Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Chambre de Shizuru Fujino - Partenaires ? Aucun jusqu'à présent ^^
#   Mer 6 Avr 2011 - 15:08
avatar
Invité


Natsuki avait accepté ma proposition avec innocence, pauvre enfant … elle allait mettre les pieds dans le monde des adultes cette nuit. Accepter ainsi sans réfléchir à mes capacités … avait-elle fait preuve d’envie ? Ou avait-elle, elle aussi envie de plus ? La première solution me semblait plus correcte par rapport à ce que j’avais pu voir de Natsuki.

Arrivée devant ma porte, j’ouvris celle-ci en invitant ma chère et belle compagne à franchir mon sanctuaire personnel, déposant mes clés sur la porte une fois que nous étions rentrée, je tournais le verrou de celle-ci d’un geste ferme. Souriant de manière explicite à ma belle, je l’invitais à s’asseoir sur mon lit en lui autant son pull en prétextant qu’il faisait bien trop chaud ici pour vêtir autant.

- Je le met sur la chaise, il fait bien trop bon pour s’encombrer d’un gilet n’est ce pas ?

N’attendant même pas une réponse de sa part, je retirai mon gilet à mon tour en me dirigeant vers le coin cuisine. Faisant bouillir de l’eau, je m’adossais à ma tache en préparant du thé pour mon invitée et moi-même, une fois cela fait, je posais la tasse de Natsuki sur la table de nuit en me posant sur la chaise de mon bureau que je fis trainer afin qu’elle soit placée devant celle-ci.

- Tu as remarqué ? Les chambres des initiées sont biens différentes de celles des novices.

J’avais aménagé ma chambre à ma manière, changeant la couleur blanche des murs pour la faire passer dans un beige attractif où sur le mur adjacent de la porte d’entrée, j’avais tapissé celui-ci afin qu’il s’assortisse au reste. Mon mobilier autre fois inintéressant s’était fait remplacer par un design quelque peu étrange se mélangeant entre le noir et le beige. Un petit charme personnalisé, si je puisse dire. Portant ma tasse à mes lèvres, je regardais Natsuki d’un air envieux.

- Tu ne m’as jamais beaucoup parlé de toi ni de ton passé, et je t’avoue que j’aimerai savoir …

M’arrêtant en redéposant ma tasse, je me levais en venant pousser Natsuki sur mon lit pour me retrouver au dessus de celle-ci. Prenant la position dominatrice, je la scrutais des yeux en affichant un sourire coquin sur les lèvres avant de répliquer d’une voix sensuelle :

- Ou désires-tu peut être qu’on se connaisse plus physiquement ? Je n’aurai jamais pensé que tu accepterais ma demande avec tant d’innocence, n’as-tu donc pas peur de te faire dévorer par une prédatrice ne désirant gouter qu’au corps de sa petite amie ?

Oui, je pouvais le dire à présent, Natsuki était bel est bien ma petite amie. Qu’elle dise le contraire ou quoi que ce soit d’autre, je la rappellerai à l’ordre avec ce qu’elle m’avait bien dit précédemment … pauvre enfant se retrouvant entre les mains d’une adulte perverse.
#   Mer 6 Avr 2011 - 16:37
avatar
Invité

J'avais suivi Shizuru dans sa chambre, curieuse de découvrir dans quel genre d'espace elle vivait. La savant créatrice, je me doutais que ce ne serait pas une simple chambre impersonnelle comme celle dans laquelle je résidais.

Rentrant dans sa chambre, je souris en constatant que j'eus raison. Tout l'ameublement ainsi que le décor était changé pour plaire à son regard. Tout en m'asseyant sur son lit, je fus intriguée par le mélange de couleurs de ce lieu. Je devais admettre qu'elle avait du gout, mais bon, mes talents en design s'arrêtaient au 'simple avec le moins de choses possible'. Tout en abandonnant mon analyse, je regardai Shizuru d'un air contrarié quand elle enlève mon pull me laissant juste avec mon t-shirt noir.

-Je le met sur la chaise, il fait bien trop bon pour s’encombrer d’un gilet n’est ce pas ?

Laissant échapper un grognement, je n'ajoutais rien à ses dires. Je pense savoir quand j'ai froid ou chaud. Tout en la suivant du regard, je la vis partir dans une autre pièce, surement la cuisine. Elle revient quelques minutes plus tard avec deux tasses dans les mains. Je savais pertinemment quel breuvage se trouvait dedans. Son éternel thé, elle pouvait le boire à longueur de journée sans jamais s'en lasser, je me demandais si ce n'était pas devenue un tic plus qu'une simple soif. Je n'étais pas une fanatique du thé, mais je me devais de le boire à chaque fois que Shizuru m'en proposait. Et malheur pour moi si je refusais, son regard lourd ne me quittait plus à ces moments là jusqu'à que je le termine.

-Tu as remarqué ? Les chambres des initiées sont biens différentes de celles des novices.

S'asseyant devant moi sur une chaise, elle n'arrêtait pas de me fixer d'une drôle de façon, c'en était presque perturbant. Faisant abstraction de cela en affichant mon air neutre, je hochais de la tête avec approbation.

-Tu ne m’as jamais beaucoup parlé de toi ni de ton passé, et je t’avoue que j’aimerai savoir … 

Oh! Un sujet que je préférais éviter, mais avant que je lui refuse catégoriquement de dire quoi que ce soit, Shizuru me poussa sur le lit pour se retrouver juste au dessus.

-Ou désires-tu peut être qu’on se connaisse plus physiquement ? Je n’aurai jamais pensé que tu accepterais ma demande avec tant d’innocence, n’as-tu donc pas peur de te faire dévorer par une prédatrice ne désirant gouter qu’au corps de sa petite amie ?

