Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Noir sur Rouge. [Pv Tahia Makotooooo ~]
Sam 29 Mar 2014 - 19:01
avatar
Féminin

Messages : 345
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Les choses prenaient une tournure assez étrange pour Tahia et très sincèrement, cela devenait plutôt gênant car elle commençait à aborder des sujets dont elle n'avait encore jamais parlé et qu'il était bien étrange de traiter. Mais impossible de savoir si c'était parce qu'en fin de compte, elle appréciait étonnamment bien la présence de Kei, même si ce dernier restait un véritable mystère pour elle, ou si c'était à cause du fait qu'elle se sentait moins inquiète d'être dans cet institut. Impossible à dire et c'était là tout le problème: la jeune fille tenait tout de même à ne pas parler de certaines choses tout de suite et surtout pas avec un inconnu, enfin qui ne sera plus si inconnu que cela si jamais elle devait de nouveau croiser l'étudiant. Si ce dernier lui avait d'abord laissé l'impression d'être un sale gosse particulièrement bruyant, cette idée avait finalement un peu changé, dans le sens positif, et elle trouvait l'adolescent étrangement amusant, que cela soit la manière d'être de ce dernier ou tout simplement son attitude. Il ne laissait rien paraitre de ce qu'il pouvait vraiment ressentir et quand il essayait de le faire ressortir, c'était à grande peine et sa personnalité actuelle prenait très souvent le dessus sur ce qu'il voulait vraiment dire. En clair, la brune avait face à elle un jeune homme albinos, particulièrement pénible à crier tout le temps mais qui semblait plus amusant qu'autre chose, surtout dans sa manière de s'exprimer et de réagir. Oui, il l'amusait d'une certaine façon et c'était surement pour cela que l'adolescente n'avait finalement pas été gênée très longtemps de se retrouver à parler avec quelqu'un qu'elle ne connaissait pas. Concept assez étrange quand on savait comment la jeune fille pouvait agir lorsqu'elle se retrouvait dans un lieu totalement étranger, qu'elle ne connaissait personne et qu'elle avait encore une certaine réticence à être proche d'un homme, quel qu'il soit.

Oui, les choses allaient ainsi et si Tahia maintenait encore l'idée qu'elle devait se trouver dans ce qui pouvait se rapprocher d'un asile, elle doutait cependant de trouver des fous ici, du moins elle espérait que certains ne soient pas aussi cinglés que son interlocuteur. Sans doute cela devait exister et elle se demandait bien comment cela pourrait se passer si jamais cela devait arriver, elle aurait surement de bonnes surprises, autant qu'elle appréhendait les choses si jamais elle devait encore faire la rencontre d'autres hommes. Pendant qu'elle parlait, la jeune fille avait remarqué tout de même que Kei avait réagi à ce qu'elle disait, l'albinos ayant perdu sa contemplation du ciel pour la fixer et très franchement, n'importe qui aurait pu avoir peur du regard sanglant de ce dernier. Du fait que les yeux étaient quelque chose que la brune aimait beaucoup regarder, elle ne parut pas tout de suite gênée d'être regardée de la sorte et elle pouvait admettre sans mal que le regard de l'étudiant était beau bien que déstabilisant à force de le fixer. Qui plus est, bien que l'adolescente n'ait pas d'idées précises sur la question, il lui semblait que l'étudiant s'énervait, bien qu'elle ne sache pas vraiment ce qui en était la cause. Du moins, elle se doutait que peut être elle parlait trop et que cela commençait à agacer le jeune homme, ce qu'elle pourrait comprendre, elle n'était pas non plus une habituée des longues tirades même si ce qu'elle faisait actuellement prouvait largement le contraire. Avoir été dans des lieux plus ou moins stricts, où elle avait souvent eu droit à ce qu'on lui fasse la morale ou bien lui donner des indications qu'elle connaissait déjà, il semblerait que l'orphelinat ait eu raison d'elle concernant sa manière de s'exprimer. Enfin, cela s'était plutôt calmé durant son séjour au centre même s'il arrivait encore qu'elle se mette à parler trop, ce qui avait tendance à l'agacer légèrement, même si elle en était la cause et responsable.

