Partagez | 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
[Event - 1] J'crois que les excuses, c'est pas trop mon fort... [Renji <3]
##   Ven 15 Déc 2017 - 21:46

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 240
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Le jeune homme affiche de grands yeux quand Pandora éclate de rire. Bon c'est surtout sa blague qui le laisse sans voix, ne sachant réellement comment il devait la prendre. Se dire qu'il finirait la tête dans les toilettes, c'était un peu jeter son amour propre aux poubelles. Mais peu à peu, ce dernier fit tille et réalise qu'il s'agit bien là du légendaire humour maladroit de son interlocutrice.
Finalement, il se contient mais un léger rictus lui échappe. Il faut croire qu'à force, le terrain de l'humour était devenu un terrain commun où chacun pouvait s'y retrouver, bien que la nature de leurs blagues reste très..... personnelle!

Alors que toute allusion aux toilettes s'évanouit, le partage des biscuits s'installe. Pandora donne le sien, tandis que Renji se garde de lui avouer son message. Pour sa part, ce n'est là qu'un jeu du hasard et rien d'autre. Encore une idée tordue d'un vieux fou adorateur de ses dieux ne sachant que faire de ses longues journées. 
Bref, le japonais n'est pas friand de cet hasard et ne descelle même la gêne de la brune. Jusqu'à que cette dernière laisse paraître un des regards les plus étranges et les plus envoutants. Relevant ses yeux sur cette dernière, le japonais reste sans dire un mot. Croirait elle au destin donc? 
Doutant et perplexe, les prunelles du garçon glissèrent sur le message de l'anglaise quand cette dernière l'interrompue. N'ayant eu le temps de défendre son bien, Renji fut contraint d'observer Pandora lire son message. Tant puis, pour cette fois, il laissera faire les choses. De toute manière, il préfère détourner son attention, c'est plus simple ainsi. 

Enfin détourné.. Jusqu'à que Pandora ne manque de s'étouffer. Renji manqua un fou rire, obligé de devoir s'en cacher le visage. Une fois les esprits calmés et resservant leurs verres, le brun releva son regard sur cette dernière. 

"Et dire que tu te moquais de moi si j'avais finis la tête dans les WC... Tu ne sentiras plus rien à la prochaine gorgée."

Siffle-t'il tandis qu'il reprit une gorgée de ce nectar. Sa conscience lui criait bien de rester sur ses gardes, ne pas boire autant au risque de ne plus savoir garder son équilibre. Mais quelque chose d'autre l'attirait, quelque chose de méconnu encore l'insisté à frôler ces interdits, à pénétrer là où il n'y avait encore jamais mis les pieds. Cette chose même qui le poussa à questionner Pandora sur l'origine de ses tatouages.
Et surprit, il fut néanmoins bien heureux que cette dernière désire partager cet instant avec lui. Il est rare de trouver une personne qui souhaite parler de ses tatouages, de leurs histoires. De vrais tatouages bien sûr, pas celui d'un idiot qui s'est tatoué un gros minet.
Se penchant en avant, croisant des bras, il resta attentif et du regard découvrit les tatouages dont l'anglaise lui montrait soigneusement. Il découvre là une Pandora qui ne se cache pas et parle de ses tatouages comme de chefs d'œuvre. Un peu comme sa passion pour la musique, à force il commence à reconnaître ces expressions qui signifient bien là une Pandora heureuse et émotive.

Les trois roses... Le japonais eut un léger sourire en coin quelque peu invisible. Il reconnaissait bien là tout l'amour que donner la jeune femme envers les femmes qui auront compté dans sa vie. Pandora est restée fidèle à elle même envers et contre tous.
En revanche, le brun hausse légèrement un sourcil quand cette dernière fit allusion à la religion. Jamais il n'aurait pu douté que cette dernière puisse croire en un dieu quel qu'il soit. 
Puis finalement son regard se perd sur cette manchette désirée jusqu'à que la question de l'anglaise ne l'interpelle. Relevant son regard sur cette dernière, son expression change du tout au tout. Un instant de silence s'installe tandis qu'il se redresse pour servir de nouveau les verres.

"Je... Tu sais, chez les-"

S'interrompt soudainement, le japonais balaye du regard les alentours. Cela en devient une parano, mais c'est toujours quand on parle de l'interdit qu'on a l'impression que tous les regards sont braqués sur eux. Mais d'où ils se tiennent, personne ne pouvait les entendre, aussi il reprit:

"Chez les Yakuza, les tatouages sont très négativement connotés. Ils représentent le nombreux et l'étendu des crimes de ces derniers. C'est un rite initiatique, un honneur. Ils symbolisent souvent fidélité aveugle, loyauté, courage, obéissance, force."

Reposant délicatement la cruche, le japonais ne but pas cependant son sake. En vérité, parler de ces tatouages ne l'enchanter guère, pas autant que l'était Pandora. Mais il se devait d'être honnête avec surement la seule personne qui savait le regarder dans les yeux tout en connaissant sa véritable identité. Reste à savoir si après cela, elle se tiendrait toujours en face de lui, d'égal à égal.

"Montrer son tatouage c'est... En fait, on ne les montre pas pour pavaner. C'est comme s'il s'agissait d'une carte d'identité."

Prenant une profonde inspiration, il relance sans aucune contenance et ce avant de boire d'un trait son verre:

"J'en ai un dans le dos, un samourai enlacé d'une carpe et d'un dragon."

Reposant son verre sur la table, le japonais retenu une grimace. A force de boire du sake, ce dernier commençait son œuvre. Il faut dire que cela lui faisait si longtemps qu'il n'en avait pas bus qu'il regretta d'avoir arrêté. Une bonne raison pour aider à oublier l'encre qui couvre son dos. Et surtout, son origine. 
Mais ne désirant pas se laisser sombrer dans un passé loin, il reprit d'un ton plus amical. Tout ce qu'il désire c'est de ne pas effrayé l'anglaise et rendre leur moment pénible.


"Alors comme ça tu crois en une religion. Tu es chrétienne? Je t'avouerais que j'ai un peu de mal à y croire."

Finit-il suivi d'un sourire en coin. Ouais le sake aura au moins réussi à décoincer certains aspects faciales du japonais. Pourvu que l'anglaise ne le prenne pas en pitié ou ne se moque de lui après ça.


##   Sam 16 Déc 2017 - 14:45

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Théo
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 228
Date d'inscription : 13/05/2017
Age : 27
Emploi/loisirs : Music is the answer.
Humeur : Calme, la plupart du temps.

Après ma mésaventure avec le saké, Renji se moque gentiment de moi tout en m'affirmant que la sensation va s'évanouir rapidement. Je ne peux que le croire, et décide de reprendre une gorgée du liquide translucide - une seule petite gorgée cette fois, je ne suis pas suicidaire ! Et comme de fait, il avait raison, lentement mais sûrement, je récupère des sensations au niveau de mes papilles et de ma gorge. Je dois dire que cet alcool est infect de goût, en fait. Rien ne vaut une bonne blonde ! (Je parle de bière, qu'on soit d'accord...)

"Tu aimes bien ? Je trouve que le goût n'est quand même pas génial..."

J'en bois à nouveau jusqu'à terminer mon verre, et étrangement, ça me semble moins mauvais de gorgée en gorgée. Je me rends alors compte que ma bouche est comme anesthésiée, et je comprends que l'alcool est vraiment fort. Il faut que je fasse attention à ne pas trop boire et perdre le contrôle de moi-même... Ca ne m'est arrivé que rarement, mais c'était justement à chaque fois avec des alcools forts que je ne connaissais pas bien. Comme aujourd'hui.

Le japonais m'écoute sans m'interrompre lorsque je lui parle de mes tatouages, et observe les encrages que je lui montre avec attention. Je crois déceler de la surprise lorsque je lui parle de ma foi, mais je n'y prête pas attention. Comme je l'ai dit, c'est un sujet dont je ne parle pas, et je pense qu'il est la première personne à qui je le mentionne. Même Matt ne le savait pas, il était contre la religion et les croyances "de bonnes femmes" comme il disait, donc je n'avais jamais abordé le sujet avec lui...

Et puis vient comme un malaise, lorsque je retourne la question au brun. Il reste un instant silencieux et s'assure qu'il n'y a pas d'oreilles indiscrètes avant de me répondre, d'une voix plus basse. Il nous ressert du saké tout en parlant de manière hésitante des Yakuzas, de la signification de leurs tatouages, et je sens mes doigts se crisper autour de mon verre. Je ne suis pas sûre d'avoir envie d'entendre la suite, mais malgré tout il continue et finit par m'avouer la présence d'un motif tatoué dans son dos. Je sens la chaleur quitter mon corps petit à petit, je dois avoir le visage soudain pâle. Je fronce un instant mes sourcils et lui pose la question qui me brûle la langue.

"Et ce tatouage... Qu'est ce qu'il représente au juste ?"

Sous-entendu, qu'as-tu fait pour le mériter, Renji ? Es-tu un meurtrier ? Je déglutis difficilement et bois moi aussi mon verre d'un trait, pour tenter de retrouver mon calme. Je lui ai dit autrefois, que tout le monde avait droit à une seconde chance, quel que soit ce qu'il avait fait. Subir la mauvaise influence de son entourage et prendre de mauvaises décisions, ne fait pas de lui quelqu'un de mauvais, sur ce point je n'ai pas changé d'avis. Alors, j'avance une main tremblante sur la table pour venir trouver la sienne, effleurer doucement ses doigts. Quoi qu'il me dise, je ne le laisserai pas tomber.

La conversation dévie ensuite sur un sujet plus léger. Enfin, plus léger, je ne suis pas sûre ; la religion a souvent été source de conflits depuis la nuit des temps ! Je secoue négativement la tête à sa question, un léger sourire sur les lèvres. Comment lui expliquer ? Ma foi est particulière et très personnelle...

"Je crois en Dieu ; ou du moins qu'il existe un Être supérieur, quel que soit le nom qu'on lui donne... Mais je ne me rattache à aucune religion en particulier, il y a du positif et du négatif dans chaque croyance. C'est un sujet qui m'intéresse et sur lequel je me renseigne assez bien, aussi bien sur les anciennes mythologies que les religions actuelles ! Et toi, crois-tu en quelque chose ? Je sais que c'est un sujet intime, donc tu n'es pas obligé de répondre si ça te gêne..."

Je dois dire que je l'imagine mal être croyant. Mais peut-être que je serai aussi surprise de sa réponse qu'il semble l'être de la mienne ?


##   Dim 17 Déc 2017 - 21:51

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 240
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

D'un haussement d'épaules, Renji ne saurait vraiment dire si oui ou non il appréciait ce genre d'alcool. Pour tout dire, c'est le seul alcool qu'il connaisse réellement. Au Japon, et particulièrement au sein du clan, on ne boit que de ce nectar. De ce fait, il ne saurait quel alcool aurait meilleur goût que le sake. De toute manière, ce n'est pas un expert et se rendre malade n'est pas ce qu'il qualifierait de loisirs.

La suite du dénouement se tend un peu. Il aurait aimé pouvoir rester sur la révélation des tatouages de la brune plutôt que du sien. Au moins, les siens sont un livre tatoué sur sa peau, son histoire, ses préférences, tout ce dont elle représente. Il ne saurait dire s'il est le seul à connaître l'histoire de ces derniers, mais c'est une chose dont il se réserve de demander. Pour l'instant, il est bien flatté d'en connaître la vérité. 
Flatté, jusqu'à que malheureusement la question lui soit retournée et qu'il du donner une réponse. 
Malgré les raisons de son tatouage et le principe qu'impose les Yakuzas, le jeune homme était resté sincère. Méfiant et craintif, mais sincère.
Il aurait été sage de s'en arrêté là, mais il le sentit, il s'en doutait, Pandora réclama plus. 
Il n'est pas idiot, il se doute bien que cette dernière demande. Il aurait pu jouer la carte de l'idiot et répondre qu'il s'agissait du célébre samourai Minamoto No Yoshitune. Mais non. Pourtant, il fuit son regard pour balayer le paysage autour d'eux. 
Non, il n'est pas un meurtrier, mais il existe tout autant des actes cruels et punis de mort. Faut il vraiment répondre? Faut il vraiment le savoir? 
C'est du moins ce que cherche à comprendre le brun avant qu'il ne perde le contrôle de la situation jusqu'à qu'un frôlement le sorte de ses torpeurs.

Reportant son attention sur la raison de son éveil, il vit tout d'abord les doigts de la jolie lui effleurer les siens. C'est peu en soit, mais ce simple geste n'avait pas heurter ses limites tout en les traumatisant. Ce geste était même... doux, apaisant. Une sensation nouvelle qui lui retourna l'estomac.
Puis ses pupilles bleues vinrent enfin rencontrer les siennes. 
La respiration lui revint quand il comprend que cette dernière ne lui tournerait jamais le dos, jamais. Pour l'instant.
Reprenant son calme habituel, il reprit d'une voix posée, grave mais sincère. Il reste droit et se met à nu.

"A neuf ans, il fallait terrasser tous les autres enfants du dojo. A quatorze ans, trafic d'humains et à dix sept ans, roué de coups un père sous les yeux de ses enfants."

Voilà, c'est dit. Et non, il n'est pas fier mais à cette époque, il n'avait pas d'autre choix. Combattre les autres enfants du dojo familiale pour estimer sa valeur pourrait ressembler à un simple entrainement, seulement, ce dernier fut sanglant.
En ce qui concerne le trafic humain, ne nous bernons pas, il s'agit bien d'exporter de jeunes filles à des affaires de prostitutions. Oh bien sûr, Renji ne les aurait jamais touché, il s'agissait là de simple vérifier que le voyage se passait bien et que la marchandise arrivait à bond port. Leur tendre une main pour mieux les menotter.
Quand au père, il s'agissait lui donner une leçon. Rappeler son devoir et sa dette envers les Yakuzas. Et quoi de mieux que débarquer à plusieurs durant un soir et le fracasser. Malheureusement tout cela sous les yeux de sa femme et ses enfants.
Voilà la raison du tatouage dans son dos. Pas assez grand puisqu'il n'avait pas commis suffisamment de crimes pour que son tatouage s'étend telle une chemise ouverte, des manchettes jusqu'aux chevilles.
Alors il n'avait pas d'autres choix, mais son crime le plus affreux, c'est qu'en vain, il ne ressentait là, lors des actes, aucune émotion. 
Jusqu'à maintenant.

En y repensant, il avait du mal à saisir pourquoi Pandora tenait tant à sa présence. Ils se ressemblent? Non, pas à ses yeux. Pandora est juste et reste fidèle à ses convictions. 
Quant à lui, il n'est le reflet que d'un monstre froid. Elle ne devrait pas s'y attacher, tout ce qu'il réclame, c'est d'être punis pour ses fautes. Il ne pourrait accepter tant de bonté. Se dégoutant de lui même, il retira sa main de celle de la brune pour boire d'un trait son saké.
Heureusement la conversation dévia sur la religion. Ce n'est pas joyeux mais ça a au moins le don d'apaiser l'ambiance.
Ainsi Pandora ne croit pas en une religion proprement parlé, mais en un Etre divin. Sa vision lui semble satisfaisante en soit. Et un fin sourire se dessine en coin.

"Je suis rassuré, cela te ressemble plus."

Il aurait été difficile d'imaginer Pandora en bonne sœur. Mais sa manière de croire en une puissance supérieure lui correspond bien. Finalement, ses pensées envers elle ne se sont pas égarées.
Reprenant tout en secouant légèrement la tête, il reprit calmement:

"Je ne trouve pas cela si intime que ça. Et pour tout te dire, ici au Japon, c'est le Bouddhisme. Pas en un Etre supérieur, mais plutôt en la nature. C'est un peu ce que tu qualifie de destin."

Ancrant son regard dans le sien, le brun laisse planer quelques secondes silencieuses remplies de sous entendus. Evidemment il fit référence la fois où elle comparait les messages du biscuit à un coup du destin.
Coupant cet instant tout en resservant leurs verres, le brun reprit pour enfon lui répondre.

"Après je ne crois pas en quoique se soit. Je suis simplement les coutumes, c'est tout."

De temps en temps rendre hommage à de vieilles statues nichant dans la forêt tout en portant un kimono. Voilà tout, bien que ce fut longtemps qu'il n'est pas pratiqué ce genre de coutume, du moins, pas depuis qu'il avait quitté le domaine familiale.
Buvant une gorgée, le japonais sentait le sake faire son œuvre. Dans un sens ce n'est pas plus mal, cela permet aussi de se dévoiler sans se rendre compte de suite des conséquences. Peut être aussi était ce pour cela qu'il continuait de boire.

"Et le prochain? Quel signification aura-t'il?"

Croisant le regard de cette dernière, il vit là son incompréhension. Alors d'un mouvement du menton, il désigna les tatouages sur sa main. 
C'est assez intime et indiscret comme question, mais il semblerait que le saké soit responsable de cette perte de contrôle. Dans un sens, c'était apprendre combien elle était bonne, à quoi ressembler un être bon sous tous ses angles. Lui, qui n'est que pêcheur.


##   Dim 17 Déc 2017 - 23:25

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Théo
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 228
Date d'inscription : 13/05/2017
Age : 27
Emploi/loisirs : Music is the answer.
Humeur : Calme, la plupart du temps.

Renji perd son regard dans le vide pendant un moment qui me semble particulièrement long, et revient sur Terre seulement lorsque mes doigts frôlent les siens. Il plonge ses yeux bleus dans les miens et finit par me répondre d'une voix un peu rauque. Il m'explique les actes horribles qu'il a commis, et je sens un frisson me parcourir l'échine. Il vendait des filles à des réseaux de prostitution, à l'âge où je me débattais encore avec mes problèmes d'adolescence... Ca me semble tellement surréaliste, tellement triste aussi. Pour les gens qu'il a fait souffrir bien sûr, mais aussi pour lui. Je me rends compte qu'il n'a jamais eu droit à être un enfant innocent, choyé et aimé. Il n'a jamais eu le droit de faire ses propres choix de vie non plus. J'en ai les larmes aux yeux, de penser à ce qu'il serait devenu si Terrae ne l'avait pas délivré de cette route. Je serre ses doigts dans les miens en silence. Je n'ajoute, parce qu'il n'y a rien à ajouter. Continuer sur ce sujet ne ferait que le blesser davantage et ruiner notre soirée.

Le japonais enlève sa main de la mienne pour boire son verre, et je me joins à lui. Je sens déjà mon esprit s'embrumer légèrement, mais qu'importe ? Les révélations se succèdent et je pense que l'alcool facilite cette ouverture, pour lui comme pour moi. Il m'explique sa vision des croyances et je lui souris doucement. Ca ne m'étonne pas du tout de lui...

"Tu ne m'imaginais pas en religieuse ? Ahah ! Je t'avoue que ce que tu me dis ne m'étonne pas vraiment de toi... Mais malgré tout je trouve que le bouddhisme est une très belle religion. Plus proche de la nature, plus respectueuse de la vie aussi."

Plus d'ouverture d'esprit et moins d'interdits que dans les religions occidentales. Du moins, c'est ainsi que je le perçois ! Le brun nous ressert une fois de plus, et je fais tournoyer lentement le liquide dans mon verre tout en regardant distraitement le contenu faire des petites vagues. Je relève mes yeux vers mon interlocuteur lorsqu'il me pose une question encore plus intime que les autres. Une ombre passe sur mon visage, et je hausse les épaules. J'y ai déjà très bien réfléchi à vrai dire.

"Une rose enroulée autour d'un poignard... Juste là."

Je pose ma main sur ma poitrine, entre les seins et à hauteur du coeur. La combinaison de ces deux motifs est un symbole de trahison, d'amour qui s'est changé en haine. En référence à Matt, bien évidemment... Chaque étape de ma vie a sa place sur ma peau, qu'elle soit positive ou négative. Parce que les épreuves que j'ai traversée me définissent autant que les bonheurs que j'ai connus. Je bois une gorgée de mon verre avant de lui expliquer plus en détails.

"Il y avait ce garçon, Matt. On était comme frères et soeurs, mais maintenant on n'est plus rien. Il m'a trahi, et je ne comprends toujours pas comment il a pu me faire ça. Je ne sais même pas si je dois être déçue, triste ou en colère. Quand je pense à lui, j'ai une multitude de sentiments négatifs qui m'envahissent la tête et le coeur, et je ne sais pas quoi en faire..."

Je ne m'en rends même pas compte, mais des larmes coulent le long de mes joues alors que je parle. Je ne sais pas comment tourner cette page, digérer cette trahison. J'ai réappris petit à petit à faire confiance et à m'ouvrir un peu aux autres. J'ai réappris à aimer ma musique, à composer sans peur de voir mon travail souillé et dénaturé. Mais je n'ai pas encore appris comment surmonter cette épreuve, comment panser la plaie béante de mon coeur. Me rendant finalement compte que je pleure, je baisse les yeux vers la table et passe rapidement ma main sur mon visage pour essuyer mes joues. C'est tellement rare, que je me laisse aller comme ça.

"Excuse-moi, ça ne me ressemble pas de m'épancher et d'être émotive comme ça. Parlons d'autre chose. De toi par exemple... Il y a plusieurs mois qu'on se connaît maintenant, mais j'ai toujours cette impression de ne pas savoir qui tu es... Qu'est ce qui se cache au fond de ton coeur, Renji ?"

Je sais qu'il n'est pas aussi vide et froid que ce qu'il laisse paraître. J'aimerais bien savoir ce qui l'anime, ce qui le réchauffe à l'intérieur. Je me souviens de notre discussion sur ce que c'est de "vibrer"... Est-ce qu'il a finalement trouvé sa passion, ce qui le tire vers l'avant ? Il a l'air plus épanoui qu'à notre première rencontre en tout cas, c'est certain...


##   Lun 18 Déc 2017 - 21:58

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 240
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Il était préférable de passer à autre chose bien que cette étape fut nécessaire pour que leur relation avance, pour qu'ils s'ouvrent l'un à l'autre en toute sincérité. 
Fort heureusement la conversation dévie sur la religion et leurs croyances. Pandora retrouve peu à peu le sourire et ses yeux pétillent. C'est mieux ainsi, c'est du bien ainsi que le garçon le ressentait, et lui même, il se sentait mieux.
Sa vision du bouddhisme n'est pas faux, au contraire, elle vise juste. Dans tous les cas, ils avaient tous deux du mal à s'imaginer croyant. Allez savoir si le sake est responsable, mais s'il fallait devoir recommencer, le brun le ferait maintenant qu'il connaissait les clés. Cet échange aussi profond que banal, selon les variétés, était une bouffée d'oxygène, de renouveau.

Esquivant d'un sourire, le garçon joua avec son verre baissant son regard sur ce dernier. Jusqu'à que Pandora lui donne une réponse. Là encore, aucun mensonge, aucun secret. Evidemment qu'elle y avait déjà songée. Bien qu'elle soit plus aventurier que le japonais, elle prévoit néanmoins où elle met les pieds. Lorsqu'elle désigne l'endroit exact où elle comptait le tatouer, Renji est contraint de relever les yeux et une certaine gêne l'oblige à dévier du regard. Bon, elle ne s'est pas mis à nue non plus mais à force de la côtoyer... Disons qu'il lui donner une certaine forme de respect alors là, cela devenait gênant en soit.
Mais son ton de voix change peu à peu et oblige le brun à redresser son regard sur cette dernière. Matt. Oui, elle l'avait déjà mentionné une fois, ce pourquoi une larme lui avait échappé devant la vitrine de la boutique de musique. 

Son passé qui rôdait encore et l'hantait. Surement l'une des raisons qui fit grandir ce Vide en elle. Des larmes lui échappent, et désarmé, Renji ne peut que rester face à elle, ne sachant comment réagir. Sa main posée sur la table, l'envie de lui prendre la sienne. Tout son corps lui hurle de la prendre dans ses bras pour la consoler mais sa tête lui ordonne de rester à sa place. 
Les lèvres légèrement entrouvertes, il fixe l'anglaise dévoilait au grand jour sa peine. Quand enfin la douleur prend fin, le supplice s'arrête. Elle se sèche les larmes et tente de retrouver une certaine prestance. 
Se sentant bien idiot de n'avoir pas su agir tel un ami le ferait, le regard bleu du japonais retombe sur son verre. 
Ami... C'est ça. C'est ainsi que sont nées doucement les choses. Elle était son amie, la première et sans nul doute la plus précieuse qu'il n'aurait jamais.
Et tandis que le calme retombe, une douce chaleur s'installe. Maintenant qu'il comprend mieux, un étrange sourire fin se dessine en coin tandis qu'il brisa le silence.

"Tu dois énormément l'aimer pour autant le détester..."

Il n'y a pas d'amour sans colère, tout comme il n'y a pas de colère sans amour. Il peut imaginer, deviner son ressentis. Si Pandora l'avait trahis sur son secret, il aurait tout autant en colère car blesser par l'amour qui lui donner. C'est surement la raison qui la ronge depuis tout ce temps.
On est toujours déçu que par nos plus proches, en qui nous donnons tant d'espoir. 
Relevant les yeux sur cette dernière, la demoiselle reprit contenance et relança la conversation sur un ton plus amusé. Ils allaient avoir besoin d'énormément de saké pour gagner ce naturel et ce besoin d'être libres.
Et voilà que l'anglaise demande une chose bien déstabilisante. Tout d'abord surprit de ce retournement de situation, le jeune homme laisse échapper un sourire avant de jouer avec l'encens laissé sur leur table.

"Que désirais tu que je te répond? ... Je pense que tu en sais plus que tu ne le crois. Si ce n'est que j'apprécie la poésie. Marcher pied nu sur une plage. Différents sports aussi. Et peut être aussi je tente de changer. Enfin je veux dire que peut être j'essaye de devenir cette personne qui tente de créer des liens que plutôt rester seul dans son coin."

Fronçant légèrement les sourcils, Renji se rendit compte de ses dires. Alors oui, il tente d'être diffèrent avec ses semblables. Mais avant toute chose, ces efforts là il fournit réellement pour une première personne. Et lorsqu'il s'arrête de faire tourner le baton d'encens entre ses doigts, il relève les yeux sur elle:

"Enfin j'essaye surtout avec toi. Que notre relation ne se fane pas et qu'elle aille jusqu'à la fin..."

Ce jour là, les paroles de l'anglaise firent l'effet d'un électrochoc et jamais il ne les avait oublié. Pandora en était la cause, depuis sa rencontre, il tentait d'aller de l'avant. De regarder ce monde sous son regard, à sa manière pour lui laisser une seconde chance tout comme elle lui avait donné. Pandora était surement la personne la plus sage et la plus censée qu'il n'avait rencontré.
Se rendant compte de ses paroles, Renji n'en fut pas moins gêné ou troublé. C'était sorti naturellement et sincèrement. Lui adressant un dernier regard, il porta son attention sur un biscuit. Un instant de silence s'installe avant que le brun ne réagisse. Une fois ayant lu le message, arquant un sourcil, il reprit d'une voix grave tout en mettant le bout de papier sous les yeux de Pandora.

"Un coup du destin hein?!"

Oui, c'est de l'ironie. Et on le comprend mieux quand on lit sur le message: "Rien n'est certain à part la mort et les impôts."


##   Mar 19 Déc 2017 - 17:57

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Théo
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 228
Date d'inscription : 13/05/2017
Age : 27
Emploi/loisirs : Music is the answer.
Humeur : Calme, la plupart du temps.

Renji semble mal à l'aise devant mes émotions, je vois à l'expression de son visage qu'il ne sait pas comment réagir ; et il finit simplement par baisser les yeux. Je ne lui en veux pas, je connais ses difficultés par rapport aux sentiments. J'aurais apprécié un peu de chaleur humaine dans ce moment de faiblesse, mais je comprends qu'il ne soit pas encore capable de m'en donner. Il commence tout juste à s'ouvrir à moi, ne pressons pas les choses... Malgré tout, il finit par m'adresser un commentaire, et je hausse doucement les épaules en terminant d'essuyer mes yeux.

"Après tout, on n'est blessé que par les gens qu'on aime... J'aimerais que cette histoire fasse partie du passé, même si ce n'est pas si simple de tourner la page. Mais j'avais envie de partager ça avec toi, et hum... J'espère ne pas t'avoir mis mal à l'aise."

Pour avoir raconté mon passé un peu comme ça, sans raison, pour avoir pleuré aussi... Je relève mon regard sur le brun et lui offre un sourire. Je ne saurais dire pourquoi, vu qu'il n'a eu aucune réaction, mais je me sens déjà mieux. Peut-être justement parce qu'il est comme il est ; et que le fait qu'il soit resté signifie beaucoup. Et je discerne une pointe d'inquiétude dans son regard, ce qui me réchauffe un peu le coeur.

Nos verres à nouveau remplis de saké et mes émotions calmées, la discussion prend un nouveau tournant. Le japonais semble surpris de ma question, et réfléchit un moment avant d'y répondre, jouant avec les bâtonnets d'encens. J'observe ses gestes puis reporte mon attention sur lui, une fois qu'il commence à parler. Amateur de poésie ? Je ne l'aurais pas deviné tiens ! Qu'il aime le sable non plus, d'ailleurs... Il me tire un sourire lorsqu'il finit par dire qu'il tente de changer, de s'ouvrir aux autres. Cela me fait plaisir, que nos échanges n'aient pas sombré dans l'oubli !

"C'est une bonne chose, que tu fasses des efforts pour t'ouvrir. Tu as rencontré beaucoup de personnes ici ? Et je ne t'aurais jamais pensé aussi... Romantique ? La poésie, la plage..."

Un sourire rêveur s'affiche sur mes lèvres, et je me surprends à imaginer un coucher de soleil sur la plage, à ses côtés... Il me sort de mes pensées en parlant de notre relation, de son avenir, et je me sens rougir d'un seul coup. Ma surprise se transforme bien vite en un réel bonheur, et je lui adresse un sourire large et sincère. J'ai comme l'impression que mon estomac se retourne à l'intérieur de moi ; et je ne sais pas si c'est un effet de ses mots, ou du saké... Il semble aussi troublé que moi par ses propres paroles et détourne le regard, je préfère ne rien ajouter mais continue de sourire en silence, heureuse.

Je bois mon verre d'alcool alors que Renji casse un nouveau biscuit, qu'il me tend avec une expression ironique. Je lis la phrase et laisse échapper un petit éclat de rire, avant d'aller trouver le regard du brun. Ma main rencontre la sienne et j'entremêle mes doigts aux siens avec un sourire doux.

"D'autres choses sont certaines..."

Comme ce lien qui nous unit, l'affection que j'ai développée pour lui, et notre amitié naissante. Je me demande vaguement si ce n'est que de l'amitié, ce que je ressens pour lui... Je me rends alors compte que mon geste est peut-être un peu trop intrusif, et qu'il peut prêter à confusion ; alors je délie mes doigts des siens et me rabat sur mon verre de saké. Heureusement que l'alcool colore mes joues de rose, ça suffit sans doute à masquer mon trouble. Et ça suffit également à me faire tourner la tête, évitant que je ne me pose trop de questions ! Je remplis une fois de plus nos verres - la cruche commence à se vider dangereusement - avant de replonger mes yeux dans ceux du brun.

"Tu sais... Je ne pense pas te l'avoir déjà dit, mais tu as des yeux vraiment magnifiques. Je pourrais presque me perdre dedans, c'est troublant parfois..."

Je lui souris à demi, la tête un peu dans les étoiles. Ou dans le saké, plutôt, l'alcool commence à faire son effet je crois !


##   Mar 19 Déc 2017 - 21:50

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 240
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Renji tille. Redressant son regard sur cette dernière, il ne saurait quoi répondre. Partager cela avec lui? Ainsi leurs liens étaient devenus si fort? Au point de tout partager? En soit, le garçon ne désapprouverait pas. Bien que généralement les affaires des autres ne l'intéresse pas, ou encore parce qu'il ne ressent là aucune peine à leur égard qu'il préfère se tenir éloigner de leurs souvenirs
Mais étrangement, les souvenirs et la peine de Pandora sont différentes de ce qu'il avait connu. Pour une fois, il était prêt à devenir cette oreille attentive, cette épaule réconfortante.
D'un mouvement de la tête léger pour désapprouvée, il reprit calmement:

"Non, au contraire."

Il pourrait l'écouter se plaindre des heures, jamais il ne sentirait mal à l'aise.
Avec le temps, le naturel le rattrapera et alors il aura les mots et les gestes pour la soutenir.
Les échanges se continuent sur une ambiance plus légère. Et lorsque le japonais pense être juste de dévoiler ses activités quotidiennes, voilà que l'anglaise relève sur un ton ironique. Se rendant compte, le japonais fuit son regard assez embarrassé mais en soit, il ne se sentit pas honteux. Romantique.. C'est bien la première fois qu'il l'entend. Et après tout pourquoi pas? Disons qu'il est difficile de le qualifier comme tel quand on connaît les traits du personnage.. Ou bien est ce seulement ce que les autres perçoivent uniquement, sans chercher à creuser.
Encore faut il qu'il accepte qu'on l'approche.

Et tandis que son attention se porte de nouveau sur un message des biscuits, un message improbable, ce dernier le dévoile sous le nez de la brune. C'est assez hilarant de tomber sur ce genre de note. Pandora en rit même, cela a au moins le mérite de détendre l'atmosphère. Une atmosphère qui s'est rapidement transformée en une chaleur enivrante et ensorcelante. 
Ses prunelles bleues glissent sur sa main. Les doigts de la jeune femme s'entremêlant aux siens. A aucun instant ce dernier n'avait retirer sa main, au contraire, instinctivement ses doigts aussi gardent le contact et renforcent le lien tout resserrant l'embrassade.
Quelle étrange sensation qui le parcourt. Est ce du au saké cette dépravation? Depuis quand supportait il autant de contact, si proche au point de resserrer cette étreinte?
Malheureusement le lien est rapidement rompu et il se sent idiot, surprit d'avoir apprécier ce contact.

Revenant sur terre, il prit son verre de nouveau remplit. Et tandis qu'il le porte à ses lèvres, il manque de s'étouffer. Troublant, son regard? C'est lui qui est troublé là!! Venant de Pandora, c'est assez.... soudain!! En même temps, quel homme ne rêverait pas d'être complimenté par une si belle femme? Bah oui, Pandora est magnifique mais lui, il est incapable de dire ça. Même sous l'effet de l'alcool. Ah oui c'est ça! C'est le saké!! Pandora ne sait plus ce qu'elle dit. Elle est... ivre!!
Il n'y a qu'une seule solution pour contrôler de nouveau la situation. Et soudainement, sentant le rouge lui montait, Renji se lève brusquement, renversant même sa chaise.

"THERMES!"

Oui, c'est assez soudain. Et il s'en rend compte rapidement quand il sentit des regards se poser sur eux. Ok, lui aussi, il est ivre. Il faut donc agir avant de faire des choses... des choses que sa conscience lui siffle d'être prudent en tant que gentleman.
Les thermes sont une solution pour faire retomber ce degrés d'alcoolémie. Sentant là l'incompréhension de la miss, il se reprit:

"Tu connais les thermes japonais? Que dirais tu qu'on s'y rends?"

Et surtout qu'ils retrouvent leurs esprits. Et là, il patiente droit comme un i après une réponse. Dans le fond, il se concentre surtout pour ne pas tanguer. 


##   Jeu 21 Déc 2017 - 21:04

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Théo
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 228
Date d'inscription : 13/05/2017
Age : 27
Emploi/loisirs : Music is the answer.
Humeur : Calme, la plupart du temps.

Renji me fait comprendre que mon accès émotif ne l'a pas dérangé, au contraire, et mon sourire s'allonge encore plus. Je le connais assez pour savoir qu'il ne fait pas dans la politesse inutile ; s'il me le dit, c'est qu'il le pense sincèrement. Et ça me fait plaisir au-delà des mots, de savoir que j'ai trouvé un confident, une épaule sur laquelle me reposer. J'ai Akito, bien sûr, mais avec le blondinet c'est différent ; c'est plutôt moi, l'épaule sur laquelle il se repose ! Et j'ai beau lui répéter que je suis assez forte pour deux, il y a quand même des jours où moi aussi, j'ai des coups de cafard...

Notre échange se poursuit sur une note plus légère, et je surprends même le brun à rougir et détourner le regard quand je souligne qu'il est romantique. Vu sa réaction, il faut croire que j'ai vu juste ? Je me demande comment il se comporte avec une femme... Je veux dire, en tant qu'homme, en tant qu'amant, et non en tant qu'ami. Je bois plusieurs gorgées de saké d'un air songeur, avant de finalement lui poser ma question. Indiscrète, certes, mais l'alcool aidant... Je me souviens d'une ancienne conversation, où il m'avait avoué ne jamais être rentré dans une chambre féminine auparavant. Mais cela ne veut pas forcément dire qu'il n'a jamais eu de conquête, si ?

"Dis, Renji... Est-ce que tu as déjà eu beaucoup de relations ? Je veux dire, avec des femmes..."

Parce que sa relation avec son banquier, ça ne m'intéresse pas trop, ahah !
L'ambiance se fait plus intime, le contact de nos main me procure des frissons agréables le long du dos, et c'est à regret que je mets fin à ce geste. Moi qui pensais troubler le japonais, il semble que ce ne soit pas le cas, au contraire, et cette pensée me procure une étrange sensation de bonheur. En revanche, mon aveu sur ses yeux magnifiques parvient à le troubler, et je ne peux retenir un rire lorsqu'il détourne le regard en rougissant.

Mais soudain, il se lève en criant et renversant sa chaise. Je laisse échapper une exclamation de surprise et manque de tomber de mon fauteuil. Mais qu'est ce qui lui prend ?! Le jeune homme me parle des thermes japonais, et je hoche légèrement la tête à sa question, le coeur battant toujours à tout rompre par l'effet de surprise. D'ailleurs, des regards se posent sur nous, ce n'est peut-être pas une mauvaise idée de quitter cet endroit... Vu la manière dont il a lâché ce mot, et le fait qu'il reste debout, je suppose que Renji a dans l'idée d'y aller ?

"J'en ai déjà entendu parler mais je n'y suis jamais allée... Mais ça me tente bien d'essayer !"

Je me lève à mon tour, et remplit une dernière fois nos verres avec le reste de saké - eh quoi, pas de gaspillage hein ! Je lui tends un des verres et l'invite à trinquer avec moi, avant de nous diriger vers le comptoir. J'essaie de rester digne, mais je sens bien que je tangue un peu, j'espère juste que ma démarche n'est pas trop ridicule... Le serveur ramène nos vestes, et je règle l'addition alors que le brun a le dos tourné - s'il n'est pas content, il n'aura qu'à payer l'entrée des thermes pour se rattraper...

Nous sortons finalement du bar, et bizarrement je ne sens plus du tout le froid. Ce qui me fait rire toute seule... Ok, le dernier verre de saké avait peut-être été celui de trop ? Je me tourne vers mon ami avec un sourire un peu trop large, et pose ma main sur son bras. J'ai bien envie de m'accrocher à lui pour ne pas risquer de tomber - et aussi parce que j'ai envie d'être un peu plus proche de lui, je ne sais pas pourquoi... Mais je préfère lui demander la permission quand même. Être ivre ne donne pas tous les droits non plus !

"Est-ce que je peux me tenir à ton bras ? Je crois... Je crois que le saké ne me réussit pas trop ! Ou alors, qu'il me réussit trop bien, au choix ? Hihihi"

Voilà, je dis n'importe quoi. Je devrais peut-être garder la bouche fermée ? Mais va savoir pourquoi, j'ai très envie de parler tout d'un coup !


##   Ven 22 Déc 2017 - 22:03

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 240
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Le temps d'un bref instant, Renji aurait juré voir double. Ok, il faut vraiment qu'il arrête ce breuvage. Pourquoi s'était il lancé là dedans déjà? Y a t'il réellement une raison? Ah oui, ça y est, ça lui revient. Il voulait juste découvrir ce nouvel endroit tendance. Un endroit qui en soit, il connaissait parfaitement les coutumes. Maintenant il avait du boire une cruche entière de saké et voilà qu'il parlait. Mais pas parler pour dire des choses intéressantes, non. Il parlait sans s'en rendre compte des conséquences qu'il pouvait y avoir. C'est idiot, mais lui qui aime que tout soit droit et net, là clairement, il a perdu le contrôle. Arf, c'est pas grand chose. C'est du moins ce qu'il se dit pour l'instant. Demain, quand il aura décuvé, il ne pensera plus pareil.
Et voilà que l'idiotie des soirées arrosées continuent et le jeune homme ne freine pas. Pandora lui pose une question des plus indiscrètes. Une question à laquelle il aurait simplement jeter un regard du genre "Tu te fous de moi?!"
Au lieu de ça, il rougit légèrement et un sourire idiot lui échappe. 

"En fait, je crois bien que t'es ma relation la plus longue."

Termine -t'il tout en reposant lourdement son verre. Vraiment, Pandora est surement la seule personne du genre féminin qu'il a supporté sans qu'il y ait des complications. Ouais, c'est bizarre pour un garçon de son âge, mais au vue de son passé, on ne peut pas dire qu'il ait eu énormément la côte.
Et comme si son cerveau réussit à faire une brève connexion entre deux verres de saké, réalisant la situation, ce fut son corps qui réagit pour lui et le voilà se tenant debout, chaise à la renverse.
Il fallait à tout prix quitter ce lieu et l'ambiance des thermes était la solution la plus propice pour dissiper l'efflux du saké. Pandora manqua même un cris de surprise mais ne refusa pas pour autant l'invitation. D'un hochement de la tête, le brun fit signe de quitter cette table. Le mal est déjà fait, et pour terminer cette bavure, autant finir sur un dernier verre. 
Une fois dirigés vers la sortie, le serveur ramène leurs vestes. Malheureusement ayant juste le temps d'enfiler maladroitement son parka, Renji remarqua que son amie avait déjà réglée la note. Leurs regards se croisèrent et juste ça, ils se comprirent. Décidemment, même avec autant de verres de saké, elle ne perd pas le nord!

Une fois dehors, l'air frais de la saison frappant leurs visages leur offrit un second souffle. Certes, ils ne devaient plus sentir le froid (ce qui finirait par un mauvais rhume le lendemain), mais au moins ils pouvaient s'aérer et retrouver un peu de contenance.
Ou presque!
Pandora s'agrippa à son bras, manquant peu de renverser le japonais sous l'effet de surprises.
Tentant de marcher droit, le japonais laissa un léger rire lui échapper.

"Ma pauvre amie, tu es d'autant plus effrayante que je le suis. Soutiens toi aussi sinon on va vraiment finir par tomber."

C'est drôle, mais il faut croire que le saké a comme un étrange pouvoir. C'est peut être l'une des rares fois où le jeune homme s'était senti aussi... léger. C'est ça. Il pouvait éprouver plusieurs émotions à la fois sans que cela ne soit interdit. Cela n'est peut être pas du seulement à l'alcool. Mais la présence de Pandora y est pour beaucoup aussi.
Marchant en titubant légèrement vers les thermes, le brun se surprit à demander:

"Et tu t'agrippes souvent aux bras des hommes?"

En d'autres choix, combien d'hommes avait elle connu?! Qui était elle autrefois? Avant Terrae? Sa question est tout autant indiscrète que celle que la demoiselle ne lui avait posé quelques minutes plutôt. Mais loin d'être gêné, aussi étrange soit il, il réenchit d'un léger sourire amusé:

"Les Geishas sont des femmes respectées et vénérées dans notre pays tu sais."

Non ce n'est pas une insulte, loin de là. C'est même un compliment. Il est saoule, oui, mais pas idiot. Il se doute bien que l'anglaise a du connaître énormément de relations. Elle n'est pas aussi "fermée" que lui et surtout elle n'est pas un "danger" pour les autres.
Et c'est sur un ton de légèreté qu'ils avancent quand soudainement trois enfants qui s'amusaient plus haut se mirent à crier dans leur direction: Attention monsieur!
Ayant le temps de relever les yeux sur eux, Renji fit une forme ronde lancée sur eux. D'une main qu'il leva droit devant lui, ce fut pour lui de devoir l'arrêter. Une main pour stopper la balle. Du moins jusqu'il réalise voire deux balles. Ah...
Voilà ce qu'il se passe quand on ne boit pas souvent ou presque jamais. Il vit double et forcement, malgré son air sérieux et déterminé, sûr de lui, il se prit en pleine figure la balle d'eau qui explosa.
Restant de marbre, Renji resta un instant silencieux, toujours le bras levé dans le vide. Bon bah au moins, il a retrouvé ses esprits....


##   Sam 23 Déc 2017 - 21:59

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Théo
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 228
Date d'inscription : 13/05/2017
Age : 27
Emploi/loisirs : Music is the answer.
Humeur : Calme, la plupart du temps.

A ma question indiscrète, Renji me répond contre toute attente, que je suis sa relation la plus longue. Je beugue pendant un moment, le regardant sans comprendre, avant de devenir aussi rouge qu'une tomate. Et cette fois, ça ne peut pas passer pour des rougeurs dues à l'alcool ! Je détourne vivement le regard, contemplant d'un air fasciné les bâtonnets d'encens sur la table. Je pense qu'il n'a pas trop compris ma question, mais il ne vaut mieux pas relever, n'est ce pas ? Au moins, j'ai ma réponse ; le japonais n'a jamais vraiment fréquenté de filles... Ou alors des histoires sans lendemain. Même si j'ai du mal à l'imaginer flirter dans un bar avec une femme aguicheuse, mais après tout, pourquoi pas ?

Nous sortons du bar et commençons à nous diriger vers les thermes. Je demande l'autorisation au brun de me tenir à son bras pour ne pas tomber... Et manque de le faire tomber justement ! Décidément, je ne sais pas lequel de nous deux est le pire ? Je souris alors qu'il m'appelle son amie, tout en m'autorisant à me tenir à lui.

"En fait, je ne sais pas si c'est mieux ou pire comme ça, on se déséquilibre l'un l'autre !"

Je lui dis en riant. Mais je ne le lâche pas pour autant, parce que mine de rien, il est plus stable que moi... Et j'aime un peu bien être proche de lui aussi, mais ça je ne l'avouerai pas ! Il me demande ensuite si j'ai pour habitude de m'accrocher aux bras des hommes, ce qui me fait d'autant plus rire. Je devine bien que sa question en cache une autre, mais je fais mine de ne pas le comprendre. Au lieu de cela, je m'agrippe un peu plus fermement à son bras et me penche vers lui, ne quittant pas ses yeux des miens. Un demi-sourire mutin étire mes lèvres.

"Seulement à ceux qui me plaisent..."

Je lui lance un regard de braise... Avant de me décoller de lui. Je me mords la lèvre pour ne pas rire, assez fière de mon petit effet. Il n'a qu'à pas être curieux, voilà tout ! Et à vrai dire, je n'aurais pas eu grand chose à lui répondre d'autre... J'ai bien eu quelques petits amis par le passé, mais ça n'a jamais fonctionné. Ils me trouvaient trop distante, trop dans mon monde... Mais aucun n'avait vraiment pris le temps de me découvrir, de me laisser m'ouvrir. Pas comme avec Renji. Avec lui, je me sens bien, je ne suis ni pressée ni oppressée ; il s'ouvre à moi au même rythme où je m'ouvre à lui...

Je n'ai pas le temps de pousser plus loin dans mes pensées, que le brun me compare soudain à une geisha. J'en reste bouche bée, je pile net et le regarde avec des yeux ronds, sans savoir comment réagir. Je ne suis pas très calée en culture japonaise, mais une geisha...

"Tu... Tu es en train de me comparer à une prostituée de luxe ?!"

Je me demande quel genre de fille il voit en moi. Est-ce qu'il me prend pour une fille facile ? Est-ce que j'en ai l'air d'une ?! Ou alors il essaye de me dire que je suis une belle femme et que des hommes pourraient apprécier ma compagnie ? Je ne sais même pas si je dois être blessée ou flattée par ces mots, mais je compte bien qu'il m'explique quoi en penser !

Nous sommes soudain interrompus par des cris d'enfants, et lorsque je tourne la tête vers la source du bruit, c'est le drame. Un ballon d'eau arrive vers nous à toute vitesse, et Renji se le prend en pleine figure, bien qu'il ait essayé de se protéger. Mais visiblement, il n'a pas très bien visé, hum... Je reste figée un instant à le regarder, trempé et immobile... Avant d'exploser de rire ! Cet air stoïque alors que la situation est complètement ridicule, il n'y a bien que lui pour y parvenir ! Je me penche légèrement en arrière dans mon hilarité, et perds tout à coup l'équilibre. Je me retrouve à terre, sur les fesses, mais toujours morte de rire. La situation est franchement pitoyable, mais je n'arrive plus à m'arrêter de rire, et d'ailleurs je n'arrive même plus à me relever !

"Ahah.. Ahahah ! Je... Je suis coincée, ahah ! Tu m'aides ?"

Je lui demande en tendant la main entre deux hoquets de rire. Au moins, j'aurai fait ma séance d'abdos de la journée !


##   Lun 25 Déc 2017 - 21:48

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 240
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Décidemment ils n'auraient jamais du boire autant de saké. Les voilà tous deux traîner dans les rues du village, accrochés l'un à l'autre. Au moins ils avaient trouvé l'art et la manière de décompresser suite à l'état d'urgence donné à Terrae. 
Enfin ce n'est pas non plus un exemple...

C'est horrible de se dire qu'il faut boire pour se sentir plus léger, pour être plus ouvert. Certes, Renji en était conscient mais ce n'était pas pour autant qu'il boirait un petit verre de saké tous les jours pour être moins distant et froid avec ses semblables. Ils n'avaient qu'à l'accepter tel qu'il l'était, un peu comme l'a toujours fait Pandora. En y pensant, une étrange chaleur envahit le japonais quand son regard croise celui de l'anglaise et qu'elle lui répond suite à sa question. Généralement, il aurait tout simplement détourné le regard, faisant mine de ne pas être atteint; Hors ce soir, à ses côtés, il lui sourit doucement. C'est surement l'une des soirées qu'il n'a jamais passé. 

Et alors qu'ils continuent leur route, Renji a le malheur de la comparer à une Geisha ce dont Pandora réagit du tout au tout. C'est vrai, elle a tout de même un caractère... sanguin. Et malgré tous les clichés et les dires, les Geishas ne sont pas reconnues à leur juste valeur. Le  brun a juste le temps de lever une main pour se défendre. Il manquerait plus qu'elle lui fasse une scène de colère tout comme ce jour au parc.

"Non, ce n'est pas ce que je voulais dire. Ce n'est pas ça. C'es-"

Interrompu par un projectile dans sa direction, Renji, ne voyant plus clair, manque de se protéger et reçoit l'attaque en plein visage. Heureusement qu'il est ivre, au moins, il ne ressent pas l'humidité. Néanmoins cette bombe d'eau a le mérite de lui remettre les pendules à l'heure. T'es complétement pété? Prends toi une douche froide, tu verras, c'est imparable!
Restant de marbre, navré de cette situation, l'attention du garçon se porte sur la jeune femme quand cette dernière éclate de rire. C'est beau la solidarité!

"Vas y... Moques toi -_-"

Marmonne-t'il tandis qu'il se contente de la regarder se plier de rire. Enfin jusqu'à que l'anglaise n'en tombe à la renverse ne donnant aucune chance au garçon de la rattraper à temps. OKAY. Il faut reprendre ses esprits là, elle est complétement morte! 
Dans un sens, devant sa difficulté à se relever, Renji ne put contenir un rire. 
Se reprenant, il se positionna en face d'elle, croisant les bras.

"Finalement je me suis trompé. Tu ne peux pas être une magnifique Geisha avec le derrière cloué au sol. Je devrais te laisser là après tout."

C'est assez drôle de découvrir Pandora sous cette facette. Elle est si... naturelle.
Un sourire se glisse sur son visage et le garçon se décide enfin à s'accroupir devant elle. Gêné par les mèches mouillées, il passe furtivement une main dedans avant d'être à la hauteur de Pandora, plantant son regard dans le sien. 
Si pour elle c'est encore là, lui, l'alcool commence doucement à se dissiper.

"Mais je me dois de t'accepter telle que tu es, tout comme tu l'as fais."

Un instant se passe et finalement le brun vient en aide à son amie. Glissant son bras autour de la taille, il prit un instant comme pour demander son autorisation et la soulève ensuite. 
Tout redevient calme soudainement mais il plane comme une atmosphère de bien être. 
Etant mieux mobilisés, ils reprirent leur chemin. 

"Rappelles moi de ne jamais boire durant les périodes de verglas."


##   Lun 25 Déc 2017 - 22:39

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Théo
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 228
Date d'inscription : 13/05/2017
Age : 27
Emploi/loisirs : Music is the answer.
Humeur : Calme, la plupart du temps.

Renji n'a même pas le temps de me donner son explication sur les geishas, qu'il est soudain la cible d'une attaque de ballons d'eau. Et alors que je suis morte de rire, je le vois marmonner dans sa barbe d'un air boudeur. Cette réaction peut sembler normale pour n'importe qui, mais venant du brun, d'habitude sans expression, je trouve ça juste adorable et d'autant plus drôle ! Mais la blague se retourne contre moi, et dans ma maladresse, je me retrouve au sol, sur les fesses. Je calme mon fou rire alors que le jeune homme me menace dans un sourire, de me laisser là.

"Eehh ! Déjà, je suis magnifique en toute circonstance ! Et puis... Et puis, t'es trop gentil pour me laisser me geler le derrière dans la neige..."

Je lui adresse un grand sourire accompagné de battements de cils. Ce n'est pas nécessaire, je sais bien qu'il blague, mais j'essaie tout de même de rentrer dans son jeu ! Finalement le japonais s'accroupit à ma hauteur, se passant une main dans ses cheveux humides. Damn, encore ce geste tellement sexy ! Maintenant que je suis un peu alcoolisée, ça me perturbe encore plus que tout à l'heure... Légèrement rougissante, je le laisser passer un bras autour de ma taille pour m'aider à me relever. Moi qui m'attendais à ce qu'il me tire simplement par la main pour me remettre debout, je dois dire que son geste me donne un peu chaud ; autant de proximité... Mais il faut bien avouer que ça ne me déplaît pas non plus ! Une fois debout, je lui souris doucement tout en m'écartant un peu de lui pour reprendre une distance correcte.

"Merci... Et c'est gentil de dire ça. C'est trop rare, les gens qui n'essaient pas de vous changer ! Mais revenons-en à nos moutons ; les geishas... Qu'est ce que tu voulais dire ?"

Je suis intriguée quand même par l'explication qu'il va me sortir... Nous reprenons notre route dans une ambiance plus calme, Renji semble avoir été calmé par l'attaque surprise du ballon d'eau ! Je suis toujours aussi éméchée, mais j'essaie de me contenir pour ne plus tomber à la renverse. Néanmoins, je reste accrochée au bras du jeune homme pour éviter tout accident ! Nous arrivons finalement aux thermes après quelques minutes dans le froid hivernal, et je dois dire que la douce chaleur qui règne dans l'entrée me met tout de suite à l'aise. Et puis... Une réalité me frappe soudain de plein fouet ; je ne vais quand même pas aller me baigner en sous-vêtements ?!

"Euh... Renji ? Je viens de penser que nous n'avons pas de maillot de bain, en fait... Est-ce qu'il y a moyen d'en louer tu penses ?"

Une autre idée me vient alors en tête ; peut-être que la baignade se fait en tenue d'Eve ?! Je rougis violemment à cette idée, non, ce n'est pas possible quand même ?!


##   Mer 27 Déc 2017 - 14:48

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 240
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

Un nouveau visage à découvrir: Pandora est une bonne actrice. Elle aura beau lui faire les yeux doux, le japonais n'est pas non plus stupide. Néanmoins il comprend bien là un jeu, juste de quoi rire et se détendre. 
Ne s'en cachant pas, le jeune homme laisse échapper un léger rire avant de l'aider à se relever. Ils sont beaux à voir tiens! Les autres passants les dévisagent, mais pour une fois, le garçon se moque bien d'être remarqué. D'ailleurs, il eut un regard complice quand la demoiselle apprécia le fait qu'il ne souhaite pas la changer.
Reprenant leur route calmement, un peu dessaoulé, c'était sans compter sur la tenace de la brune. Cette dernière réclame une nouvelle fois des explications au sujet des Geishas. Hésitant, le garçon lui jette un regard en biais avant de laisser échapper un soupir. Dans tous les cas, elle ne le lâchera pas. En fait, elle est trop curieuse l'anglaise. Mais soit! Si cela peut permettre de dissiper  tout malentendu, alors le jeune homme s'y plierait. Encore faut il choisir ses mots avec prudence pour ne pas finir enterrer sous la neige.

"Les Geishas sont des femmes respectées dans notre pays. Les hommes, ou une tiers personne, ne peuvent pas s'en approcher sans leur autorisation. Ce que tu considères être une prostituée de luxe est une insulte et le risque de finir dans un ravin.. Ce n'est pas une blague."

Lui lance-t'il tout en arquant un sourcil. Ouais, bien choisir ses mots.

"Bref elles sont les plus belles et les plus convoitées. Il faut faire des pieds et des mains pour obtenir ne serait ce qu'un peu de leur compagnie, et il ne s'agit rien de sexuel. Du moins, pas dans l'immédiat. Et généralement une Geishas a déjà son.. enfin son compagnon qu'elle a choisi. Elle ne se partage pas. Il existe un quartier de Geishas mais toutes celles que tu croiseras ne sont que des amatrices ou des actrices. Les véritables sont loin des regards, à l'abri des regards malsains."

Termine-t'il en haussant des épaules. En soit, c'est aussi simple que cela. Maintenant reste à savoir si Pandora aura compris quelque chose en dépit du degrés d'alcool qui coule dans ses veines.
Bientôt leurs pas les amènent aux thermes. Il ne semble pas y avoir grand monde, c'est du moins ce que constata le brun une fois ayant laissé passer l'anglaise. La chaleur des lieux les réchauffe rapidement et ils purent ôter leurs vestes attendant leur tour dans la file. N'étant pas inquiet et satisfait de pouvoir retrouver ses esprits dans ces bains chauds, voilà que Pandora attire son attention. Il semblerait que cette dernière réalise enfin où ils se trouvent et son teint a légèrement changé. Bien plus que tout à l'heure. 
Un léger sourire en coin se dessine quand il comprend l'inquiétude de son amie. Se penchant légèrement en avant, il vint le murmurer:

"Non, pas tout à fait...."

Laisse-t'il en suspend. Il faut dire que découvrir une Pandora paniquée est assez amusant. 
Se détachant de cette dernière, ne voulant pas non plus pousser le bouchon trop loin, il reprit calmement:

"Avant de te diriger vers les bassins, il faudra te doucher. Ne t'inquiètes pas, les bassins ne sont pas mixtes, et même avec une simple serviette, tu seras à l'aise."

Termine-t'i d'un sourire qui se veut bienveillant. 
Malgré que les thermes puissent être une source apaisante, cela reste une activité en solo. Chacun de son côté.... 
Et une fois arrivé au comptoir, le brun régla la note, échangea quelques paroles en japonais, puis s'adressa à son amie une dernière fois.

"On se retrouve plus tard. Profites en bien."

Un dernier regard et le japonais tourne des talons. Se dirigeant vers les vestiaires des hommes, à son aise, Renji trouva un casier vide. Il y avait là quelques hommes, se nettoyant le corps sur de petits tabourets auprès de lavabos à la même hauteur. C'était assez calme et apaisant. La vapeur qui émanait des douches offrait déjà un avant goût des bassins. 
Prenant son temps, Renji ôta ses vêtements pour les ranger dans le casier. Ici, il n'y a aucune gêne. Ils sont égaux quelque soit leur histoire. Personne ne se regard uniquement par curiosité. Ainsi le japonais n'eut pas de mal à s'entourer d'une serviette avant d'aller s'assoir sur l'un de ces tabourets sans se sentir dévisagé.


##   Lun 1 Jan 2018 - 21:06

Personnage ~
► Âge : 23 ans
► Doubles-comptes ? : Théo
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 228
Date d'inscription : 13/05/2017
Age : 27
Emploi/loisirs : Music is the answer.
Humeur : Calme, la plupart du temps.

Les regards des badauds se tournent vers nous alors que Renji m'aide à me relever en riant. Je n'aime pas attirer l'attention d'habitude, mais là... Là je ne le remarque même pas, à vrai dire ! Je ne décolle pas mes yeux du brun, de son visage rieur que j'ai si rarement vu. Le coeur léger, nous reprenons notre chemin en continuant à discuter. J'ai finalement droit à mon explication sur les Geishas, il y met beaucoup de détails d'ailleurs, comme quoi il y a des sujets qui le rendent bavard ! Et apparemment celui-ci n'est pas matière à plaisanter, le japonais en parle avec respect et révérence. Mais ce que j'en retiens, c'est que ce sont des femmes convoitées, et cela me fait rougir qu'il m'ait comparé à elles un peu plus tôt...

"Donc... Tu me trouves belle ?"

Je lui demande en tournant les yeux vers lui avec un sourire innocent. Je ne m'en rends qu'à moitié compte qu'une question pareille ne se pose pas vraiment... Toujours accrochée à son bras, je reporte mon regard sur le chemin devant moi, réfléchissant à ce qu'il vient de me dire.

"C'est une culture très différente... En occident, les femmes les plus belles et convoitées sont exposées sous toutes les coutures, aux yeux de tous... C'est vrai que c'est un peu malsain, quand on y pense..."

Après tout, il paraît que pour vivre heureux, il faut vivre caché... On ne peut pas vraiment dire que ce soit le cas des mannequins et autres sex-symboles qui n'ont même plus une miette de vie privée. Je tourne ensuite la tête vers le brun à nouveau, une question sur le bout de la langue. Cela doit faire partie des traditions des Yakuzas, de fréquenter des Geishas, non ?

"Et toi ? Est-ce que tu... Tu as déjà fait appel aux services d'une Geisha ?"

Pas pour du sexe, mais pour de la compagnie, comme il me l'a expliqué... Sans doute pas par besoin de se sentir moins seul, mais pour faire bonne figure ? Et une nouvelle fois, je ressens ce petit tiraillement inexplicable dans ma poitrine, à imagine Renji aux bras d'une femme magnifique et mystérieuse. Je ne serai jamais ce genre de femme de haute prestance, et tout d'un coup j'ai le sentiment de ne pas être à la hauteur du jeune homme ; sentiment qui me met vraiment mal à l'aise, à tel point que je lâche son bras et m'écarte un peu de lui instinctivement.

Nous finissons par arriver aux thermes, et alors que je me rends compte que nous allons nous baigner nus, je rougis violemment, ce qui a l'air de beaucoup amuser le japonais. Il a peut-être l'habitude, mais pas moi ! Je n'ai pas honte de mon corps, et n'ai jamais été complexée de me mettre en maillot de bain sur la plage... Mais comment dire, ce qui se trouve sous le bikini, eh bien c'est privé ! Réservé à moi-même et aux rares garçons à qui j'en ai permis l'accès...

"Mais... Mais... Mais..."

Je n'ai même pas le temps de faire une phrase, que déjà le jeune homme a disparu. Et en plus, nous allons passer ce moment chacun de notre côté, moi qui pensais me détendre et discuter avec lui, c'est raté... Enfin bon, vestiaire d'abord. Il est complètement vide, ce qui n'est pas plus mal, je peux me déshabiller tranquillement et enrouler mon corps dénudé dans une serviette, en toute intimité. Leur serviette est un peu courte hein d'ailleurs, vraiment juste au ras des fesses... On ne pense jamais aux grandes ! Je range mes affaires dans un casier avant de me diriger vers les douches... Qui sont hors service, à en croire le panneau affiché ! C'est bien ma veine. Je lis les instructions sur les douches de remplacement, avant de m'y diriger.

Sauf que. SAUF QUE... Comment dire, j'ai du mal lire, mal comprendre. Je pousse la porte que je pense être des douches, et me retrouve face à plusieurs hommes nus ou en train de se déshabiller. Je lâche une exclamation de surprise et manque de peu de lâcher ma serviette ; alors là, ça aurait été le pompom ! Rouge comme une tomate, je tourne le dos à cette scène tellement gênante, à peine consciente des regards masculins portés sur mes jambes découvertes.

"Je... Je... Oh je suis vraiment désolée... C'est que, les douches... Oh..."

Je tente de baragouiner des explications, des excuses, mais ne trouve pas les mots. Je ne boirai plus jamais, quelle gêne ! Je pense soudain à Renji, qui doit être lui aussi en train de se déshabiller, dans mon dos. Je me surprends à être déçue de ne pas l'avoir vu lui, mon regard n'ayant balayé que des hommes plus âgés et bien en chair... Et je me remets à rougir, encore un peu plus si c'est possible !


##   Lun 1 Jan 2018 - 22:22

Personnage ~
► Âge : 23
► Doubles-comptes ? : Ys et Akito
► Rencontres ♫♪ :
avatar
Messages : 240
Date d'inscription : 20/08/2017
Emploi/loisirs : Etudiant
Humeur : Taciturne

A son grand soulagement, Pandora ne piqua aucune crise suite aux explications que le brun lui donna. Maintenant elle pouvait avoir une idée précis et clarifiée des Geishas. C'est important de restaurer les faits, ces femmes ont été longtemps bafouées et insultées pour des rumeurs injustifiées.
En revanche, bien qu'il soit satisfait que l'anglaise soit restée calme, Renji n'en fut pas moins étonné par sa question. Posant son regard sur elle, il resta bouche bée ne sachant si cette dernière blaguait ou si elle était sérieuse. Dans le fond, il connaît la réponse, mais il fut pris de court. Et sa gêne fut en quelque sorte masquée lorsqu'ils reprirent la conversation comme si de rien n'était. Ce n'est pas plus mal, au moins, le brun n'aura pas à répondre à une question si soudaine.
Pandora donna à son tour un aperçut de ce qu'ils appellent les plus belles femmes en Occident. Evidemment, il doit y avoir de belles femmes. Mais les cultures de chaque pays les dévoilent de manière différentes. Renji préféra se contenter d'un hochement de la tête. Son jugement n'importe que peu.
Et tandis qu'ils continuent à avancer vers les thermes, la question de la miss le prit de court de nouveau. Posant son regard sur cette dernière, le brun l'observa étrangement alors que celle ci se sépare de lui.

"Hum... Non pas vraiment. J'ai déjà assisté à des séances de bonnes manières. Tu sais, notre héritage en tant que japonais est primordiale. Il est important de connaître certaines traditions."

Pour lui, il n'est pas choqué. C'est normal après tout. Evidemment il n'a jamais entretenu de relations plus intimes avec une Geishas. Mais parfois tous réunis dans la grande salle, certaines de ces femmes donnaient des cours sur la préparation du thé ou des calligraphies. Tout ce qui pourrait se rapprocher de simples cours.
Et puisqu'il n'est pas surpris, il ne se rend pas compte de la distance entre lui et l'anglaise. Il ne se rend pas compte de son malaise à cet instant.

Plus tard, ils finiront par arriver à ces fameuses thermes et lorsque leur entrée fut réglée, Reji conseilla les bases auprès de l'anglaise avant de lui tourner le dos.
Parfois il manque réellement de tact. Il ne se doute pas que pour une étrangère, cet endroit est un labyrinthe écrit dans une langue inconnue. Il en payera les pots cassés. 
Pendant ce temps, le japonais termine sa toilette et aisément, il se dirige vers les vestiaires pour se munir de petites serviettes. Jusqu'ici rien d'anormal. Ah si, peut être ce silence pesant. Et ça, il n'allait pas tarder à le comprendre. Poussant la porte, il tomba sur une scène des plus improbables. Se tenant dans son dos, il découvrit Pandora en petite serviette sous le regard ébahis des autres hommes. D'ailleurs... qu'est ce qu'ils bavent ces vieux pervers!
C'est bizarre. Généralement, le brun se serait contenter de prévenir Pandora qu'elle s'était égarée. Mais au lieu de ça, une petite pointe lui tordit l'estomac. Agacé, il attrapa le poignet de la jeune femme, l'entrainant en arrière.

"Viens par là."

Lança-t'il sèchement. Non, il n'est pas en colère contre l'anglaise. Il ne peut pas lui en vouloir. Il ne saurait dire d'ailleurs pourquoi son teint à virer au rouge. Serait ce parce qu'il s'en voulait? Qu'il devait être plus prudent et veiller à ce que cette dernière gagne ses vestiaires correctement. Ou bien est ce le regard de ces hommes posés sur Pandora?
Tss!
Pressant le pas, ils arrivèrent très vite à l'accueil. Le gérant fut même surpris de les découvrir ainsi mais Renji ne perdit pas de temps. Dans sa langue natale, il s'adressa au gérant. Les tons montent, enfin, surtout Renji. Le gérant, lui, tente au mieux de s'adosser pour présenter ses excuses. Et enfin ce dernier lui donna des explications. Surprit de ne pas avoir été informé, Renji se redresse, plus calme. Enfin du moins, un court instant. Tapant du poing sur le comptoir, il sembla ordonner quelque chose au gérant. Et les seuls mots dont Pandora aurait pu comprendre furent: "Fujii" et "Yakuza".
Aussitôt, le gérant agit, il interpelle l'un de ses employés. Très vite, ce dernier se dirige vers les vestiaires des hommes. Et plus tard, tous les hommes se changèrent pour quitter les lieux.
Ce fut rapide dans un silence pesant. Tandis que les autres clients se dépêchaient de partir, ils n'osèrent pas regarder Renji et encore moins Pandora. Ils se sentaient honteux.
Le gérant revint vers eux tout mielleux afin de les digérer vers les sources chaudes.
Des sources chaudes pour eux et seulement eux.
Enfin seul, Renji put enfin quitter cette posture de mâle dominant laissant échapper un long soupir.

"Je suis désolé. Cet idiot ne m'avait pas prévenu que le bassin des femmes était en pleine rénovation."

Etant resté trop longtemps en petite tenue, Renji se décida enfin à pénétrer dans le bassin. Bien sûr, depuis le départ, il n'avait pas posé un seul regard sur Pandora. Il serait surement plus facile de la regarder une fois que son corps sera immergé dans l'eau. OUI IL EST HONTEUX!!

"Tu n'as plus à t'inquiéter maintenant. Nous avons le bassin pou-"

 Et tandis qu'il posa enfin son attention sur l'anglaise, il resta stoïque. Non en fait, même sous l'eau, ça n'aide pas. Il la découvre sous.... et bien, différemment hein. Il a bau être galant et plein de bonnes manières, il n'en reste pas moins un homme. Et même là, il peut apercevoir, du moins deviner d'avantage, les formes de la jeune femme. Ses tatouages sont également au centre de l'attention. C'est idiot, il sait très bien à quoi ressemble une femme nue mais c'est différent quand il y en a une devant soit. En fait, c'était découvrir Pandora sous une autre vue. Et cet idiot réalise que c'est bien et belle une femme. 
Tentant de masquer sa gêne tout en détournant du regard, le brun eut comme un étrange sourire. En y repensant, il y a de quoi rire!

"Et oui... Je te trouve belle."

C'est déplacé de répondre maintenant et surtout maintenant. Baka!


##   
Contenu sponsorisé

 

[Event - 1] J'crois que les excuses, c'est pas trop mon fort... [Renji <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Terrae, Une nouvelle ère commence... :: L'Institut Terrae.
 :: Chambres. :: Partie Terre. :: Chambre de Renji.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant