Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Il serait temps de te réveiller, Yumi [PV Gabriel] [Terminé]
Mar 7 Fév 2012 - 21:21
avatar
Invité

Après avoir rencontrer quelques personnes la renseignant sur le domaine. Elle ne comprenait cependant pourquoi elle était ici. Néanmoins, elle avait perdue un peu de noirceur, certes que très peu, mais elle marchait et se promenait, ce qui n'était plus le cas il y a peu.

Elle était bien perdue dans ce monde et elle commençait à entrevoir l'espoir de s'en sortir. Mais ce genre d'espoir était vite chassé par ses douloureuses pensées.

Ce n'était vraiment pas la Yumi d'origine. Celle-ci avait changé depuis un mois. Avant, elle était douce, gentille, et attentive. Désormais ce n'est qu'une loque de noirceur et d'abandon.

Jamais elle ne s'était plains de quoi que ce soit concernant ses parents. Le choc de sa majorité avait éveillé en elle l'idée qu'elle avait été abandonnée par mépris et non par dépit, manque d'argent etc. Ne connaissant rien de ses parents, son esprit en avait profité pour mélanger tous les scénarios possibles, la torturant depuis un long mois de torpeur et de noirceur.

Son arrivé ici avait donc réveillé un peu la jeune fille, mais pas suffisamment pour qu'elle s'en sorte d'elle même. Il fallait un nouvel élément déclencheur dans son esprit pour l'orienter sur autre chose, et se délivrer de ses vaines pensées d'un passé ignoré.

Elle devait redevenir elle et vivre sa vie, pas enfermée dans le fantôme sournois du passé.

Elle devait vivre, tout simplement, mais ça elle n'en avait même plus l'idée. Elle songeait même à disparaître...

Bref, pour le moment, la jeune fille était encore très perdue, et perdait la notion du temps et de la vie elle même.


Elle se promena alors dans la cour du bâtiment, dont elle avait fait un bon tour pour comprendre de quoi il retournait. Elle ne comprenait vraiment pas pourquoi quelqu'un l'avait emmenée ici, surtout pour l'abandonner à l'entrée...
Elle marchait donc sans de lieu à atteindre, juste une vérité à trouver, une question à répondre.

" Mais en faite, qu'est ce que je fais ici? "

Murmura-t-elle de ses douces et fines lèvres, regardant autour d'elle, véritablement perdue et vague. Ses yeux noirs cherchaient un indice quelconque, pouvant guider son esprit à trouver la réponse. Son corps était encore frêle de sa jeune sortie au dehors de son appartement. Cela se voyait qu'elle était en sous poids, et qu'elle n'allait pas très bien. Sans entendre ses pensées, son physique la trahissait largement.

Elle était donc là, au milieu de la cour, à chercher des repères.


Dernière édition par Yumi Takaya le Mar 21 Fév 2012 - 22:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Mar 7 Fév 2012 - 23:03
avatar
Invité



Il devait prendre cette habitude. Celle de se lever tôt pour échapper à la surveillance parfois trop pesante de son frère. Juste pour aller fumer tranquillement, sans l’entendre râler à côté comme quoi c’était mauvais pour ses poumons. Ce qui n’était pas faux au final. Mais ça l’aidait à garder le contrôle de lui-même, alors pourquoi pas. D’ailleurs, il découvrit à son plus grand malheur qu’il avait épuisé tout son stock. Et pourtant, il avait tout fait pour en garder pendant au moins une semaine. Il vida le tiroir de sa table de nuit et soupirait. Plus un paquet, même pas une petite cigarette isolée du reste. Remarquez que même une seule n’aurait pas suffit pour qu’il tienne toute la journée. Alors il décida de se lever. Il n’était pas pressé, enfin juste un peu. Mais il prit le temps de mettre un anneau à sa lèvre à la place de l’habituelle petite pointe qui y avait sa place depuis un long moment. Il lui fallu d’ailleurs un certain moment pour s’habituer à ne plus se piquer la langue. Et puis, il n’avait pas peur d’avaler l’anneau aussi.

Une fois prêt, il se mit en route pour aller dehors. Il fit passer l’étui de sa guitare par-dessus son épaule, il allait probablement vouloir en jouer une fois qu’il aurait acheté ses cigarettes. Le casque sur les oreilles avec le volume assez fort, il s’avançait en direction du bureau de tabac qu’il avait repéré à son arrivée. Il n’était pas rentré dedans, il n’en avait pas encore eu l’occasion. Et pour son plus grand bonheur, il trouva exactement la même marque que celles qu’il achetait en Angleterre. Rien que de penser qu’il allait pouvoir aspirer encore de grandes bouffées de cet arôme familier, il eut des frissons. Il demanda plusieurs paquets au vendeur, qui semblait surpris. Il se demandait surement comment il pouvait faire pour fumer autant, ou si c’était pour des amis.

Une fois en dehors du magasin, il ne pouvait plus tenir. Il ouvrit un paquet et en allumait une. Il s’arrêta pour profiter de la première inspiration et essayait de garder la fumée le plus longtemps dans sa bouche. Une fois le tout recraché doucement, il se remit en route vers l’institut. Une fois qu’il pénétrait dans la cour, il jeta son mégot dans une des nombreuses poubelles présentes et s’assit sur un banc. Il ne rallumait pas d’autre cigarette, il ne savait pas si il pouvait fumer ou non dans la cour. Alors il préférait éviter pour ne pas être repris par un autre adulte… Et aussi pour éviter de devenir fou par la suite d’une simple querelle à propos d’une petite cigarette. Il sorti sa guitare et vérifiait les accords, comme d’habitude. Il la posa ensuite à côté de lui et fouilla quelques instants avant de trouver une de ses compositions qu’il avait faite avec son frère. Après avoir fini de déchiffrer les tablatures et enlevé ses gants, il commença à jouer. En même temps que les doigts de sa main gauche grattaient les cordes, il battait le rythme avec son pied.