Alors qu'elle arrivait enfin à se taire, la suite ne s'était pas faite attendre et Tahia ne tarda pas à entendre le jeune homme lui demander si c'était fini car il n'avait pas toute la nuit non plus. L'adolescente ne dit rien mais attendit la suite calmement, l'albinos ne la faisant pas patienter très longtemps, comme il venait de reprendre la parole, disant que peut être qu'il était stupide de ne pas se poser de questions mais qu'il n'en était pas venu à se plaindre de vivre mais de la vie en elle-même. La vie pouvait être des plus étranges et ne faisait jamais de cadeau à qui que ce soit, peu importe ce que l'on est, d'où l'on vient et notre manière d'être, elle trouvera toujours quelque chose pour compliquer les choses et empêcher que les choses soient simples. C'était l'avis de la brune, bien qu'elle n'ait pas toujours pensé ainsi, du moins ce n'était plus récent désormais mais il lui avait fallu longtemps avant d'admettre les choses ainsi. Entendre Kei lui dire qu'il trouvait les longues tirades de la jeune fille lourdes fit sourire un peu cette dernière et elle se retint de rire lorsqu'il rajouta qu'il ne savait peut être pas le faire mais que cela ne l'empêchait pas de savoir parler. L'expression de la brune changea lorsque l'étudiant refit référence à sa sœur, disant que s'il avait eu droit à une seconde vie, il l'aurait donnée à la petite Jenny du fait qu'elle n'ait pas eu droit à une belle vie mais pire encore, qu'elle n'ait pas été longue. Il rajouta que pour lui, la vie était tellement stupide que lui, par contre, était encore en vie et qu'il n'avait même pas eu le droit de mourir avec un minimum de fierté. La jeune fille pensa qu'elle aussi s'était demandée pourquoi les choses se sont passées ainsi pour elle, pourquoi la vie ne l'a pas laissée mourir il y a huit ans de cela et à quoi bon qu'elle vive sachant que quelque chose était mort depuis longtemps à l'intérieur d'elle. Non, vraiment, elle n'y comprenait rien et elle n'était pas la seule à se poser ce genre de question visiblement, ce qui n'était pas plus mal quand on voyait où cela pouvait entrainer par la suite.

Pour la suite, bien que Tahia y prêta une grande attention, les paroles du jeune homme ne l'aidait pas vraiment à ne plus se rappeler de son passé, même si le pire était passé depuis longtemps et que c'était vraiment ce qu'il s'était passé lorsqu'elle n'était qu'une gosse de neuf ans qui avait été un cauchemar pour elle. Rien qu'en voyant comment Kei parlait de sa sœur, la brune se doutait que Jenny manquait vraiment au jeune homme et qu'il aurait donné beaucoup pour avoir l'occasion de la revoir. Mais prétendre que plus rien ne vaut la peine d'être vécu et qu'il aurait mieux valu qu'il soit mort, la brune n'était cependant pas d'accord avec ce point de vue de l'albinos mais ne fit pas de commentaires. Et pourtant, ce fut la question de l'adolescent qui attira toute son attention et la jeune fille ne sut à cet instant quoi dire exactement, ce qui était le mieux à expliquer et ce qu'il fallait ne dise pas, pour être sûre que les choses ne reprennent pas encore. Soupirant légèrement, l'adolescente se redressa et fixa à son tour le ciel, laissant ses pensées vagabonder un moment.

" Tu vois que tu es capable de faire des tirades toi aussi, il suffit juste que tu t'en donnes les moyens et que tu sois certain de ce que tu dis. Personnellement, j'ai toujours détesté ça mais qu'est ce que j'y peux, à force d'entendre les adultes parler de morale et de convictions, je finis par devenir pire qu'eux. "

Si le ton s'était voulu sarcastique, Tahia n'avait pas le cœur à se moquer maintenant, elle avait déjà bien des soucis à savoir ce qu'elle pourrait répondre à Kei, cela ne l'aidait pas plus à se concentrer même si cela faisait gagner un peu de temps. Son regard dévia de nouveau vers celui de l'étudiant et après un moment de silence, l'adolescente reprit la parole:

" Officiellement, je suis morte il y a huit ans en France. Une pauvre gamine de neuf ans qui a crevé dans une ruelle de Paris après que deux hommes l'aient agressée et profité de la situation. A cet âge là, t'es pas censé te demander si ta vie aurait été meilleure à un autre moment mais visiblement, cette gamine était encore assez naïve et stupide d'y croire encore alors qu'elle venait de se faire bousiller de l'intérieur. Je me suis toujours demandée pourquoi je ne suis pas morte ce jour là, enfin pourquoi je ne suis pas totalement morte, pourquoi a-t-il fallu que la vie me laisse dans cet état au lieu de m'achever comme je l'aurai voulu. "

Et aujourd'hui encore, même si les choses ont bien changé, Tahia se posait toujours la question mais cela confirmait ce qu'elle pensait toujours: la vie était vraiment horrible quand il s'agissait de s'amuser avec les gens.

