Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Avant première: Action! (PV Siby)
##   Lun 14 Mai 2018 - 23:04

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

Sibylle rit, encore et encore. Elle se trouve bête et très drôle. Elle est tellement pleine d’énergie et si motivée à aller manger ces crêpes qu’elle est partie dans une direction sans vérifier que c’était la bonne. Elle revient vers le Master et se calme enfin, surtout qu’il lui parle de téléportation et ça attire tout de suite son oreille.

« TU POURRAIS NOUS TÉLÉPORTER ? », s’écrie-t-elle, avant de baisser le ton. « Woouuaaa, c’est trop cool comme pouvoir ! Mais tu fais comment pour pas d’v’nir gros ? », demande-t-elle, curieuse. « Et pis non, c’est sûr, j’préfère pas dégobiller. Ça s’rait pas cool, surtout avant d’manger des crêpes ! Beurk ! », finit-elle avec une grimace.

Gâcher le goût de la nourriture par un goût de vomie, non merci. Elle préfère passer. « Pa’c’qu’toi tu vomis souvent quand tu t’téléportes ? Ça doit pas être drôle comme pouvoir, finalement. », reprend la rouquine. Elle est bien contente d'être Feu Solaire. Ça ne lui crée pas de problème d’estomac au moins.

Les deux jeunes sortent. Ys sort une cigarette et Sibylle trouve ça bête, de fumer, mais elle ne dit rien. Elle, elle trouve qu’il faut prendre soin de son corps… oui, son corps, parce que pour être danseuse professionnelle, il faut une hygiène de vie irréprochable, selon elle du moins. Mais le Master n’en est pas un et puis, c’est sa vie pas la sienne.

« Bah, ça dépend, mais d’plus en plus ! J’reste beaucoup à l’hôpital. J’vais t’nir compagnie aux gens qui sont pas bien. J’essaie d’les faire sourire. C’est super facile avec les enfants. Tu leur fais deux-trois grimaces et l’tour est joué ! Avec les ados, c’est souvent la galère, mais j’leur montre des trucs cools sur Facebook ou Insta, pis ça passe. Pis les adultes… bah les adultes ça dépend… certains ils m’envoient balader. C’est drôle. », dit-elle, avant de rire à nouveau. « Aujourd’hui, j’voulais voir du monde, mais tous mes amis étaient occupés, alors chui v’nu ici et j’t’ai trouvé ! C’est pas cool ? », finit-elle avec un grand sourire.

L’ex-danseuse commence à être essoufflée de parler tout en poussant les roues de son fauteuil. Elle se tait donc un moment, essayant de garder le rythme pour ne pas se faire distancer par Ys. Ils passent près du champ de fleurs et elle en profite pour observer les plantes. C’est joli, c’est le début du printemps, c’est coloré. Elle se réjouit de bientôt pouvoir s’y balader pieds nus, danser peut-être ? Non… non, pas encore, pas tout de suite.

Plus loin, ils peuvent apercevoir l’arène. Sibylle n’y ait encore jamais allée. Elle se réjouit de la prochaine fois qu’on nommera un Master, parce qu’on lui a expliqué que les combats qui s’y déroulaient étaient de grands spectacles… et puis, pour elle, rien qu’utiliser un petit peu ses pouvoirs est déjà spectaculaire, alors elle ne raterait ça pour rien au monde.

« T’as d’jà vu des combats d’Masters ? Y paraît qu’c’est trop cool ! », demande-t-elle à Ys après un moment. Elle ne pense pas qu’il a dû passer cette épreuve, lui aussi, sinon, elle n’aurait pas demandé de la même manière, mais l'Allemande est parfois un peu distraite et puis, elle ne réfléchit pas trop avant de parler, alors, parfois, elle oublie certains détails.

Hrp:
 


##   Mer 16 Mai 2018 - 21:54

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Sibylle semble impressionnée par l'idée qu'on puisse se téléporter. Hé meuf, t'es à Terrae. Tout est possible à Terrae. Son excitation soudaine attire l'attention des passants, dont elle dut baisser le ton. C'est dingue l'effet que ça peut faire sur les gens quand ils apprennent l'existence de la téléportation. Lui même, à ses débuts, il rêvait de pouvoir se téléporter n'importe où et n'importe comment. Ceci dit, la remarque de la rouquine lui tire une grimace.

"Baaaahh... je fais du sport...?!"

Hésite-t'il. Ca se voit pas? Là pour sûr, il vient de recevoir un couteau en pleine tête. Ce qui signifie une chose, il allait devoir pousser la musculation un peu plus. Pendant un bref instant, alors que la demoiselle préféra ne pas se téléporter pour risque de mauvaise arrivée, le Master jeta un rapide coup d'oeil dans une la vitre d'une fenêtre. Oui, il vient de mater ses biceps. C'est que la petite maladroite a le don de vous foutre le doute. Il répond brièvement d'un "non" à sa demande. Ouais enfin sauf au départ. A sa première téléportation, il n'avait pas fais le malin. 

Ils sont enfin dehors et Ys peut profiter des biens faits de sa cigarette. D'une oreille attentive, bien qu'il préfére garder son attention sur le chemin à suivre, il écouta la jeune femme donnait des explications sur ses journées à l'hopital. Sibylle ne tarde pas à se confier. Et ce fut assez inattendu. Ainsi il apprenait que cette dernière donnait de son temps aux autres. Elle se préoccupait d'eux, de leurs humeurs, de leurs sentiments. Elle devait surement être là bas depuis pas mal de temps pour s'adonner à autant de personnes. 
Donner de son temps, se préoccuper des autres... C'est bien. Elle est bienveillante. Mais elle? Qui se souciait de son bien être? 
Sur le coup, c'est idiot, mais il la jugea bien naïve et simplet. Son regard fut bref, il jeta un oeil sur sa voisine, par dessus son épaule pour le reporter devant lui. Les mots restent bloqués dans la gorge, mais l'inquiétude est là. 

Restant silencieux, il se perdit dans ses pensées quand la voix de la rouquine lui parvint. Lol. Elle ne réfléchit pas avant de poser ses questions? Ouais surement. Elle est un peu tête en l'air. Un sourire crispé se glisse en coin alors que de la fumée blanche passe au travers.

"Mouais, en quelque sorte."

Elle doit avoir la mémoire sélective. Etant Master, forcément, il a connu cet épisode mais... c'est le seul. Autrefois, il aurait pu découvrir le combat de Mitsuk contre Aaron lors de sa Mastérisation. Ou encore celle de Huo. Mais non. Il était bien trop préoccuper à s'entraîner (et aussi à courir après les filles), pour se rendre compte de l'ampleur de cet événement. Dommage pour lui, il n'aurait pas été aussi surpris lors de sa propre Mastérisation s'il avait été moins égoïste. Il avait même crus qu'Aaron allait réellement le tuer. 
Se rendant compte que Sibylle posait des questions sans même réfléchir, Ys jugea que cette dernière n'appréciait guère le silence.

"Dis moi, le silence t'effraie ou tu....."

S'interrompant, alors qu'il détourna son attention sur la demoiselle, il découvrit cette dernière à la traîne. Une vraie limace! Ou du moins, c'était lui qui ne se rendait pas compte de son allure par rapport à la sienne. De ce fait, il fit du surplace jusqu'à qu'elle soit à sa hauteur. 
Non mais elle ne lui dit rien aussi comment peut-il deviner qu'elle soit aussi loin? Ah si, c'est parce qu'elle, elle est pas une égoïste. Un détail qui la différencie du Master. Un détail qui lui rappelle ses explications quelques minutes auparavant. Se débarrassant du mégot, il put se remettre en marche tout en apprenant à copier son rythme.

"Tu devrais plus souvent te plaindre tu sais... Sinon les autres vont finir par oublier que t'existe aussi."

Ils finiront par oublier que toi aussi, par moment, t'as envie d'hurler, de pleurer, de rire.

"Un peu comme maintenant. T'aurais du me dire de ralentir la cadence."

HRP> Ok ma gueule on continue alors si ça te plait :D
Le mot:
 


##   Lun 21 Mai 2018 - 17:38

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

Sibylle rit à la réflexion d’Ys, mais surtout à la grimace qu’il fait. Il ne semble pas avoir apprécié qu’elle remette en doute sa condition physique ou… à voir sa réaction, sa musculature ? Elle le regarde faire le beau devant une vitre, croyant être discret, et rit plus fort encore, avant de reprendre son calme et de lui dire qu’elle préfère ne pas essayer la téléportation.