Quand il eut fini de jouer, il releva les yeux, le sourire aux lèvres. Mais il ne s’attendait pas du tout à ce qu’il venait de voir. Il y avait un attroupement autour de lui, qui était surement venu pour l’écouter jouer. Il entendait les applaudissements qui lui étaient adressés. Il remercia tous ceux qui l’applaudissaient sans pour autant se prendre pour une star et refusa gentiment la demande de certaines personnes qui était de jouer une autre musique. Il rangea sa guitare et les tablatures dans l’étui et remit ses gants. Il partit plus loin dans la cour pour s’éloigner du groupe assez pesant qui s’était formé autour de lui.

Quelques minutes et plusieurs pas plus tard, il devait surement se trouver au centre de la cour. Il sentait son écharpe qui, avec le temps, s’était imprégnée de l’odeur agréable du tabac. Et puis, avant de se perdre dans ses pensées, il aperçu une jeune fille. Normal, me direz-vous, mais celle là semblait perdue. En s’approchant d’elle, il remarqua qu’elle avait un teint plutôt livide et il l’entendit se demander où elle se trouvait. Il s’approcha un peu plus d’elle et lui demanda doucement :

-Tu vas bien ? Tu as besoin d’aide ?

Il n’aimait pas voir les personnes dans cet état d’égarement, lui-même avait connu ça quand il avait été séparé de sa mère et de son frère. Alors autant essayer d’aider les gens qui sont dans le même cas.

Ce qu'il joue :

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Mer 8 Fév 2012 - 21:03
avatar
Invité

Quand elle balaya la cour du regard, ses yeux noisettes croisèrent des yeux d'un beau bleu foncé, teintés d'argent, une couleur très rare. Elle comprit sans qu'il parle qu'il était inquiet. Elle ne comprit son inquiétude que quand il ouvrit la bouche, car elle n'avait pas saisi qu'il s’inquiétait pour elle. Il s'était approché d'elle, et lui dit.

-Tu vas bien ? Tu as besoin d’aide ?

Cette question, certaines personnes lui avaient posé. Elle se demandait pourquoi tant de gens posait ce genre de question absurde.

" Je... "

Commença-t-elle, allant répondre de manière cinglante, comme les autres fois. Cependant, elle était un peu plus éveillée, et freina son envie de dénigrer la question.

" On me l'a déjà dit qu'ici c'est Terrae, que c'est pour les personnes avec une sale vie etc. Mais je comprends pas ce que je fais ici moi... "

Dit-elle, perdue, ne pouvant pas avouer qu'elle ne savait plus ce qu'elle faisait dans ce monde tout court.

" Vraiment, c'est quoi réellement cet endroit, un asile? "

Demanda-t-elle. Sa question était absurde, mais elle était tellement paumée...

" J'ai pas ma place ici, je comprends vraiment pas... "

Elle soupira doucement.

* Il ne faut pas que je l'importune quand même... Enfin, ça n'a que peu d'importance, il faut que je m'en aille, ce sera la meilleure solution. *

" Comment quitter ce monde à la fin... "

Dit-elle, désemparée. Elle n'osait même plus le regarder, pas parce qu'elle avait honte, juste qu'elle ne savait plus quoi faire pour elle même. Elle ne savait plus qui elle était et sa raison de sa présence dans un tel endroit, qui à vrai dire, était chaleureux. Mais ça, ce n'était que des détails pour elle.

Revenir en haut Aller en bas

Mer 8 Fév 2012 - 21:54
avatar
Invité



Gabriel n’aimait pas voir les gens dans un état de perdition totale, prêt à tout lâcher. Ayant vécu ça lui aussi, il avait réussi à s’en sortir, alors il ferait en sorte d’aider les gens dans le même cas que lui. Elle avait commencé sa phrase, mais s’en était arrêtée au premier mot. Elle lui expliqua ce qu’elle savait de cet endroit. Et apparemment, elle ne comprenait pas pourquoi elle se trouvait ici. Pourtant, la réponse était évidente, un vide s’était creusé en elle, comme pour Gabriel et tous ceux qui habitaient entre les murs de cet institut. Et puis elle lui demanda si c’était un asile ici. A la suite de cette phrase, il lui dit calmement en se passant une main dans les cheveux :

-Et bien… J’ai déjà connu l’asile psychiatrique et la prison, et je peux te dire que c’est ni l’un ni l’autre. Ici, heu… Bah apparemment c’est pour les personnes qui ressentent un ‘‘vide’’. Moi perso c’est quand ma mère est morte que je suis venu ici.

Elle ne semblait vraiment pas comprendre où elle était. Elle dit même qu’elle n’avait pas sa place ici. Elle semblait presque plus désespérée que lui quand Lana était morte. Il ne savait pas quoi faire pour elle. Lui, il avait été sauvé par son frère, mais il ne savait pas si quelqu’un de proche d’elle pouvait la sauver. Mais une des phrases qu’elle dit le fit frissonner. Quitter ce monde ? Elle songeait à se suicider ? Il ne voulait pas que quelqu’un meurt à cause d’un truc comme ça, un foutu vide qui ronge l’intérieur de chaque personne. Il se mit à sa hauteur, l’attrappa par les épaule et lui it en la regardant droit dans les yeux :

-Tu veux vraiment quitter ce monde ? Il n’y a personne que tu aimes ou qui t’aiment ? Tu dois surement avoir des personnes à qui tu tiens…

Il marqua une courte pause, réfléchissant à ce qu’il pourrait lui dire comme argument et il reprit :

-J’étais dans le même état que toi il y a deux ans. Quand ma petite amie s’est suicidée je voulais aussi quitter ce monde. Mais c’est mon frère qui m’a sauvé, c’est grâce à lui que je suis encore en vie. C’est mon frère ma raison de vivre, je veux aussi me reconstruire une vie nouvelle. Tu dois bien avoir une raison de vivre toi aussi !

