement idée de l'état dans lequel il me mettait ? J'étais paralysée et totalement incapable de réagir tant qu'il était aussi près de moi. Allez, s'il te plait Archibald, écartes toi... Au final, le garçon se rallongea, reprenant sa position initiale. Je me rassis péniblement et essuyais furtivement une larme qui m'avait échappée. Je repris la couverture et m'enroulais dedans. Assis, je regardais Archie avec un genre de regard noir. Je n'avais toujours pas très bien compris ce qui s'était passé et c'était de sa faute. Je détestais manquer quelque chose et ne pas comprendre. Je poussais un soupir lourd de sens et dit au jeune homme.
"Si tu n'avais pas encore compris, la chaleur humaine, c'est pas mon truc. Je me fous de ce qui se passe dans ta tête, mais ne fais plus ça. Je suis sûre que tu as aussi des faiblesse, alors ne joue pas avec les miennes."
Ok, au moins, on voyait que cela me touchait et que me sauter dessus en pleine nuit n'était pas la meilleure chose à faire. Et puis la totale neutralité d'Archibald devant une de mes plus grandes peurs m'énervait aussi. Et oui, je pouvais être colérique sur les bords, mais j'étais surtout rancunière. Il n'avait pas le droit de lui faire ça. Je me sentais tellement sensible à tout contact à cause de lui, alors qu'avant, cette peur n'était ni mise à jour, ni importante à mes yeux, ce n'était qu'un détail de ma personnalité. Je m'allongeais à mon tour et me mis en boule. Les yeux fermés, je me calmais doucement et reprenais confiance en moi. Après tout, je n'étais pas la seule à avoir une faiblesse, loin de là. Et puis, il devait y avoir une solution à tous ça. Ma respiration se fit plus calme.
Sentant qu'il me manquait quelque chose, je rattrapais mon mp3. J'allais pour redémarrer la musique quand je me dis que cela allait peut-être déranger le jeune homme à côté de moi. Rageuse, je reposais mon mp3 et me mis sur le dos, observant à mon tour les étoiles dans le ciel. Elles, elles étaient calmes et belles... Ca allait de mieux en mieux, un petit sourire se dessina enfin sur mes lèvres... 


 


La Passion est mon Etre comme le Vent est la Liberté
##   Dim 11 Aoû 2013 - 14:49

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23

- Si tu n'avais pas encore compris, la chaleur humaine, c'est pas mon truc. Je me fous de ce qui se passe dans ta tête, mais ne fais plus ça. Je suis sûre que tu as aussi des faiblesse, alors ne joue pas avec les miennes.

Alors, ça c'était des paroles qui sortaient d'une vérité irréprochable. Archibald jouait avec ces faiblesses, et il sentait bien ce soir qu'elle lui en voulait pour cet accident.
Là, plusieurs solutions s'offraient à lui. Soit il se rendormait, et elle pourrait éventuellement encore lui en vouloir, même si à cet instant elle affichait un sourire en regardant le ciel, sans lui donner la moindre explication. Soit il expliquait pourquoi il avait fait ça, et s'en excusait.
La deuxième solution était la plus respectueuse. C'était donc à contre coeur qu'Archie lui confia sans trop de précision son erreur passée.

- Tu as tes faiblesses. Je sais. mais là, c'était un accident. J'en suis désolé, je n'ai pas de faiblesse, qu'on soit proche, ou distant, j'n'ai pas de limite à ce niveau, je sais ce dont je suis capable. Mais j'avais une faiblesse, et elle est morte par ma faute. Maintenant, c'est devenu une douleur. J'voulais juste pas en parler