Je n'en croyais pas mes oreilles. Mais effectivement, à quoi je m'attendais en venant ici? À boire une tasse de thé à vrai dire, mais on dirait que ce n'était pas l'idée qu'eut la fille du feu. Tout en ne savant pas quoi lui répondre, je la fixais de mes émeraudes, mon esprit en ébullition cherchait à comprendre ce qu'il m'arrivait là. Peur de me faire quoi...? Elle plaisantait là, j'espère. Tout en voyant son corps se rapprocher et son regard brillant posé sur moi, une drôle de panique me prit. Non mais je m'attendais pas... De plus j'étais pas... je voulais pas... Pas depuis que...

-Shizuru stop! Attends.

Tout en fléchissant mes bras pour la repousser sans difficulté, je me relevai. Perdant l'équilibre je me rattrapai de justesse à la chaise placée au part avant devant le lit. M'avançant vers la porte à reculons. Sentant la poignée contre mon dos, j'appuyai dessus mais, à ma plus grande surprise cette dernière ne s'ouvrit pas. Rivant mon regard sur Shizuru, je la vis me fixer d'une drôle de façon que je ne savais définir. Tout en déglutissant difficilement, une idée folle de sauter par la fenêtre me prit de court. Mais je l'abandonnais assez rapidement. Tout en cherchant une explication à mes gestes déplacés, une idée me vint en tête. Devenue toute rouge par la stupidité de mes prochains dires, je bégayai ma réponse d'une voix incertaine.

-Je... Je viens de-de me rappeler que-que... je... Je dois aller prendre une douche! Oui! C'est cela! Il faut que j'aille dans ma chambre... mes affaires... et puis... Il est tard aussi!

Tout en passant du rouge vermille à rouge pivoine, je sentais mes joues me bruler avec force. Non mais quelle stupide excuse, je me demandai si elle allait la gober... à voir son regard, je pense qu'il faudra que j'aille chercher plus loin pour trouver une manière de fuir ce pétrin sans m'avancer sur le sujet.
#   Mer 6 Avr 2011 - 16:51
avatar
Invité


-Shizuru stop! Attends.

Me repoussant, je voulu éclater de rire en voyant son air perdu. S’approchant de la porte à reculons, elle essaya de l’ouvrir en vain. Pauvre enfant … croire que je ne m’attendais pas à ça. Bégayait une excuse en me fixant de ses yeux ronds, elle rougissait sur chacun des mots sortant de sa bouche.

-Je... Je viens de-de me rappeler que-que... je... Je dois aller prendre une douche! Oui! C'est cela! Il faut que j'aille dans ma chambre... mes affaires... et puis... Il est tard aussi!

Excuse minable ma belle, me relevant de mon lit, j’approchais de ma proie à pas de loup avant de me coller subitement à son corps. Ne laissant aucune extrémité entre nous, je venais lui lécher l’oreille avant de lui murmurer :

- Ara … Natsuki ne savait-elle pas que j’avais moi aussi une douche dans ma chambre ? De plus, nous avons la même taille toi et moi, te prêter mes affaires ne me dérangerait pas du tout …

Laissant mes mains se balader sur ses hanches tout en laissant mes mains aller selon leurs envies, je venais débouter son jeans tout en continuant d’une voix sensuelle :

- Ara … Natsuki ne s’échappera pas ainsi …

Après avoir déboutonner son pantalon, je m’arrêtais en me poussant de son corps. Gardant un bon mètre de distance entre nous, je mis mes mains derrières mon dos avant de déclarer d’un ton enfantin :

- Je plaisante, ne fait donc pas une tête ainsi.

Me retournant en cachant ma tristesse du moment que je ne laissai pas paraître, je retournais sur mon lit tout en continuant à parler.

- Je ne ferai rien à Natsuki si elle ne le désire pas … Accepterais-tu seulement de dormir avec moi cette nuit ?

Allais-je contrôler mes pulsions encore longtemps ? Non je ne pensais pas, mais je voulais quand même sa présence et je m’étais jurée de rien faire contre son gré après tout. Même si je dois attendre une éternité pour avoir son corps, je ferai ainsi … l’amour mes enfants.

- Alors ? Ta tête pivoine veut dire oui ou non ?

#   Mer 6 Avr 2011 - 18:57
avatar
Invité

-Ara … Natsuki ne savait-elle pas que j’avais moi aussi une douche dans ma chambre ? De plus, nous avons la même taille toi et moi, te prêter mes affaires ne me dérangerait pas du tout …

éffectivement vu de ce coté là, j'ai pu trouver mieux comme excuse au lieu de m'enfoncer d'avantage. Mais je n'étais pas en capacité de raisonner normalement pour le moment. De plus ça commençait à sentir le roussi dans le coin, mauvais pressentiment.

-Ara … Natsuki ne s’échappera pas ainsi …

Elle était trop près. Attrapant ses mains instinctivement, je les relâchai dès qu'elle s'éloigna de moi, me laissant respirer un moment. Faisant une moue d'enfant elle déclara d'une voix enjouée.

-Je plaisante, ne fait donc pas une tête ainsi.

Je devais vraiment avoir une tête choquée pour qu'elle dise cela. Mais avant que je puisse répliquer d'un ton froid, elle partit en direction de son lit tout en continuant à parler, mais cette fois d'une voix normale. Marquant qu'elle était de nouveau sérieuse.

-Je ne ferai rien à Natsuki si elle ne le désire pas … Accepterais-tu seulement de dormir avec moi cette nuit ?

-Alors ? Ta tête pivoine veut dire oui ou non ?


Après sa dernière réplique, j'ai senti mes oreilles fumer sous la gêne ressentie. Serrant la mâchoire tout en restant plantée près de la porte comme un piquet, je la jugeai du regard. Je n'ai pas aimé sa plaisanterie du mauvais gout, ce qui me poussait à refuser sa demande d'un 'non' absolu.