Il commençait réellement à manquer de raisons pour lesquelles elle accepterait de vivre. Il la lâcha doucement, se rendant compte qu’il avait serré son emprise sur les épaules de la demoiselle et s’en excusa doucement. C’était rare pour lui de parler comme ça à des inconnus, mais elle semblait vraiment lui ressembler. Elle aussi elle en avait marre de ce monde, même si lui avait trouvé une raison de vivre. Mais il ne voulait pas que d’autres personnes se retrouvent dans la même situation. Après un long silence, il lui demanda tout doucement :

-Comment tu t’appelles ? Moi c’est Gabriel.

Revenir en haut Aller en bas

Jeu 9 Fév 2012 - 18:48
avatar
Invité

-Et bien… J’ai déjà connu l’asile psychiatrique et la prison, et je peux te dire que c’est ni l’un ni l’autre. Ici, heu… Bah apparemment c’est pour les personnes qui ressentent un ‘‘vide’’. Moi perso c’est quand ma mère est morte que je suis venu ici.

* Encore cette histoire de sale vie... *

Pensa-t-elle, avant de poursuivre elle même par :

" Comment quitter ce monde à la fin... "

Elle était désemparée. A cette phrase, le garçon en face d'elle fut très réactif.
Il se mit à sa hauteur, l’attrappa par les épaules. Ce geste fut comme un électrochoc pour la jeune fille, qui n'avait jamais été prise en main de la sorte. Elle fut alors encore plus éveillée pour écouter sa réponse.

-Tu veux vraiment quitter ce monde ? Il n’y a personne que tu aimes ou qui t’aiment ? Tu dois surement avoir des personnes à qui tu tiens…

Tout en parlant, il la regardait dans les yeux. Elle l'écoutait et fit de même, mais n'eut pas le temps de réfléchir ni répondre à ses questions qu'il enchaîna.

-J’étais dans le même état que toi il y a deux ans. Quand ma petite amie s’est suicidée je voulais aussi quitter ce monde. Mais c’est mon frère qui m’a sauvé, c’est grâce à lui que je suis encore en vie. C’est mon frère ma raison de vivre, je veux aussi me reconstruire une vie nouvelle. Tu dois bien avoir une raison de vivre toi aussi !

Cela faisait si longtemps que personne ne s'était ouvert à elle. Sa personnalité initiale voulait le réconforter. Cela la fit trembler, luttant contre son nouveau et ancien elle-même. Elle ne sentit même pas la forte étreinte qu'il avait sur elle. Ses idées défilaient dans sa tête.

* Mais moi je n'ai juste jamais connut mes parents. En réalité, personne de chère à mon coeur n'est morte puisque je ne sais pas qui ils sont et s'il sont toujours de ce monde. De quel droit je dois me plaindre et me morfondre de ça? *

Son ancien elle reprenait les devant de sa propre logique.

* De quel droit je quitterais ce monde juste parce que j'y sens seule, abandonner... Moi j'ai une vie, je n'ai pas le droit d'y mettre fin pour une telle raison... Je suis absurde. Comment en suis-je arrivée là... *

Le poids de toutes ses interrogations, doutes, peines, qu'elle endurait seule et sans se confier, commençait à se mettre dans son esprit. L'électrochoc de l’étreinte autour de ses épaules, la confidence sur un bout de vie... Cela lui remit les idées en place, et cela faisait un moment que ça n'avait pas été le cas. Des larmes se formèrent autour de ses yeux, se sentant lamentable de ce qu'elle était devenue.
Elle entendit sa question avant qu'il ne puisse voir ses larmes.

-Comment tu t’appelles ? Moi c’est Gabriel.

Elle leva son regard plein de larmes sur lui et lui répondit, la voix tremblante.

" J'étais Yumi. Je ne sais plus qui je suis désormais. "

Ses larmes coulèrent, sincères. Elle ne savait plus quoi faire, et ne comprenait pas comment elle en était arrivée là. Sa phrase suffisait à résumer la situation.
Revenir en haut Aller en bas

Jeu 9 Fév 2012 - 22:43
avatar
Invité



Lorsque Gabriel l’attrapa par les épaules, elle semblait se réveiller, comme si elle dormait debout quelques secondes avant. Au moins il avait réussi à attirer son attention, elle l’écoutait plutôt attentivement. Il se demandait si il ne lui avait pas fait peur, mais ce n’était pas sa principale préoccupation. Il ne voulait pas qu’elle se suicide. Alors il avait dit tous ses arguments avec conviction, en s’appuyant sur des faits réels, que lui-même avait vécus. Si elle continuait de dire qu’elle ne voulait plus vivre, il ne saurait vraiment pas quoi lui dire. Mais il n’abandonnera pas.

Quand il lui avait demandé son prénom, il la vit lever les yeux vers lui. Il vit que quelques larmes étaient logées dans ses yeux. C’est d’une voix tremblante qu’elle lui annonça qu’avant elle s’appelait Yumi. Mais apparemment, elle ne savait plus qui elle était. Ne plus savoir qui on est… ça lui faisait ça aussi de fois à Gabriel, quand il change totalement de personnalité, il ne se reconnait plus. Il avait l’impression de se retrouver en elle, même état d’esprit, même envie de quitter ce monde. Et puis il la vit pleurer. C’était le genre de situation dans laquelle il ne savait pas quoi faire. Il ne savait pas comment la réconforter maintenant qu’elle pleurait. Jamais il n’avait été confronté à ce genre de situation. Et puis il se décida.

