Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Un gars plutôt... troublant ! [PV : Jacques Duroy]
##   Ven 14 Fév 2014 - 20:49

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 13/01/2014
Emploi/loisirs : devinez !
Humeur : vagabonde

Ce jour là, Maria avait de longues heurs inoccupées, rien à faire, pas de cours pour l'empêcher de se s’inquiéter. Cela faisait quelques jours maintenant qu'elle avait appris pour les étranges pouvoirs de ceux qui arrivaient ici, elle avait tout d'abord été effrayée, pour ne pas dire qu'elle avait été totalement terrorisée et clouée sur place. Mais l'émotion était passé, et maintenant il ne lui restait que la curiosité.
Mais elle ne voulait pas se laisser emporter par se besoin de connaissance, quand elle croisait d'autres personnes dans les couloirs, son sang se figeait, elle craignait que l'un d'eux ne s'en prennent à elle, mais elle ne pouvait pas s’empêcher de se demander quel pouvoir avait la personne qu'elle croisait. Tout était devenu confus dans son esprit, aussi elle décida qu'il était temps pour elle de sortir un peu, ne voulant pas se rendre au parc où elle avait rencontrée la drôle de fille qui pouvait se métamorphoser, elle décida d'aller dans un de ses lieux préféraient, la bibliothèque ! C'était un endroit calme où elle pourrait se plonger dans la lecture et se couper du reste du monde, oubliant le temps d'un instant l'endroit où elle se trouvée.

Elle se couvrit de sa longue veste noir centré à la taille par sa ceinture de cuir. Elle enfila ses longues bottes, rentra l'ensemble de ses cheveux bleus sous un bonnet et ne se fit pas prier pour fuir son dortoir qu'elle n'appréciait pas énormément. Elle parcourut les couloirs silencieusement, gardant la tête consciencieusement baisser, fixant le bout de ses bottes. Elle percuta quelqu'un au passage, un gars plus grand qu'elle, ses joues se teintèrent de rouges et elle s'excusa avant de le dépasser d'un pas pressé, une mèche de ses cheveux bouclés s'étant échappée de son bonnet vint pendre sur son front. Elle continua sa route sans y faire attention bien que la mèche se balançait devant ses yeux, regardant un peu plus haut devant elle, pour réussir à apercevoir les autres, ce qui lui donnait la possibilité de les éviter.
Enfin arrivée à l'extérieur, elle inspira une grand bouffée d'air qui vint lui irriter la gorge. Elle sourit alors que l'air froid de l'hivers faisait voler ses longs cheveux bleus. Elle continue en trottinant sur le par terre enneigé, écoutant le bruit que la neige faisait à chacun de ses pas.
Elle sortit sans difficulté de l'enceinte du domaine, les passants semblèrent ne pas faire attention à elle, c'était car habillée ainsi elle paraissait être une jeune femme normal qui sortait profiter de la neige. Elle prit son courage à deux mains et se renseigna brièvement sur la route à prendre au près d'une vieille dame. Elle fut bien renseignée et ne perdit pas beaucoup de temps à trouver le lieu où elle fut relativement bien accueillie, mais alors qu'elle retirait son bonnet et dévoilait sa longue chevelure bouclée une multitude de regards curieux se fixèrent sur elle, laissant un frisson de crainte parcourir son corps.
Elle laissa son lourd manteau à l'accueil et son couvre-chef, dévoilant un pull noir et un jean slim gris rentré dans ses bottes montantes qui lui arrivaient à mis cuisses.
Elle se faufila ensuite à travers les rayons, jetant des coups d’œils furtifs aux ouvrages exposés, il y avait de tout ici ! Elle se perdit un instant, se demandant ce qu'elle pourrait lire, toutes ses craintes l'avait fuie alors qu'elle parcourait les allés d'un pas léger. Elle finit par se décider pour un assez gros bouquin, il faisait dans les cinq-cent pages et était plutôt lourd pour les maigres forces que possédait la jeune femme. Elle le sortit et lit doucement le résumé, une romance empoisonné dans un monde en guerre. Elle hésita, elle n'aimait pas trop ce genre d'histoire pleine d'amourette inutiles, mais pour une fois elle se laissa tenté et le prit sous son bras. Elle parcourut les recoins de la bibliothèques et se trouva un coin tranquille, il n'y avait personne à l'horizon, elle s'installa au bord d'une chaise avec une certaine retenue, le dos droit malgré qu'il soit encore loin du dossier, comme si s'affaler pour lire aurait été infaisable. Elle jeta un coup d’œil à sa montre, ce n'était que le début de l'après midi, elle avait tout son temps devant elle. Elle commença à parcourir les pages, finalement, l'histoire l'emporta ailleurs, elle ne fut pas étonnée que son attention se détache totalement de son environnement pour suivre les mésaventures de l’héroïne envahit par un poison mortel dont elle devait trouver le remède au plus vite.