" Tu as ton opinion de ce qu'est la vie, j'ai la mienne. Autant que nous n'avons pas vécu la même chose. J'ignore ce qu'est une famille mais je sais ce qu'est la mort car je l'ai vu plusieurs fois en cinq ans. Qui sait, peut être que la gamine avait elle aussi un instinct de survie et pensait qu'elle n'avait pas encore tout perdu. Peut être qu'elle avait raison peut être qu'elle avait tort. "

Cette dernière phrase s'adressait davantage à elle-même qu'à l'albinos et Tahia retourna à sa contemplation, ne prêtant plus tout à fait attention à la présence de l'étudiant près d'elle. 
Voir le profil de l'utilisateur



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
Revenir en haut Aller en bas

Mer 2 Avr 2014 - 21:24
avatar
Masculin

Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 19
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.

ADULTE ?! MOI FAIRE DES TIRADES ET PARLER COMME DES ADULTES ?!!

MAIS JAMAIS DE LA VIE ! PLUTÔT MOURIR !! OU ME FAIRE ARRACHER LA LANGUE ! MAIS SANS BLAGUE, MOI, AUSSI CON QUE CES ADULTES QUI JOUENT AVEC LA VIE DES AUTRES ET DES ENFANTS ?!!

QUI N'EN N'ONT D’AILLEURS RIEN A FOUTRE DE LEUR GOSSES ! RIEN QUE POUR LEUR FAIRE LE PLUS DE MAL POSSIBLE C'EST COOL HEIN ?!!

CONNARD DE SCIENTIFIQUES ET AUTRE SALAUD DE PATERNEL ! PÉTASSE DE BELLE MÈRE !! OU ENCORE INSTIT INCOMPÉTENTS QUI NE SERVENT A RIEN ET FONT CHIER LE MONDE, MÊME ! MAIS J'EN PASSE !

NON MAIS NON BORDEL DE MERDE !

Les paroles de Tahia provoque un choc dans ma tête. UN PUTAIN DE TSUNAMI.

Elle me livre son vide. Comme ça, cadeau. Ma tête qui réussie à calculer 2+2, pour une fois, HEIN !... ET IL FALLAIT FORCEMENT QUE CE SOIT MAINTENANT C'EST CA ?!!

Un viol.

Rien de moins que ça ! PUTAIN MAIS LE NOMBRE DE MEUF DANS SON DORTOIR QUI ONT DU SUIVRE LE MÊME CHEMIN !

C'est pas possible, ça ne peux pas être que ça. PARCE QUE SI ON RAMÈNE TOUTE LES MEUF VIOLÉES ICI, YEN AURAIS PLUS QUE CA !

Ya du avoir autre chose, tiens, on me donne des bouts de vie, comme ça, éparses, JE SUIS SENSÉ FAIRE UN PATCHWORK AVEC APRÈS MOI C'EST CA ?!! ET CA M'ECLATE, TU CROIS ?! J'AI GENRE QUE CA A FAIRE ?!!

D'ABORD, C'EST MON TRUC A MOI DE DIRE DES PARTIES DE MA VIE POUR QUE L'INTERLOCUTEUR ARRÊTE DE POSER DES QUESTIONS, C'EST MON TRUC QUOI !!

Sauf que je les dit en hurlant. OUI ET ALORS ?!!

C'est sa dernière tirade qui fit sonner le plus gros gong dans ma poitrine de moustique anorexique.

Je sais pas, j'avais déjà la tête sur le point d'exploser, les yeux figés sur mon interlocutrice mais regardant pourtant d'un œil fou un point au dessus d'elle.

Je sentais quelques chose monter dans mes tripes, depuis un moment. Quelques chose qui voulais sortir mais gonflait, gooonflait. Prenait une ampleur suffocante.

Tristesse, désespoir ? Colère, rage, haine ? Une émotion qui prenait autant de place oppressante qu'une crise de panique.

La dernière tirade. De la jeune fille brune. JEUNE FILLE BRUNE ?!! TAHIA ?!! JENNY ?!!

TAHIA OU JENNY ?!! JENNY ET TAHIA ?! JEHIA ?! TANY ?!! ...

Famille. Mort. Gamine. Instinct de survie.

Gamine. Gamine. Gamine. Tahia ou Jenny ?

Tsunami.
Je me lève d'un bond, les poings serrés à m'en faire blanchir les phalanges, la mâchoire crispée, une veine battant a ma tempe. Une vague incontrôlable qui menace d'exploser pour ne laisser qu'une coquille vide. Je me prends la tête à deux mains, d'un geste vif. Mes membres rougissent.

