Terrae, Une nouvelle ère commence...

Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Blackout... [Pv : Ludmila] [Suite de l'arène]
#   Lun 23 Fév 2015 - 6:23

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Un gémissement à fendre l'âme s'échappa du garçon alors que la rouquine concluait. Elle l'obligeait à faire un choix horrible. A se remuer pour être tranquille, ou à ne rien faire et endurer la présence de quelqu'un à ses côtés. Il ne voulait pas... Il ne voulait pas faire un choix. Il voulait les deux, à la fois, et pourtant, c'était impossible. Aaron s'enfonça contre les oreillers. Étouffant ses sanglots, ses gémissements, dans un oreiller. Il arrêta même de respirer, essayant de suffoquer avec le bout de tissu mais à chaque fois, il se loupait. Tournant brusquement la tête en quête d'air. Ça ne servait à rien. La douleur était la même. Il aurait voulu avoir une lame, tenter de la faire disparaître en lacérant son bras. Mais, il doutait que ça fonctionne, elle lui semblait immense. Tellement immense qu'il se noyait dedans. Il en avait marre... Tellement marre. C'est tellement plus facile d'abandonner... Pourtant... Ce n'était pas dans ses plans. Il n'aimait pas abandonner, et encore moins perdre.

Un gémissement de douleur s'enfuit alors qu'il étirait ses jambes. Tournant le dos à la rouquine, il les fit basculer hors du lit. Si elle ne partait pas, alors autant le faire. Il allait retrouver sa chambre, et comme ça, il serait tranquille. Son téléphone en main, il sautilla à cloche-pied jusqu'à la petite armoire. Il avait juste besoin de son blouson. Qui se trouvait tout au fond... Une mine déconfite, il tenta de s'accroupir mais il finit au sol. Génial. Rien que d'avoir fait ce malheureux bout de chemin, il était épuisé. Tandis qu'il tendait la main vers le blouson pour l'attraper, il sentait le regard de la rouquine sur lui. Avec un soupire désespéré, il se cogna la tête contre le bord du meuble. Il ferma les yeux en soupirant, encore.
- S'il te plait, fit-il d'une voix qui tendait à être calme. Arrêtes. Ça me rend dingue toute cette histoire, je n'ai plus envie d'en entendre parler...


#   Lun 23 Fév 2015 - 12:44

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

Il avait fait son choix. Il s'est lentement levé et je l'ai laissé faire. Avec sa fatigue et son état, il n'irait pas bien loin de toute façon. Et impossible pour lui de se téléporter. Trop de fatigue, pas assez de concentration.
Il est allé jusqu'à l'armoire. Il l'ouvrit mais il s'écroula au sol. J'étais en train de me faire des paris à savoir combien de temps encore il allait tenir. Il chercha son blouson et finalement, sa tête heurta le meuble dans un soupire.

- S'il te plait. Arrêtes. Ça me rend dingue toute cette histoire, je n'ai plus envie d'en entendre parler...


Arrêter quoi Aaron? Arrêter de te montrer la vérité? Tu ne voulais pas voir que des personnes tenaient à toi. Ne voulais pas comprendre que pas tout le monde allait t'abandonner. Je te le prouverai. Je me le promis.

- T'es pas obligé de me fuir pour arrêter d'en parler tu sais? Reviens là, t'es pas assez fort pour rentrer chez toi.

Je me suis levée mais finalement, je n'allai pas l'aider. Il pouvait bien le faire tout seul et il aurait pas apprécier que j'aille limite le porter comme un gosse. Même si des fois, il y ressemblait. Comme là. J'ai soupiré.

- Arrête de croire que tout le monde finit par partir Aaron. T'es assez important pour qu'on reste tu sais? Et maintenant reviens ici avant que j'appelle une infirmière pour qu'elle vienne te disputer. T'as encore une semaine à tirer au fait!

J'aimais bien Aaron. Même s'il me blessait et même s'il m'en voulait, j'avais pas envie de l'abandonner. Parce que je l'appréciai mais parce qu'aussi, quand moi je le lui avais demandé, il ne m'avait pas écouté. Il était aller jusqu'à sauter pour me prouver mes bêtises. Je ferai pareille.


#   Lun 23 Fév 2015 - 14:07

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

Aaron se cogna une nouvelle fois la tête contre le meuble. Pourquoi ? Pourquoi ne voulait elle pas comprendre ! Pourquoi ne le laissait-elle pas tranquille ! Il avait envie de lui crier que si : fuir c'était la seule façon pour ne plus en entendre parler. Mais il était bien trop épuisé, et puis, à quoi ça aurait servi ? Elle ne l'aurait pas écouté. D'un geste las il tira sur le vêtement plié et l'enfila avec des gestes prudents. Son épaule l'insulta et il grimaça. Il serra les dents. Rentrer chez-soi ? Sa petite chambre, son chez-soi ? Bien sûr que si qu'il y arriverait ! Parce qu'il n'était pas question de passer une nuit de plus ici. Il inspira et attrapa l'armoire de sa main droite et l'utilisa pour se relever...
- Bien sûr que si, cracha-t-il en se hissant. Tout le monde finit par partir. Puisque tu ne veux pas y aller, et bien c'est moi qui part. Puis, si j'étais aussi important que tu le dis, t'peux m'expliquer pourquoi mes parents et mon frère se sont tirés sans un mot ?

Sa voix puait la haine et la colère. Il traversa de nouveau la chambre à cloche-pied pour rejoindre la fenêtre. Le bon côté de rejoindre l'hôpital car on avait sauté, c'est qu'on vous mettez à une chambre aux rez-de-chaussés. Histoire d'éviter une seconde tentative. Fourrant le téléphone dans la poche, il expira bruyamment en se rattrapant au cadre de la fenêtre. Il était salement épuisé. Il fit coulissait le morceau de verre et un vent frais s'engouffra dans la chambre. Il s'y assit et fit passer une jambe de l'autre côté, se tournant vers la rouquine, il lui tira la langue.
- Restes ici, si tu veux, moi je rentre. Pas question que j'y reste une minute de plus.


Ceci dit, il fit passer la seconde jambe et descendit. Et s'étala. Avec un cri de demoiselle. Il pensait avoir pied, mais... trente traites centimètres étaient encore présents. Sa jambe blessée, qui n'était pas du tout prête à recevoir tout ce poids, se déroba brusquement et par solidarité celle valide la suivie. Et l'adolescent se retrouva le nez dans la poudreuse. De long gémissement qui ne voulaient rien exprimer d'autres qu'une profonde douleur s'échappèrent. Ainsi qu'un peu de désespoir. Elle devait bien rire la rouquine...
- No comment, grommela-t-il en se glissant sur son côté droit.


#   Lun 23 Fév 2015 - 20:05

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

- Bien sûr que si,Tout le monde finit par partir. Puisque tu ne veux pas y aller, et bien c'est moi qui part. Puis, si j'étais aussi important que tu le dis, t'peux m'expliquer pourquoi mes parents et mon frère se sont tirés sans un mot?

Il s'était redressé et avait enfilé son blouson, et sa voix froide me paraissait désintéressée. Il mit son téléphone dans sa poche et m'adressa un dernier regard alors qu'il enjambait la fenêtre. Il me tira la langue.

- Restes ici, si tu veux, moi je rentre. Pas question que j'y reste une minute de plus.

J'entendis un BOUM quelques secondes plus tard. Je me suis enfin avancée vers la fenêtre où je vis Aaron étalé au sol. Un soupire m'a échappé. Pitoyable.

- Imbécile.

- No comment.

Je suis rentrée et j'ai appuyé sur le bouton pour appeler l'infirmière. Quand elle arriva, je lui fis signe de regarder par la fenêtre de façon discrète. Cinq minutes plus tard, Aaron revenait, cette fois-ci par la porte, en fauteuil roulant pour ne rien arranger. J'ai eu un sourire de vainqueur et l'infirmière, énervée à fermé la fenêtre pour de bon, laissant là Aaron, sur le lit. Elle avait déjà dû le disputer.

- Effectivement, il n'y a même pas besoin de commentaire pour décrire cette jolie tentative de fuite moustique!

J'ai croisé les bras et me suis adossée à un mur. J'avais un petit sourire en coin, du genre moqueur.

- Tu pourras faire ce que tu veux moustique, mais j'ai une dette envers toi. Et je compte bien la régler.

Il m'avait sauvé la vie. Contre ma volonté mais quand même. J'allais payer ma dette. Après, s'il ne voulait toujours pas me voir, je partirai.


#   Mar 24 Fév 2015 - 11:15

Personnage ~
► Âge : 17 ans
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 335
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire et écrire.
Humeur : Je larveeee ~

L'infirmière le ramena comme un gosse. Après l'avoir largement engueulée. Il en voulait à la rouquine pour l'avoir appelée, mais en même temps, il aurait eut du mal à se relever tout seul. L'infirmière avait même due demander à un auxiliaire qui avait une force titanesque pour le ramener dans sa chambre. Il l'avait remis dans son lit comme un gosse qu'on irait coucher. Et ça avait eut le don d'agacer l'adolescent. Elle l'avait prévenu, s'il tentait une nouvelle de partir, il resterait deux semaines. Tss... Comme si ce n'était pas suffisamment ennuyant. En même temps... Il doutait que les infirmiers veulent lui confier des béquilles. Ce n'était pas compliqué, il suffisait de voir son magistral sens de l'équilibre pour savoir que ce serait une très mauvaise idée. Alors, ils le gardaient jusqu'à ce qu'il puisse marche de nouveau. Ça allait être bonheur et joie ! Pff..
- Oh, ça va, grogna-t-il, vexé, en se retournant pour ne plus voir le sourire de Ludmila. Fiche moi la paix.

Il était de mauvaise humeur. Car il se retrouvait coincé ici. Car il se "battait" avec la rouquine pour être tranquille. Car il avait été ignoré par son frère. Pour plein de raison. Futiles ou Réelle. Il était vexé d'avoir été porté comme un gosse, et plus en colère de s'être fait raccroché au nez que pas écouté par la rouquine. Il se raccrocha à l'oreiller comme un singe au dos de sa maman.
- T'as pas de dette, marmonna-t-il en fermant les yeux. Alors oublies ça.

Son épaule lui faisait atrocement mal, car il était allongé dessus, mais il n'avait pas envie de se retourner. Boudant la présence de la rouquine et refusant obstinément sa présence.
- Je veux dormir...

Hrp > Désolé c'est court mais... on finit là-dessus ou tu veux continuer jusqu'à ce qu'il sorte de l’hôpital ?


#   Mar 24 Fév 2015 - 13:19

Personnage ~
► Âge : 19 ans et toutes mes dents!
► Doubles-comptes ? :
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 1294
Date d'inscription : 08/02/2014
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire chier le monde et être un vrai petit diable ;)
Humeur : Ca vous regarde? Non mais sérieux laissez moi tranquille!

- Oh, ça va. Fiche moi la paix.

Mooooh vexé moustique? J'avais presque de la peine pour lui, mais à vouloir jouer au fier, il perdrait. Je l'avais fait et regretté. Hors de question qu'il vive aussi cela: La perte. Douloureux manque, triste absence, loi du silence et regrets amères, c'était mon quotidien. Qu'il me dise moralisatrice s'il le voulait, je voulais juste lui éviter le pire. Lui éviter d'avoir la photo d'un être cher pour seule présence de celle-ci.
Il s'est accroché au coussin, comme si celui-ci était son seul rempart face à la douloureuse vérité: Son frère ne l'avait pas écouté. Je m'en voulais.

- T'as pas de dette. Alors oublies ça.

Non Je n'oublierai pas. Aucune chance, j'étais aussi têtue que lui. Mais ça, je crois qu'il l'avait comprit. Pourquoi fallait-il qu'à chaque fois que nos rapports se faisaient plus heureux, l'un de nous deux gâchait tout? C'était à n'y rien comprendre. Pour tout dire, je crois qu'au fond, on se haïssait autant qu'on s'appréciait.

- Je veux dormir...

J'ai acquiescé sans qu'il le voit. Il avait assez eu de malheur aujourd'hui, je n'allais pas en rajouter. Il cesserait de me bouder quand il le voudrait.
Je ne reviendrai pas vers lui, se serrait à lui de le faire. Quand il le voudrait. Quand il en aurait le besoin ou l'envie. Pas besoin de le lui dire, il le comprendrait quand il le pourrait. Au besoin, il saurait que je serais là, même s'il avait parfois du mal à me supporter, et ce, réciproquement.

- Allez, repose-toi, et cesse de t'enfuir, ça ne te mènera nulle part.

Ma phrase était à prendre au sens figuré comme au sens propre. Ca aussi, il comprendrait. J'en étais sûr. Je me suis baissée vers lui et l'ai embrassé sur le front. J'ai posé un message sur sa table de chevet, aucun doute qu'il n'ai pu ne pas le voir.

"On a tous dû un jour, savoir accepter une main tendue. Pas tout le monde ne part Aaron. Il y en a qui reste."


Et sans un mot, j'ai disparut de sa vue, sortant par la grande porte. Rentrant chez moi par un parc plein de monde, la tête baissée, perdue dans mes pensées. J'espérai bien qu'un jour, le jeune Aaron comprenne que non, on est jamais vraiment seul. Longtemps je l'avais cru. Trop longtemps je l'avais voulu aussi. Mais au fond, il y avait toujours eu quelqu'un. Il y avait toujours quelqu'un. Il y a encore quelqu'un.

HRP: Ben on conclut écoute ^^ J'ai adoré ce rp!! Et je compte sur toi pour avoir droit à un prochain ;)


#   
Contenu sponsorisé

 

Blackout... [Pv : Ludmila] [Suite de l'arène]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Terrae Village.
 :: Hôpital.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3