Sibylle ne peut pas savoir ce que pense le Master. Elle ne le regarde même pas suffisamment pour essayer de deviner. Elle parle et puis elle se tait pour reprendre son souffle, se concentrant sur son effort pour avancer. S’il savait… sa bienveillance est une sorte d’égoïsme aussi, parce que si elle va voir des gens pour leur redonner le sourire, c’est aussi pour ne pas être seule, pour se sentir entourer, parce qu’elle récupère son énergie au contact des autres, parce que ça la rend vivante et qu’elle déprime beaucoup plus quand elle est isolée. Son téléphone portable est une fenêtre sur le monde, pour se sentir moins seule, mais ça ne remplace jamais les interactions humaines, ça n’en a pas la chaleur, ça lui permet juste de ne pas perdre de vue ses amis et les gens qui comptent pour elle et puis, ça lui permet d’apprendre un tas de choses dont elle peut parler ensuite. Quand elle navigue sur les réseaux sociaux, qu’elle partage des photos, des vidéos, qu’elle reçoit des « j’aime », elle a l’impression d’être importante, d’être le centre de l’attention, même si c’est éphémère, et elle adore ça.

Quand la rouquine voit l’arène, elle ne peut s’empêcher de poser une question au Master, avant de se rendre compte que c’est un peu bête. « Ah bah ouai, bien sûr qu’t’as d’jà vu, t’as dû en faire un ! C’est obligé ! Sinon tu s’rais pas Master ! », dit-elle alors, avant de rire. Elle s’arrête pour reprendre son souffle et se calmer, laissant Ys continuer son chemin sans elle. Mais il finit par se retourner après lui avoir posé une question qu’elle n’a pas entendue à cause de la distance. L’Allemande le rattrape rapidement, se retenant de rire comme elle pouvait en le voyant faire du surplace. Non, mais, franchement, c’est drôle ! Pourquoi il ne s’est pas simplement arrêté ? Pourquoi il s’amuse à piétiner le sol au même endroit ? S’ils couraient, elle comprendrait que c’est pour garder le rythme, mais là, c’est juste ridicule.

« Pourquoi tu fais ça ? On dirait un peu un chimpanzé. T’es drôle toi, t’sais ! », articule-t-elle entre deux rires contenus. Ils se remettent à marcher ensemble. Le Master a ralenti pour permettre à l’ex-danseuse de le suivre plus facilement. Elle trouve que c’est sympa. Son sourire est soudain remplacé par un air vraiment surpris. « Me plaindre ? Pourquoi j’me plaindrais ? », dit-elle avant d’essayer de réfléchir, parce qu’elle ne comprend pas ce que Ys veut dire. « Pourquoi tu dis qu’on existe que quand on s'plaint ? C’est triste. Moi j’préfère rire. La vie est d'jà assez triste comme ça, non ? », répond la rouquine avec un sourire. C’est sa grand-maman qui lui disait souvent ça et puis, elle a toujours considéré qu’elle avait de la chance. Ses parents ont toujours essayé de la pousser pour qu’elle donne de son mieux, même si elle, elle ne travaillait pas assez ou qu’elle n’y arrivait pas. L’Allemande a aussi eu la chance d’avoir une super grand-mère pour veiller sur elle et plein d’amis, principalement des amies, avec qui s’amuser et passer du temps. Et enfin, elle a trouvé sa passion, sa raison de vivre, la danse. Alors oui, actuellement, tout n’est pas rose, mais ça va aller mieux. Il y a des gens pour qui tout ça, c’est bien pire !

« Bah, t’as r’marqué qu’j’te suivais plus et pis si j’t’avais dit, ça aurait pas été qu’j’me plains, non ? », recommence-t-elle en ne comprenant toujours pas vraiment. « Pis j’ai beaucoup d’chance… j’vois pas pourquoi j’m’plaindrais… », finit-elle, avec un sourire triste.

Est-ce qu’elle devrait pleurer sur son sort parce que sa grand-maman est morte et que c’est la seule personne qui l’ait jamais encouragée et aimée inconditionnellement ? Est-ce qu’elle devrait regretter d’avoir des parents trop stricts et à la fois trop occupés pour s’occuper d’elle ? Est-ce qu’elle devrait se plaindre d’avoir eu cet accident qui l’a clouée, même temporairement, dans un fauteuil et qui remet en cause tous ses plans, son avenir, sa carrière, sa passion, sa vie ? Est-ce qu’elle devrait se lamenter parce qu’elle ne voit plus les couleurs et que la vie a l’air bien terne ?

Peut-être… peut-être qu’elle aurait le droit de se plaindre, mais Sibylle ne voit pas les choses comme ça. Elle a sa vision subjective de sa vie. Elle est triste d’avoir perdu sa grand-mère, évidemment, mais elle ne considère pas que ses parents ont été injustes avec elle. Elle est triste d’avoir eu cet accident, mais elle n’en veut pas à Matthias d’avoir fait le fou sur la route. Ce sont des choses qui arrivent dans la vie et elle ne voit ces épreuves que comme des moyens de grandir et devenir encore plus forte ! Elle a baissé les bras une fois, ça ne se reproduira plus. Elle se battra jusqu’au bout.

Le mot:
 


##   Lun 21 Mai 2018 - 22:32

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Voilà, Sibylle réalise qu'il a du effectivement passer par l'arène pour devenir Master un jour. Elle réfléchit vraiment pas quand elle parle. Elle parait toujours joyeuse et heureuse de découvrir qu'elle pense à haute voix. Ca doit être la seule explication. Néanmoins Ys jugea bon de rien rajouter de plus et surtout de ne pas se moquer. Ca serait déplacé de sa part. Et un poils moqueur. 

Ils avancent toujours en direction du village en continuant leur conversation. Mais quelque chose dérange le Master. Il ne saurait dire quoi, ou du moins, trouver les bons mots sans froisser la rouquine. Mais lorsqu'il tente de s'expliquer, cette dernière ne saisit pas. Si elle rit de sa prestation du sur place, le reste lui parait idiot. 
A ses yeux, il y a pire. Oui, c'est vrai. Mais ce n'est pas une raison pour s'interdire au bonheur. Hors Sibylle s'inquiéte des autres, de leur bonheur. Parce qu'elle juge que sa vie n'est pas aussi dramatique, elle la laisse de côté. D'un regard en coin, Ys la détaille. Elle parait bien petite dans son fauteuil. La couleur de ses cheveux sont un éclat sous les lumières du soleil. Elle sourit en continue... C'est usant. Elle doit être fatiguée, parfois, de jouer autant de comédie. Même si elle ne se l'avoue pas aussi souvent ou du moins, elle tente de faire taire aussi rapidement que sa conscience le lui rappelle. 
Ou bien elle est vraiment naïve.


"Je me demande si tu le fais pas exprés par moment..."

C'est plus simple. C'est un choix, et il n'est pas mauvais. Jouer au plus con, sourire tout le temps.... Un peu comme Akito. Ys se souvient très bien de ce blondinet tête en l'air qui sourit malgré les difficultés de la vie. Et ça, la vie, elle le lui rappelle chaque jour. Elle s'acharne en continu sur lui, cherchant par tous les moyens comment le faire plier à sa volonté, le faire craquer. Alors c'est peut être un peu ça aussi, pour Sibylle. 
Elle s'est lancée un défis avec la vie. 
Son regard quitte la demoiselle pour observer devant lui, quelque peu penseur.

"Dis moi Sibylle, j'aimerai comprendre, à quel moment penses tu que la vie t'as trahis?"

A quel moment cesses-tu de sourire toi qui penses qu'il y a toujours pire. Parce que si elle lu répond "jamais", cette fille est un phénomène, un véritable jurassique à elle seule. Mais c'est impossible. Un jour ou l'autre on finit par flancher. Fatigué et usé par les événements. Fatigué d'avoir trop longtemps lutté. Et Sibylle aussi, elle doit connaitre ses limites. 


Le mot:
 


##   Mar 22 Mai 2018 - 20:15

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

Sibylle regarde à nouveau le Master avec surprise. « Faire exprès ? Faire exprès d’quoi ? », demande-t-elle, perplexe. « T’sais, faut arrêter d’me parler avec des d’vinettes, j’ai toujours été nulle pour ça. », continue-t-elle. C’est vrai, les énigmes, tout ça, elle ne trouve jamais la réponse, même les choses les plus simples… ou du moins ce que les gens considèrent comme simple. Elle n’y arrive pas. C’est trop dur. L’Allemande ne sait pas trop pourquoi, mais elle n’arrive pas à trouver les liens logiques entre les mots ou les sens cachés, par exemple. Mais elle ne s’en inquiète pas trop, parce que ce n’est pas vital pour vivre et qu’il y a tellement d’autres trucs cools à faire dans la vie.