Oui, elle était tellement prise dans sa lecture qu'elle ne remarqua même pas l'homme qui approchait.




##   Sam 15 Fév 2014 - 20:35

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Mon programme se poursuivait, ma quête se devait d'avancé et je devais me faire plus avenant et plus entreprenant pour respecter mon contrat avec moi-même. Je décidais de filer dans le village pour trouver ma prochaine Valentine.

Me baladant dans cette foule de gens, de couples et autre jeunes gens aux hormones débordantes, je pris le parti  de choisir un endroit plus reculé, une boutique plus intimiste et pourquoi pas plus propice à mes attentes. La librairie fut le premier lieux que je visitais, mais mise à part le cerbère aux atouts féminins qui gardait les lieux, il n'y avait rien de bien attrayant.

Je décidais de tenter ma chance dans ce que je considérais comme étant mon fief, ma seconde demeure, le sacro-saint lieu de villégiature de Jacques Duroy... Non pas le bar bande de sinistres forbans. La bibliothèque.

Je rentrais cette échoppe et pris un grande bouffée d'air. L'odeur si particulière du livre vieillissant, ce subtil parfum qui flottait dans l'air et laissé entendre le mot "connaissance" raisonné comme une douce musique à mes oreilles.

J'errais quelques instants entre les étagères à la recherche d'une cible potentiel pour mon prochain exploit.... présomptueux? Non sûr de moi.

Je trouvais finalement une demoiselle plongée dans un roman assez épais et qui ne semblait pas faire attention à ce qui l'entourait. De jolies yeux en amendes, des cheveux ...bleus... pourquoi pas... et une visage très harmonieux, de fait c'était le genre de demoiselle que je recherchais. Je m'approchais discrètement d'elle et m'accroupissais pour lire le résumé de de l'oeuvre. Une romance probablement mielleuse où il est question de guerre et de poison, un programme probablement débordant de jolies sentiments et de tragédies. Je laissais donc échappé un commentaire.

" Lire quelque chose de si Shakespearien un jour de saint-valentin? Je me demande si c'est de bon augure pour vous mademoiselle."


##   Sam 15 Fév 2014 - 20:56

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 13/01/2014
Emploi/loisirs : devinez !
Humeur : vagabonde

Plongée dans sa lecture, Maria ne remarqua aucun des mouvements de l'homme, il put même se rapprocher d'elle à une distance qu'elle n'aurait pas permis si elle l'avait vue. Pas que ce fut indécent ou un truc aussi banal, mais sentir quelqu'un aussi proche d'elle, en plus un inconnu, l'effrayait.

- Lire quelque chose de si Shakespearien un jour de saint-valentin? Je me demande si c'est de bon augure pour vous mademoiselle.

Son sang ne fit qu'un tour, elle poussa un petit cri de surprise en sursautant et lâcha son livre qui tomba sur ses genoux. Elle le dévisagea un instant, les yeux écarquillés. Son cœur battait trop vite et ses joues se teintèrent de rouge à cause de la surprise.