Il approcha doucement sa main du visage de celle qui apparemment s’appelait Yumi. Il passa sa main sur sa joue pour essuyer les larmes qui coulaient. Mais ça ne s’arrêtait pas. Les larmes coulaient sans pouvoir se stopper. Il n’aimait pas voir les personnes de son entourage pleurer. Et par pur réflexe, il la prit dans ses bras en espérant que la forte odeur de cigarette qu’il dégageait ne la dérangerait pas. Il ne lui était jamais arrivé de prendre une inconnue dans ses bras. Mais il se sentait comme elle, alors il voulait l’aider. Et il ne voulait plus la voir pleurer. Il lui murmura doucement tout en la serrant contre lui :

-Arrête de pleurer… Tu es Yumi, je pense que tu n’as pas changé. Après je n’en suis pas sûr, je ne te connais pas vraiment, mais tu es celle que tu es. Et si tu as un doute, cherche au fond de toi, tu trouveras. Mais ne lâche pas ta vie, faut que tu vives. Parce que si tu meurs, tu ne pourras même pas le regretter. Si tu meurs plein de personne vont pleurer pour toi je pense. Et faire pleurer des gens, c’est assez horrible.

Il la serrait toujours dans ses bras, comme si il voulait la protéger. Il la garda contre elle pendant un moment, sans rien dire, puis se décolla doucement. Il prit un mouchoir dans une poche se veste et lui tendit pour qu’elle se mouche. Il la regarda pendant un petite moment et lui demanda doucement, sans trop vouloir paraitre indiscret :

-Pourquoi tu veux quitter ce monde ?


Revenir en haut Aller en bas

Ven 10 Fév 2012 - 18:04
avatar
Invité

Elle sentit une douce et chaude main sur sa joue. Des larmes tombèrent sur cette douce main. Même si cette chaleur était un peu réconfortante, cela ne calma pas les pleurs de la jeune fille, qui n'avait pas pleuré depuis très, très longtemps. Elle avait sombré dans la noirceur mais jamais dans les larmes.

Elle fut néanmoins surprise quand le jeune homme la prit dans ses bras. Elle ne se rappelait pas d'une telle éteinte avec qui que ce soit. Une odeur de cigarette dégageait de Gabriel, mais cela ne la génait pas, pensant de toute manière à autre chose.

* Pourquoi me prend-t-il dans ses bras? *

Elle sentit qu'il la serrait contre lui, et murmura tout de suite après.

-Arrête de pleurer… Tu es Yumi, je pense que tu n’as pas changé. Après je n’en suis pas sûr, je ne te connais pas vraiment, mais tu es celle que tu es. Et si tu as un doute, cherche au fond de toi, tu trouveras. Mais ne lâche pas ta vie, faut que tu vives. Parce que si tu meurs, tu ne pourras même pas le regretter. Si tu meurs plein de personne vont pleurer pour toi je pense. Et faire pleurer des gens, c’est assez horrible.

Ses paroles étaient pleines de sens. Malheureusement, le problème majeur de la jeune fille était qu'elle n'avait pas ces personnes là. L'orphelinat ne s'était même pas inquiété de son sort, elle avait reçu le même amour de leur part que les autres enfants, ni plus ni moins. Pendant une bref réflexion, elle sentit son étreinte se défaire en douceur, et il lui tendit un mouchoir. Les larmes s'étaient un peu calmées, mais ce n'était pas encore ça. Elle prit le mouchoir et murmura un doux " Merci. "

Elle vit son regard se poser à nouveau sur le sien. Elle sentit qu'il voulait lui poser une question, puisqu'elle n'avait pas répondu à sa tirade et que quelque chose n'était pas clair, ce qui suivit rapidement.

-Pourquoi tu veux quitter ce monde ?

Il l'avait dit avec beaucoup de douceur, et toujours avec beaucoup de patience, ce qui faisait de lui un être doux et gentil. Elle reprit son souffle avec douceur, et répondit à la tirade ainsi que sa question.

" Je n'ai pas les personnes que tu cites. Je suis orpheline, je ne sais pas qui sont mes parents et je ne sais pas pourquoi ils m'ont abandonnée. Je ne sais pas si c'était du mépris, un non-choix... Je l'ignore. "

Dit-elle, le fixant tout en se perdant dans ses pensées.

" Je suis seule dans ce monde, et c'est tellement dur... "

Dit-elle, avouant sa faiblesse. Puis elle se rendit compte qu'elle se lamentait, et ça elle n'aimait pas.

" Je ne suis pas à plaindre, je n'ai pas le droit de t'imposer ma vie et mes plaintes. "


Elle ne voulait pas passer pour quelqu'un qui se lamentait.

Mais à vrai dire, elle en avait plutôt besoin et elle en avait le droit puisqu'elle était quand même orpheline sans savoir pour la vérité... Mais elle s'en voulait de se faire passer pour une misérable alors qu'elle était en vie, en bonne santé. Sa vraie nature était de ne pas se lamenter, relever la tête et avancer...

Mais sa perte dans la noirceur l'a un peu perdue.
Revenir en haut Aller en bas

Sam 11 Fév 2012 - 22:33
avatar
Invité



Yumi devait être surprise quand Gabriel la prit dans ses bras. Mais au moins, elle n’avait montré aucun signe de résistance. Le avait du réveiller quelque chose en lui, personne, ou alors très peu de gens, n’avait eu la chance d’être pris dans les bras de Gabriel. Seul les personnes en qui il avait confiance avaient eu se privilège. Si tout le monde pouvait considérer ça comme un privilège. Mais rassurez-vous, ce n’est pas en serrant très fort quelqu’un dans ses bras qu’il va lui broyer tous les os ! Il n’avait pas autant de force tout de même. Il la regardait après s’être légèrement éloigné d’elle. Ses larmes s’étaient clamées, et elle avait pris le mouchoir en le remerciant. Il avait un regard doux posé sur elle. Avec elle, il préférait avoir un comportement calme et posé, plutôt que de venir complètement fou. Mais après, il ne pouvait pas décider quelle personnalité il voulait. Sinon, il serait toujours gentil, sauf quelques petites sautes d’humeur qui viendraient quelques fois contre des personnes qu’il n’aime pas, mais pas au point de faire de lui un criminel.