Il le disait d'un ton neutre, mais baissait les yeux, montrant tout de même qu'il était désolé.
Alors, il se mettait sur le côté, lui tournant ainsi le dos pour éviter d'autres accidents de ce genre.
Il fermait les yeux, et repensait à ce soir là. Ce rêve et ces sensations avaient fait remonté en lui une douleur que même de toute ses forces il ne pouvait cacher. Encore heureux qu'il était tourné de l'autre côté, sinon elle aurait pu voir la larme qui coulait sur ses joues. Cette larme, pleine de regret, mais aussi pleine de manque et pleine de souffrance. Celle qui symbolise tous les souvenirs douloureux, celle qui symbolisait l'appel d'un dieu ou de n'importe qui pour l'aider dans sa souffrance. Mais il n'avait besoin de personne, il ne voulait l'aide de personne. Être accompagné c'était une faiblesse, ça, s'en était une, et une grosse. Quand le danger était présent, ça nous rendait fou, on avait plus conscience de nos actes, et c'est là que les erreurs que l'on allait regretter tout notre vie et nous donner des larmes comme celle qui coulait sur la joue d'Archibald.
La solitude n'allait peut-être pas l'aider dans sa souffrance, mais au moins elle n'allait sûrement pas lui donner d'autres faiblesses.



- Mon corps est si vide qu'il paraîtrait qu'il n'ait jamais été habité ni par mon âme ni par celle d'un autre -
##   Dim 11 Aoû 2013 - 15:44

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 419
Date d'inscription : 21/07/2013
Emploi/loisirs : .../Ecouter de la musique
Humeur : Prête à Bondir
http://nariwen-ecrivaine.e-monsite.com/

Un accident... Cela n'excusait rien à mes yeux. Ce n'était pas l'accident qui ne m'allait pas mais sa réflexion qui m'avait blessée. Le contact, je m'en serais remise, après tout ce n'était plus la première fois ! Pas de faiblesse ? Et bien rien que dire ça, c'était une faiblesse. Au moins, moi j'avouais mes faiblesses, je les assumais et essayais de progresser. Je ne croyais pas de quelqu'un d'intelligent comme il me l'avait montré auparavant, puisse dire cela. Et voilà qu'il me parlait d'une femme, morte de sur-coit. Chacun sa douleur... Mais pour la mienne, je ne la faisais pas retomber sur des innocents. Enfin, ça m'apprendra à jouer avec le feu et avec des hommes plus âgées que moi...
Le garçon s'était retournés et je fis donc de même. La nuit se passa donc sans autre incident. Je me réveillais comme une fleur quand le soleil se leva... Non, pas comme une fleur, car en me frottant les yeux, je remarquais que des larmes avaient séchées sur mon visages. Je m'essuyais derechef le visage. Je soupirais, jetant un rapide coup d'oeil au garçon. Il dormait, heureusement. Je ne savais pas si je voulais lui parler ou pas, je crois que je lui en voulais encore... Je n'arrivais pas très bien à cerner pourquoi d'ailleurs...
Je décidais que me lever et marcher un peu me ferrais du bien et donc c'est ce que je fis. Quelques pas plus tard, je m'arrêtais, face aux premiers rayons du soleil, dos à la couverture et à mon "ennemi". Et maintenant que j'étais seule, je pouvais essayer d'analyser pourquoi j'en voulais autant à Archibald. Parce que j'aimais beaucoup nos jeux mais que cette faiblesse m'entravait. Parce que je n'arrivais pas à assez m'approcher de lui pour jouer sur les siennes. Parce que sa totale neutralité me donnait parfois l'impression qu'il ne m’appréciait pas.  Parce que je commençais à vraiment l'apprécier, peut-être trop... Parce que son contact me faisait peur, mais il était aussi agréable, chaleureux et que parfois, j'avais froid, un froid qui entravait mon coeur... 
J'avais enfin analyser d'où venais ma colère. Et cette analyse me permit de me calmer, de redevenir plus sereine. Je fermais les yeux, laissant le soleil me caresser le visage...