Mes cicatrices prennent la couleurs du feu, c'est elles qui brulent ? Oui, elle sont en flammes. Des flammèche qui rougeoie comme des braises ardentes dans la nuit.

Mais je suis trop assourdi pour le remarquer. Mon foutu pouvoir fait ce qu'il veut bien foutre, dans la nuit, sur ce foutu toit, et je me met à hurler cette putain de vague.

Vague aux couleurs de jeune fille brune.

Les mots résonnent. QUELS SONT CES NOMS DÉJÀ ?!! ... Ils s’emmêlent. Sont inextricables, semble un rouleau compresseur en route pour aplatir mon cerveau, abrutir toute ma tête, tout mon corps, ma vie, tout.

Je fini de hurler en titubant, un convulsion qui soulèvent mon ventre et je me barre. Je me barre en courant comme un dératé à travers la toit.

Je cours. Je cours, je cherche plus à comprendre, ni à fuir ? Pourquoi je fuirais, je fuis quoi ?!

JE SUIS SENSER FUIR QUELQUES CHOSE DE RATIONNEL ?!! JE SUIS SENSER ETRE RATIONNEL A CE MOMENT, FAIRE LES CHOSES RATIONELLEMENT, AVEC CETTE VAGUE EN MOI ?!! CES DEUX MOTS QUI ME TORTURE ?!!

Je dévale les escaliers menant au toit, la porte volant sur son battant après mon passage. Je loupe des marches, titube, trébuche. Je m'engage dans un couloir, un autre.

Je passe et je défile. Je ne regarde pas, je cours. Je me fiche de courir comme une gosse de dix ans. Je cours, allez vous faire foutre si vous êtes pas content, vos gueules fermées si vous l'êtes.

Je ne m'arrêterais qu'une fois mort. Mes membres chauffe, mon pouvoirs de feu refaisant pression, je fume, je crois.

J'ENFUME LES ENDROITS OU JE PASSE MAINTENANT ?!! PUTAIN DE POUVOIRS DE MERDE DE BOR... NON TU SAIS QUOI ?!! JE M'EN FOUT !!

Je trébuche dans un couloir, me paie un mur, le coin, ET CA FAIT PUTAIN DE MAL DE CHIEN ! Je dévale alors un autre escalier, accroche au passage la rambarde et m'engage dans un autre couloir.

Je cours toujours, ma course folle semble n'avoir aucune limite.

Sauf peut être celle de mon souffle court. PUTAIN MAIS J'AI LA CAPACITEE RESPIRATOIRE D'UN CANARI AUSSI !!

Ou est Tahia ? Elle ne m'aura pas suivie, j'aurais qu'à me barrer dans ma chambre tranquille après, tant pis pour elle.

Je continue de courir, le souffle toujours plus fou. MAIS JE M'EN FOUT ! JE COURS !

J'arrive dans un couloir plus bondé. Ils doivent croire que je me fais poursuivre, il me regardent tous avec des yeux ronds. GARDEZ CETTE FACE BANDE DE MACAQUES !!

Je passe au travers en me payant ceux sur mon chemin et en ne leur laissant pas le temps de m'attraper, je repart en courant.

Je repasse dans un couloir moins peuplé, et je cours, toujours, comme un fou, comme un possédé, hors d'haleine.
Voir le profil de l'utilisateur


♠♠♠

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Jeu 17 Avr 2014 - 0:40
avatar
Féminin

Messages : 345
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Elle aurait mieux fait de se taire et de ne pas faire davantage référence à ce qui a pu lui arriver par le passé, entre ce qu'elle avait pu ressentir lors de son agression ainsi que ce qui a pu lui arriver par la suite, cela aurait évité qu'elle soit confrontée à une étrange réaction de la part de Kei. Mais cela, Tahia l'ignorait encore totalement, autant dire qu'elle s'était quelque peu déconnectée de la réalité et le fait qu'elle soit maintenant attirée par ce que le ciel lui permettait de voir y était en partie pour quelque chose, autant que le fait d'avoir parlé de son passé. Ce n'était pas tous les jours que la jeune fille se mettait à parler un peu de son propre Vide, après tout personne n'avait su lorsqu'elle vivait encore au centre alors c'était une grande première de la voir expliquer un peu ce qui a pu lui arriver, la raison pour laquelle elle se trouvait dans cet institut, qui lui paraissait des plus étranges. Qui plus est, la brune avait le sentiment que ce n'était pas que ce bâtiment qui était étrange, les résidents n'étaient pas mieux et devaient être aussi mystérieux que cet endroit, c'était du moins l'avis de l'adolescente, bien qu'elle ne sache pas tout à fait ce qu'il se trouvait ici et ce qu'elle allait découvrir. Certes, elle avait du mal à s'imaginer, malgré tout, que cet endroit était particulier dans le sens que tout le monde ici avait une particularité, bien qu'elle n'ait pas la moindre idée de ce qu'il en était pour elle, mais c'était à la fois fascinant et effrayant et autant dire que la jeune fille avait hâte d'en savoir plus. Sans doute en saurait-elle davantage demain mais rien que ce soir là, ses deux premières rencontres s'étaient révélées étonnamment utiles et plutôt instructives, même si elle n'avait pas encore tout compris et qu'il faudrait surement qu'elle cherche par elle même si elle voulait en savoir davantage.

