Partagez
J'ai choisi la pilule bleue
##   Ven 20 Sep 2019 - 11:37

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elizabeth
► Rencontres ♫♪ :
Elisha Frost
Elisha Frost
Tonnerre au pouvoir solaire
Messages : 336
Date d'inscription : 11/11/2018
Emploi/loisirs : Elever des châtons

J'ai choisi la pilule bleue

Senri & Elisha

La boîte est remplie ce soir. On peut pas faire un pas sans se coller aux gens autour et les pousser de toutes ses forces. La nuit est déjà bien avancée, la plupart des fêtards ont déjà bien abusé sur la bouteille ou le pétard, et l’ambiance de la pièce est euphorique. Le DJ engagé ce soir est vraiment bon, et la plupart des gens se trémoussent sur la piste de danse, s’enlacent, s’embrassent … Une soirée propice aux rencontres. Et Elisha ne fait pas exception.

Elle travaille pas ce soir, mais elle aime bien profiter de la boîte. Surtout ces derniers temps. Parce que le bar, c’est mort maintenant, il y traîne tout le temps. Que chez elle, quand elle est seule, ça part toujours en bad, et quand elle est pas seule, faut toujours qu’elle s’explique. Alors que là en boîte, elle connait quasiment personne, elle peut être qui elle veut, et avec qui elle veut. Ce soir, c’est un grand brun plutôt mignon. Il s’appelle Valentin, enfin, c’est ce qu’elle a compris. Très baraqué, mâchoire carrée et regard enjôleur. C’est pour ça qu’elle l’a choisi. Ses yeux. Et la petite pilule qu’il lui a proposée au début de la soirée.

C’est vraiment le pied. Ça fait trois heures maintenant qu’elle tourne à … Elle sait même pas, en fait. Et ça a pas trop d’importance pour elle. Collée à sa cible du soir, elle profite de ses sens qui semblent exploser à chaque nouveau stimuli. Le goût de cigarette qui envahit sa bouche chaque fois que sa langue danse avec celle de Val’. La douceur de ses mains qui parcourent son corps peu vêtu comme s’il lui appartenait. La douleur qui la pique quand il vient mordiller sa nuque. Tout est si décuplé, si agréable. Elle rit, sourit, se fait tantôt enjôleuse, tantôt distante. Elle joue avec lui, et ça lui plait terriblement.

Sauf que bien sûr, il ne veut pas que ça. Alors, comme beaucoup d’autres avant lui, il essaye de l’entraîner dehors, prétextant vouloir fumer un joint. Dans la ruelle derrière la boîte, où n’importe qui pourrait se cacher pour faire ce dont il a envie. Où beaucoup le font d’ailleurs. Sauf qu’avec Elisha, ça marche jamais comme ça. Elle a envie, c’est sûr, mais elle veut pas. Ou peut pas, c’est difficile à définir. Dans les deux cas, le résultat est le même. Alors quand il retire le joint de ses lèvres pour l’embrasser à nouveau en la plaquant contre le mur crasseux, elle le repousse.

Nop, déso, moi j’vais pas plus loin. Si tes couilles te démangent, va voir une pute.

Son ton est froid et cinglant. Elle a pas envie de le ménager, pas besoin non plus. Elle le reverra jamais de toute façon, et elle lui doit rien. S’il est vénère, c’est tant pis pour lui. D’ailleurs ça loupe pas : il lui gueule dessus que c’est elle, la pute, l’allumeuse qui profite juste de sa cam. Elle hausse les épaules.

T’as qu’à pas être con et filer ta cam à la première pétasse venue. Allez casse toi putain !

Elle hausse le ton, parce qu’il a pas l’air de vouloir partir. Sa tête lui tourne, son estomac commence à se soulever. La descente, déjà ? Putain c’est pas le moment. Elle pâlit, pendant que l’autre continue de lui gueuler dessus. C’est qu’il s’énerve, le bougre. Et qu’il a l’air prêt à la frapper. Elle hurle :

Mais lâche-moi putain gros con !

Dans quel pétrin elle s’est encore fourrée…


L'important dans la vie, c'est de participer ♥️♥️
J'ai choisi la pilule bleue AayTf03
##   Ven 20 Sep 2019 - 15:32

Personnage ~
► Âge : 19 ans
► Doubles-comptes ? : /
► Rencontres ♫♪ :
Sirpa Rogers
Sirpa Rogers
Novice
Messages : 42
Date d'inscription : 25/05/2019
Emploi/loisirs : Faire chier, et pirater.
Humeur : "YOU, BASTARD!"

Ca doit être la troisième fois que tu reviens ici. Pour revoir le gars de la dernière fois, exactement. Ca doit être la troisiéme fois que tu t’apprêtes à quitter l’endroit sans l’avoir vu. Toi amoureuse ? Non, faut pas déconner, c’est pas un petit dealeur à deux balles qui va te faire un cœur tendre. Mais il était sympa. Et tu sentait que tu lui faisais un peu peur, ça t’amusais. Mais putain que c’est grand Terrae, et que tu as la flemme d’aller le chercher dans toute la superficie de ce mini-pays. Tu te bases sur cette stupide idée comme quoi le criminel revient toujours sur les lieux, espérant le voir revenir dealer ici, mais jusque là c’est un échec. Et vers deux heures du matin, tu commences à te rappeler – oui, commence à te rappeler, ça c’est l’effet de l’alcool et des cents décibels de la musique – que techniquement, t’es pas là pour glander, mais pour apprendre. Des choses. Tu sais plus vraiment quoi. L’alcool et la musique, encore. Alors tu sors après avoir piqué une clope à un mec à qui tu fait les yeux doux depuis le début de la soirée, l’allumant rapidement et commençant à fumer devant la boîte de nuit. Un peu de calme avant de retourner dans ta chambre en douce.

Tu fermes les yeux, presque apaisé. Seulement parce qu’un verre de trop et de la nicotine te font planer à des kilomètres. Et ça ne date pas de ma mort, ça. Puis des bruits de déranges, parasitant le calme tout relatif – une queue de gens veulent encore rentrée à cette heure – autour de toi. Ceux-là sont différents. C’est des bruits de voix, des bruits de colères. Tes paupières maquillées se soulevent, et du coin de l’œil, tu regardes le couple qui s’engueulent dans la rue à côté. Il y a quelque chose qui cloche avec eux…

Quand la voix enraillée par la peur de la fille t’arrive, un truc pête dans ton cerveau. Tu supportes pas, ça. Tu supportes vraiment pas, et s’il y a une promesse que tu tiendras, c’est celle de ne jamais rester indifférente face à ce genre de situation. Ne serait-ce que pour compenser face à tout les connards qui sont restés immobiles, où ont passés leur chemin sans un regard, quand ça arrivait. Ta clope, tu la balances, ton éternelle copain le taser, tu le prends au fond de ta poche. Clairement l’investissement le plus rentable que tu es jamais fait, peut-être que sans lui tu m’aurais rejoint depuis longtemps. Tu le glisses dans la poche arrière de ton short, dépassant assez pour que tu puisses le saisir sans problème, et avec une inspiration pour te calmer et prendre un petit sourire débile de jolie poulette, tu t’avances vers eux.

« Hey… Qu’est-ce qui se passe ici ? »

Tu dois retenir le rictus tordu qui te montes aux lèvres quand le type te dit de dégager, que tout ça ne te concernes pas. Là-dessus on a jamais eu le même avis, et tu te foutais souvent de moi quand je disais qu’il était du devoir de chacun de protéger les autres, considérant plus que les connards et toi, c’est une histoire personnelle, tu peux pas les blairer. Mais on le sait hein ? Que si tu n’es plus qu’à quelques pas d’eux, c’est parce que ça te ferait pleurer de savoir cette nana à l’hosto avant la fin de la nuit, où d’apprendre sur un panneau d’affichage de Terrae qu’elle est plus avec moi qu’avec toi, parce qu’on ne se relève pas comme ça d’un viol.
Tu pauses une main sur l’épaisse épaule du mec, lui faisant un jolie sourire aguicheur sans sentir ses muscles de détendre sous ses doigts. Ok, le mec est une mine prête à exploser, et la fille contre le mur, livide. Tu réfléchies même pas, c’est en quelques sortes une habitude, et tu choppes ton taser pour lui foutre contre les côtes. Oui, tout le monde te dis d’utiliser ce truc avec parcimonie, mais tu leur ris toujours à la gueule. Le type tremble en encaissant la décharge, vacillant et s’affaissant. Ton pied part droit vers son plexus, et l’envoie s’effondrer plus long. Immédiatement, tu te tournes vers la nana, passes un bras autour de ses épaules, et cours vers le devant de la boîte de nuit en l’entraînant avec toi. Faut pas rester seules dans les situations comme ça. Le mec dans la ruelle peut se réveiller et décider de vous suivre. Du monde, ça peut toujours dissuader les plus lâches.

