Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥]
##   Mer 18 Juil 2018 - 18:35

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Matheo Runon
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

"C'est parfait. Merci" je l'entends me dire. Refrénant le nouveau rougissement qui menace de poindre, je sens alors sa tête se poser sur la mienne, tandis que ses doigts jouent délicatement avec mes cheveux. Un léger sourire s’épanouit sur mes lèvres. J'avais presque oublié à quel point il était grand... Je ne me souvenais pas, en revanche, de cet attrait pour mes cheveux et, très honnêtement, je comprends pourquoi il aime ça. Chacune de ses caresses provoque en moins un frisson incontrôlable, mais loin d'être déplaisant. En confiance, apaisé, je me repose au niveau de son épaule, ne retenant plus ma tête comme je pouvais le faire tout à l'heure.

Alors que je craignais ce contact avec lui, bizarrement je me sens... bien. Je n'ai plus ce nœud dans l'estomac ni aucune appréhension, je me sens... tranquille, à ma place. Je crois... je crois que j'en avais réellement envie. J'en ai toujours eu envie d'ailleurs, inutile de se mentir. Mais avec tout ce qui s'était passé, entre lui et moi, de son côté à lui, de mon côté à moi... J'ai souvent pensé que c'était une erreur que l'on se revoit, que ça ne ferait que réouvrir de vieilles blessures, que lui-même n'avait sûrement pas besoin de ça en ce moment... Mais là, installé contre lui, j'en oublie tous les doutes qui m'avaient assailli pendant des jours et des jours.

Ses paroles me tirèrent un rire doux. Il avait exprimé à voix haute ce que je pensais tout bas.

-Moi aussi, dis-je, amusé.

S'il peut repasser demain matin... Je prends un instant pour me réinstaller confortablement, réfléchissant à sa demande. Je décidais d'être plus mystérieux sur ce coup, ne voulant pas me hâter bien que mon coeur en mourrait d'envie.

-Repose-moi cette question tout à l'heure, s'il te plait, dis-je simplement, sans animosité.

Parler donc, pour ne pas s'endormir... je réfléchis un instant puis, toujours amusé, lui pose la première question qui me vient à l'esprit.

-Qu'est-ce que tu aimes manger ? Que je sache à quoi m'entraîner, ce serait injuste que tu sois le seul à cuisiner pour moi! Juste... pas quelque chose trop compliqué hein ?! négociais-je en fronçant les sourcils.

Il y avait une autre question qui me perturbait beaucoup, mais que je n'osais pas poser. Je la lui poserais plus tard. Un autre jour. Un autre moment. Pas là... ce serait trop dommage. Pourtant, sans être particulièrement liée à ma première interrogation, une autre vint prendre sa place. J'hésitais, puis me lançais.

-Cette nuit-là, Nicolas... Quand je suis venu te voir dans ta chambre, quand tu... tu te souviens j'imagine... Tu délirais un peu, tu parlais de beaucoup de choses que je ne pouvais pas comprendre, tu parlais d'avant aussi...

Je ne savais pas trop comment m'y prendre pour poser ma question. Finalement, je me dis qu'une sincérité toute simple serait le mieux. Il me dirait lui-même s'il ne voulait pas me répondre, si ça ne me regardait pas.

-Comment était ta vie avant Terrae ? demandais-je finalement en triturant nerveusement mon drap.


[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥] - Page 2 1416521899-matheo-signature
En ligne##   Jeu 19 Juil 2018 - 0:42

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1265
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Mathéo me répond qu'il pourrait s'endormir lui aussi, le ton de sa voix m'indiquant qu'il est clairement amusé. Je soupire un sourire. Je suis bien et lui aussi... Je crois que je suis plus heureux encore de le savoir à l'aise que le fait que je le sois moi-même. Mais aux questions qui suit, il bouge légèrement, laisse un silence planer avant de me demander de reposer la question plus tard. :

-D'accord.

J'ai du mal à comprendre pourquoi... Peut-être qu'il veut y réfléchir ? Peut-être que c'est déjà tout réfléchi ?... Je ne sais pas. Dans tous les cas, je suis prêt à attendre, et à reposer la question comme il me l'a demandé. J'obéis.

Il me demande ensuite ce que j'aime manger. J'ai un instant de surprise quand il ajoute que c'est pour savoir ce qu'il peut apprendre à cuisiner... pour moi. Mon regard s'agrandit, se pose sur lui... puis un rire léger et bref s'échappe du fond de ma gorge. Je passe une nouvelle fois une main dans ses cheveux... Mathéo m'épate. Je l'aime si fort. :

-Tu n'as pas de chance. J'adore manger, et je mange de tout !

Je laisse une onomatopée grave m'échapper alors que je réfléchis tout de même à la question. En vrai, c'est dur d'y répondre, parce que même si je n'aime pas l'odeur des épinards, ça ne m'empêche pas d'en manger. ...Juste je respire pas entre chaque bouchée. Alors je songe au plat qui m'attirent vraiment ; ceux qui m'empêchent pas de respirer et qui me font limite sautiller de joie quand j'apprends qu'il y en a au menu à la maison. :

-Les fraises... lâchais-je. J'aime tout ce qui a un goût de fraise... Du coup tu pourrais faire une recette simple comme euh... de la confiture ? ou un gâteau au yaourt je suppose...

Je me prends au jeu... Je l'imagine, plus tard, arriver avec un plat dans les mains et me disant qu'il l'a préparé spécialement pour moi... Et du coup je rougis un peu. Encore un peu et je l'imaginais avec un tablier... Ahah. Zut, je viens de le faire GNNH !

Pris dans mes rêveries, je ne me rends pas compte du silence qui a précédé les autres questions. Enfin, une question, suivant une petite déclaration qui me fit froncer les sourcils. Je regrette un peu, de ne pas avoir mes pouvoirs, ne pas pouvoir ressentir ce qui l'anime et pouvoir répondre à ses besoins, ce qu'il souhaite réellement entendre pour qu'il soit bien... Je ferme les yeux un instant ; non, c'est ce que j'aurais fait avant. La tentation aurait été grande mais je ne l'aurais pas fait, avec ou sans pouvoir. J'avais changé. :

-Je ne me souviens pas vraiment de ce que j'ai pu dire ce soir-là. Tout ce que je sais, c'est que je voulais mourir et que tu étais là... que tu m'as sauvé...

Mon regard se baisse quand je perçois le mouvement de ses mains torturant son drap... Instinctivement, l'une de mes mains se pose sur les siennes. :

-Sssh... Détends-toi. Si je ne voulais pas répondre, je te le dirais.

Je retiens une furieuse envie d'embrasser le haut de son crâne, et j'y arrive par je ne sais quel miracle. A la place, mon pouce caresse à nouveau sa peau. Je prends une inspiration, plus pour savoir ce qu'il entend par sa question que pour me donner du courage. :

-Comment... répétais-je. Eh bien elle était violente... pauvre. Triste je suppose. Quand mon père s'est pendu, j'avais... euh... oui, sept ans. Sa mort a rendu ma mère amorphe et j'ai du me débrouiller toutes ces années pour me nourrir, m'habiller et garder notre appartement. Je dormais dans un placard, sur un tapis, et je ne mangeais le plus souvent que grâce à la cantine scolaire, grâce aux aides financières qu'on recevait. Comme j'étais petit et que je ne pouvais pas travailler, j'ai fini par me tourner vers... l'illégalité. Je participais à des combats de rue et... je vendais de la drogue.

Silence. Je n'ose pas lui dire que parfois, même le gang était insuffisant pour subvenir à nos besoins, que je devais fouiller les poubelles, que je volais parfois,... que j'utilisais des armes de toutes sortes pour me défendre et que je suis plutôt doué avec un pistolet. Je déglutis. :

-J'avais... des amis, je crois. Deux. Et parce qu'ils traînaient avec moi, l'une a été violée et l'autre tué. Et comme il était noir et que les forces de l'ordre étaient corrompues, on a du l'enterrer dans les bois. C'était comme ça là-bas, comme on me haïssait simplement parce que ma famille n'était pas de là, tout était bon pour me faire souffrir. Alors... je me suis forgé une image, j'ai décidé de devenir ce qu'ils voulaient voir de moi en me disant qu'ils allaient finir par me laisser tranquille... Mais ça n'a pas fonctionné, et des gens sont morts à cause de moi...

Ma main se resserre sur les siennes, rien qu'un peu, juste de quoi me rappeler sa présence à mes côté, que c'est un temps révolu, que je trouve une certaine paix près de lui qui m'empêche d'être l'un ou l'autre, juste moi. Un moi que je n'aurais jamais cru capable d'être.


[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥] - Page 2 Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   Jeu 19 Juil 2018 - 18:39

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Matheo Runon
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Même aveugle, le ton de sa voix le trahit aussi bien, voire mieux que si j'avais observé ses traits. Ma réponse, pour le moins étrange, le laisse perplexe mais il ne me questionne pas. Est-ce parce qu'il n'ose pas ? Se sent-il en mauvaise position par rapport à... ce qui nous est arrivé et, du coup, il ne souhaite pas me brusquer ? Je respire profondément. Ce n'est pas par jeu, je ne me permettrais jamais de jouer avec lui... Je lui ai dit, je lui ai pardonné. Je veux juste attendre de voir comme va se poursuivre la conversation... est-ce si étrange ?

J'étouffe un rire lorsque me parle de ses goûts. Tout... Il aime tout. Ca ne m'aide pas beaucoup beaucoup ça. après, dans un sens, cela me laisser libre de lui cuisiner ce dont j'ai envie. Puis une précision... des fraises,, il aime les fraises. Fronçant les sourcils une demi-seconde sous la concentration, une idée me vient. Une idée étrangement adaptée à lui et... moi. Une sorte de gâteau que mon père avait fait pour ma mère. A la base, il fallait utiliser des framboises, mais je pourrais l'adapter en les remplaçant par des fraises. Je dois juste écrire à mon père pour qu'il me confie la recette.

-J'ai peut-être un gâteau qui pourrait te plaire... Il est difficile à faire, je crois, mais j'essaierai! Juste... Ne sois pas trop dur avec moi d'accord ? suppliais-je en grimaçant.

Le ton de la conversation change brusquement. Je pense pouvoir dire que j'étais principalement responsable de l'atmosphère qui suivit. Je me ré-installais à nouveau, prenant un plaisir non dissimulé à la caresse de son pouce sur le dos de ma main, qui me rassurait imperceptiblement. Pourtant rassuré... Ce n'est pas qui en aurait visiblement le plus besoin. Je soupçonnais depuis quelques temps que l'enfance de Nicolas n'avait pas été heureuse... le soupçonner était une chose, l'entendre en était une autre. J'écoutais, me contraignant à l'impassibilité, ses histoires de placard, d'amis perdus par le viol ou le meurtre, de corruption... de solitude au bout du compte. J'écoutais les façons qu'il avait eu de s'en sortir sans jamais l'interrompre, ni même le juger. Je ne lui avais pas demander pour ça, je voulais juste savoir, qu'il m'en parle. J'écoutais en silence sa voix, toujours égale, en total déphasage avec les événements qu'il racontait. Je n'essayais même pas de me projeter, je ne pouvais pas, c'était impossible de toute façon.
Au bout d'un temps qui sembla une éternité, il s'arrêta. Une larme roula tout doucement le long de ma joue. Une seule.

-Je suis désolé Nicolas...

Je ne savais pas quoi dire d'autre. Je me sentais un peu stupide en réalité de lui avoir demandé cela et maintenant de... de ne pas être capable d'articuler le moindre mot. Son histoire ressemble à celle que l'on lit dans les livres, que l'on voit à la télé sans jamais envisager que cela puisse se produire... réellement. Je retourne la main qu'il caresse avec son pouce et lui prend la sienne délicatement. Je ne peux rien faire, mais je peux au moins faire ça.


[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥] - Page 2 1416521899-matheo-signature
En ligne##   Jeu 19 Juil 2018 - 22:49

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1265
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Il me demande de ne pas être trop dur, apparemment l'idée de gâteau qu'il a eu est un peu compliquée à faire. Je souris et laisse échapper un rire. Je lui dirais bien que je ne pourrais jamais être trop dur avec ce qu'on m'offre à manger, surtout si ça vient de lui, mais j'ai peur d'insister sur le terrain glissant du passé. J'ai eu Faim, j'ai pas envie de lui raconter à quel point c'était terrible, les détails des sensations qui ont pu me traverser dans ces moments-là. J'ai eu si Faim que refuser de la nourriture me paraît insensée, que l'idée de ne pas avaler quelque chose parce que c'est "raté" m'horripile. Mais j'ai pas envie qu'on pense que je mange ce qu'on m'offre par obligation, par ce que j'ai pas pu vivre. J'aime manger parce que ça me fait plaisir, et ça me fait plaisir qu'on pense à moi et qu'on pense à me faire plaisir. C'est dommage que les gens pensent que c'est "raté", moi dans tous les cas, ça me comble de bonheur. ...Et ça comble mon estomac aussi. Je le serre brièvement dans mes bras en lui assurant que j'allais aimer son geste quoi qu'il en soit.

Ce que je raconte ensuite est un résumé bref de mes années avant Terrae. J'ai conscience que je passe certainement des détails sous silence pour lui éviter un trop gros chagrin que je ne pourrais pas sentir, que je ne pourrais pas atténuer avec mes pouvoirs... Mais je dis le plus gros de l'histoire du gamin que j'étais, tout petit et tout maigre, se battant désespérément dans un monde dur et complètement fou. Ça me fait un peu mal au cœur de ne pas insister plus sur Cynthia et Oldie, sur l'importance de leur présence dans mon quotidien. Et d'un autre côté, je suis plutôt content de réussir à ne pas trop m'attarder dessus, ou sur tout ça de manière générale. Certes j'ai souffert, et j'en souffre un peu d'en parler... Mais c'est si peu de chose. Je sais combien c'est terrible, de dire "J'ai vu pire."... Non, "J'ai ressenti pire.". J'ai la main de Mathéo dans la mienne et je lui raconte ce petit bout de moi, ce petit garçon qui a eu mal dedans et dehors, qui est debout aujourd'hui.

C'est pour ça que je suis surpris. Je m'attendais à de la tristesse dans le regard, dans le son de sa voix... Mais à une larme et des excuses, non. Pas à ce point. Comme à chaque fois que j'en parle, je suis perdu par le simple fait qu'on puisse pleurer pour ça.  Enfin non, pas "pour ça". Je ne blâme pas non plus l'empathie que ressentent parfois les humains. En vrai, je crois que j'ai juste du mal à comprendre. Et là, ça me frustre un peu. Je ne peux compter que sur ce que je dis et ce que je fais pour l'apaiser. Une part de moi est rassurée de ne plus être Sensitif, une autre panique. Et tandis que sa larme roule sur sa joue, il s'empare de ma main. Il est, vraiment, vraiment désolé. J'accuse difficilement le coup. :

-Non ! Non ne le sois pas ! Ce n'est pas de ta faute. Ce... C'est de la mienne ! 'fin, pas ma vie... Même si bon pour certains trucs, j'ai du abuser mais- je veux dire- la façon dont je t'ai raconté tout ça ! Oui voilà ! J'ai juste insisté sur les trucs négatifs c'est tout !

Han la la je suis tellement mauvais pour ça... Il y a un long silence tandis que je m'efforce de trouver des trucs positifs. C'est dur. Je grimace. :

-Gnnnh... J'ai travaillé aussi ! Dans des fermes surtout, vu que c'était pas trèès... légal de me faire bosser si jeune... Mais c'est là que j'ai appris à tondre des moutons, à traire des vaches,... J'promenais les chiens à l'élevage canin et oh ! J'ai appris à monter à cheval aussi !... Bon j'avais pas le droit techniquement d'être dessus, mais comme c'était le seul centre équestre sur des bornes, ils étaient souvent débordés alors j'aidais.

Positif, positif. :

-Jeee... J'allais à la bibliothèque ! J'ai fait un stage d'ailleurs là-bas ! C'était cool. J'pouvais lire ce que je voulais, quand je voulais... Y'avait quasi personne qui lisait de toute manière. J'aiii appris à coudre, à rapiécer, à faire pleins de travaux manuels dans la maison ! Je m'ennuyais pas eh.

...Je suis à court d'idée là !!! Je grimace. Oui, c'est vrai, j'ai pas grand chose. Parce que le plus souvent la moindre étincelle de joie était suivie d'un gouffre sans fin de malheurs dont je peinais à sortir. Et le plus souvent, je faisais les choses dans l'unique but de survivre, pas par plaisir. Alors j'ai pas grand chose mais je ne veux pas que Mathéo se sente mal, je ne veux plus qu'on souffre en pensant à moi. Je veux faire sourire les gens que j'aime. Sans oublier qui je suis. Et accepter. :

-Ne sois pas désolé Mathéo, s'il-te-plaît.

Mon front rencontre le sien et je ferme fort les yeux. J'ose rien ajouter de plus. J'ai peur d'être égoïste si je lui demande d'arrêter de pleurer alors que je sais que c'est dur, à imaginer, à entendre. J'ai peur de le rendre plus malheureux encore alors que, même si c'est quelque chose qui est gravé en moi, ce n'est plus quelque chose qui me fait autant souffrir à l'intérieur. Parce que je ne suis plus seul, parce que je veux faire des choses bien. Je ne suis pas un monstre à la recherche de la rédemption. Je veux juste être bien et faire en sorte que les autres soient heureux autour de moi, sans repousser la souffrance.


[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥] - Page 2 Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   Ven 20 Juil 2018 - 21:35

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Matheo Runon
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Je relève légèrement la tête, quittant le contact rassurant de son épaule. Il ne voulait pas que je sois désolé pour lui. Cela je peux le comprendre. Se sentait-il mal parce qu'il ne voulait me rendre triste ? Pensait-il que j'avais pitié de lui ? Pitié... Peut-être un peu, mais pas au sens où il l'entendait. Je n'éprouvais pas de cette pitié qui me pousserait à le regarder comme un pauvre enfant victime de tous les maux de la Terre. J'étais... désolé, comment dire ? Cela me faisait juste de la peine qu'il ait dû vivre ça. C'était plus de la compassion que de la pitié à mon sens. Toutefois, je pouvais comprendre ce qu'il voulait dire, et je sentais bien, qu'au fond, il souhaitait juste m'épargner des larmes.

De fait, désireux de ne plus me décrire que du positif, il énuméra à vitesse grand V toute une série d'images, de choses qu'il avait faites, aimées et que sais-je encore ... J'ouvris légèrement la bouche, comme pour l'interrompre, puis renonçai... Je repris mon attitude d'écoute attentive et patiente, esquissant toutefois un léger sourire face à sa hâte de me rassurer. Lorsqu'il s'arrêta de parler, je repris la parole, d'un ton lointain:

-Tu as fait beaucoup de choses tout de même, des choses intéressantes en plus, je suis rassuré, dis-je pour le convaincre davantage.

En réfléchissant bien, je ne connaissais pas la plupart des habitudes qu'il avait, ce qui était plutôt normal en raison de ma santé. Déjà en arrivant à Terrae et en parlant avec des gens, je me suis rendu compte de l'étendue de mon ignorance. Les plaisirs qu'il me décrivait étaient simples, mais diablement exotiques pour moi : la bibliothèque, la ferme... Laissant un temps le silence se prolonger, je finis par le rompre en douceur:

-C'était un beau village ? demandais-je, sans savoir si ma question pouvait être posée ou non.

Moi qui n'avais jamais voyagé, c'était un moyen d'étoffer ma carte mentale, déjà bien remplie avec toutes les nationalités présentes à Terrae. Nicolas était l'un des rares français que je connaissais; paradoxalement, étant moi-même français, je ne connaissais rien de mon pays. Pourtant si je lui posais cette question, c'est qu'il y avait une autre raison... Son village faisait partie de lui, il y était retourné lors de son délire ce fameux soir. En découvrant son village, c'est un peu de lui que je découvrais également.


[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥] - Page 2 1416521899-matheo-signature
En ligne##   Lun 23 Juil 2018 - 20:39

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1265
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Mathéo ne pleure plus. Il avait tenté de m'interrompre alors que je cherchais au fin fond de ma mémoire des moments un peu plus joyeux de mon passé. J'aurais pu décrire les moments à la fois doux et amers, comme le jour où Cynthia avait eu la gentillesse de m'aider pour les courses, usant l'excuse de m'apprendre à cuisiner un peu plus de choses que... des pâtes... et du riz. Mais je restais sur les choses qui m'avaient fait naturellement sourire finalement, plutôt que de plaquer un semblant de bonne humeur sur mes traits. Mathéo finit même par sourire. Un petit sourire doux qui s'épanouit sur ses lèvres avant d'ajouter qu'il est rassuré. Je n'argumente pas le fait que tout ce que je sais, ce que j'ai fait, sont des choses qui ne me servent à rien aujourd'hui -à part quand il s'agit des travaux à la maison, mais comme c'est rare, c'est pas franchement indispensable. C'était intéressant peut-être, ça je ne sais pas. C'était vital, à cette époque, alors je le faisais.

Je grimace à la question suivante, avant d'essayer de rester objectif. Le village en lui-même était immonde, les gens étaient sales et ne s'inquiétaient guère de l'état de leurs rues -ou de leurs gosses, MDR. Mais si on s'en éloignait, on pouvait trouver de jolies choses. Je réfléchis profondément un court instant, ma main ayant retrouvé la sienne avant de décrire les lieux de mon enfance. :

-Non. Très franchement, non. L'avenue principale avait été refaite à la fin des années 90 mais elle a eu le temps d'être vandalisée depuis... Pour le reste des petites rues, c'est une influence d'un siècle de constructions et démolitions à la chaîne. Il y a des endroits pavés, d'autres goudronnés... très mal goudronnés... parfois même, pas du tout. Des ruelles sans trottoir, des ronds-points plats chelous que personne ne fait... Pour te donner une idée, la plupart des gens ont des gros 4x4... Parce que sinon une voiture citadine fait pas l'année là-bas. Les scooters n'en parlons pas et les vélos... disons qu'il faut être courageux. De toute façon, c'est si petit que tu as fait le tour en une heure à pied. Et encore je suis gentil.

Ça dépend de si tu fais le tour conventionnel, ou le tour des différents chemins qu'empruntent les gangs pour éviter de se faire remarquer. :

-Pas d'arbres ou de fleurs dans le centre... Y'a... Une fontaine mais elle est alimentée par l'eau d'une rivière qui passe pas loin, dans laquelle l'usine laisse échapper des... produits... On sait pas trop lesquels et je t'avoue qu'on veut pas trop savoir. C'est connu des habitants, ce défaut de l'usine, mais personne n'en parle parce que tout le monde bosse là-bas et personne veut qu'elle ferme... D'ailleurs en parlant de l'usine, il y en a en fait deux. Une qui fabrique des produits chimiques alimentaires et l'autre qui fabrique des objets de construction en métal, genre... poutres et tôles... On en piquait souvent avec le gang pour construire les cabanes des Q.G.... Tout ça pour dire qu'à cause de leur activité, il y a souvent une mauvaise odeur qui traîne... Selon la saison, c'est soit de l’œuf pourri, soit du camembert pas frais, soit du chou moisi, soit des égouts. Ah. Et le collège était juste pile placé entres les deux, donc, fallait pas être nauséeux du matin.

Bon, perso, il m'en fallait plus pour vomir -en même temps, vomir, c'est perdre de la nourriture et c'était hors de question que je fasse ça en pleine famine- mais c'est vrai que c'était pas une partie de plaisir... Même pour ceux qui vivent dedans depuis des années, y'a des jours où les odeurs étaient insupportables et personne ne sortait. La canicule en 2006 ? Pfft, c'était pas à cause de la chaleur que les gens restaient cloîtrés ! La rivière étant à sec, y'avait juste plus rien pour atténuer l'odeur immonde qui se dégageaient des usines... C'était d'ailleurs l'année où je découvris l'odeur d'un corps en train de pourrir (ndla : et bon appétit bien sûr). Je prends une inspiration calme. Parler de ça m'est moins compliqué que le reste, bizarrement. :

-En parlant du collège d'ailleurs, il était au bord du village, du coup on avait une partie qui longeait la forêt et les champs de roses... Ah, ouais... Parce qu'il y a une jardinerie célèbre qui détient une grosse partie des champs du coin. Tous les jeunes travaillent au moins une fois là-bas, on dit qu'ils "font leur rose"... Du coup j'ai fait ma rose dans ces champs. Je digresse, secoue la tête pour retrouver ce dont je voulais parler en premier. Mais pour en revenir à la forêt, elle... n'était pas vraiment fournie... Mais c'était la plus jolie. Avec pleins de chênes et de marronniers centenaires. Et de l'autre côté du village, y'avait un bois par contre. Ce bois, comme il était limitrophe avec les autres villages un poil plus loin, c'était la planque parfaite pour les gangs... Il y a des zones vraiment... 'fin... On y trouve de tout là-bas, des camés, des filles en train de faire le tapin et la plupart des combats de rue y sont organisés... Du coup on trouvait pas que des feuilles par terre.

Et dans les branches... Les Vikings s'étaient fait une sacré réputation de cette manière, en accrochant des doigts ou des oreilles de leurs victimes pour désigner le chemin jusqu'à leur premier Q.G. dans les bois. Je réprime un frisson. :

-Mais faut vraiment, vraiment, que je te parle de mon endroit préféré. C'est vrai que je passais beaucoup de temps dans la bibliothèque, mais c'est parce que c'était un endroit... sûr, disons. Y'a pas grand monde qui y allait donc je pouvais y être tranquille. Mais ! Y'a un endroit où j'étais tranquille... et heureux.

Je laisse planer un peu de suspense, un grand sourire aux lèvres. :

-Dans ces bois, disons, à un peu près une heure de marche de chez moi... Y'avait la cabane d'Oldie. Et Oldie euh... avant qu'il ne se fasse tuer... il prenait pas grand soin de sa cabane tu vois ? Il était du genre à vivre l'instant présent et à être sympa avec tout le monde, alors que... ben tout le monde le détestait parce qu'il était noir... Mais il s'en foutait et il souriait tout le temps ! Il vivait à la lisière des bois, dans une clairière, juste à côté d'une mine d'ardoise... et chaque été... il jetait des graines des fleurs, au hasard, dans toute sa clairière. Avec le soleil, elles poussaient vite, et y'avait pleins de fleurs sauvages autour de nous. Et comme les usines étaient loin, on ne sentait plus qu'elles... Un vrai petit paradis.

Je souris un instant devant le souvenir simple qui se joue devant mes yeux. J'inspire longuement comme si je pouvais de nouveau respirer les coquelicots, les tournesols, les œillets, les liserons, les pensées, les marguerites,... Évitant soigneusement celui où ces lieux ont été le théâtre de sa mort, dans mes bras... :

-Au-delà des bois, y'a des maisons plus... cossues. J'y allais pas souvent... Juste pour y trouver des clients le plus souvent... Mais la nuit, c'est dans cet endroit où on voit le mieux les étoiles ! On peut dans le village aussi, comme les lampadaires s'éteignent tôt, mais pas aussi bien que dans le noir complet de la campagne ou des bois. On voyait clairement la pluie d'étoiles filantes en été, mais le mieux c'était l'automne... Il y avait l'odeur des feuilles mortes. Y'avait rien de plus apaisant, pour moi, quand je faisais des insomnies, que d'aller grimper dans un arbre et regarder les étoiles pendant cette période de l'année.

Je me tais. Un long moment en fait... Parce que je viens de me rendre compte que j'ai beaucoup parlé, en fait. :

-Woah... Je- J'espère que je t'ennuie pas avec tout ça ? Je... J'crois que ce sont des souvenirs tellement clairs dans ma tête que je me suis laissé emporté.


HRP : ...Okay c'est un autre pavé MAIS cette description vaut le détour ! Non ?... Ok pardon.
HRP2 : En fait Nico fait sa Brenda : "Je vais vous lire un passage de mon autobiographie.... "Chapitre 12"...." XD !


[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥] - Page 2 Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   Mar 31 Juil 2018 - 18:47

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Matheo Runon
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Bien que confortablement installé, je ne pouvais m'empêcher de triturer mes doigts en écoutant le récit de Nicolas. Il me dérivait son village de long en large, me décrivant chaque endroit avec une telle précision que je n'avais aucun problème à me projeter, à sentir les odeurs dont il parlait, je parvenais même à imaginer les gens, leur visage, leur attitude... Encore une fois, Nicolas n'épargna aucun détail, même les plus sordides, ce qui eut le don de me tirer un petit sourire. Il était difficile de savoir ce que Nicolas retenait de son village, perdu entre gris et beauté, où il existait encore quelques coins de paradis, mais où la vie semblait si terne et usée, tournant autour de cette usine et sa pollution. Je ne pense pas que Nicolas aimait vraiment son village, mais pouvait-il pour autant le chasser de sa vie ? Difficile à dire. Moi-même je ne saurais dire si mon village me plaisait... J'y avais quelques bons souvenirs, beaucoup de mauvais. Ma maison et la ville en elle-même étaient comme une prison dans laquelle j'avais été enfermé toute ma vie, où seule la nuit m'avait tenu compagnie, loin du monde, de ces gens à qui je faisais peur à hanter les rues le soir tombé. Les gens sont si superstitieux en campagne que, au fond, la nuit m'a bien protégé. Si ce n'est que j'étais tout seul, tout le temps. Je n'avais pas son expérience malheureuse, seule la solitude m'avait accompagné durant toutes ses années et sa compagnie était bien différente. Il était difficile de dire si, au fond, je pouvais dire que j'avais été malheureux; j'avais une famille qui m'aimait, qui faisait tout pour moi, qui était attentive à mes besoins, qui faisait en sorte que je me sente le moins isolé possible... Même s'ils n'avaient jamais pu combler mon vide, ils avaient été là et, maintenant, je me rendais mieux compte combien c'était important.
J'émergeais tranquillement de ma rêverie suite aux réflexions de Nicolas. un rire bref s'échappa de mes lèvres:

-Bien au contraire, je suis content que tu m'en parles. Ton village est différent du mien en apparence... Mais pas tant que ça dans le fond, dis-je doucement.

Il est vrai que je ne m'attendais pas à un tel développement, mais je sentais que ça lui tenait à coeur malgré la neutralité de sa voix. Peut-être que, sans le vouloir, je l'avais replongé dans ses souvenirs. Je m'en voulais un peu de l'y avoir ramené... Je ne voulais pas lui rappeler des moments douloureux, ni un endroit qui le traumatisait.

-Huo et Aoi ne t'ont pas trop mené la vie dure ?

La question était sortie toute seule, avant que je ne puisse réfléchir. Je pinçais les lèvres. Quel idiot je faisais. Je secoue la tête doucement, lui faisant comprendre qu'il n'était pas obligé de répondre. Je savais combien Aoi était en colère contre lui lorsque je lui ai demandée de l'aide, Huo semblait plus déçu qu'autre chose... Par ma faute.

-J'ai été idiot ce jour-là... J'ai laissé mes sentiments prendre le dessus.

Léger soupir. Il serait sans doute mieux que nous parlions d'autre chose. Or les seules questions qui me viennent risquent de lui rappeler encore de mauvais souvenirs. Pour autant, mon inquiétude pour lui était réelle, je me préoccupais sincèrement de sa santé et de son bien-être.

-Comment se passe ta cure ? demandais-je de la façon la plus détachée possible.






[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥] - Page 2 1416521899-matheo-signature
En ligne##   Mer 8 Aoû 2018 - 21:33

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1265
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Mathéo rit et me rassure aussitôt. Je souris un peu gêné quand même... J'aime bien parler, j'aime bien raconter des choses, j'ai découvert ça récemment en chantant des berceuses le soir pour Lottie, quand c'était à mon tour de la coucher. C'est peut-être pour ça qu'Ipiu m'a demandé une fois d'écrire un article... Article que j'ai toujours pas fait d'ailleurs, et que je ferai sans doute pas... Je sais parler, mais je ne sais pas écrire. Chaque fois que je vois une feuille blanche devant moi, et que je dois la remplir de choses qui m'anime c'est compliqué. Avant je tenais un carnet, qui décrivait ma vie au jour le jour... c'était rapide et clairement pas de la poésie. Pur descriptif, aucune âme. Ça me donnait même pas envie de relire. Sinon la plupart du temps, quand j'écris, c'est pour les cours, je n'ai pas à réfléchir plus que ça. Parler c'est un instant, le plus souvent ça m'échappe. C'est peut-être pour ça que je parlais pas beaucoup avant... J'avais peur de mes mots et de ce qu'allait penser les autres... Mais pas avec Mathéo. Il me dit que son village devait pas être si différent dans le fond. Je soupire brièvement. :

-J'imagine... Arpenter les rues la nuit... Ça n'a pas du être facile pour toi non plus.

Il m'en avait déjà un peu parler. Je me souviens des choses positives comme les étoiles et la sensation de liberté qu'il n'avait pas durant la journée mais aussi ce qu'il me racontait de la solitude. Nicolas et Mathéo, des enfants de la nuit très différents... Mais des enfants de la nuit tout de même.

Puis il enchaîne avec Huo et Aoi... J'avoue j'ai bugué une seconde. Comment Huo et Aoi m'auraient mené la vie dure au village ? Elle était déjà dure de base hein... et pis je les connaissais pas aussi, oui, ce détail est import- AAAAH il parle de ma cure ! ...Okay je me fais un facepalm mental pour la peine, je me retiens de rire et j'y réfléchis posément, bien que Mathéo secoue la tête. J'avais pas à y répondre apparemment. Je le faisais tout de même, toujours pris dans mon élan d'honnêteté. Surtout qu'il pense avoir agi comme un idiot. :

-Non Mathéo. Tu m'as sauvé la vie. Aoi et Huo m'on sauvé la vie... Vous m'avez tous tiré de là à votre façon et aujourd'hui, je suis vivant... et heureux de l'être pour la première fois depuis... des années en fait.

Je fais glisser mes doigts sur sa peau lisse, douce, pure. Je ne me soucis pas de l'état de ma main, j'espère juste que le contact le dérange pas trop. :

-Aoi a été patiente au début... J'étais pas vraiment dans un état assez potable pour faire quoi que ce soit, et mes réactions étaient lentes. J'avais mal partout. Mais dès que j'ai pu sortir de mon lit et commencer la rééducation, elle s'est montré plus sévère... J'avais qu'une envie, c'était bouger, et elle veillait de près à ce que je m'épuise pas pour rien. Lors de la dernière vérification, elle m'a dit que j'avais de la chance d'avoir un bon métabolisme...

Avec Huo, ça a été différent. On a beaucoup discuté et on a vite compris que le nœud du problème, c'est qu'on avait eu un problème de communication... 'fin, j'en ai eu avec tout le monde mais lui c'était particulier. Il s'en veut, mais moi aussi je m'en veux... Là dessus on se ressemble bien !... J'pense qu'il est plus tranquille avec moi parce qu'il sait combien Aoi fait attention à moi. Ils font la paire c'est deux-là !


Je glousse mais je le pense vraiment, Aoi et Huo forment un couple génial à mes yeux. Ils sont plein d'amour envers l'autre, ils ont leur différents mais ils les surmontent avec respect et tendresse. ...et puis ils étaient BADASS ensemble ! :

-Ma cure se passe très bien, reprenais-je, comme je te l'ai dit. Tant que je mange et que je fais de l'exercice, mon métabolisme réagit super bien. J'ai... des rechutes parfois. J'ai mal et je suis ailleurs... Mais je ne vis plus tout seul donc je m'en sors bien. C'est en brisant mes habitudes que je peux me soigner.

Mdr, voilà que je cite le psy dis donc. Je commençais à m'inquiéter quand même... Est-ce que j'en disais trop ? Mathéo est un peu empathique sur les bords, j'avais peur qu'il ne se sente pas bien en étant trop franc. Je pince mes lèvres, cherche ses yeux du regard pour mieux repérer ses émotions que je ne peux plus lire sans pouvoirs et je murmure. :

-Ça va Mathéo ?


[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥] - Page 2 Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   Ven 17 Aoû 2018 - 19:08

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
Matheo Runon
Messages : 663
Date d'inscription : 27/12/2011
Emploi/loisirs : Chanter pour la nuit et dormir sous le jour
Humeur : Résignée mais parfaite tout de même^^

Lorsque je l'entends me parler des difficultés que, moi, j'aurai rencontrées la nuit, je me contente de hausser les épaules. Pas que je n'avais pas particulièrement envie d'en parler, cela m'était égal, mais ce n'était en rien comparable à ses malheurs à lui. Au final, j'avais été heureux, choyé, voire surprotégé... mais jamais véritablement malheureux comme Nicolas pouvait l'avoir été. J'ai connu une solitude et une peur bien différentes des siennes. Je ne me sentais pas le droit de me plaindre de mon ancienne existence, qui lui serait apparu comme un paradis.

Je pinçais les lèvres alors qu'il me racontait les rapports avec Aoi et Huo, retenant un sourire. Je les imaginais parfaitement dans les rôles qu'il me décrivait, ils avaient su se compléter et faire ce qu'il fallait, comme toujours. Moi... Je ne comprenais pas qu'il puisse penser que je lui avais sauvé la vie. Je n'avais rien fait, j'étais resté en retrait, loin des problèmes. A l'en croire à l'époque, c'était de ma faute s'il avait fini dans cet état, car il n'assumait pas ses... sentiments. Dans un sens, sans moi, rien ne serait arrivé. Pour son malheur, il avait croisé ma route, pour sa plus grande chance, il avait eu Aoi et Huo.

-Je suis content qu'ils aient été là pour toi, ça ne m'étonne pas d'eux, dis-je avec douceur.

Nous étions tous les deux chanceux de les avoir. Il me raconta alors sa thérapie. Je l'écoutais calmement, appréciant ses efforts et sa motivation, fronçant les sourcils quand il me disait en faire trop parfois. J'étais entièrement d'accord avec Aoi sur ce point, il devait avant tout se reposer, pas se surmener, quand bien même il voulait recouvrer la santé au plus vite.

-Tu es courageux, ne force pas le temps. Je préfère te savoir en bonne santé avec du temps, que à moitié guéri rapidement.

J'étais plutôt fier de lui. Avoir eu le courage de changer ses habitudes pour progresser, pour aller mieux, être capable de changer.... Tout le monde n'en était pas capable, moi compris. Lui savait dépasser sa peur, je serais justement resté paralysé. A moins que la nécessité ne nous y aide.

Sa question soudaine me surprend, mais je me reprends vite. Je lui offre un petit sourire, tout en hochant la tête. Peut-être étais-je resté trop longtemps silencieux et que ça l'avait inquiété.

-Je vais bien ne t'en fais pas... J'assimile ce que tu me dis.

Je lâchais finalement un petit rire.

-Et je suis un peu fatigué sans doute aussi...


[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥] - Page 2 1416521899-matheo-signature
En ligne##   Ven 31 Aoû 2018 - 16:58

Personnage ~
► Âge : 19
► Doubles-comptes ? : Jérémy Bonnet - Chrys Suede
► Rencontres ♫♪ :
Nicolas Lefebvre
Messages : 1265
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 26
Humeur : Oui.

Mathéo me dit qu'il est content pour moi. Et je dois l'avouer, je suis content aussi. Avoir Huo en grand frère et Aoi en super-belle-sœur, j'assume totalement de l'appeler comme ça ouais, ça m'a quand même bien aidé. Et je suis d'autant plus content qu'Huo et Ronron s'entendent mieux aujourd'hui. Je sais pas si c'est à cause -grâce ? eeeh ?- de moi mais ça me fait plaisir... C'est comme si j'avais une famille... DAMN. J'ai une famille ! Oui bon il me faut un temps pour process mais je l'ai enfin compris ! Ohlala, faut pas que je dise ça à Ronron il va encore gagater pendant des heures.

Ensuite, à propos de ma thérapie, il me dit que je suis courageux. Eh. J'avoue je rougis un peu. J'ai compris qu'il fallait que j'aille mieux pour moi d'abord, mais on m'empêchera pas de penser que je fais aussi ça pour ceux que j'aime, et grâce à eux surtout. Je suis inspiré par l'amour et la détermination qu'on me donne... J'ai jamais eu ça avant. Ca me donne envie de soulever des montagnes. Je suis jamais seul. La souffrance est un mauvais moment à passer mais il est surmontable. J'ai survécu à l'enfer, je peux survivre à l'amour qu'on m'offre. :

-Je suis bien entouré... Ne t'inquiètes pas je fais attention.

Puis il y a la réponse à la fameuse question que je me pose... Une expression surprise traverse rapidement ses traits avant qu'il ne m'offre un sourire. Ah... Ce sourire. Je suis sur le point de m'y perdre quand il me dit qu'il ne fait qu'assimiler les choses, qu'il est fatigué. Je bats un instant des paupières avant de passer mon pouce sur sa joue. Je sens une chaleur s'emparer de tout mon corps mais je passe outre. :

-Je peux aider si tu veux...

Je lâche mes mots dans un souffle en essayant de me concentrer pour repousser rien qu'un peu sa fatigue pour le garder pour longtemps près de moi... quand plusieurs choses me frappent. Premièrement, je n'ai plus mes pouvoirs. Deuxièmement, merde, j'allais les utiliser sur Mathéo. Je retire ma main. :

-AH ! Pardon ! Je les ai plus c'est vrai ahah ! Pendant un moment, j'ai cru que je pouvais sentir ton aura... ch'uis bête... et... un peu égoïste. Désolé.

Je voulais rester plus longtemps. Non. En fait, si le temps pouvait s'arrêter là et me laisser profiter de sa présence ce serait parfait... Mais j'avais pas le droit de l'empêcher de se reposer un peu. J'inspire lentement, et prend mon courage à deux mains pour lui répèter la question que je lui avais posé plus tôt... bien que j'en avais pas envie. :

-Veux-tu que je te laisse te reposer ?


HRP : Ahah ! La réponse aurait tellement été différente si Nico avait été encore Sensitif omg !


[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥] - Page 2 Signa-Take-My-Hand


Spoiler:
 
##   
Contenu sponsorisé

 

[EVENT - 1] Sing for absolution [Mattychou ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Hôpital.
Aller à la page : Précédent  1, 2