Il écouta la réponse qu’elle lui donna par rapport au petit discours qu’il avait prononcé une ou deux petites minutes avant. Apparemment, elle n’avait pas de personnes qui pleureraient si un jour elle venait à disparaitre. Penser une chose telle que celle-ci était vraiment horrible. Elle se demandait pourquoi ses parents l’avaient ‘‘abandonnée’’. Elle l’avait fixé, sans vraiment le faire. Elle semblait être plongée dans ses pensées. Et puis elle ajouta qu’elle était seule dans ce monde et que c’était dur. Normal, en même temps, la solitude, Gabriel l’avait ressentie quand il avait été interné pendant deux longues années. C’était d’ailleurs ça qui avait tué sa mère. Il lui dit doucement :

-Tu n’as pas à t’interroger sur tes parents, si ils t’ont mise dans un orphelinat, c’était surement pour ton bien. Et puis maintenant, puisqu’ils t’ont laissée, tu ne peux plus réellement les considérer comme tes parents. Ta famille, c’est ton orphelinat, tout le monde ou presque doit t’aimer là-bas, peut-être même qu’ils s’inquiètent tous pour toi. Alors s’il te plait, ne dis pas que tu es seule.

Et puis, Yumi changea vite d’attitude. Elle annonça à Gabriel qu’elle ne devait pas se plaindre, qu’elle ne devait pas lui imposer sa vie. Il ne comprenait pas pourquoi elle tenait si peu à se plaindre, après tout, elle en avait le droit. Peut-être qu’on lui avait appris à toujours garder la tête haute quelque soit la situation. Mais après qu’elle ait dit ça, il enchaina directement :

-Tu as tout à fait le droit de te plaindre. Si tu veux, je serais là pour t’écouter. Tu peux compter sur moi si tu as un problème. Je peux te dire un ‘‘secret’’ ?

Il marqua une petite pause, puis il reprit en appréhendant sa réaction quand il lui dirait :

-Je suis schizophrène, et ma maladie est plutôt avancée. A cause de ça, j’ai tué déjà plein de personne en quelques années, notamment mon père quand j’avais 14 ans. Mais je te jure que si tu as confiance en moi, tu n’as rien à craindre.

Il avait dit sa dernière phrase avec un ton presque suppliant, il ne voulait pas qu’elle le prenne pour un monstre sanguinaire. Mais au moins, elle savait qui il était vraiment. Et en quelque sorte, ça le rassurait, et il verrait à sa réaction si il avait bien fait ou non d’essayer de la dissuader de se suicider.

Revenir en haut Aller en bas

Dim 12 Fév 2012 - 10:01
avatar
Invité

Suite à sa réponse au sujet des personnes qui l'aiment, Gabriel évoqua son point de vu.

-Tu n’as pas à t’interroger sur tes parents, si ils t’ont mise dans un orphelinat, c’était surement pour ton bien. Et puis maintenant, puisqu’ils t’ont laissée, tu ne peux plus réellement les considérer comme tes parents. Ta famille, c’est ton orphelinat, tout le monde ou presque doit t’aimer là-bas, peut-être même qu’ils s’inquiètent tous pour toi. Alors s’il te plait, ne dis pas que tu es seule.

Elle l'avait écouté avec beaucoup d'attention. Ce qu'il disait était ce qu'elle avait tout le temps pensé sur ses parents et les gens de l'orphelinat. Ses suppositions étaient juste et avaient beaucoup de sens, puisque c'était ce qu'elle avait tout le temps ressentit au fil de sa vie, mais qu'elle avait oublié en tombant dans le vide.

* C'est vrai, ma famille, c'est l'orphelinat. Comment en ai-je pu douter ainsi? Je suis vraiment pathétique et pas reconnaissante de tout l'amour qu'ils m'avaient apportée, tous. Je suis une fille indigne, comment ai-je pu douter de l'amour de ces gens là? *

La voix de Gabriel interrompit ses pensées, car il enchaîna son discours, à la suite de sa déclaration sur le fait qu'elle ne devait pas se plaindre.

-Tu as tout à fait le droit de te plaindre. Si tu veux, je serais là pour t’écouter. Tu peux compter sur moi si tu as un problème. Je peux te dire un ‘‘secret’’ ?

Elle n'eut même pas le temps de réfléchir, ni de répondre, qu'il énonça le secret. Elle avait néanmoins toute son attention sur lui.

-Je suis schizophrène, et ma maladie est plutôt avancée. A cause de ça, j’ai tué déjà plein de personne en quelques années, notamment mon père quand j’avais 14 ans. Mais je te jure que si tu as confiance en moi, tu n’as rien à craindre.

La révélation était quand même importante. De plus, sa voix n'était pas la même, suppliante et non douce. Pour qu'il puisse dire cela à une inconnue, c'est que celle-ci le "méritait". Elle le regardait, réfléchissant.

* Schizophrène qui tue des gens? Sans lui j'aurai pu peut-être sombrer d'avantage et faire de même... *

Pensa-t-elle, sans a-priori. Elle n'avait pas fait de grimaces ni un mouvement de recul face à la découverte.

" J'accepte ta proposition. "

Dit-elle, douce. C'était concernant le fait qu'il pouvait être son confident, ou quelque chose comme ça. C'était lui qui l'en avait sortit, alors il méritait cela, comme le fait qu'elle ne trahirait pas son secret.

" Sans toi j'aurai fini comme toi, je crois bien. "

Dit-elle, décrochant un doux sourire reconnaissant. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas sourit, et cela devait lui aller à ravir. De plus, ses yeux retrouvèrent leur couleur noisette, mais peut-être que le jeune homme ne l'avait pas vu.

" Merci, et je ne te trahirais pas. "

Dit-elle, sincère et reconnaissante.
Revenir en haut Aller en bas

Dim 12 Fév 2012 - 22:28
avatar
Invité



Il appréhendait toujours sa réaction. Il savait ce qu’il se passait la plupart des fois où des personnes l’avaient rejeté pour ce qu’il était. Il les avait menacées, ou alors… tuées. Et il ne voulait pas lui faire de mal à elle, lors qu’il semblait si bien la comprendre, qu’elle lui ressemblait vraiment. Et surtout, il ne voulait pas regretter de s’être confié à elle. Et aussi, il ne voulait pas qu’il se passe la même chose que devant Lana. Il ne voulait plus tuer maintenant, mais si il s’énervait, c’était fini, sa résolution ne tiendrait pas. Depuis ce jour, ce qu’il s’était passé et comment ça avait fini, il essayait de se contrôler au maximum, surtout qu’il ne voulait pas retourner dans un de ces hôpitaux, enfermé aux côtés de fous qui étaient dans un état pire que lui. Et il ne supportait plus de voir le blanc dans une chambre, ça lui rappelait trop l’atmosphère pesante et sombre d’un hôpital psychiatrique.

Quand il observait sa réaction à cette annonce, il fût étonné et plutôt rassuré qu’elle ne l’ait pas fixé bizarrement ou qu’elle ait pris la fuite. Si tout le monde avait eu la même réaction, à commencer par son père, personne ou presque ne serait mort ou gravement blessé par sa faute. Au moins, elle n’aurait pas à subir ce sort-là, puisqu’elle n’avait eu presque aucune réaction quand elle prit connaissance de l’état de santé de Gabriel. Elle s’était juste contentée de lui dire qu’elle acceptait qu’il soit son confident. Mais surtout, ce qu’elle lui avait dit juste après lui avait fait afficher un grand sourire calme et doux sur son visage. Elle lui avait annoncé que sans lui, elle aurait peut-être aussi fini comme ça, prisonnière d’une une folie meurtrière. Et elle lui dit qu’elle ne le trahirait pas. Il espérait qu’elle ne lui mentait pas, mais vu son état précédent, ça aurait été assez étonnant. Ses paroles semblaient sincères. Elle avait dit tout ça en souriant, ce que Gabriel trouvait fort agréable à regarder. Elle était beaucoup plus belle quand elle souriait que quand elle pleurait. Surtout que, apparemment, c’était lui qui lui avait donné ce sourire. Il lui dit doucement :

-Merci beaucoup… Je ne te ferais jamais de mal.

Il lui attrapa les mains, la rapprocha un peu et posa son front contre celui de Yumi. Il ferma les yeux et ne fit rien d’autre. Juste, c’était une chose qu’il avait l’habitude de faire avec les personnes en qui il avait confiance. Au bout d’un moment, il rouvrit les yeux pour regarder ceux de la jeune fille. C’était peut-être à cause de la luminosité, mais ses yeux semblaient avoir changé de couleur. Ils avaient une jolie couleur noisette qui lui allait si bien. Il lui dit, tout en gardant leurs fronts collés :

-C’est moi ou tes yeux ont changé de couleur ? En tout cas tu es jolie comme ça.

Ce petit compliment était sincère. Il n’aimait pas mentir, comme il n’aimait pas qu’on lui mente.

Revenir en haut Aller en bas

Lun 13 Fév 2012 - 14:29
avatar
Invité

Suite à ses "déclarations" et son sourire, le jeune homme lui répondit.

-Merci beaucoup… Je ne te ferais jamais de mal.

Elle n'en doutait pas une seconde de toute manière. Il avait été sincère et bon auprès d'elle alors qu'elle ne le connaissait même pas et inversement. Si cet individu était prêt à sauver quelqu'un des ténèbres sans même l'avoir croiser une fois dans sa vie, c'était que cet individu était un être fondamentalement bon. Si son être était ainsi, sa schizophrénie pouvait être alors maîtriser. Il faudrait sans doute quelqu'un à ses côtés, qui lui rappelle qui il est vraiment, et cela pourrait surement le sauver en retour.

Bref, ce n'est pas la jeune fille qui pense cela, pour le moment.

Il saisit ses mains et colla son front au sien, ce qui surprit la jeune fille. Jamais au grand jamais quelqu'un avait fait cela sur elle. Elle resta calme et le regarda. Il avait les yeux fermés et elle en profita pour l'observer. Il semblait serein dans cette action alors elle le laissa faire sans problème. Elle vit ses yeux s'ouvrir et ainsi rencontrer son regard. Elle l'entendit dire.

-C’est moi ou tes yeux ont changé de couleur ? En tout cas tu es jolie comme ça.

Il remarqua que sa couleur d'yeux avait changé. Elle l'ignorait puisqu'elle ne pouvait se voir elle même pour le moment. Le compliment était sincère et appréciable.
Elle sourit alors et répondit avec douceur.

" Je pense qu'ils sont à nouveau noisettes alors? Ils ont changé de couleur quand j'ai commencé ma dégringolade je crois bien. "

Avoua-t-elle, essayant de ne pas s'en vouloir à mort non plus.

" Je n'ai pas les cheveux noirs naturellement. Surement un excès de folie dont je me rappelle pas. j'ai du être schizophrène aussi pendant un temps. "

Dit-elle, tout aussi sincère et naturelle.
Elle sourit et conclua.

" Je me les reteindrai, je crois pas que le noir m'aille à ravir. "

Dit-elle, toujours aussi douce, le regardant de ses yeux noisettes. En somme, cela lui faisait du bien de se confesser, et elle se libérait de plus en plus de cette douloureuse période, qu'elle avait envie d'oublier.
Revenir en haut Aller en bas

Lun 13 Fév 2012 - 22:54
avatar
Invité



Gabriel resta un moment à regarder les yeux de Yumi. Il aimait bien cette couleur noisette qui lui rappelait l’automne. Cette saison qui finissait le jour de son anniversaire. Il tenait toujours ses mains mais éloignait son visage de celui de Yumi. Il regardait son visage dans son intégralité à présent. Il la trouvait plutôt jolie. Elle lui expliqua que c’était surement à cause de sa chute dans le questionnement sur ses parents que ses yeux avaient changés. Il ne savait pas que ce genre d’évènement pouvait changer une personne physiquement. Lui c’était le divorce de ses parents qui l’avait changé, qui avait fait que sa schizophrénie s’était développée. C’était un peu pour ça que, depuis, il en voulait à son père. Sinon, les seuls changements physiques qu’il avait subi étaient normaux, juste qu’il était en plein période de croissance. Et son piercing à la lèvre, c’était juste une envie, comme ça, et ça lui plaisait toujours. Mais sinon, ses yeux avaient toujours été comme ça.

Yumi lui expliqua un petit instant après que ses cheveux n’étaient pas noirs naturellement. Il se demandait quelle pouvait être leur couleur d’origine. Surement quelque chose qui irait beaucoup mieux avec des yeux de couleur noisette. Mais elle ne se rappelait pas les avoir colorés apparemment, et elle ajouta qu’elle avait peut-être été schizophrène à un moment de sa vie. Mais pourtant, la schizophrénie était une maladie dont le porteur ne pouvait être soigné définitivement. Alors elle avait juste dû oublier ce passage de sa vie. Et puis elle finit par dire qu’elle se reteindrait les cheveux. Il se demandait toujours la couleur, et il finit par lui dire, en réponse à tout ce qu’elle lui avait annoncé juste avant :

-Malheureusement, on ne peut pas être guéri de sa schizophrénie, alors tu as juste peut-être eu une période de ta vie dont les souvenirs sont maintenant effacés. Et sinon, je me demandais, c’était quoi ta vraie couleur de cheveux ?

Il cherchait ce qui pourrait bien aller avec ses yeux. Surement quelque chose entre le blond et le châtain. Il réfléchit un bon moment, mais ne trouvant pas, il abandonna. Il n’avait pas tellement envie de réfléchir ces temps-ci, sauf si c’était pour lire des tablatures. D’ailleurs, il commençait à peine à comprendre qu’il avait toujours sa guitare sur le dos. Ce qui lui donna une idée :

-Si tu veux, je peux te jouer un morceau à la guitare ! ça me ferait vraiment plaisir de pouvoir te jouer un morceau !

Il lui affichait un énorme sourire, il était tout excité à cause de la proposition qu’il venait de faire à Yumi. Pourtant, ce n’était que jouer de la guitare, rien de plus. Mais il adorait ça, alors autant faire partager sa passion aux autres. Et puis, ça pouvait très bien faire plaisir à Yumi aussi, alors pourquoi pas !

Revenir en haut Aller en bas

Mer 15 Fév 2012 - 9:20
avatar
Invité

Elle voyait bien qu'il se posait des questions sur elle. Notamment, l'évocation d'une couleur de cheveux différente l'intriguait. Il posa enfin la question de lui même. Il en profita pour reparler de l'aspect schizophrène qu'elle évoquait en même temps.

-Malheureusement, on ne peut pas être guéri de sa schizophrénie, alors tu as juste peut-être eu une période de ta vie dont les souvenirs sont maintenant effacés. Et sinon, je me demandais, c’était quoi ta vraie couleur de cheveux ?

Elle ne put répondre qu'elle vit bien qu'il avait à nouveau quelque chose en tête. Il proclama alors son idée.

-Si tu veux, je peux te jouer un morceau à la guitare ! ça me ferait vraiment plaisir de pouvoir te jouer un morceau !

Elle vit alors son large sourire et une grande envie de réaliser sa proposition. Elle rit naturellement en voyant sa volonté. Elle allait accepter sans problème, mais tenait à répondre à son questionnement.

« Oui je veux bien. »

Dit-elle, ravit de l'idée.

« Mais laisse moi répondre à ta question présedente. J'ai normalement les cheveux de couleurs pêches, une drôle de couleur mais qui m'est normalement naturel. Donc je reteindrai et ça redeviendra normal au fil du temps. »

Son explication était claire et sincère. Elle sourit alors gentiment et prit place sur un banc non loin d'eux.

« Je t'écoute, jeune guitariste. »

Dit-elle, sachant pertinament que ça lui ferait plaisir. Elle avait envie de lui rendre l'appareil même si ce n'était rien pour le moment face à son aide précieuse pour la réveiller. Elle le sentit intenable et presser de si mettre.