Mais d'un autre coté, j'aurais dû m'en douter qu'elle veuille aller plus loin, après tout je devais l'attirer déjà depuis un bon moment. Mais je ne savais pas si c'était une bonne chose à faire pour le moment, et de plus elle était une fille, beaucoup plus jeune que moi. Soupirant lourdement, je repris mon air froid qui fit, selon mes ressentis, disparaitre cette fichue couleur bordeaux de mon visage. Il était temps de reprendre ses bonnes habitudes.

-Je pourrais très bien refuser, après tout tu prends trop de place quand tu dors.

Ou plutôt que je n'arrive pas à fermer l'oeil quand sa personne se trouve à mes cotés pendant la nuit. J'eus souvent l'occasion de la voir dormir paisiblement près de moi, pendant toutes ces nuits passées. J'aimais bien son visage apaisé et tellement confiant sans ses mimiques moqueuses ou autres. Juste son vrai visage. Et bizarrement ça me donnait un semblant de puissance, comme si je pouvais la protéger de tout sans qu'elle aie à s'en faire.

-D'accord, Shizuru.

Tout en m'approchant d'elle à pas lent, je fixais son lit d'un air ennuyé.

-Pyjama, je vais aller cherch...

Avant que je puisse même terminer ma phrase, elle me tendit un simple t-shirt avec un pantalon qui s'associait avec.

-Regardes pas.

J'ai pris l'habitude de me changer en sa présence, tout en lui défendant catégoriquement de me regarder à ce moment. Et si elle ne suivait pas mes consignes, je la mettais toujours dehors. C'est pourquoi j'attendis qu'elle se retourne, pour enfiler ses habits à une vitesse éclaire. Tout en me faufilant dans son lit sans sa permission, je mis mes bras sous ma tête en regardant le plafond d'un air pensif. Tout en l'attendant me rejoindre, je me plongeai dans mes souvenirs en associant ce qui s'était passé aujourd'hui.

Il était vrai que je n’ai jamais dit aimer quelqu'un, pour moi c'était une chose inutile qui nuisait au bon fonctionnement des choses. Tous ceux qui tombaient amoureux étaient si facilement manipulable, tellement naïfs. C'était vraiment un sentiment inutile que je me promis de ne jamais ressentir. Pourtant, on dirait que cette fille venait de briser mes principes, elle m'inspirait une confiance inimaginable. Et je ne savais pas pour quelle raison. Lui ayant déclaré ma flamme, d'une façon maladroite je l'avoue, j'étais sure qu'elle est cette personne qui pourra changer ma vie. D'ailleurs elle le faisait depuis son apparition dans mon petit monde. Mais j'espérais juste que tout ne changerait pas entre nous après ceci, car j'aimais bien la Shizuru qui me taquinait, que je grondai à chacun de ses dérapages, dont je me moquais dès qu'elle faisait quelque chose de travers, avec laquelle j'ai connu cette complicité malgré la distance qui me séparait toujours de son cœur. Alors pourquoi je ne voulais pas combler cette distance? De quoi j'avais peur? Car c'était une femme? Il était vrai que tout ce qui concerne ce genre de rapport fut un grand enfer pour ma personne. Dès mon entrée dans les différents gangs, il était difficile de se préserver de toutes ces merdes qui planaient un peu partout. Les hommes furent toujours attirés par mes formes et ma beauté naturelle, ce qui me servit toujours pour mieux les escroquer allant parfois jusqu'à passer des nuits torrides avec eux. Ce n'était pas glorieux, je me devais de l'avouer, mais quand on lutte pour la survie, ceci n'est qu'un détail qui passe au second plan.

Alors pourquoi je refusai à Shizuru ce moment qui nous rapprocherait encore d'avantage? Tout simplement car il était encore trop tôt. Trop tôt pour moi, et surtout, je ne voulais pas la considérer comme toute autre personne. Car elle n'était pas n'importe qui, non.

-Unique...

Un simple murmure inaudible.
#   Mer 6 Avr 2011 - 19:31
avatar
Invité


- Je pourrais très bien refuser, après tout tu prends trop de place quand tu dors.

La blague de mauvais gout … Faisant une petite moue déçue, je m’arrêtais à l’entende de ses paroles.

- D'accord, Shizuru.

D’accord donc ca veut dire oui ? Oui elle veut bien ? Voulant lui sauter au cou une fois de plus, je me retenais dans mon geste quand je la vis approcher du lit d’un pas lent. Commençant une phrase, je la coupais en lui tendant directement « son pyjama ». Et oui, j’avais prévu le coup ! Depuis le jour que je garde ce pyjama à porté de main pour le lui donner ! Enfin ! Enfin, mes rêves étaient exaucés !

- Regardes pas.

Prenant possession de ce que je lui tendais en affichant un sourire amusé, je voulu la regarder se déshabiller mais celle-ci m’y interdisait avant que je ne fasse quoi que ce soit. Me remémorant la dernière fois oµ j’avais eu la désobligeance de l’écouter, je m’étais retrouvée à une heure du matin dans les couloirs à taper à sa porte en la suppliant de me laisser entrer en vain … Le pire dans tout ça, c’est que je m’étais faite attraper par un Master qui m’avait si gentiment reconduit dans ma chambre … En me lançant l’éternelle remarque « Ne traines pas dans les couloirs après 21h. » Couvre-feu si tu existes … je t’en merde.

Une fois sa tenue de dodo mise, elle s’allongeait dans mon lit en regardant le plafond. Ne faisant même plus attention à moi, elle avait l’air plongée dans ses souvenirs. A quoi pouvait-elle donc bien penser ? Décidant d’ôter mes vêtements à mon tour, je ne pris pas la peine de mettre un pyjama cette fois-ci, évidemment, j’avais eu l’obligeance de laisser mon petit string noir. Après tout … j’aimais tant voir les réactions de Natsuki quand je faisais quelque chose de « déplacé » selon ses dires. Me glissant dans mon lit à ses côtés, je me posais sur le côté de manière à ce que ma tête prenne place dans sa nuque et que mes bras se déposent sur son ventre plat.