Et pourtant, ce fut un mouvement à côté d'elle qui sortit Tahia de ses pensées et ce qu'elle vit la surprit alors qu'elle ne parvenait pas à détacher ses yeux de l'étrange scène qui s'offrait à elle: elle venait de voir Kei se redresser, ce dernier était soudainement crispé et la brune se demandait s'il n'allait pas finir par exploser tellement la tension était forte autour du jeune homme. Mais non, cela n'arriva pas mais un étrange phénomène fit son apparition alors qu'elle vit son camarade se prendre la tête entre les mains tandis qu'une lueur rougeoyante apparaissait au niveau des bras de l'étudiant, lueur qui prenait de plus en plus d'intensité et qui faisait penser...à du feu! Oui, c'était sur et certain, la brune avait vraiment l'impression que son camarade avait les membres qui commençaient à prendre du feu, ou du moins de provoquer quelque chose qui s'apparentait à des flammes et c'était tout simplement impossible! Certes, la jeune fille voulait bien croire que toutes les personnes se trouvant ici étaient particulières et spéciales mais de là à penser que certains d'entre eux avaient un lien avec un élément tel que le feu, c'était inimaginable et impossible. Et pourtant, il n'y avait aucune explication pouvant donner une réponse ou une hypothèse au phénomène que l'adolescente avait sous les yeux alors qu'elle contemplait avec surprise mais aussi avec fascination ce qui était en train de se passer, bien qu'une inquiétude commençait peu à peu à poindre alors qu'elle observait l'état de l'albinos. Actuellement, n'importe quelle personne sensée préférerait s'éloigner ou même, et c'était surement une des choses les plus intelligentes à faire, de quitter le toit de cet établissement et s'assurer que l'on ne recroiserait pas la route de l'étudiant aux yeux écarlates. Mais cela aurait été trop demandé pour la jeune fille qui n'avait pas bougé d'un centimètre et qui restait là à regarder comment les choses allaient se passer.

Autant dire que Tahia n'eut pas à attendre très longtemps qu'un cri s'échappa de Kei, la faisant sursauter et reculer prudemment d'un pas et alors qu'elle allait demander au jeune homme ce qui lui arrivait, ce dernier ne tarda pas à faire quelque chose que la brune n'aurait pas cru possible: l'albinos partit en courant, descendant à une vitesse étonnante les escaliers qui menaient au toit. Si l'adolescente resta interdite pendant quelques secondes, elle ne tarda pas à comprendre que l'étudiant venait de lui fausser compagnie en s'enfuyant et en ayant une réaction pour le moins étrange par rapport à ce qu'elle venait de dire et là, très sérieusement, ça demandait une sérieuse explication. Aussi, la jeune fille ne tarda pas à suivre rapidement son camarade bien que, malgré l'urgence de la situation, ralentit en partie en descendant les marches, ne tenant pas non plus à se casser quelque chose en tombant bêtement dans les escaliers et sitôt qu'elle toucha la terre ferme, elle reprit sa course, essayant de retrouver la trace de Kei. Et aussi fou que cela puisse paraitre, c'était une légère fumée qui permettait à l'adolescente de savoir où était passé l'albinos et s'il avait de la distance par rapport à elle ou non, ce qui s'avérait malheureusement le cas et la brune ne pouvait qu’accélérer le rythme si elle voulait pouvoir rattraper son camarade. Et puis d'abord, pourquoi est ce qu'elle se mettait à le poursuivre exactement? Peut être qu'en ce moment, l'albinos a juste besoin de réfléchir au calme et n'a pas besoin que quelqu'un le suive par la même occasion... Tahia se donna une gifle mentale en se traitant d’abrutie car c'était tout simplement impensable: si vraiment Kei ne voulait pas dire quoi que ce soit, il lui aurait dit ou lui aurait clairement fait comprendre qu'il ne voulait pas parler de quoi que ce soit. Alors que là, il avait commencé à péter un câble et s'était enfui en courant alors vraiment, ce n'était surement pas normal et trop inquiétant pour la brune pour qu'elle laissa l'albinos tout seul.

Alors qu'elle empruntait un nouveau couloir, suivant toujours l'étrange fumée, la jeune fille perçut une agitation non loin de là et alors qu'elle s'avançait rapidement, c'était pour voir que l'endroit était un peu plus bondé et dont les personnes fixaient à présent la nouvelle venue. S'il n'y avait pas eu une urgence, aucun doute que l'adolescente aurait vraiment été gênée qu'on la fixe autant mais elle était trop concentrée sur son objectif qui consistait à rattraper Kei, ce dernier ne devait surement pas se trouver bien loin en plus de cela, et alors qu'elle continuait sa course folle pour suivre l'étudiant, on s'écarta rapidement de son passage, voyant combien elle n'hésiterait pas non plus à se cogner contre quelqu'un du moment qu'elle pouvait passer. Alors qu'elle atteignait enfin un autre couloir, Tahia entendit cette fois nettement des bruits de course et cela lui fit redoubler d'effort, espérant pouvoir enfin mettre la main sur l'albinos, et lui faire passer l'envie de faire visiter cet institut de cette manière là, à moins qu'il ne veuille vraiment tuer quelqu'un. Enfin, la brune vit la silhouette de l'étudiant et malgré la fatigue qui se faisait de plus en plus sentir, elle parvint à crier assez fort en espérant que le jeune homme l'entende:

" Kei, arrête-toi, bon sang! C'est pas en essayant de filer de cette manière que tu vas te débarrasser de moi et tant que tu ne m'auras pas expliquée ce qui te prend, je continuerai à te suivre! Et si tu m'expliquais aussi comment tu arrives à provoquer quelque chose qui se rapproche du feu, j'apprécierai bien aussi! "

Et s'il commençait à ralentir l'allure, ça l'arrangerait aussi car elle commençait sérieusement à faiblir, même si jusqu'à présent, Tahia avait catégoriquement refusé de lâcher l'affaire, ce qu'elle ne comptait pas faire de sitôt, vu la situation. Quoiqu'il en soit, elle n'allait pas lâcher l'albinos tant qu'il n'aurait pas craché le morceau et qu'il arrête de courir car très franchement, la brune ignorait lequel, entre l'étudiant et elle, allait s'écrouler de fatigue en premier. La jeune fille crut alors bon de rajouter une petite chose, ne sachant pas si ça allait faire arrêter l'adolescent ou si, au contraire, ça allait empirer.

" Ce que tu fais actuellement est en rapport avec ce que j'ai dit?! Est-ce que ça avait aussi un lien avec Jenny?! "
Voir le profil de l'utilisateur



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
Revenir en haut Aller en bas

Mer 23 Avr 2014 - 18:21
avatar
Masculin

Messages : 1227
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 19
Emploi/loisirs : Rien que du vide.
Humeur : A peu près la même que toi le matin quand tu te réveille, sauf que moi, c’est un état permanent.


PUTAIN ! C'EST PAS POSSIBLE ! J'AI PAS DE SOUFFLE !! OUAIS, C'EST CA ! J'AI PAS DE SOUFFLE ET LA CAGE THORACIQUE D'UN ESPÈCE DE MOUSTIQUE ANOREXIQUE DÉPLUMÉ !

OUI LES MOUSTIQUES PEUVENT ÊTRE DÉPLUMÉ ! VOILA ! ET ALORS, UN PROBLÈME ?

J'arrive hors d'haleine dans un couloirs, pas un chat, TANT MIEUX !

J'entends des pas derrière moi, et met pas quinze dixième de seconde à capter que la blonde du toit, Tahia, est à mes trousses. PAS MOYEN DE SE BARRER TRANQUILLE DANS CET INSTITUT !

Je l'entend brailler comme si sa vie en dépendait, PUTAIN ! ELLE COURS ET PEUT ENCORE PARLER ! ON DOIT PAS ÊTRE FAIT PAREIL, COMME HUMAIN, PARCE QUE MOI JE PEUX QUE RESPIRER COMME UN BŒUF LA !!...

Je cours pour la semer, peine perdue, elle me colle aux basques. Mal partout, la course en perds de sa saveur...