La Passion est mon Etre comme le Vent est la Liberté
##   Dim 11 Aoû 2013 - 17:48

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23

La nuit était plus tranquille, Valentine n'avait pas ré-apparu. Mais la douleur était encore là. Le petit-homme dormait donc, la douleur au coeur, et ça se voyait sur son visage. Il ne s'était pas réveillé durant la nuit, et encore moins quand la jeune fille s'était levée.
Les paupières fermées, on pouvait voir qu'il bougeait les yeux, et avait quelques expressions sur le visage, comme si on le piquait, ou on lui enfonçait quelque chose en lui. Quelques fois, il y avait même la peur qui se dessinait sur son visage, a tel point qu'une larme coulait, sur chaque joue.

Un ou deux clignement de l'oeil, et op, les yeux d'Archibald s'ouvraient. Il ne voyait rien, tout était flou, la brume au réveil en fait. Un petit coup sur les joues et les yeux pour retirer les larmes et y voir un peu plus clair, et il voyait légèrement la lumière du jour. Il ne savait pas quel heure il était, et ça n'avait pas d'importance. La bouteille de vin était toujours là, mais Nariwen ne l'était plus. Elle était partie quelques mètres plus loin. Archibald se redressait donc, les yeux à moitiés ouverts.
Il était temps de se rhabiller et de mettre son uniforme, pour la première fois. Il se changeait donc en dessous de la couverture pendant que le jeune fille n'était plus là, et l'observait ensuite, repensant à ce qu'il s'était passé hier soir.

Pffh, cette fois t'as pas assuré Archie !

Il s'en voulait, mais ce n'était pas vraiment contrôlé, et c'était même involontaire. Mais il ne voulait pas non plus aggraver son cas. Il se levait donc, et plia la couverture pour la mettre à côté du sac de la jeune fille.
Mais comme chaque matin, l'estomac était vide et criait famine. Il se leva donc, et se dirigeait vers l'école, qu'il pénétrait quelques minutes plus tard, et cette fois sans escalader : La porte était ouverte. il était allé jusqu'à la cafétéria, jusqu'au distributeur. Il donna deux coups d'épaules sur le distributeur : Pas question de payer les deux gâteaux qu'il se prenait. Op ! Il avait deux p'tits brownies à manger, un pour lui, et un pour son amie, quel générosité ! Ensuite, il commandait deux café, et prit soin de prendre deux sachets de sucre. Il ne savait pas si elle aimait le café, mais dans tous les cas si elle n'en voulait pas, il allait le boire à sa place !

Il revenait donc avec toute la marchandise vers les affaires qu'ils avaient, et déposait les gâteaux encore emballés, et les deux cafés, sur l'herbe. Il regardait ensuite au loin la jeune fille qui s'était sûrement perdue dans ses pensées. Mais bon, il fallait prendre le petit déjeuné, c'était important. Alors, d'une voix assez calme, mais pourtant, et dans un tel cas rare, sans aucune neutralité, mais avec beaucoup d’amabilité, il l'invitait à venir boire son café.

- Par ici Nariwen ! C'est servit !



- Mon corps est si vide qu'il paraîtrait qu'il n'ait jamais été habité ni par mon âme ni par celle d'un autre -
##   Dim 11 Aoû 2013 - 18:41

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 419
Date d'inscription : 21/07/2013
Emploi/loisirs : .../Ecouter de la musique
Humeur : Prête à Bondir
http://nariwen-ecrivaine.e-monsite.com/

Ce n'était pas dans mes pensées que j'étais perdue, mais plutôt dans mes rêves. Ceux de cette nuit n'avaient pas été bons ? Tant pis, j'en faisais d'autres éveillée. Les Fées, les Elfes et ces autres créatures du fantastiques m'accompagnaient, me parlaient, me consolaient. Je n'avais aucune peur, et faire des câlins aux elfes ne me dérangeait plus du tout. Parce que je savais qu'il n'y aurait aucune embrouille, c'était moi qui contrôlait tout, et j'étais bien dans ma peau. Mon sourire est sincère, chaleureux, immense. Un bien être fou...Soudain, une voix brisa ce doux rêve.
- Par ici Nariwen ! C'est servit !
Je me retournais et rejoins Archibald qui s'était réveillé. J'avais un grand sourire, mais il était différent de celui de d'habitude. Il était remplis de rêves et juste de rêves. Mes yeux étaient brillants de sommeil et de beaucoup de rêves aussi. J'étais encore ailleurs et je n'avais vraiment pas envie de revenir totalement à la réalité pour l'instant. Je regardai ce que le jeune homme avait déposé dans l'herbe. Deux cafés et deux gâteaux... Oh le pauvre... Il ne savait pas encore que tout ça est inutile avec moi... Je ne pus m'empêcher de rire, pas un rire moqueur mais plus un rire désolée pour lui.
"Tu es mignon... Mais je suis désolée de t'annoncer deux choses : Je hais le café, et je ne mange rien en me levant... Vraiment désolée."
Je m'arrêtais de rire quelques secondes plus tard en le regardant avec des yeux pétillants d'amusement. Je le laissais ensuite avaler son petit déjeuner et attrapais mon uniforme et quelques affaires de plus. Je lui fis signe que je revenais. Un tour entre les arbres et je me changeais. Quelques touches de déodorant, un coup sur le visage et je m'habillais. Je pris quelques minutes de plus pour m’occuper de mes cheveux, que je détachais. Une nuit entière avec la natte, ça m'avait tué. J'aimais avoir les cheveux lâches. Je retournais enfin près de Archibald. J'étais plus détendue, un petit sourire apaisée aux lèvres et les yeux bien ouverts. Maintenant,il était temps de ravaler mes sentiments et de parler gentiment à mon ami :
"Alors, la nuit c'est bien passés ? J'espère que je n'ai pas trop bougé. Ah et... Et quand... Quand je me suis posé sur...sur toi, je suis désolée... Je...suis différente quand... Bref..."
Oui, je m'étais bien embrouillée là.... Tellement que j'avais failli lui avouer ma véritable nature de caline endormie... The gaffe... Et maintenant, j'ai surement les pommettes rouges... Mais mes yeux sont encore amusés. Je suis irrécupérable le matin, mais cela m'amuse moi même...


La Passion est mon Etre comme le Vent est la Liberté
##   Dim 11 Aoû 2013 - 19:11

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 06/08/2013
Age : 23

Archibald la regardait rire. Il allait encore devoir s'enfiler tout le petit déjeuné à lui tout seul. C'est pas grave, il avait Un assez bon appétit, manger deux petits déjeunés à lui tout seul n'était pas vraiment un problème.
Alors allons y, on mange le premier brownie en le faisant tremper quelques petites fois dans le café qu'il avait sucré.
Un café pour un brownie, et c'était vraiment bon ! Le petit déjeuné c'était le meilleur moment de la journée pour Archie, c'était un moment où on pouvait se gaver en toute tranquillité, un moment juste à nous, que personne ne dérangeait puisqu'ils étaient eux aussi en train de déjeuner.

Il ne regardait donc plus la jeune fille, il jettait un coup d'oeil sur ce qu'il mangeait, d'ailleurs il avait déjà entamé la deuxième fournée, le deuxième gâteau, et le deuxième café, et le mangeait de la même manière que le premier, et entre deux il regardait le soleil qui se levait, c'était aussi beau que le couché, mais du sens inverse.
Elle revenait, avec son uniforme. D'ailleurs on voyait qu'Archibald avait mit le sien pour la toute première fois, il y avait encore des plis alors que celui de la jeune fille était assez souple.

- Alors, la nuit s'est bien passée ? J'espère que je n'ai pas trop bougé. Ah et... Et quand... Quand je me suis posé sur...sur toi, je suis désolée... Je...suis différente quand... Bref...

Archibald baissait les yeux, un peu perdu dans ses pensées. Non, elle n'avait pas trop bougé, mais lui en revanche s'était beaucoup trop laissé emporté. Il n'avait pas vraiment bien dormi, comme tous les jours depuis trois ans, il faisait des cauchemars, ça ne changeait pas de d'habitude.
Il relevait les yeux, la regardant dans les sien, qui débordaient encore d'énergie.