-Unique...

La regardant de mes yeux flamboyants, je l’entendis prononcer ce mot dans un murmure. Si je n’étais pas si proche d’elle, jamais je ne l’aurai entendu. Mais disons que la chance était avec moi en cette nuit étoilée.

- Qu’est ce qu’il y a d’unique mon petit louveteau ?

Awh que j’aimais lui donner des surnoms ! Jamais ! Jamais cette habitude ne partira ! Même si elle était mon ainée de 2 ans, elle restait pour moi une jeune fille au corps de rêve qui devait se laisser taquiner par mes soins.

- A quoi penses-tu ?

Me redressant de ma position, je la pointai du doigt avant de déclarer d’un ton faussement choqué :

- Ara, Natsuki penserait-elle à des choses perverses en ma présence ?

Me recouchant en laissant un rire sortir de ma bouche, je la regardais dans les yeux avant de déclarer le plus simplement possible :

- T’as-t-on déjà dit que tu étais magnifique Natsuki ?
#   Mer 6 Avr 2011 - 20:11
avatar
Invité

-Qu’est ce qu’il y a d’unique mon petit louveteau ?

Surprise, je tournai mon regard vers sa direction en constatant qu'elle n'avait pas prit la peine de se vêtir dans un pyjama. Rougissant, je détournai mes émeraudes pour fixer le mur à ma droite en grognant.

-A quoi penses-tu ? 

-Ara, Natsuki penserait-elle à des choses perverses en ma présence ?

Reportant mon attention sur elle après son mouvement brusque, je fis non de la tête comme si ma vie en dépendait. Les yeux rivés sur son visage, je la regardais sourire avant qu'elle me lance ce même regard remplit de je ne sais quoi qui me faisait chaud au coeur.

-T’as-t-on déjà dit que tu étais magnifique Natsuki ?

Si tu savais... Pour seule réponse, je serrai mon poing en le frottant sur son crâne, tout en m'exclamant avec colère.

-Non mais! C'est toi la perverse ici! Et tu pouvais au moins mettre quelque chose sur toi avant de te coucher, non? Dors maintenant!

Tout en abandonnant ma fausse colère en voyant son regard de chien battu, je fis un geste que même moi je n'ai pas prévu. La serrant dans mes bras, je déposai mes lèvres sur son front avant de déclarer avec douceur.

-Tu es unique.

Continuant sur le même ton de voix, je poursuivis dans ma lancée. Après tout il fallait profiter, autant se lancer entièrement quitte à devenir pivoine ou s'enfermer dans un mutisme par après.

-Je ne pensais pas à grand chose... Ne t'en fais pas. Et venant de ta bouche ce compliment me touche beaucoup.

Lui caressant les cheveux, j'ajoutai d'une voix calme, mais tout autant catégorique.

-Et gardes ca bien en tête, je ne compte pas me répéter!

Non mais, moi Kuga Natsuki n'allais pas fondre ainsi devant cette fille. Même si elle pouvait me mettre dans des situations affreusement gênantes, il fallait bien qu'elle paye ses méfaits, c'est pourquoi je ne m'abstiendrais pas de lui montrer ma force de frappe et ma méchanceté si elle dérape, peu importe ce qu'elle représente pour moi maintenant.
#   Mer 6 Avr 2011 - 20:36
avatar
Invité


-Non mais! C'est toi la perverse ici! Et tu pouvais au moins mettre quelque chose sur toi avant de te coucher, non? Dors maintenant!

Sortant cette phrase avec colère, elle se calma en me prenant dans ses bras. Déposant ses lèvres sur mon front, un petit rougissement naquit à la suite de ses paroles.

-Tu es unique.

Répondant finalement à mes questions d’une réponse vague, je la serrai à mon tour tout en écoutant sa voix d’un calme inimaginable.

-Je ne pensais pas à grand chose... Ne t'en fais pas. Et venant de ta bouche ce compliment me touche beaucoup.

Caressant mes cheveux d’un geste doux, elle enchainait les paroles tandis que j’avais déjà dérapé dans mes pensées sans y porter la moindre importance.

-Et gardes ca bien en tête, je ne compte pas me répéter!

Ara toujours aussi brutale à ce que je vois. Laissant échapper un petit rire cristallin, je me blottissais un peu plus contre son corps chaud tout en soupirant de contentement. Que j’aimais sentir son cœur battre sur la poitrine ! Dieu ! Je ne t’en remercierai jamais assez. Malheureusement pour elle, je n’avais pas décidé de dormir maintenant, non j’étais bien trop contente pour ça.

- Je ne te ferai pas répéter mon cœur, ne t’inquiète pas. Par contre, désolée de te le dire, mais je ne compte pas dormir maintenant … Je suis bien trop heureuse pour.

Prenant un temps pour réfléchir, je levais la tête et la regardais dans les yeux avant de lui demander :

- Puis-je … te confier la raison pour laquelle je suis ici Natsuki … ?

Je savais très bien qu’elle ne me rejetterait pas pour ça, je savais très bien que je pouvais lui confier et à elle seule mes pêchés … Je savais très bien que son amour incertain à mon égard était plus réel qu’elle ne l’aurait cru … Recevant comme réponse de sa part un hochement de la tête, je commençais mon monologue.

- C’est un Master qui est venu me chercher, un homme peu commode à vrai dire … J’étais dans la demeure des Fujino le jour où il toquait à ma porte. Cela faisait déjà un long moment que je vivais seule, depuis la mort de Père, Mère s’est enfermée dans une schizophrénie et s’est fait interner dans un hôpital à Kyoto.

Prenant un temps pour réfléchir à mes dires, je poursuivais d’un ton toujours aussi calme en apparence. Intérieurement … c’était bien autre chose.