« Je suis sûre que ce sera ravissant. »

Dit-elle, douce. Elle était bien installée et prête à l'écouter. Elle le regardait doucement et attendit le commencement de son petit concert privé.
Revenir en haut Aller en bas

Ven 17 Fév 2012 - 20:04
avatar
Invité



Il avait toujours ce sourire impatient. Il avait hâte de lui faire écouter sa musique. Il n’avait même pas attendu sa réponse qu’il cherchait déjà qu’est-ce qu’il pourrait bien lui jouer. Mais ne trouvant pas, il décida qu’il chercherait dans ses tablatures pour voir laquelle lui plairait. Et puis il entendit sa réponse. Elle voulait bien l’entendre jouer un morceau, ce qui lui faisait réellement plaisir. En plus, ces derniers temps, il avait l’impression de mieux jouer qu’avant. Alors pourquoi ne pas lui en faire profiter ? Juste après avoir répondu qu’elle voulait bien l’entendre jouer, elle avait directement enchainé en lui disant quelle était sa véritable couleur de cheveux. Couleur pêche… Peu banal, comme elle lui avait fait remarquer, ce qui était vrai. Mais ça devait vraiment bien lui aller. Et comme il le pensait, c’était bien une couleur entre le blond et le châtain clair apparemment. Enfin, ça semblait être ça, au pire ce n’était pas la fin du monde si il se trompait. Tant qu’il savait à présent sa véritable couleur de cheveux, même approximativement puisqu’il ne l’avait pas vue, c’était bien. Et puis il la vit s’asseoir sur un banc juste à côté en lui disant qu’elle était prête à l’entendre. Il s’assit à côté d’elle en posant sa guitare devant lui. Il avait bien aimé cette mention de ‘‘jeune guitariste’’ et surtout, elle lui avait dit qu’elle était sûre que ce serait ravissant. Il avait toujours son sourire, qui semblait ne pas vouloir quitter son visage. Il se mit en tailleur sur le banc, tout en veillant à ne pas pousser Yumi pour ne pas la déranger. Il fouilla dans sa pochette avant de sortir un paquet de feuilles mal rangées sur lesquelles apparaissaient ses tablatures. Il en chercha une qui pouvait l’inspirer et trouva. Après avoir rangé toutes les feuilles qui étaient de trop, il sortit sa guitare.

Il vérifia les accords, comme toujours. Il avait pris cette habitude, surtout qu’il avait déjà fait l’expérience de jouer avec une guitare mal accordée, et le résultat était plus qu’atroce. Cette fois-ci aucun accord n’était à faire, aussi, il avait déjà joué quelques instants avant. Il posa les tablatures à côté de lui et mis sa guitare sur ses genoux. Il regarda un moment les feuilles pour essayer de les apprendre un peu, puis il commença doucement à jouer cette musique qu’il n’avait presque jamais reproduite. Et à sa grande surprise qui fût aussi son grand bonheur, il n’avait aucun problème ou presque pour la jouer. Malgré l’habitude qu’il avait de fermer les yeux quand il jouait une musique qu’il connaissait, il prenait garde à bien regarder quelles cordes il grattait. Même si ses doigts commençaient à lui faire un peu mal, il restait concentré sur sa musique. Il jetait quelques coups d’œil de temps en temps aux tablatures puis il reproduisait la musique qui y était écrite. Il accélérait un peu alors que la musique progressait. Quelques fois, quand ça lui semblait juste, il ralentissait. Tout en écoutant ce qu’il faisait, il trouvait que le tout donnait un bon résultat. Et puis à un moment, il ralentissait de plus en plus, jusqu’à finir la musique.

Il avait l’impression d’avoir retenu son souffle pendant quelques minutes, le temps de la musique. Il prenait une grande inspiration et souffla. Il regarda Yumi en souriant et lui demanda :

-Alors ça t’a plus ?

Puis il rangea sa guitare dans la pochette et regarda l’état de ses mains. A cause du froid et du frottement, les bouts de ses doigts étaient rouges sang. Il remit vite ses gants pour se réchauffer un peu.

Ce qu'il joue :

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Sam 18 Fév 2012 - 15:56
avatar
Invité

Elle distinguait chez lui une réelle passion pour la musique. Elle avait remarquer cela rien par le plaisir avec lequel il avait énoncé vouloir jouer un morceau. Elle l'observa alors pendant sa mise en place. Il était très sérieux et assidue, n'hésitant pas à vérifier les bons accords pour sa guitare et les accords même du morceau. Il fonctionnait avec des tablatures, chose de plus en plus commune chez les guitaristes, mais les professeurs de cette musique préférant d'avantage les belles partitions, plus académiques. Après un bref instant de silence, il attaqua son morceau. Elle lit la légère surprise qu'il ressentit lui même su son visage, comme s'il était étonné de produire exactement le son souhaité. Rien qu'à l'oreille, c'était bien, alors il devait surement en être très content.
Elle suivait ses actions et ses regards dès qu'il se mit à fond dans le morceau. Elle remarqua qu'il observait ses cordes. C'était bien normal puisque se tromper au beau milieu d'un morceau pouvait avoir des conséquences assez négatives et difficiles à entendre. Il était attentif et essayait de tenir un rythme, même s'il peinait un peu, c'était ravissant. La jeune fille l'écouta tout du long, assez fascinée d'une certaine manière. Elle sursauta quand il souffla avant de lui parler, étant tellement plongée dedans elle n'avait même pas réalisé que c'était fini. Elle entendit donc.

-Alors ça t’a plus ?

Elle ne put répondre sur le coup, encore un peu surprise. Elle put reprendre la parole quand il finit de mettre ses gants. Reprenant le contrôle, elle put dire ce qu'elle pensait.

" Comme je le pensais, c'est vraiment ravissant. "

Dit-elle, avec un sourire.

" Vraiment, j'ai aimé. "

Dit-elle, contente.

Malgré tout, la fatigue accumulée et la perdition de son esprit retombait, et le morceau avait fini de calmer ses vilaines pensées. Elle le regardait, souriante, mais une telle fatigue et une telle faiblesse dû à une sous alimentation eut raison d'elle. La jeune fille s'effondra alors soudainement, sans signe pour prévenir. Elle était tombée dans l'inconscience, sous les yeux du jeune homme qui était à ses côtés.

Elle était là, inerte, et presque sans vie. Elle avait vraiment perdue beaucoup de forces au fil de sa descente dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas

 

Il serait temps de te réveiller, Yumi [PV Gabriel] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae. :: Cour.
Aller à la page : 1, 2  Suivant