BAH OUAIS ! L'AUTRE ELLE ME POURRIT MA COURSE ! PARCE QUE GENRE MAINTENANT JE ME SENS JUSTE CON DE COURIR COMME UN POULET SANS TETE LA !!

Je me paie un mur en pleine tronche, stoppant direct toute pensées un peu vénerf.

Pour l'instant.

Ce qui a le don de me faire changer de direction ET DE ME DÉMOLIR CE PUTAIN DE VIEUX CRANE BLANC COMME UN PUTAIN DE VIEUX YAOURT.

ENCORE UNE FOIS ?! COMMENT CA ENCORE ?! C'EST PAS COMME SI CA ARRIVAIT PAS RÉGULIÈREMENT QUE JE ME PAIE DES TRUCS HEIN !

Je dévale les escaliers en montant les marches quatre à quatre, arrivant à grande peine en haut mais à une vitesse incroyable avec l'élan. Je me paie la porte, l'ouvre, tombe à l'exterrieur, au sol, mort.

Hors d'haleine, plus de souffle, devant la porte, ET ME VIENT MÊME PAS A L'IDEE QUE QUELQU'UN POURRAIT ME MARCHER DESSUS OUAIS !

- G... Gueuh... Game over...
je râle.

Un trente tonnes pourrait me passer dessus que je ne sentirais rien tellement je suis mort et que je respire face contre terre comme un porc crevé, J'AI LA CLASSE COMME CA HEIN !

Puis je bite ce qu'à dit Tahia en hurlant deux secondes plus tôt, qui m'a fait perdre le feeling de ma course débile.

- Je... Jenny ?! .... JENNY ?!!
Je hurle, les paroles coupée par ma respiration affolée. Que... Koi.... Qu'est ce qui te... te fais dire JENNY encore toi ?! Que... QUOI ELLE A FAIT JENNY D'ABORD HEIN ?!!

Je roule sur le dos et respire au milieu du toit, en mode plus personne qui tient le volant.


Voir le profil de l'utilisateur


♠♠♠

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Mar 29 Juil 2014 - 19:58
avatar
Féminin

Messages : 345
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Etudiante
Humeur : Un peu mieux, je suppose

Si une chose pouvait être certaine: la course ne s'arrêterait que lorsque l'un ou l'autre sera tout simplement trop épuisé pour continuer à courir et autant dire que Tahia n'était pas très loin de cette limite et qu'elle commençait à en avoir assez de courir après son camarade. Le seul ennui était que si elle choisissait de stopper sa course, elle perde de vue le jeune homme et ne pourra donc obtenir aucune réponse de sa part, par rapport aux questions qu'elle avait posé précédemment et c'était une des raisons pour laquelle elle refusait catégoriquement de lâcher l'affaire. Mais ses jambes menaçaient de céder avant qu'elle n'atteigne Kei et sa respiration devenait de plus en plus sifflante, quelle idée elle avait eu de se mettre à crier alors qu'elle courrait déjà depuis un bon moment?! Autant dire que l'adolescente n'en menait pas large du tout mais visiblement, le jeune albinos à quelques mètres d'elle n'était pas en meilleure position, elle aurait même parié l'avoir vu se prendre un mur en pleine tête avant qu'il ne reprenne sa course. La brune dut se retenir de rire suite à cette rapide scène car il était clair que cela pourrait arriver à n'importe qui et que l'on pouvait ne plus faire attention à ce qui pouvait nous entourer lorsqu'on était poursuivi par une quelconque personne. Bon, certes, la jeune fille ferait tout de même un minimum attention à ce qui se trouvait autour d'elle et éviterait justement de se prendre quelque chose dans la figure, c'était un minimum logique.

Mais pouvait-on encore parler de "logique" quand on voyait la situation dans laquelle se trouvait la jeune étudiante actuellement? Parce que se retrouver embarquer dans un endroit qui lui faisait un peu trop penser à un asile de fous, de rencontrer des personnes qui ne lui paraissaient pas bien nettes et se mettre à poursuivre une de ces dites personnes pas nettes, il fallait avouer que la logique avait disparu depuis bien longtemps déjà. Alors autant dire que Tahia n'avait plus à se demander si tout ce qui lui était arrivé dernièrement était tout à fait normal ou non, elle avait bien conscience que ce n'était pas le cas et qu'il valait mieux qu'elle ne cherche pas à savoir tout de suite où tout cela allait la mener à l'avenir. Pour le moment, il lui fallait rattraper son camarade qui avait toujours une longueur d'avance sur elle, malgré les quelques fois où il s'était pris les murs des différents couloirs mais alors qu'elle eut l'impression d'avoir cette fois-ci perdu la trace de l'adolescent, elle remarqua le mouvement d'une porte et constata, à sa plus grande surprise, qu'elle était revenue au point de départ, à savoir: la porte menant au toit de l'institut. Prenant cette fois-ci un peu de temps pour monter les marches, ne tenant pas à trébucher, ce qui risquait d'arriver aux vues de la fatigue et de ses jambes qui avaient beaucoup de mal à la soutenir, la brune eut tout de même le temps d'entendre un autre bruit de porte un peu plus haut et, l'espace d'un instant, quelque chose en train de chuter.

Ce dernier bruit eut tôt fait de redonner quelques forces à Tahia qui parcourut rapidement les quelques marches et au moment où elle arriva enfin au pas de la seconde porte, elle eut droit à un drôle de spectacle. En effet, si elle avait continué à courir et qu'elle n'avait pas regardé le sol à ce moment là, il ne ferait aucun doute que l'adolescente se serait aussi écroulée par terre, après avoir trébuché sur Kei, ce dernier étant purement et simplement écroulé au sol. Et alors que l'étudiant lui faisait difficilement entendre qu'il était hors jeu, la brune ne put que soupirer de soulagement alors qu'elle s'asseyait lourdement sur le sol, reprenant lentement sa respiration, tandis qu'elle pouvait entendre son cœur battre à une vitesse folle dans sa poitrine. La course était enfin finie avec, visiblement, une victoire de sa part, même si c'était de justesse et qu'elle aurait pu abandonner bien plus tôt si elle n'avait pas eu envie d'avoir des réponses aux questions posées. Mais vu la situation actuelle, la jeune fille se demandait vraiment si c'était une bonne chose de redemander une nouvelle fois à l'albinos des explications sur la situation de ce dernier et sur la petite Jenny. Dans tous les cas, elle venait juste d'arriver et même si cet établissement lui faisait vraiment penser à un labyrinthe, elle arriverait bien à tomber une nouvelle fois sur Kei, à un moment ou un autre et elle ne lâcherait pas l'affaire cette fois-ci. Enfin, elle y songera quand elle aura bien récupéré et qu'elle connaîtrait mieux les lieux avant de se relancer dans une situation pareille.

Alors que le calme s'était installé, malgré les respirations encore haletantes des deux adolescents, Tahia entendit son camarade lui demander, ce dernier arrivant encore à crier malgré leur course folle à travers les couloirs, ce qu'elle avait encore à dire concernant Jenny. Mais étrangement, au lieu de soupirer face au fait que Kei se remette à crier, alors qu'il s'était plus ou moins calmé avant, la brune eut une toute autre réaction face à cela: elle se mit à rire. C'était sans aucun doute un rire nerveux mais elle ne pouvait tout simplement pas s'empêcher de rire, entre son arrivée dans l'institut, sa première rencontre avec Hisméria puis avec Kei, cette seconde rencontre se clôturant par une course poursuite dans le labyrinthe que semblait être les lieux. Ce n'était peut être ni le lieu ni le moment de rire mais l'étudiante ne pouvait pas s'en empêcher et alors qu'elle cherchait à se calmer, elle ne put que dire à l'intention de l'albinos:

" Bon, cette fois, c'est officiel... Je suis vraiment chez des dingues mais je ne suis pas sûre que je regretterai d'être ici, finalement. "

Par la suite, Tahia attendit un petit peu, histoire d'être sûre que son rire s'était enfin calmé et qu'elle ne recommencerait pas à le faire dès qu'elle se mettrait à parler mais elle ne put s'empêcher de sourire avec amusement alors qu'elle reprenait la parole.

" Je crois que c'est mort pour nous deux, ce soir. Merci de m'avoir fait une visite rapide des couloirs de ce bâtiment mais je ne suis pas sûre que je m'y retrouverais pour autant et je vais plutôt attendre les jours à venir pour me repérer à nouveau. Sois sur, malgré tout, que je ne te lâcherais pas concernant ce que tu m'as dit jusqu'à présent mais je te laisse tranquille ce coup-ci. Bon, est-ce que je peux pas partir sans risque en te laissant ici ou est-ce que je dois attendre que tu puisses te remettre sur tes jambes?"
Voir le profil de l'utilisateur



Spoiler:
 


Lantana (Oldcodex) - Main Theme
Savin' me (Nickelback) - Sad Theme
Mononoke Hime Theme (Ocarina)- Wind Theme
Revenir en haut Aller en bas

 

Noir sur Rouge. [Pv Tahia Makotooooo ~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Toit de l'institut
Aller à la page : Précédent  1, 2