- J’ai commis beaucoup d’erreurs dans mon passé, j’ai rencontré des gens … Mais je pouvais toujours sentir en moi ce vide, ce manque de quelque chose, je ne sais trop quoi à vrai dire … Mais maintenant j’ai trouvé celle qui réchauffe mon petit cœur meurtrit, toi ainsi que ce pouvoir m’ont fait pousser des ailes littéralement tu sais ? Tu es devenue si importante pour moi … Que jamais je n’oserai penser à me séparer de toi Natsuki.

Voulant venir cueillir ses lèvres, je m’arrêtais dans mon mouvement en entendant mon cellulaire vibrer. Lâchant une injure, je me reculais de Natsuki pour regarder le nom qui s’inscrivait sur l’écran de mon téléphone. Aya. Que me voulait-elle à une heure si tardive ?

- Shizuru, que se passe-t-il Aya-Tan ?

- Mère ?! Depuis quand ? Comment ça elle désire me voir ?

- Je refuse. Je n’ai que faire de cette femme. Ne me déranges plus pour de tels futilités.


Raccrochant le téléphone en affichant une expression colérique, je le balançais de l’autre côté de la pièce en murmurant des insultes inaudibles.

- Désolée pour ce dérangement, je devrais te quitter demain matin Natsuki …
#   Jeu 7 Avr 2011 - 13:46
avatar
Invité

-Je ne te ferai pas répéter mon cœur, ne t’inquiète pas. Par contre, désolée de te le dire, mais je ne compte pas dormir maintenant … Je suis bien trop heureuse pour.

Malheur, ce sera une longue nuit à ce que je pouvais voir.

-Puis-je … te confier la raison pour laquelle je suis ici Natsuki … ?

La regardant avec intérêt, je hochais la tête pour qu'elle poursuive.

-C’est un Master qui est venu me chercher, un homme peu commode à vrai dire … J’étais dans la demeure des Fujino le jour où il toquait à ma porte. Cela faisait déjà un long moment que je vivais seule, depuis la mort de Père, Mère s’est enfermée dans une schizophrénie et s’est fait interner dans un hôpital à Kyoto.

-J’ai commis beaucoup d’erreurs dans mon passé, j’ai rencontré des gens … Mais je pouvais toujours sentir en moi ce vide, ce manque de quelque chose, je ne sais trop quoi à vrai dire … Mais maintenant j’ai trouvé celle qui réchauffe mon petit cœur meurtrit, toi ainsi que ce pouvoir m’ont fait pousser des ailes littéralement tu sais ? Tu es devenue si importante pour moi … Que jamais je n’oserai penser à me séparer de toi Natsuki.

Je l'écoutais sans l'interrompre. Je savais qu'elle avait un passé sombre derrière elle, mais jamais elle ne m'en a donné de détails. Enfin, je n'ai jamais cherché à savoir quoi que ce soit sur elle, non plus. Il était surement plus facile de n'avoir jamais connu ses parents plutôt que de les voir disparaitre de sa vie tout à coup. La solitude devait être présente en elle tout le temps, ce cri de désespoir qui voulait à tout prix se libérer de ce mal-être. Mais le plus étrange dans tout cela, ce qu'elle gardait en apparence son sourire joueur, son humeur enfantine, sa personnalité. Mais derrière tout cela, il n'y avait que tristesse. Et en ce moment même, elle était en train de me l'exposer sans gêne, comme si elle me faisait entièrement confiance, comme si elle était sure que rien de tout cela ne puisse changer ce qui s'est battit entre nous. Mais le seul fait qu'elle compte sur moi me mettait mal à l'aise. Pourquoi me faire autant confiance?

M'interrompant dans mes pensées, je l'écoutais d'une oreille parler à son interlocuteur.

-Shizuru, que se passe-t-il Aya-Tan ?

- Mère ?! Depuis quand ? Comment ça elle désire me voir ?

- Je refuse. Je n’ai que faire de cette femme. Ne me déranges plus pour de tels futilités.


Si j'ai bien compris sa mère fut enfermée dans un hôpital pour cause de maladie psychologique. Je ne comprenais pas ce qu'elle voulait dire, mais je n'allais pas me mêler de ses affaires. Après tout, c'est pas ma vie non plus. Lançant son portable à travers la pièce, elle affichait une mine furieuse. Cela me fit penser que je dois me dégoter un nouveau portable moi aussi.

-Désolée pour ce dérangement, je devrais te quitter demain matin Natsuki …

Affichant une mine mi-sérieuse, mi-pensive, je me décidai de réagir à ses précédents dires avec froideur, ou plutôt un calme fou.

-Il est rare de te voir aussi en colère Shizuru. À ce que je vois, toi aussi tu n'as pas eu une vie facile. Je te dirais juste une chose... Il est difficile de se défaire de ses démons du passé. C'est quelque chose qui reste collé à toi, parfois à tout jamais.

Prenant une pause pour réfléchir un moment, je poursuivis.

-Je ne suis pas sure d'être à la hauteur pour te préserver de ce mal... Je n'avais jamais ce genre de chose à faire, mais j'essayerai tout de même. Juste ne m'en veux pas si j'échoue.

Tout en méditant sur mes propres dires ainsi que sur les siens, je m'enfonçai dans le coussin en fermant les yeux. Même si je ne risquerais pas de dormir cette nuit, je lui lançai une remarque inutile.

-Fais juste attention de ne pas me réveiller dans ce cas.

Même si j'étais sure d'être partie demain avant son réveil. Je me tournais vers elle, plongeant mon regard dans le sien, je demandais sans vraiment l'obliger à répondre.

-Pourquoi cette colère dans tes yeux Shizuru?
#   Jeu 7 Avr 2011 - 18:48
avatar
Invité


-Il est rare de te voir aussi en colère Shizuru. À ce que je vois, toi aussi tu n'as pas eu une vie facile. Je te dirais juste une chose... Il est difficile de se défaire de ses démons du passé. C'est quelque chose qui reste collé à toi, parfois à tout jamais.

Me sermonnait-elle ? La regardant de travers sans rien dire, je restais sur sa première phrase. Oui, il était rare que je montre un quelconque désaccord en ma personne, j’avais pris l’habitude de garder mon masque, même en sa présence. Mais était-ce si surprenant que ça ? J’étais humaine après tout … Du moins, pour l’instant, je l’étais toujours.

-Je ne suis pas sure d'être à la hauteur pour te préserver de ce mal... Je n'avais jamais ce genre de chose à faire, mais j'essayerai tout de même. Juste ne m'en veux pas si j'échoue.

Non je ne t’en voudrais pas … Et j’ai peut être commis l’erreur de ma vie en croyant que tu saurais m’aider, mais c’est un espoir comme un autre, autant m’y accrocher avant de sombrer pour de bon.

-Fais juste attention de ne pas me réveiller dans ce cas.

Sarcastique en plus. Laissant échapper un soupir tout en laissant ma colère sur mon visage, Natsuki se retournait et me regarda de ses yeux vert forêt.

-Pourquoi cette colère dans tes yeux Shizuru?

Laissant échapper un soupir avant de me retourner et lui présenter mon dos comme réponse, je fermais les yeux en laissant le silence planer. Décidant tout de même de lui répondre, je murmurai silencieusement :

- J’aurai aimé que tu viennes avec moi …

Secouant ma tête en me persuadant qu’elle n’avait rien entendu, je poursuivais cette fois-ci d’un ton plus ou moins calme :

- Aya-Tan m’a appelé pour me dire que Mère désirait me voir le plus tôt possible. Ca m’a mise en colère seulement car après deux ans elle se dit un jour : « Où est Shizuru ? ». De plus, demander cela à Aya, c’est un culot impardonnable. Elle ne pense qu’à elle, et feint sa maladie comme excuse valable pour jouer les amnésiques. Une idiote qui aurait dû mourir à la place de Père. Quoi que, les deux disparus, j’en serai comblée …
#   Sam 9 Avr 2011 - 14:26
avatar
Invité

Pour seule réponse, j'eus son dos en premier plan. Ne bronchant pas d'un millimètre, j'attendis qu'elle dise quoi que ce soit.

-J’aurai aimé que tu viennes avec moi …

Elle aurait quoi? C'était rare qu'elle me demande quelque chose, alors là.

- Aya-Tan m’a appelé pour me dire que Mère désirait me voir le plus tôt possible. Ca m’a mise en colère seulement car après deux ans elle se dit un jour : « Où est Shizuru ? ». De plus, demander cela à Aya, c’est un culot impardonnable. Elle ne pense qu’à elle, et feint sa maladie comme excuse valable pour jouer les amnésiques. Une idiote qui aurait dû mourir à la place de Père. Quoi que, les deux disparus, j’en serai comblée …

Je n'en croyais pas mes oreilles, elle détestait littéralement ses parents. Et cette haine était tellement présente qu'elle ne voyait même pas les bon cotés des choses. Le seul fait que sa mère pense à elle, devrait la réjouir ou, au moins, elle ne devrait pas la rejeter ainsi, lui donner une chance. Quoi que j'étais très mal placée pour le dire... Tout en restant de marbre, je demandais d'une voix neutre.

-N'aimais-tu jamais tes parents?

Question surement sans importance après ce temps où elle a commencé à les détester. Mais tout de même cela m'intriguait car je n'ai pas connu l'amour que les parents apportent à leurs enfants.

-Qu'est-ce qu'ils t'ont fait pour que tu les haïsses ainsi?

Je ne pouvais comprendre pourquoi une personne ayant reçu tout de ses géniteurs trouvait encore une excuse pour les détester et leur reprocher quoi que ce soit. On ne pardonne pas tout à ceux qui étaient toujours là pour nous? À croire que non. Il fallait peut être lui expliquer quelle fut sa chance? Soupirant lourdement, je laissai échapper un rire nerveux, avant de fixer intensément le plafond. Dans un murmure glacial et sans émotion, j'ajoutai une information qui n'était pas censée un jour traverser mes lèvres.

-J'ai tué les miens, ainsi que mon frère... Sur un coup de tête.

Le regrettais-je? Difficile à dire. Peut-être oui, peut-être pas. C'est une question qui restera non résolue tout simplement car je ne voulais pas y penser.

-Donnes lui peut-être une dernière chance... Et je veux bien t'accompagner.

Me retournant de coté, je rivais les yeux sur le mur avant de les fermer. C'étaient des sujets bien dérangeants qu'on entamait là.
#   Sam 9 Avr 2011 - 15:01
avatar
Invité


- N'aimais-tu jamais tes parents?

D’une voix neutre elle me demanda cette question qui me figea sur place. Je n’avais jamais réfléchis à cela, je ne savais pas si j’avais un jour aimé mes parents ou non. Le plus lointain souvenir que je puisse avoir d’eux est bien trop douloureux pour y repenser.

-Qu'est-ce qu'ils t'ont fait pour que tu les haïsses ainsi?

Ce qu’il m’ont fait … Ils m’ont rendu responsable de leurs erreurs, laissant porter à un enfant le poids du monde qu’un adulte ne saurait porter. Des gens laids dans ce monde, ce genre de personnes qui souillent la Terra par leurs existences.

-J'ai tué les miens, ainsi que mon frère... Sur un coup de tête.

Me tournant vers elle en la fixant intensément, je la vis fixer le plafond, le regard perdu dans ses souvenirs. Je n’étais pas choquée, car si j’en avais eu l’opportunité j’aurai tué ma mère, ainsi que mon père avant sa mort.

-Donnes lui peut-être une dernière chance... Et je veux bien t'accompagner.

