Partagez | 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Avant première: Action! (PV Siby)
##   Dim 18 Mar 2018 - 21:59

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Cela fait quelques jours, pas plus d'une semaine environ que le jeune homme a retrouvé de vieilles habitudes au sein de l'institut. Mitsuki devait surement savoir maintenant, par le biais des autres, que le garçon vivait dans les dortoirs. Lol C'est à mourir de rire. Ou mourir tout court.
Ouais enfin pour l'instant, il n'est pas d'humeur à rire. Mais alors pas du tout.
Le pire c'est qu'il tourne en rond comme un rat mort. Aucune motivation, aucune envie de voir quelqu'un. 
Et dans tout ça, il n'y a plus aucune mission en vue. Il faut croire qu'il les avait enchainé bien trop rapidement. Maintenant il n'y avait plus rien jusqu'au prochain ordre. 
Traînant la patte, Ys n'avait donc rien à faire de ses journées. De ce fait, il en profita pour traîner dans des endroits où il était sûr de croiser personne. 
Après tout, c'est la pause déjeuner. Ils sont tous partis se goinfrer. Tsss.
Ils pensent qu'à leurs estomacs.  

*Attends.*

Tout d'un coup, Ys s'arrête en plein milieu du couloir. 

*Bordel de merde!! J'ai pas déjeuner et j'ai perdu l'habitude de bouffer en cafét!!!*

Réalise-t'il tout en se maintenant la tête entre ses mains. Non mais là, c'est sûr, il n'y aura plus rien à grignoter à son retour. Au pire, il va rester quoi? De la salade? C'est bon, c'est pas un koala non plus! Les vieilles habitudes... C'est vraiment tout un chamboulement. Il faut qu'il reprenne des marques. 
Soupirant, il n'aura plus qu'à se rendre en ville, lui qui ne voulait absolument pas voir du monde, c'est parfait!
Et tandis qu'il tentait de se remettre de ses émotions, une chanson étrange le sortit de ses songes. Au travers de l'entrebâille d'une porte, il vit de la lumière. Discrètement, il avança vers cette dernière. Et ce qu'il vit restera graver à jamais dans sa mémoire.

Sur le mur était projeter une vidéo et pas n'importe desquelles. AKIRA QUI CHANTE?! MAIS WTF????!!!
Abasourdit, Ys resta planter devant cette horreur. Non mais c'est un fake, obligé. C'est pas possible. Depuis con cet idiot se pavane comme ça?!!
Non et non. N'en croyant pas ses yeux, Ys ouvrit alors la porte et fit quelques pas dans la pièce. Il ne se doutait pas que dans son dos se trouver déjà une inconnue. 
Pour l'instant, il était choqué devant cette vérité. Se tenant devant le tableau, bientôt au centre de la projection, il ne quitta pas du regard le blond se donnait à cœur joie. 

"Putain.... T'as perdu toute crédibilité gros."


##   Sam 24 Mar 2018 - 20:52

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

Ça y est ! Sibylle a commencé sa rééducation avant-hier. Enfin, peut-être que commencé est un bien grand mot. Elle a eu une réunion avec plein de médecins ou d’infirmiers, elle ne sait pas trop. Ils lui ont expliqué comment ça allait se passer, qu’il y aurait plusieurs phases. La rouquine n’a pas tout suivi. Elle, elle aurait préféré commencer tout de suite. Au lieu de ça, on l’a enseveli sous des termes techniques et beaucoup de blabla. À la fin de la réunion, une femme lui a montré des exercices qu’elle pouvait faire toute seule, pour commencer à se remuscler, en attendant ou entre les séances avec elle ou d’autres de ses collègues. C’est vrai que depuis son accident, elle n’a pas du tout utilisé le bas de son corps. Ses muscles ont fondu et elle pense même avoir pris un peu de poids. Grâce à ses déplacements en fauteuil roulant, par contre, ses bras ont repris tout ce qu’elle avait perdu lorsqu’elle était clouée au lit.

Ce matin, l’Allemande a eu envie de voir du monde, mais personne n’était là. Ariana a pu retourner dans sa chambre à l’institut, Cho a quitté l’hôpital depuis longtemps aussi, Leya était introuvable et Olivia très occupée. L’ex-danseuse a bien rencontré d’autres personnes, mais elle ne sait pas où les trouver. Alors, pour ne plus s’ennuyer, parce qu’elle déteste ça, elle a décidé d’aller à l’institut. Elle est sûre d’y rencontrer des gens !

En arrivant dans le bâtiment, malheureusement, elle a la mauvaise surprise de voir que les couloirs sont vides, complètement vides, mais ça ne l’arrête pas. Elle ne pense pas que tout le monde est probablement à la cafétéria. Elle prend rapidement une décision. Elle n’a encore jamais vraiment visité le bâtiment, elle est restée au rez-de-chaussée, mais aujourd’hui est un jour nouveau, un jour d’aventure ! Sibylle se dirige donc rapidement vers l’ascenseur, direction le premier étage. Elle commence en douceur, pas trop de folie à la fois ! Lorsque les portes s’ouvrent, elle part sur la gauche, parce qu’il faut bien choisir un côté et la première salle qu'elle visite attire tout de suite son attention. Elle est vide, mais pleine de matériels en tout genre. Ça doit être un endroit pour bricoler, mais ce qui la surprend et attire sa curiosité, c’est le projecteur posé sur une table, contre le mur près de la porte. La rouquine tape plusieurs fois des mains, contente de sa découverte et s’approche de l’appareil. Il y a plein de câbles et elle ne sait pas trop comment ça marche, mais elle ne baisse pas les bras. Elle sort son téléphone portable de sa poche de jaquette et essaie toutes les connexions jusqu’à un cri de victoire. Elle allume le projecteur, puis se bat avec les boutons jusqu’à ce que l’écran de son téléphone apparaisse sur l’écran géant.

« Ouai ! Chui trop forte ! », s’écrie-t-elle, avant de tapoter rapidement sur son écran de portable. L’idée lui est venue tout de suite en voyant l’appareil. Elle ne peut pas voir ses amies aujourd’hui, alors elle va se remémorer de bons souvenirs. Elle passe en revu ses photos. Les voir sur un écran géant, ça en jette. Sibylle aurait préféré partager ce moment avec quelqu’un, mais tant pis. Elle pourra toujours le faire une autre fois. La photo d’elle et Leya s’affiche et elle sourit. Soudain, la vidéo de son anniversaire, celle où elle danse la macarena pendant que les autres chantent démarre. Alors l’Allemand rit. C’est un bon souvenir. Même si la période était tendue à Terrae avec les révoltes et tout le reste, pour elle, cette journée reste super. C’est aussi le jour où le médecin lui a redonné un véritable espoir, celui de pouvoir remarcher. Tandis que la camera bouge trop, parce qu’elle s’est elle-même filmée tout en dansant, les voix mal assurées de ses camarades raisonnent en arrière-fond. Sibylle renifle et cligne des yeux. Elle ne comprend pas pourquoi ça lui pique. La nostalgie peut-être… puis c’est au tour de la vidéo du solo d’Akira de se mettre en marche. Elle se remet à rire, mais pas pour se moquer, parce qu’elle est heureuse. Il chante faux, mais elle s’en fiche. Elle est persuadée qu’il a chanté pour elle, parce que personne ne voulait le faire et qu’il manquait un peu d’ambiance. Elle est sûre qu’il a fait ça pour son anniversaire. Elle pense que c’est quand même un type cool, malgré toutes les rumeurs qui circulent sur lui.