- Je... Vous... Euh... Bégaya-t-elle.

Elle toussota, tachant de remettre ses idées en place. Elle saisit le livre le ferma. Elle n'avait plus trop l'esprit à lire. Elle détourna le regard vers des étagères du haut. Elle ne pouvait pas croiser son regard, il était trop proche, ce sentiment de crainte qui ne la laissait jamais totalement s'agitait déjà en elle.

- La saint-valentin... répéta-t-elle, un peu plus calme. Ce n'est pas une fête qui me tient beaucoup à cœur, et j'aime bien cette histoire, elle n'est pas trop niaise.

Sa voix était toujours aussi faible, et elle se demanda même comment elle était parvenue à articuler une si longue phrase sans faire de grosse boulette comme remplacez accidentellement un mot par un autre. Ce genre de lapsus qui lui arrive si souvent. En plus, ses jambes lui dictaient de se lever et de s'éloigner, mais elle avait peur de manquer de respect à l'homme et resta assise sur le bord de sa chaise.




##   Mar 18 Fév 2014 - 22:49

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Un cri, un regard tourmenté et une demoiselle aux teintes de pivoines en pleine saison furent tout ce que j’obtins de ma remarque pourtant constructive. Je lui souriais gentiment et lui disait:

" D'habitude on pâlit de peur, on ne rougit pas, et pourtant votre teint est rosée plus qu’albâtre."

Oui, je n'avais pas prêté attention à son air terrifié ni à ce qu'elle avait tenté de dire avant de toussoter légèrement. Elle fermait le livre et se tournais vers l'étagère avant de me raconter qu'elle n'aimait pas la saint-valentin. Peut-être parce qu'elle ne l'avait jamais fêter avec moi.

C'était seulement maintenant que je remarquais la faiblesse de sa voix, je l'intimidais après lui avoir fait peur. Je lui souriais doucement et avec mon regard le plus gentil je lui lançais:

" Il convient que je me présente. Jacques Duroy, désolé de vous faire si peur, je ne suis pas un mauvais bougre vous savais. je ne souhaitais pas vous faire cette effet."

Je lui prenais son, livre doucement et regardais la cote avant de le ranger vu qu'elle semblait vouloir le faire.

" Je crois que toutes les histoires sont un peu niaises d'une certaines façon, ce qui compte, c'est l'intensité avec laquelle cette niaiserie nous touche qui, au final, en fait une bonne ou une mauvaise histoire."


##   Mar 18 Fév 2014 - 23:22

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 13/01/2014
Emploi/loisirs : devinez !
Humeur : vagabonde

Il lui fit un doux sourire, ce qui eut l'effet de la rassurée légèrement.

- Il convient que je me présente. Jacques Duroy, désolé de vous faire si peur, je ne suis pas un mauvais bougre vous savais. je ne souhaitais pas vous faire cette effet.

Elle se calma bien plus face à ses paroles, le fameux Jacques Duroy n'avait pas l'air d'être méchant, ce qu'il disait semblait juste. Elle eut un mouvement de recule presque imperceptible quand il prit son livre pour le reposer, mais le geste était attendrissant. Elle le regarda, n'osant pas se lever où le fixer dans les yeux.

- Je crois que toutes les histoires sont un peu niaises d'une certaines façon, ce qui compte, c'est l'intensité avec laquelle cette niaiserie nous touche qui, au final, en fait une bonne ou une mauvaise histoire.

Elle hocha doucement de la tête, elle était plutôt d'accord avec lui. Après quelques instants d'hésitations elle se leva et fit quelques pas dans sa direction, pour observer les étagères près de lui.

- Vous avez raison, mais des fois, la légèreté et la naïveté de ces histoires font... du bien...

Elle rougit un peu, en pensant qu'elle avait partagée une nouvelle pensée personnel avec lui. Elle laissa glisser son doigt sur les livres alignés sans prendre la peine de lire les titres.

- Ils permettent aussi de rêver, de s'évader du monde réel...

Ce n'était pas très polie de ne pas se présenter, elle le savait, mais elle craignait d'avoir à croiser son regard.
Finalement, prenant une profonde inspiration pour se donner du courage, elle se tourna vers lui en lui tendant une main tremblante.

- Je suis Maria, enchantée. Dit elle de sa voix mal assurée.

Elle ne disait jamais son nom de famille car elle considérait qu'il n'était pas le sien.




##   Mer 19 Fév 2014 - 4:20

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Mes paroles semblaient l'avoir un peu apaisée même si cela se remarquait peu malgré le mouvement qu'elle eut, presque invisible mais je surveillais quelque peu ses réactions par précaution.

Alors que je terminais de commenter les romans de ce genre, elle rajouta un commentaire qui me tira un acquiescement et je rajoutais:

" Je suis peut-être devenu trop cynique avec le temps, j'arrive plus à apprécier les romans plus légers. Peut-être que cela me reposerai d'avantage, c'est à méditer."

elle venait de rougir, c'était une demoiselle bien timide que j'avais devant moi. Pas besoin d'un besoin d'un diplôme en psychologie pour le deviner. Soudainement, elle se tourna vers moi et me tendit une main fébrile en se présentant. Je la regardais un instant, un peu incrédule avant de la saisir pour y pratiquer un baise-main.

" Je suis enchanté Maria."


##   Mer 19 Fév 2014 - 6:49

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 13/01/2014
Emploi/loisirs : devinez !
Humeur : vagabonde

En tendant sa main la jeune fille s'était attendue à échanger une poignée de main banal avec Jacques, mais ce ne fut pas le cas. Au lieu de ça il la saisit et y pratiqua le baise-main.

- Je suis enchanté Maria.

Si elle avait rougie jusque là, ce n'était rien comparer à la couleur que venait de prendre ses joues, elle était tout simplement devenue écarlate en un instant. Ce geste avait été une surprise pour elle, mais elle n'aurait pas réagit ainsi s'il n'était pas charmant, or elle aurait même pue le qualifier d'attirant.
Elle s'efforça de laisser quelques instants de plus sa main dans celle du jeune homme, après tout ce contact n'était pas désagréable loin de là, puis la retira doucement en regardant le bouts de ses bottes. Elle commença à jouer timidement avec une mèche de ses longs cheveux bleus. Elle repensa un instant à ce qu'il lui avait dit dans leurs conversation, quand il s'était excusé de lui avoir fait peur, elle avait été sotte et très peu attentive à cette phrase, alors elle se reprit.

- Je... Vous ne me faites pas vraiment peur... C'est juste que...

Que pouvait elle dire pour se justifier ? Qu'elle avait peur de tout le monde ? Ce n'était pas quelque chose qui devait fortement intéresser son interlocuteur.

- Excusez moi, vous m'avez surprise... Murmura-t-elle.




##   Mer 19 Fév 2014 - 15:27

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

C'est au moment où elle retira sa main que je pus constater la teinte qu'elle avait prise. Dans un magnifique crescendo de rouge elle franchissait à cet instant la couleur écarlate que je pensais pourtant être le plus chaud des tons de rouge. Je pris un petit air alarmé et inquiet.

" Mademoiselle vous allez bien? Vous êtes très.... rouge. Peut-être de la fièvre?"

Elle avait baissé les yeux, regardant timidement ses bottes en jouant dans ses cheveux, toujours aussi bleus, toujours aussi surprenants.

" il me semble avoir lu un livre dans lequel l'héroïne avait également des les cheveux de cette couleur là. Je dois dire que ça me laissait un peu perplexe. Mais en vrai, ça ne semble pas trop mal vous réussir, bien au contraire d'ailleurs ça vous va bien. "

Alors qu'elle voulait me rassurer, me disant que je ne lui avais pas fait peur mais juste un peu surprise. Je lui lançais un regard un peu surpris.

" J'en suis rassuré, mais vous n'avez pas à vous excuser, je n'aurais pas dû vous surprendre comme moi, c'est plutôt à moi de vous présenter mes plus plates excuses. Encore une fois."

Je reportais alors mon regard sur les étagères qui nous entouraient sans bouger pour autant.


##   Mer 19 Fév 2014 - 15:57

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 13/01/2014
Emploi/loisirs : devinez !
Humeur : vagabonde

Dans son regard il y eut une étincelle de surprise, juste assez présente pour que Maria la remarque. Avait elle dit un truc idiot ?

- J'en suis rassuré, mais vous n'avez pas à vous excuser, je n'aurais pas dû vous surprendre comme moi, c'est plutôt à moi de vous présenter mes plus plates excuses. Encore une fois.

Il détourna alors le regard sur les étagères, elle secoua la tête de gauche à droite vivement. Ses joues reprirent une couleur normale. Il n'avait pas à s'excuser, les autres faisaient souvent se genre de choses non ? Enfin, les relations humaines n'étaient pas du tout le fort de la jeune femme si introvertie.
Elle repensa à sa remarque sur ses cheveux, et sa curiosité en fut piquée. Elle leva un regard intéressait vers lui.

- Me-merci, je n'aime pas trop cette couleur... Elle passa une main dans ses cheveux, Vous rappelez vous du titre de ce livre ?

Un livre dont l'héroïne avait la même couleur de cheveux qu'elle ça l'intéressait ! Elle voulait lire comment la fameuse héroïne le vivait, si c'était pour elle une bonne chose, une chose anodine ou encore une chose très mauvaise.
C'était étrange, mais peu à peu, elle avait moins de mal à parler avec lui.




##   Mer 19 Fév 2014 - 16:27

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Je reportais mon regard vers elle, elle semblait avoir repris une teinte plus normale et me regardais maintenant avec un regard un peu curieux, me demandant si je me souvenais du nom du roman en question.

Oui je m'en souvenais, pour avoir traquer la saga complète avec moult difficultés. J'avais traversé je ne sais combien de librairie pour parvenir à trouver la suie de cette saga qui m'avait passionnée quelques années plus tôt.

" C'est un auteur italien, Licia Troisi. La trilogie qui nous concerne s'appelle les Chroniques du Monde émergé. De l'héroïque fantaisie très sympathique avec un univers propre à l'auteur, ça m'a très vite séduit. Je vous le recommande chaudement. "

Je venais de réaliser que pour la première fois, elle m'avait jeter un regard sans aucune gène. Je lui souriais encore, voulant me faire le plus agréable possible pour elle.

" On devrait aller voir si ils l'ont. Qui sait avec un peu de chance, vous le trouverez peut-être ici. "

Joignant le geste à la parole, je lui pris la main et l'emmenais à travers les rayons à la recherche du roman souhaité. Le tout avec un sourire qui se voulait rassurant.


##   Mer 19 Fév 2014 - 16:53

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 13/01/2014
Emploi/loisirs : devinez !
Humeur : vagabonde

- C'est un auteur italien, Licia Troisi. La trilogie qui nous concerne s'appelle les Chroniques du Monde émergé. De l'héroïque fantaisie très sympathique avec un univers propre à l'auteur, ça m'a très vite séduit. Je vous le recommande chaudement.

Elle hocha la tête de haut en bas, affichant un sourire de contentement bien qu'il soit timide, d'ailleurs lui aussi sourit.

- On devrait aller voir si ils l'ont. Qui sait avec un peu de chance, vous le trouverez peut-être ici.

Il prit sa main, la jeune fille ne s'en étant pas doutée écarquilla un instant les yeux à cause de la surprise mais décida de prendre sur elle, appréciant le contact de sa main. Elle laissa donc sa main dans celle de l'homme, décidant de ne plus y apporter d'attention. Après tout elle avait déjà pris la main d'une fille, quel différence avec celle d'un homme ? En plus il n'avait pas l'air d'être quelqu'un de mauvais, et encore moins violant. Elle se laissa entraîner derrière lui, après quelques minutes de recherches infructueuses elle le retint en pressant un peu sa main. Elle désigna un livre placé trop haut pour elle.

- Je crois qu'il est là-haut !

Elle ne pouvait pas en être sûre alors qu'elle n'arrivait qu'à l’apercevoir, mais avec ce qu'elle pouvait remarquer il y avait de fortes chances que ce soit ça.




##   Mer 26 Fév 2014 - 20:17

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Alors que je parlais, monopolisant la parole ans la dissidence la plus totale, elle hochait la tête en souriant. Je commençais à vaincre sa timidité, c'était assez satisfaisant comme résultat. Puis ma règle universelle est de nouveau confirmée, une demoiselle est toujours plus belle quand elle sourit.

Navigant main dans la main entre les rayons, cherchant ici et là sans grand succès. La chaleur de cette main était très agréable et je devais avouer que cette sensation m'avait manquée. Alors que je profitais de cet instant privilégié, je sentis un légère pression sur ma main. Maria s'était arrêtée et pointait maintenant une étagère haut perchée et hors de sa portée. Plus près de la cible désignée qu'elle, je pouvais maintenant affirmer que l'ouvrage était bien l'objet de notre quête et je n'avais plus qu'à tendre le bras pour le saisir.... Enfin tendre les bras et me mettre sur la pointe des pieds.... je parlais tout en tentant de me saisir du bouquin du bout des doigts.

" Qu'on m'explique pourquoi on fait des étagères si hautes. Je fais mes 1 mètres 80 et les bras tendus je dépasse logiquement les 2 mètres et impossible de....."

Mes mots cessent. Alors que je tentais de m'appuyer un peu sur l'étagère pour faciliter la prise sur le bouquin, je la sentis soudainement s'affaisser sur elle-même, déversant l'intégralité de son contenu sur.... bah sur moi en fait.....


##   Mer 26 Fév 2014 - 22:27

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 13/01/2014
Emploi/loisirs : devinez !
Humeur : vagabonde

Il tendit les bras, mais ce ne fut pas suffisant, il se hissa sur la pointe des pieds mais ne parvint cas le frôler du bout des doigts. La jeune femme se sentait impuissante et le regarder en se demandant comment elle pouvait l'aider. Elle allait lui dire que ce n'était pas si important, mais il prit la parole avant elle.

- Qu'on m'explique pourquoi on fait des étagères si hautes. Je fais mes 1 mètres 80 et les bras tendus je dépasse logiquement les 2 mètres et impossible de.....

Il ne termina pas sa phrase. Il était logique que si un homme de sa taille ne parvenait pas à saisir le livre, une fille d'un petit mètre soixante n'avait aucune chance. C'est alors que l'étagère se mit à pencher, les livres glissèrent. Sa première réaction fut stupéfaite, elle écarquilla les yeux et plaça ses mains devant sa bouche pour étouffer un petit cri, mais rapidement elle se ressaisit, si elle ne faisait rien il serait écrasé par l'armoire elle même ! Elle n'était pas totalement en train de tomber, mais elle vacillait et ses livres eux étaient tous à terre. Maria tendit les bras en fermant les yeux et parvint à bloquer l'armoire contre le mur.
Son cœur battait excessivement vite et elle avait eut assez peur, surtout pour Jacques qui avait risqué beaucoup pour récupérer le livre qu'elle voulait. Elle avait l'impression d'être une enfant qui avait fait un caprice.

- Pardon... s'excusa-t-elle.

Elle ne savait pas vraiment quoi faire et elle rougit de honte, c'était de sa faute et elle n'avait pas pue faire grand chose pour l'aider.




##   Mer 26 Fév 2014 - 23:02

Personnage ~
► Âge : 20
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 234
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 25
Emploi/loisirs : Procrastiner, lambiner, être parfaitement improductif.
Humeur : lyrique, libertine et volage, telle est mon humeur

Je ne vis pas ma vie défiler devant mes yeux, ni même un petit flashback des scènes importantes de mon histoire. Je n'ai pas eu d'illumination divine ni quoi que ce soit, juste des livres, des dizaines de livres qui chutaient sur moi... Dont celui que l'on recherchait. VDM.

Je voyais l'étagère devant moi, déséquilibrée, me jaugeant. Un glaive de Damoclès au dessus de ma tête. Mais je ne connaîtrais jamais le résultat de son jugement, car une demoiselle aux cheveux bleus qui me tenait la main il n'y avait pas 20 secondes et qui arrêtait maintenant bravement l'inique étagère.

Je fouillais autour de moi alors qu'elle s'excusait. Elle devait probablement penser que ce qu'il venait de m'arriver était de sa faute... Je mettais la main sur le bouquin qu'on voulait au bout d'une dizaine de secondes et me redressais tranquillement pour finalement me tourner vers elle et lui asséner un très léger coup sur la tête.

" C'est plutôt moi qui devrait m'excuser de mon imprudence. Vous m'avez peut-être sauvé d'une chute de bibliothèque alors ne faites pas cette tête."

Je me rapprochais un peu d'elle et , de main main libre, lui caressait doucement la joue en lui souriant.

" Une demoiselle est toujours plus belle quand elle sourit, alors ne faites pas cette tête, je m'en voudrais de vous causez de tel soucis.... Et je vous remercie de votre intervention. Je n'aurais pas aimé finir comme ça."

Finissant ma phrase, je déposais un léger baiser sur sa joue et lui tendait finalement le bouquin, en souriant.


##   Jeu 27 Fév 2014 - 0:15

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 13/01/2014
Emploi/loisirs : devinez !
Humeur : vagabonde

Elle remarqua alors qu'il semblait chercher autours de lui, avait il perdu quelque chose ? Elle n'osa pas se baisser, gênée par l'incident avec l'armoire. Il sortit des décombres un livres qu'elle reconnut comme celui dont il lui avait parler, il lui mit un petit coup sur la tête qui la fit sursauter.

- C'est plutôt moi qui devrait m'excuser de mon imprudence. Vous m'avez peut-être sauvé d'une chute de bibliothèque alors ne faites pas cette tête.

Avant qu'elle n'ait pue lui répondre il se rapprocha d'elle et déposa doucement sa main sur sa joue. Les mots ne voulurent plus sortir et bien qu'elle ressentait de l’appréhension face à ce geste, la douceur que ça lui procurait l'empêcher totalement de repousser la main.

- Une demoiselle est toujours plus belle quand elle sourit, alors ne faites pas cette tête, je m'en voudrais de vous causez de tel soucis.... Et je vous remercie de votre intervention. Je n'aurais pas aimé finir comme ça.

Il déposa alors un baiser sur la joue de la jeune fille. Son cœur manqua un battement et tandis que ses joues prenaient la teinte de rouge vif elle écarquilla les yeux.
Ses pensés furent confuses un instant, ne sachant que faire ou que dire puis elle remarqua qu'il lui tendait le livre, elle le saisit en baissant les yeux. Mais elle essaya de se reprendre, elle n'avait pas le droit d'éviter son regard, il était trop gentil pour ça. Alors elle releva le visage, toujours aussi rouge, et lui fit un grand sourire, pour la première fois c'était un sourire franc.

- Merci beaucoup d'avoir fait ça pour moi...

Elle serra le livre contre sa poitrine et se mit sur la pointe des pieds pour déposer à son tour un baiser sur la joue du jeune homme, ses joues à elle toujours plus colorés.




##   
Contenu sponsorisé

 

Un gars plutôt... troublant ! [PV : Jacques Duroy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Bibliothèque.
Aller à la page : 1, 2  Suivant