- C'est moi qui ait bougé de trop. Oui, oui, j'ai remarqué, quand tu dors t'es très câline ! Mais ça va, j'ai le sommeil lourd, même si je fais des cauchemars depuis trois ans ...

Il lui faisait part d'une de ses faiblesses. Enfin, à moitié, elle n'était pas sensée être au courant des rêves qu'il faisait, il ne lui avait dit que c'était des cauchemars. Dans ce sens, son passé était encore protégé de tout savoir. Lorsque qu'il dormait, toutes les émotions qu'il éprouvait se lisait sur son visage, m'enfin, ça, vous le savez sans aucun doute.
Il se levait donc, regardant le ciel qui commençait à s’éclaircir, il était l'heure de se lever. Cependant, il ne savait pas quoi faire de la journée ... Il se tournait donc vers son ami, qui avait retrouvé du poil de la bête !

- T'es occupée aujourd'hui ? J'sais vraiment pas quoi faire de mes journées depuis que j'suis arrivé ici



- Mon corps est si vide qu'il paraîtrait qu'il n'ait jamais été habité ni par mon âme ni par celle d'un autre -
##   Dim 11 Aoû 2013 - 21:30

Personnage ~
► Âge : 18 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 419
Date d'inscription : 21/07/2013
Emploi/loisirs : .../Ecouter de la musique
Humeur : Prête à Bondir
http://nariwen-ecrivaine.e-monsite.com/

J'avais légèrement rougit lorsque Archibald avait prononcé le mot "câline" mais c'était vite parti quand il me faisait par de ses cauchemars. Je comprenais très bien, même si personnellement, je ne faisais que de beaux rêves qui me faisaient pleurer à mon réveil. C'était surement du aux Evénements qui avaient causé son "Vide". Je ne voulais pas trop lui posé de questions, déja parce qu'on se connaissait depuis trop peu de temps, ensuite parce que j'étais capable de me mettre à pleurer si c'était vraiment trop malheureux, ou bien si cela se rapprochait de mon histoire. Au final, Archibald se leva et regarda l'horizon ensoleillée. Puis il se tourna vers moi.
- T'es occupée aujourd'hui ? J'sais vraiment pas quoi faire de mes journées depuis que j'suis arrivé ici...
Je souris malicieusement et me levais à mon tour. J'avais envie de jouer, de reprendre ce que nous avions laisser la veille. Et puis, c'était la meilleure chose que l'on puisse faire pour bien commencer la journée, c'était ce qu'on savait faire de mieux tous les deux. D'un démarche féline et légère, je tournais autour du jeune homme, le détaillant du regard, des pieds à la tête. L'uniforme lui allait plutôt bien. Puis, d'une fois malicieuse, je commençais mon petit discours.
"Il y aurait pleins de choses à faire : rencontrer tes potes de dortoirs pour dormir sereinement avec eux... Visiter le côté école, le reste des bâtiments... Aller faire un tour en ville pour voir les activités qu'elle propose, faire un peu de sport, te renseigner sur les différentes affinités et capacités qui vont nous tomber dessus un jour et... Mais, tu ne serais pas entrain de m'embobiner dans une de tes combines ? Parce que je suppose que la bouteille de vin n'était pas à toi. Ou alors... Ou alors tu ne peux plus te passer de moi... Te serais-je devenue indispensable ? Enfin, je pose une simple question !"
J'eus un rire cristallin qui s'évanouit dans les airs, laissant place à ma malice habituelle. Je me préparais aussi mentalement pour tout ce qu'il pouvait faire, que ce soit approche ou contact. Il fallait que je me fasse à son contact. On jouait, ce n'était qu'un jeu, il n'y avait rien d'autres. Déterminée au possible, j'attendais sa réaction.

 


La Passion est mon Etre comme le Vent est la Liberté
##   
Contenu sponsorisé

 

Dormir ? Oui, enfin officiellement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Espace vert.
Aller à la page : Précédent  1, 2