Soudain, la porte de la salle s’ouvre et un roux entre. Il ne remarque pas l’Allemande et vient se poser juste devant elle, lui cachant l’écran. Il semble fasciné par ce qu’il voit. C’est vrai qu’Akira a un certain charisme. Peut-être qu’un jour, il pourrait devenir président ? Bof, Sibylle chasse cette idée. Elle et la politique…

« Dis, ton père était vitrier ? », demande-t-elle avec malice à l’inconnu. Cette question, elle en est fière, parce que c’est quelque chose que son père lui demandait toujours, en rigolant, quand elle venait se mettre devant la télévision, lorsqu’elle était petite et qu’elle cachait sans s’en rendre compte l’écran à ses parents. « Moi j’trouve pas qu’Aki est gros… », continue-t-elle. Elle jette un regard à l’individu, ses yeux le détaillant des pieds à la tête. « Pis, j’trouve qu’il est moins gros qu’toi. Moi, par contre, j’crois bien qu’j’ai pris du poids d'puis qu’chui dans mon fauteuil… », finit-elle.

L’Allemande s’avance alors vers le roux avec un grand sourire. « Au fait, moi c’est Sibylle, et toi ? », demande-t-elle, une fois à sa hauteur. « Eh mais ! T’es Master, non? J’te r’connais ! Dis, t’es celui qui s’transforme en dragon ? C’est trop cool ! J’ai entendu plein d’histoire à ton sujet, ouai ouai ouai ! J’aurais trop aimé être là une fois qu’tu t’es transformé. Ça doit être cool à voir. », enchaîne-t-elle sans s’arrêter et sans lui laisser le temps de répondre. « Pis c’est quoi tes pouvoirs ? Moi chui Feu Invisible ! C’est trop cool, chui trop fière ! En plus, chui trop douée. A chaque fois qu’j’ai voulu faire un truc, bin j’ai réussi ! », finit-elle.

Ce que l’ex-danseuse ne précise pas, c’est qu’à chaque fois qu’elle a essayé de créer du feu, elle s’est rendue invisible et inversément et c’est aussi sans compter toutes les fois où elle a utilisé ses pouvoirs sans le vouloir, mais elle s’en fiche. Elle est juste contente d’être dans une sorte d’école de magie et puis, elle est face à un Master, là. Ce n’est pas rien.

Le mot:
 


##   Sam 24 Mar 2018 - 23:48

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Se perdant dans sa contemplation, Ys ne se rendit pas compte qu'il puisse y avoir une présence dans son dos. Et quand sa voix retentit, le garçon eut un sursaut. Oui, il a bien eu un cris aigue, digne d'une demoiselle en détresse. C'est vrai, c'est minable. Mais c'est humain. 
Portant sa main au coeur comme si ce dernier allait exploser, Ys affronta l'intrus dans son dos qui s'avérer être une jeune femme.


"Putain mais ca se fait pas de foutre des frayeurs pareilles aux gens!"

Et c'est lui qui dit ça? A une époque, il s'amusait bien avec Aby à se déguiser en fantôme pour réapparaître par téléportation dans le dos de ses victimes. C'était la bonne époque...
Retrouvant ses esprits, Ys releva les yeux sur la miss. Non mais qu'est ce qu'elle raconte? "Gros" c'est en quelque sorte une expression, une manière d’appeler quelqu'un sans que se soit péjoratif. 


"Mais qu'est ce que tu racontes? Je suis pas gros. Et t'es qui toi d'abord?"

Demanda-t'il enfin en arquant un sourcil. Non mais il ne l'avait encore jamais croiser jusqu'à maintenant. Et allait savoir mais il ne la sentait pas trop. Elle est bizarre. Qui pourrait se planquer dans le noir tout seul à mater des films chelous? On est pas dans un film d'horreur quand même. Genre un psychopathe maquillé comme un clown qui porte des tutus et des grandes chaussures?! Ah ouais non, il est trop gros délire, il a vraiment besoin de repos.
Reportant son attention sur l'inconnue, il l'écouta parler, parler, et encore parler.
Ouais parce que même si elle lui demande son nom, elle ne lui laisse pas le temps de répondre. Arrivée à sa hauteur, il la détailla tout en s'arrêtant sur ses lèvres. Non mais elle ne s'arrête jamais? Vous pensez qu'elle s'arrête pour respirer parfois? Putain mais quel moulin à parole. Ah merde, ça lui rappelle Mitsu. Merde, ça fait mal.


"Mais je t'ai demandé ton nom, pas ta biographie!"


Ouais mais elle s'en fout. En plus elle la reconnut, c'est encore pire. Quoiqu'elle trouve sa greffer cool. Surement la seule hein. D'ailleurs elle doit pas être si au courant de ça vue comment elle fantasme dessus. Généralement quand il se transforme, c'est l'alerte générale. Rien de génial en soit. Et puis elle repart sur les pouvoirs, et elle explique même les siens. S'en est trop, le Master ne tient plus. Du coup il pose son doigt sur ses lèvres pour la faire taire. 


"Stop! C'est bon j'ai compris, ne dis plus rien. Mais tu penses à respirer de temps en temps?! Non réponds pas en fait."

Reprit-il aussitôt. On sait jamais elle pourrait relancer un débat sur "pourquoi doit on respirer pour vivre?". On va éviter de passer la journée avec elle. Pas très envie que les oreilles saignent. Vérifiant que cette dernière allait se tenir correctement, Ys la libéra tout en se redressant. 
Jetant un oeil au matériel et au film qui continu de défiler sur le mur, le Master reprit d'une voix tranquille.


"C'est toi qui a fait tout ça? Je comprend pas. T'as drogué Akira?"


En fait, elle pourrait lui répondre "oui" qu'il ne serait pas étonné. 

Spoiler:
 


##   Jeu 29 Mar 2018 - 19:50

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

Lorsque Sibylle interpelle le nouvel arrivant, ce dernier crie d’une voix de fille, mais l’Allemande ne relève pas. Elle ne se moque pas des gens, surtout pas pour quelque chose comme ça.

« Bah, j’ai pas dit qu’t’étais gros, j’ai dit qu’t’étais plus gros qu’Aki, c’est tout. Y a rien d’compliqué dans c’que j’dis… j’peux rien pour toi si tu comprends pas ça… », répond-elle, avant de se présenter, pétillante de vie et de joie de rencontrer une nouvelle personne. La rouquine se laisse alors emporter par son excitation et enchaîne les questions et remarques sans laisser le temps au Master de répondre, n’écoutant même pas ce que ce dernier pourrait avoir le temps de dire. Elle ne s’arrête que lorsqu’il vient poser son index sur ses lèvres. L’ex-danseuse s’apprête à répondre à sa question, mais retient son souffle de justesse lorsqu’il lui demande de ne pas le faire. Elle fait la moue et le silence s’installe. Sibylle ne comprend pas pourquoi il réagit comme ça. S'il n'a pas envie de parler avec elle, il n'a qu'à pas rester. Elle était là d'abord et c'est lui qui est venu vers elle. Elle n’aime pas le silence. Enfin, le silence, la vidéo tourne toujours en arrière-plan. Akira arrive à la fin de sa chanson et on entend la rouquine de la vidéo crier et applaudir avec fracas. C’est d’ailleurs sur le sujet de la vidéo que le Tonnerre reprend.

« Bah non, pourquoi j’aurais fait ça ? », demande-t-elle étonnée. « Aki a juste été super sympa ! Il a fait ça pour mon anni. Il est trop chou. Y a personne qui voulait chanter et j’avais peur que l’ambiance soit bof, alors il s’est lancé ! Il est trop courageux, en vrai ! », ajoute-t-elle, persuadé que le jeune homme a réellement fait ça pour elle. Puis, elle reporte son attention sur Ys. « Chui sûr qu’t’aurais pas fait ça pour une personne qu’tu viens d’rencontrer, toi ! », lui réplique-t-elle, comme une pique. Elle n’est pas sûre d’avoir bien compris ce que le Téléporteur lui a dit, mais elle sent que ce n’est pas vraiment gentil. La vidéo s’arrête et un selfie de l’Allemande en robe de chambre d’hôpital, accompagnée d’Olivia apparaît en grand sur l’écran.

« Ah ! Ça c’est moi et ma copine Olivia. Elle est trop cool et super gentille. », commente la rouquine, retrouvant un sourire radieux. « Tu la connais ? Elle bosse à l’hôpital. J'ai trop d'la chance d'l'avoir comme amie. », ajoute-t-elle, avant de retourner vers son téléphone et de stopper la lecture automatique de sa galerie de photos. « Si tu veux voir d’autres photos, j’peux t’donner mon Instagram. Chui sur quasi tous les réseaux sociaux ! », continue-t-elle. Soudain, elle s’approche à nouveau du Master. « Dis, c’est vrai c’qu’on raconte sur toi ? », recommence-t-elle. « T’es dans l’même dortoir qu’Will, pas vrai ? », finit-elle.

Sibylle observe sa réaction. S’il répond oui, alors ça veut dire que le reste des rumeurs à son sujet est vrai. Peut-être qu’elle pourra même en apprendre plus sur lui et valider pour sûr ce qu’elle a entendu. Son Twitter va être en feu ce soir. Et puis, avoir un Master comme "ami" ou "abonné", ça en jette. Il ne faudra d'ailleurs pas qu'elle oublie de prendre un selfi avec son nouvel ami.

Le mot:
 


##   Sam 31 Mar 2018 - 21:31

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Non mais elle le fait exprès?! Il s'enfout des explications là sur sa différence en corpulence entre lui et Aki. Akira! Non mais voilà, elle lui fait dire n'importe quoi!! Et puis il est très bien comme il est. Ys fait du sport tous les jours alors qu'Akira... bah bon en fait. Et puis putain on s'en fout!!
Elle est tarée cette fille. Et eurk! Akira mignon parce qu'il chante? Elle veut le faire vomir ou quoi? Mdr le con s'il savait. Ok, la prochaine fois qu'il le croise, il ne manquera pas de lui dire.
Ouais enfin pour l'instant il est surtout coincer avec cette dingue qui continue de débiter.
Les yeux du Master bloquent sur ses lèvres. C'est un vrai moulin à paroles. Ah d'ailleurs, ça lui rappelle des souvenirs.... Mitsu.....
Tandis qu'il s'était évadé quelques secondes dans ses pensées et de vieux souvenirs agréables, ce furent les paroles de la miss qui l'interpellèrent de nouveau. Frustré et touché dans son égo, il répliqua aussitôt.


"Putain mais tu ne me connais même pas !!!"

Et puis il était certain qu'Akira ne l'avait pas fais par plaisir. Depuis quand le blond délinquant pense aux autres?
La conversation fut immédiatement interrompue quand une vidéo différente se lance dans leur dos. Portant son attention dessus, il découvrit un décor assez connu. Les couloirs de l'hôpital et surtout Olivia. Ouais il l'a connaît, évidemment avec un casse cou comme lui, forcement il connaissait tout le personnel de l'hosto. En revanche, pendant quelques secondes de silence, le Master eut une pensée pour la miss. Cette fille, Sibylle, elle... elle a toujours été dans un fauteuil roulant? Depuis combien de temps était elle à Terrae? Pourquoi ne l'avait il jamais remarqué? Est ce parce qu'elle avait passé clairement son temps dans les hôpitaux? Tant de question et une pointe de compassion mêlée à de l'affection, le garçon s'apprêta à lui demander quand soudainement, reportant son attention sur la jeune femme, cette dernière fut plus porche obligeant le Master à reculer.


"Quoi? Mais qu'est ce que tu racontes?"

Non en fait, non. Il ne peut pas ressentir ne serait qu'un peu de tristesse pour elle. Elle est habitée par le démon. Non mais regardez là! Elle est habitée par le démon. Elle est flippante. Et pourquoi elle est sur tous les réseaux? Sérieux c'est chiant cette activité. Et puis, lui, il est sur aucun, vaut mieux qu'il se taise sinon elle va le pendre pour un alien.
Sérieux ça fait de lui un connard si il l'a pousse dans les escaliers pour la faire taire? Après tout, un peu plus ou un peu moins, sa réputation est chaotique alors bon...
Non attends. Y a un truc qui le chiffonne.


"Euh Sibylle  c'est ça? ... Dis moi, tu sais quoi au juste sur moi?"

Attendez elle est super flippante. A croire qu'elle travaille pour le CIA. Limite elle est plus douée que lui et Ipiu. D'où elle sort cette nana? Et puis c'est quoi ces bruits de rumeurs à son compte? Comment les gens ont il fait pour apprendre qu'un Master avait rejoint le dortoir d'un novice? Allez c'est bon, il a intérêt à se tirer vite fait et bien fait. Putain si c'est Will qui a balancé, il va prendre cher celui là. Pourvu qu'il n'est pas pire que ça!!

Le mot:
 


##   Lun 2 Avr 2018 - 19:20

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

Sibylle sourit en attendant que le Master veuille bien répondre, mais il paraît surpris et botte en touche. Elle le regarde, curieuse et d’abord un peu déçu. Bon, elle sait qu’il ne faut pas croire toutes les rumeurs, c’est pour ça qu’elle pose la question… mais elle aimerait vraiment savoir ce qui est vrai et ce qui est faux… parce que des choses à son sujet, elle en a entendu. Depuis qu’on dit qu’un Master a quitté sa copine, ou qu’elle l’a quitté, le doute demeure, pour retourner dans le dortoir des mecs, les informations fusent et les gens se lâchent. Il y a tout et n’importe quoi, il faut l’avouer.

Le Tonnerre l’interpelle et la rouquine cligne des yeux quelques fois, surprise. « Bah, chai rien. C’pour ça qu’j’te d’mande, just’ment… », lui répond-elle. La rouquine lui jette un regard qui veut dire « t’es bizarre toi, j’te comprends pas… ». Non, elle ne le comprend pas. Elle ne comprend pas que ce qu’il veut savoir, c’est les rumeurs qu’elle a entendues, parce que, pour elle, ces rumeurs ne sont pas nécessairement la réalité et donc, elle part du principe qu’elle ne sait rien sûr lui… ou du moins pas encore. Les informations qu’elle a, ce n’est pas réel, mais c’est possible, alors elle attend de vérifier pour être sûre.

« ‘Fin, c’pas tout à fait vrai c’que j’viens d’dire. J’sais qu’t’es Master et qu’tu t’transforme en dragon… en tout cas, t’as pas dit non quand j’t’ai d’mandé, donc ça c’est bon… pis t’étais à la réunion à la cafet, c’est comme ça qu’j’t’ai r’connu ! Et pis, d’puis quelqu’temps, y a des gens qu’ont vu un Master roux entrer et sortir plusieurs fois du dortoir des gars, c’pour ça qu’j’d’mande. Pis, t’es pas discret hein… », l’informe-t-elle. « Dis, c’est quoi ton nom ? Parc’qu’tu m’l’as pas dit encore… », demande l’Allemande. Elle l’a lu, elle en est sûre, mais elle ne se souvient plus, alors plutôt que de perdre du temps à chercher dans son fil d’actualité, elle préfère prendre les infos à la source. Après, s’il ne veut pas le lui dire, elle ne se gênera pas pour aller chercher. « Alors, elles sont vraies les rumeurs sur toi ? », ajoute-t-elle encore avec un sourire et en toute innocence.

Sibylle pourrait continuer à lui poser des questions, parler à n’en plus finir et être aussi pénible ou drôle, c’est selon, qu’un cacatoès, mais elle se retient. C’est dur, c’est terriblement dur, mais elle attend. Elle veut vraiment savoir ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas pour pouvoir le dire à tout le monde et remettre un peu d’ordre dans les rumeurs qui circulent. Soudain, ton téléphone vibre et elle reporte son attention sur le What’s app qu’Anja lui a envoyé, avant de regarder à nouveau le Master.

« Pis tu veux bien être mon ami ? Ça s’rait trop la classe d’avoir un Master comme pote sur Facebook ! Ou si t'as pas Facebook, tu peux m'suivre ailleurs, hein ! Chui pas difficile. », termine-t-elle. Oui, ça serait vraiment génial ! Un Master, non mais vous vous rendez compte ?

Le mot:
 


##   Mar 3 Avr 2018 - 22:03

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ys reste incrédule devant la petite rouquine. Ok. Elle balance ces trucs, pose des questions, mais n'en sait foutrement rien?! Putain mais il est tombé sur un phénomène!! C'est quoi ses chances dernièrement? Non parce que là, cette Sibylle manquait à sa liste. Ok, ça ne peut pas être pire que ça. ... .Ouais enfin pourvu que non.
Passant une main de sa nuque au visage, Ys laissa échapper un soupir de désespoir. Et voilà que le petit moulin à paroles reprend de plus belle. Bah elle en sait des choses en tout cas et ouais elle marque un point. Question discrétion on a connu mieux, surtout qu'il sort et rentre un peu près tous les jours dans ce dortoir un peu saoul. Un peu beaucoup. Oh merde, il faut vraiment qu'il quitte Will sinon sa réputation va grandement chuter et celle des Masters avec. Désolé Will.
Et tandis qu'il broie du noir, quelque chose lui met la puce à l'oreille.


"La cafét?!"Oh shit!"Putain le vampire...."Fit-il exaspéré en se pinçant l'arrête du nez.

Ah oui, ça venait bien de là. Ca y est, ça lui revient. C'est elle qui a balancé à haute voix une rumeur sur les vampires tout en désignant une autre résidant. Finalement, son taux de réussite est au plus bas, rectification.
Très bien, maintenant qu'on a touché le fond, on ne peut que remonter, n'est ce pas?


"Attends, avec tout ce que tu as entendu, tu sais pas comment je m'appelle?..... Ys."

C'est typiquement humain ça. On blablate, on critique son voisin sur ce qu'on voit, mais on est pas foutu de s'informer à la source sans même connaître son nom. Il y a pas de gâchis à Terrae ces derniers temps. Finalement c'est peut être pas plus mal de tomber sur cette fille, il aura au moins appris ça sur son compte.

"Ouais elles sont exactes... plus ou moins. Mais le dortoir là, c'est que temporaire ok. Et vas pas dire de conneries. C'est suffisant."

C'est pas que le jugement des autres l'interpelle, mais ça serait dommage de refaire le portrait de tous les résidants. Pensant que s'en était finis, parce qu'il préfère qu'on ne gratte pas plus, voilà que la petite Sibylle revient à la charge en réclamant une invitation sur les réseaux. Arquant un sourcil, ce fut sans demie mesure que le Master lâcha un:

"Non. J'ai pas Facebook et je suis sur aucun réseaux."

Alors oui il faut vivre avec son temps et tout mais il y peut rien, ça ne l'a jamais attiré ces trucs. Lui il vit hors ordinateur. C'est comme ça. Malgré tout, même s'il n'est pas fan de tout ça, il remarqua la mine de la jeune femme. Bon d'accord, il a peut être été un peu fort. Mais franchement, elle serait capable de divulguer d'autres trucs à son sujet. Déjà que tout le monde sait qu'il dort dans un dortoir, bientôt on connaitra la marque de ses caleçons ou encore celle de son dentifrice.
Bon y a plus grave surtout. En temps normal, il aurait été flatté que quelqu'un puisse être autant enjoué de l'avoir pour ami en tant que Master sur ces réseaux. Seulement...


"Tu sais... Je ne pense pas être le Master le plus cool qui rendrait ta page Facebook intéressante. Je pense même que je te porterais la poisse. Si t'écoutes bien les rumeurs, je suis de loin le Master le plus cool."

Non mais le mec retourne dormir aux dortoirs après avoir largué sa meuf une fois devenu Master. Et en plus de ça, il a plongé quelqu'un dans le coma, un autre Master. On a connu mieux comme super star. Alors non. Sibylle n'a pas l'air d'être méchante, un peu folle mais pas dans le péjoratif, mais pas méchante. Alors devenir ami avec lui serait de loin la meilleure idée. Elle pourrait même avoir des problèmes. Ys préfère de loin d'être traité de con tout seul que de l'entraîner dans sa chute juste pour satisfaire son égo.

"Désolé petite..."

Finit-il d'une voix faible tandis qu'il posa sa main sur sa tête tout en avançant vers la sortie. Elle a l'air bien cette fille, alors autant qu'elle s'entoure d'amis que d'ennemis, pas comme ce Master qu'elle trouve cool.
Ceci dit, dans son fort intérieur, bien qu'il ne lui dirait pas pour lui donner des faux espoirs, sa manière de penser et de le flatter lui auront fait du bien. Il y a au moins une des rares personnes à Terrae qui ne voit pas en lui un Monstre.
*Merci.*


Le mot::
 


##   Lun 9 Avr 2018 - 17:02

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

« Ouai, j’sais… j’me suis trompée sur Leya, mais bon, avec sa maladie et tout et pis y avait ces histoires de bêtes dans la forêt, j’croyais vraiment avoir résolu l’mystère, tu comprends ? J’étais trop fière d’moi… mais chui pas comme ça. J’me suis excusée. Pis elle était pas fâchée, elle a compris. J’ai d’la chance quand même… », rebondit la rouquine aux propos du Master. Il n’a pas l’air content… ou plutôt, il a l’air agacé.

« Ah ouai, c’est juste ! J’me souv’nais plus, désolée! », dit-elle, une fois qu’Ys lui a dit son nom. Elle attend, alors, qu’il confirme ou non les rumeurs qu’elle a entendues et sa réponse, ses quatre premiers mots la surprenne. « Quoi ?! », explose-t-elle, mais l’homme précise sa réponse. Elle fronce les sourcils. Ça ne l’avance pas du tout. « J’dis pas d’conn’ries, d’abord. Pis ça veut rien dire « plus ou moins ». Soit c’est vrai, soit c’est faux. », répond-elle vivement. L’ex-danseuse s’apprête à continuer, quand son téléphone portable détourne son attention un moment. Lorsqu’elle reporte son attention sur le Master, c’est pour lui demander son Facebook, mais elle apprend qu’il n’est pas sur les réseaux sociaux. « Ah ! T’es comme Leya ! C’est aussi parc’qu’t’as pas d’amis ? Moi j’trouve ça trop triste… j’peux t’présenter des gens s’tu veux ? Ouai, j’peux trop faire ça. Tu verras, il y a plein d’gens cool à Terrae ! », dit-elle, sans même lui laisser le temps de répondre à la première question, mais Ys ne semble pas vouloir de son aide pour une raison qu’elle a de la peine à comprendre. Elle cligne des yeux plusieurs fois, surprise par le « petite », mais surtout par le ton de sa voix. Il pose sa main sur sa tête et commence à marcher vers la sortie.

« Eeeeeeeeeeh ! Mais attends ! Pars pas comme ça ! », s’écrie-t-elle en le rattrapant. « Qu’est-c’qui t’prends ? Bah, les rumeurs c’est cool, c’est marrant souvent, mais c’est pas la vérité… ‘fin, on s’est pas… c’est possible, mais faut vérifier. J’vois pas pourquoi tu t’inquiètes d’ça. Moi, j’aim’rais bien savoir c’qu’est vrai et c’qui l’est pas, c’tout. », recommence-t-elle. « Pis c’est quoi ton coup d’mou là ? Ça va pas ? », continue-t-elle avec une légère note d’inquiétude dans la voix. « T’sais, moi j’me fiche d’c’que les gens pensent d’moi, ‘fin sauf mes vrais amis et ma famille. L’reste, ils peuvent bien penser c’qu’ils veulent… moi j’sais qui chui et c’que j’veux, c’que j’vaux… », ajoute-t-elle, avant de se mordre la lèvre inférieure.

Elle s’emballe peut-être un peu. Avant… oui, avant elle savait ce qu’elle valait. Aujourd’hui, elle ne sait plus trop. Elle rencontre plein de gens, se fait de nouvelles amitiés, peut-être, il faudra voir sur la durée, mais, elle ne fait rien de concret dans sa vie. Depuis longtemps, son objectif était fixé, sa vie planifiée, au moins en partie, mais depuis l’accident, elle ne sait plus. Heureusement que ses parents ont de l’argent et qu’elle n’a pas besoin de gagner un salaire pour vivre. Un silence s'est installé. Elle n'aime pas le silence. Elle aurait aimé continuer à parler, mais ses yeux se sont mis à briller, comme toutes les étoiles peuplant la galaxie. Non, ça ne va pas le faire, ça.

« Aller ! Viens, on va faire un truc cool les deux ! T’as envie de que’qu’chose de spécial ? Moi j’mang’rais bien une glace !  Nan, mieux ! Viens, on va manger des crêpes ! T’aime ça, hein ? C’est quoi ta préférée ? Chui sûre qu’on va trouver un resto de crêpes au village. Viens !», recommence-t-elle, se forçant à sourire, puis tirant la manche du Master. Un changement d’air, d’atmosphère, autant pour lui, que pour elle.

Le mot:
 

Hrp : Désolée, mais Sibylle n'a pas voulu laisser partir Ys, j'espère que ça t'embête pas xD


##   Lun 9 Avr 2018 - 21:32

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ys reste perplexe devant les explications de la petite Sibylle. De toute manière ce n'est pas comme si elle l'avait insulté. Il y a pire et puis dans un sens, ça donnait un sens d'ironie à cette situation dramatique. Un peu de légèreté pour quelques secondes.
Et encore une fois elle s'excuse. Non mais c'était pas vraiment un reproche qu'elle ne sache pas son nom hein?! C'est même avantageux pour le Tonnerre. Mais bon, il n'a pas le temps d'en placer une qu'elle reprend aussi vite. Et puis de toute manière, elle n'est pas du genre à laisser passer et semble même vite culpabiliser, qu'il s'agisse de bredouilles. Et maintenant elle refuse sa réponse. Non mais elle est vraiment trop curieuse cette fille, il faut à tout prix une réponse à tout. Non mais si c'était possible, Ys n'en serait pas là aujourd'hui.
Levant les yeux au ciel, Ys dut se mordre la lèvre inférieur pour ne pas céder. NON MAIS VAS Y DES AMIS IL EN A OK?!!
Putain elle sait dans quel sens il faut remuer le couteau. Exaspéré, Ys préféra prendre la fuite que de rester en compagnie de la rouquine.

Malheureusement ce fut sans compter sur la furie. Elle se déplace vite avec son fauteuil!! Elle est à ses côtés alors que le Tonnerre avance dans le couloir. Voilà, il est fichus! Il est pris dans son piège, elle ne va plus le lâcher! Sérieux elle a pas compris qu'il y avait mieux à se mettre sous la dent que lui?!
Ah en revanche, malgré son effort à rester silencieux, ingrat et indifférent, la petite rouquine attire son attention. S'arrêtant dans sa marche, Ys posa son regard sur cette dernière. Alors comme ça elle en a rien à foutre de l'avis des autres? Secrètement, son regard s'attarda quelques secondes sur les roues. Ouais, elle a du en baver la miss. Ce qu'elle vaut hein?
Un silence s'est installé pendant un moment avant qu'elle ne ressurgit en proposant une crêperie.


"T'es vraiment bizarre comme nana. On te l'a déjà dis?"

Bizarre mais incroyablement courageuse et dans le fond, il en est jaloux. Il ne connaît rien de son passé ni de son quotidien, mais elle est là, elle sourit et elle pète le feu. Comment ils font ces gens là?!
Laissant échapper un soupir lacé, Ys laissa retomber sa tête en arrière. Puis finalement, il reprit en se redressant:


"Tu comptes vraiment pas me lâcher hein?!"

C'est même sûr. C'est le genre de personne têtue et bornée qui dès elle a quelque chose en tête, elle te lâche plus! Et dire qu'il voulait mourir dans un coin tout seul pour le reste de la journée. C'était trop demandé? Mais bon il aura essayé de s'en débarrasser, elle ne le lâchera pas tant qu'elle n'aura pas ce qu'elle veut. Ys allait devoir faire preuve d'une grande patience, une chose peut inhabituelle, voire même, une première.

"Je connais un endroit tranquille. Ca s'appelle le Jardin du festin. Et je crois bien qu'ils en font là bas."

Non il n'est pas pris de piété pour elle.... Bon peut être un peu. Non mais allez, il va pas se laisser embobiner par cette fille. Aussi il a trouvé juste d'ajouter:

"Ecoutes bien, on se rend là bas et après ça, tu me lâches ok? On est quitte comme ça."

Avec un peu de chance ça va marcher et ce pacte le laissera tranquille. De toute manière il ne voit pas vraiment comment se débarrasser d'elle. Alors oui, elle est toute mimi là, elle ferait pas de mal à une mouche, mais psycologiquement, c'est une serial killer!
Plongeant ses mains dans ses poches, Ys reprit le chemin en direction de la sortie. Bon et puis le blanc s'installe de nouveau et ça fout une sale pression, on n'entend uniquement le grincement des roues là.


"Bon... Et sinon tu fais quoi de tes journées à part aller sur les réseaux?"

Tente-t'il de reprendre. On sait jamais, peut être que sa réponse va l'inspirer et lui offrir de nouveaux objectifs.

Le mot:
 


##   Mar 10 Avr 2018 - 23:06

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

Sibylle rit. « Ouai, mais c’est pour ça qu’on m’aime ! », répond-elle, le sourire toujours aux lèvres. Ça peut paraître arrogant comme réponse et ça l’est peut-être, mais pour l’Allemande, c’est surtout une manière de dire qu’elle est fière de ce qu’elle est devenue, fière d’être elle-même, même si elle a conscience d’être parfois envahissante ou, simplement, que sa manière d’être ne plaît pas à tout le monde. « Ou qu’on m’aime pas, d’ailleurs. », ajoute-t-elle finalement, après une seconde de silence. Elle rit à nouveau. Ce n’est pas l’autodérision qui lui manque.

Le Master soupire et semble déposer les armes. Sibylle le regarde, surprise. Elle ne comprend pas vraiment sa réaction. Il enchaîne cependant avant qu’elle ne lui pose de questions. « Trop cool ! J’me réjouis ! Chui sûre qu’ça va être trop bon ! », dit la rouquine en tapant dans ses mains, impatiente de goûter à de délicieuses crêpes.

La suite lui fait par contre perdre son sourire. Ses mains retombent sur ses genoux et elle observe Ys avec un air méfiant. Elle n’a pas aimé les mots qu’il a employés, ni le ton d’ailleurs. Le Master s’est remis en route et elle le suit sans rien dire. Tout ça, ça la chiffonne et, pour une fois, elle réfléchit dans sa tête et pas à voix haute. Pourtant, lorsque le Tonnerre reprend, elle s’arrête. Il continue encore de marcher sur un ou deux mètres avant de réaliser que l’ex-danseuse s’est arrêtée et de se retourner. Le visage de l’Allemande est fermé, un peu dur peut-être, mais il s’adoucit très vite pour devenir finalement complètement neutre. Il faut qu’elle sache.

« Pourquoi t’as dit qu’j’devais t’lâcher après les crêpes ? Pis pourquoi on s’rait quitte ? Quitte de quoi ? Si j’t’embête et qu’tu veux pas qu’on passe du temps ensemble, tu m’le dis et j’m’en vais. J’aime pas les gens qui mentent… ceux qui sont sympas avec toi et qui te crachent dessus dès qu’t’as l’dos tourné. Soit tu m’aimes, soit tu m’aimes pas et si tu m’aimes pas, tu m’le dis, ok ? On peut pas plaire à tout l’monde et y a plein d’monde qui m’apprécie, alors j’vais pas t’embêter si c’est pas ton cas. T’as pas à m’supporter parc’qu’t’as pitié ou chai pas quoi. Chui pas comme ça. Tu m’dis juste c’qu’tu veux et c’qu’tu veux pas. J’me fiche d’c’qu’tu penses de moi, tu t’souviens ? ‘fin, ça va pas m’faire d’mal si c’est négatif, mais j’veux savoir. Alors faut pas hésiter à être honnête. C’est important pour moi. », dit-elle d’un ton neutre.

Les mots peuvent paraître durs et secs, voir même froids, mais Sibylle a juste simplement exposé ce qu’elle pensait et ce dont elle avait besoin. Si Ys lui répond que oui, qu’il ne veut pas de sa compagnie, elle lui sourira, lui dira qu’elle a été ravie de le rencontrer même si ce n’est pas son cas et elle lui souhaitera une bonne journée, avant de partir et de le laisser tranquille. Si le Master lui répond que non, qu’il apprécie passer du temps avec elle, alors elle lui sourira aussi, mais répondra à sa question précédente ou trouvera un autre sujet de discussion et fera comme si tout ça n’avait pas eu lieu. Pour elle, c’est juste important de savoir. Elle l’a dit, elle sait qu’elle ne peut pas faire l’unanimité, mais elle n’est pas démoniaque. Si elle ne plaît pas, elle passe à autre chose. Ça ne serait pas la première fois. Il y aurait aussi la possibilité qu’il l’apprécie mais souhaite être seul pour le moment, mais cette idée n’a pas traversé l’esprit de l’Allemande. Elle n’aime pas les choses compliquées et Ys, en ce moment, est en train de rendre une situation simple terriblement compliquée.

La rouquine, elle, a tendance à aimer tout le monde, mais ça arrive parfois que le courant ne passe pas, que quelque chose cloche, eh bien, elle le dira tout de suite ou partira. Elle n’aime pas l’hypocrisie. Elle préfère l’honnêteté et des relations humaines saines. Si elle sent que quelque chose ne va pas, elle ne laisse pas traîner et cherche à connaître le fond de la pensée de celui ou celle avec qui elle discute. Ys a l’air sympa, mais elle ne le connait pas, ils viennent de se rencontrer. C’est un ami, s’il le veut bien, mais ce n’est pas un ami proche. Personne à Terrae n’a encore atteint cette position privilégiée dans le cœur de Sibylle. Alors oui, elle est sympa avec tout le monde, veut passer du temps avec ses amis, mais il n’y a encore personne pour qui elle se battrait bec et ongle… La personne s’en approchant le plus serait peut-être Olivia, mais leur relation n’a jamais évolué hors des murs de l’hôpital. La rouquine ne sait donc pas vraiment si ça compte. Il y a aussi Ariana et Leya. Elles sont cools et l’ex-danseuse les aime bien, mais c’est encore un peu trop tôt.

Le mot:
 


##   Mer 11 Avr 2018 - 10:28

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

S'il y a bien une chose qu'il ne peut pas lui reprocher, c'est bien d'avoir autant d'autodérision. L'avis des autres ne semblent pas l'atteindre. Qu'importe ce qu'on peut bien penser d'elle. C'est facile à dire. Ceci dit, Ys aurait bien aimé pensé comme elle en cette période. Ce n'est pas tant que le jugement des autres l'affecte, mais quand la seule personne en qui vous avez toute votre confiance, que son seul avis était le plus important vous tourne le dos, finalement, vous êtes plus affecté que vous le pensez. Et l'avis des autres finis par vous toucher.
Mais ça, ce détail, Ys se le garde. Sibylle ne pourrait surement pas le comprendre, tout comme lui autrefois.

Et ce fut dans un silence lourd et pesant que les deux jeunes terriens se dirigeaient vers la sortie. Perdu dans ses pensées, Ys avançait sans réellement réfléchir. Que se soit à cette crêperie ou ailleurs, il s'en moque bien. Son but étant de s'isoler, manque de chance, il avait croisé la route de la petite rouquine. Il allait devoir faire avec. Il n'avait pas la niaque aujourd'hui, ni demain, ni aucun autre jour, du moins, pas en perspective. Alors il avance n'étant l'ombre que de lui même.
Finalement le seul bruit qu'ils pouvaient entendre, autrement dit le grincement des roues, plus rien ne fut. Et la voix de Sibylle sortit le garçon de ses pensées. Se tournant vers cette dernière, il fut bien surpris de la voir aussi loin de lui. Il ne prête vraiment plus aucune attention à ce qui l'entoure, c'est désappointant.


"Quitte dans le sens où t'auras eu ta crêpe, et moi le calm-"

Tente-t'il de répondre lacement. Mais la rouquine le coupe et continue. Elle ne le lâche pas et au fur et à mesure qu'elle débite, ses questions deviennent de plus en plus déstabilisantes. Le Master pose un regard à la fois surprit et gêné. Elle est... différente de tout à l'heure. Elle ne semble plus s'amuser et tout ce qu'elle désire est de savoir, comprendre. Finalement, il faut croire que son avis sur elle l'importe un peu, un petit peu. Enfin son jugement... Plutôt si sa compagne est intéressante. OU si, si il l'aime bien. C'est une vraie torture là ces questions, surtout qu'il n'a aucunement envie de réfléchir à ce qu'il nommerait de foutaises!
Ouais.... foutaises... parce qu'il n'est qu'un sale râleur ces derniers jours. Il aurait bien besoin d'un électrocardiogramme histoire de se remettre les idées en place. C'est tout de même un Tonnerre! Elle est où la joie de vivre? Et ses réactions démesurées?
Pestant contre lui même, le Master ferma les yeux un instant, se pinçant l'arrête du nez, histoire de faire le vide.
Cette fille a raison. Il n'est pas obligé de faire semblant ou de lui faire plaisir. Il serait peut être temps de reprendre du poils de la bête. Et puis, c'est pas comme si elle croyait en des rumeurs incessantes quoique justes parmi elles. Prenant une profonde inspiration, il répondit enfin d'une voix grave:


"Ouais, t'as raison j'ai pas à te supporter pour juste me débarrasser de toi ensuite.

Relevant son regard sur la jeune femme, Ys planta son regard dans le sien. Et dire que dans d'autres circonstances, il aurait bombé le torse et fait le coq devant une fan. Elle est loin, la belle époque. Mais aujourd'hui tout est différent, son mode de vie, ce qu'il pense, ses sentiments, les autres. Cependant il n'est pas obligé de jouer un jeu avec tout le monde et encore moins avec une inconnue qui ne lui veut aucun mal. Ce pourquoi il choisit la carte de la sincérité.

"Je ne te connais pas suffisamment pour affirmer si oui ou non je t'aime bien. Mais j'en sais assez pour savoir que tu n'es pas une mauvaise personne. Dans d'autres circonstances, j'aurai même apprécier te rencontrer et en apprendre d'avantage sur toi. Mais je passe une mauvaise période alors je suis de très mauvaise compagnie. Et saches que je n'ai aucune pitié, pas même pour mes amis."

Ca n'amène à rien la pitié, pas même le mensonge. En revanche le Tonnerre peut ressentir de la compassion, ce qui a été le cas dès les premiers abords. Qui était Sibylle? Ce qu'elle pouvait faire des ses journées? Et surtout, si elle restait cloitré entre les murs blancs de l'hôpital? Si ça se trouve, son seul contact avec les autres résidants de Terrae sont les réseaux sociaux...
Sortant ses mains dans poches, Ys s'avança vers la jeune femme d'un pas déterminé sans jamais la lâcher du regard.


"Je ne suis pas ta nounou. Je ne veux pas t'emmener là bas parce qu'l fait très beau cette après midi. Mais je crois bien que c'est une opportunité pour moi et toi, de sortir de notre bulle. Et parce que ta présence n'est pas désagréable, je pense que ça me ferait le plus grand bien, de te côtoyer."

On ne peut pas dire qu'il sache s'exprimer correctement. Il n'a jamais été très doué dans ce domaine. Lui, c'est l'impulsivité et les coups qui parlent pour lui. Cependant la présence de cette fille, bien qu'elle parle beaucoup, lui permette de s'évader, de penser à autre chose. Et puis dans un sens, même s'il ne lui dira pas, qu'elle parle autant est un bon point: il se concentre sur ce qu'elle dit, pas sur ce qu'il pense.
Et qui sait, découvrir de nouvelles personnes pourraient permettre d'un bon pied.
Aussi, se rendant compte que son attitude a été égoïste et immature, le Master se courba devant la rouquine pour lui présenter ses excuses.


"S'il te plait, acceptes tu de m'accompagner à la crêperie?"

Réponds vite quand même parce que ces derniers temps il a l'impression de souvent s'excuser. Et a force de se courber de la sorte, il va finir par attraper un lumbago. Et sa fierté aussi au passage.

Le mot:
 


##   Lun 23 Avr 2018 - 13:23

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

Sibylle attend. C’est dur, mais elle veut savoir. C’est important pour elle. Si Ys n’apprécie pas sa compagnie, il n’a pas à la supporter et elle, elle ne veut pas avoir des amis hypocrites. Elle aime ce qui est vrai et simple. L’Allemande a des avis bien tranchés et fait rarement dans la nuance. Soit c’est bien, soit c’est mal… elle a souvent de la peine avec le juste milieu. Alors oui, elle accepte que les gens n’aillent pas bien et qu’ils aient besoin de calme ou de solitude par exemple, mais il faut le dire. On ne dit pas assez les choses, on a peur, on garde pour soi et ça finit mal. La rouquine déteste ça.

Le Master finit par répondre. Sibylle lui sourit, parce qu’il a compris, même si ses mots ne sont pas très gentils. Elle s’en fiche. Elle a demandé la vérité, elle l’obtient, elle est contente. L’ex-danseuse s’apprête à lui dire au revoir et partir dans l’autre direction, mais l’homme reprend. Elle l’écoute, comprend qu’il ne va pas bien.

« Bah, t’as le droit d’pas être au top tout l’temps, c’est pas un problème, hein ! », dit-elle, avant de s’interrompre, car Ys s’avance vers elle.

Sibylle a failli éclater de rire lorsqu’il a utilisé le mot « nounou », mais elle s’est retenue par on ne sait quel miracle. Elle sourit à nouveau. Il est sympa et il lui fait une sorte de compliments, enfin, elle n’est pas sûre d’avoir très bien compris, alors elle préfère voir le côté positif.

« On est cool alo… », commence-t-elle, mais le Master s’incline légèrement devant elle. « Waaa, mais faut pas être si formel ! C’est comme ça qu’on dit, hein ? J’me suis pas trompée ? », reprend-elle avec énergie. « Allez, viens ! », dit-elle, en avançant à sa hauteur, puis en tirant un peu sur son bras. « On va t’r’monter l’moral, tu vas voir ça ! », continue-t-elle. « Pis les crêpes, ça r’donne toujours l’sourire ! ‘Fin chai pas pour toi, mais moi ça marche toujours ! », finit-elle avant de reprendre sa route. « Et traîne pas surtout, moi chai pas où elle est ta crêp’rie. Si tu veux pas t’perdre… », ajoute la rouquine.

Un silence s’installe, mais Sibylle n’aime pas le silence. C’est trop triste, trop effrayant peut-être. Alors, elle parle de la première chose qui lui vient à l’esprit.

« C’matin, j’ai fait un test sur Facebook pour savoir si j’étais une génie. », dit-elle, avant d’éclater de rire. « Nan, mais c’est pour déconner hein ! J’sais bien qu’chui pas une génie… », ajoute-t-elle, une fois calmée. « Bref, y fallait regarder des images et dire c'qu’on voyait. Tu sais c’qu’c’est toi, un parali… paralo… zut… chai plus maint’nant… c’était un mot super compliqué ! J’ai dû r’garder vite fait dans l'dico… c’est p’t-être pour ça qu’j’ai raté l’test… », finit-elle.

Si Ys arrive à deviner que le mot que l’ex-danseuse a essayé de prononcer était « parallélépipède », c’est lui le génie.

« Bah, tu vas où ? Tu veux pas prendre l’ascenseur avec moi ? Tu comptais quand même pas m’porter dans les escaliers ? Chai bien qu’y a qu’un étage, mais quand même, j’fais mon poids, pis l’fauteuil aussi. T’es un p’tit foufou toi ! », dit-elle en riant, lorsqu’elle remarque que le rouquin se dirige vers la cage d’escalier et que l’ascenseur se trouve dans l’autre direction.

Le mot:
 
hrp:
 


##   Ven 27 Avr 2018 - 21:06

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

HRP> Non c'est parfait, j'ai même ris xDD

Le Master s'est incliné, il le devait. S'il devait la vérité, il avait été dur dans ses paroles et il se devait de lui montrer du respect. Sibylle est tombé sur lui par hasard, elle n'a rien demandé. Et puis dans le fond, peut être que sa joie de vivre pourrait raviver sa vie. Ça ne coûte rien d'essayer. Alors il s'incline puis ce fut la demoiselle qui l’interrompu. Elle semblait surprise par son comportement, pourtant au Japon c'est courant et le degrés de la courbure dépend aussi du signe du respect. Néanmoins, relevant les yeux sur son interlocutrice, Ys resta un instant perplexe.

"Euh ouais, c'est ça. Mais j-"

Interrompu soudainement, la demoiselle tira sur son bras pour l'embarquer avec elle. Contraint de devoir se redresser pour éviter de chuter sur cette dernière, manquant même une torsion, Ys observa la demoiselle de ses grands yeux. Ok, elle le sort d'où toute cette énergie? Elle en a trop là, elle devrait en donner.. Un peu comme maintenant. 
Ok, elle est finalement décidé à lui rendre le sourire. Il en demandait pas tant. Cette fille est vraiment spéciale. Et si elle se donnait du mal à pour lui rendre une joie de vivre, ses paroles suivantes lui firent perdre terre. Des crêpes... Ouais, c'est aussi ça qu'Elle aimait faire et qu'il appréciait. Il en prendrait, et en plus de ça, il rajoutera du sirop d'érable même s'il n'aime pas ça. A force d'en prendre, il finirait par apprécier. Il le faut. 

"J'en prendrais aussi."

Rajoute-t'il tandis qu'il rattrapa la demoiselle. Et s'il marchait à sa hauteur, il se perdit dans ses pensées sans se rendre compte de l'ambiance qui virait au calme plat. Il est vraiment d'une mauvaise compagnie. Ce fut Sibylle qui brisa le silence pesant avec... bah... c'est bizarre en fait. Ils font quoi les gens sur ce site sérieux? Depuis quand doit on faire des tests aussi nazes pour savoir si on est des génies? Non, Ys ne dit rien, il se le garde. Il ne souhaite pas briser cet instant. Sibylle rit et l'entendre rire, ça donne du baume au coeur. Ok, finalement ce test a du bon. 
Plongeant ses mains dans ses poches, il reporta son attention devant lui, se prêtant même au jeu.

"C'était pas un pictogramme? Ou un hologramme? Non laisses tomber, ça dévie."

Finit-il sur un léger rire. C'est con mais il s'est prêté au jeu. Il n'y connait rien et pourtant il a tenté de savoir ce que c'était. Et finalement, il en fit une conclusion. Posant son regard sur la miss, un fin sourire en coin, il émit:

"Tu sais quoi? On est deux idiots."

Voilà le résultat du test. Ce ne sont pas des génies et ils s'en moquent bien. Au moins ils sont deux, c'est toujours mieux qu'un, et pas si horrible. Restons solidaire. 
Dans sa marche, le jeune Master se dérigea vers les escaliers quand la jeune femme l'interpella de nouveau. Interloqué, Ys s'arrêta dans son élan alors qu'un pied resté dans le vide. 

"Hein?"

Ah oui.... c'est vrai. Quel con! Au moins Sibylle ne le prend pas mal. Lui et sa maladresse doublement présente dans ces derniers temps. Gêné, Ys se dirigea rapidement vers cette dernière en appuyant sur le bouton de l’ascenseur. 

"Je suis désolé, c'est une habitude que je ne connais pas."

Et pour dire, c'est la première fois qu'il le prenait. Quelle aventure! 
Une fois ce dernier monté, Ys laissa la demoiselle passait d'abord. Entrant à son tour, une fois le bouton rez de chaussé sélectionné, ils purent entendre une petite musique. Vous savez celle des ascenseurs qui agacent et foutent un gros malaise. Ce pourquoi Ys reprit de plus belle, cette fois, c'est lui qui lance la causette.

"Excuses moi de te demander ça mais tu... enfin je veux dire, t'as toujours été... en fauteuil roulant?"

Ouais c'est encore plus maladroit que de prendre les escaliers. Mais s'il voulait en apprendre plus sur elle, il allait devoir poser certaines questions. Parfois l’indiscrétion brise la glace, il suffit d'oser. Et puis il aimerait comprendre où Sibylle passait son temps pour être autant présente sur les réseaux. Et non, il ne déteste pas les geeks. Bien au contraire, il a même gardé sa vieille Nintendo. 


Le mot:
 


##   Sam 5 Mai 2018 - 2:41

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

Ys ne trouve pas le mot que Sibylle n’arrive pas à prononcer, le mot qu’elle a oublié, parce qu’il est trop compliqué. Ce n’est pas grave. Elle s’en fiche complètement en fait. Les termes difficiles, longs ou imprononçables, elle les oublie. La rouquine rit. Oui, ils sont sûrement deux idiots. Elle plus que lui, elle le sait bien, mais ce n’est pas grave non plus, parce qu’elle a plein d’autres qualités et c’est ça qui compte.

Et puis, le Master se dirige vers la cage d’escalier et l’Allemande le lui fait remarquer. Il s’excuse à nouveau. « Ah ! Mais, faut pas t’excuser pour ça ! C’était drôle en vrai. », dit-elle avec un grand sourire. Elle ne trouve pas la situation bizarre et ne prend pas mal le fait qu’Ys ait oublié son handicap. Elle-même aurait tendance à l’oublier des fois, alors ce n’est pas pour le reprocher aux autres. Il s’est dépêché de venir vers l’ascenseur et la laisse entrer en premier quand les portes s’ouvrent.

Un silence s’installe pendant lequel Sibylle consulte son téléphone. Anja lui a envoyé une photo d’un nuage en forme de lapin. C’est trop chou. Elle est en train de regarder son fil d’actualité lorsque le Master lui pose sa question. Elle relève la tête vers lui. Il hésite et la rouquine ne comprend pas pourquoi.

« Bah non. J’ai eu un accident d’voiture et j’avais plein d’os cassés. C’pour ça qu’chui dans un fauteuil… mais j’vais r’marcher ! C’est sûr ! J’vais m’battre pour ça ! Tu verras ! J’laisse plus tomber, promis ! », dit-elle, d’abord étonnée qu’il lui pose la question, puis avec un ton plein de détermination. Sibylle ne parle pas de sa carrière de danseuse, de ce qu’elle a perdu, de ses rêves peut-être brisés. Elle ne parle pas de son ex, Matthias, qui s’en est sorti sans une égratignure ou presque. Le charpentier n’est pas venu la voir à l’hôpital. En fait, même s’il avait voulu, il n’aurait pas pu. Les parents de l’ex-danseuse ont été catégoriques. Il n’avait pas intérêt à venir se montrer, déjà qu’ils comptaient lui intenter un procès pour un truc compliqué que la patiente n’a pas compris et n’a surtout pas cherché à comprendre… mais Matthias a été plus malin. Il a disparu de la circulation. Plus de nouvelles, plus rien…

Malgré tout ça, l’Allemande n’abandonne pas ses rêves. On lui a d’abord dit qu’elle ne devait pas espérer, puis qu’elle remarcherait peut-être, mais que ça serait difficile. Elle, elle veut danser à nouveau et elle va tout faire pour y arriver, même si on lui a dit que c’était impossible. Elle le fera, parce qu’elle ne sait pas que c’est impossible. Sa rééducation vient à peine de commencer. Sibylle a encore un long chemin à parcourir, mais elle se connaît, elle sait ce dont elle est capable, alors elle ne doute plus… ou presque plus. Elle va déjà beaucoup mieux que depuis qu’elle est arrivée. Par contre, les médecins ont baissé sa dose de médicaments, du coup, elle a mal parfois, mais ce n’est pas grave. Elle sert les dents et elle sourit, parce que si elle sourit, tout va bien.

« Pourquoi tu m’demandes ça ? », demande la rouquine, tandis qu’un petit bruit caractéristique leur annonce que l’ascenseur est arrivé au rez-de-chaussée. L’Allemande sort rapidement et part dans une direction avant que le Master ne l’appelle pour lui indiquer qu’ils doivent sortir de l’autre côté. « Ouuuuuuups, désolée ! Tu vois qu’on va s’perdre avec moi ! », dit-elle, avant d’éclater d’un rire franc et joyeux.

Le mot:
 


##   Dim 6 Mai 2018 - 9:24

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Sibylle finira par lui apprendre qu'il s'agissait d'un accident quelque peu banal. Sa réponse lui laissa le bénéfice du doute. Etait ce là la raison de sa présence à Terrae? C'est que le Vide, c'est assez intime. Malgré tout, la jeune Allemande gardait le sourire et elle était persuadée qu'un jour, elle remarcherait. Mais comment faisait-elle pour garder autant d'espoir? 
Non parce que depuis l'hospitalisation de Joyce et son plongeant dans le coma, le Master ne croyait plus aux miracles. Et Terrae n'aura pas sauvé sa soeur malgré les efforts et les entraînements... On va éviter de lui en parler de causer de faux espoirs, une nouvelle fois. 
D'un regard discret, il détaillait son visage, et ce sourire. Ce sourire qu'elle ne quitte jamais, même pour apprendre de mauvaises nouvelles. Et dire que lui, c'était une véritable serpillière. Mais comment font elles, ces personnes? Parfois, il aimerait pouvoir leur force, histoire de positiver. 

Enfin arrivés au rez de chaussée, les deux terriens en sortirent tandis que la rouquine le questionna de nouveau. Fourrant ses mains dans les poches, Ys fixa devant lui, avançant vers le lieu dit.

"Juste comme ça. Histoire d'apprendre à te connaitre. Et pourquoi promis? T'as déjà foirer une prom- HEEE!!!"

Non mais elle va où là supers roulettes?! C'est pas par là!! Non mais elle devrait le suivre plutôt que de foncer tête baissée!! 

"Sibylle!! C'est pas par là!"

Non mais wesh quoi! Elle est rapide en plus avec son fauteuil. Pire qu'une gosse. Tu baisse l'attention deux secondes, et tu la perd de vue. Ne jamais sous estimer une nana sur roues, anecdote prouvée #Piute!
Rattrapant la jeune femme, Ys lui indiqua la route EXACTE à prendre d'un signe de la tête. 

"Suis moi plutôt. Je nous aurai bien téléporter, mais je ne voudrais pas que me vomisse dessus."

 Se dirigeant vers la sortie Ys maintenu la porte tout en sortant une cigarette d'une autre main. Ils ont de la chance, aujourd'hui l'air est agréable. Pour une fois, il ne pleuvra pas. Ouais enfin Ys s'en moque un peu en fait. C'est pas comme s'il avait la tête à aller à la plage. Tiens d'ailleurs, est ce que l'Allemande connaissait certains recoins de Terrae? Peut être pas tout, mais quelqu'un? 

"Dis moi... Tu sors souvent de ta chambre, ou bien ça reste rare?"

Ouais parce que si ça se trouve, il a affaire à une fille complètement dingue qui a fuis l'hosto. Si ça se trouve même, Aoi et Nora lui courent après et elles vont l'insulter de kidnappeur. MDR cette grosse blague!


HRP> Tu veux toujours continuer le jeu? Si oui, ton mot est: Plante


##   
Contenu sponsorisé

 

Avant première: Action! (PV Siby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: L'atelier.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant