Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Plouf ou pas plouf, telle est la question. [Piu!]
##   Lun 3 Juil 2017 - 23:43

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

Grillé mon gars. Quand on veut se donner un air mystérieux ça se voit. Les gens mystérieux ne se donnent pas d’air mystérieux, sinon ils se font griller en deux en trois mouvements. Ce qui n’est jamais bon pour leurs affaires. Donc cet air mystérieux me prouve que tu prends tout ça trop à la légère. Aaron veut ma peau. JE LE SAIS. JE LE SENS. Il a pas digéré la serviette hygiénique imbibée de sirop de fraise, il est trop rancunier pour ça.

« Ca se voit que tu aimes le danger, tu viens faire des hypos à côté d’un lac… »


A ce niveau c’est de l’inconscience plus que de la bravoure mais faut bien que je calme ses ardeurs. Je finis par soupirer. Je pourrais lui dire que même un drogué peut jouer le rôle d’une oie du Capitole… Je pourrais lui dire qu’il ne planque pas d’arme à feu, que le plastron de cette dernière modifierait sans gestuelle. Qu’il pourrait avoir une arme blanche, mais que j’en avais vu d’autres et que ça ne me faisait pas particulièrement peur bien que peu de monde sache les manier assez convenablement pour tuer. Oui, vous vous dites que mes propos n’ont ni queue ni tête, mais réalisez une chose, quand un homme sait comment tuer avec une arme, il sait comment garder les autres en vie. Les couteaux sont souvent utilisés par défaut par des saoulards qui ne savent pas les manier, et c’est bien ce qui les rend dangereux.

« Tu comptes me tuer dans mon sommeil ? »

T’en as ni l’air ni la chanson mon grand. Je sens que tu veux faire le pitre, mais pas me faire du mal. Sensitive, tout ça. Ou alors tu caches bien ton jeu hein ? Ou je suis bien fatiguée. Tu veux me tuer alors ? Je grignote un peu.

« Mais t’as raison. »


Je tends la main pour rabattre sa capuche dans son dos.

« La capuche à l’intérieur c’est mal poli. Regardes, moi j’assume mes cernes de trois culs de long et ma sale gueule. Prends exemple. »

Genre… La drogue rien à foutre. Certes ça dégomme ton humeur, mais ça étiole tes sens. Un drogué c'est dangereux car imprévisible, mais c'est facile à maitriser... (quand on a deux jambes mobiles du moins...) Et puis quelqu’un prendre exemple sur moi. Si c’est pas la loose. J’ai envie de dormir putain. Et plus je bouffe plus j’ai envie de dormir. Oh et puis merde. Si c’est comme ça, si c’est comme ça j’vais aller pieuter chez Nathanaël ! Oh wait. Cornemuse. Très mauvaise idée.

« Je veux pioncer bordel. »


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Ven 21 Juil 2017 - 18:17

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Adélaïde Hamilton
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 25/09/2016
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire des trous dans tes tshirts ♥
Humeur : Mon sourire ne disparait jamais.

Aimer le danger, mmh ? Pas particulièrement. T’aimes les sensations fortes, c’est tout. Enfin bon, Ipiu plaisante tu le sais bien alors tu ne réponds pas, te contentes d’un petit gloussement amusé. Elle enchaine en te demandant si tu comptes la tuer. Tes lèvres s’étirent en un large sourire un peu trop fier certainement :

- Yep ! J’aime pas le danger... Je SUIS le danger, Ipiu ! Ca s’voit, nan ?

Tu lèves les yeux au ciel, que trop convaincu du manque de crédibilité que tu as. Heureusement que tu ne te prends pas réellement au sérieux, sinon ta fierté en prendrait un coup. Enfin, t’es tellement occupé à te foutre tout seul de ta tête que tu captes au dernier moment le mouvement de la jeune fille et n’a pas le temps de reculer. Tes cheveux en bataille, mal coupés se retrouvent à la vue de tous, à l’air libre.

Avant même qu’elle n’ait terminé sa phrase, ta capuche est rabattue aussi bas que possible, allant jusqu’à presque planquer tes yeux, ceux-ci assombris, plus durs que ce dont on te croirait capable. Tes doigts se crispent sur le bord de la table. Tu tentes de contrôler les tremblements qui agitent tes bras mais ce n’est pas une vraie réussite. Tête abaissée, tu laisses un rictus déformer ton visage :

- Fais pas ça, tu murmures.

Tu redresses d’un coup le visage et remets correctement en place ta capuche, dévoilant tes grands yeux ambrés dans lesquels se trouvent à nouveau toute la gentillesse et la joie du monde. Un rire léger secoue tes frêles épaules :

- On a tous nos faiblesses, eh ? Tu peux assumer tes cernes et ta sale gueule – comme tu dis, ça signifie pas que j’suis d’accord sur tous les points ! – et je peux ne pas assumer… C’que j’assume pas.

Tu déglutis, étrangement agacé, mais ne te départis pas de ton sourire. Tu hais avouer qu’il y a certaines choses que tu ne digères pas, certaines choses que tu ne peux pas montrer, certaines choses que tu ne t’avoues pas toi-même. Tu n’es même pas certain de bien savoir pourquoi tu ne veux pas enlever cette capuche, en fait. Tu sais qu’en en parlant, cela serait sûrement plus clair, mais tu ne veux pas.

- Allez va, tu veux que j’t’accompagne dormir, Ipiu ? Comme ça je jette un œil et tu peux enfin t’reposer ! tu relances une fois tes tremblements calmés.

Parce que même si sur le coup tu lui en as voulu de ne pas respecter la seule chose à laquelle tu ne veux pas que l’on touche, tu ne sais pas en vouloir sur la durée. Tu restes le même, Asb, même quand tu as la sensation d’avoir été blessé. T’as conscience qu’elle ne savait pas, qu’elle ne pensait pas. Et puis, au fond, t’as aussi conscience que c’est débile d’accorder autant d’importance juste à un bout de tissu. Mais même si c’est débile, ça reste vital à tes yeux.



##   Ven 28 Juil 2017 - 23:20

Personnage ~
► Âge : 11/07/1995
► Doubles-comptes ? : Destan Villaça (RIP), Afya Soubagamousso, Charlie-Ange Petit
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 2292
Date d'inscription : 11/07/2013
Age : 23
Emploi/loisirs : Euh... Ecrire ?
Humeur : Vous connaissez le syndrome de la cocotte minute ? Bah voilà. sous pression et prête à exploser !

J’manque de m’étouffer. C’est quoi cette réplique pourrie sortie d’un film X bas de gamme. Je suis presque certaine que j’l’ai déjà lue quelque part… Peut-être un roman de bit-litt ? Je suis presque certaine que c’était en anglais « I am not in danger, I am the danger » putain c’est un classique… AH JE SAIS ! Breaking bad. Bref classique quoi… Même si ça ne veut pas dire littéralement la même chose. Bref c’est pas le sujet du jour. J’rigole.

« Oui oui ça se voit. »


J’vais pas l’vexer non plus. Je tremble de peur là, ça se voit ? Ok. Je tremble pas, mais j’ai peur, et c’est pas de ce gringalet là. Putain mais merde pourquoi personne ne me respecte dans ce monde ? POURQUOI ? Et pourquoi j’ai pas de transition logique dans mes pensées ? POURQUOI ? Sérieux mais respecte moi et fait pas genre toi aussi tu veux me tuer dans mon sommeil. J’en ai mare. C’est une conspiration, personne ne m’aime, tout le monde veut m’empêcher de me pieuter. La vie d’est de la merde.

Sa réaction ne me surprend pas tellement quand j’baisse sa capuche. ‘fin j’m’attendais à ce qu’il rabatte le tissus, moins à ce qu’il se crispe. Ok ma grande, genre t’es encore tombée sur un type chelou. C’est un peu la norme ici, mais j’vais pas m’en formaliser :

« Quand tu voudras arrêter de cacher tes beaux yeux d’ambres, j’ai des faux-cils qui les mettrait bien en valeur. »


Ne jamais prendre au sérieux les choses qui blessent, si tu leur accordes trop d’importance, que tu leur donnes du crédit, elles ne disparaissent jamais, et on veut qu’elles disparaissent non ?

J’couche plus avec personne au sens sale du terme, mais qu’est-ce que ça défile dans ma chambre dernièrement. Genre Alice, puis lui, puis bon ça fait déjà deux personnes de trop. En vrai j’pense que ce serait quand même moins risqué de dormir seule quand même… Il voudra pas me faire du mal… Mais il serait capable de me faire tomber mon étagère sur la tronche j’en suis certaine… Bon de toute manière c’était mon idée à la base, donc on va dire que c’était une bonne idée en théorie, donc j’vais accepter.

« Allez mon grand, tu vas être mon oie ce soir. Enfin cet aprem. »


Et j’l’embarque dans ma chambre.

« Fait pas gaffe au bordel. »


Genre il y a un tas de fringue sur la chaise et des livres partout sur le bureau et les étagères. Bon rien sur le sol par contre sinon c’est la merde avec le fauteuil et tout. Je cale d’ailleurs de dernier contre le lit où je me transfère grâce à une sorte de guidon sur lequel je me hisse à la force des bras avant de ne le faire pivoter grâce à un petit bouton. Ça change la vie, j’vous jure, ce genre d’instruments. J’enlève mes bas de contention #glamour.

« On est d’accord si quelqu’un rentre dans la chambre tu cries hein ? »


L'art du mensonge c'est de toujours dire la vérité.

##   Ven 11 Aoû 2017 - 12:29

Personnage ~
► Âge : 22 ans
► Doubles-comptes ? : Adélaïde Hamilton
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 25/09/2016
Age : 19
Emploi/loisirs : Faire des trous dans tes tshirts ♥
Humeur : Mon sourire ne disparait jamais.

Ipiu te taquine gentiment en te disant que si un jour tu arrêtes de planquer tes yeux, les faux-cils seraient à tenter. Tu ris avec douceur, sincèrement amusé à cette idée. Après tout, pourquoi pas tester, un de ces quatre ? Restera le problème de cette veste que tu te refuses à lâcher, et de la capuche qui planque ta chevelure broussailleuse…

- Promis, Ipiunette ! Si ce moment arrive, j’me tournerai vers toi pour me travestir en jolie fille. Mais faudra m’offrir une robe de princesse à froufrous !

…C’est quoi cette obsession pour les robes à froufrous, Asb ? Et en plus, t’assumes beaucoup trop. Vraiment trop. Mais bon, quitte à te transformer, autant le faire à fond, c’est ça ? « EXACTEMENT ! ». Trop d’enthousiasme aussi…

Enfin bon, sur ces belles paroles, la mistinguette roule jusqu’à sa chambre, toi sur ses talons. Vous êtes au même étage, et c’est pas pour te déplaire. Elle a l’air rigolote, l’idée de la croiser de temps en temps te plait bien. Elle te dit de ne pas faire gaffe au bordel. Tu fais du coup pas gaffe. En fait, tu t’en fous. Tu préfères le bazar vivant que le clean de l’absent qui ne se sert pas de sa piaule comme d’un chez soi. A Terrae tout particulièrement, c’est LA pièce que vous habitez tous, comme un mini studio. Alors les fringues, les bouquins qui trainent à des endroits plus ou moins surprenants… T’adores ça.

- Ce fauteuil est vraiment génial, tu lâches, t'extasiant devant les fonctionnalités diverses et variées de l'engin.

Tu pousses un peu des affaires et te laisses tomber sur la chaise qui trône devant le bureau. De cette manière, tu peux à la fois jeter un œil à la porte d’entrée et au lit où la Tonnerre s’est posée. Tu acquiesces avec un sourire rigolard :

- Je crie, je hurle, je mords, je- Ah ouais non je sais pas me battre : donc, je crie. On est d’accord ! J’vais juste t’emprunter papiers et crayon s’tu veux bien histoire de passer le temps en attendant l’inévitable attaque, héhé !

Tu t’installes et laisses la miss sombrer, rejoindre Morphée. Toi-même, tu t’offrirais bien une petite sieste, mais à la place tu gribouilles, ton œil endormi glissant de temps à autre sur la porte. L’aprem’ passe, et rien ne se passe. La jeune fille s’offre du repos bien mérité et t’attends qu’elle se réveille, l’air plus en forme qu’avant, pour quitter la chambre sur un dernier « A la prochaine ! » joyeux, ne laissant sur son bureau qu’un cartoon griffonné à la hâte : une nana en fauteuil avec un imbécile en train de lui tomber dessus, les deux filant à vitesse grand V droit sur un lac. Un mot gribouillé dessus : Merci pour l’repas partagé ! La prochaine fois qu’tu veux quelqu’un qui t’surveille ta piaule pendant que tu dors, hésite pas à venir toquer de mon côté, Ipiunouchette ! ♥



##   
Contenu sponsorisé

 

Plouf ou pas plouf, telle est la question. [Piu!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Terrae, Une nouvelle ère commence... :: Aux alentours de Terrae.
 :: Lac.
Aller à la page : Précédent  1, 2