Quand les neons de la façade vous éclairent toutes les deux, tu la lâches enfin, prête à la soutenir quand même. Elle était déjà pâle, et toi t’es venus la balloter en plus. Un moment tu te demandes si l’autre con lui a pas donné une connerie d’aphrodisiaque, ou du GHB. Ca existe les types comme ça, le monde en fabrique à la pelle tous les jours.

« Hey, meuf ! Ca va ? »



LITTLE DEATH

##   Mar 24 Sep 2019 - 15:00

Personnage ~
► Âge : 20 ans
► Doubles-comptes ? : Elizabeth
► Rencontres ♫♪ :
Elisha Frost
Elisha Frost
Tonnerre au pouvoir solaire
Messages : 336
Date d'inscription : 11/11/2018
Emploi/loisirs : Elever des châtons

J'ai choisi la pilule bleue

Senri & Elisha

Elisha regarde Valentin lui crier dessus sans pouvoir bouger. Pas parce qu’elle a peur, nan : les mecs frustrés qui passent ses nerfs sur elle, elle a l’habitude de gérer maintenant. Ça arrive quand on fait son allumeuse, mais elle s’en fou. Nan, ce qui la paralyse à cet instant, c’est cette sensation de vertige qui l’envahit petit à petit, et l’impression que le sol sous ses pieds se dérobe. Elle voit Valentin sans le voir. Elle sent les postillons qu’il crache dans sa colère se coller sur ses joues et son nez, elle voit ses veines saillantes battre au rythme de son pouls. Elle ferme les yeux, attend le coup. Car de toute façon elle ne pourra pas avoir plus mal. Peu importe la douleur physique, jamais elle n’égalera la blessure de son cœur.

Mais le coup ne vient pas. Elisha ouvre les yeux. Une fille est à côté d’eux. Visiblement elle leur a parlé car Valentin a reporté son attention sur elle, lui faisant signe de dégager. La fille sourit. Sort un boitier noir de la poche de son jean. L’enfonce dans les côtes de Valentin qui tremble, secoué de spasmes incontrôlables, puis s’effondre sur le sol. Elisha le regarde tomber, fascinée par la façon dont sa joue s’écrase sur le bitume. Cette onde de choc qui la traverse mollement, allant même jusqu’à déformer son nez un court instant. Et cette forme qu’elle prend une fois qu’il est au sol, comme s’il s’agissait d’une boule de pâte à modeler qu’on aurait écrasée du plat de la main. Est-ce que toutes les joues font ça ? Elle n’a pas le temps de réfléchir à la question, car déjà la fille l’entraîne devant la boîte en courant.

Une fois à la lumière des néons, elles s’arrêtent. La fille lui demande si ça va. Elisha entend, mais n’a pas vraiment le temps de répondre. La drogue lui donne la nausée, et la petite accélération a eu raison de son estomac qui déverse son contenu sur le sol, arrosant au passage son T-shirt, et malheureusement celui de la fille aussi. Bah, c’est pas de chance, mais elle va pas s’excuser non plus. Elle essuie du revers de la main les morceaux collés à ses lèvres. Enfin, les étale. Pas super efficace, mais elle s’en fou. Elle relève la tête, fixe la fille d’un air hébété, et bredouille :

Ouai ça va mieux maintenant …

Elle essuie sa main sur sa cuisse, de toute façon dans le noir, personne le verra. La fille a l’air soucieuse, inquiète. Comme si elle se préoccupait vraiment de l’état d’Elisha. A moins que ce soit parce qu’elle ait cru qu’elle était en danger. Ce qui peut se comprendre, Valentin était pas tendre, et elle-même avait une tête d’enterrement à cause de la descente.

T’inquiète c’était qu’un gros con.

Elle sort de sa poche une petite boîte en fer blanc où elle prend un join. C’est que de la beuh, mais ça fera passer sa nausée et le tremblement de ses mains. Et puis ça adoucira un peu le contrecoup de la drogue qui quitte son organisme. Elle tend la boîte à la fille.

Moi c’est Elisha. T’en veux un ?

C’est pas trop son genre de partager sa cam, mais là elle vient de lui gerber dessus alors elle peut bien faire un petit geste.



L'important dans la vie, c'est de participer ♥️♥️
J'ai choisi la pilule bleue AayTf03
##   
Contenu sponsorisé

 

J'ai choisi la pilule bleue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Loisirs. :: Boîte de nuit.