La rouquine s’arrête d’avancer. « Nan, mais là, c’est toi qui l’fait exprès… », commence-t-elle. « J’comprends rien c’que tu m’dis… bon, attends… », continue-t-elle, avant de plisser les yeux. « Alors, trahir, c’est quand une personne en qui t’as confiance, elle te fait un sale coup, qu’elle est pas sympa… donc tu m’d’mandes quand c’est qu’la vie elle a pas été sympa avec moi, c’est ça ? », essaie-t-elle de comprendre. « Bah… c’est un peu bizarre comme question, j’trouve, mais bon… j’imagine qu’y a plein d’fois qu’c’est arrivé… ? », dit-elle encore, avant de s’interrompre un bref instant, parce que ça pourrait devenir vachement personnelle, mais Sibylle n’est pas trop du genre à cacher des choses. Elle dit tout ce qui lui vient à l’esprit, mais bon, elle ne connait pas encore super bien Ys. Bah, elle verra bien ce qui sortira. « Chai pas… par exemple… bah c’est pas cool d’la part d’la vie qu’j’aie jamais pu être bonne à l’école ? J’sais qu’ça a rendu mes parents super tristes et tout… mais chai pas si c’est la vie ou si c’est juste moi… ‘fin, j’suppose… nan, j’sais qu’j’aurais pu plus travailler, tu vois ? C’est vrai… quand j’allais chez ma grand-maman, j’jouais beaucoup, c’était chouette, mais ça m’aidait pas pour l’école… c’est un peu triste quand même… c’est que’qu’chose comme ça qu’tu voulais entendre ? », finit-elle par demander, après son explication un peu chaotique. Comme le Master ne connait pas son histoire et qu’il n’est pas dans sa tête, il aura peut-être de la peine à suivre son discours. Peut-être qu’elle aurait plutôt dû parler de son accident, mais ce n’est pas la première chose qui lui est venue à l’esprit, ni le fait que sa grand-maman l’ait quittée de manière aussi abrupte…

L’Allemande recommence à avancer, mais en silence cette fois. Elle fait l’effort de réfléchir dans sa tête, parce que la question d’Ys lui tourne dans la tête, mais elle finit par craquer. « Tu crois vraiment qu’la vie elle trahit les gens ? Genre c’est comme quelqu’un qui décide ? Moi j’comprends rien à tout ça… », demande-t-elle. Elle fait la moue. Ça devient terriblement compliqué et elle n’aime pas ça. Elle aime quand c’est simple et là, c’est loin de l’être. Elle ne comprend d’ailleurs pas tout et ça commence sérieusement à l’agacer. Vivement qu’ils arrivent au resto pour manger leur crêpe.

Ça lui rappelle ses cours de sciences à l’école, quand le prof allait trop vite, qu’il leur parlait des oiseaux, des reptiles, des mammifères, des poissons, des insectes… tout… tout en même temps. Elle devait retenir les noms des animaux et les classer dans les bonnes colonnes, mais aussi savoir comment ils vivaient, ce qu’ils mangeaient, comment ils faisaient des bébés. C’était épuisant toutes ces choses qu’il fallait savoir, comme c’est épuisant aujourd’hui de suivre le discours de Ys. Du coup, la rouquine tente de changer de sujet, trouver quelque chose de moins compliqué.

« Pis à part réfléchir pour savoir si la vie elle est gentille ou pas, t’as d’autres choses qu’t’aiment ? », dit-elle.

Le mot:
 


##   Mer 23 Mai 2018 - 22:10

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

LOOOOL Ouais là tout de suite, c'est ce qui se passe dans la tête d'Ys. Non en fait, Sibylle ne se rend compte de rien. Elle est réellement et définitivement naïve. Elle est gentille certes, mais elle comprend rien!! 
Le Master préfére même ne pas y répondre, se contentant de lever les yeux au ciel discrètement. Des devinettes?! WTF?! Le message est pourtant clair!! Non? Si? Si!!! Il l'est! C'est Sibylle qui comprend que dalle. Mais bon, Ys ne peut pas lui en vouloir. C'est plus souvent ces personnes là, naïves et simplets avec qui on aime traîner la plupart du temps. Avec ces personnes là, il n'y a pas de calcul. Pas la peine de faire attention à ce que l'on dit. On peut être soit même sans être juger. Parfois, on est même pardonner. 
Alors tant puis, Ys retournera sa langue vingt fois dans sa bouche pour ne pas avoir à manquer de tac et dire tout haut ce qu'il pense tout bas. Pour une fois, il fera l'effort de ne pas l'ouvrir sans avoir réfléchis. 


"On va dire ça ouais...."

Se contente-t'il de répondre d'un grincement de dent. 
Et alors qu'ils continuent d'avancer, Sibylle lui donne enfin sa version de ce qui selon elle, lorsque la vie est trop méchante. ....... Biiiiiippppp! C'est le même son qu'émettait le Minitel. Et le pire, si son cerveau s'est tiré à Hawai, lui, il reste bloqué sur l'Allemande à l'observer de ses grands yeux. DAMN IT!! Depuis quand s'amuser rend con? Non mais on les emmerde ces profs! (Ceci sont les pensées profondes d'un délinquant) 
Mais alors qu'il est choqué par ces explications, Ys perd le Nord tant bien qu'il se prend en pleine figure un panneau Stop. Et BAM!! (ça fait des chocapic!)

"Ahhh putain!!!"

 Gémit-il dans un vocabulaire très diversifié sur les jurons. Ce type devrait écrire le petit Robert des insultes. Sa présence sur cette planète aurait enfin été utile à quelque chose. Ou bien un protocole sur "Comment ne pas finir comme lui."
Bref! Là, il râle tout en se frottant le nez. Il a limite la larme à l'oeil quand finalement il relève les yeux sur la miss. 

"Quoi?"

Si il a bien compris. Son silence en disait long. Parler de ces "choses" ne l'intéressent pas. Sibylle est plus du genre à vivre la journée comme si c'était la dernière. 
Tentant de se remettre de ses émotions, Ys relança sans paraitre agacé par cet accident futile.

"Hé bien de la musique. La guitare plus précisément. Et aussi la danger. Je crois en fait. Et... Ah! Nous y voilà! Je vais direct demander des glaçons!!"

S'exclama le Master bien heureux qu'ils soient arrivés à destination. Non mais il faut qu'il fasse quelque chose à son nez sinon il allait se retrouver avec le double. Une belle gueule, c'est sacré. 
Et tandis qu'il alerta rapidement un serveur, il leur trouva une place, décalant une chaise pour que la petite Feu puisse s'y installer à la place. Soulagé d'être arrivé à destination, Ys sortit instinctivement une cigarette bien méritée.

"Bon et toi? Y a des trucs que tu kiffes?"


Le mot:
 


##   Mer 30 Mai 2018 - 19:31

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

La conversation commence vraiment à devenir trop compliquée et ça agace un peu la rouquine. Elle, elle aimerait parler de trucs simples et faciles, pas de la vie qui trahit des gens et tout ça. Heureusement pour elle et, il faut bien l’avouer, malheureusement pour Ys, ce dernier se prend littéralement un panneau de signalisation dans la figure. Sibylle se bloque net. Elle a un temps mort pendant le gémissement de douleur du Master et ses jurons, surprise et sidérée par ce qu'elle vient de voir, puis elle ne peut pas s’en empêcher. Elle éclate de rire devant l’absurdité de la situation. Après de longues secondes, l’Allemande place ses mains contre son ventre, au niveau de ses abdos, parce que ça lui fait mal. Elle est pliée en deux et n’arrive pas à se ravoir. C’est tellement drôle, même si elle a un peu mal pour l’homme. Finalement, elle parvient à se calmer et se retient de recommencer à rire quand elle l’entend râler. Au prix d’un effort surhumain, l’ex-danseuse reprend donc son calme et se remet à avancer. Pour changer de sujet, elle lui demande ce qu’il aime faire.

« Oh, trop cool ! Moi aussi j’adore la musique ! Mais l’danger j’aime pas. Mon ex adorait par contre… ‘fin il adore toujours j’suppose. J’ai jamais r’eu d’nouvelles, mais bon, j’m’en fiche un peu… », répond-elle, mais elle n’a pas le temps de s’attarder sur le sujet, car ils sont arrivés à la crêperie. « TROOOOP COOOOL ! », explose-t-elle avec un peu trop d’entrain. L’Allemande n’a pas trop fait attention au chemin et elle ne regarde même pas le bâtiment avant de rejoindre Ys a une table. L’immobilier, tout ça, ça ne l’intéresse pas trop. « Merci ! », dit-elle simplement en voyant qu’il a poussé une chaise pour lui faire de la place.

« Oh, moi j’aime la… oh, salut ! », commence-t-elle, avant d’être interrompue par le serveur qui est déjà là. « On aim’rait des crêpes et pis ça s’rait cool d’avoir un peu d’glace, mais pas pour manger hein ! Pour mettre sur l’nez d’Ys, pa’c’qui s’est pris un panneau stop dans la figure. C’était trop drôle, mais ça doit faire mal quand même. T’es d’accord ? Ça s’rait vraiment super gentil. S’te plaît. », enchaîne-t-elle un peu vite, mais son sourire charme manifestement le serveur qui leur amène rapidement les cartes et disparaît pour revenir quelques minutes plus tard avec un pack de glaçons dans une serviette. « Oh super ! Merci beaucoup ! », remercie la rouquine. Entre temps, elle a pu rapidement trouver une crêpe qui lui plaît. « Moi j’prendrai une crêpe pomme-chocolat. Ça à l’air troooop bon ! », commande-t-elle, avant de laisser le Master faire de même.

Une fois le serveur repartit, Sibylle tape dans ses mains. « Holalalala, c’est trop coooool, ça va être troooop bon, j’le sais d’jà ! Pis l’serveur est trooop chou ! », dit-elle, probablement un peu trop excitée. « Pis ça va comment ton nez ? T’as super mal ? », finit-elle, prenant quand même des nouvelles de son nouvel ami.

Ton mot:
 


##   Dim 3 Juin 2018 - 22:19

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Note pour soit même: Sibylle n'est d'aucune aide et aucun moins d'un soutien. 
Elle vient littéralement d'éclater de rire sans aucune discrétion quand le Master vint percuter de plein fouet un panneau de signalisation. 
Bon, d'accord, dans d'autre circonstance, et s'il ne s'était pas agis de son nez, Ys aurait surement ris autant. Mais putain ça fait terriblement mal!!!
Ys se contente de maintenir son visage dans une main pour oublier la douleur et surtout pour EVITER D'HURLER COMME UN GRAND MALADE!!
Heureusement pour lui, c'est la jeune femme qui tente de relancer le dialogue, malgré le fou rire persistant. On va se concentrer sur ce qu'elle dit, ça évitera de péter un câble. Et bien qu'elle soit admirative de la musique, c'est aussi surprenant d'apprendre que son ex petit amis soit un passionner du danger. Et pendant quelques secondes, Ys se demandait s'il n'y avait pas un lien avec son état actuel... 
Ne préférant pas remuer le couteau dans la plaie, il était préférable de continuer à souffrir suite aux blessures infligés au visage que de lui blesser le coeur avec des questions aussi indiscrètes. 

Finalement ils finiront par y arriver en un seul morceau à cette crêperie. Et alors que le Master s'apprêtait à prendre place, il fut pris de court lorsque Sibylle appela le serveur tout en LUI RACONTANT SA VIE!! Mais c'est super! Tout Terrae est au courant qu'il s'est mangé un poteau! MAGNIFIQUE. Le pire c'est que l'homme observe en même temps Ys d'un air désolé. Pitié, je veux mourir d'une crise cardiaque. 
C'EST MEGA LA HONTE FRERE!
Et tandis qu'Ys tente de fuir les regards en passant une main dans ses cheveux, oui, il se planque derrière son avant bras, Sibylle finit enfin par passer commande. Merci Seigneur pour m'avoir entendu. Ouais enfin une commande... Disons qu'elle a fait un battement cils et le serveur a entendu son instinct primitif. Parfait...

".... -_- Sérieux, ça marche tout le temps, ça?!"

Et fais pas l'innocente, toi même tu sais de quoi je parle. 
En quelques secondes, le miracle se produit. Le serveur revint avec ce qu'elle lui a demandé. Le couillon s'est même recoiffé. Un coup de brosse à cheveux et cet idiot est à ses pieds. 
De ce fait, la jeune femme en profite pour donner sa propre commande. Ys en profite aussi pour en glisser une d'un ton lasse:

"Et pour ma part, une au sirop d'érable."

Cherchez pas, il faut qu'il s'y habitue impérativement à ce goût. De toute manière, il n'est pas même pas sûr que l'autre amoureux l'ait entendu. 
Agacé et exténué, Ys passa les glaçons sur son visage. Au moins, il y en a une qui s'amuse. Et d'un coup, alors que le Master la fixe de son air blasé, elle décide enfin de prendre ses nouvelles.... Mouahahaha!! Achevez moi, SVP.

"Super! La patate!"

Lance-t'il d'un ton sarcastique. En parlant de patate, il y en a une qui pousse en plein milieu de son visage. Ce qui autrefois était son nez. D'un soupir, déclarant forfait, Ys se saisit d'une cigarette pour noyer son chagrin, à défaut de ne pas avoir d'alcool. 

"C'est étonnant que tu ne sois pas d'affinité Tonnerre. T'es montée sur ressort, tu le sais?!"

Le mot:
 


##   Jeu 7 Juin 2018 - 22:34

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

« Hein? C’est quoi qui marche? », demande Sibylle sans comprendre de quoi parle le Master, mais le serveur revient vite avec la glace qu’elle a demandée pour Ys, alors elle oublie ce qui vient d’être dit et passe commande avec un nouveau sourire. Toute excitée par anticipation de la délicieuse crêpe qu’elle va manger, elle tape dans ses mains, mais finit par prendre des nouvelles de son nouvel ami. « Ah bah, c’est cool alors, si ça va bien ! », dit-elle, ne percevant pas le ton sarcastique de l’homme. « Ça a fait un drôle de bruit quand même ! C’était trop drôle. », continue-t-elle, à deux doigts de recommencer à rire en repensant à la scène. « Ah bon ? Ça veut dire quoi « être monté sur ressort » ? », demande-t-elle en articulant l’expression qu’elle ne connait pas. « Moi j’comprends pas tout à ces histoires d’pouvoirs. Paraît qu’on les rçoit en fonction d’comment on est. C’est c’qu’t’as voulu dire ? Tu trouves qu’chui comme toi ? J’fais moins d’gaffes quand même. », ajoute-t-elle avant de rire. Elle remarque qu’elle aime bien taquiner Ys, surtout que ces réactions sont toujours très drôles à voir. C’est beaucoup moins marrant quand les gens font mines de ne pas avoir entendu ou alors font genre que ça ne les atteint pas, mais quand ils râlent, par contre, c’est génial !

L’attention de l’Allemande est soudain attirée par un autre éclat de rire venant de l’intérieur du restaurant. De sa place, elle peut voir deux hommes assis autour d’une table basse en train de siroter leur boisson entre deux rires. Ils ont l’air de bien s’amuser. C’est chouette à voir, alors ça la fait sourire. « On est trop bête, on a rien commandé à boire ! Holalala, dès qu’j’vois l’serveur, j’l’appelle ! Réfléchis d’jà à c’qu’tu’veux ! », recommence la rouquine. Elle scrute à travers la vitre, mais elle ne voit rien. « Bah, au pire on lui d’mand’ra quand y r’viendra avec nos crêpes ! », finit-elle avec entrain.

Il y a un temps, un moment de silence que Sibylle n’apprécie pas plus que ça, alors elle décide de relancer la conversation. Elle préfère discuter, profiter d’être avec quelqu’un pour parler. Du silence, il y en a suffisamment quand elle est toute seule pour ne pas gâcher les moments qu’elle passe en bonne compagnie à ne rien dire du tout. C’est triste, ne rien dire, c’est triste, le silence. « Pis alors, tu viens souvent ici ? T’es un habitué ? », demande-t-elle pour en savoir plus sur Ys. À ce moment, le serveur apparaît sur le seuil de la porte du restaurant. « EEEEH ! », explose-t-elle sans aucun filtre et en faisant un geste de la main vif, mais gracieux à la fois. « S’cuse, mais on est trop bête, on a oublié d’commander à boire ! », continue-t-elle une fois qu’il s’est approché de leur table. « Moi j’aimerais un sirop fleurs d’sureau. T’en as ? Ah non… oh bin zut alors, moi j’adore ça. Oh, tu vas vérifier ? Oh, t’es trop chouuuuu, merciiii ! », ajoute-t-elle en tapant dans ses mains, heureuse et touchée qu’il fasse tant d’effort. « Mais bon, si t’en as pas, c’pas grave. J’prendrai n’importe quel sirop. J’les aime tous ! », finit-elle en souriant, tandis que le serveur tourne les talons. « Bah, Ys ? Tu veux rien boire ? Pourquoi t’as rien commandé ? C’est un peu bête quand même… », demande-t-elle encore, étonnée. Il faut dire que le Master n’en a simplement pas eu le temps…

Le mot:
 

hrp:
 


##   Sam 9 Juin 2018 - 19:20

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ys lui lance un regard perçant. Ouais c'est ça, fais genre t'as rien compris petite vicieuse. Tu SAIS très bien ce que tu fais avec ce petit serveur. Le regard et tout hum hum. A d'autre... 
Bref, Ys se contente d'appliquer des glaçons sur son nez. C'est toujours aussi douloureux. C'est gênant et ça gâche un peu la journée. Par chance, le jeune homme n'aura pas tout électrocuté sur son passage pour évacuer sa colère, déjà qu'il n'a pas la forme...
Bref, c'est tout de même un peu aussi grâce à Sibylle. Qu'est ce qu'elle débite comme conneries. Ca le mérite de le faire rire intérieurement. Juré, vue de l'extérieur, c'est très drôle. Avec du recul, quand il y pensera, il s'avouera que finalement, ce fut un bon moment et qu'elle est une belle personne. Mais pour l'instant, ELLE LUI POMPE SON ENERGIE!!

Après s'être foutue de lui UNE TROISIEME FOIS, cette dernière rebondit sur l'expression du garçon. Putain mais ils apprennent rien ces allemands. C'est d'une tristesse! 

"Ouiiii, c'est effectivement ce que j'ai voulus dire. Mais bon, tu es d’affinité Feu. J'ai un peu de mal à croire que tu puisses éclater de colère pour un rien."

Un peu comme Joyce quoi. MDR!! Caractère de cochon et dites pas le contraire. D'ailleurs, pourvus que Sibylle ne rebondisse pas sur le fait qu'il a découvert qu'elle était Feu. Il est Master, ces choses là, il les sent. 
Un silence s'installe de nouveau, le temps pour le garçon de retrouver un moment de répit. Il en profite aussi pour tâter son visage et s'assurer qu'il n'ait pas le nez en trompette. Mais tout va bien, le pire est derrière lui. Seulement Sibylle reprend de plus belle. Elle doit vraiment avoir peur du silence. Elle souligne qu’effectivement ils n'ont pas pensé aux boissons. Et sérieux, une bière là tout de suite, ça serait tellement un bon timing! Ys a choisis, c'est fait, rapide et efficace. Et alors qu'elle aperçoit le serveur presque charmant, elle hurle!!!!! 
Ys en a les dents qui grincent sur l'effet de surprise. Même les personnes autour se sont retournés pour l'observer. Mais l'allemande le vit plutôt bien et ne tarde pas à harceler le serveur de nouveau. Ouais enfin lui, ça va, il est heureux le bonhomme. Et ce couillon marche tout droit comme un âne dans sa requête. C.R.E.T.I.N. 
Et tout vas très vite, si vite que le serveur s'en va. SANS LA COMMANDE D'YS! Le Master est désabusé, les bras lui en tombent. Et naturellement, la miss lui demande le pourquoi du comment. 
..............
Sous la colère, Ys aspire violemment la cigarette coincée entre ses dents qui se consume d'un coup. Oui, oui, il vient de fumer une cigarette d'un trait. Genre là, ce n'est plus que de la cendre qui pend aux lèvres.

"Allumeuse!"

Lâche-t'il d'un coup. Se débarrassant du mégot, Ys se passe une main sur le visage, ne sachant s'il devait la taper ou lui hurler dessus. OK, il préfère faire un appel à un ami. Du coup, il se contente de lui adresser un large sourire désabusé. 

"Ok Sibylle, dis moi, t'as pas comme l'impression que tu vas rendre ce pauvre type malheureux?! Ou alors t'es vraiment naïve?"

Dans les deux cas, c'est possible. Encore faut-il qu'elle comprenne où le Master veut en venir. Pour bien, il devrait lui faire un dessin pour qu'elle saisisse. C'est con, il n'a pas pris ses craies. Et quand on parle du prince charmant, ce dernier ne tarde pas à pointer le bout de son épée. Le con!! C'est qu'il a fait vite!
Et d'un geste vif, Ys profite d'un instant de faiblesse des deux parties pour lui prendre le verre des mains. Et il boit bruyamment par la paille tout en fixant la demoiselle d'un regard persistant. Ouais, cette petite vengeance a un gout totalement immature.

"Quoi? Y'a un problème?"

Le mot:
 

HRP> Tu me tues avec tes conneries! Et en plus j'imagine tellement la scène où tu tapes la honte dans ce train xDDD Merci pour ce cadeau!
Ah et désolé pour le retard aussi


##   Mer 20 Juin 2018 - 20:36

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

« Naaaan, être fâchée, ça sert à rien. Vaut mieux rire ! Oui, c’est cool d’rire… bon… j’avoue… des fois, ça m’arrive d’me mettre en colère, mais c’est super rare ! », répond-elle à la remarque du Master. « La dernière fois, ça doit être… pfiuuuu, mais chai pas moi… », continue-t-elle en fronçant les sourcils. « Oh, on s’en fout, hein! », finit-elle en évacuant le sujet d’un geste de la main, parce qu’elle doit trop réfléchir.

Sibylle se rend alors compte qu’ils n’ont pas commandé de boissons. Une fois le serveur dans son champ de vision, elle l’appelle et demande un sirop, avant qu’il parte sans avoir écouté le souhait d’Ys, ce que la rouquine n’oublie pas de souligner. Le Master a alors un comportement très bizarre. Elle le regarde avec sa cigarette consumée à la bouche et éclate de rire devant le tableau complètement ridicule que lui offre l’homme, mais son sourire s’efface soudain. Elle se souvient de la dernière fois qu’elle s’est mise en colère. « C’est pas pa’c’qu’j’souris aux gens qu’chui une allumeuse, hein. T’es débile ! Un peu comme Jonas. Lui aussi il m’a sorti ça une fois… pfff, les mecs, j’vous jure… vous êtes bien contents quand une fille qui vous plaît vous r’garde et vous sourit, mais alors quand une fille r’garde et sourit à quelqu’un d’autres, là, tout d’suite, ça va plus… z’être vraiment bêtes… », dit-elle en faisant un peu la moue. Ce n’est pas tant qu’Ys pense ça d’elle qui la gêne, elle s’en fiche pas mal, ils ne se connaissent pas vraiment, alors il ne peut pas savoir qui elle est vraiment, non, ce qui l’agace, c’est le souvenir désagréable qui lui revient. Son ex, parce que oui, Jonas est aussi un de ses exs, lui avait fait un scandale une fois, parce qu’elle avait souri à un serveur dans un bar, un peu comme aujourd’hui, probablement, et là, elle s’était énervée, parce qu’il avait été vraiment méchant avec elle. Il lui avait dit beaucoup de choses blessantes. Alors, elle lui avait répondu qu’elle se fichait pas mal de ce que les gens pensaient d’elle, mais que ça ne l’empêchait pas de mériter un peu de respect de la part du gars avec qui elle couchait. Elle avait rassemblé ses affaires, était sortie en claquant la porte et ne l’avait pas revu pendant plusieurs jours. Il avait fini par revenir vers elle en s’excusant, alors elle lui avait pardonné, parce que Sibylle n’est pas quelqu’un de rancunier.

« J’vois pas pourquoi tu dis ça. Pourquoi j’le rendrais malheureux ? J’ai plus l’droit d’sourire, c’est ça ? Z’êtes vraiment pas possible vous, les mecs… Pis il est vraiment trop chou et tout, j’vois pas pourquoi j’lui f’rais la gueule... C’est nul d’faire la gueule d’toute façon… », répond-elle vivement. Elle ne comprend pas les remarques du Master, mais ça la trouble un peu, parce qu’elle n’a pas envie de faire souffrir un type aussi cool que ce gentil serveur. Ce dernier revient d’ailleurs avec sa commande et un joli sourire sur ses lèvres, alors l’Allemande oublie les commentaires d’Ys et lui sourit en le remerciant. Il commence à s’excuse de ne pas avoir trouvé le sirop qu’elle voulait, mais l’échange est interrompu par le Master qui a pris le verre pour en boire une gorgée avec la paille en faisant un bruit d’enfer.

« Yyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyys ! Mais quel gros bêta ! Nan, mais t’as vu ? Il oublie de commander à boire, alors y s’gêne pas pour prendre dans mon verre. Pfff, t’es pas possible… Bon, c’pas grave ! Tu veux bien m’rapporter un autre verre de sirop ? Comme ça on a chacun notre boisson ? Merci beaucoup, t’es trop gentil ! », dit-elle, en terminant sur un beau sourire, avant de reporter son attention sur l’homme en face d’elle. « T’sais, si t’avais commandé tout d’suite, on l’aurait eu ensemble notre sirop grenadine… mais bon, c’pas grave. J’espère qu’il est bon au moins ? Mais oui, chui sûre ! ATTENDS ! », continue-t-elle, avant de s’arrêter brièvement lorsqu’une idée lui traverse l’esprit. « J’VIENS D’COMPRENDRE ! EN FAIT, T’AS TROP LA HONTE D’COMMANDER DU SIROP, C’POUR ÇA, PAS VRAI ? », explose la rouquine avant d’éclater d’un rire franc. « T’es…, Ys…, t’es un Master bizarre quand même. », parvient-elle péniblement à dire entre deux rires. Elle arrive étonnamment à se calmer assez vite. « T’sais, faut pas avoir honte d’ses goûts, hein ! Faut s’assumer et s’foutre d’c’qu’les gens pensent d’nous. Y t’connaissent pas, alors on s’en fiche ! Pis c’est super bon l’sirop. J’comprends pas qu’y a des gens qu’osent pas dire qu’y z’aiment ça… », finit-elle en tapotant la main du Master.

Elle aperçoit le serveur qui revient une n-ième fois, cette fois avec un autre verre de sirop grenadine. « Merci ! Ah, c’est pas encore nos crêpes ! T’as pris à quoi toi d’jà ? Au beurre d’cacahuète, c’est ça ? Ça doit être bizarre sur une crêpe quand même… bah, comme j’ai dit, c’est tes goûts et faut en être fier ! Pis ton nez, ça va toujours ? J’ai l’impression qu’il est plus gros qu’avant… j'espère qu'ça va pas d'v'nir une patate... », dit-elle, d’abord avec un sourire, puis avec un air un peu plus inquiet.

Le mot:
 

Hrp:
 


##   Sam 30 Juin 2018 - 22:58

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Ah ça y est! Pendant le temps où la miss cherchait à quelle époque de sa vie elle avait pu se mettre en colère (ce qui évidemment lui semble impossible), le Master la fixer cherchant à connaitre sa véritable nature. Et cette fille est un: VORTEX!
C'est un déchaînement de la nature!! Elle s'excite dans tous les sens, parle en alignant des mots sans que ça signifie forcément quelque chose, elle ne cesse de parler au point d'oublier de respirer, elle dit tout haut ce qui lui passe par la tête sans même réfléchir avant, elle... elle!!!!! ELLE EST UN VORTEX QUI DEVORE TOUT ENTIER VOTRE ENERGIE!!!

Sérieusement, en étant à Terrae, cette "qualité" pourrait être une super Greffe. Vous imaginez? Dévorer toute l'énergie de son adversaire, une pichenette sur le nez et vous remportez le combat tranquille?! C'est pas mal, ouais.
Sauf que Sibylle, elle n'a pas de Greffe et cette "qualité" n'est pas un super pouvoir. Parce que là, c'est l'énergie d'Ys qu'elle dévore. Et par dessus le marché, si elle ne faisait que de la saouler, elle le snobe en plus, oubliant catégoriquement de lui laisser le temps de répondre au serveur, restant alors sans boisson.
Ah! Attendez! Y a une faille là. Ys la traité d'allumeuse et elle fait la moue. Oh moins, même si c'est sur un court temps, c'est quelques secondes de silence et BORDEL QU'EST CE QUE CA FAIT DU BIEN!!!



"Attends mais qu'est ce que tu crois qu'il s'imagine là ton serveur? Il va te refiler son numéro! Et puis c'est normal aussi si on apprécie pas trop que vous souriez à d'autres gars. Un sourire d'une fille, t'imagines même pas l'effet que ça fait sur un mec."


Non parce que si Mitsuki souriait autant comme ça à tous les gars qui se retourneraient sur son chemin, il y aurait un cimetière bien remplit à Terrae!!
S'affalant dans sa chaise une fois ayant donné son point de vue, ce ne fut que de courte durée.
Aussitôt que le sirop de la demoiselle ait touché la table, le Master se saisit du verre et le but sous le nez de Siby. Mouahaha!! Vengeance!! Et c'est une véritable jouissance quand il la voit hurler son nom, totalement désemparée. Voilà! Leçon de la vie: savoir se taire.
Ouais enfin... Elle est surement la seule à ne pas avoir compris...
Et la voilà repartie dans une conclusion complétement délirante. Ys n'en peut plus. Il plaque ses mains sur son visage et se balance légèrement en arrière, comme si cette technique allait le sortir d'un mauvais rêve.


"NOOOOONNNN!!! Je n'ai pas honte!! Ce n'est que du sirop! Même si je trouve qu'une bière est bien plus stylée et donne un air plus cool, le sirop aussi, je peux en boire! Je... Attends, qu'est ce que je raconte?!" Moment de lucidité. "Argh!! Mais tu me fais dire n'importe quoi!! Je m'en balek que se soit du sirop ok?! J'ai pas honte!!"

Pour sûr tous les regards se sont tourner sur eux. La Mégaaa honte!!!
Prenant une profonde inspiration après évoqué et sauvé son honneur, Ys tente de retrouver ses émotions. Putain elle l'épuise. Personne ne l'avait autant épuisé. Pas même Akito. C'est un record. A force elle va l'avoir et il faudra l'enterrer. Tiens, il irait bien se faire enterrer sous un hêtre. C'est bien ça. Faudra qu'il pense à le spécifier sur son testament.
Malheureusement pour lui, il n'est pas encore mort et la torture risque d'être encore plus longue.


"Tu vois, tu parles trop! Je n'ai pas demandé de crêpes au beurre de cacahuètes. Ca serait trop dégueulasse d'ailleurs!"


Qui pourrait manger ça d'ailleurs? Ils sont plusieurs dans sa tête. Ok, là, il vient d'avoir une idée. Elle est du genre à tout tenter et à s'amuser d'un rien. Alors pendant qu'il y a une brèche, Ys en profite pour reprendre la parole.

"Tu sais quoi? On va faire un jeu. T'aime ça les jeux? Alors écoutes. Si tu gagnes, je paye tout. Mais si tu perds, tu devras supprimer tous tes comptes réseaux. Alors t'es chaud?"

Ouais, en voilà une belle menace. Si avec ça, il a pas la paix...

"Donc tu dois rester sans parler jusqu'à qu'on nous serve les crêpes."

Au moins, c'est toujours ça de gagner. Et puis une fois qu'ils auront leurs crêpes, là aussi, elle parlera moins puisqu'elle aura la bouche remplie. Enfin... théoriquement.
Mais Ys tente le tout pour le tout et dans un air de défis, il la fixe en croisant des bras.


HRP> T'en fais pas elle me fait trop rire! C'est un véritable démon cette fille. Elle va nous rendre Ys chèvre xDD

Le mot:
 


##   Dim 8 Juil 2018 - 0:13

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

« Bah quoi, t’es jaloux, c’est ça ? Qui t’dis qu’j’en veux pas d’son numéro, hein ? Et si j’le veux, ça fait d’nouveau d’moi une allumeuse, c’est ça ? Pa’c’qu’j’ai pas l’droit d’trouver un gars chou et d’vouloir passer du temps avec ? Vous êtes vraiment pas possible ! Un gars f’rait pareil, c’est normal, mais une fille, alors non, ça passe pas, quoi… genre si un gars y drague plein d’filles, c’est un peu un héros, un type trop cool quoi, mais une fille qui fait pareil, c’est tout d’suite une pute, pfff… vous êtes vraiment débiles quand vous pensez comme ça… », dit la rouquine sur un ton un peu agacé. Ce n’est pas la première fois qu’elle reçoit ce genre de remarque, « allumeuse », mais étonnamment, ou pas, ça ne vient jamais de ses amis, toujours de personnes qu’elle ne connait pas (encore ?) bien et qui ne savent pas vraiment qui elle est non plus. « Pis s’tu fais un sourire, ça veut pas forcément dire qu’tu veux coucher avec un gars, t'sais. J’t’ai fait plein d’sourires et ça t’as pas gêné d’c’que j’sache ! T’as vraiment des réflexions nulles… », continue-t-elle sur un ton un peu plus doux. « En fait, t’es juste un gros jaloux… désolée Ys, mais chui pas intéressée par toi. Chais pas, t’es pas mon genre quoi. L’serveur par contre, il est vraiment chou !», finit-elle, sans penser aux rumeurs qu’elle a entendues à son sujet et qu’il n’a ni vraiment confirmer, ni infirmer, sans penser qu’il souffre peut-être de sa rupture et qu’en parlant ainsi, elle va sans doute enfoncer un peu le couteau dans la plaie. Elle ne se rend pas non plus compte, que même en d’autres circonstances, ce qu’elle vient de dire peut être très mal pris. De toute manière, Sibylle réfléchit rarement avant de parler, elle est d’une franchise parfois déconcertante. Au besoin, elle s’excuse après avoir dit ce qu’elle avait dans la tête.

Le Master se permet ensuite de boire son sirop, comme une vengeance un peu gamine. L’Allemande en recommande un pour elle et arrive soudain à la conclusion qu’il n’assume pas ses goûts en matière de boissons. Il crie un « non » puissant qui fait se retourner les rares personnes qui ne s’intéressent pas encore à la scène. La rouquine éclate de rire. « Mais c’est pas grave ! T’as l’droit, hein. Chui sûr qu’avec le temps, quand tu s’ras plus grand, t’auras plus honte. T’en fais pas. Moi j’te juge pas ! Le sirop, c’est trop bon ! Et ceux qui t’juge, j’t’l’ai dit, faut pas les écouter, c’est des débiles ! », répond-elle avec  détermination, sûre d’elle. Elle rit à nouveau de sa bêtise quand Ys lui dit qu’il n’a pas commandé de crêpes au beurre de cacahuètes. « Mais non, j’parle pas trop, j’ai oublié c’tout ! P’t-être qu’j’essai’rai une fois et j’te r’dirai ! Ouai, j’f’rai ça, promis ! », répond-elle à la remarque du Master.

Sibylle l’écoute attentivement lorsqu’il parle de faire un jeu. Elle tape deux fois dans ses mains, avant de se calmer légèrement. « C’est pas vraiment un jeu ton truc… mais ok, on joue ! », dit-elle avec un immense sourire. Dans le dos du Master, le serveur vient d’apparaître sur le seuil de la porte avec les deux crêpes commandées. Il n’a donc pas pu le voir, tandis que l’ex-danseuse si. Elle éclate d’ailleurs d’un rire fort et franc quand elle voit la mine dépité d’Ys quand il reçoit son assiette, moins d’une minute après qu’elle a accepté le défi. « Allez, fais pas c’te tête ! J’ai triché. J’ai vu l’serveur au moment où j’ai répondu oui. Ça compte pas. », dit-elle en lui tirant la langue. Elle attrape la manche du serveur avant que celui-ci ne parte. « Eh dis, j’te plais ou pas ? Pa’c’qu’Ys là, y crois qu’tu vas m’donner ton numéro. », dit-elle, avant de se pencher légèrement vers lui, tout en lui tirant le bras un peu plus pour qu’il se penche. « J’crois qu’il est jaloux, mais chui pas avec, hein ! C’est juste un nouveau pote. », chuchote-t-elle , malgré tout trop fort pour que le Master n’entende pas. « Pis merci pour les crêpes ! Elles ont l’air trop bonnes ! J’m’réjouis d’manger la mienne ! », finit-elle sur un nouveau sourire. C’est drôle quand même, cette alchimie qu’il peut y avoir entre deux personnes qui ne se connaissent pas… ou pas d’ailleurs. Sibylle aime le sourire du serveur et son physique d’une manière générale, mais son cœur ne bat pas plus fort et elle doute que ce soit son cas. Le Master se fait probablement des idées. De toute manière, elle, elle ne croit pas à l’amour, alors elle ne se fait pas trop de soucis.

Le mot:
 

Edit :
Hrp:
 


##   Dim 8 Juil 2018 - 21:13

Personnage ~
► Âge : 24
► Doubles-comptes ? : Renji et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2281
Date d'inscription : 13/10/2013
Emploi/loisirs : En infiltration.
Humeur : J'ai pas, pioches!

Le néant.
Le Vortex la anéantit au néant. Et il subit. Il l’écoute malgré tout et bordel, ses oreilles saignent. Non mais pourquoi elle comprend rien ? En plus elle s’énerve là ?! Elle part dans de grands discours et bientôt ils en viendront à parler de l’égalité entre homme et femme ?! Ah non !! Ca serait trop horrible d’en venir à parler de ça avec elle. Et comme ça ne suffisait pas, bien qu’elle semble être calmée, elle renchérit de nouveau. Et chacune de ses paroles est un poignard planté dans le dos.

Ouais ouais, il a bien saisi qu’il plait pas. Il ne plait plus à vrai dire. Il a une réputation à coucher dehors. Là, c’est le fond. Il touche le fond. Et exaspéré, il ne trouve plus les mots à redire. Pourquoi avait il accepté de prendre l’air avec elle déjà ? Ah oui, pour se vider la tête ?! MDR cette arnaque !! Désespéré, il couche son visage sur la table, la joue contre, et ravale sa fierté. Un vrai Vortex je vous ai dis. Comme si de rien n’était, Sibylle rit de nouveau. Vous êtes sûrs qu’elle n’ait pas Tonnerre ? Ce con de Chapeau (alias celui d’Harry Potter), s’est encore planté !!


« Gné ? Quand je serai grand ? »

Il a bien entendu ? Non mais cette meuf est pas croyable ! Genre elle pense qu’il a quel âge ?! Et c’est bon le sirop là, il ne veut plus rien entendre à ce sujet non plus. D’ailleurs, il va y avoir beaucoup de sujet à bannir de la liste « je cause avec Siby ». Même parler du beau temps pourrait être risqué.


« Mouais… je vais tenter de pas les écouter… »

Dit’il d’un air remplit de soupçons. De toute manière, il pourrait dire n’importe quoi, elle n’écoute pas. Et même lorsqu’il fit référence à sa commande manquée, cette dernière trouve l’excuse d’avoir oublié. Putain mais qu’est ce qu’il aimerait être comme elle dans le fond. Cette simplicité de vivre dans la joie et la bonne humeur. Ou bien c’est une très bonne comédienne. Parce que quand même, malgré les mauvais jours qu’il subit, il avait remarqué une pointe de détresse dans son regard quand il avait mentionné son passé. Mais bon… C’est un Vortex et il faut percer pour en savoir plus sur cette dernière.

Se redressant et s’accoudant sur la table, Ys tente le tout pour le tout et lance un jeu. Un jeu qui ne semble pas aux gouts de la miss. Pourtant elle se prête au jeu, au grand plaisir du Master. Et lorsque le chrono fut lancé, ne cachant son grand sourire, Ys fixa sa montre, appréciant chaque seconde de silence. Et… Ah…. C’était court. Très court. TROP COURT !! POURQUOI ??!!!
Dépité par l’apparition du serveur, Ys eut envie de mourir. Pourquoi la seule chance qu’il parvienne à obtenir est un échec ?! Karma de merde ! Il a du être un véritable salaud dans une autre vie pour mériter autant aujourd’hui. Ah comment ?! Pardon, on me dit dans l’oreillette qu’il avait été un salaud par le passé. Ok. Bref, y a au moins les crêpes pour se consoler.


« Je ne jouerai plus avec toi… »

Lâche-t’il d’un air boudeur alors qu’il découpe sa crêpe. Arf, le sirop d’érable est vraiment horrible en bouche. Mais à force d’en manger, il finirait par y trouver goût. Espérons-le. Et pour couronner le tout, il se peut que la petite Allemande se taise pendant qu’elle mange ? On ne parle pas la bouche pleine de toute manière. Ouais enfin, là, elle n’a rien dans la bouche si ce n’est que des conneries à raconter au serveur. D’ailleurs ce couillon est soudainement tout rouge quand cette dernière lui demande si elle lui plait ou pas. Elle aura bon tenté de parler tout bas, Ys entend. La discrétion et elle, ça fait deux.
Et il la fixe d’un air mauvais quand elle fait éloge de leur relation. Non mais tu veux pas lui donner les numéros de ma carte de crédit aussi ?!! Sauf qu’à force de se perdre dans son grand blabla, elle ne perçoit pas le mal à l’aise chez le jeune homme qui tient entre ses doigts un morceau de papier. Je vous laisse deviner ce qu’il y a d’écris. Levant les yeux sur ce dernier, Ys perçoit un regard glacé et une pointe d’énervement chez le serveur.

« Attends, je comprends pas là. Tu veux pas qu’on se voit après ? Et tout ton truc là, c’était quoi ? »

Bah voilà. Sibylle aurait vraiment du l’écouter. Lui, il s’en fout qu’on lui fasse de magnifique sourire et qu’on batte des cils pour obtenir un sirop. Mais y a des gars qui réagissent différemment. Et lui, il avait crus percevoir des signaux.

« Mais je m’en fout de tes crêpes ! En fait, tu t’es foutus de ma gueule. T’es encore une de ces petites pimbeches qui se payent ma tête pour obtenir tout ce qu’elles veulent. Je suis dégouté, j’ai perdu tout mon temps avec t-«
 
L’idiot n’aura pas le temps de terminer sa phrase qu’il reçoit en plein visage plusieurs crêpes d’affilées. Tant puis pour l’estomac, mais il y a des choses à ne pas dire et combien même la déception est grande. De plus, il avait mal saisi un message. Et s’en prendre à Sibylle, c’est assez lâche. Parce qu’elle, elle sourit tout le temps, elle est un peu niaise mais elle est courageuse et sympa. Alors se faire pourrir de la sorte en public agace légèrement le Master.

« Argh !! Putain c’est qui le con qui a fait ça ?!! »

Se levant les mains dans les poches, Ys s’avance vers ce dernier qui tente de se laver le visage. Et d’un coup de pied frappé en plein torse, il envoi le gars dégringoler sur les tables voisines. Sibylle et Ys ne doivent plus jamais sortir ensemble. Ils ne sont pas sortables. Tous les regards sont braqués sur eux. Et tandis que le serveur gémit et hurle de colère, Ys le ramasse par le col et le secoue comme un prunier.

« Allez présentes tes excuses maintenant !! Demandes lui pardon, p’tit con ou je te refais le portrait ! »

Evidemment, le serveur, malgré qu’il était secoué, réussit à balbutié quelque chose qui ressemblé à des excuses. Non mais le seul qui puisse se plaindre de Sibylle ici, c’est Ys. Voilà.

« Je-Je suis désolé ! Par-Pardon ! Laissez-moi tranquille pitié… »

« Vas y dégages. Ah et merci pour la note hein ? Evidemment, tu vas la régler, n’est ce pas ? »

Le malheureux fut contraint d’approuver pour retrouver sa liberté. Relâchant le serveur, Ys retourna s’asseoir à sa place comme si de rien n’était. Bon, à défaut d’avoir gagné le droit de ne rien payer, il n’avait néanmoins plus de crêpes ni de boisson. Bah il lui restait toujours une cigarette.

HRP> Hahaha! Et une victime de plus xD Moi, elle me vend du rêve cette meuf xD

Le mot:
 


##   Dim 8 Juil 2018 - 23:19

Personnage ~
► Âge : 24 ans
► Doubles-comptes ? : Selvi et Nath (pour ceux qui n'avaient pas encore deviné
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 198
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 25
Emploi/loisirs : S'entraîner à r'marcher, pis bientôt à danser aussi !
Humeur : En pleine forme !

Quand est-ce que ça a dérapé ? Qu’est-ce qui n’a pas joué ? Qu’est-ce qu’elle a dit qui n’a pas été compris ? Pourtant, ça lui semblait assez clair ! Pourquoi il s’est énervé ? Pourquoi il a tout compris de travers ? QU’EST-CE QUI S’EST PASSÉ BORDEL ?

Le serveur se fâche et Sibylle est d’abord surprise. « Quoi ? … mais pourqu… eeeh, mais att… Mais non ! C’est pas… Mais écout… Arrête !... », essaie-t-elle de l’interrompre plusieurs fois sans succès. Elle sursaute quand l’assiette de crêpes vole et crie quand Ys frappe le malheureux. Elle a placé ses mains devant sa bouche par réflexe et ferme les yeux un instant. Elle se met à trembler. Elle ne veut pas voir ça, elle ne veut pas voir cette violence. Est-ce que c’est sa faute ? Est-ce que c’est elle qui a causé ça ? Qu’est-ce qu’elle a fait de faux ? Elle ne sait pas, elle ne comprend pas. Elle tremble, c’est tout. Non, non, elle ne peut pas rester là sans réagir. Elle vaut mieux que ça. Elle serre les poings et ouvre les yeux. Elle fait face à ce qu’elle a créé sans savoir comment. « YS ! ARRÊTE ! », hurle-t-elle, quand elle le voit empoigner le serveur. « Mais non, il a juste pas compris. Ys, arrête. ARRÊTE ! Non, c’est pas… », dit-elle dans le vide. Ce n’est pourtant pas qu’elle parle doucement, mais tout semble se passer trop vite. Elle regrette de ne pas pouvoir se lever et s’interposer, quitte à se recevoir des coups, elle regrette de ne pas pouvoir faire plus pour le malheureux, elle regrette d’être clouée dans ce fauteuil qui la force à l’immobilisme. Elle ne peut que parler, mais personne ne l’entend ou personne ne l’écoute... L’homme finit par s’excuser sous les menaces du Master. Il est terrifié et suppliant, et un peu mal en point aussi. Ses habits sont tâchés, déchirés par endroit et il aura certainement des bleus. L’Allemande a le cœur qui se serre devant ce spectacle, tout comme sa gorge. Elle sent les larmes monter, mais elle lutte. Non, elle ne pleurera pas, aucune chance ! Choquée, elle n’a pas le temps de dire quoi que ce soit qu’il part, tout penaud.

Le Master revient s’asseoir comme si de rien n’était et s’allume même une cigarette. La rouquine n’a pas les mots, mais elle trouve cette situation juste surréaliste. Est-ce que ça a bien eu lieu ? Est-ce qu’elle n’a pas simplement rêvé. Comment peut-il être soudain aussi calme ? Aussi… fier ?

Sibylle est rarement en colère. Sibylle, elle aime rire de tout. Elle préfère rire, toujours, parce que c’est mieux, ça donne du bonheur aux gens et le rire, c’est souvent bien plus déroutant qu’un accès de colère ou de la violence, comme le spectacle auquel elle vient d’assister.

Mais maintenant, Sibylle ne sourit plus du tout.

Et le choc est passé.

« MAIS C’EST QUOI TON PROBLÈME ! T’ÉTAIS VRAIMENT OBLIGÉ D’LUI CASSER LA FIGURE ?!? », explose-t-elle soudain. « Nan, mais D’OÙ J’T’AI D’MANDÉ QU’TU JOUES AU HÉROS ? D’où t’as cru qu’j’étais pas capable d’me défendre toute seule ? BORDEL YS ! J’AI PAS B’SOIN D’UN GARS POUR M’PROTÉGER ! Chui plus une gamine ! », dit-elle avec force, conviction et rage. « Pourquoi tu m’as pas laissé lui dire qu’j’voulais son numéro ? Pourquoi tu l’as frappé ? POURQUOI TU L’AS FRAPPÉ ?! Il a juste pas compris, ok ?! PAS COMPRIS ?! Ça méritait pas de se faire casser la figure, ça ! », continue-t-elle. « T’es qu’un con ! », assène la rouquine, avec toute sa franchise. « T’es qu’un con, pa’c’qu’la seule chose qu’t’as trouvé à faire, c’est taper. T’es qu’un con, mais moi j’t’aime bien quand même. Chui sûre qu’t’es un Master cool, mais faut qu’t’arrête d’réagir comme ça et d’jouer au super héros, là. C’est juste pas possible. Chui une adulte. Chais qu’chui un peu bête, mais ça fait pas d’moi quelqu’un qu’a b’soin d’aide, ok ? J’ai pas attendu toute ma vie d’te rencontrer pour qu’tu m’défendes contre des gars qui sont pas sympas et m’disent des trucs méchants. C’est pas la première fois, pis ça s’ra pas la dernière fois, pa’c’qu’vous les gars, vous avez quand même un sérieux problème des fois. J’vous comprends vraiment pas ! », termine-t-elle en faisant un peu la moue.

L’Allemande s’adoucit. « Ys… chais qu’t’as voulu bien faire… donc… ouai… en un sens, merci d’avoir voulu bien faire ? J’veux dire, c’est sympa d’avoir pris ma défense…? Mais t’exagère, tu comprends ? », recommence-t-elle, après avoir posé sa main sur la sienne. « Faut pas qu’tu tapes les gens comme ça… ça sert à rien d’taper les gens… ça fait du bien à personne. C’est pas c’qui faut faire. C’est nul, c’est pas une solution, ok ? Chais qu’chui un peu débile, mais moi j’ris. Essaie toi aussi. Tu verras, les gens savent plus quoi faire quand ils t’insultent et qu’tu ris et même des fois, faut en rajouter une couche. Quitte à t’foutre de leur gueule en r’tour ou pas, on s’en fiche. Alors arrête d’taper sur les gens, s’te plaît. L’serveur, là, c’est pas un méchant gars, chui sûr. J’ai pas tout compris c’qui s’est passé, mais chais qu’il a pas compris… pa’c’qu’moi j’voulais bien son numéro… chais pas pourquoi il a cru qu’j’voulais pas… ‘fin chais pas c’qu’il a cru… après, il aurait été déçu qu’j’l’appelle pas tout d’suite p’t-être, mais j’lui aurais expliqué… pis là, t’arrive, tu casses tout, pis j’peux pas expliquer… c’est un peu bête quand même… même si c’est vrai qu’il aurait pu être plu gentil, mais voilà, ça change rien… », finit-elle en soupirant.

Sibylle bouge son fauteuil pour s’approcher du Master. Elle le prend dans ses bras pour lui faire un câlin et elle frotte son dos. « Ys, c’est pa’c’qu’t’es pas bien qu’t’es comme ça ? Ou c’est toujours ? Pa’c’qu’si c’est toujours, faudrait p’t-être essayé d’voir un psy ? C’est pas une manière cool d’être, t’sais. Ça fait peur en vrai. Tu m’as vraiment fait peur. », dit-elle, avant de passer sa main dans ses cheveux et de lui masser délicatement le crâne, détruisant son potentiel brushing. Sa grand-maman lui faisait souvent ça et elle se souvient qu’elle aimait bien. Elle espère que ça apaisera le Master. « J’veux plus qu’tu fasses ça. Si une femme, ou un gars d’ailleurs, a b’soin d’aide, y t’le dira. Chais pas, j’aurais pu t’r’garder ou t’faire un signe ou j’en sais rien… », reprend-elle doucement. « Ys, on ira s’escuser, pa’c’qu’c’qui s’est passé, c’est pas bien. », termine-t-elle avec aplomb. Si le Master refuse, elle sera déçue, mais elle, elle ira de toute manière et elle paiera les crêpes, parce que le serveur n’y ait vraiment pour rien… bon, c’est vrai qu’il aurait pu rester poli... au final, tout le monde a réagi de manières disproportionnées dans cette affaire. C’est un peu triste.

Le mot:
 

hrp:
 


##   
Contenu sponsorisé

 

Avant première: Action! (PV Siby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: L'atelier.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant