Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
Solitude à deux [Matheo]
##   Mar 19 Juil 2016 - 12:40

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Matheo Runon
Matheo Runon
Etoile Air Solaire
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je laissais échapper un rire en l'entendant me plaindre pour mon expérience au bar. C'est sûr que ça n'avait pas été évident au début, mais on s'y habitue, comme tout, que ce soit l'odeur, le bruit ou les gens qui crient.

-Je t'avoue que je ne suis pas habitué! Mais c'est assez intéressant de voir une autre facette de la nuit... Sans mon ami je n'y serais jamais allé, tout seul, ça un côté triste je trouve... surtout quand on ne connait pas!

Je rajoutais bien rapidement cette dernière phrase, ne voulant pas qu'il se vexe. A l'évidence, lui s'y rendait seul, sinon il ne serait pas là sans aucune compagnie avec sa bouteille. Non pas que je trouvais ça triste dans le sens que c'était pitoyable, bien sur que non. Mais c'est juste que n'y connaissant rien, je ne me serais pas senti capable de supporter la soirée tout seul. Nous avons tous nos faiblesses.
Je sentis sa main sur mon épaule et un doux sourire apparut sur mes lèvres. Ses paroles me firent du bien, il était à la fois drôle et touchant, c'était très plaisant de l'entendre. Il avait cette manière bien à lui de m'encourager, de me complimenter tout en restant dans humble, un peu... C'était étrange de remarquer combien mon histoire provoquait souvent les mêmes réactions chez les gens. Je me sentais un peu coupable car j'avais l'impression de me servir de ça pour les faire réfléchir à leur propre vie, ce qui n'était pas mon but, à la base, je ne faisais que répondre à leurs questions. Les propos de Theo me tirèrent une mine apaisée, alors que je me préparais à lui répondre à nouveau.

-Ca n'a pas toujours été facile c'est vrai, mais maintenant ça va mieux. J'ai eu le temps de me faire à l'idée et puis, j'ai quand même eu une belle vie! Je n'ai pas à me plaindre, ajoutais-je en rigolant.

J'enchaînais presque aussitôt sur sa propre leçon de morale, en secouant la tête.

-Bien sur que tu as le droit de te plaindre! On en a tous le droit! Aucune situation ne se vaut, si quelque chose est important pour toi, alors c'est important.

Ma soeur me disait souvent ça lorsque l'on discutait tous les deux. Je me reprochais tout le temps de me plaindre à l'époque, elle m'a sorti cette phrase au final, agacée que je ne parvienne pas à me raisonner tout seul. Elle avait toujours eu une manière très spéciale de m'encourager. Elle le faisait bien d'ailleurs.

-Et je ne suis pas un vampire... pas vraiment! La preuve, je ne t'ai pas encore mangé!

Je rentrais volontiers dans son jeu pour apaiser l'atmosphère lourde, qui pouvait être provoquée par ce genre de discussion. Je ne voulais que ça devienne pesant, autant le prendre à la rigolade.

-Les effets secondaires... Pas mal oui. Ce que tu ne vois pas, c'est que j'ai des cancers de la peau qui se déclarent par moment, mais je te rassure tout de suite, ils sont pris en charge avant que ça n'empire et je suis en parfaite santé de ce côté-là. Sinon je manque de vitamine D aussi parce que je ne m'expose jamais au soleil, donc je dois prendre des compléments alimentaires et faire très attention à mon alimentation... Bref, c'est assez compliqué!

Je ne mesurais vraiment l'étendue de mon traitement que lorsque je l'expliquais à des gens. Pour moi c'était devenu si naturel que je n'y faisais plus attention, c'était mécanique.

-Je ne suis jamais allé à l'école. Je n'ai connu que les quatres murs de ma chambre, dis-je avec un sourire. Mais je prenais des cours par correspondance, mes parents voulaient que je me rapproche le plus possible d'une vie normale. Ils me couvaient beaucoup.

J'avais prononcé cette dernière phrase avec amusement, comme une évidence. Mes parents s'étaient toujours énormément occupés de moi, ils avaient tout sacrifié pour moi. Mon traitement était très cher, les mises en gardes et le climat de vie aussi, en plus d'être contraignant et nous n'étions pas riches. J'avais bouleversé tout leur quotidien et leur dépense, j'y pensais d'ailleurs souvent encore.
Je lâchais alors un grand "oh" de surprise et surtout d'émerveillement. La Nouvelle-Zélande! J'en avais vu tellement d'images sur internet, ou à la télé. Je ne me représentais ce pays que par de grandes plages, un soleil rayonnant, une chaleur étouffante aussi. Je me mis à sautiller sur place, la visage tourné vers Theo en quête d'images pour mon esprit.

-Oh ça doit tellement te manquer! Je n'ai jamais vu l'océan! C'est si grand qu'on le voit à la télé ? Et ça sent vraiment l'iode ? Il doit faire super chaud là-bas en plus, ça veut dire que tu es très bronzé ?

Cette dernière question c'était pour complèter un peu son portrait dans ma tête. Mais j'attendais avec impatience qu'il me décrive l'endroit où il vivait, je voulais me le représenter dans ma tête. J'aimais me représenter ces endroits où je ne pourrais jamais aller. En plus, la Nouvelle-Zélande, ça s'apparentait un peu au paradis sur terre pour moi. J'aurais tellement aimait y naître, même si cela aurait été encore plus dur pour moi, d'y vivre sans jamais rien voir. Mais j'aurais vu l'océan! La nuit certes, mais l'océan quand même!
Une idée un peu clichée me vint en tête mais je ne pus m'empêcher de la partager.

-Du coup... tu sais danser le haka ? demandais-je avec innocence.

Oui oui je vous l'avais dit, c'était cliché. Mais en même temps, ça partait d'une réelle curiosité. Je me doutais bien que tous le monde ne savait pas danser le haka mais peut-être que lui savait. J'avais fait le même genre de cliché à Elio en l'interrogeant sur les italiens mangeurs de pâtes à tous les repas.

-Moi je suis français. Je viens d'un petit village près des grottes de Lascaux. Les histoires de vampire et autres démons, ça foisonne dans ce genre d'endroit! Mais parle-moi de la Nouvelle-Zélande, c'est plus intéressant! Est-ce que vous avez des spécialités culinaires ? Il y a des animaux dangereux aussi non ?

Ce n'est pas que je ne voulais pas lui parler de chez moi, au contraire, s'il le voulait je lui raconterais ce qu'il désirait. Mais pour moi ça semblait si terne par rapport à l'endroit d'où il venait, c'était évident que son pays était plus intéressant que le mien. Après, peut-être que tous les natifs d'un pays pensent la même chose de leur contrée.


Solitude à deux [Matheo] - Page 2 1416521899-matheo-signature
##   Lun 25 Juil 2016 - 11:41

Personnage ~
► Âge : Tout juste le quart de siècle !
► Doubles-comptes ? : Pandora
► Rencontres ♫♪ :
Theodore Walsh
Theodore Walsh
Feu au pouvoir lunaire
Messages : 112
Date d'inscription : 01/07/2016
Emploi/loisirs : M'occuper d'elle comme il se doit, pardi !
Humeur : Cela dépend de la demoiselle...

Matheo se rattrapa de justesse après avoir souligné que c'était triste d'aller seul au bar. Un sourire amer se dessina sur mon visage, il avait raison...  La plupart des gens allaient boire un verre entre amis ou avec des collègues, y aller seul signifiait soit qu'on était alcoolique, soit qu'on n'avait personne avec qui y aller. Ce qui était mon cas...

"T'as raison, c'est déjà triste de boire seul, mais ça l'est encore plus dans un café... C'est juste bien d'y aller seul pour rencontrer des filles et draguer !"

Mais dans ce cas-là, je ne buvais pas plus de quelques verres. Aller se pochtronner seul dans un café, c'était vraiment la loose... Quoi que se pochtronner tout seul au bord du lac, ce n'était pas mieux ! Je soupirai doucement en pensant à quel point j'étais tombé bas.

Le jeune homme me rassura en me disant qu'il allait bien. Je lui souris, avant de rire quand il commença à s'emporter. Il n'avait pas tort dans ses paroles ceci dit, nous étions tous différents, et ce qui semblait être une broutille pour quelqu'un, était insurmontable pour une autre personne. Tout était une question de sensibilité... Et voilà que je parlais comme une gonzesse maintenant !

"J'comprends ce que tu veux dire... N'empêche que rencontrer quelqu'un comme toi, ça donne envie de se bouger le cul !"

C'est vrai quoi, merde, ce n'est qu'une peine de coeur, rien comparé à ce que Matheo vivait ! Surtout que lui n'avait aucun espoir de guérison ou d'amélioration. Parler avec lui me donner envie de me foutre des grandes claques dans la gueule.

Il continua ensuite à me parler de sa maladie. Ça avait effectivement l'air compliqué... Et beaucoup plus grave que ce qu'il ne voulait le laisser paraître. Mais ce n'était pas la peine de le souligner, il en était sans doute conscient. C'était d'autant  plus courageux de sa part de ne pas se faire passer pour une victime, parce que vu sa situation, il pourrait clairement !

"Ça a l'air compliqué en effet ! Mais je suppose que c'est une habitude de vie à prendre, non ? Et c'est normal que tes parents te couvaient ! Si j'avais un enfant avec une maladie rare et grave comme toi, j'aurais sans doute réagi comme eux..."

Je grimaçai légèrement, avant de soupirer. Et voilà, encore ce pincement au coeur à l'évocation d'avoir un enfant. Il fallait que j'arrête de dire ce genre de chose, au final je me faisais du mal tout seul ! Heureusement, Matheo changea directement de sujet, et parut vraiment emballé quand je lui parlai de mon pays d'origine.

"Eh ben, ça a l'air de t'intéresser ! Alors, pour répondre à tes questions : oui, ça me manque déjà après deux jours, alors je n'imagine même pas d'ici quelques mois ! C'est gigantesque effectivement, mais je ne trouve pas que l'odeur soit particulière... On sent juste le poisson près des ports de pêche quoi, forcément ! Ensuite... Oui il fait chaud la plupart du temps ! Donc j'ai la peau assez hâlée, mais pas trop foncée non plus !"

Je souris légèrement, me remémorant ma ville. Elle allait me manquer, je m'y étais toujours senti chez moi. Mais je ne pourrais plus y retourner, croiser Alice avec mon cousin et leur bébé, même par hasard, serait beaucoup trop difficile. Je secouai la tête pour chasser ces idées, et retournai mon attention sur le jeune homme. Sa question sur le Haka me fit rire, effectivement c'était cliché ! Mais les touristes posaient souvent la question aussi, donc c'était compréhensible...

"C'est très cliché, mais oui je sais danser le haka ! Ce n'est pas le cas de tout le monde en Nouvelle-Zélande non plus hein ! Mais vu que je suis coach sportif et entraîneur, je l'ai appris."

Il m'expliqua ensuite être français, sans donner trop de détails. C'était un pays que je ne connaissais que de nom, c'était tellement éloigné de chez moi. Je n'en savais pas grand chose à part qu'ils avaient de la très bonne gastronomie ! Je ris une fois de plus quand il me demanda plus de détails sur mon pays.

"Eh bien, oui, il y a des animaux dangereux ! Mais j'habitais dans une grosse ville, donc aucun risque de croiser un dragon de komodo ! Par contre en forêt ou dans les endroits isolé, ça peut être dangereux... Au final, ce sont des insectes qu'il faut le plus se méfier, il n'est pas rare de trouver une veuve noire dans son tas de bois ou sa remise de jardin ! Et pour ce qui est de la cuisine... On mange beaucoup de plats à base de poisson et de crustacés, évidemment ! Sinon, il y a la cuisine maori, mais je t'avoue que je ne suis pas un expert en la matière..."

Je lui souris, amusé. Maintenant que je parlais de nourriture, je commançais à avoir faim ! J'irais piquer un truc dans la cuisine avant de retourner aux dortoirs...

"En parlant de nourriture, il parait que la gastronomie française est extra, c'est vrai ? Je t'avoue que c'est un pays que je ne connais pas du tout... C'est joli ? Est ce qu'il y a beaucoup d'endroits à visiter ?"
##   Mer 27 Juil 2016 - 16:14

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Matheo Runon
Matheo Runon
Etoile Air Solaire
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Aïe! Comme je le craignais, il avait compris le sens de seul comme étant... seul pour le coup! Je m'étais mal exprimé mais c'était de ma faute. Sa reprise sur les cafés et les filles me fit rire. Je ne pouvais pas vraiment partager son point de vue, puisque je n'en savais strictement rien, à tout point de vue.

-Encore une chose où je suis obligé de te croire sur parole... Les cafés sont tous fermés à l'heure où je sors.

Pourtant, l'idée de boire un chocolat ou un jus de fruit en terrasse avec mes amis était singulièrement tentante, même carrément tentante. Mais je savais que rien de tout cela n'était possible. Il faudrait fonder des cafés nocturnes, même si cela avait tout de même moins de charmes.
Sa réflexion me tira de mes pensées et je penchais légèrement la tête sur le côté, un sourire aux lèvres. je prenais ce qu'il disait comme un compliment, difficile de faire autrement, mais je trouvais ça triste qu'il minimise ses problèmes. Chacun accorde de l'importance à une chose qui lui parait importante, même si pour quelqu'un d'autre ce n'est qu'une broutille.

-C'est gentil Theo. Mais mes problèmes ne le sont que pour moi, heureusement que tout le monde ne culpabilise pas en entendant mon histoire. Je me sentirais mal, avouais-je en rougissant légèrement.

La question des habitudes de mes parents lui donna plus d'inspiration il semblerait. Je pouffais légèrement en l'entendant, tout en hochant la tête. Il avait raison bien sur. Moi aussi j'aurais agi comme tel. Je me souviendrais toujours du visage des parents lorsqu'ils apprirent que ma maladie et tous les dispositifs à mettre en place. Je ne les avais jamais vu aussi triste, sauf peut-être à la mort de ma soeur. Quand j'y repense, ils ont été tellement courageux durant toutes ces années, et moi je les avais abandonné alors qu'ils avaient besoin de réconfort...

-Je les comprends. A leur place j'aurais surement été pire encore, ajoutais-je en riant. Je ne les blâme pas du tout, au contraire, ils ont fait tellement de sacrifice pour moi. C'est contre moi que je suis en colère...

Je m'interrompis car je ne voulais pas l'importuner avec mes problèmes. On ne se connaissait pas beaucoup, j'avais certes tendance à faire vite confiance aux gens mais ce ne serait pas très engageant de lui raconter tous mes problèmes ainsi, ça le ferait juste fuir.
Je buvais en revanche ses paroles sur son pays. Je m'imprégnais de tout ce que mon esprit imaginait sur la Nouvelle-Zélande au fur et à mesure qu'il parlait : la nourriture, les paysages, les odeurs même... Je ne pus retenir une grimace quand il me parla de l'odeur de poisson, car ce n'était pas vraiment l'odeur la plus attrayante qui soit à mon goût. Les animaux me tirèrent encore plus de grimace, surtout lorsque j'imaginais une veuve noire dans mon lit ou un lézard gigantesque dans les bois.

-Oui j'ai vu ça à la télévision, ce sont de gros lézards non ? demandais-je en parlant des dragons de komodo. Tout le reste à l'air tellement fascinant, j'aimerais tellement vor l'océan un jour ou goûter la cuisine dont tu me parles. Je ne suis pas vraiment fan du poisson mais je suis sûr que je pourrais m'adapter. La cuisine maori c'est très épicé non ?

Je continuais d'enchaîner les paroles et les questions au fur et à mesure que les choses me venaient à l'esprit. C'était toujours ainsi lorsque j'étais excité, surtout quand il s'agissait d'inconnu. Le monde se résumait bien souvent aux livres et à la télévision pour moi, je n'avais jamais rien vu d'autres, alors tout ce qui pouvait compléter ma carte spirituel était le bienvenue, je ne demandais que ça et ça me rendait si heureux.
Mon excitation retomba un peu lorsqu'il me posa des questions sur la France. Non pas que je ne voulais pas lui en parler mais il demandait à la mauvaise personne. N'étant jamais sorti de ma chambre, sinon de nuit, et habitant un petit village perdu, je ne risquais pas de beaucoup l'aider.

-Oui, nous sommes connu pour notre nourriture, surtout chez moi! J'habite dans un département appelé la Dordogne, c'est dans le sud-ouest de la France! Là-bas, notre grande spécialité est la magret de canard ou encore le foie gras ou les truffes... Que des choses excellentes que la France entière s'arrache!

C'était bien l'une des rares choses pour lesquelles ma patrie est connue. Ou bien...

-C'est aussi un important berceau culturel, on y trouve des grottes préhistoriques, beaucoup de chateaux médiévaux, de grands parcs naturels et nombreux villages classés au patrimoine.

Je baissais ensuite la tête, un peu gêné. Je me massais légèrement le coup avant de reprendre sur un ton d'excuse.

-Je suis désolé... Je ne peux pas t'en dire grand chose... Moi-même je ne connais pas la France.


Hrp: Désolé c'est nul T.T Je me rattraperais!!


Solitude à deux [Matheo] - Page 2 1416521899-matheo-signature
##   
Contenu sponsorisé

 

Solitude à deux [Matheo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Lac.
Aller à la page : Précédent  1, 2