Me faisant dos à son tour, je continuais à la fixer avant de décider à me coller à elle. Pressant ma poitrine sur son dos en soupirant, j’enroulais mes bras autours de sa taille avant de reprendre d’une voix à moitié-posée :

- Pourquoi … Pourquoi avoir tué tes parents Natsuki ?

Continuant sur le même ton, je me décidai à répondre à ses questions.

- Je ne les ai jamais aimé car je n’étais rien d’autre qu’un objet pour eux. L’esclave n’aimera jamais son maitre si celui-ci ne le traite pas d’humain sais-tu …

Prenant un court instant pour remonter dans mes souvenirs, je lui montrai un exemple qui m’avait fait tant souffrir étant enfant.

- Mère n’a jamais apprécié ma présence, et Père désirait avoir un garçon pour pouvoir supporter les responsabilités familiales. Ils étaient tous les deux des personnes d’affaire remarquables et m’ont toujours laissé seule avec les domestiques … Comment veux-tu aimer des personnes que tu n’as jamais vu ni connu en terme clair ? N’est ce pas la raison pour laquelle tu as tué tes parents Natsuki ?
#   Mar 19 Avr 2011 - 22:38
avatar
Invité

Sentant son être se coller à moi, je ne réagis pas laissant mes yeux mi-clos. Même ayant le pyjama sur moi, je pouvais sentir la chaleur s'échappant de son corps nu. Laissant sa voix mélodieuse danser dans mon esprit malmené, je grimaçais légèrement à l'entente de sa question.

-Pourquoi … Pourquoi avoir tué tes parents Natsuki ?

Je ne voulais pas lui répondre à cela, tout simplement car repenser à ses moments douloureux, était une chose que ma personne préférait éviter. Mais les paroles qui suivaient prirent toute mon attention.

-Je ne les ai jamais aimé car je n’étais rien d’autre qu’un objet pour eux. L’esclave n’aimera jamais son maitre si celui-ci ne le traite pas d’humain sais-tu … 

-Mère n’a jamais apprécié ma présence, et Père désirait avoir un garçon pour pouvoir supporter les responsabilités familiales. Ils étaient tous les deux des personnes d’affaire remarquables et m’ont toujours laissé seule avec les domestiques … Comment veux-tu aimer des personnes que tu n’as jamais vu ni connu en terme clair ? N’est ce pas la raison pour laquelle tu as tué tes parents Natsuki ?


Une histoire comme une autre, un enfant riche dont les parents sont trop pris par leur travail pour s'en occuper. Un enfant ayant tout l'or du monde à part l'affection de ses parents. Mais était ce une bonne raison pour détester ainsi les gens qui nous ont donnés vie? Après tout, il était là, enfin à moitié.

Me tournant vers Shizuru, je la repoussai doucement pour avoir un espace suffisant entre nous. Question de distinguer facilement son visage. Inspirant un grand coup, j'ouvris puis referma ma bouche ne sachant pas par où commencer. Grognant de frustration, je me mis en position assise, tout en fixant la fille de feu avec une mine contrariée.

-Tu sais... Vu de ce coté, tu as raison de détester tes parents... Mais pourtant, j'aimerais dire que t'as tord de le faire. Tout simplement parce qu'ils n'étaient peut être pas présents constamment, mais ils t'ont donné richesse, logement, éducation,... En quelque sorte ils t'ont pas abandonnés... Juste peu présents...

Ne savant pas comment exprimer ma pensée, je laissais tomber en me renfrognant. Atterrissant lourdement sur le coussin derrière moi, je me décidai de lui expliquer pourquoi j'ai commis un tel acte impardonnable.

-Je les ai tué... Car à cause d'eux j'ai subis des choses par lesquelles un enfant ne devrait pas passer. Ils m'ont abandonnés dans un orphelinat pour je ne sais quelle raison me laissant croire qu'ils étaient morts... Et 19 ans plus tard, ils revinrent comme si de rien était en me disant m'aimer et sortant des excuses bidons... J'ai perdu contrôle et voilà le résultat. Bref!

Me tournant de dos en me mettant en boule, je murmurai tout en affirmant:

-J'ai pas envie d'en parler... Mais si c'est vraiment difficile pour toi que de rencontrer ta mère... Je veux bien t'accompagner demain. Enfin... Si tu veux toujours avoir la compagnie d'un être si abominable comme moi.

Je me demandais si elle allait me rejeter ou avoir peur de moi à présent. Après tout j'étais un monstre impulsif et sans pitié. On verra bien cela.


p.s.: Déso du retard, mais pas le temps comme tu l'sais :p Je post comme ça pske pas moyen de te chopper xD
#   Mer 27 Avr 2011 - 18:01
avatar
Invité


-Tu sais... Vu de ce coté, tu as raison de détester tes parents... Mais pourtant, j'aimerais dire que t'as tord de le faire. Tout simplement parce qu'ils n'étaient peut être pas présents constamment, mais ils t'ont donné richesse, logement, éducation,... En quelque sorte ils ne t’ont pas abandonnés... Juste peu présents...

Je ne savais pas vraiment quoi en penser, ses dires me transpercèrent un à un en me laissant sans voix. Je ne les aimais pas … et c’était ainsi, je me cachais derrière mille excuses, je l’avoue … mais mes sentiments envers eux ne changeront jamais.

-Je les ai tué... Car à cause d'eux j'ai subis des choses par lesquelles un enfant ne devrait pas passer. Ils m'ont abandonnés dans un orphelinat pour je ne sais quelle raison me laissant croire qu'ils étaient morts... Et 19 ans plus tard, ils revinrent comme si de rien était en me disant m'aimer et sortant des excuses bidons... J'ai perdu contrôle et voilà le résultat. Bref!

Voilà ce qu’il s’était donc passé, non, je n’avais pas été choquée par ses dires … D’une manière ou d’une autre, je m’en doutais un peu. Si ces gens ne l’avaient pas abandonné, elle aurait grandit sainement mais par la même occasion, je ne l’aurai sans doute jamais connue et Natsuki n’aurait pas été la personne qu’elle est à présent. Dois-je remercier ses parents de l’avoir pardonner ou leur en vouloir ? Quoi qu’il en soit, ils étaient morts et on ne pouvait faire revivre un défunt.

-J'ai pas envie d'en parler... Mais si c'est vraiment difficile pour toi que de rencontrer ta mère... Je veux bien t'accompagner demain. Enfin... Si tu veux toujours avoir la compagnie d'un être si abominable comme moi.

Me tournant le dos tout en continuant à parler, mon geste se fit de lui même quand je vins me coller à son dos en reposant ma tête sur celui-ci. Déposant un doux baiser sur son cou, avant de lui dire ma pensée du moment.

- Ne serait-il pas étrange de repousser la personne qu’on aime à cause de son passé ? Je ne te laisserai pas filler aussi facilement Natsuki … à présent … Tu es mienne …

Me collant toujours un peu plus, un de mes mains venait se coller à son ventre en le caressant légèrement. Laissant échapper un petit soupir accompagné d’un bâillement, je creusais ma tête sans son dos avant de déclarer d’une voix à moitié endormie :

- Non, tu n’es pas une personne abominable … Tu es humaine après tout et tout humain est horrible aux moins une fois dans sa vie. Merci de venir demain, ca me fait plaisir … énormément … Natsuki.

#   Mer 27 Avr 2011 - 18:52
avatar
Invité

-Ne serait-il pas étrange de repousser la personne qu’on aime à cause de son passé ? Je ne te laisserai pas filler aussi facilement Natsuki … à présent … Tu es mienne …

Je ne pourrais dire si j'ai frissonné au contact de ses lèvres sur ma peau, ou si c'est sa dernière phrase qui me fit me glacer le sang. En tout cas, je restais de marbre, attendant la suite de ses mots. Tout en la laissant me caresser le ventre avec une posture tendue.

-Non, tu n’es pas une personne abominable … Tu es humaine après tout et tout humain est horrible aux moins une fois dans sa vie. Merci de venir demain, ca me fait plaisir … énormément … Natsuki.

Rassurée par ses paroles chaleureuses, je me détendis spontanément. Sentant la chaleur de ses mains en dessous de mon T-shirt de pyjama, je fermai les yeux un moment en soupirant de bien-être. Repensant à ses dires, j'ouvris brusquement les yeux, une réaction étrange qui me vint après que ma question émergea du fond de mon esprit. Tout en me retournant pour lui faire face, je la regardais avec un air perturbé en me demandant s'il était raisonnable de lui faire la remarque made in Kuga ou pas. Je n'appartiens qu'à moi-même.

-Merci Shizuru de ne pas me prendre pour un monstre.. A vrai dire, j'avais peur que tu me rejettes après cet aveu.

Tout en laissant échapper un petit rire embarrassé, je poursuivis d'une voix calme tout en bayant.

-Je vois que tu as sommeil aussi. Et en plus, il faut qu'on se lève tôt demain. Mais j'ai encore une question...

Oui,une question qui m'intrigue depuis un long moment. Peut-être bien depuis tout ce mois qu'on se connait. Me jetant à l'eau, je la foudroyais littéralement du regard tout en essayant de voir à travers son être.

-Pourquoi moi, Shizuru? Que penses-tu avoir d'une personne comme moi?

#   Mer 27 Avr 2011 - 19:11
avatar
Invité

-Merci Shizuru de ne pas me prendre pour un monstre.. A vrai dire, j'avais peur que tu me rejettes après cet aveu.

Laissant échapper un petit rire, elle continua à parler. J’étais heureuse qu’elle me fasse part de son mal être et que ma réaction lui avait plu … jamais je ne la repousserai, jamais …

-Je vois que tu as sommeil aussi. Et en plus, il faut qu'on se lève tôt demain. Mais j'ai encore une question...

Relevant la tête en la regardant dans ses yeux verts assombris par l’obscurité de la pièce, je me demandais bien ce qu’elle me voulait.

-Pourquoi moi, Shizuru? Que penses-tu avoir d'une personne comme moi?

Cette question … Elle me l’avait déjà demandée, et j’avais pris l’initiative de la contourner soigneusement sans y répondre. Mais cette fois-ci, je ne pouvais y échapper non, ses yeux me demandaient réponse et je ne pouvais lui refuser quoi que ce soit quand elle me regardait ainsi.

- Je ne sais pas pourquoi, je dirai que dès que je t’ai vu, tu m’as plu. Bien plus que quiconque dans ce bas monde … Ton regard froid, ton air oisif disant « je n’ai besoin de rien, je me suffis à moi-même ». Mais aussi ton regard dur qui cachait une tristesse incomparable … Je lis en toi comme dans un livre ouvert, je peux me permettre de dire te connaître.

Je ne savais pas vraiment si elle comprenait ce que je disais, mais je continuais sur le même ton de voix en fournissant plus amples explications.

- Disons que tu ressemblais à un louveteau égaré et que j’ai craqué en te voyant. Ce n’est pas de la pitié, mais j’ai commencé à penser à toi de plus en plus en me disant « Si je fais ça, Natsuki apprécierait peut être ? » C’en est devenu obsessionnel … Et puis je t’ai croisé de nouveau et je me suis promise de ne pas te laisser partir ainsi.

Nos deux premières rencontres avaient été des plus horribles, les deux fois, nous-nous étions tapé dessus et sans retenue … C’est seulement par après que j’ai appris à connaître Natsuki, même si dès le début, je le savais … Elle serait mienne.

- Et toi, pourquoi m’avoir laisser t’approcher ainsi Natsuki ?
#   
Contenu sponsorisé

 

Chambre de Shizuru Fujino - Partenaires ? Aucun jusqu'à présent ^^

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Passons du temps tous ensemble !
 :: Chambre de Shizuru.
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant